• Like
  • Save
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011

on

  • 3,515 views

Benin National Strategy

Benin National Strategy

Statistics

Views

Total Views
3,515
Views on SlideShare
3,514
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011 Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011 Document Transcript

    • REPUBLIQUE DU BENINSTRATEGIE DE CROISSANCE POUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE (SCRP 2011-2015) Décembre 2010
    • Sommaire SOMMAIRELISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................................... VLISTE DES FIGURES ............................................................................................................................. VIISIGLES ET ABREVIATIONS .................................................................................................................. IX XIIIRESUME EXECUTIF...................................................................................................................................INTRODUCTION ................................................................................................................................. 1PREMIERE PARTIE : PERFORMANCES ECONOMIQUES ET SOCIALES RECENTES................................ 3CHAPITRE 1 : DYNAMIQUE ET DETERMINANTS DE LA PAUVRETE .................................................... 51.1. DIMENSIONS ET PROFIL DE LA PAUVRETE AU BENIN .............................................................. 61.2. EVOLUTION ET MOBILITE DANS LA PAUVRETE ........................................................................ 91.3. CROISSANCE, INEGALITES ET PAUVRETE AU BENIN .............................................................. 151-4. SYNTHESE : LES FACTEURS DECISIFS EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AU BENIN .................................................................................................................................. 17CHAPITRE 2 : PERFORMANCES ECONOMIQUES ET SOCIALES RECENTES ................................... 192-1. SITUATION DU CADRE MACROECONOMIQUE ....................................................................... 192-2. PRINCIPAUX RESULTATS ACQUIS AU NIVEAU DU DEVELOPPEMENT HUMAIN ...................... 272-3. PROGRES REALISES EN TERMES DE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ..................... 302-4. PERFORMANCES DANS LA PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE .......................... 312-5. ACQUIS ET INSUFFISANCES DES POLITIQUES DE DECENTRALISATION ET D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ......................................................................................................................... 322-6. PROGRES VERS LA REALISATION DES OMD AU BENIN ........................................................... 33CHAPITRE 3 : CONTRAINTES ET DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU BENIN ...................................... 373.1. LES CONTRAINTES ...................................................................................................................... 373.2. LES DEFIS CRITIQUES .................................................................................................................. 39DEUXIEME PARTIE : AXES OPERATIONNELS ................................................................................... 43CHAPITRE 4 : ACCELERATION DURABLE DE LA CROISSANCE ET DE LA TRANSFORMATIONDE L’ECONOMIE ............................................................................................................................ 494-1. CONSOLIDATION DU CADRE MACROECONOMIQUE ........................................................... 494.2. DYNAMISATION DU SECTEUR PRIVE ET DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRISE .......................... 514.3. DIVERSIFICATION DE LECONOMIE ......................................................................................... 544.4. PROMOTION DE L’INTEGRATION REGIONALE ET DE L’INSERTION DANS LES RESEAUX MONDIAUX .............................................................................................................................. 66CHAPITRE 5 : DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ............................................................... 695.1. INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT ......................................................................................... 705-2. INFRASTRUCTURES ENERGETIQUES ........................................................................................ 