Mon histoire avec AIESEC COTE D'IVOIRE par Pierre NAHOA

  • 1,776 views
Uploaded on

 

More in: Career
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
No Downloads

Views

Total Views
1,776
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
59
Comments
4
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie1Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013
  • 2. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie2Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013MON HISTOIRE AVEC AIESEC COTE D’IVOIREQuand je gagne un an de plus sur ma vie.SommaireIntroduction…………………………………………………………………….………………………………3Mon recrutement……………………………………………………………………………..……..……….4Les découvertes……………………………………………………………………………………….………7its up to you!....................................................................................................7Et si jétais Président.........................................................................................12Chrétien AIESECer………………………………………………………………………………………….15La tribu des anciens…………………………………………………………….………………….………15Citoyen du Monde grâce à AIESEC……………………………………………………………..…..16Mot de fin……………………………………………………………………………………………………..18
  • 3. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie3Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013IntroductionHey AIESEC !Ces quelques lignes de ce petit article ou ebook constituent le tracé de la petite etspéciale expérience que j’ai eu pendant que j’étais embauché dans la multinationale,la plus grande organisation mondiale créé et dirigé par des jeunes leaders étudiantsencore pour certains et récents diplômés pour d’autres.Ce livret de quelque pages est ma façon de contribuer encore à l’évolution deAIESEC COTE D’IVOIRE, plus à AIESEC en Afrique en partageant mon expérience.Je veux déjà remercier mes devanciers et guides (Esmel Marcel, Magnus Johnson,mes coach et mentor) pour ne citer que ceux-là qui m’ont toujours montré le chemin,supporté, bousculé, enseigné, conseillé et inspiré. Et qui continuent en dehors deAIESEC, de le faire.C’est bien à la suite de leur sharing experience au travers de vidéos et articles quej’ai décidé moi aussi de partager mon humble expérience qui permettra auxgénérations à venir de bénéficier de ce trésor que notre génération n’a pas connu.J’encourage ma génération et les anciens à faire de même au travers de supportsqui leur sied (vidéo, audio, vidéo-conférence enregistrée, blog, album photocommenté, ebook). Je crois pour ma part que c’est un devoir.Mon histoire à AIESEC est un cocktail d’émotions, de formations et d’informations, devécus et de non vécus, de rêves réalisés, d’échecs, de passion, de sacrifices, de vieet de succès.Je souhaite que ce livret soit pour chaque AIESECer actif une source d’inspirations,un recueil de motivation, une opportunité de découvrir AIESEC et de mieux vivreAIESEC.Je suis Pierre NAHOA, Business Developper, Coach, Formateur et entrepreuneur.Voici mon histoire.
  • 4. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie4Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Mon recrutementJe me souviens bien de ce jour pendant une de mes habituelles promenades àKoumassi avec mon meilleur ami Aimé Beugré. Nous revenions d’une réception debaptême et étions en route pour la maison. Dans notre marche, mon compagnon meparlait d’une organisation de jeunes du nom de AIESEC. J’avais l’impression qu’ils’agissait d’une fiction, d’un film fantastique parce que tout ce que j’avais retenudans la brillante et motivante explication de mon compagnon c’était bien sûr lesséminaires et conférences dans des hôtels grands luxes, les voyages, le nom deplusieurs pays retentissant dans mon oreille et mon esprit (brésil, inde, Sénégal,Kenya, Angleterre…110 Pays où j’avais la possibilité de me rendre si et seulement sij’intégrais l’organisation).A m’en tenir à ce qu’il me disait, l’organisation n’offrait pas seulement tout ce que j’aicité ci-dessus mais plus. Elle te formait et de manière très pragmatique à devenir unhomme de pointe plus tard. Pas seulement pour ton quartier mais pour le mondeentier. Wow ! J’étais fasciné, émerveillé, séduit, transporté. Je me voyais à cetinstant entre 2 avions parlant à des ambassadeurs et enseignant ; A des leaders dehaut niveau puisque c’était mon rêve. Etre un