Your SlideShare is downloading. ×
0
×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Mobile Masterclass at SIME-SITEM 29 Jan 2013 [french]

590

Published on

Presentation to kick off the afternoon masterclass at the SIME-SITEM conference in Paris, 29 Jan 2013, in French. Co-presenters, whose presentations followed this one, included: …

Presentation to kick off the afternoon masterclass at the SIME-SITEM conference in Paris, 29 Jan 2013, in French. Co-presenters, whose presentations followed this one, included:
Roland Topalian, Cité des Sciences, concepteur multimédia, chef de projet Visite+;
Agnès Vincent, Conceptrice & Chef de projets multimédias; Compositrice de musique à l'image & Sound designer;
Simon Houriez, designer pédagogique, directeur de Signes de Sens;
Vincent Puig, Centre Pompidou, directeur exécutif de l’Institut de Recherche et d’Innovation;
Geneviève Vidal, enseignante, chercheuse LabSic à l’Université Paris 13;
Gilles Duffau, La Cinémathèque française, directeur des nouveaux médias;
Yves-Armel Martin, directeur d’Erasme, centre d’innovations numériques.

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
590
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • Je vais me presenter plus en details dansquelques instants, mais tout d’abordj’aimeraisvousconnaitremieux: qui de voustravaille avec des dinosaures?Video: http://www.youtube.com/watch?v=FjYgboXIWGEUploaded by ‪RussiaToday on Jan 27, 2012
  • Si je commence par cetteplaisanterie, c’estpeut-êtreparcequej’aipeur d’être moi-même un dinosaure. Et je le discommeça, parceque je ne connais pas la réponseàcette question qui vous a attirésaujourd’hui: l’innovation: est-elle possible dans les musées?
  • Donc je viensdevantvous non pas commeuneautoritéoucomme un expert, maisplutôtcomme un chercheurétudiantunegrande question et qui vousprie de l’aideràtrouveruneréponse. Heureusementj’aiaussi des amis qui vont nous aider àtraiterl’innovationdans les musées, et l’innovation en ligne. Je vous les presenteraibientot.
  • Pour nous aider dansnos investigations, je vous propose deuxexemplesd’innovation, prisdans le secteurculturel.C’etait un “Flashmob”del’an passé avec la Banque Sabadell en Espagne. 100 personnes de l’orchestresymphonique les Vallees, le Lieder, les Amis de l’Opera et la Chorale des Beaux Arts. Video: http://www.youtube.com/watch_popup?v=GBaHPND2QJg&feature=youtu.be
  • Quelssont les aspecsinnovants de cette performance si on les compare aux lieuxhabituelsoùelle se déroule ? En d’autrestermes qui a la parole ? Qui a le pouvoir ?Image: http://danse-opera.over-blog.com
  • Ilsauraientpeut-êtreajouté de nouveaux caneaux de distribution pour leur message, ouélargi les caneauxexistants, comme YouTube, mais la structure fondamentalereste la meme: l’autorité de l’orchestre, de l’académie, et de la banquemécène du projet. Ilsformenttoujours le centre du pouvoir
  • Passonsà unautreexemple: le choeurvirtueld’EricWhitacre – sapremière performance, Lux Aurumque en 2010. Il cherche des fonds pour son 4eme choeurvirtuelsurKickstarter.For more info:http://singularityhub.com/2011/04/14/crowd-sourced-choir-sings-over-internet-with-the-power-of-2000-voices-video/http://ericwhitacre.com/about Video: http://www.ted.com/talks/eric_whitacre_a_virtual_choir_2_000_voices_strong.html
  • Encore une question, quellessont les innovations, avec les choeurs de l’Opera ici a Paris?Photo Christian Leiberhttp://www.operadeparis.fr/en/L_Opera/les_Choeurs/presentation.php© Opéra national de Paris
  • En revanche, l’exemple de LuxAurumque nous propose quelque chose de different: l’interventionestouverte a beaucoup plus de monde, et il y a un feedback loop intégrédans le systeme, grace a l’usage des plateformesYouTube et Facebook.Maiscommemoncollègue, Dan Davis,l’aremarqué, la musiqueouvre des collaborations entre les musiciens sans hiérarchie – Eric Whitacrecommecompositeur et chef d’orchestrereste au centre du systeme de pouvoir, mais au moinsilecoute et donne la parole aux personnesextérieures.
