3

Intégration de nouveaux facteurs de risque à la VaR1 et
méthode de mesure de vulnérabilité globale

Synopsis : Il s’agi...
3.1

Contexte de l’opération

Ce projet s’inscrit dans un contexte de contrôle des risques de marché, surtout motivé
par l...
Un établissement financier est susceptible de rencontrer plusieurs types de risques :
 Le risque de crédit, lié à la fiab...
institutions financières. Pour prévenir et anticiper les risques, il fallait en réalité être
capable de centraliser la sur...
 De modéliser tous les aspects du risque via la conception des 21 indicateurs.
Cette modélisation devait présenter plusie...
 Tout d’abord le calcul de la charge en capital pour une entité considérée : il
faut pour cela estimer la fréquence et la...
donc censurées à gauche3. Ceci est source de difficulté dans l’estimation des
paramètres et nous n’avons trouvé aucune pub...
MWA a depuis longtemps réalisé puis automatisé le calcul de la Value at Risk sur
l’ensemble de portefeuilles de trading de...
3.3.3

Conclusions et constats d’insuffisance de l’existant

Parmi les risques qu’un système de contrôle classique et morc...
 Le crédit : nous avons rétroactivement calculé la moyenne des indices traitée
de façon journalière, et pour les entrepri...
Nous allons ici détailler dans chacun de ces cas le travail de recherche que nous
avons effectué.
.3.4.1.2

Intégration de...
données. Nous avons fait une étude sur les données historiques de corrélation des
60 000 paires. Nous avons regardé sur un...
.3.4.1.3

Intégration du repo action dans la VaR

Le repo consiste en un système de prêt de titres financiers. Il est calc...
rendement calculés par le modèle interne des dividendes, et ceci à valeur de marché
du sous-jacent constant afin d’éviter ...
Avec :
 trois devises : EUR, GBP et USD ;
 Quatre types de produits : RMBS11, RBES (pour les RMBS espagnols), CMBS6
et C...
Les positions non choquées par le facteur de risque individuel le sont avec le facteur
de risque générique. Celui-ci se dé...
La combinaison des résultats doit ensuite permettre d’attribuer une note, dont la
valeur elle-même n’a pas nécessairement ...
stimuler la mise en place d’un environnement propice à une bonne gestion des
risques.
Au fur et à mesure que nous élaborio...
prendre en compte toutes les situations. L’adaptation à chaque client est fonction de
la pondération de chaque critère, ce...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Mwa study 3 intégration de nouveaux facteurs de risque à la va_r et méthode de mesure de vulnérabilité globale

548 views
480 views

Published on

Published in: Economy & Finance
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
548
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Mwa study 3 intégration de nouveaux facteurs de risque à la va_r et méthode de mesure de vulnérabilité globale

  1. 1. 3 Intégration de nouveaux facteurs de risque à la VaR1 et méthode de mesure de vulnérabilité globale Synopsis : Il s’agissait d’améliorer la précision du calcul de risque de marché en VaR et de concevoir une méthodologie de référence de mesure de la vulnérabilité globale de surveillance des risques. En effet, la réglementation Bâle II requiert le développement de nouveaux outils de contrôle afin de calculer les fonds propres nécessaires à garantir la solvabilité de la banque. Afin de respecter ces exigences réglementaires, MWA a dû développer de nouveaux indicateurs de risque de marché comme la Stressed VaR (SVaR) reposant complètement sur le calcul de la VaR. Cependant, la réglementation impose également de compléter les facteurs de risque inclus dans le modèle, afin d’avoir une vue globale et représentative de tous les risques de marché, influant ou non, dans le calcul de la VaR. MWA a ainsi procédé à l’amélioration du modèle par la recherche de méthodologies adéquats afin d’ajouter quatre nouveaux risques que sont la corrélation action, le repo action, les dividendes action, le risque de crédit. Par ailleurs, les récentes crises financières ont renforcé le besoin des sociétés financières de pouvoir évaluer leur vulnérabilité. Toutefois, les méthodes actuelles de gestion des risques sont plutôt cloisonnés et aucune ne permet d’avoir une vue globale et complète de l’exposition au risque. Face à l’absence d’une méthodologie de référence de mesure de la vulnérabilité globale, MWA a initié un projet d’envergure d’élaboration d’une méthodologie tout à fait inédite de surveillance des risques visant à mesurer la vulnérabilité globale. L’objectif est de proposer un système d’évaluation des risques ainsi qu’un ensemble de solutions pour réduire les faiblesses ainsi identifiées. Cette méthodologie est destinée à être universelle et à devenir une référence dans le domaine. Ce procédé a été exploité dans un projet qui consistait à évaluer la sécurité des opérations de marché d’une société de gestion de fonds de premier plan. L’étude menée avait pour finalité d’objectiver les zones de vulnérabilité et de fragilité du dispositif de contrôle pour éradiquer ce que l’on appelle tout risque de l’iceberg. Ce type de risque regroupe tous les risques atypiques tels que la fraude sous tous ses aspects, les défaillances de valorisation des produits, les ruptures de processus, les dysfonctionnements d’organisation et de chaîne de décision. Le livrable définitif consistait à formaliser les antidotes voire les solutions tactiques et stratégiques pour remédier efficacement et durablement aux failles identifiées, mesurées et évaluées. Les travaux sur ce projet se sont déroulés de 2010 à 2012. Value at Risque : Elle mesure le risque de marché d'un portefeuille d'instruments financiers. Elle correspond au montant de pertes qui ne devrait être dépassé qu'avec une probabilité donnée et sur un horizon temporel donné. 1 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  2. 2. 