Your SlideShare is downloading. ×
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
4 tt mécanique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

4 tt mécanique

945

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
945
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
33
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. ISC-Nivelles — 4e année de transition Cours de Sciences 3h/sem N. Hirtt Physique
  • 2. 1. IntroductionObservons le monde dans lequel nous vivons et dont nous faisons partie. Une voiture qui roule, unnuage poussé par le vent, une goutte de pluie tombant du ciel, le clignement d’une paupière, lebattement d’un cœur, la vibration d’un atome sous l’effet d’un choc, la majestueuse rotation de laVoie Lactée1 , le déplacement d’un ion ou d’un électron dans notre cerveau… Quand on y réfléchitbien, on se rend compte que tout ce qui existe est fait de matière en mouvement2. L’objetessentiel de la physique, et en particulier de la mécanique, est d’étudier ce mouvement dans sesformes les plus élémentaires. Qu’est-ce qui bouge ? Pourquoi cela bouge-t-il ? Comment celabouge-t-il ? Pour ce faire, nous allons réduire la notion de mouvement à sa plus simple expression :le déplacement d’un point matériel dans l’espace. Nous découvrirons, au cours de cette année,que ce mouvement simple, élémentaire, répond à certaines règles, les lois de la mécanique. Nousdécouvrirons aussi (mais les années suivantes) que les causes de ces mouvements se résument àquelques grandes forces ou interactions (comme la gravitation et l’interaction électromagnétique).La compréhension des lois de la physique est fondamentale parce que toutes les autres formes demouvement peuvent finalement se ramener à ce mouvement élémentaire. Le mouvement d’unfluide par exemple, comme de l’eau qui coule ou le vent qui souffle, n’est en réalité que la sommedes mouvements d’un nombre gigantesque de petites particules de matière. Les vagues et lesvibrations sonores aussi. L’interaction des atomes et des molécules, étudiée par la chimie,s’explique elle encore par les lois fondamentales de la physique. Et il en va de même pour lefonctionnement des organismes vivants, étudiés par la biologie. Les mouvements de l’écorceterrestre, le climat, la formation des montagnes et des vallées sont autant de domaines dont l’étudedérive des lois de la physique. Même notre cerveau, avec tout ce qu’il peut produire d’intelligence,de conscience et de sentiments, n’est qu’une formidable collection de « points matériels enmouvement ».Bien sûr, la physique ne répond pas à toutes les questions que l’homme se pose. Elle n’étudie queles phénomènes élémentaires, alors que les phénomènes chimiques, biologiques, géologiques,psychologiques, etc. sont infiniment complexes. Chacun de ces domaines scientifiques nécessiteune approche, des méthodes, qui lui sont propres. Mais la physique constitue sans doute ladiscipline la plus fondamentale, celle sur laquelle s’appuie le reste de la science.Lorsque nous parlons d’étudier les lois de la mécanique, ce n’est pas tout à fait exact. En réaliténous allons étudier nos représentations de ces lois, c’est-à-dire la façon dont nous voyons etcomprenons ces lois. Nous étudions des théories physiques qui essaient de décrire le monde telqu’il est, mais qui n’y parviennent sans doute que partiellement. L’histoire nous a en effet appris àêtre modestes et prudents par rapport à nos découvertes. Ce que nous croyons vrai aujourd’hui peuts’avérer faux demain. Rien qu’au cours du dernier siècle, nos représentations sur quelque chosed’aussi simple que le déplacement d’un petit point de matière ont été plusieurs fois profondémentbouleversées.D’ailleurs, autant vous l’avouer tout de suite, la théorie de la mécanique que nous allons étudiercette année date pour l’essentiel du 18e siècle et nous savons depuis cent ans qu’elle est inexacte !Alors pourquoi l’étudier direz-vous ? Pour deux raisons.1La Voie Lactée est la galaxie dont fait partie le système solaire. Une galaxie est un amas de millions de milliards d’étoiles,semblables à notre Soleil, et qui tournent autour de son centre.2 Du moins dans le monde observable, qui seul fait peut faire l’objet d’une étude scientifique.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 2
  • 3. Premièrement, cette théorie n’est pas totalement fausse. A vrai dire, si on considère desmouvements à une échelle pas trop petite (disons plus d’un millième de millimètre), à des vitessespas trop grandes (moins de 100.000 kilomètres par seconde) et ne faisant pas intervenir de trèsgrandes masses comme le Soleil, alors cette théorie est même tout à fait convenable. C’est elle quipermet encore toujours à nos TGV de rouler, à nos avions de voler et à nos sondes spatialesd’arriver sur Mars sans problème.Deuxièmement, cette vieille théorie (qu’on appelle la mécanique classique) est beaucoup plusfacile à comprendre que les nouvelles théories (qu’on appelle la mécanique relativiste et lamécanique quantique). Mieux encore : il est impossible de comprendre les théories nouvelles sion n’a pas d’abord assimilé la théorie classique. Donc, au boulot !En mécanique, il existe différentes sortes de mouvements : • Translation (par exemple un avion qui vole d’un point à un autre) • Rotation (par exemple une toupille) • Déformation (par exemple un drapeau qui flotte au vent)Souvent ces différentes sortes de mouvements sont combinées. Par exemple, une voiture qui roulesur une route en lacets fait à la fois un mouvement de translation et de rotation. Les pneus, lesamortisseurs, les sièges subissent des distorsions et des vibrations.Dans ce chapitre, nous n’étudierons que les mouvements de translation rectilignes. Qu’est-cequ’un mouvement de translation ? C’est un mouvement au cours duquel un objet (ou un point)change seulement de position dans l’espace (il ne change ni d’orientation, ni de forme). Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Expliquer le domaine d’étude de la mécanique et son importance • Faire la différence entre une loi naturelle et une théorie ou représentation. • Indiquer les limites de validité de la mécanique classique • Définir ce qu’est un mouvement de translation 2. Position dans l’espace, déplacementQuand nous voulons indiquer la position d’un objet ou d’un point, nous devons toujours le faire parrapport à un repère. Si, en voyage à l’étranger, on nous demande « où se trouve la ville deNivelles ? », nous répondons par exemple : « à une trentaine de kilomètres au sud de Bruxelles ».Ici, notre repère c’est Bruxelles. Et pour préciser la position de Nivelles par rapport à ce repère,nous utilisons l’axe Nord-Sud, c’est-à-dire un méridien de la Terre. Un repère muni d’un ouplusieurs axes s’appelle un système de référence ou référentiel.Dans l’exemple ci-dessus, un axe suffisait, mais nous avons eu de la chance. Si on nous avaitdemandé de dire où est Wavre, nous aurions été plus embêté. Il aurait alors fallu répondre : « à dixkilomètres au sud et vingt kilomètre à l’Est de Bruxelles ». Cette fois nous avons eu besoin de deuxaxes (nord-sud et est-ouest) et de deux nombres (10 km et 20 km). Pour situer un point à la surfacede la Terre, il nous faut toujours deux nombres (longitude et latitude).Mais dès qu’on veut s’élever un peu plus haut (ou descendre au fond de l’océan) alors il nous fautun troisième nombre (et un troisième axe) pour indiquer notre position avec précision : l’altitudepar rapport au niveau de la mer. Ainsi, la Terre, munie de ces trois coordonnées – longitude,Sciences 2h/sem - 4e - Physique 3
  • 4. latitude, altitude – est un système de référence qui permet en principe de localiser avec précisionn’importe quel point dans l’espace. Mais ce n’est pas nécessairement le référentiel le plus pratique.Par exemple, pour situer la position d’un ballon sur un terrain de foot, on choisira plutôt commeaxes deux bords perpendiculaires et la hauteur par rapport au terrain (et non par rapport à la mer).Dans un mouvement à une dimension, il suffira d’un axe et d’un seul nombre pour préciser laposition d’un point. Par exemple, lorsqu’une voiture se déplace de Bruxelles à Ostende en prenantl’autoroute, il suffit de donner sa distance depuis Bruxelles (ou depuis Ostende) pour savoirexactement où elle se trouve. Dans un mouvement à deux dimensions, par exemple unmouvement à la surface de la Terre, il faut deux axes et deux nombres. Dans le cas général d’unmouvement à trois dimensions (c’est-à-dire un mouvement dans l’espace) il faut trois axes et troisnombres pour représenter la position d’un point.Les axes du système de référence doivent être munis d’une origine (c’est le point à partir duquel onmesure : on choisit habituellement le point O où les axes se croisent), d’une direction (qu’onreprésente par une flèche à une extrémité de l’axe) et d’une échelle. La direction va déterminer siune coordonnée est positive ou négative. L’échelle définit une unité de mesure dans laquelles’exprimeront toutes les grandeurs. L’unité officielle S.I.(Système International d’unités) pourmesurer l’espace (longueurs, distances…) est le mètre. La définition précise de cette unité est trèscompliquée. Mais vous savez tous, à peu près, ce qu’est un mètre. Comme toutes les unités, lemètre s’utilise souvent avec un facteur multiplicateur : kilo (103), milli (10-3), micro (10-6), etc.Dans le cas d’un mouvement rectiligne, la position se définit le long d’un axe unique et estgénéralement représentée ar la lettre x. Le déplacement se calcule alors très simplement à partir dela position initiale x0 et de la position finale x1: ∆x = x1-x0On choisira parfois le système de référence de sorte que la position initiale du mobile correspondeà l’origine du système (x0=0). Dans ce cas, la position finale et le déplacement sont identiques etpeuvent être noté simplement : ∆x = x. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Expliquer ce qu’est un référentiel spatial et l’utiliser pour localiser un point • Distinguer les mouvements à une, deux ou trois dimensions • Utiliser des vecteurs pour représenter des positions et des déplacements • Indiquer l’unité de longueur et l’utiliser en te servant des facteurs multiplicateurs • Calculer un déplacement, une position initiale ou une position finale à partir de la connaissance de deux de ces trois informations.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 4