735.3. INFRASTRUCTURES DES TIC ...................................................................................................... 765-4. INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES ET D’ASSAINISSEMENT .................................................... 785.5. BATIMENT ET URBANISME .......................................................................................................... 80CHAPITRE 6 : RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN ................................................................... 836.1. MAITRISE DE LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE ............................................................... 84 IIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Sommaire 6.2. PROMOTION D’UNE EDUCATION DE DEVELOPPEMENT............................................................... 86 6.3. AMELIORATION DE L’ACCESSIBILITE ET DE LA QUALITE DES SERVICES DE SANTE ............... 91 6.4. ALIMENTATION ET NUTRITION ......................................................................................................... 98 6.5. PROMOTION D’EMPLOIS DURABLES ET DECENTS .................................................................. 99 6-6. LA REDUCTION DES INEGALITES DE GENRE ................................................................................ 100 6-7. RENFORCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE .................................................................... 101 6-8. PROMOTION DE L’EPANOUISSEMENT DES JEUNES ET LES LOISIRS ............................................. 107 CHAPITRE 7: RENFORCEMENT DE LA QUALITE DE LA GOUVERNANCE ....................................... 109 7.1. RENFORCEMENT DE LA QUALITE DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ....................... 110 7.2. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE ADMINISTRATIVE ................................................... 113 7.3. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE POLITIQUE ................................................................. 114 7.4. PROMOTION DE LA SECURITE ET DE LA PAIX .................................................................................. 115 7.5. AMELIORATION DE LA GOUVERNANCE DE LINFORMATION STATISTIQUE ................................. 117 7.6. PROMOTION DES DROITS HUMAINS ET RENFORCEMENT DES CAPACITES JURIDIQUES DES PAUVRES ........................................................................................................................... 117 7-7. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE ......................................... 119 CHAPITRE 8 : DEVELOPPEMENT EQUILIBRE ET DURABLE DE L’ESPACE NATIONAL ...................... 121 8.1. RENFORCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION ET DE DECONCENTRATION .............. 122 8.2. CONSOLIDATION DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE POUR UNE ECONOMIE REGIONALE ET LOCALE DYNAMIQUE ..................................................................................... 126 8.3. POURSUITE DE LA REFORME FONCIERE ................................................................................. 129 8.4. PROMOTION DES ESPACES FRONTALIERS ................................................................................. 130 8.5. GESTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES NATURELLES ET AMELIORATION DU CADRE DE VIE .................................................................................................................... 130 8.6. GESTION DES CATASTROPHES ET RISQUES NATURELS ............................................................ 133 TROISIEME PARTIE : CADRE DE MISE EN OEUVRE DE LA STRATEGIE .............................................. 135 CHAPITRE 9 : PRINCIPES DIRECTEURS, AGENDA DE MISE EN OEUVRE ET IMPLICATION MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE ................................................................. 137 9-1. PRINCIPES DIRECTEURS ............................................................................................................ 137 9-2. AGENDA DE MISE EN OEUVRE ................................................................................................ 140 9-3. CADRAGE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE ............................................................... 142 9-4. IMPACTS DU CADRAGE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE SUR L’ATTEINTE DES OMD ET LA PAUVRETE .................................................................................................... 