3.1 Contexte de l’opération Ce projet s’inscrit dans un contexte de contrôle des risques de marché, surtout motivé par les nouvelles exigences réglementaires. En se basant sur les documents émis par ce comité Bâle II, la Stressed VaR (SVaR) doit, par exemple, être calculée par les banques afin de mieux suivre leurs risques vis-à-vis des marchés financiers. La SVaR doit cependant intégrer tous types de facteurs de risque de marché. C’est dans ce contexte et même si les nouveaux risques jouent de façon marginale sur la SVaR que nous avons intégré différents facteurs tels que la corrélation, le repo action, le dividende ou le crédit. Nous avons donc entrepris un projet de recherche pour développer et mettre en place les méthodologies adaptées à l’intégration de ces nouveaux facteurs. Un autre volet de nos travaux de recherche était de concevoir une nouvelle méthode de mesure de la vulnérabilité globale. En effet, les marchés financiers ont connu de nombreuses crises au cours de l’histoire et chacune d’entre elles a mis en évidence la présence de défaillances à différents niveaux. Des mécanismes toujours plus complexes pour le contrôle et la gestion des risques ont alors été développés pour limiter les conséquences de tels événements. La régulation passe notamment par une règlementation bancaire rigoureuse qui tire leçon du passé. Ainsi, pour améliorer la stabilité du système bancaire, l’accord de réglementation bancaire Bale II mis en place entre 2004 et 2008 regroupait un ensemble de recommandations destinées à appréhender plus efficacement les risques bancaires et faisait suite à l’accord Bale I, signé en 1988. Il sera remplacé dans les années à venir par l’accord Bâle III. Les banques et institutions financières sont surveillées et contrôlées depuis de nombreuses années par plusieurs organismes :  L’Autorité des Marchés Financiers, l’AMF ;  le Comité de la réglementation bancaire et financière, chargé des dispositions générales ;  le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, qui prend des dispositions particulières (radiation d’établissements, …) ;  la Commission bancaire chargée du contrôle des établissements. Au-delà des contrôles externes, toutes les institutions financières ont également mis en place des procédures internes de gestion des risques afin de se prévenir d’une vulnérabilité trop forte. La notion de risque reste cependant par nature difficile à définir de manière universelle et transversale. Elle est fondée sur l’arrivée d’un événement au caractère aléatoire et imprévisible associée à un enjeu important. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  3. 3. Un établissement financier est susceptible de rencontrer plusieurs types de risques :  Le risque de crédit, lié à la fiabilité d’une contrepartie : risque de défaillance (default risk), risque de dégradation de la valeur de la créance (downgrading risk) ;  Le risque de marché, conséquence des variations des taux ou des cours : risque de taux d’intérêt, de change, de modèle ;  Le risque opérationnel : risque de désastre, de fraude, de traitement, technologique, juridique ;  Le risque de liquidité, lié à la possibilité de revendre ou non un actif. Ces risques font partie intégrante du fonctionnement des marchés financiers et n’ont généralement pas de conséquences graves. Toutefois, l’occurrence d’une ou plusieurs catégories de risques est susceptible d’engendrer une crise financière, les mécanismes de prévention de ce genre de situation doivent donc être particulièrement efficaces. La maîtrise des risques est désormais au cœur des préoccupations des marchés financiers et plusieurs modèles mathématiques ont été développés pour apporter une solution quantitative à la gestion des risques financiers. Parmi les modèles élaborés tout au long du XXe siècle, on peut citer le modèle de sélection de portefeuille de Markowitz de 1952, pour lequel le risque est directement mesuré par l’étude de la volatilité, et surtout le fameux modèle de Black et Scholes de 1973, utilisant la stochastique pour déterminer le prix des options, qui fut remis en cause par le krach de 1987. Depuis une vingtaine d'années les banques et les fonds financiers ont développé plusieurs modèles quantitatifs de gestion des risques sur les marchés financiers qui sont appliqués à divers types de produits financiers : actions, obligations, taux de change, matières premières, produits dérivés. La puissance croissante des ordinateurs a ainsi facilité le traitement en masse des données de marché et leur exploitation par des formules mathématiques. Actuellement, la mesure de risque la plus répandue est la valeur en risque qui correspond au montant de pertes qui ne devrait être dépassé qu’avec une probabilité donnée sur un horizon temporel donné. Cette notion correspond initialement à une mesure de la valeur de marché, mais est désormais utilisée pour la gestion des risques dans de nombreux domaines. Cependant, les modèles mathématiques seuls ne sont pas suffisants pour monter un système de gestion des risques performants. La faillite du fonds LTCM, dirigé par deux prix Nobel ainsi que la crise des subprimes de 2006 a montré qu’il subsistait encore des lacunes majeures dans les systèmes de contrôle. Elle a ainsi mis en évidence un certain nombre de défaillances dans la gestion et la modélisation des risques dans les banques, les agences de notation, les systèmes de régulation et les MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  4. 4. institutions financières. Pour prévenir et anticiper les risques, il fallait en réalité être capable de centraliser la surveillance de l’ensemble des flux, opérations et facteurs afin d’intégrer toute la complexité des phénomènes de marchés, le très grand nombre de paramètres mis en jeu, les interactions et interférences, ainsi que la subjectivité et l’imprévisibilité de certains facteurs, dont le facteur humain. Dans ce contexte, il est apparu qu’au-delà des modèles mathématiques quantitatifs de plus en plus complexes, ce qu’il manquait réellement était une méthodologie adaptée aux mécaniques des marchés financiers et balayant de manière très large l’ensemble des risques présents dans ce domaine, quels qu’ils soient. MWA a donc lancé en 2011 le deuxième volet du projet de recherche commencé en 2010 pour élaborer une méthodologie inédite d’évaluation de la vulnérabilité des banques d’investissement, des asset managers et des activités de trading. Dans un objectif d’anticipation et de prévention, cette méthodologie transversale devait avoir pour mission de garantir la sécurité des opérations, en complément des autres fonctions de contrôle déjà assurées, grâce à des indicateurs combinant familles des produits, et de risques et processus opérationnels et commerciaux Cette méthodologie de supervision devait avoir la capacité d’assurer une supervision globale, notamment sur les différentes interactions entre la direction des opérations et la direction financière, et plus particulièrement le contrôle des résultats et des risques. 3.2 Objet du projet 3.2.1 Objectif visé L’objectif du projet était :  D’améliorer la précision du calcul de risque de marché en VaR2 ;  De concevoir une méthode transversale ayant pour mission de garantir la sécurité des opérations via une mesure de vulnérabilité globale. 