  • 5. 3. Temps : instant et duréeLors d’une translation, nous pouvons (par exemple au moyen d’un chronomètre) observer le tempsqui s’écoule. Nous pouvons ainsi connaître l’instant du départ (qu’on notera par exemple t0) etl’instant d’arrivée (t1).La durée du déplacement se calcule alors comme suit : ∆t = t1 – t0Le temps s’exprime habituelle en secondes (s), qui est l’unité officielle du SI. Mais on utiliseégalement couramment les minutes (60 s) et les heures (60 minutes ou 3600 secondes).Les grandeurs t1 et t2 sont mesurées par rapport à une origine qui, avec l’unité de temps, définit leréférentiel temporel. Des origines communément utilisées sont la naissance de Jésus Christ ou deMohamed, minuit, midi, etc. Pour l’étude des mouvements, on peut évidemment choisir dereprésenter le temps dans un référentiel où t0=0. Dans ce cas, on peut écrire ∆t=t1=t. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Calculer la durée d’un déplacement, le moment du départ et le moment d’arrivée • Expliquer ce qu’est une grandeur scalaire • Expliquer et utiliser des référentiels temporels • Transformer les secondes en minutes ou en heures, et vice-versa. 4. Vitesse moyenneNous allons maintenant introduire la notion de vitesse. Que signifie « aller vite », « se déplacer àgrande vitesse » ? Cela veut dire qu’on parcourt une grande distance en un temps très court.Inversement, quand la vitesse est faible, on parcourt peu d’espace en un temps très long.En résumé : plus l’espace parcouru est grand, plus la vitesse est grande ; et plus le temps écoulé estgrand, plus la vitesse est petite. D’où la définition suivante : la vitesse moyenne d’un mouvementde translation rectiligne est le rapport entre l‘espace parcouru et le temps écoulé. Δx v moy = ΔtLa vitesse s’exprime en mètres par seconde (m/s) ou toute unité similaire (cm/s, km/h, km/s,etc…) Remarque : Pour convertir des km/h en m/s, on divise par 3,6. Pour convertir des m/s en km/h on multiplie par 3,6 (pourquoi ?)Dès qu’on sait d’où et à quel moment un mobile est parti, où et à quel moment il est arrivé, on peutcalculer sa vitesse moyenne. Mais bien sûr, cette vitesse moyenne ne nous informe pas sur lavitesse à laquelle le mobile a réellement effectué son déplacement. Il a très bien pu aller plus viteau début, et plus lentement à la fin.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 5
  • 6. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Définir la notion de vitesse moyenne • Transformer les deux formules de la vitesse moyenne en équations équivalentes • Utiliser ces équations pour résoudre des problèmes • Transformer des m/s en km/h ou en cm/s et vice-versa. 5. M.R.U. et graphique espace-tempsLe mouvement rectiligne uniforme (M.R.U.) étudie le cas d’un mouvement à vitesse constante eten ligne droite. Par « vitesse constante », il faut entendre que la vitesse moyenne sur une partiequelconque du trajet est toujours égale à la vitesse moyenne sur l’ensemble du trajet. Δx v= ΔtRemarquons que l’utilisation de la notation vectorielle n’est pas nécessaire ici, puisqu’il s’agit d’unmouvement rectiligne. Δe 2,4 km 2400 m v= = = = 20 m/s = 72 km/h Δt 2 min 2.60 s STOP Départ à Arrivée à 8h12 8h14 Distance = ∆e = 2,4 kmLe graphique espace-temps est un graphique qui représente la position d’un mobile en fonctiondu temps. En pratique, on ne représente ainsi que les mouvements à une dimension. Ainsi, lareprésentation d’un M.R.U. sur un graphique espace-temps est particulièrement aisée. Quelquesexemples vous montreront que… 1) Le graphique espace-temps d’un M.R.U. est une droite 2) La pente (inclinaison) de cette droite est d’autant plus grande que la vitesse est élevée 3) Une vitesse négative se traduit par une droite décroissanteCeci s’explique aisément. Si un mobile se trouve à l’origine en un point x0 et qu’il se déplace àvitesse constante v, sa position, au bout du temps ∆t sera donc : x = x0 + ∆x = x0 + v.∆tSciences 2h/sem - 4e - Physique 6
  • 7. On voit donc que la position dans l’espace (x) est une fonction du premier degré du temps écoulé(∆t). Or, les mathématiques nous ont appris que le graphique d’une telle fonction (f(x) = a.x + b)est une ligne droite dont le coefficient angulaire est v. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Définir la notion de « vitesse constante » • Indiquer et transformer la formule du MRU • Utiliser cette formule et ses transformations pour résoudre des problèmes • Représenter un MRU sur un graphique espace-temps • Interpréter un tel graphique 6. Mouvement non uniforme et vitesse instantanéeConsidérons maintenant une voiture qui effectue le voyage Bruxelles-Paris. Ce n’est pas unmouvement uniforme, car la vitesse de la voiture change souvent (ce n’est pas non plus unmouvement rectiligne, mais cela nous allons faire semblant de l’ignorer pour l’instant). Notrevoiture a pu parcourir, à l’aller, les 400 km en 4h. Elle a donc effectué le trajet à une vitessemoyenne de 100 km/h. Mais à certains moments elle roulait à 130 km/h (en France), à d’autresmoments à 120 km/h (en Belgique). Parfois elle roulait plus lentement encore (ralentissements,bouchons) ou bien elle était même à l’arrêt (pauses, arrivée à Paris).Cette fois, le graphique n’est plus une ligne droite, mais une courbe. En chaque point de cettecourbe, l’inclinaison (ou la pente) nous renseigne sur la grandeur de la vitesse instantanée.Pour mesurer cette vitesse instantanée qui change tout le temps, il faut considérer des durées et desespaces très petits, pendants lesquels la vitesse ne change pas ou presque pas.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 7