152 CHAPITRE 10 : MECANISME DE SUIVI ET DE L’EVALUATION DE LA STRATEGIE ................................ 155 10-1. CADRE INSTITUTIONNEL DE SUIVI ET DE L’EVALUATION DE MISE EN OEUVRE ..................... 155 10-2. MECANISME DE SUIVI DE LA MISE EN OEUVRE .................................................................... 158 10-3. SYSTEME D’EVALUATION DES PERFORMANCES ................................................................... 160 10-4. RENFORCEMENT DES CAPACITES DES STRUCTURES DU DISPOSITIF DE SUIVI ET DE L’EVALUATION ...................................................................................................................... 163 CONCLUSION .................................................................................................................................... 165 ANNEXES : ........................................................................................................................................ 167IV Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Liste des tableaux LISTE DES TABLEAUXTableau 1 : Différentes formes de pauvreté suivant les départements en 2007 ....................... 8Tableau 2 : Profil de la pauvreté au Bénin ..................................................................................... 12Tableau 3-1 : Matrice de transition 2006-2007 ………………………….......................................... 15Tableau 3-2 : Matrice de transition 2007-2009 ………………………….......................................... 16Tableau 4 : Evolution de lindice des inégalités au Bénin………………………............................. 17Tableau 5 : Décomposition de la variation de pauvreté en composantes de croissance (C) et de redistribution (R) sur la période 2006-2007 ........................................................ 17Tableau 6 : Evolution des contributions sectorielles au taux de croissance de 2007 à 2009 ........ 21Tableau 7 : Evolution des agrégats budgétaires de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) ............... 24Tableau 8 : Evolution de l’encours de la dette extérieure du Bénin (en milliards FCFA) .......... 25Tableau 9 : Le commerce extérieur (% du PIB) ............................................................................. 25Tableau 10 : Situation monétaire de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) ........................................ 26Tableau 11 : Aperçu des contraintes recensées selon chaque OMD ....................................... 35Tableau 12 : Evolution des croissances sectorielles de 2010-2015 ...............................................144Tableau 13 : Evolution des recettes et dépenses (en % du PIB) ..................................................145Tableau 14 : Structure du financement du déficit budgétaire (en %) ........................................146Tableau 15 : Evolution des indicateurs de viabilité de la dette publique (%) ........................... 147Tableau 16 : Répartition sectorielle des allocations budgétaires sur la période 2011-2015 .....149Tableau 17 : Indicateurs macroéconomiques du scénario alternatif (en %PIB) ....................... 150Tableau 18 : Impact des différents scénarii sur les indicateurs OMD ..........................................151Tableau 19 : Impact des différents scénarii sur les indices de pauvreté ....................................152Tableau 20 : CDMT Scénario SCRP3 ................................................................................................174Tableau 21 : CDMT Scénario Alternatif ...........................................................................................175Tableau 22 : Programme des opérations denquêtes ................................................................. 176 VStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Liste des figures LISTE DES FIGURESFigure 1: Les différentes facettes de la pauvreté en 2007 ............................................................ 7Figure 2 : Ampleur des différentes facettes de pauvreté par milieu de résidence ...................... 7Figure 3 : Evolution de la pauvreté ( en pourcentage) ................................................................ 10Figure 4 : Répartition du noyau dur de la pauvreté au Bénin en 2007 et 2006 (en pourcentage) .............. 10Figure 5-1 : Mobilité absolue 2006-2007 ............................................................................................14Figure 5-2 : Mobilité absolue 2007-2009 ............................................................................................14Figure 6 : Evolution du taux de croissance économique .............................................................. 