3.2.2 Performances à atteindre Les performances à atteindre pour l’ensemble du programme de recherche étaient :  D’affiner la valeur des nouveaux indicateurs de risque de marché basées sur la VaR en y intégrant de nouveaux facteurs de risque conformément à la révision de la législation de Bâle II ; Value at Risque : Elle mesure le risque de marché d'un portefeuille d'instruments financiers. Elle correspond au montant de pertes qui ne devrait être dépassé qu'avec une probabilité donnée et sur un horizon temporel donné. 2 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  5. 5.  De modéliser tous les aspects du risque via la conception des 21 indicateurs. Cette modélisation devait présenter plusieurs critères : o Optimisation de la capacité d’exécution ; o Fluidification des processus ; o Convergence des procédures au niveau international ; o Meilleure identification de l’attribution des résultats. L’enjeu de ce projet est de pouvoir proposer à nos clients un service de diagnostic inédit sur l’ensemble des risques encourus par une banque de financement ou d’investissement, suivi par des recommandations destinées à renforcer et sécuriser rapidement le modèle opérationnel. L’ensemble du programme de recherche a été élaboré sur la base de notre grande expérience dans le trading, le contrôle, les opérations et la gestion des risques, ainsi que notre expertise concernant les meilleurs dispositifs utilisés jusqu’à présent dans les institutions bancaires. 3.3 Analyse de l’état de l’art 3.3.1 Etat de l’art scientifique La problématique dite de « Value at Risk » est un sujet de recherche ouvert faisant l’objet de nombreuses publications. Nous pouvons citer, à titre d’exemple, l’article intitulé « Un test de validité de la Value at Risk », Revue économique 3/2007 (Vol. 58) de Christophe HURLIN et Sessi TOKPAVI. Ces deux auteurs indiquent que « les réglementations prudentielles définies dans le cadre des accords de Bâle laissent la liberté aux institutions financières de développer leur propre modèle interne d’évaluation des risques de marché et de calcul de la Value at Risk (VaR) ». Or, d’après cet article, il existe aujourd’hui un grand nombre de méthodes de calcul de la VaR allant des approches non paramétriques (méthode hybride, simulation historique, etc.), aux approches paramétriques (modèles garch univariés ou multivariés, RiskMetrics) en passant par les approches semi-paramétriques (Extreme Value Theory, CAViaR, etc.). Dès lors, « se pose naturellement la question de la validité de ces différentes mesures de VaR ». Pour autant, aucune méthode n’est imposée par le régulateur pour quantifier ce capital ; chaque établissement financier peut alors choisir entre une approche standard (calcul forfaitaire) et une approche avancée, sous réserve de validation. L’approche avancée adapte au risque opérationnel les techniques de Value At Risk (VaR) en vigueur pour les risques de marché : le calcul de charge en capital correspond ainsi au quantile à 99,9% de la perte agrégée annuelle théorique. Pour un groupe bancaire constitué de plusieurs entités, cette approche avancée comporte deux grandes étapes : MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  6. 6.  Tout d’abord le calcul de la charge en capital pour une entité considérée : il faut pour cela estimer la fréquence et la sévérité des pertes opérationnelles, et déterminer le quantile approprié de la distribution de la perte annuelle résultante ;  Vient ensuite la question d’agréger les charges en capital ainsi déterminées pour obtenir un capital pour l’ensemble du groupe – avec un éventuel bénéfice de diversification – ainsi que d’allouer ce capital entre les différentes entités en tenant compte de leur dépendance. Dans ce contexte, l’estimation de la sévérité du risque opérationnel, l’agrégation de ces risques dépendants, mais aussi l’allocation de ce capital à différentes entités d’un même groupe bancaire soulèvent différentes problématiques qui ont été identifiées chez notre client et traitées dans ce projet, avec les outils mathématiques associés. Nous avons étudié en détail l’étape d’estimation de la sévérité des pertes et proposé une méthode d’estimation plus adaptée aux spécificités du risque opérationnel que les méthodes statistiques classiques, en vue d’obtenir un calcul de charge en capital précis et cohérent. Nous avons cherché à démontrer comment agréger et allouer les différentes charges en capital calculées, en tenant compte de la dépendance entre entités d’un même groupe bancaire, afin d’obtenir une valeur de capital économique. Nous devions proposer notamment pour cela une méthodologie basée sur la théorie mathématique des copules, ainsi que des illustrations numériques pour notre client. Le recours à des données internes et des estimations pour la détermination des fonds propres réglementaires suppose naturellement que les paramètres de risque calculés soient fiables et reflètent de façon appropriée le niveau de risque de l’établissement. Pour cette raison, l’accord de Bâle II impose aux établissements de disposer d’un mécanisme de validation de leur système de notation interne visant à s’assurer de la pertinence et de la cohérence de systèmes de notation, des procédures et de l’estimation de tous les paramètres de risque pertinents. Afin de s’assurer que le dispositif de Bâle II reste sensible aux risques et reflète bien les risques réels de chaque établissement, les règles doivent pouvoir s’adapter à la diversité des situations. Cependant, dans ce domaine, les informations concernant les process internes des banques sont extrêmement confidentielles et ne sont que très peu partagées. Ce projet, ayant été mené à la suite du besoin de notre client de limiter les risques opérationnels ne se trouve donc confronté à un aucune solution semblable dans l’état de l’art. En effet, même si ces risques sont connus depuis longtemps, leur gestion est un exercice encore assez récent pour les banques, de plus, cette gestion a largement évolué grâce à la réforme Bâle II. Par ailleurs, les pertes collectées liées au risque opérationnel comportent un seuil de collecte. C’est-à-dire qu’aucune perte de type risque opérationnel d’un montant inférieur au seuil fixé par la banque (variant généralement de 1000 € à 10 000 €), ne figure dans les bases de données. Les données disponibles pour l’estimation sont MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  7. 