  • C’est pour m’expliqueràmoi-même les differentseffets de ces 2 types d’innovationsquej’aidonné aux termesrevolutionaire et radical 2 significations differentes. Les revolutions sont des cycles – ilstournent – apportant de nouvelles innovations tous les jours. Le SomSabetelleestintéressantunefois, peut-etre 2: maisviteilfauttrouverune nouvelle innovation. Le cycle de la revolution doit se recommencertoujours.En effetl’innovationest le moteur du capitalisme, fondésur la nécéssitéd’offrir tout le temps de nouveaux produits pour s’ouvrir de nouveaux marches. Pour –celal’innovationvavite et produitl’impression de changementcontinuel. Voiciuneautrefaçon de représenterle cycle d’innovationquevousavezpeut-être déjà vu.Photos: http://en.wikipedia.org/wiki/Hype_cycle
  • Enrevanche leradicalismeest beaucoup plus lent, comme la croissance des racines. Il travaillesouvent de manièresouterraine, maisproduit un changement plus profond et durable. On ne saurapeut-être pas tout suite si les effets de Lux Arumque et les choeursvirtuelsd’EricWhiteacrevontdurerou non, et comment ilsvont changer les participants – et le public qui les écoute.Photo: http://allisondawnpr.com/blog/tag/grassroots-public-relations/
  • Si les choeursvirtuelsd’EricWhitacreont un effet radical, c’estgrâceàleurutilisation des réseauxsociaux qui invite le grand public inconnu àparticiper. Jeff Howe l’adéfinicomme le “crowdsourcing” en 2006. Clay Shirky a analysé le concept et observe qu’inviter un nombre de participants énorme, peutavoir un effetprofondsur la relation. Il cite le physicien Philip Anderson, “Plus est different”: ce qui change le discourscomplétement, la structure même du pouvoir qui porte la parole.
  • “Le crowd” peutbouleversercomplétement les hierarchies traditionelles, les transformant en structures beaucoup plus horizontales– les rhizomes. La tactiqued’inviteràune participation plus active et plus large nous offre la possibilitéd’imaginer le muséecomme un tel rhizome – un réseaudistribué: c’est un sujetsurlequelj’aipubliéauparavant.Plus d’info: Museum ID http://www.museum-id.com/idea-detail.asp?id=337
  • Recadrer le muséecommeuneorganisation plus large que le staff, ne nous donne pas seulementaccès à plus de resources humaines. Ill donne plus de legitimité au musée et nous conduit àconcevoir plus modestementnotrerôledans la culture mondiale.
  • Chris Anderson, lerédacteur en chef du Wired Magazine, nous suggèreque le crowdsourcing pourrait transformer le Smithsonian dans un Wikipedia du monde physique.
  • Et en effet, nous avonsbasé la stratégie mobile du Smithsonian sur le concept de “recruter le monde”. Pour moi – la seulepersonne en charge des plateformes mobiles au Smithsonian, sans budget et sans staff, le concept de “recruter le monde” n’est pas seulement un ideal philosophique, maisunenécessité. Sans les voluntaires qui m’aident a réalisernotrestratégie, je ne serai pas capable de réussir.
  • Maisfranchementiln’y a riend’innovantdanscettestratégie. Le Smithsonian a commencé son “crowdsourcing” avec notre premier chef au milieu du 19eme siècle. Secretary Henry a utilisé la nouvelle technologie de son temps, le télégraphe, pour recruter partout en Amérique les personnes qui expédiaient les rapports météoavec le télégraphe. En analysant et en représentant la somme de cesdonnées, il a pucréer le premier plan météodes EU – qui estdevenu le premier service national de météorologie.Notre 2eme chef du Smithsonian, Secretary Baird, a de la mêmefaçontravaillé avec des amateurs et de jeunesscientifiques pour créer les collections de science naturelleque nous offronsactuellement au Smithsonian. Ilsontutilisél’autretechnologieimportante du 19eme siecle, le chemin de fer, pour envoyer des wagons des spécimens a Washington DC.Louise Rochon Hoover's painting, "Secretary Henry Posts DailyWeather Map in Smithsonian Building,1858." Commissioned for the Smithsonianexhibition at the Chicago Centuryof Progress Exhibition in 1933.http://en.wikipedia.org/wiki/Megatherium_Club
  • Et aujourd’hui, je ne suis pas la seule au Smithsonian àm’appuyersurl’énergie des bénévoles: car ilssont plus nombreuxque les salariésaussibienphysiquementquevirtuellement.