20Figure 7 : Evolution du taux d’inflation en glissement annuel de 2000 à juillet 2009 ................. 22Figure 8 : Cadre conceptuel de la SCRP 3 .................................................................................... 48Figure 9 : Les pôles de croissance du Bénin .....................................................................................55Figure 10 : La filière agricole au Bénin ............................................................................................. 58Figure 11 : Cartographie du potentiel de développement de la pisciculture au Bénin ............60Figure 12 : Principales zones à caractère touristique au Bénin ..................................................... 62Figure 13 : Cartographie des zones dactivités artisanales au Bénin ........................................... 63Figure 14 : Potentiel béninois en matériaux de construction ........................................................ 65 162Figure 15 : Dispositif de suivi et d’évaluation pour la SCRP 3 ........................................................ 170Figure 16 : Architecture du MOSARE .................................................................................................Figure 17 : Indicateurs de viabilité de la dette publique ..............................................................173 VIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Sigles et abréviations SIGLES ET ABREVIATIONSADMA : Agence de Développement de la Mécanisation AgricoleADSL : Asymmetric Digital Subcriber lineAEP : Approvisionnement en Eau PotableANJE : Alimentation du Nourrisson et du Jeune EnfantAPAH : Agence d’ Aménagement des périmètres hydroagricolesAPE : Accords de Partenariat EconomiqueAPIEx : Agence de Promotion des Investissements et des ExportationsBCEAO : Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’OuestBT-SA : Bénin Télécom - Société AnonymeBOT : Build, Operate, TransfertBOOT : Build, Own, Operate, TransfertBTP : Bâtiments Travaux PublicsCAD : Conférence Administrative DépartementaleCADHP : Charte Africaine des Droits de l’Homme et des PeuplesCAME : Centrale d’Achat des Médicaments EssentielsCCC : Communication pour un Changement de ComportementCCIB : Chambre de Commerce et d’Industrie du BéninCCNUCC : Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements ClimatiquesCCP : Courbe d’Indice de Croissance de la PauvretéCDCC : Conseil Départemental de Concertation et de CoordinationCDMT : Cadre de Dépenses à Moyen TermeCEB : Communauté Electrique du BéninCEN-SAD : Communauté des Etats Sahélo-SahariensCES : Conseil Economique et SocialCGI : Code Général des ImpôtsCNE : Caisse Nationale d’EpargneCNM : Comité National de la MicrofinanceCNUCED : ConférencedesNationsUniessurleCommerceetleDéveloppementCONAFIL : Commission Nationale des Finances LocalesCOTEB : Compagnie Textile du Bénin IXStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Sigles et abréviations CQP : Certificat de Qualification Professionnel CSPEF : Cellule de Suivi des Programmes Economiques et Financiers DEPOLINA : Déclaration de Politique Nationale d’Alphabétisation et d’Education des Adultes DEPOLIPO : Déclaration de Politique de Population DGAE : Direction Générale des Affaires Economiques DGFRN : Direction Générale des Forêts et des Ressources Naturelles DPC : Direction de la Prévision et de la Conjoncture DPM : Direction des Pharmacies et médicaments EDP : Espace de Développement Partagé EEM : Evaluation des Ecosystèmes du Millénaire EES : Evaluation Environnementale Stratégique EMICOV : Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de Vie des Ménages EPE : Equivalent Point d’Eau FADeC : Fonds d’Appui au Développement des Communes FCFA : Franc de la Communauté Financière d’Afrique FIAT : Fonds d’Initiation à l’Aménagement du territoire FNM : Fonds National de la Microfinance GAR : Gestion Axée sur les Résultats GES : Gaz à Effet de Serre GSM : Global System for Mobile Communication IADM : Initiative d’Allègement de la Dette Multilatérale IFU : Identifiant Fiscal Unique IHPC : Indice Harmonisé des Prix à la Consommation INSAE : Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique IST : Infections Sexuellement Transmissibles LNCQ : Laboratoire National de Contrôle de la Qualité LOLF : Loi Organique relative à la Loi de Finance MCA : Millenium Challenge Account MEF : Ministère de l’Economie et des Finances MILD : Moustiquaire