  • 8. Si dt représente un intervalle de temps extrêmement court (en fait, un temps infiniment court,même pas une infime fraction de seconde) et que dx représente la toute petite distance parcouruepar la voiture pendant ce temps-là, alors on peut définir ainsi la vitesse instantanée d’un mobile enmouvement rectiligne : dx v= dtCeci n’est pas très rigoureux sur le plan mathématique, mais vous en apprendrez davantage encinquième année, quand vous étudierez les « dérivées de fonctions » au cours de mathématiques. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Expliquer ce qu’est la vitesse instantanée d’un mobile • Mesurer la vitesse instantanée sur un graphique espace-temps 7. Relativité de la vitesseLa vitesse n’est pas une grandeur physique absolue, mais une grandeur relative. Elle dépend dusystème de référence que l’on a choisi. Selon l’orientation du système de référence, un mêmemouvement peut avoir une vitesse positive ou négative.Mais la vitesse d’un mouvement dépend aussi de l’état de mouvement du référentiel choisi. Quandje marche dans un train, je me déplace à 1 m/s par rapport au train. Mais si le train roule dans lamême direction à une vitesse de 10m/s, alors je me déplace par rapport au sol à une vitesse de 11m/s. Pourquoi ? Chaque seconde le train parcourt 10m et moi je parcours 1m dans le train ; en toutje parcours donc 11m. Ma vitesse absolue serait donc de 11m/s ? Non ! Car la Terre elle-même sedéplace dans l’espace. Et le Soleil tourne dans notre galaxie (amas d’étoiles). En d’autres mots, iln’existe probablement pas de vitesse absolue. On ne peut mesurer la vitesse que relativement à unsystème de référence (le train, la Terre, le Soleil…) et ce choix est nécessairement arbitraire.Si vAB représente la vitesse d’un mobile A (le passager du train) par rapport à un référentiel B (letrain) et si vBC est la vitesse du référentiel B (le train) par rapport à un autre référentiel C (la terre).Alors la vitesse vAC du mobile A (le passager) par rapport à C (la tgerre) est égale à : vAC = vAB + vBCRemarque : Le raisonnement du train ci-dessus n’est pas vraiment exact. On y suppose en effet(mais sans le dire et sans le démontrer) qu’un mètre mesuré dans un train en mouvement estidentique à un mètre mesuré le long de la voie où circule ce train. On a aussi supposé qu’uneseconde mesurée dans le train avait la même durée qu’une seconde mesurée en dehors du train.Or, la théorie de la relativité d’Einstein, que nous étudierons en 6ème , nous montre que les chosesne sont malheureusement pas aussi simples. Mais rassurez-vous : aux petites vitesses où roulentnos trains – même les TGV – cette erreur est tout à fait négligeable.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 8
  • 9. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Expliquer pourquoi la vitesse est une grandeur relative • Effectuer un changement de référentiel 8. L’accélérationLorsqu’on dépose une bille sur un plan incliné et qu’on la laisse rouler, on constate que sa vitesseaugmente : nous avons là un mouvement accéléré. Une observation détaillée de ce mouvement(par exemple au moyen d’une caméra) permet d’en construire le graphique espace-temps. Lerésultat obtenu ressemble à ceci : 1,2 1 (m) 0,8 parcouru 0,6 Espace 0,4 0,2 0 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 Temps (s)On constate que cette courbe a la forme d’une parabole. Puisque l’inclinaison (la pente) de lacourbe représente la vitesse, on peut conclure que celle-ci est croissante tout au long dumouvement. Il s’agit donc bien d’un mouvement accéléré : de plus en plus rapide.Nous pouvons estimer plus précisément la vitesse à chaque moment, en mesurant, sur le graphiqueespace-temps la pente de la courbe en différents points, par exemple tous les dixièmes de sonde. Onobserve alors que la vitesse augmente toujours de la même quantité en des temps égaux. Parexemple, si la vitesse est de 0,2 m/s après un dixième de seconde, elle sera de 0,4 m/s après deuxdixièmes de seconde, 0,6 m/s après troisi dixièmes, et ainsi de suite. Un tel mouvement est ditSciences 2h/sem - 4e - Physique 9
  • 10. uniformément accéléré. Le rapport constant entre l’augmentation de la vitesse et le temps estappelé accélération. Δv v1 − v 0 a= = Δt ΔtDans cette formule, nous avons écrit l’accélération sous forme de vecteur, car l’accélération a unegrandeur mais aussi une direction. Cependant, dans notre exemple, le mouvement est rectiligne : onpeut alors se passer de la notation vectorielle. Mais si nous avions lancé la bille transversalementsur le plan incliné, elle aurait parcouru une trajectoire courbe. Dans ce cas, l’accélération n’est plusparallèle à la direction du mouvement et nous avons absolument besoin de vecteurs pour la calculeret la décrire. Δv 72 km/h 20 m/s a= = = = 2 m/s2 10 secondes Δt 10 s 10 s après le départ : v = 72 km/h Au départ : v=0Un mouvement comme celui de notre expérience, où le mobile se déplace en ligne droite et oùl’accélération est constante, est appelé mouvement rectiligne uniformément accéléré (ouM.R.U.A.).Si on connaît la vitesse initiale (v0) et l’accélération (a) d’un mobile subissant un M.R.U.A., onpeut aisément calculer la vitesse finale (v) atteinte au bout d’une certaine durée (∆t). v = v0 + a. ∆t(Vérifie que tu comprends bien comment nous sommes passés de la première à la deuxièmeformule).Nous aurions aussi pu lancer notre bille sur le plan incliné, du bas vers le haut. Dans ce cas, lavitesse, au lieu d’augmenter aurait diminué. On a donc une accélération négative, encore appeléedécélération. (du moins si on choisit un repère orienté de bas en haut ; sinon c’est la vitesse initialequi est négative et l’accélération positive). Au bout d’un certain temps la bille va s’arrêter, puis ellecommence à redescendre. A ce moment, la vitesse change de signe, mais l’accélération restetoujours la même. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Distinguer un mouvement accéléré d’un mouvement uniforme • Définir l’accélération et le MRUA • Enoncer, transformer et utiliser la formule du MRUA • Distinguer accélération et décélérationSciences 2h/sem - 4e - Physique 10