  • Avec les nouveaux appareils mobiles, qui ont la possibilté de nous connecter avec les gens n’importeoù, n’importequand, ilexisteuneautrepotentialitéradicale qui estcellede passer des casques aux microphones – de passer du “nous parlons”, au “nous vousdonnons la parole”.
  • Actuellement, le Smithsonian a misà la disposition du public plus de 30 apps et sites web mobiles. Tousinduisentla participation du public avec le crowdsourcing, maisil y a 2 projetsdanslesquelsnotrestratégie de recruter le monde – pour réalisernotre mission, transformer l’institution et notrefaçon de travailler – se réalisent.Il s’agit de Stories from Main Street, et Access American Stories.
  • Les 2 apps sontinspirées par l’artisteamericain, Halsey Burgund. Je cherchetoujoursàcomprendre comment les artistes utilisentleursoutilsquecesoit un crayon ou un smartphone, ilsvontpousserleurtechnologie aux limites et nous montrer comment penser “hors limite”.C’estmonexpériencequandj’aivisitél’installation de Burgund au deCordova Sculpture Park. C’est un audio guide du parccrée par sesvisiteurs, avec unebandesonore geo-localiséecomposée par l’artiste – la musique change selon la position du visiteurdans le parc et donne le ton de la visite de maniérelittéraleet figurative.
  • On a que 2 possibilitésdanl’app: enregistrersesproprescommentaires, ouécouterunebandesonorecomposée des commentaires des autresvisiteurs et de la musique de Halsey Burgund.
  • J’etaisassezsceptique au début: quepeuvent me dire les visiteurs en moins de 30 seconds sur les sculptures mieuxque les conservateurseux-mêmes?
  • Finalement, cefutl’expérience la plus émouvantequej’aijamaisressentie– et, des guides audio dansle monde entier, j’enai beaucoup essayés !Iciunevideo qui donne le sens de l’expérience.
  • Je penseque la puissance quedégagel’utilisation de cette installation et son app ne decoulent pas seulement du contenu du guide – et les voix des visiteurssonttrèsémouvantes – maisaussi de la transformation quel’artiste a réalisé avec lesélémentsbasiques de l’audio guide. En effet, il a créeune nouvelle sémiotiqueougrammaire de l’expériencemobile culturelle. …Et les bonnesnouvelles pour nous tous nous qui travaillonsdans le secteurculturelestquesaplateforme pour crowdsourcingestopensource. Le Smithsonian l’aadaptée à nosbesoins, doncmêmecesaméliorationssontdisponibles pour voustousgratuitement, àtéléchargersur site Roundware.org
  • L’app Stories from Main Street fait le tour des petites villes des EU avec une exposition itinérantedu Smithsonian. L’objectifestd’enregistreroralementlesrécitssur la vie dans les petites villesaméricaines.
  • Cescommentairessontimmédiatementdisponiblesdans le app dèsqu’ilssontenregistrés. Ils font ensuitepartie des collections du Smithsonian.
  • Access American Stories a commeobjectifd’élargirl’accessibilite de l’Institution aux aveugles et malvoyants, et en même temps d’entraîner les personnesvoyantesdansnotre mission. Dansune exposition d’objetsiconiques de notre collection – comme Les Ruby Slippers de Dorothy en The Wizard of Oz, le premier ordinateur Apple Mac, et le costume de Benjamin Franklin- les visiteurssontinvités à enregistrerune description verbale de l’objet, que les visiteurs mal-voyantspeuventécouterensuite.