agent de changement.Plusieurs jours passèrent après cet instant magique quand j’ai vu dans monétablissement une affiche de la même organisation faisant la promotion de sonrecrutement dans le bureau local de l’école GROUPE INSTEC. Je ne me suis pas faitprié pour les contacter. J’avais eu en ligne ce jour la ravissante Miss Eventhia Falé,Chargée des relations extérieures en ce temps qui m’a confirmé que l’informationque j’avais vu était d’actualité et que le recrutement se faisait par un processuscomprenant un test écrit en anglais et des questions d’actualités générales, un testoral d’anglais et enfin un test psychotechnique. Après cela nous devrions participer àun séminaire de postulants d’un weekend end et c’est bien à la fin de tout ceprocessus qu’on saura si nous avions été sélectionnées ou pas dans cetteprestigieuse organisation. Sans oublier qu’il fallait encore payer des frais derecrutement de 3000f cfa  .Ce n’est peut-être pas courant de se voir payer des frais avant un entretiend’embauche. Mais pour moi après plusieurs recherches sur internet j’ai découvert quec’était pratiquement le même processus dans les 110 pays où était implémentéAIESEC. Quoi? Comme le dirait un bon ivoirien, tu veux que je rate une occasioncomme celle-ci à cause de 3000f quoi ? Hum ce n’est pas moi !J’ai pris le risque de perdre 3000f  en passant ce recrutement. J’ai été recrutéfinalement après mon premier séminaire (Local and Training Seminar) avec AIESEC à
  • 5. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie5Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Bonoua le 30 Août 2009 dans le comité Local du GROUPE INSTEC-Abidjan Côted’ivoire.Je ne pourrai jamais oublier ces sessions, facilitateurs et Chair (Djaha Jules) qui enun week end ont chamboulé toute ma vie et ma conception des choses. Je ne sais àce moment comment décrire ces moments mais pour le nouveau que j’étais, jevenais de renaitre ou que dirais-je, de découvrir un nouveau monde avec denouvelles pensées et de nouveaux mots. (State of the world, Exchange, plan decarrière, roll call, punishment, alumnis). AIESEC était effectivement ce que jecherchais, elle répondait parfaitement à mes aspirations. C’était le nouveau départ, lecommencement d’une nouvelle dimension de style et mode de vie et de pensées.
  • 6. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie6Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Premier ‘punishement
  • 7. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie7Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Les découvertesRetour au LC (Local Committee) pour les formations, je commençais ma carrièreAIESEC. J’ai fait la connaissance de mon Coach et mentor là et plusieurs anciensavec qui j’ai gardé le contact jusqu’aujourd’hui. Des hommes de talents, pleinsd’ambitions, tous dispersés aujourd’hui dans l’ensemble des 110 pays AIESEC.Ils travaillent dans le secteur public et privé en Côte d’ivoire. Ils ont créé leurspropres business. Ils sont représentants de multinationales dans certains pays ou enCôte d’ivoire. Ils travaillent à plein temps dans l’un des 6000 entreprises partenairesde AIESEC à travers le monde. Ce sont des hommes et femmes de pointe.Chaque Samedi j’apprenais quelque chose de nouveau et je m’appliquais de sorte àfaire partir des élites de cette génération.Un mois après pendant les allocations de positions et cahier de charge, j’ai étésélectionné comme Team Leader dans l’une des équipes des ressources humaines.Puis Team Leader de tous les TL du département auprès de Assemien Julienne, Vice-présidente Talent Management en ce temps. J’ai beaucoup appris auprès d’elledurant toute cette première année. Son humilité, sa discrétion, ce qu’elle dégageaitquand elle nous motivait à travailler pour avancer.its up to you! (*signifie : Cela dépend de toi)Aucun AIESECer, même sympathisant ne dira jamais n’avoir pas entendu cettephrase mythique et célèbre : it’s up to you.Nous étions tous embauchés dans cette grande entreprise qu’est AIESEC avec sonunique façon de fonctionner. Ton altitude dépendait de ton attitude, tesactions, tes choix, ta motivation, ton assiduité, ton audace à saisir les opportunités etpositions de leadership et les assumer. D’où la fameuse phrase ‘’ it’s up to you’’.AIESEC utilisant l’anglais comme langage de travail.La carrière professionnelle avec AIESEC dépendait de chacun. Il pouvait durer 2semaines, 2 mois, 2 ans, 10 ans et même plus. Tout dépendait de tes objectifs. It’sup to you.Après mon premier poste de Team Leader à la gestion des Talents, j’ai oséassumer plusieurs positions de leadership à savoir (le poste de OCVP
