Financement de l'innovation : quelques pistes et propositions
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Financement de l'innovation : quelques pistes et propositions

on

  • 1,938 views

Quelques pistes et propositions pour améliorer le financement de l'innovation par l'entrepreneuriat.

Quelques pistes et propositions pour améliorer le financement de l'innovation par l'entrepreneuriat.

Statistics

Views

Total Views
1,938
Slideshare-icon Views on SlideShare
877
Embed Views
1,061

Actions

Likes
0
Downloads
19
Comments
0

8 Embeds 1,061

http://www.strategy-of-innovation.com 1042
http://srv08.admin.over-blog.com 5
http://srv07.admin.over-blog.com 4
http://srv04.admin.over-blog.com 3
http://srv05.admin.over-blog.com 3
http://translate.googleusercontent.com 2
http://srv06.admin.over-blog.com 1
http://webcache.googleusercontent.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Financement de l'innovation : quelques pistes et propositions Financement de l'innovation : quelques pistes et propositions Document Transcript

    •     1  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    http://www.strategy­of­innovation.com/article­financement­de­l­innovation­quelques­pistes­et­propositions­120556219.h tml     A) Le crédit et prêt bancaire  Le problème de crédit et prêt bancaire concerne particulièrement des entreprises des secteurs                          traditionnels (artisanat, commerce et négoce, services de proximité, construction BTP, PMI                      manufacturières …) qui souhaitent se développer cad renouveler leurs machines, étendre leur surface,                          embaucher (surtout du personnel sans qualification ou à qualification technique).  Le crédit fait aussi défaut aux Gazelles cad les PME innovantes à forte croissance, qui doivent faire face                                    à des commandes en forte augmentation (et parfois de façon soudaine) mais qui n’ont pas la trésorerie                                  suffisante pour financer la production du produit.     Ces problèmes de crédit aux entreprises ne sont toujours pas réglés, certes en grande partie dus aux                                  règles prudentielles des banques qui ont été renforcées suite au krash de 2008 et la crise qui s’en est                                      suivie (enfin, c’est ce que disent les banquiers). Dans la situation actuelle du refus d’octroi de prêt/crédit                                  aux PME par les banques commerciales, la banque publique Bpifrance (http://www.bpifrance.fr/) assure                        certainement un rôle salutaire. Néanmoins, je rappellerais qu’il y a pléthore de banques commerciales                            privées, et surtout qu'elles ont grassement bénéficié des généreux prêts de la BCE à taux quasi­nul ! Si                                    ces banques privées font du refus de ventes de services à l'économie réelle ... alors oui, l'Etat devrait                                    intervenir en imposant son autorité, et il n'y aurait pas eu besoin de créer une banque publique !     En lieu et place de cette banque étatique, il faut favoriser l'engagement direct de l'épargne des français                                dans l'économie entrepreneuriale, et favoriser la création et le développement de sociétés de                        capital­risque en France !   Car la vraie question est de savoir quel modèle de société nous voulons, et surtout quelle finance nous                                    voulons pour cette société :   ­ Une société basée sur le crédit et le surendettement pour avoir un peuple qui surconsomme plus que                                    de raison des produits importés ?   ­ Ou une société créative et inventive qui exporte et vend aux autres, et dont les financiers, pour espérer                                      partager les fruits de la création de richesses, acceptent de partager épaule contre épaule avec les                                entrepreneurs, les risques inhérents au processus de création de richesses ?    Donc, hormis les cas précis exposés ci­haut, le défaut de crédit/prêt n’est pas le problème des                                entreprises innovantes. Article complémentaire : http://0z.fr/4hzeh        B) Financement en fonds propres  A l’exception des Gazelles, le problème n°1 des jeunes entreprises                      innovantes (startups/TPE de moins 5 ans) est la faiblesse du financement                      privé cad les investissements en fonds propres.   