7. donc censurées à gauche3. Ceci est source de difficulté dans l’estimation des paramètres et nous n’avons trouvé aucune publication scientifique proposant de solution à notre problème. Soulignons également que les bases de pertes ont généralement une volumétrie très variable selon les catégories de risques, certaines bases ne comportant qu’une dizaine de pertes. Cela constitue donc un obstacle supplémentaire à l’estimation statistique4. Notons que les données de pertes opérationnelles possèdent des profils très atypiques. Malgré la classification des risques et l’amélioration de la collecte des pertes, il existe toujours une hétérogénéité non négligeable à l’intérieur des catégories mais aussi entre les catégories. Elles contiennent de nombreuses pertes de montants faibles ainsi que quelques évènements extrêmes, ce qui les rend difficiles à ajuster. Dans ce projet, il était donc question d’améliorer le modèle LDA (Lost Distribution Approch) existant et préalablement présenté au niveau de l’étape déterminante de l’estimation des paramètres de sévérité, et de trouver des méthodes qui pourraient être plus adaptées au contexte des données de pertes liées au risque opérationnel. La première étape était la conception du modèle sous-jacent – ici log-normal pour les pertes opérationnelles. Ensuite, l’idée était de se donner une mesure de distance entre le modèle théorique et les données réelles, et de la rendre aussi faible que possible. Enfin, nous avons cherché à montrer que la méthode du maximum de vraisemblance est équivalente à la minimisation d’une distance entre la densité réelle et celle du modèle théorique. 3.3.2 Techniques et concepts existants La nouvelle norme, établie par le comité de supervision bancaire de Bâle, stipule, dans la cadre des risques de marché portés par la banque, de calculer une série de nouveaux indices de risque. Pour y parvenir, les différentes banques doivent développer et mettre en place ces indices en s’appuyant complètement sur leurs outils et leurs méthodologies de calcul de VaR. Ceux-ci sont propres à chaque banque et nécessitent donc le développement et l’intégration de nouveaux facteurs de risque plus ou moins importants selon la précision des calculs déjà effectués en interne. Les travaux de développement menés par la MWA ne pouvaient par conséquent pas s’appuyer sur les avancées potentielles de concurrents, et bénéficier de leur retour d’expérience quand aux moyens techniques à mettre en œuvre pour répondre aux objectifs du projet. La censure à gauche correspond au cas où l'individu a déjà subi l'événement avant qu'on ne l'observe. On sait seulement de son délai étudié X qu'il est inférieur à un certain délai connu C. 4 L’estimation se fait en général sur une base de donnée comportant 5 ans d’historique, ce qui correspond au minimum requis règlementairement. La période d’historique pourrait être accrue mais cela ne serait alors plus représentatif des nouveaux risques encourus. 3 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  8. 8. MWA a depuis longtemps réalisé puis automatisé le calcul de la Value at Risk sur l’ensemble de portefeuilles de trading de ses clients, afin de suivre et de contrôler le risque de marché de façon quotidienne. L’évolution de la réglementation nous oblige donc à développer de nouveaux indices de risque tels que la SVaR, en vue d’améliorer le contrôle des risques. Cet indice doit être calculé sur la base de ce qui est déjà fait sur la VaR « Classic ». Dans ce contexte, et afin d’avoir une approche plus fine de risques, il nous faut aussi rajouter les facteurs de risque mis jusqu’alors de côté lors du calcul de la VaR. Ces travaux de recherche visent à développer de nouvelles méthodologies pour le calcul de l’exposition historique maximale, en recherchant la fenêtre de temps représentant au mieux les tumultes de marché. Ce projet couvre également des aspects pratiques avec réalisation d’une méthodologie permettant de gérer, de suivre et de contrôler la SVaR au cours du temps. Par ailleurs, étant donné que tous les organismes bancaires et financiers ont mis en place des systèmes de contrôle, sans pour autant que leur efficacité ait été réellement démontrée. La plupart des systèmes de contrôle utilisés jusqu’à présent par les institutions bancaires sont en effet organisés de manière cloisonnée et discontinue et ne reposent que sur des variables quantitatives. Chaque segment est contrôlé indépendamment, ce qui conduit à un système global peu robuste. Or, la récente crise des subprimes, mais aussi l’affaire Kerviel, la perte de trading de Calyon aux Etats-Unis et celle des Caisses d’Epargne, a montré non seulement que les modèles utilisés jusqu’alors présentent de fortes lacunes, mais également qu’il y a un réel besoin d’une culture et d’une approche plus globale du risque. Une étude approfondie des problématiques de contrôle a montré que la principale faiblesse des systèmes usuels était l’absence de continuité et un manque de circulation des informations entre les zones de risques et leurs outils de gestion, les rendant incompatibles avec toute volonté de transversalité. Pourtant, il a été montré que les banques les mieux protégées de la crise étaient effectivement celles qui présentaient la meilleure prise en compte de la transversalité du risque grâce à une plateforme unique de gestion des risques. En négligeant les interactions horizontales et verticales tout au long de la chaîne de valeur d’une banque, toute une fraction de risques est laissée sans contrôle, notamment les risques transversaux, mais également les risques mutants, résultant d’un transfert de risque. La plupart des cabinets d’audit traditionnels ne cartographient ainsi que les processus conventionnels et commodes à l’analyse (c'està-dire exclusivement linéaires et visibles), négligeant également les risques de l’iceberg, correspondant à des risques exceptionnels, par opposition aux risques opérationnels classiques et normés bien plus maîtrisés. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  9. 9. 