  • 8. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie8Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Communication pour le PBOX RUN UP, OCP AIESEC Quiz, Project DirectorLANGUAGE ACADEMY appelé maintenant ENGLISH MARATHON, OCVPCommunications and Marketing NLDS Mai 2010 – National Leadership andDevelopment Seminar - avant de convoiter pour le mandat prochain le bureauexécutif Juin 2010. Après d’autres tests et entretiens j’ai été sélectionné commeVice-Président chargé des relations extérieurs avec à sa tête le meilleurPrésident local de sa génération N’dabian Jean Luc que je respecte et salue. Le seulAIESECer en Côte d’Ivoire et en Afrique qui silonne toutes les contrées arabes, mêmeles plus dangereuses (Pakistan, Afghanistan, Syrie, Emirates…) oeuvrant avec sonemployeur pour la paix.C’était sans repos et temps de sacrifices pour moi. Mon seul objectif était : découvrirplus avec AIESEC pour développer le maximum de mon potentiel. Je voulais être l’undes meilleurs sinon le meilleur agent de changement que AIESEC pouvait modeler.RUN UP project (Projet pourla promotion de la paix enCôte d’ivoire) avec desstagiaires venues du Kenya,de la lithuanie, de laRoumanie et de la NorvègeT-shirt NLDS 2010 qui a eu dusuccès.Design Copyright réservé 
  • 9. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie9Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Chaque poste occupé est toute une grande histoire et d’autres choses à découvrir.Pendant mon mandat de Vice-Président, j’ai été sélectionné comme Coordinateurde l’évènement phare de AIESEC INSTEC : la Soirée de l’Excellence quin’avait pas connu le jour en mon temps (premier échec). J’ai facilité mon premierséminaire AIESEC, le LTS 2010 (PEHE).Après cela J’ai décidé d’élargir ma zone de confort, j’ai postulé comme facilitateurau NTMS Sénégal (National Training and Motivation Seminar) ou j’ai étésélectionné et élu meilleur facilitateur en Janvier 2011.En fin Avril 2011 je pars comme facilitateur au NLDS TOGO. Je suis encore élumeilleur facilitateur, puis mi-Mai 2011 je suis sélectionné et élu meilleurfacilitateur au NLDS BENIN. Cela a été une superbe expérience pour moi. Celam’a aidé à aiguisé mes aptitudes de travail en équipe. Dans cette période, AIESECCOTE D’IVOIRE avait stoppé ses activités à cause de la crise post-électorale. J’ai eubeaucoup plus de chance et donc je continuais à travailler. Après le séminaire auBénin, le Bureau exécutif local du LC d’Abomé calavi- Bénin m’a demandé decontinuer l’aventure avec eux. Je venais à cet instant de commencer un Ceed (leCeed est un type de stage particulier. C’est le fait de travailler à AIESEC dans unautre pays pendant une durée déterminée). J’avais pour charge de coacher uneéquipe de 40 personnes pour le plus grand évènement de l’agenda du LC. AIESECUAC Week. Cet évènement devrait rassembler environ 2000 jeunes et une vingtainede sponsors. Le thème principal était : Leadership.J’ai vécu de grands moments-là avec plusieurs hommes et femmes AIESECers quim’ont donné leur toit, leur eau, leur moto et leurs contacts. Je voudrais saluer dePremier partenariat signéavec la BJC en tant que VP ER
  • 10. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie10Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013passage Norentz Gogan, LCP en son temps, mon mentee Hervé Kotchipa qui devientune étoile montante dans cette sructure et Kindji Christophe le millionnaire (mestuteurs) et Philalexie Sossou. J’ai rencontré plusieurs autres personnes venant dumonde et d’autres figures emblématiques de AIESEC reconnus dans le mondeAIESEC pour leur talent. Je veux parler de Adonis Aymar Tellar-Delis, IsmaelTanko, Vince Odilon Toly, Sam agbé pour ne citer que ceux-là.Confronté à plusieurs problèmes d’ordre financier au Bénin, J’ai dû proposer au LC deme trouver un stage AIESEC rémunéré à Cotonou pendant que je m’organisais dansle même temps pour rester le plus disponible possible pour mon Ceed. Des nuitsblanches et des nuits blanches pour atteindre les résultats souhaités. Travaillantd’un côté avec un cabinet de formation pour gagner de l’argent et del’expérience et d’un autre coté répondre à la tâche première pour laquelle j’ai étésollicité au Bénin.Il fallait connaitre ses priorités, discipliner sa vie, gérer son temps, maximiser sesefforts, gagner du temps et réussir. Avec les conseils des anciens et la vie pratiqueAIESEC, j’ai pu surmonter tous ces obstacles avec succès. Et j’ai gagné enexpérience.Moi donnant une session avecAdonis pendant le ‘UAC week’