La sur­réglementation française est aussi un problème pour nos entreprises                    innovantes, problème qui détruit la dynamique permettant à une startup de                      devenir une PME puis de conquérir le monde en devenant une entreprise                        internationale, multinationale à transnationale ! Nos entreprises innovantes,                mais aussi celles des secteurs traditionnels, sont atteintes de nanisme                    (http://0z.fr/fXO1d) et leurs innovations finissent par être racheter par les                    géants de leur secteur, certes l’entrepreneur (les co­fondateurs et les                    quelques investisseurs au capital) est souvent ravi de faire une plus­value,                      mais quel gâchis pour la Nation France !    Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     2  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    Pourquoi, nous français on ne serait pas capable de fonder des Microsoft, des Amazon, des Facebook,                                des Twitter, des Apple, des Google, des Samsung … ? Vous ne pouvez pas imaginer la frustration que                                    cela génère chez les entrepreneurs français, dont certains partent aux États­Unis ou ailleurs, la mort dans                                l’âme pour créer et développer leur projet dans de meilleures conditions ; et une fois sur place, pris par                                    l’émulation et la dynamique entrepreneuriale locale, ils ne veulent plus entendre parler de la France, leur                                terre natale !    Définir l'entrepreneur http://www.youtube.com/watch?v=yJHFZRMD­gI    PEA­PME  Le gouvernement socialiste « ennemi juré de la finance sans visage », pour répondre aux besoins en                              fonds propres des PME, va proposer un PEA­PME (avec des conditions de défiscalisation très                            intéressantes pour les particuliers). Certes, c’est mieux que rien. Néanmoins, posons la bonne question,                            est­ce que le PEA­PME permettra de financer les PME ? La réponse est non car le PEA­PME                                concernera principalement les entreprises déjà cotées en bourse. Donc, le PEA­PME aura comme                          conséquence d'augmenter la capitalisation boursière de nos PME cotées et de diminuer la volatilité du                              cours de leurs actions (et donc in fine de les rendre plus visible pour des investisseurs plus « gros »). Un                                      particulier qui investirait à travers un PEA­PME (tout comme un PEA classique) ne transfère pas son                                argent vers l’entreprise en contrepartie d’actions, mais achète des actions à un autre actionnaire sur la                                bourse ; la transaction est donc neutre pour l’entreprise. Mais plus les actions de l’entreprise seront                              demandées (grâce au PEA­PME), plus le cours de l’action (sa valeur) augmentera avec comme                            incidence d’augmenter la valeur de l’entreprise (capitalisation boursière). Certains diront que plus la                          capitalisation est élevée et plus la capacité d’emprunt de l’entreprise le sera aussi, ce qui contribue à son                                    financement. En somme, la PME sera prise en tenaille entre les banques et les spéculateurs des marchés                                  financiers. On est ravi.     Le problème du financement privé des PME ne sera pas donc résolu par le PEA­PME. Le                                gouvernement socialiste livre donc nos PME­ETI cotées aux spéculateurs de la finance sans visage                            (hedge funds et autres investisseurs institutionnels), le tout sur le dos de l’épargne des français !     Il aurait mieux fallu inventer un PEA spécifiquement pour les PME non cotées qui s’apprêtent à une                                  augmentation de capital par une introduction en bourse (IPO) ou pour des PME déjà cotées qui                                souhaitent effectuer une augmentation de capital secondaire (secondary offering), ainsi les particuliers                        auraient eu accès à ces entreprises ce moment bien précis ; moment qui est en général jusqu’à présent le                                    privilège des banques d’investissement !    [Au moment de la rédaction de cet article (11/10/2013), j’apprends que le gouvernement Hollande va                              augmenter de façon rétroactive la fiscalité sur le PEA classique (qui permet aux particuliers d’investir                              dans des actions d’entreprises européennes cotées). Encore une belle preuve d’incompétence ou d’une                          politique idéologique anti­entreprise et anti­économie réelle ! On peut faire le pari que les avantages                            octroyés au PEA­PME suivront le même sort que ceux de PEA classique.   