3.3.3 Conclusions et constats d’insuffisance de l’existant Parmi les risques qu’un système de contrôle classique et morcelé n’est pas capable de détecter, on peut par exemple citer :  Les disparités et décalages entre les processus liés aux options, contrats à terme avec leur sous-jacent ;  Les transactions annulées ou modifiées ;  Les méthodes d’interpolation et d’extrapolation inexactes ;  Les écarts entre la trésorerie induite des portefeuilles de trading et la trésorerie réelle occasionnant les paiements de trésorerie ;  La perturbation et mauvaise valorisation de la surfance de volatilités locales sur certains produits exotiques ;  Les dysfonctionnements dans la prise en compte des marges de swaps de base dans la valorisation des produits de swaps de devises à long terme ;  Les transactions et contreparties internes et externes dits techniques, certaines frauduleuses ;  La prise en compte des effets de change dans la valorisation des portefeuilles,  l’absence de culture d’atténuation des risques ;  la prise en compte du risque d’assèchement d’un marché. La mise en place d’un système de surveillance plus adapté à la complexité croissante de l’environnement financier devient stratégique dans un contexte où la discontinuité des contrôles a eu à plusieurs reprises des conséquences extrêmement sérieuses. Face aux lacunes des modèles existants, MWA promeut une plate-forme unique associant toutes les cultures risques et favorisant l’échange d’expertises sous une même responsabilité. Les travaux menés dans ce cadre sont à la base de la conception de notre méthode transversale de mesure de vulnérabilité globale. 3.3.4 Incertitudes scientifiques et verrous technologiques Sur le volet VaR, de nombreux problèmes se sont posés lors de l’intégration de ces nouveaux facteurs de risque :  La corrélation action : nous avons dû recalculer plus de 60 000 paires de corrélation pour la VaR et la SVaR. De plus, nous avons effectué des changements de méthodologie sur le calcul des Lambdas à la fois sur leur calcul et leur « cartographie » avec les actions et indices. Cette nouvelle méthodologie nous a amené à recalculer rétroactivement tous les Lambdas pour être consistant avec nos données ;  Le repo : nous avons dû compléter les données historiques et effectuer un contrôle de qualité des données ;  Les dividendes action : nous avons procédé au recalcul des dividendes avec le prix de sous-jacent inchangé ; MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  10. 10.  Le crédit : nous avons rétroactivement calculé la moyenne des indices traitée de façon journalière, et pour les entreprises et les financières, recherché les courbes de CDS5, complété les données manquantes et contrôlé leur qualité. Sur le volet mesure de vulnérabilité globale, la méthodologie mise en œuvre devait reposer sur une cartographie de l’ensemble des zones les plus fragiles au sein des couples produits/processus. Les travaux menés sur ce projet devaient nous permettre d’objectiver et quantifier le degré de vulnérabilité sur les différents axes jugés critiques ou complexes. L’aboutissement de cette méthodologie est d’en déduire des actions à court, moyen et long terme pour édifier la robustesse sur certains segments en sécurisant la chaînes de valeur verticale et horizontale L’ambition est de converger vers une immunisation des opérations. Cette méthodologie devait combler plusieurs lacunes identifiées dans les méthodes de contrôle classiques. Notre solution devait notamment permettre la détection des risques transversaux et cibler plus particulièrement les zones à problèmes pour en extraire la sensibilité au risque de l’iceberg, c'est-à-dire au risque anormal, exceptionnel. 3.4 Travaux effectués Les applications concernées par ce projet étant classées confidentielles, nous ne les présenterons pas dans la description de nos travaux, car nous n’avons pas l’autorisation de le faire compte tenu des exigences strictes de confidentialité appliquées par notre client. La documentation et les schémas d’architecture des modèles imaginés sont soumis à copyright. 3.4.1 .3.4.1.1 Amélioration de la précision du calcul de risque de marché en VaR Généralités Suite à la nouvelle réglementation imposée par le comité de Bâle, nous avons complété en 2010 les paramètres de risque de la VaR et donc, par ricochet, les autres indicateurs de risques exigibles par l’autorité prudentielle en introduisant de nouveaux paramètres comme :     5 La corrélation action ; Le repo action ; Les dividendes action ; Le risque de crédit. Credit Default Swap : contrat de protection financière contre la défaillance d’une entreprise ou d’un état. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  11. 11. Nous allons ici détailler dans chacun de ces cas le travail de recherche que nous avons effectué. .3.4.1.2 Intégration de la corrélation action dans la VaR Ce calcul concerne un peu plus de 60 000 paires contenant les corrélations :  Action / action ;  Action / indice ;  Indice / indice. Le calcul de la corrélation implicite ( V ) se fait par l’intermédiaire de 2 paramètres qui sont le Lambda (  ) calculé mensuellement par TOTEM6 et une corrélation historique (moyenne pondérée de la corrélation 3 mois sur 5 ans) (  H ).   1    1   V H  L’hypothèse de départ est de regarder l’impact de la corrélation implicite sur le P&L7 en calculant un développement de Taylor sur le Lambda pour un choc de 0.05%. Nous avons considéré à un moment d’adopter une approche plus complète, mais étant donné que la variation de la corrélation sur un jour est faible, nous avons décidé d’en rester là pour la précision de calcul. (Cf. la deuxième étude) Il est donc nécessaire de transformer le choc de corrélation implicite en choc de Lambda, et enfin d’analyser les résultats avec le programme VaR Tactical Tool. Les Lambdas permettent de transformer les corrélations historiques en corrélations implicites. Chaque Lambda fourni par TOTEM est associé à une paire de devises. Ces paires ont leur propre Lambda ; à défaut, nous leur attribuons un Lambda qui dépend de leur zone géographique. Les données fournies pas TOTEM sont mensuelles ; nous avons étudié différentes possibilités afin de pouvoir calculer la VaR :  Faire les changements de valeur mensuellement : ce scenario ne semble pas plausible dans l’hypothèse d’une VaR historique, car cela crée des mouvements artificiels en fin de mois ;  Diviser les chocs mensuels par la racine du temps : dans ce cas, la somme des chocs journaliers est supérieure au choc mensuel, l’impact en P&L sera incohérent avec les réévaluations mensuelles ;  Lisser les valeurs mensuelles en appliquant une interpolation linéaire. C’est cette troisième méthode qui nous semble la plus juste. Nous l’avons donc appliquée entre deux valeurs fournies par TOTEM afin de calculer les VaR 1 jour. Les corrélations historiques sont calculées à partir des prix des 2 sous-jacents en prenant la corrélation sur 3 mois glissée sur 5 ans et en faisant la moyenne de ces Consensus interbancaire afin de déterminer la valeur moyenne des paramètres de marché tels que la volatilité, le smile ou la corrélation sur divers sous-jacents. 7 Pertes et profits 6 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  12. 