  • 11. 9. Relation entre l’espace et le temps dans un MRUADans les formules du MRUA que nous venons de voir, il manque un élément : l’espace. Commentpourrions nous calculer la distance parcourue par la bille en un temps donné ? Nous avons biendeux formules qui lient espace et temps, mais l’une fait intervenir la vitesse moyenne, l’autre n’estvalable que dans le cas d’un MRU. Pour résoudre ce problème, considérons un mobile qui sedéplace initialement à une vitesse v0 et qui subit une accélération a durant un temps ∆t.Au terme de l’accélération, la vitesse est donc devenue v = v0 + a.∆t.La vitesse moyenne se calcule facilement en prenant la moyenne entre la vitesse initiale et lavitesse finale3 : vmoy= (v0 + v)/2 = (v0 + v0 + a.∆t)/2= (2.v0+a.∆t)/2 = v0 + a.∆t/2Or, nous avons vu plus haut que l’espace parcouru est égal à : ∆x = vmoy.∆t, c’est-à-dire : a.Δt 2 Δx = + v0 .Δt 2(Assurez vous d’avoir bien compris tous les développements mathématiques).Lorsque la vitesse initiale est nulle (comme c’était le cas pour notre bille) on peut évidemmentlaisser tomber le deuxième terme.Cette formule nous permet de comprendre la forme du graphique espace-temps d’un MRUA. Eneffet, on voit que la distance parcourue augmente avec le carré du temps. Si la durée est deux foisplus longue, la distance devient quatre fois plus grande. Si la durée est multipliée par trois, ladistance est multipliée par neuf, etc. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Enoncer et justifier la formule de la relation espace-temps dans un MRUA • Utiliser cette formule (et ses transformations) pour résoudre des problèmes de MRUA • Représenter un MRUA sous forme de graphique espace-temps. 10. Corps en mouvement : inertie, masse, forceJusqu’à présent nous nous sommes contentés d’observer et de décrire des mouvements. Maispourquoi des corps sont-ils en mouvement ? Qu’est-ce qui les fait accélérer, décélérer, changer dedirection ? Comment un corps se comporte-t-il une fois qu’il est en mouvement ? Va-t-ilspontanément ralentir ? S’arrêter ? Accélérer ?Commençons par ces quelques observations : • Un objet au repos sur un plan horizontal ne se met pas en mouvement tout seul • Une bille, ou un vélo, qui roule sur un plan horizontal ne s’arrête qu’au bout d’un temps très long ; mais un objet qui glisse sur un plan horizontal s’arrête rapidement • Certains objets (les plus « légers ») se mettent facilement en mouvement et s’arrêtent facilement ; d’autres objets (plus « lourds ») sont difficiles à mettre en mouvement, mais une fois qu’ils bougent ils sont difficiles à arrêter.3 Je dois vous demander d’admettre ce raisonnement sans preuve. La démonstration serait malheureusement tropdifficile, car elle fait appel à des outils mathématiques que vous n’étudierez quen 5ème et en 6ème années.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 11
  • 12. • Un objet en mouvement poursuit son mouvement sil nest pas freinéCes observations simples, chacun d’entre nous peut les faire. Et les hommes ont dû les faire depuisbien longtemps. Il a pourtant fallu attendre très longtemps avant qu’on ne parvienne à en tirer lesconclusions.La tendance naturelle d’un corps au repos est de rester au repos. La tendance naturelle d’un corpsen mouvement est de poursuivre ce mouvement en ligne droite et à la même vitesse. En d’autresmots : En labsence daction extérieure, tout corps se maintient en mouvement rectiligne uniforme.Tel est le principe d’inertie (encore appelé « première loi de Newton », du nom du savant qui, lepremier, formula clairement l’ensemble des lois de la mécanique. Isaac Newton vécut enAngleterre, de 1642 à 1727. Pourtant c’est un autre savant, Galilée, qui vécut cent ans plus tôt enItalie, qui fut le premier à formuler ce principe d’inertie)Linertie, cest-à-dire la résistance dun corps au changement de son mouvement, dépend de laquantité de matière que contient ce corps, cest-à-dire de sa masse. En d’autres mots, ce que nousappelons « matière » ou « masse » n’est au fond qu’une mesure de l’inertie d’un corps. La masse semesure habituellement en kilogrammes (kg).Une action extérieure qui permet de mettre un corps en mouvement, de le ralentir, de laccélérer oude changer la direction de son mouvement sappelle une force. Quand nous poussons une voiture,quand nous arrêtons une balle qui roule, nous exerçons une force. Si les objets en mouvementfinissent par s’arrêter c’est à cause des forces de frottement (sur le sol, avec l’air, entre partiesmécaniques d’un véhicule…). Un ressort tendu exerce aussi une force. La terre exerce une force de"gravitation" sur tous les objets qui se trouvent à sa surface. La force sexprime dans une unitéparticulière appelée le "newton" (N)Plus un corps a une grande masse, plus son inertie sera importante et plus il faudra donc de forcepour faire varier sa vitesse (pour l’accélérer, le décélérer ou changer la direction de sonmouvement). D’autre part, la force sera aussi d’autant plus grande qu’on veut obtenir une  accélération importante. La force F nécessaire pour imprimer une accélération a à un objet demasse m est donc donnée par la formule : F = maCette formule est connue sous le nom de « deuxième loi de Newton ». Elle permet de définirsimplement lunité de force : 1 N = 1 kg.m/s2 Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Enoncer et justifier le principe d’inertie et la deuxième loi de Newton • Définir les mots « inertie », « masse », « force », « poids » et utiliser ces notions • Utiliser la loi de Newton et ses transformations pour résoudre des problèmes • Expliquer les observations faites au début de ce point au moyen des principes de la mécanique.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 12