  • 11. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie11Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013‘’Hungry and foolish’’ je continuais mon chemin à petits pas mais des pas sûrs avecAIESEC. Le mandat 2011 tirait à sa fin et les activités reprenaient au pays. Jedécidais d’élever le niveau en postulant pour la place de Vice-président nationalchargé de la communication en COTE D’IVOIRE. Je fus sélectionné pour lemandat Juillet 2011 – Juin 2012.Pendant ce mandat, j’ai révolutionné la Team Communication. J’ai canalisél’information sur les médias sociaux et la plateforme myaiesec.net. J’ai formé lesvice-présidents Information Management des LCs. J’étais rigoureux dans la gestiondes groupes Facebook et pages. J’ai réalisé le projet des tracts papiers glacés pour lerecrutement national (conception et production). J’ai créé que des logosprofessionnels. La communication des séminaires et conférences (couverturemédiatique avant – pendant et après), teasing, posters professionnels, wiki surmyaiesec.net des grandes rencontres (NTMS et NLDS) était l’un de mes plus grandschamps de travail. Les T-shirt proposés aux séminaires n’étaient que de qualité. J’aiconclu un partenariat stratégique avec un magazine Africain de renom ayant sonsiège en Côte d’Ivoire. J’ai initié le myaiesec.net’s day, exclusivité en Côte d’Ivoire,du jamais vu jusqu’à présent dans un pays AIESEC en Afrique. Aujourd’hui certainsLCs ont changés le nom mais le concept reste intact.Là encore je me donnais le devoir de redoubler d’effort, d’être plus performant, plusprofessionnel, plus update, plus proactif et ‘’plus international’’. Je le suis tout desuite devenu mais virtuellement  . j’ai postulé et été sélectionné NationalSupport Brand and Information Management pour le Gabon et le BurkinaFaso. J’ai été en novembre pour 6 semaines au Nigéria à Jos où j’ai participéau programme de stage communautaire (GCDP) qu’offre AIESEC. Coach du LocalCommittee de AIESEC Cesag-Dakar. Malgré tout ça je restais sur ma faim.Séminaire Africain auTogoAFROXLDS
  • 12. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie12Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Et si je devenais présidentQuand je prenais la route pour le Nigéria, ce n’était pas seulement pour leprogramme GCDP mais pour rencontrer certains anciens AIESECers Nigérians quiavaient une expérience à remplir tout un stade de football. Des anciens qui avaientété déjà président d’un Bureau National, d’autres déjà président AIESEC dans 2 paysdifférents. Je partais dans le ‘bois sacré’ parce que j’avais pour désir de devenirPrésident de AIESEC COTE D’IVOIRE. Je restais en intense contact avec moncoach et mon mentor. Ils étaient informés de mes choix, de ce que j’apprenais denouveau et presque toutes les actions que je menais. Je me créais rapidement descontacts et facilement je remplissais mon carnet de note de conseils précieux pourgérer plus d’un comité local. Pourquoi le Nigéria ?J’avais choisi le Nigéria parce que c’était en premier un pays anglophone.Deuxièmement AIESEC Nigéria gérait environ 17 LCs alors que la Côte d’ Ivoire negère que 4 LCs. AIESEC NIGERIA était l’un des premiers pays en Afrique dans leclassement des résultats AIESEC (TMP, TLP, IXC, OGX, Gestion de finances) sinon lepremier pays AIESEC en Afrique de l’ouest. De ce pays je pouvais forcément ressortirgrandi. En plus j’aimais bien la musique nigériane. Alors pourquoi pas ?Travaillant durement et ardemment pour AIESEC Côte d’Ivoire jusqu’à souventm’endetter pour voyager pour juste un conseil. Je dirais simplement que j’étaispassionné.Les élections se sont bien déroulées en Janvier 2012 au foyer des jeunes de Marcorysous une fine pluie qui rassurait tous les candidats d’une bénédiction venant de Dieu.J’avais été élu