http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/good­morning­business/scandale­pea­jerome­dedeyan­gmb­ 11­10­151678/   et http://www.youtube.com/watch?v=kZriov1I2HY&feature=em­uploademail   et http://www.youtube.com/watch?v=g4q8d4NpjH0&feature=em­uploademail ]     Les PME françaises sont sous­capitalisées en fonds propres comparées aux entreprises de l’UE et US.                              Plus les fonds propres d’une PME­ETI sont élevés plus sa capacité d’endettement bancaire sera                            Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     3  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    également élevée. Plus une startup a des fonds propres importants au moment de sa création (de 0 à 3                                      ans), et plus ses chances de survie (au­delà des 5 ans) seront élevées. Tout est lié aux fonds propres, de                                        la startup à l’ETI.   Une entreprise non cotée qui a été chroniquement sous­capitalisée en fonds propres, est comme un                              adulte qui a été élevé en condition de sous­nutrition durant son enfance. Les dégâts sur sa croissance et                                    son développement seront irréparables, et ceci, malgré tout le génie (invention, création unique, équipe                            expérimentée et ambitieuse …) sur lequel elle a été fondé. Ainsi une telle entreprise qui s’apprêtera à                                  entrer en bourse le sera avec une valorisation de gringalet (donc ne pourra pas lever autant d’argent que                                    ses concurrents) et sera encore plus à la merci des spéculateurs ! Rappelez­vous la valorisation record                              de Facebook qui a été de 104 Mrds de $ au moment de son IPO (et a levé 16 Mrds de $ dont 10 sont                                                  directement allés dans les caisses de Facebook pour son développement) ! Facebook a été richement                            nourri dès les premières années de son existence et tout au long de son développement avant l’IPO                                  (business angels et capital­risque http://www.crunchbase.com/company/facebook ) !      Or les seuls investisseurs qui justement abondent les fonds propres des entreprises non cotées sont les                                business angels et les sociétés d’investissement dit capital­risque.    Business Angels  Le problème du financement privé des PME doit être résolu à la racine de l’entrepreneuriat, dès la                                  création de l’entreprise (et même en amont) et de façon patriotique. Car encore une fois, une moyenne                                  entreprise (ME) ou une ETI ne sont pas des structures hors­sol qui seraient apparus comme des                                champignons du jour au lendemain. Une ETI a été une ME, une ME a été une petite entreprise (PE),                                      une PE a été une TPE qui elle­même a été une startup issue d’un projet ou d’une idée germée au coin                                          de la machine à café (ou sur plusieurs années de R&D public ou privé) !     Imaginez l’effet positif (« buzz ! ») que cela aurait sur la communauté des entrepreneurs, si un                                  gouvernement proposait de défiscaliser à 100% et sans plafond, l’avantage Madelin IR­PME. Cet                          avantage permet à des particuliers de défiscaliser sur leur Impôt sur le Revenue une partie des montants                                  investis dans les fonds propres d’une entreprise non cotée (donc de startup à ETI). De même pour                                  l’avantage ISF­PME ! L’avantage Madelin (et l’ISF­PME également) n’est pas destiné du point de vue                              de la loi uniquement qu’aux entreprises innovantes. Elle concerne toutes les entreprises puisque bien sure                              la loi ne sait pas faire la distinction entre secteur innovant et traditionnel, et c’est très bien comme ça car                                        après tout il faut laisser la liberté aux personnes de choisir là où ils veulent investir leur épargne. Pour                                      continuer dans le rêve, imaginez si ce même gouvernement proposait également de défiscaliser à 100%                              et sans plafond les plus­values de cessions d’actions d’entreprises non cotées (sans condition sur la                              durée de détention des titres et autres arnaques intellectuelles pondues par le cerveau pervers d’un                              énarque). Ainsi, en proposant de défiscaliser à 100% le risque à l’entrée et à la sortie, la France                                    deviendrait vraisemblablement le pays le plus avantageux au monde pour entreprendre (même les