Imprégnée à Longue Durée d’Action NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication OCS : Observatoire du Changement Social OMC : Organisation Mondiale du Commerce OMD : Objectifs du Millénaire pour le DéveloppementX Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Sigles et abréviationsONG : Organisation Non GouvernementaleOSD : Orientations Stratégiques pour le DéveloppementPAE : Plan d’Action EnvironnementalPAGU : Programme d’Appui à la Gestion UrbainePANA : Programme d’Action d’Adaptation aux changements climatiquesPANAR : Programme National d’Alimentation et de Nutrition Axé sur les RésultatsPANF ; Plan d’Actions National sur la FouillePANLCD : Plan d’Action Nationale de Lutte Contre la DésertificationPAP : Programme d’Actions PrioritairesPDC : Plan de Développement CommunautairePDDI : Plan Départemental de Développement IntersectorielPDDSE : Plan Décennal de Développement du Secteur de l’EducationPEV : Programme Elargi de VaccinationPHA : Promotion de l’Hygiène et de l’AssainissementPHC : Programme Habitat ConsommationPIB : Produit Intérieur BrutPME : Petites et Moyennes EntreprisesPNDCPGEM : Programme National de développement des Capacités pour la Gestion de l’Environnement MondialPNG : Position Nette du GouvernementPNGDRN : Plan National de Gestion Durable des Ressources NaturellesPNGE : Plan Nationale de Gestion EnvironnementalePONADEC : Politique Nationale de Décentralisation et DéconcentrationPPP : Partenariat Public PrivéPSDAN : Plan Stratégique de Développement de l’Alimentation et : de la NutritionPSRSA : Plan Stratégique de Relance du Secteur AgricolePTF : Partenaire Technique et FinancierPUASA : Programme d’Urgence d’Appui à la Sécurité AlimentaireRAMU : Régime d’Assurance Maladie UniversitaireRGPH : Recensement Général de la Population et de l’HabitatSASDE : Stratégie d’Accélération de Suivie et de Développement de l’Enfant XIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Sigles et abréviations SBEE : Société Béninoise de l’Energie Electrique SCRP : Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté SDE : Services Déconcentrés de l’Etat SIEF : Système d’Information Ecologique et Forestier SIEP : Système d’Information pour l’Evaluation Permanente SITEX : Société Industrielle des Textiles SONEB : Société Nationale des Eaux du Bénin SRP : Stratégie de Réduction de la Pauvreté SSC : Schéma de Services Collectifs STAD : Schéma Territorial d’Aménagement et de Développement TIC : Technologie de l’Information et de la Communication TVA : Taxe sur Valeur Ajoutée UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine US : United States VHF : Very High Frequency VIH SIDA : Virus d’Immuno-déficience Humain/Syndrome d’Immuno- Déficience AcquisXII Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif RESUME EXECUTIF Depuis 1999, le Bénin s’est engagé ment (OSD) définies par le Gouvernementdans l’élaboration et la mise en oeuvre en 2006. La SCRP 3 opérationnalisedes stratégies de réduction de la ces OSD à travers un cadre program-pauvreté. Après la Stratégie de Réduction matique, le Programme d’Actions Priori-de la Pauvreté Intérimaire (SRPI), taires (PAP).ébauchée en 2000, la Stratégie deRéduction de la Pauvreté (SRP 1) pour la 1 - DEMARCHE METHODOLOGIQUEpériode 2003-2005 a servi de cadre La démarche méthodologiquestratégique de référence et de dialogue d’élaboration de la SCRP 2011-2015 estavec les Partenaires Techniques et Financiers. structurée autour de six principalesLa Stratégie de Croissance pour la étapes, à savoir :Réduction de la Pauvreté (SCRP 2) pourla période 2007-2009 a permis de • l’évaluation à mi-parcours de lamaintenir le taux de croissance écono- SCRP 2007-2009 : cette évaluationmique autour de 4% en moyenne et a permis de faire ressortir etd’enregistrer des résultats significatifs d’analyser les forces et les faiblessesdans le secteur social, malgré les de la mise en oeuvre de la stratégiedifférents chocs qu’a subis le pays ces et d’en dégager les leçons pour ladernières années. SCRP 2011-2015 ; • le forum national sur la SCRP La présente stratégie (SCRP 2011-2015 : les échanges au cours2011-2015), qui couvre le quinquennat du forum ont permis d’obtenir un2011-2015, est le résultat d’un large consensus sur les grandes orientationsprocessus participatif qui a associé et les grandes lignes de la SCRPétroitement, à chacune des étapes, 2011-2015, à soumettre au Gou-l’Administration publique, les opérateurs vernement ;économiques et la société civile. Elles’inspire de la vision de long terme • l’élaboration des