Président de AIESEC COTE D’IVOIRE pour le mandat Juin2012- Juillet 2013 grâce à mon programme électoral qui m’a couté voyages, nuitblanches, séminaires, conférences et presque 3 ans d’assiduité sur le réseauAIESEC  . Je peux vous dire que ce n’était pas anodin, ni sans sacrifices ,je sais ceque j’ai enduré et je peux vous dire que ce n’était pas du tout facile mais la foi yetait. C’était le rêve accompli, j’avais atteint la plus grande et haute instance de AIESECCOTE D’IVOIRE en 3 ans. Ce que je ne vous ai pas dit dans le stade de monrecrutement. J’avais écrit sur le post-it jaune qu’on m’avait donné pendant la session‘’ carreer plan’’ au séminaire de Bonoua, trois (3) choses et l’une d’entre elles étaitprécisément : Devenir président de AIESEC COTE D’IVOIRE en 3 ans.
  • 13. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie13Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Ce post-it jaune sale et poussiéreux maintenant, je l’ai encore dans mes affaires chezmoi en Côte d’ivoire. J’aurais aimé en prendre une photo pour vous le montrer icimais je suis à plus de 12 000 km de la maison, j’espère avoir l’occasion de le faire unjour.AIESEC m’avait donné la possibilité ce jour de discuter sur la même table avecd’autres jeunes leaders représentant leur pays. J’avais eu désormais cette grandeopportunité de parler à des hommes d’affaires d’une certaine catégorie, desdirecteurs de multinationales, de rencontrer et parler avec des jeunes entrepreneurs.J’ai été en Hongrie pendant 17 jours de formations intenses pendant l’hiveravec un séjour à Paris. Ce schéma-là est très important. Paris j’y étais .L’un des grands privilèges que j’ai eu à cette rencontre c’était d’avoirdiscuté avec l’un des co-fondateurs (France) de AIESEC, Monsieur JeanChoplin. Nous avons parlé du pays en général, de ses contacts et de sa vision deAIESEC COTE D’IVOIRE de loin selon la santé économique et social du pays.Présidents AfricainsAIESECM. Jean Choplin co-fondateur deAIESEC, 2 autres présidents et Moidans le fond très souriant 
  • 14. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie14Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Après cette histoire à revivre, retour en Côte d’ivoire pour la sélection de mon équipeafin de se mettre au travail. Quand malheureusement il y’a eu certains troubles quine m’ont plus permis d’exercer. Une autre élection a été organisée et une autreéquipe a pris le relais. Une chose à retenir. Que ce soit avec toi ou sans toi AIESECavancera. Il serait mieux pour toi d’être toujours du côté où tu pourrais bénéficier aumaximum. Moi, pour ma part j’ai gagné un an de plus sur ma vie. Actuellement Jedevrais surement être en train de courir çà et là à Abidjan cherchant des partenariatsou autres. Je devrais être en train de me battre pour m’assurer l’atteinte de nosrésultats dans le temps donnée. J’utilise aujourd’hui ce temps et cette énergie pourcontinuer mon chemin petit à petit mais surement. J’ai lancé mon propre business,NAHOA INITIATIVES (https://www.facebook.com/NAHOA.INITIATIVES) que jepréparais depuis Mai 2011. J’avais envisagé le lancer au lendemain de la fin de monmandat 2012-2013. Maintenant je suis en stage pré-emploi dans une multinationaleen Inde où j’essaie de faire mes preuves. La vie continue et ne s’arrête pas àAIESEC.De là je voudrai que ceux qui sont encore en pleine carrière et qui me lisent seposent ces 2 questions.Pourquoi suis-je à AIESEC ?En quoi est ce que AIESEC m’aidera à atteindre mon objectif personnel ?Ça ne sert à rien de perdre son temps, si tu ne sais pas pourquoi tu veux oupourquoi tu as intégré l’organisation. Plusieurs personnes sont rentrées dans lastructure sans vision. Et ils ont actuellement le résultat de ce qu’ils attendaient de lastructure. Sachez qu’une action sans vision est une folie. Et Michaël Kami diraqu’une vision sans action n’est qu’une hallucination. Ce qu’il vous faut alorsc’est une vision précise et des actions par la suite. C’est bien sur ces 2 piliers que j’aiessayé de marcher durant toute ma carrière AIESEC. Avec AIESEC vous apprendrez àêtre smart, prévoyant et sage. Je vous souhaite bon courage et je vous rassure quevous ne serez pas déçu. Si vous prenez AIESEC sérieusement, elle en fera de mêmepour vous.‘’If you stand for nothing, you will fall for anything.’’