anglais                            n’ont pas encore osé le faire) ! Une telle annonce aurait, croyez­moi, l’effet d’une bombe ! Car quoi de                                  plus honteux que de permettre aux français de disposer de leur propre épargne et pour qu’ils                                investissent, directement sans intermédiaire bancaire, dans les entreprises françaises de leur choix. Le                          lobby bancaire ne veut absolument pas perdre la mainmise sur l’épargne des français car l’épargne à                                travers le livret A et surtout l’assurance vie finance les obligations de l’Etat en faisant le bonheur des                                    banquiers qui au passage facturent aux français des commissions et frais à tout va pour gérer leur livret                                    et assurance vie. Un bel exemple de capitalisme de connivence totalement anti­libéral !     [ Le lobby bancaire ne supportant pas de perdre la mainmise sur l’épargne de la plèbe, par                                  l’intermédiaire de son représentant qui est l’Etat, vient de sabrer le financement participatif (ou                            Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     4  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    « Crowdfunding » http://0z.fr/Rxz28) en proposant de le mettre sous le très lourd cadre réglementaire                          de « l’appel public à l’épargne » qui concerne les entreprises cotées et les transactions de titres                              financiers sur les marchés boursiers ! Alors que le domaine du droit commercial et des affaires – du gré                                    à gré ­ était amplement suffisant pour intervenir et éventuellement punir en cas de fraude avérée, une part                                    de la responsabilité incombe aussi aux acteurs du Crowdfunding français (cad les sociétés qui proposent                              ces plateformes de levée de fonds). En effet, souhaitant mettre une barrière à l’entrée pour se protéger                                  d’éventuels nouveaux entrants (en prétextant vouloir protéger les investisseurs), ils se sont tirés                          eux­mêmes une balle dans le pied en demandant à l’Etat de réglementer leur activité (masochisme ?) ;                              alors que dans le même temps, partout dans le monde, on assiste à la libéralisation du Crowdfunding.                                  Tellement français ! ]    Capital­Risque (Venture Capital)  Les Business Angels ne sont qu’un bout du problème du financement de l’innovation, les Etats­Unis ou                                Israël (champion du monde de l’innovation, la « Startup Nation ») ont un système totalement intégré et                              collaboratif sur ce sujet (Universités/incubateurs/pépinières/business angels/sociétés de capital                risque/bourse et dynamique de fusion­acquisition) et malgré tout le brassage de vent des gouvernements                            du Président Sarkozy, nous n’avons toujours pas cet écosystème vital pour l’innovation (il y aurait                              beaucoup à dire sur le bilan mitigé du Grand Emprunt effectué pour les Investissements d’Avenir IA, et                                  je fais également le pari que le recyclage fait des IA par le nouveau gouvernement sous la marque « 34                                      plans de reconquête » sera aussi une belle gabegie !). La création de valeur et le progrès ne se décrète                                    pas et ne se planifie pas, en tout cas, certainement pas par les pouvoirs publics. Au mieux, l’Etat doit                                      limiter au maximum sont pouvoir de nuisance.  Les investissements en capital­risque sont encore et toujours atrophiés en France, et il est impératif et                                vital pour notre économie de développer ce secteur en France. Que la France (et l'Europe en général)                                  soit moins bien équipée, en nombre et en volume, en fonds de capital­investissement, que les                              gestionnaires de ces fonds aient une appréciation du risque (http://goo.gl/7s6gtu) différente de celle de                            leurs homologues anglo­saxons (surtout US), oui, là est le véritable problème. Et c'est sur ce point que                                l'on devrait se battre ! La création et le développement d’entreprise innovante (à dominante                            technologique ou non) n’ont pas besoin des banques et ne doivent pas avoir recours aux banques                                (sous­entendu n’ont pas besoin d’être financés par le « prêt usuraire »). Pour l’innovation, seul le                          