12. données. Nous avons fait une étude sur les données historiques de corrélation des 60 000 paires. Nous avons regardé sur une période de 37 jours (soit 36 chocs) le minimum et maximum obtenus. Nous nous sommes aperçu que les chocs importants (supérieurs à 2.5%) représentaient 0.62% de l’effectif global (en rouge dans le graphique de droite de la Figure 12.1). Après analyse de ces paires, nous avons remarqué que la plupart d’entre elles étaient dues à une anomalie de données (il est aussi à noter que quelques paires donnent un résultat juste, mais elles constituent une minorité). Après cette analyse, nous avons décidé de mettre un plancher et un plafond aux chocs à +/2.5%. D’autre part, les valeurs de corrélation peuvent être proches de 0, un choc relatif peut donc atteindre des valeurs importantes, ce qui n'est pas cohérent. Nous allons retenir les chocs en valeur absolue. Comme la corrélation ne peut pas être en dehors de l’intervalle [-1, 1], les valeurs doivent également avoir un plancher et un plafond. Le résultat nous donne :  Pour un scenario : Choc(D)= Min[2.5, Max[Valeur(D) – Valeur(D-1), -2.5]] ;  Pour une VaR en date j et un scenario donné : Valeur choquée d’un scenario D = Min[100, Max[valeur initiale + choc(D), -100]]. Nous avons aussi effectué une seconde étude en comparant d’un côté, l'ampleur des chocs de corrélation sur la VaR journalière en appliquant des chocs de +/- 0,25 point et de +/- 0,5 point et de l’autre, différentes simulations de Monte Carlo8 en changeant le nombre de pas. Nos premières conclusions nous ont amené à conclure que l’impact des chocs de Lambda sur le P&L était une relation linéaire, donc une approximation de degrés un était suffisante. Dans un deuxième temps, nous avons regardé l’impact du nombre de pas des simulations sur un choc de Lambda. Le résultat montre que ce paramètre joue peu sur l’ampleur du mouvement de Lambda. Un nombre restreint de pas est donc à adopter bien que celui-ci fasse apparaitre un biais numérique sur l’impact en P&L. Suite à ces deux résultats ci-dessus, nous allons calculer la VaR sur corrélation sur un nombre réduit de pas sous Monte Carlo, en utilisant un développement limité du premier ordre. 8 Méthode visant à calculer une valeur numérique en utilisant des procédés aléatoires. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  13. 13. .3.4.1.3 Intégration du repo action dans la VaR Le repo consiste en un système de prêt de titres financiers. Il est calculé par les opérateurs de marché via les courtiers, les cotations de marché ou par TOTEM. Les valeurs fournies sont la somme du repo et du dividende. Connaissant l’estimation des dividendes, nous pouvons trouver la valeur du repo. La VaR historique sur le repo consiste à effectuer un choc de 0.10% sur chaque agrégat de maturité. Pour chaque devise et pour chaque action ou indice, nous les avons regroupés par indice de référence. Celui-ci dépend de la situation géographique considérée (exemple : USA = S&P500 ; Asie = Nikkei…). Nous appliquons donc un choc de courbe que sur ces indices de référence. Si de nouveaux indices de référence sont observés sur les marchés, nous avons la possibilité d’étendre notre liste de valeurs ou même d’inclure directement des actions. La courbe de repo se décompose en maturités qui doivent être homogènes avec celles des taux d’intérêt. Le calcul du choc d’un indice de référence (I) par maturité pour un scenario (J) se décompose en :  Récupération des courbes repo en j et j-1 ;  Calcul des 2 séries de repo par maturité en utilisant l’interpolation linéaire sur une maturité résiduelle constante ;  Calcul du choc en j et j+1 en valeur absolue. L’intégration du repo action dans la VaR se fait en 2 étapes :  Solution « tactique » : nous avons utilisé l’approximation par la formule de Taylor d’ordre 1 afin de calculer la sensibilité du repo à appliquer sur le choc historique ;  Solution « industrialisée » : nous avons appliqué un choc historique sur le repo en même temps qu’un choc sur la valeur de marché du sous-jacent (avec dividendes) et la volatilité. Grâce à un logiciel interne, nous calculons alors la VaR multi facteur. Généralement, le taux repo est une valeur positive. Nous avons donc mis un plancher à zéro sur sa valeur de calcul. Cependant, si la valeur initiale est négative pour des raisons techniques, ce plancher disparait. .3.4.1.4 Intégration des dividendes implicites dans la VaR A l’image de ce que nous avons fait pour le repo, nous effectuons un regroupement géographique des dividendes par leurs indices de référence régional sur lesquelles nous pouvons constater les dividendes de façon journalière. Les dividendes des sous-jacents sont donc choqués avec les données historiques des indices de référence. Pour ce faire, nous avons fait la distinction entre le montant et le MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  14. 14. rendement calculés par le modèle interne des dividendes, et ceci à valeur de marché du sous-jacent constant afin d’éviter les doubles impacts. Pour chaque scenario de VaR, un choc global sur le dividende est appliqué par combinaison de :  Mouvement intrinsèque du dividende résultant d’un choc de l’indice de référence ;  La prise en compte du rendement du dividende en faisant un choc complémentaire induit par le choc du sous-jacent. Ces chocs sont fait aussi par agrégat en intervalle de temps en appliquant un choc historique des dividendes couplé à des chocs des sous-jacents et de la volatilité. Sur l’intervalle de temps [0 ; 1 an], les données sont perturbées par les versements de dividendes de l’année. Nous utilisons alors l’agrégat [1 an ; 3 ans] ajusté d’un facteur correctif (β) dont la valeur est entre 0 et 1. Sa valeur est le résultat d’une régression linéaire. Dans ce cas de figure, le coefficient est trop bas ; nous avons alors fixé arbitrairement sa valeur à 20%. La valeur du β est revue tous les ans. L’intégration de ce paramètre dans la VaR se fait par le même procédé que pour le repo, c’est-à-dire en appliquant la solution « tactique » (avec ici un choc de -10% sur les dividendes) et la solution « industrialisée ». L’utilisation des proxys pour le calcul des chocs sur les dividendes en choisissant les indices de référence résulte du fait que ce sont les seules données de qualité observables. Cependant, nous nous laissons la possibilité d’ajouter des indices ou des actions si le besoin d’en fait sentir. .3.4.1.5 Intégration du crédit dans la VaR L’intégration du crédit dans la VaR se fait en faisant la distinction entre :  Les ABS9 ;  Les positions CDS ou obligataires sur les entreprises, sur les financières et sur les états. .3.4.1.5.1 Les positions sur ABS Les ABS sont choqués par un facteur de risque générique appelé « ABS Risk Factor ». Dans le cadre de la révision de Bâle II, l’aspect « individuel » du facteur de risque est déjà inclus dans le capital additionnel. L’« ABS Risk Factor » est basé sur la structure suivante : Devise x Type de produit x Rating10 x Maturité Asset Backed Securities (ABS) : valeur mobilière dont les flux sont basés sur ceux d'un actif ou d'un portefeuille d'actifs. Exemple : la titrisation. 