  • 15. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie15Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Chrétien AIESECerL’un des aspects sensibles de ma carrière était celui-ci. Mon statut Chrétien-AIESECer. AIESEC est une organisation sans discrimination de religion. Parconséquent vous pouvez trouver des collègues de tout horizon, de toute religion.Mais là n’est pas le problème.Certaines personnes souvent me demandaient comment gérer sa vie chrétienne etêtre à AIESEC. Je souriais toujours à cette question parce que je ne sais toujours pasde quelle source provient cette question ou idée.AIESEC est une organisation de jeunes, alors ne soyez pas étonnez que vousentendez que certains décidaient de cheminer ensemble. Ce qui est naturel etnormal. Cette année nous avons célébré le mariage de Claude Hervé et sa femme,tous deux AIESECers (enfin pour ceux qui les connaissent). Là où il y’a unrassemblement fréquent de jeunes que ce soit à la mosquée ou à l’église, vousentendrez toujours ce genre d’informations. Personnellement je ne vois pas en quoicela gênerait la vie spirituelle de quelqu’un qui sait d’où il vient et où il va. Je donnejuste de passage mon avis puisque ‘bizarrement’’ c’est une question fréquente.Personne ne t’indexera si pendant les séminaires tu prends ta natte et va prier (pourle musulman), personne ne t’indexera si tu rends grâce à Dieu avant de déjeuner oudiner ou dormir (pour le chrétien).Je me souviens bien que plusieurs fois Chrétiens et musulmans, prions avant chaquedépart pour un séminaire.La tribu des anciensIl existe une tribu des anciens à AIESEC appelé comme dans toute organisationinternationale, alumni. C’est le collège des anciens membres. Il constitue la meilleurecoopération de personnes à contacter de par leur expérience pour soutenir AIESEC.Les alumni ne soutiennent pas moralement ou intellectuellement uniquement maisaussi physiquement et très souvent financièrement.Ils ont une place importante dans le développement de talents des nouveaux autravers de leur partage d’expérience en bureau local ou national.Si chaque alumnus prenait seulement 15 mn de son précieux temps pour partagerson expérience au travers d’une vidéo, plusieurs erreurs seront évitées et certains
  • 16. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie16Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013AIESECers actifs se retrouveront ou se projetteront dans la vie des illustrespersonnalités qu’ils sont.Personnellement j’ai entendu parler d’un certain Gnali Gbogou, d’un certainKpakibeau pour sa gestion radicale des finances, mais ce n’est qu’un ventpuisqu’aucun écrit, aucune trace n’a été laissé.Rien n’est tard pour bien et mieux faire. Je propose toujours aux alumni qui n’ont pasassez de temps de s’enregistrer une vidéo et le mettre à la disposition de la TeamCommunication Nationale qui se chargera de la promotion dans le réseau.Citoyen du monde grâce à AIESECDe Koumassi mon quartier de naissance (Côte d’Ivoire) à Accra (Ghana), Lomé(Togo), Cotonou (Bénin), Lagos(Nigeria), Dakar (Sénégal), Paris (France), Budapest(Hongrie), Dubai (Emirates) et maintenant Hyderabad (Inde). Grâce à AIESEC je mesuis rendu dans pas de pays. Je me sens citoyen du monde et non d’un quartier. Etce n’est que le début. Deux continents encore reste à visiter .J’ai découvert plusieurs villes et pays, plusieurs couleurs de peau, plusieurs types depersonnes et leurs mentalités, plusieurs cultures et cela reste pour moi une infinierichesse.Dans un autre article ou ‘’pseudo ebook ’’ je m’étalerai sur mon expérience enInde, l’entreprise, la culture, mes chocs culturels, mon intégration, mes initiatives enInde, l’impact du nom AIESEC dans la vie professionnelle et les autres opportunités.Pour éviter d’être trop long je pense m’arrêter ici.