financement par capital­investissement et le "partage des risques" doit être envisagé. Similairement à nos                            états surendettés à cause de l'usure, le coût du capital via l’emprunt serait tout simplement intenable si on                                    finançait les 500­600k euros de l’amorçage, et les 1,5­2M d'euros et plus pour le développement d’une                                entreprise innovante par de l’emprunt (je rappelle qu'une jeune entreprise innovante peut ne pas avoir de                                chiffre d'affaires pendant plusieurs années). Donc, aujourd’hui c’est bien le Private Equity (capital                          investissement en français http://goo.gl/3L8MSk) pour l’amorçage (ou comme le nomme les                      anglo­saxons : Seed­Capital et Serie­A Venture Capital) qui fait cruellement défaut en France.   Par conséquent, il faut que les pouvoirs publics démocratisent, popularisent et libéralisent le Business                            Angelisme (http://goo.gl/EM1xoW) et le Venture Capitalisme (http://goo.gl/R3Y0Xx). Si il y a bien une                          finance à débrider, c'est bien cette "basse­finance" qui par essence est patriotique et long­termiste.    Quelques chiffres sur le capital­risque :    ­ Les Etats­Unis continuent d’être les acteurs les plus importants du capital­risque au niveau mondial : en                                2010, les sociétés de capital­risque US ont investi 15 milliards de $ versus 3,7 milliards de $ pour leurs                                      homologues européens !    Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     5  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    ­ Un fond capital­risque géré par une société d’investissement européenne contient en moyenne 60                            millions d’euro versus 130 millions en moyenne pour une société US !    ­ L’investissement moyen dans une jeune entreprise innovante par une société de capital­risque US est                              de l’ordre de 2,2 millions de $ versus 400 000 $ en Europe (à produit égal, la jeune entreprise US a en                                        moyenne 5,5 fois plus de ressources financières pour se développer. La messe est dite !)     ­ En France, nous avons 274 sociétés de capital­investissement (adhérentes à l'AFIC) dont 99% ont                              leur siège en région parisienne, et la très grande majorité de ces sociétés ne font pas du vrai                                    capital­risque (elles interviennent sur des opérations de capital développement, transmission et                      retournement) !     Certes, certains diront que le dollar quasi­gratuit qui coule dans le système financier américain (planche à                                billets), permet par ruissellement d’abonder dans les fonds d’investissement des sociétés de                        capital­risque, et que dans ces conditions, il leur est facile de rouler des mécaniques et de jouer aux «                                      aventuriers du capitalisme » pour financer leurs entreprises innovantes. Cette analyse est juste, et nous                            européens manquons de pognon, notre monnaie et nos ressources naturelles sont limitées, ce n’est pas                              une nouveauté.     Un palliatif est bien sure de fortement défiscaliser l’investissement dans les entreprises non cotées                            (défiscalisation à l’entrée mais aussi à la sortie sur les plus­values de cessions des actions d’entreprises                                non cotées en référence au soulèvement des « pigeons » http://goo.gl/OSgWmf + http://goo.gl/PQIGfW)                          pour inciter les investisseurs à prendre des risques vertueux.     Il faut donc très largement défiscaliser, à l’entrée et à la sortie, les OPCVM (Organisme de Placement                                  Collectif en Valeurs Mobilières) de type FCPR, FCPI et FIP destinés aux financements des entreprises                              non cotées. Ces véhicules sont utilisés par les sociétés de capital­investissement pour lever des fonds                              auprès des particuliers par l’intermédiaire des banques, fonds qui doivent ensuite être investis dans les                              fonds propres de sociétés non cotées. Les différences entre FCPR, FCPI et FIP concernent les                              modalités d’investissements dans les entreprises, mais aussi les conditions fiscales offertes aux                        souscripteurs. Pour rendre compréhensible et donc attractif ces OPCVM auprès des particuliers, il                          faudrait aussi les réformer pour en faire un seul et unique véhicule (le plus défiscalisé possible pour