  • Nous estimonsquece guide descriptif de l’expositionouvre les yeux de tousceux qui utilisentl’app, et quenosvisiteursadorent se sentiracteurs de quelque chose plus grand qu’euxmêmes . Ilsrésolventainsi un problème important pour le Smithsonian. En effet, avec 137 millions d’ objetsdansnos collections, nous ne pourrionsjamaisavoirassez de personnel, de temps ou de ressources pour rendreaccessiblestousnosobjets par nous memes.
  • Retour à la question précédente: si le crowdsourcing mobile représentel’innovation au Smithsonian, a-t’il la capacité de transformer l’Institutiondans un “Wikipedia du monde reel? Est-cequecesprojets mobiles changentvraimentcelui qui parle et les structures de pouvoir? Pour mesurernotresuccès en crowdsourcing, nous pourrions faire unecomparaison avec le projet qui a inspirénotrestratégie mobile : Wikipedia esténorme – le grand-pere du crowdsourcing - et apparement aeu un grand succès. C’est un projetinnovant sans doute, et capable de transformer la gestion du savoir humain. Maisest-il radical, au sens de donner la parole a qui ne l’avaitpas eueavant, ou de transformer les structure profondes du pouvoirdans la communication de la connaissance?
  • En 2011, Wikipedia a publiéuneétude qui a réveléque le monde de Wikipedia était un monde d’hommes: seulement 13% des contributeurssont des femmes. Il manque des voiximportantes, des thèmes et des articles centrauxdans la culture humaine. Cegraphiquereprésenteuneétudefaite par Santiago Ortiz, danslequel on voit les contributions des femmes versus celles des hommes en Wikipedia… Il y a plusiersthéories qui explicitent la sousreprésentation des femmes dans Wikipedia, maisily a aussi la volonté de Sue Gardner la cheffe du Wikimedia Foundation, de renversercettetendance. Cequej’aiappris de cetexempleestquemêmesiwikipedia et le crowdsourcing, social media ontbouleversénos habitudes et notre culture avec un vitesseàpeinecroyable, ilsn’ont pas encore touché aux racines, qui structurentnotresociété et décidentde qui a la parole dans le discours de pouvoir.http://moebio.com/research/wikipediagender/#tv_programs&films&books&emotions&cities&sports&from_listDefine Gender Gap? Look Up Wikipedia’s Contributor ListBy NOAM COHENPublished: January 30, 2011http://www.nytimes.com/2011/01/31/business/media/31link.html?_r=2&
  • Je ne voudrais pas êtretropcyniquemaisiln’y a pas de technologie qui peuttouteseuleeffectuer les changementsque nous souhaitons. Maisc’estjustementpourquoi, ilestessentielque nous revolutionaires, nous techniciens et autres qui cherchonsàapporter les changementsdans le musée, nous acceptionsquemêmesil’innovationvachaque jour plus vite, le vraichangementesttoujourstrès lent – commeva nous l’ expliquer Roland Topalian tout àl’heure. Nos instruments et nostactiquesvont beaucoup changer pendant le long cheminvers un futurradicalementdifférent de ceque nous connaissonsaujourd’hui. Nous auronsbesoin de la puissance des deuxengrenages du changement – la revolution temporaire, toujours se renouvelant et le radicalisme,cechangementprofond, souventcaché, qui rebâtiranosmaisonsmême pendant que nous les habitons. Parfoisl’usagetactique de cesdeuxapproches nous sembleracontradictoire – peut-être hypocrite – comme le dilemmefeministe, qui veutajouter les femmes àl’accademie, en meme temps qu’ilattaque et nie la valeur de l’accademie. Et nous devrions faire attention pas seulement aux engrenages, maisaussi aux moteurs qui tournent, et à la machine qui nous porte.