  • 17. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie17Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013
  • 18. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie18Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Mot de finFace au problème de chômage en Afrique, AIESEC est une réponse. Elle forme sesadhérents et leur propose leur premier stage ou emploi international. J’ai entenduplusieurs critiques sur le fonctionnement de cette noble organisation. Chacun estlibre de juger ou de dire ce qu’il veut. Moi, conscient de tous ces préjugés, j’ai osé,j’ai essayé AIESEC et je ne suis pas déçu. De toute manière on ne veut pasbeaucoup. Il y’a toujours moins de personnes dans une organisation d’élites.Je veux enfin dire merci. Merci au Dieu d’Abraham qui a annoncé que jamais jene serais à la queue mais toujours à la tête. Merci à ma famille qui ne savait riende tout ça, aujourd’hui informée me soutien à 300%. Merci à tous mes amisproches qui n’ont cessé de me motiver. Merci à Esmel et Magnus. Mes Coach etMentor. Aux alumni Tantie Annick Bénie de Dieu, Dekonan Matthieu, Dorion sandrineMoustapha Coulibaly, Djaha Jules, Ange claver, Adonis Tellar, Vince Toly, OumarSylla, Kolo Kenneth, Seshie Richard et tous ceux qui m’ont aidé, conseillé et supportéde loin et de près.Merci à AIESEC, le meilleur reste à venir.
  • 19. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie19Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Je vous laisse espérant que vous avez aimé mon histoire et que vous me motiverez àécrire le tome 2  avec mon expérience en Inde comme sujet.Je vous invite à me suivre sur mes différents canaux de communications.NAHOA.INITIATIVEShttps://www.facebook.com/NAHOA.INITIATIVESNAHOA INITIATIVES - Bloghttp://nahoainitiatives.wordpress.com/NAHOA INITIATIVES- Twitterhttps://twitter.com/nahoainitiativeNAHOA INITIATIVES est un cabinet de Consulting et de coaching qui a pour but desusciter l’excellence et la culture de la haute performance au niveau des individus etdes organisations tant dans le milieu professionnel, universitaire et socialNAHOA INITIATIVES a aussi pour but dEncadrer, de suivre et assurer le coaching etle mentoring des leaders d’organisations et associations, personnel d’entreprise etorganisations non gouvernementales dans les domaines du développementpersonnel, du renforcement de capacités au leadership, du personal branding et dubusiness development.Le site web est en maintenance.Autres liensPierre NAHOA Tycoonhttps://www.facebook.com/PierreNAHOATycoonNAHOA Pierre Mind Intensivehttps://www.facebook.com/nahoa.pierrePierre NAHOA – Profil Public LinkedInin.linkedin.com/in/pierrenahoa/
  • 20. Mon Histoire avec AIESEC COTE D’IVOIRE - Quand je gagne un an de plus sur ma vie20Pierre NAHOA ©Copyright Juin 2013Mon 1erprojet en inde.Je vous invite à consulter la page du premier projet que j’implémente actuellementen Inde à Hyderabad.https://www.facebook.com/SmileHyderabadL’objectif de ce projet est d’aider des populations très pauvres en leur apportant cedont elles ont réellement besoin par collectes de fond, nourriture et autres dons.Surtout que nous sommes en saison pluvieuse ici en Inde.Ce projet d’action humanitaire qui se répètera une fois par mois est en prélude aulancement officielle de mon ONG (#finpauvreté) qui sera lancé en fin d’année2013.Pour toute aide, suggestions, encouragements, partenariat veuillez nous écrire àfinpauvrete@gmail.comMerci et à plus tard.Pierre NAHOAAIESECer