Chap I l'entreprise
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Chap I l'entreprise

on

  • 1,875 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,875
Views on SlideShare
1,875
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
88
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Chap I l'entreprise Chap I l'entreprise Document Transcript

  • Naïssan LEMJID 2e LAC, 2é LAF Culture Entrepreneuriale I 1 CHAP I : L’ENTREPRISE Il s’agit dans ce chapitre de savoir de quoi l’on parle quand on évoque l’entreprise ? Comment se caractérise l’entreprise ? Comment l’analyser ? L’entreprise recouvre en effet des réalités diverses, de part ses formes juridiques, organisationnelles, ses représentations variées. L’entreprise entretient des relations variées avec son environnement. Elle évolue en fonction de celui-ci. Elle y puise des informations, des ressources, des compétences, elle y tisse des relations d’échanges qui permettent le développement d’activités. Ces activités s’inscrivent dans le cadre d’un processus de gestion qui assure la cohésion de l’ensemble. Enfin, et compte tenu des moult activités auxquelles l’entreprise a à faire face, un découpage de ces dernières fonctions permet une meilleur spécialisation et donc un meilleur rendement. I- Définitions L’entreprise est une entité qui fonctionne afin de réaliser un objectif ultime. Elle est structurée matériellement et socialement sous forme d’espaces de travail organisés, avec une structure de rôles pré-déterminés par un certain nombre de règles et de lois. Le but de toute entreprise est d’exploiter d’une façon maximale les ressources matérielles et humaines dont elle dispose en vue d’atteindre ses objectifs. Les chances de survie d’une entreprise reposent sur : - Sa compétitivité qui garantie ses débouchées - Et son adaptabilité sociale qui favorise son ajustement avec son environnement. L’entreprise est une image réduite du monde. Elle est composée d’Hommes avec tout ce que cela suppose de dynamisme, d’erreurs, de comportements cohérents et/ou irrationnels, de conflits, de collaboration… Ouverte sur son environnement, en relation directe avec nombreux partenaires, l’entreprise vit en osmose avec l’extérieur. Sa gestion exige à la fois rigueur et de l’imagination pour surmonter et maîtriser sa complexité et sa richesse. L’entreprise est une combinaison de 4 facteurs : - Des Hommes - Des biens et services qui sont spécifiques à chaque entreprise. - Des marchés : sur lesquels sont écoulés les produits fabriqués et également les marchés des fournisseurs. - Des capitaux : avec lesquels fonctionne l’entreprise. En conclusion, l’entreprise peut donc être présentée comme un espace ayant plusieurs aspects : un espace économique (vue son profit et ses biens et services), organisationnel (vue sa réglementation établie pour limiter le désordre : structure, division des tâches, interactions des personnes…), politique et socio- culturel (contrat de travail…).
  • Naïssan LEMJID 2e LAC, 2é LAF Culture Entrepreneuriale I 2 II-Différents types d’entreprises Toute entreprise doit être constituée de manière qui correspond le mieux à ses besoins. Une entreprise se caractérise par : sa dimension et sa forme juridique. L’adoption d’une forme juridique déterminée dépend de la dimension et de l’extension prévue pour l’entreprise. Il est nécessaire, en effet, de tenir compte des 3 notions suivantes pour caractériser une entreprise : - L’activité des entreprises et leur appartenance à un secteur. - La dimension des entreprises jugée d’après leur chiffre d’affaires ou le nombre de salariés qu’elles emploient. - La structure des entreprises compte tenu de l’adaptation à leur activité et à leur dimension. Quelque soit les typologies basées sur tel ou tel critère, elles peuvent renseigner le gestionnaire sur : - Le comportement de l’entrepreneur et ses pratiques managériales ; - Le choix de la structure d’organisation ; - La stratégie de croissance. Les classifications les plus courantes sont la classification juridique et la classification économique. 1- Classification juridique Le critère retenu est la détention du capital social autrement dit du patrimoine de l’entreprise. Une 1ére subdivision consiste à séparer les entreprises en : entreprises publiques et autres privés.  L’entreprise publique : est celle dont une partie (entreprise semi-publique) ou la totalité (entreprise publique) du capital est détenue par l’Etat ou les institutions assimilées (collectivités locales ou régionales par exemple).  