les                                    particuliers et avec le minimum de contrainte pour les sociétés de capital­risque). Les sociétés de                              capital­investissement françaises (capital­risque, capital­développement et capital­transmission ou              retournement) lèvent leurs fonds principalement via ces OPCVM alors que dans le même temps leurs                              homologues anglosaxons ont des Limited Partners à leur capital cad des « associés limités en droit » qui                                sont des gros investisseurs passifs en attente d’un retour sur investissement (fonds souverains, fonds de                              pension, fonds de fonds, banques d’investissement, fonds d’entreprises multi­transnationales ­ banques,                      assurances ou industries ­, fonds de family office, personnes millionnaires/milliardaires souvent des                        entrepreneurs ayant réussi dans les affaires …).      Mais les OPCVM ne suffiront pas, il faut également que la France n’ait pas peur d’attirer les capitaux                                    étrangers. Je sais que le sujet est sensible et légitimement on peut craindre que des capitaux étrangers                                  puissent servir à déstabiliser le pays. Néanmoins, il existe de solides cadres juridiques pour flécher et                                encadrer ces capitaux entrants (les capitaux étrangers seraient investis dans le fond souverain français et                              des fonds de fonds français qui investiraient ensuite dans les fonds d’investissement de sociétés de                              capital­risque gérées par des équipes françaises pour investir dans les entreprises innovantes françaises ;                          le tout sous le regard des autorités de régulation des marchés financiers comme l’AMF en France). Les                                  Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     6  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    capitaux entrants ne seraient ainsi, au final que des capitaux d’investisseurs passifs en attente d’un retour                                sur investissement. Les fonds souverains russe, chinois et ceux des émirats et de l’Arabie Saoudite                              investissent directement et massivement dans les fonds d’investissement des sociétés de capital­risque                        américaines. Ces fonds souverains n’attendent de ces investissements que des plus­values et ils n’ont                            pas accès directement aux entreprises et aux technologies au portefeuille des sociétés de capital­risque                            (donc pas de risque de fuite technologique). Les russes, chinois et arabes croient tout simplement en                                l’intelligence créative et inventive des américains pour créer des richesses. Pourquoi pas nous ?                            Pourquoi sommes­nous incapables d’attirer ces capitaux­là pour financer notre économie de demain ?     Capital­Risque Industriel (Corporate Venture Capital)  Il n’y a pas que les fonds souverains et capitaux des investisseurs institutionnels étrangers que nous                                devons attirer en France, mais également les capitaux des grandes entreprises multi et transnationales qui                              font une bonne partie de leur profit en Europe et qui par optimisation ou évasion fiscale ne paient pas ou                                        peu d’impôt en relation à leur activité aux pays sur lesquels ils opèrent.     Estimation de l’évasion fiscale : 60 à 80 milliards par an  http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130122trib000744020/en­france­la­fraude­fiscale ­couterait­60­a­80­milliards­d­euros­par­an.html     Concernant ces grandes entreprises, il y a deux philosophies communément admises :  ­ La première consiste à se scandaliser et à revendiquer qu’on les taxe massivement pour ensuite                                renflouer les caisses de l’Etat pour continuer le puits sans fond des dépenses publiques (politiquement,                              c’est les demandes d’harmonisation fiscale à l’échelle européenne, harmonisation par le haut bien sure) –                              c’est la philosophie socialiste ­    ­ La seconde consiste à vouloir faire de son pays un paradis fiscal pour attirer les entreprises et les                                      capitaux en pensant que les capitalistes seront vertueux pour créer de la richesse sur son territoire                                (concurrence fiscale entre Etats au sein de l’UE, comme l’Ireland ou le Luxembourg par exemple) –                                c’est la philosophie libérale ­.     