  • 13. 11. Forces fondamentalesDans la vie quotidienne, nous rencontrons beaucoup de forces : la force musculaire (de l’homme oudes animaux), la force du vent ou de l’eau qui coule, la force d’un aimant, la force d’un ressortcomprimé ou d’un élastique tendu, la force d’un moteur, la force d’attraction de la terre, lefrottement d’un objet qui glisse sur une surface, la résistance de l’eau ou de l’air à l’avance d’unnavire ou d’un avion, etc. Mais en réalité, toutes les forces que nous rencontrons sont le produit dequatre force (ou « interactions ») fondamentales : la gravitation, l’interaction électromagnétiqueet deux interactions nucléaires (appelées « interaction forte » et « interaction faible », mais, dansun but de simplification, nous ne ferons pas cette distinction)La gravitation est d’abord responsable de la pesanteur: les planètes comme la Terre exercent uneforce d’attraction sur tous les corps qui se trouvent à leur suface. Nous y reviendrons en détail aupoint suivant. La gravitation est également responsable du mouvement orbital des planètes dans lesystème solaire et du rassemblement de milliards d’étoiles au sein de gigantesques galaxies.L’interaction électromagnétique est responsable de l’attraction des électrons négatifs par les noyauxpositifs. Elle est donc responsable de l’existence des atomes.Mais la force électromagnétique intervient encore à d’autres niveaux. C’est elle (la force entreélectrons) qui fait que des atomes peuvent se rassembler pour former des molécules. C’est elleencore qui unit ces molécules très fortement dans les solides et (moins fortement) dans lesliquides. C’est par son entremise que les gaz exercent une pression sur les corps. Quand vous tirezsur un ressort et qu’il reprend ensuite sa forme initiale, c’est grâce aux forces électromagnétiquesentre molécules et/ou atomes. Si votre main ne passe pas à travers la table lorsque vous la frappezbrutalement dans un moment de colère, c’est encore grâce aux forces électromagnétiques entremolécules. Qu’une voiture dérape ou ne dérape pas dans un tournant, cela dépendra des forcesélectromagnétiques qui s’exercent entre les molécules des pneus et celles de la route. Bref, cetteforce est responsable de la cohésion et de l’élasticité de la matière ainsi que des interactions entreles corps.Enfin, les deux interactions nucléaires (et surtout l’interaction forte) sont responsables de lacohésion des noyaux atomiques. A cause de leur charge électrique positive, les protons serepoussent. Alors comment peuvent-ils rester unis au sein du noyau ? Il faut qu’il y ait une force deliaison. Il s’agit de l’interaction forte, qui relie les neutrons et les protons entre eux. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Enoncer les trois (ou quatre) interactions fondamentales • Expliquer leur champ d’action et donner quelques exemples de phénomènes liés à chacune d’elles.Sciences 2h/sem - 4e - Physique 13
  • 14. 12. Poids et chute des corps sur terreRevenons un instant sur une forme particulière de la force de gravitation : le poids. A la surface dela terre, tous les objets subissent une force proportionnelle à leur masse et dirigée vers le centre dela Terre. Elle est représentée par le symbole Fg ou par G et donnée par la formule : Fg = m.gEn d’autres mots, plus la masse d’un corps est importante, plus la force exercée par la terre sur cecorps est importante.Dans cette formule, g est une constante qui vaut environ 9,81 m/s2 à la surface de la terre (elle estdifférente sur d’autres planètes). On l’appelle « gravité » ou « accélération de la pesanteur ». Savaleur varie légèrement selon l’endroit où l’on se trouve sur terre (elle est plus élevée aux pôles quesur l’équateur).Que se passe-t-il lorsqu’on laisse tomber un corps à la surface de la Terre ? Prenons d’abord le cassimple d’un corps très compact, aérodynamique et ne tombant pas trop vite (donc au début de sachute). Dans ce cas, on peut négliger la force de frottement de l’air. On a donc : F Fg m.g a= = = =g m m mDonc, dans cette hypothèse, les objets en chute libre à la surface de la terre subissent tous unemême accélération vers le bas, égale à 9,81 m/s2 (d’où le nom de cette constante g). Cela peutsembler étrange, mais, pour peu qu’on supprime le frottement de l’air, une plume tombe aussi vitequ’une bille d’acier !Par contre, si on tient compte de la force de frottement de l’air (Ff), alors le calcul se complique.Quand un corps chute, sa vitesse augmente d’abord assez rapidement (de 9,81 m/s toutes lessecondes), puis, comme la force de frottement augmente avec la vitesse, l’accélération diminue.Lorsque cette force de frottement est égale au poids de l’objet, alors l’accélération s’annule et lachute se transforme en mouvement rectiligne uniforme. Pour un homme tombant dans le vide, parexemple, cet équilibre est atteint pour une vitesse d’environ 300 km/h.Attention à ne pas confondre la masse et le poids d’un objet. La première (la quantité de matièred’un corps) est une caractéristique fondamentale d’un corps, une donnée qui ne dépend pas del’environnement. Elle ne change pas si on amène ce corps ailleurs dans l’espace. La seconde (lepoids) est une force qui n’agit qu’à la surface de la Terre. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Distinguer la masse et le poids d’un corps • Calculer le poids d’un corps à partir de sa masse et vice-versa. • Décrire et justifier le comportement de corps qui chutent à la surface de la Terre, avec ou sans frottement de l’airSciences 2h/sem - 4e - Physique 14