  • Pour tout ce long cheminvers le futur, je pensequel’attitude la plus importante sera celle de l’auto-critique et de la pleineconscience, afin de ne pas croire trop viteànotrepropremythologie du progres. Surtoutilfaudraéviterd’imposer de nouveaux dogmatismesà la place des anciens, et de ne pas tomberdansl’illusion du changementcomme, “Le roiest mort, vive le roi!” Par rapport aux innovations techniques dans les musées, ilfaut nous souvenir quesi nous ne sommes pas des dinosaures, nous ne sommespas siéloignés des singes avec leurs nouveaux joujoux. http://www.earthweek.com/2010/ew101008/ew101008a.jpgPhoto: Mor Naaman - Flickr
  • Pour ne pas vouslaisserdans la déception face à la perspective de cefuturcompliqué, je voudraistermineraujourd’hui avec des exemplesd’utilisation qui certainement nous apporteront des changementsrevolutionairesdans les prochainesannées, et qui offrentaussi la possibilitéd’être mises au service de missions plus radicales.En premier lieu: l’usage de l’appareil photo des telephones mobiles comme “computer vision” , pour le déclenchment des vues en “réalitéaugmentée”. Il peutpermettrel’augmentation de cequenosyeuxvoient avec en plus des informations en format visible, maisaussi la traduction de texte et meme la geolocalisation à l’interieur du musée.http://www.youtube.com/watch?v=h2OfQdYrHRs&feature=youtu.be
  • En bref, l’appareil photo quedésormaistout le monde portedans la pocheest un outil de médiation et d’accessibilitétrès fort pour les musées: ilfautque nous l’utilisions!
  • C’est le trigger per usages d’augmented reality commegoogle goggles…
  • Nous l’utilisons au Smithsonian pour identifier les muséesdèsl’exterieurmais en plus, pour signaler la recherche qui se derouleàl’interieur. Des collègues au National Museum of Natural History sont en train de mettre en place une application qui utilise la réalitéaugmentée pour donnervie àune installation trèsancienne de squelettesd’animaux. L’appareil photo du telephone mobile peutremettre les peauxsur les squelettes et montrer les animaux en action.http://smithsonian-webstrategy.wikispaces.com/Augmented+Realityhttp://itunes.apple.com/us/app/nps-national-mall/id447866739?mt=8
  • Uneautre nouvelle application au Smithsonian place le dernier musée de notrefamille, le muséed’histoireet de culture afro-americaine, sur le National Mall en format numériquependant que le nouveau bâtiment et en phase de construction. http://www.kaltura.com/index.php/kwidget/cache_st/1342126674/wid/_347381/uiconf_id/8145862/entry_id/0_3tnnzy3z
  • Et finalement, l’appareil photo encombinaison avec d’autresmoyensest un outil important pour la geolocalisationàl’intérieurdu musée. Pour l’accessibilite et les grandsmusees en particulier,connaîtrela position du visiteur et être capable d’yrépondrereste un but important et un champs de recherche technique riche pour les technologies muséales.
  • Merci pour votre attention! Maintenant, on vaprendre un petit break, maisensuite nous reprenons avec nos 2 pannelsd’intervenants…
  • Transcript

    • 1. Voir video: http://www.youtube.com/watch?v=FjYgboXIWGE2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 1
    • 2. L’innovation:est-elle possible dansles musées ? De la révolution au radicalisme En mobile et ailleurs Nancy Proctor, Smithsonian Institution SIME/SITEM 29 janvier 2013 proctorn@si.edu @nancyproctor http://slideshare.net/nancyproctor
    • 3. Agenda14-14h50: Innovation, révolution et radicalisme• break15-15h50: Innovation in situ dans les musées• break16-16h50: Innovation en réseau• discussion2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 3
    • 4. The Smithsonian Institution •19 Musées •168 Muséesaffiliés •9 Centres de recherche •Et un Zoo
    • 5. Voir video: http://www.youtube.com/watch_popup?v=GBaHP ND2QJg&feature=youtu.be2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 5
    • 6. Image of Opera Paris2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 6
    • 7. Porte-parole
    • 8. Voir video: http://www.youtube.com/watch?v=D7o7BrlbaDs2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 8
    • 9. 2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 9
    • 10. 2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 11
    • 11. 2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 12
    • 12. “More is different.”
    • 13. Le Muséedevient un reseaudistribué Edward Hoover, 2010, from Flickr.