Pour ma part, me considérant comme un national­libéral, cad libéralisme oui à condition que cela serve                                les intérêts de la Nation, la seconde option ne me satisfait pas car cela ferait de la France, un pays de                                          « boite aux lettres » pour des sièges sociaux d’entreprises étrangères (qu’on me prouve que Google,                            Amazon, Facebook… ont massivement crée des emplois en Ireland ou au Luxembourg et qu’ils ont                              contribué au PIB marchand de ces pays !).     Ce que je propose est d’utiliser l’autorité de l’Etat pour établir et adresser une facture fiscale à ces                                    grands groupes, et s’ils ne souhaitent pas payer, ils se risqueraient à la violence légitime de l’Etat (avec                                    des menaces de type : interdiction d’opérer en France, amendes et pénalités, jusqu’à l’emprisonnement                          des dirigeants). Et s’ils souhaitent coopérer, l’Etat leur offrirait cet arrangement là : en contrepartie du                              montant de la facture fiscale, la grande entreprise investit le montant, directement ou indirectement à                              travers un fond de fonds dédié, dans des sociétés de capital­risque françaises et indépendantes (cad                              non­filiale ou département de groupe financier ou industriel) investissant dans les entreprises innovantes                          françaises ! Donc avec cette option, la grande entreprise peut espérer un retour sur investissement en                              plus d’éviter un choc frontal avec l’Etat français !   Cette idée d’un prélèvement obligatoire qui serait investi dans les entreprises innovantes et dont les                              plus­values reviendraient in fine dans les poches du capitaliste « taxé », pourrait aussi s’appliquer aux                            riches individus « évadés fiscaux », mais aussi à la fameuse (ou fumeuse) idée de « taxe Tobin »                              concernant les transactions sur les marchés réglementés boursiers.   Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     7  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS    Donc forcer le grand capital à financer la micro­économie, l’économie réelle, en investissant dans                            l’économie de demain cad les TPE­PME innovantes, est ma conception de ce que doit être un axe du                                    national­libéralisme. Dans le même état d’esprit, le Brésil a obligé Apple à fabriquer ses produits au                                Brésil pour que cette firme ait le droit de vendre au peuple brésilien.      A ce lien, j’indique une idée complémentaire à ce qui a été proposé ci­haut pour amorcer le                                  développement d’un véritable capital­risque privé en France : http://0z.fr/768Yk    Bien sûr, tout ceci n’est possible que si la France retrouve sa souveraineté.     En me lisant, vous pourriez penser que je ne suis pas au fait des activités de la Bpifrance, banque                                      publique de garanties, de crédits et d’investissements, destinée aux PME, et dont l’idée de création a été                                  lancée par l’ancien Président Sarkozy et recyclée par le Président Hollande (en incluant l’idée d’y                              fusionner OSEO, CDC et FSI). Dans la situation actuelle de refus d’octroi de crédit aux PME par les                                    banques commerciales, la Bpifrance assure certainement un rôle salutaire. Mais encore une fois, je                            maintiens qu’il n’y a rien de pire qu’un capital­risque étatisé. De plus, l’activité capital­investissement de                              Bpifrance est surtout de type capital­développement. Donc le défaut chronique d’un véritable                        capital­risque (incluant les business angels) en France demeure toujours !    Conclusion  Comment durant des décennies, a­t­on pu administrer à la France une politique économique en faveur                              de la demande faisant des français des oies que l’on a gavé, pour qu’ils consomment toujours plus de                                    produits importés ? Comment a­t­on pu autant mépriser la créativité et l’inventivité du peuple français ?    