  • 15. 13. TravailExercer une force ne représente pas nécessairement un gros « effort ». Quand je suis couché dansmon lit, j’exerce une force sur le sommier, mais cela ne me fatigue guère. Il existe, en physique,une notion pour décrire cette différence : c’est la notion de travail. On dit qu’une force travaillelorsque son point d’application se déplace parallèlement à la force. La quantité de travail estproportionnelle à la force et au déplacement. Quand je m’appuie sur un mur, j’y exerce une force,mais cette force n’effectue pas de travail. Quand je porte un objet, je n’effectue pas non plus detravail au sens physique (une table peut aussi porter un objet, mais la table ne travaille pas). Parcontre, si je pousse une voiture sur quelques mètres ou si je soulève un objet du sol, alors la forceque j’exerce effectue un travail.Lorsque la direction de la force et celle du déplacement coïncident, alors le travail effectué estsimplement égal à la grandeur de la force (F) multiplié par la longueur du déplacement (∆x): ∆x F ∆x F W = F.ΔxPar contre, lorsque les vecteurs force et déplacement ne sont pas parallèles, alors il faut utiliser uneformule un peu plus compliquée, faisant appel au « produit scalaire » de deux vecteurs. En fait,seule la composante de F qui est parallèle à ∆x travaille. Cette composante se calcule en multiplinatF par le cosinus de l’angle enre F et ∆x. ∆x F angle = φ   W = F.Δx = F.Δx.cosφRemarquons que le travail est toujours un scalaire, jamais un vecteur.L’unité où s’exprime le travail est le Joule. 1J = 1N.m = 1 kg.m2/s2Sciences 2h/sem - 4e - Physique 15
  • 16. Calculons le travail effectué lors d’une accélération. Un objet de masse m, initialement au repos,subit une accélération constante a, pendant une durée ∆t.On a : ⎧ 2 ⎪Δx = aΔt ⎨ 2 ⎪ F = m.a ⎩ ma 2Δt 2 m(aΔt) 2 mv 2 ⇒ W v = F.Δx = = = 2 2 2On voit donc que le travail qu’il faut fournir pour amener une masse m du repos jusqu’à unevitesse v dépend uniquement de ces deux grandeurs et non de la force, de l’accélération ou dutemps qu’a duré l’accélération.Calculons maintenant le travail effectué lors de l’élévation d’un objet à une altitude h. Poursoulever un objet de masse m à la surface de la terre, il faut effectuer une force égale au poids G =m.g. Si on le soulève d’une hauteur h, on doit donc effectuer un travail égal à : Wh = m.g.hOn observe cette fois que le travail à fournir pour changer l’altitude d’un objet dépend uniquementde cette variation d’altitude et de la masse de l’objet. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Définir la notion de travail et l’illustrer au moyen d’exemples • Calculer le travail si tu connais la force et le déplacement (scalaire ou vectoriel). • Enoncer, justifier et utiliser la formule du travail fourni pour accélérer un objet • Enoncer, justifier et utiliser la formule du travail fourni pour élever un objetSciences 2h/sem - 4e - Physique 16
  • 17. 14. EnergieUne bille posée sur un sol plat ne se mettra pas en mouvement sans action extérieure. Par contreune voiture au repos sur une route horizontale se mettra à rouler (si le moteur est en bon état, si ellecontient de l’essence et si on enfonce l’accélérateur). La bille n’est pas capable d’effectuer untravail ; la voiture est capable d’effectuer un travail. On dira que la bille ne contient pas d’énergie,alors que la voiture contient de l’énergie. La capacité d’un système physique à effectuer du travail s’appelle l’énergie.Mon corps contient de l’énergie. Une bombe atomique, une bougie, une pile électrique, un thermosde café chaud, une barre de chocolat, un avion en plein vol, le vent, un volcan, une corde de guitareen vibration… voilà autant de systèmes physiques « capables d’effectuer un travail », donc quicontiennent de l’énergie (on parlera, selon le cas, d’énergie chimique, d’énergie électrique,d’énergie nucléaire, d’énergie éolienne, etc.). Tout comme le travail, l’énergie s’exprime en Joule.On distingue deux formes fondamentales d’énergie : l’énergie cinétique et l’énergie potentielle.Lorsqu’une balle en mouvement vient frapper une autre balle au repos, cette dernière se met enmouvement. La force exercée par la première balle a fourni un travail ; elle contenait donc del’énergie. Cette énergie que possède un corps en raison de sa vitesse s’appelle énergie cinétique.Lorsqu’on lâche un objet soulevé du sol, il accélère en tombant. De même, si l’on tend la corded’un arc, celui-ci est capable de lancer une flèche à grande vitesse. Et si j’approche deux aimantspar des pôles identiques, ils vont se repousser brutalement si je les laisse aller. Dans tous ces cas,une force élastique a été tendue et l’on a donné à un système physique la capacité de fournir untravail. On lui a donné de l’énergie potentielle.Comment calculer l’énergie cinétique ?Imaginons un corps de masse m et se déplaçant à une vitessse v. Ce corps vient frapper sur unobstacle qui va lui opposer une force de résistance F e le décélérer jusqu’à l’arrêt. Quel est letravail fourni par le corps pendant son freinage ? W = F.∆ x ⎧ F = −Ffreinage = −m.a ⎪ Or, on sait que : ⎨ a.∆ t 2 ⎪ ∆x = + v.∆ t ⎩ 2 a.∆ t 2 −m.a 2 .∆ t 2 ⇒ W = −m.a.( + v.∆ t) = − m.v.a.∆ t 2 2 ∆ v −v Dautre part : a = = ⇒ a.∆ t = −v ∆t ∆t −m.v 2 m.v 2 ⇒W = + m.v = 2 2 2Sciences 2h/sem - 4e - Physique 17