L’entreprise privée : est celle dont le capital social appartient à une personne privée qu’elle soit morale ou physique. Il existe en effet 3 types d’entreprises privées : les sociétés de personnes, les sociétés à responsabilités limitée et les sociétés de capitaux. - Les sociétés de personnes : où la considération de la personne des associés est déterminante et le patrimoine propre des associés responsables ne se distingue pas nettement du patrimoine de la société. - Les sociétés à responsabilité limitée : les associés ne sont responsables que de leur apport en société et les créanciers de la société n’ont pour gage que le patrimoine de la société. Le capital est constitué sans appel au public. - Les sociétés de capitaux :  Sociétés en commandite par actions : le capital se partage librement cessibles et transmissibles et la constitution du capital peut se faire par un appel à l’épargne publique.  Sociétés anonymes : tous les associés ne sont responsables que du montant de leur apport en société et cette dernière peut être dirigée par un conseil d’administration élu par l’ensemble des actionnaires. 2- Classification économique  La taille de l’entreprise : ce critère taille est fréquemment utilisé. La taille des entreprises est mesurée en fonction de l’effectif employé : - PME : sont les entreprises employant moins de 50 salariés. L’entreprise qui compte moins de 6 employés est considérée comme entreprise artisanale. - Moyenne entreprise : si l’entreprise emploi entre 50 et 500 salariés. - Grandes entreprise : si elle dépasse 500 salariés.
  • Naïssan LEMJID 2e LAC, 2é LAF Culture Entrepreneuriale I 3  Le secteur d’activité : le critère d’appartenance à un secteur intéresse surtout l’économie et la comptabilité nationale. Il permet de connaitre l’apport ou la contribution de chaque secteur dans le produit national brut (PIB) et situer les échanges intra et inter sectoriels. On distingue selon cette classification les entreprises du secteur primaire (agriculture, pêche, extraction des ressources naturelles), celles du secteur secondaire (industrie et bâtiment) et celles du secteur tertiaire (commerce, administration, banques, assurances…). III- L’environnement de l’entreprise Les caractéristiques de l’entreprise sont étroitement liées à l’environnement de celle-ci. En effet, l’environnement peut être défini comme étant l’ensemble des éléments qui existent en dehors de l’entreprise et qui ont le potentiel de l’affecter. Tous les gestionnaires doivent donc se familiariser avec les forces et les éléments de leur environnement (prévoir l’évolution de l’environnement, évaluer les marchés où l’entreprise opère,…). 1- L’environnement général ou externe Cet environnement représente le contexte général dans le quel l’entreprise évolue. Il comprend le conteste économique, politique et légal, technologique, social, naturel et écologique, éthique, et international. - L’environnement économique : il fournit à l’entreprise toutes les ressources nécessaires à l’acte de production, la disponibilité et le coût des facteurs de production, la qualification de la main d’œuvre, le taux d’intérêt, le taux d’inflation, … en fait, les éléments qui intéressent l’environnement économique sont les consommateurs, les concurrents, les fournisseurs, et les ressources humaines. - L’environnement technologique : l’un des aspects cruciaux de l’environnement d’une entreprise est l’état de la technologie qui l’intéresse. Le progrès technologique peut avoir un impact considérable sur le fonctionnement et la gestion de toute entreprise. L’influence de la technologie se fait surtout sentir sur les méthodes de conception, de production, de distribution, ou de commercialisation des biens et services. Cet environnement impose de s’adapter aux innovations pour survivre et être davantage efficace dans un monde en changement. - L’environnement social et culturel : il est formé des attitudes, des attentes et désirs, du niveau d’intelligence et des habitudes des individus qui composent un groupe donné. Cet environnement se traduit, en tant que force d’influence, à travers l’évolution du comportement des consommateurs, la croissance démographique, la répartition des groupes d’âge de la population, ses classes sociales,… - L’environnement éthique : l’éthique c’est la science de la morale et des mœurs. Ainsi, l’environnement éthique concerne la base du comportement moral de l’entreprise. - L’environnement politique : l’environnement politique, les attitudes et décisions des chefs de gouvernement et des législateurs changent avec le reflux des demandes et attentes sociales. L’entrepreneur dans se cas est submergé par un masse de lois et de réglementation qui visent à protéger les travailleur, les consommateurs et la collectivité en plus de faire respecter les contrats et de protéger le droit de propriété. - L’environnement international : de nos jours, on assiste à une interdépendance des économies favorisée par la mobilité des facteurs de production et le progrès technologique. Une crise économique ou politique dans un pays peut profiter ou au contraire nuire à ses partenaires. La planète est devenue un vaste marché où se concurrencent les entreprises et où le commerce international joue un rôle primordial. - …