C'est bien beau de parler de croissance, de réindustrialisation et de redressement productif, encore                            faut­il qu'on s'accorde sur la manière. Le logiciel de l'énarchie (de gauche comme de droite) est fait                                  d'économie administrée avec comme levier de croissance, une politique économique axée sur la                          demande (en subventionnant à tout va en espérant stimuler la consommation ... mais au final cela                                entraîne une distorsion du marché, puisque les acteurs "vendeurs" intègrent très vite les subventions dans                              leurs prix, à la hausse bien sure !). Leur second levier croissance est de lancer des plans de relance par                                        des investissements d'infrastructure (des ponts et des ronds­points en somme) financés par l'emprunt sur                            les marchés et les impôts, et qui au final ne profitent qu'au secteur du BTP (enfin les gros du BTP).   Par contre, ce que font les allemands que l'on admire tant, une politique économique basée sur l'offre à                                  haute valeur ajoutée, avec comme moteur la sacralisation du statut social de l'entrepreneur et la                              sanctuarisation (notamment fiscale) de l'écosystème de l'entrepreneuriat, de la création à                      l'internationalisation des entreprises, notre énarchie ne connait pas .... ils n'ont pas eu de cours sur le                                  sujet à l'ENA .... c'est du chinois pour eux ! Et quand bien même, ils réalisent l’importance de                                  l’innovation, ils édictent encore et toujours des plans de relance par des investissements (financés par de                                la dette et les impôts), mais cette fois, disent­ils ça sera pour « l’innovation » (« Investissements                            d’Avenir » renommés en « 34 plans de reconquête »). Ces plans finiront aussi par être une gabegie                              comme tant d’autres.    Personne à droite ou gauche de ceux qui nous ont gouverné, ne se soucie de l’entrepreneuriat, de la                                    créativité, de l’inventivité et de l’innovation française, et hormis les enfumages et les grands brassages de                                vent, personne ne s’engage réellement pour une vraie politique économique de l’offre, une offre à haute                                valeur ajoutée « Made In France » et surtout « Sold by France ».    Si on veut du « Made in & Sold by France », il faudra faire des business angels et du capital­risque,                                      l'alpha et l'oméga de toute politique économique tournée vers les TPE­PME car le pognon est le nerf de                                    la guerre ; tout ce que l’on vous dira d’autre, c’est du « bullshit » !   Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013   
    •     8  FINANCEMENT DE L’INNOVATION : QUELQUES PISTES ET PROPOSITIONS      La seule issue pour la France d'échapper à l'effondrement de son économie, à la                            tiers­mondisation, et donc de rejoindre le destin de la Grèce, est de devenir un Paradis (fiscal) de                                  l'entrepreneuriat et de l'innovation par la sacralisation du statut et du rôle sociétal de                            l'entrepreneur et la sanctuarisation (notamment fiscale) de l'écosystème de l'entrepreneuriat,                    de la création à l'internationalisation des entreprises !   Seule l'innovation par l'entrepreneuriat permettra la croissance et un espoir d'avenir!     [ L'investissement dans les entreprises non cotées peut sembler à priori très risqué (par rapport aux                                entreprises cotées et notamment celles du CAC40, aux obligations d’Etat, à l’immobilier …), mais les                              rendements des sociétés de gestion de fonds de type Private Equity/Venture Capital démontrent                          clairement le contraire. Le Private Equity (incluant les activités de Venture Capital), bien que risqué                            comme tout placement (depuis 2008, nous avons appris qu'il n'existera plus jamais aucun                          placement "sans risque" !), rémunère très bien ses investisseurs, bien mieux que les actions cotées et                                les titres obligataires du marché boursier. Mais pour bénéficier de son retour sur investissement,                            l'investisseur doit accepter d'une part d'être patient (5­10 ans avant retour, et oui le temps de l'économie                                  réelle !), et d'autre part accepter d'enregistrer des pertes à court terme dues aux frais de gestion … sauf                                      si bien sure, on encourage les gens à devenir des Business Angels et donc d’investir directement sans                                  intermédiaire gestionnaire… sauf si bien sure, on encourage les gens à devenir des Business Angels et                                donc à investir directement sans intermédiaire gestionnaire ]      Ari MASSOUDI / http://www.strategy­of­innovation.com/  / http://www.linkedin.com/in/arimassoudi  22/10/2013