orientationsdécrite dans les « Etudes Nationales de majeures de la SCRP 2011-2015 :Perspectives à Long Terme (ENPLT), cesorientations ont été adoptées"Bénin-Alafia 2025" » et s’appuie sur les par le Gouvernement en ConseilOrientations Stratégiques de Développe- des Ministres. Elles présentent XIIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif les choix stratégiques opérés par mique et des déterminants de la mobi- le Gouvernement dans le cadre lité dans la pauvreté a été réalisée. Elle a de la SCRP 2011-2015 ; permis de cibler les populations pauvres et de déterminer les facteurs favorisant • les consultations départementales les entrées et sorties de la pauvreté. Au et nationales : elles ont permis de Bénin, plus d’une personne sur trois partager avec toutes les parties (35,21%) vivent en dessous du minimum prenantes, aux niveaux national vital et une personne sur trois (30,8%) et déconcentré, les orientations subit encore de nombreuses privations majeures de la SCRP 2011-2015 ; en termes de conditions d’existence et de patrimoine. • les travaux des groupes thématiques Une analyse de ces différentes de rédaction : ces groupes sont formes de pauvreté suivant les milieux composés des cadres de de résidence montre que la pauvreté l’Administration publique, des est un phénomène qui sévit plus en représentants de la société civile, milieu rural. L’analyse des facteurs du secteur privé et des PTF. Les explicatifs de la persistance de la résultats des travaux de ces pauvreté, de l’entrée et de la sortie de groupes ont servi de document la pauvreté montre l’importance du de base pour la rédaction de la niveau d’instruction, de la branche SCRP 2011-2015 ; d’activité, de l’accès au crédit, des infrastructures de base, du revenu initial comme des facteurs favorisant la réduction • les ateliers spécifiques sur les et la sortie de la pauvreté. En revanche, thèmes transversaux : ces ateliers la grande taille du ménage (08 personnes ont permis, d’une part, d’évaluer et plus) apparaît comme un facteur très la prise en compte dans la stratégie limitant la réduction et la sortie de la des thèmes transversaux, tels que pauvreté. le genre, le VIH/SIDA, la transition A cet égard, le Gouvernement démographique, l’environnement compte mettre en oeuvre des politiques et les droits humains et, d’autre de croissance économique accélérée part, de former les acteurs en et de redistribution susceptibles de conséquence. conduire à une réduction significative de la pauvreté et de donner une impulsion 2 - SITUATION DE LA PAUVRETE AU BENIN à la marche du Bénin vers la réalisation des Dans le souci de bâtir une straté- Objectifs du Millénaire pour le Dévelop- gie efficace, une analyse de la dyna- pement (OMD), à travers notamment :XIV Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif • la promotion de l’économie Gouvernement et huit Partenaires locale en vue de permettre une Techniques et Financiers sur les appuis réduction de la pauvreté en budgétaires. Elle a également facilité les milieu rural ; approches programmes et des dispositifs communs de mise en oeuvre de l’aide • la maîtrise de la croissance tels que l’« Initiative Fast Track » dans le démographique, en liaison avec secteur de l’éducation, le « Pot Commun la forte corrélation entre la pauvreté Eau Potable » dans le secteur de l’eau, et la taille élevée des ménages ; le « Fonds d’Appui au Développement des Communes » dans le secteur de la • la réduction des inégalités de décentralisation et le « panier commun » genre ; pour l’appui au renforcement de l’appli- cation du genre dans les politiques et • le renforcement de la protection stratégies. sociale, surtout vis-àvis des L’évaluation à mi-parcours de la personnes âgées ; SCRP 2007-2009 a révélé que sur les trois années de sa mise en oeuvre, le • le renforcement des infrastructures taux de croissance annuel moyen a été de base ; de 4,0%, en progression par rapport au niveau de 3,3% obtenu sur la durée de • le renforcement de la politique mise en oeuvre de la SRP 1. Toutefois, ce de microcrédit en vue de permettre taux demeure en dessous du niveau l’accès des pauvres en occurence minimal de 7% requis pour atteindre les les femmes aux crédits. Objectifs du Millénaire pour le Dévelop- pement (OMD) et appelle à relever de 3 - LES ACQUIS DE LA MISE EN OEUVRE nombreux défis dans le cadre de la DE LA SCRP 2007-2009 SCRP 2011-2015, à savoir : La SCRP 2007-2009 a contribué au • l’amélioration du climat des affairesrenforcement du processus de mise en et de la qualité de la gouvernance ;oeuvre