  • Naïssan LEMJID 2e LAC, 2é LAF Culture Entrepreneuriale I 4 2- L’environnement direct ou immédiat Cet environnement est principalement composé d’acteurs avec lesquels l’entreprise est directement liée. Ce microenvironnement repose donc sur des relations de proximité qui sont en rapport direct avec l’activité de l’entreprise. I.Calmé, J.Hamelin, JP.Lafontaine , S.Ducroux, F.Gerband, Introduction à la gestion, Dunod, Paris, 2003. Remarque : cet environnement (général et direct) peut être turbulent (instable), placide (stable et simple), placide-complexe, ou réactif (simple mais instable). IV- Le processus de gestion et fonctions de l’entreprise 1- Processus de gestion La gestion est l’ensemble des activités « d’organisation, d’animations, de planification et de contrôle appliquées à diverses ressources pour réaliser des objectifs » (Terry et Franklin, les principe du management). Le rôle des gestionnaires consiste à s’assurer que les objectifs et stratégies soient bien définies (planification), que le travail entre les individus soit coordonné (organisation), que ces individus travaillent avec efficacité (direction), et que le travail soit conforme aux buts et aux plans (contrôle).  Phase de planification : avant d’entamer un travail, il faut tracer les objectifs à atteindre, situer les moyens et ressources nécessaires pour atteindre ces objectifs. Or pour fixer des objectifs il faut avant tout procédés par une activité de prévision qui consiste à anticiper les besoins du marché et ses contraintes, ensuite, à étudier l’entreprise et son milieu et enfin formuler un plan d’action. Entreprise Des relations de marché: les concurrents directs ou indirects Des relations industrielles: les acheteurs, les fournisseurs, les sous- traitants,... Des relations financières: les prèteurs (banques, organismes financiers) les actionnaires,... Des relations institutionnelles: les administrations, agences nationales, associations, élus, organismes consulaires,...
  • Naïssan LEMJID 2e LAC, 2é LAF Culture Entrepreneuriale I 5  Phase d’organisation : organiser, consiste à mettre en rapport les moyens et les ressources économiques et humains en structurant les tâches et rôles d’où la naissance des activités fonctionnelles dans l’entreprise et à coordonner les efforts de travail.  Phase de direction : cette phase impose au gestionnaire d’avoir des compétences interpersonnelles. Il doit savoir communiquer avec tous ceux qui œuvrent à l’atteinte des objectifs. Il doit les diriger, les motiver, les inspirer et les encourager.  Phase de contrôle : lors de cette phase il s’agit d’évaluer le rendement des activités à tous les niveaux et au besoin de procéder aux corrections nécessaires pour atteindre les objectifs. Ceci permet d’évaluer le progrès réalisé et de les comparer aux plans établis. 2- Les fonctions de l’entreprise  La fonction Ressources humaines : l’entreprise est composée d’hommes et femmes, qui constituent le capital humain. Un tel capital complexe doit être géré. Il s’agit de : - Planifier les besoins en ressources humaines. - Choisir, engager et former le personnel. - Elaborer une politique de rémunération. - Evaluer la performance des employés.  La fonction marketing : le produit d’activité de l’entreprise est destiné à être vendu sur un marché. Pour que cette vente ait effectivement lieu et dans les meilleures conditions, l’entreprise doit avoir su au préalable : - Identifier les besoins et désirs des consommateurs des produits de l’entreprise. - Savoir satisfaire ces besoins par la conception, fabrication et fourniture de produits répondant à leurs attentes.  La fonction production : l’entreprise est dotée de ressources de production qu’elle combine d’une façon optimale afin de produire des biens et/ou services. Sa fonction de production consiste à : - Gérer des ressources physiques. - Utiliser efficacement les matières premières, les équipements pour fabriquer des produits à des coûts avantageux. - Répondre aux contraintes commerciales.  La fonction finance : elle consiste à s’assurer de l’efficacité de la gestion des ressources financières de telle manière à atteindre les objectifs suivants : - La rentabilité - La liquidité - La stabilité