  • 18. Cette formule est identique à celle du travail effectué pour donner une vitesse v à la masse m. End’autres mots, l’énergie que l’on a dépensé pour donner cette vitesse au corps est exactement lamême que celle que le corps possède ensuite en raison de cette vitesse. L’énergie est doncconservée.Par exemple, nous avons vu que pour élever une masse m à une altitude h, il faut fournir un travailW=mgh. Si on laisse retomber cette masse jusqu’au sol, elle va subir une accélération g. La durée∆t de la chute se trouve facilement : g.Δt 2 2h Δx = h = ⇒ Δt = 2 gNous pouvons maintenant calculer la vitesse de l’objet quand il touche le sol. 2h v = g.Δt = g. = 2gh gQuel travail a-t-il fallu fournir pour atteindre cette vitesse ? m.v2 m.(2.g.h) W= = = m.g.h 2 2Ainsi, l’énergie accumulée dans le corps (et restituée sous forme de vitesse en tombant) était doncexactement égale au travail qu’on avait fourni pour élever ce corps. On peut démontrer de la mêmefaçon qu’un objet animé d’une vitesse v accumule exactement une quantité d’énergie égale autravail fourni pour accélérer ce corps. Les formules de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle(dans le champ de gravitation de la terre) sont donc identiques à celles du travail : m.v 2 Ek = 2 E p = m.g.hEn résumé : • L’énergie cinétique est l’énergie que possède un corps en raison de son mouvement • L’énergie potentielle est l’énergie que contient un corps (ou un système physique) en raison de sa position dans un champ de force(s) élastique(s). La formule ci-dessus est celle du cas particuler où ce champ de forces est le champ de gravitation à la surface de la terre.Une des lois fondamentales de la nature est la loi de conservation de l’énergie : Dans un système physique isolé (c’est-à-dire qui n’échange pas d’énergie avec l’extérieur) l’énergie totale reste toujours conservée.Autres formes d’énergieUne fois que l’objet qu’on a laissé tomber touche le sol, l’énergie ne disparaît-elle pas ? Non, maiselle se transforme en d’autres formes d’énergie : de la chaleur (énergie calorifique), du bruit(énergie sonore) et des ondes de choc (énergie de vibration). De même, quand je pousse une caissesur le sol, j’effectue un travail. Mais où est passée l’énergie ? Là encore : chaleur et bruit.Inversement, d’où vient l’énergie que je fournis à un objet en le poussant ou en l’élevant ? Eh bien,elle vient de mon corps, ou plutôt des sucres et des graisses qui y sont stockés. C’est de l’énergieSciences 2h/sem - 4e - Physique 18
  • 19. chimique que je transforme en énergie de mouvement : c’est ce qu’on appelle « brûler descalories »…Il existe encore d’autres formes d’énergie (c’est-à-dire d’autres façons d’accumuler de la capacité àfournir du travail) : l’énergie de radiation, l’énergie nucléaire, l’énergie électrique…). Nousreparlerons de toutes ces formes d’énergie en 5e et en 6e année. Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Définir la notion d’énergie et l’illustrer au moyen d’exemples • Distinguer différents types d’énergies • Enoncer et démontrer les formules de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle (gravitationnelle à la surface de la terre) • Enoncer et utiliser la loi de conservation de l’énergie • Utiliser ces notions pour résoudre des problèmes 15. Référentiels galiléensPour être exact, les lois de la physique que nous venons de décrire ne sont exactes que si onexprime les grandeurs (vitesse, accélération, etc…) dans certains référentiels particuliers.Considérez le passager d’une voiture qui roule en ligne droite, sur une route bien plane, à unevitesse constante de 100 km/h. Si aucune force n’est exercée sur lui, il ne subit aucune accélérationpar rapport à la voiture (donc s’il ferme les yeux, il a l’impression d’être au repos). Cela estconforme au principe d’inertie. Mais si la voiture freine brutalement, le passager est projeté enavant. Plus exactement, il continue simplement de se déplacer à 100 km/h, alors que la vitesse de lavoiture diminue. Donc, par rapport au sol, le passager respecte le principe d’inertie. Mais parrapport à la voiture en train de freiner, ce principe est violé : le passager subit une accélération versl’avant, alors qu’aucune action extérieure n’intervient pour le pousser.Les lois de la mécanique, telles que nous venons de les décrire, ne sont valables que dans desréférentiels qui ne sont ni accélérés ni en rotation, c’est-à-dire des référentiels au repos ou enmouvement rectiligne uniforme. De tels référentiels sont dits « galiléens ». Au terme de ce point tu dois pouvoir : • Distinguer un référentiel galiléen d’un référentiel non galiléen • Expliquer les sensations d’accélération ressenties dans un référentiel non galiléenSciences 2h/sem - 4e - Physique 19

×