10 Note octroyée à un actif compte tenu de son risque de défaut. 9 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  15. 15. Avec :  trois devises : EUR, GBP et USD ;  Quatre types de produits : RMBS11, RBES (pour les RMBS espagnols), CMBS6 et CLO12 ;  Dix ratings : RM1 à RM4, CM1 à CM5 et un pour les CDO. Ces ratings ont leur équivalent en internet et en interne avec ceux de S&P ;  Trois maturités : 3 ans, 5ans et 8 ans. Chaque ABS est ajusté par l’« ABS Risk Factor » en prenant en considération sept facteurs de positionnement avec :  Le pays ;  Le secteur de l’émetteur ;  La devise ;  Le type d’actif ;  La maturité ;  Le spread13 initial ;  La distinction entre les produits « cash » que sont les obligations et futurs et entre les dérivés de crédit. Une interpolation linéaire est ainsi faite compte tenu de ces facteurs afin de trouver la valeur du choc. .3.4.1.5.2 Les positions sur les entreprises et les financières Trois types de facteurs de risque entrent dans la détermination du choc à appliquer :  Le facteur de risque individuel ;  Le facteur de risque de l’indice ;  Le facteur de risque générique. Afin de couvrir la majeure partie du risque de la position considérée, nous appliquons un facteur de risque individuel dont la structure est du type : Norme de l’émetteur x Mode de restructuration14 x Séniorité x Devise (EUR ou USD) x Maturité (3, 5, 7 ou 10 ans) Le facteur de risque de l’indice est quant à lui utilisé afin de refléter le risque d’asymétrie dans le calcul de la VAR de l’indice versus ses composantes, tel que l’indice est choqué avec le facteur de risque de l’indice et les composantes avec le facteur de risque individuel. Il se base sur la structure suivante : Nom de l’indice x Maturité (3, 5, 7 ou 10 ans). RMBS et CMBS : (Residential /Comercial Mortgage Backed Securities) produits financiers adossés à des prêts hypothécaires résidentiels ou commerciaux. 12 CLO : (Collateralized Loan Obligation) titrisation de crédits. 13 L’excès de rendement de taux d’intérêt demandé par un investisseur afin de prendre en compte le risque de défaut. 14 En cas de défaut constaté sur un Crédit default Swap différents types de restructurations sont possibles comme MMR ou Modified Modified Restructuring, NR ou No Restructuring. 11 MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  16. 16. Les positions non choquées par le facteur de risque individuel le sont avec le facteur de risque générique. Celui-ci se définit par la devise (EUR et USD), le secteur d’activité, la notation et la maturité. Chaque position de crédit sur les entreprises et les financières est ajustée par les facteurs de risque selon le même principe que les ABS avec des facteurs qui leur sont propres. .3.4.1.5.3 Les positions sur les états Ces produits de crédit basés sur les états fonctionnent comme ceux pour les entreprises et financières mais avec des facteurs de risque individuel et générique dont la structure varie quelque peu. Afin de synthétiser le travail de recherche fait sur le crédit, nous avons tracé un diagramme illustratif pour la VaR crédit. Afin d’automatiser tous ces process, nous avons développé des algorithmes pour calculer les différents chocs en prenant en compte toutes les spécificités de chaque produit. 3.4.2 .3.4.2.1 Méthode de mesure de vulnérabilité globale Généralités Ces travaux, menés en 2011 et 2012, ont été découpé nos travaux en trois étapes :  Constituer une liste d’indicateurs de fragilité ;  Définir une méthode d’évaluation pour chaque critère ;  Identifier des axes d’amélioration permettant d’atténuer la vulnérabilité. Pour proposer une méthodologie pertinente et bien plus efficace que celles utilisées jusqu’à présent, nous devions définir la liste de l’ensemble des indicateurs caractéristiques d’un risque au sein de la division des opérations. Nous en avons dénombré 21, répartis dans 4 catégories :     Le volet stratégique et culturel : 4 points ; Le volet managérial : 5 points ; Le volet fonctionnel : 6 points ; Le volet organisationnel : 6 points. Une fois ces indicateurs identifiés, il fallait pouvoir les évaluer de manière quantitative ou qualitative. Pour les critères quantitatifs, il s’agissait simplement de réunir les données pertinentes et réaliser des calculs relativement classiques. L’évaluation des critères qualitatifs, voire culturels, est bien plus complexe et réalisée par des questionnaires et des entretiens individuels. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  17. 17. La combinaison des résultats doit ensuite permettre d’attribuer une note, dont la valeur elle-même n’a pas nécessairement de signification, mais qui permettra d’établir une comparaison entre établissements financiers, voire un classement. Nous avons dès le début du projet souhaité adopter une démarche générique et exportable, applicable pour toutes les banques et établissements financiers. Les travaux de recherche sont toujours en cours sur plusieurs axes, notamment pour la stabilisation du calibrage d’un modèle quantitatif d’évaluation. Les principes directeurs sont l’attribution d’une notation globale et déclinée par segment, pondérée par la criticité de la variable. Nous devrons ensuite tester ce modèle composé d’une combinaison linéaire de paramètres. En fonction de ces notations, le modèle générera une nappe de vulnérabilité par axe d’analyse, justifiant des antidotes à mettre en place plus ou moins rapidement. Cette approche sous-tendue par un outil de quantification s’adresse a priori à la direction des opérations, la direction des activités de marché, la direction des risques, la conformité et le contrôle interne, la direction financière et la direction générale au sein des banques d’investissement, des sociétés de gestion de fonds et des activités de trading de grandes entreprises. Elle pourra s’appliquer également aux services de titres, aux investisseurs et enfin à la gestion de l’actif des compagnies d’assurance ainsi qu’au contrôle de leurs risques financiers. .3.4.2.2 Elaboration de la méthodologie La méthodologie de mesure de vulnérabilité globale est le résultat de longs travaux de recherche et est directement issue de la combinaison de notre expérience de la gestion des risques