    • 14. “A Wikipedia of the Physical World” http://smithsonian20.si.edu/schedule_webcast2.html
    • 15. La Vision du mobile au Smithsonian: Recruter le Monde • Pour mieuxréalisernotre mission • Pour la transformation de l’Institution Mettre le Smithsonian pas seulementdans la poche, maisdans les mains de noscollaborateurs.2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 17
    • 16. Il ny a rien de nouveau sous le soleil. – Ecclésiaste 1:9
    • 17. 6 000 employés : 6 500 bénévoles
    • 18. Passer des casques aux microphones “From we do the talking to we help you do the talking.” – Chris Anderson, Wired, Smithsonian 2.0 Conference, 24 Jan 2009 http://smithsonian20.si.edu/schedule_webcast2.html
    • 19. Plus de 30 Projets Mobiles http://si.edu/mobile
    • 20. http://halseyburgund.com/work/scapes/2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 22
    • 21. http://halseyburgund.com/work/scapes/2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 23
    • 22. http://halseyburgund.com/work/scapes/2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 24
    • 23. Voir video:http://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=halsey%20burgund%20scapes%20video&source=web&cd=3&ved=0CD0QtwIwAg&url=http%3A%2F%2Fvimeo.com%2F15058020&ei=QHEWUau9LYLr0gGxyoCADQ&usg=AFQjCNGRShvKvTpyMTY09NBl8cb6QUFERg&sig2=ae537yqMlMZkkjtfQLOUhg&bvm=bv.42080656,d.dmQ http://halseyburgund.com/work/scapes/
    • 24. Les Transformations Mobiles 1. Les “stops” deviennentbandessonores 2. Les bandessonores ne sont plus linéaires 3. La diffusion devientune conversation 4. La conversation estasynchrone 5. Le corps humaindevientl’interface Scapes: http://wiki.museummobile.info/archives/16082 Manifesto: http://wiki.museummobile.info/archives/62 Roundware: http://roundware.org
    • 25. Stories from Main Street http://storiesfrommainstreet.org/
    • 26. Access American Stories
    • 27. 2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 30
    • 28. Wikipedia• 470 millions des visiteurs par mois• Plus de 17 millions enregistrés• ~100 000 écrivainsactifs• 24 millions d’articles• Plus de 285 langues
    • 29. http://moebio.com/research/wikipediagender/#tv_programs&films&books&emotions&cities&sports&from_list2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 32
    • 30. http://en.wikipedia.org/wiki/Gear2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 33
    • 31. 2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 34
    • 32. Computer Vision
    • 33. Google Goggles http://mobile.getty.edu/gettygoggles/http://blogs.getty.edu/iris/connect-with-art-using-google-goggles-and-our-new-mobile-collection-pages/?Campaign=Twitter
    • 34. Augmented Reality
    • 35. Augmented Reality in 3D
    • 36. Location, location, location
    • 37. Pannel 1: L’innovation in situ1. Roland Topalian, Cité des Sciences, concepteurmultimédia, chef de projetVisite+ roland.topalian@universcience.fr @roltop2. Agnès Vincent, Conceptrice& Chef de projetsmultimédias; Compositrice de musiqueàlimage& Sound designer contact@agnesvincent.com @agnesvincent http://agnesvincent.com http://www.linkedin.com/in/agnesvincent http://fr.viadeo.com/fr/profile/agnes.vincent3. Simon Houriez, designer pédagogique, directeur de Signes de Sens s.houriez.signesdesens@gmail.com4. Vincent Puig, Centre Pompidou, directeurexécutif de l’Institut de Recherche et d’Innovation vincent.puig@centrepompidou.fr2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 41
    • 38. Pannel 2: L’innovation en reseau1. Geneviève Vidal, enseignante, chercheuseLabSicàl’Universit é Paris 13 gvidal@sic.univ-paris13.fr2. Gilles Duffau, La Cinémathèquefrançaise, directeur des nouveaux médias g.duffau@cinematheque.fr3. Yves-Armel Martin, directeurd’Erasme, centred’innovations2/26/2013 Nancy Proctor, proctorn@si.edu 42 numériques

    ×