et des enseignements qui ont été retirés des différents événements survenus dans l’histoire des institutions bancaires et des marchés financiers. Nous nous sommes également appuyés sur des travaux de recherche universitaire, notamment en mathématiques. Pour élaborer notre méthodologie, il nous fallait identifier tous les indicateurs qui nous semblaient revêtir une importance particulière dans le contexte de la gestion des risques. La mesure de chacun de ces indicateurs apporte un élément de réponse sur la manière dont une institution financière gère les risques. Plusieurs d’entre eux comportent des questions concernant plusieurs services à la fois, ce qui permet d’avoir une vue globale qui n’est que très rarement étudiée dans les audits classiques. Nous avons également repris quelques critères ou fragments de critères présents dans les méthodes usuelles (comme la VaR) qui étaient pertinents dans notre approche globale, mais la plupart des paramètres retenus ne font pas partie des modèles d’analyse classiques et sont propriétaires. Réussir à définir une liste finie d’indicateurs n’était pas trivial : il fallait déterminer l’importance de chacun, d’autant que la plupart se recoupent ou sont interconnectés d’une manière ou d’une autre. Nous avons finalement dégagé un cercle vertueux d’indicateurs de vulnérabilité, dont les interférences mutuelles permettent de MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  18. 18. stimuler la mise en place d’un environnement propice à une bonne gestion des risques. Au fur et à mesure que nous élaborions cette liste de paramètres, plusieurs grandes thématiques se sont dégagées. La principale notion qui a d’emblée été la pierre angulaire du projet était la transversalité, c’est également l’aspect qui constitue le cœur de l’innovation proposée par notre méthodologie. Nous considérons en effet qu’il faut à tout prix éviter le cloisonnement des contrôles mais également des services des compétences, etc. Plusieurs critères permettent ainsi d’évaluer le degré de mutualisation et de communication. Cette notion intervient dans les quatre volets de notre méthodologie. Nous proposons ensuite des solutions pour améliorer la transversalité de toute la chaîne de valeur, ce qui réduit indéniablement les risques. La centralisation est également un concept innovant qui soutient un grand nombre de nos indicateurs, car nous souhaitons réussir à mettre en évidence les faiblesses induites par le morcèlement des tâches et des contrôles pour la gestion des risques. C’est justement une défaillance qui a été clairement identifiée dans les modèles classiques, aussi nous incitons fortement à centraliser, fédérer certaines fonctions s’appliquant à toute la chaîne de valeur. Par ailleurs, la plupart des 21 paramètres ne peuvent être mesurés simplement. Pour les évaluer, il faut pouvoir répondre à plusieurs questions, certaines quantitatives et aisément mesurables, certaines qualitatives, voire culturelles, pour lesquelles il est plus complexe d’apporter une réponse claire et figée. Cet aspect est également une des grandes particularités de notre méthode, nous ne cherchons pas à nous baser uniquement sur des faits, des nombres, mais nous intégrons des notions bien plus complexes qui sont rarement prises en compte, comme le comportemental face à une situation spécifique, la réactivité. C’est pour cette raison que la définition de notre méthodologie ne fut pas triviale, car nous devions réussir à identifier des indicateurs non mesurables, qui n’avaient jamais été utilisés et qui regroupaient plusieurs notions qu’il nous fallait expliciter. Nous avons également veillé à proposer une méthodologie et des éléments de réponse qui ne nuisent pas à la dynamique de l’entreprise. Il est en effet essentiel de trouver un juste équilibre entre la sécurité et le risque, qui est par nature inhérent au métier. Pour que la notion de risque telle que nous l’entendons soit acceptée par nos clients, nous devions donc arriver à proposer une gestion des risques qui ne paralyse pas l’activité, et cette volonté se retrouve également dans plusieurs de nos indicateurs. L’objectif était de réussir à rendre notre méthode universelle, nous avons donc cherché à ce que nous indicateurs soient les plus génériques possibles et puissent MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com
  19. 19. prendre en compte toutes les situations. L’adaptation à chaque client est fonction de la pondération de chaque critère, ce qui est encore à l’étude. Ainsi, notre méthode de vérification va au-delà des méthodes actuelles comme les calculs automatisés de type VaR ou encore les scénarii de stress classiques, et permet d’évaluer de manière plus approfondie les limites de risque. 3.5 Conclusions Les travaux de 2010 nous ont conduits à l’intégration de nouveaux facteurs pour être en règle avec la nouvelle règlementation de Bâle, même si pour des facteurs comme la corrélation, l’impact qu’elle donne sur la valeur de la VaR reste marginal. Bien entendu, afin de se conformer pleinement aux nouvelles exigences, nous allons de façon périodique contrôler l’évolution des différents facteurs, que ce soit pour leur approximation ou leur périmètre. L’effort de recherche entrepris dans le cadre de ce projet et décrit ici nous permet cependant de tirer profit de l’améliorer de nos méthodes et modèles existants, et de garantir davantage le risque lié à la solvabilité de notre client. Parmi les contributions de nos travaux en 2011 et 2012, nous pouvons citer, à titre d’exemple, la définition des limites de risque de non corrélation au-delà de la mesure de la VaR. Nous avons mis en évidence le risque de non corrélation entre plusieurs positions et portefeuilles, censées se neutraliser en matière de sensibilité est crucial pour contrôler des stratégies abusives d’arbitrage et de couverture, des pratiques de spreading. Par conséquent, il était indispensable de fixer un nouveau type de limite de risque de non corrélation. Se contenter d’une mesure ou analyse en VaR escamote le suivi du risque de déformation du spread dans les stratégies d’arbitrage et de couverture. Nous proposons ici de dépasser l’analyse classique VaR (Value at Risk) grâce une méthodologie plus chirurgicale de mesure d’exposition au risque sur des montants de mêmes position et sensibilité, qui permet de révéler des marges actuarielles importantes alors même que le VaR et la sensibilité sont neutres. MWA Conseil Berkeley Building 19-29 rue du Capitaine Guynemer - 92903 Paris la Défense Tél. : 33 (0) 1 74 90 50 40 Fax : 33 (0) 1 46 24 90 68 www.mwa-france.com

×