de la Déclaration de Paris sur • la diversification de l’économie ;l’efficacité de l’aide. Elle a consolidé ledialogue entre le Gouvernement et les • l’amélioration de l’entretien routierPartenaires Techniques et Financiers, à et l’aménagement des pistestravers les différentes revues sectorielles et rurales ;conjointes. Cette stratégie a notammentfavorisé la signature et la mise en • l’assainissement du secteur deœuvre d’un protocole d’accord entre le l’électricité ; XVStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif • l’efficacité interne du système L’objectif global de la SCRP 2011- éducatif ; 2015 est l’amélioration des conditions de vie de la population. De manière • l’amélioration de la gouvernance spécifique, il est attendu, au terme de sa dans le domaine sanitaire ; mise en oeuvre, l’atteinte des OMD dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement • la mise en oeuvre efficace des de base, de l’enseignement primaire et projets et programmes dans les des soins de santé primaire ainsi que des secteurs prioritaires, notamment progrès significatifs au niveau des le relèvement des taux d’exécution autres Objectifs du Millénaire pour le du budget. Développement. Le contenu des cinq axes d’inter- 4 - LES PRINCIPAUX AXES D’INTERVENTON vention de la Stratégie de Croisance DE LA SCRP 2011-2015 pour la Réduction de la Pauvreté 2011-2015 est résumé comme ci-après : Les axes stratégiques retenus pour la SCRP 2011-2015 sont les mêmes que Axe 1 : Accélération durable de la ceux de la SCRP 2007-2009. Néanmoins, croissance et de la transformation de le contenu et l’étendue des domaines l’économie prioritaires de chacun des axes ont été renforcés, au regard d’une part, des Le taux de croissance économique déterminants et des facteurs explicatifs actuel (2,7% en 2009) demeure encore de la pauvreté au Bénin et, d’autre part, insuffisant pour faire face aux besoins des nouveaux défis et contraintes au fondamentaux de la population développement auxquels le pays est béninoise, dont le taux d’accroissement confronté. intercensitaire est de 3,25%. Ces Ainsi, des questions cruciales de per for mances insuffisantes découlent développement, comme l’emploi des en grande partie, de la faible diversification jeunes et des femmes, le désenclavement et du manque de compétitivité de des zones de production agricole, la l’économie. A cet égard, le Gouvernement promotion de la croissance économique est déterminé à accélérer les réformes rurale, le renforcement des capacités afin de diversifier l’économie et de juridiques des pauvres, la réduction des relever le taux de croissance à 7,5%, à inégalités de genre, la protection sociale l’horizon 2015. e t l a solidarité sont d évelopp és. De même, des thématiques relatives à Quatre domaines prioritaires l’organisation du monde rural, à la d’intervention directe sont retenus pour diversification agricole, à la transition intensifier la croissance, notamment : d é m o graphique et au changement • la consolidation du cadre climatique sont prises en compte. macroéconomique ;XVI Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif • la dynamisation du secteur privé • les infrastructures énergétiques ; et le développement des entreprises ; •les infrastructures de commu- nication et des technologies de • la diversification de l’économie l’information et de la commu- par la promotion de nouvelles filières nication ; porteuses pour les exportations ; •les infrastructures hydrauliques et • la promotion de l’intégration d’assainissement ; régionale et de l’insertion dans les réseaux mondiaux. •le bâtiment et l’urbanisme.Axe 2 : Développement des infrastructures Axe 3 : Renforcement du capital humain Les infrastructures économiques En dépit des progrès réalisés dansjouent un rôle stratégique dans le la mise en oeuvre des différentes Stratégiesprocessus de développement. Elles de Réduction de la Pauvreté au courscontribuent à relier les opérateurs des dernières années, les performanceséconomiques aux marchés, à réduire économiques ne permettent pas deles coûts des facteurs, à améliorer la faire face efficacement à la demandecompétitivité de l’économie et aussi à sociale de plus en plus croissante, due auoffrir des services essentiels aux populations fort taux de croissance démographique.(accès aux routes, à l’eau potable, etc.) Cette évolution démographique, si ellequi déterminent la qualité de la vie. Les se maintient, nécessiterait des effortsinfrastructures contribuent donc à la fois supplémentaires en termes de valorisationà la croissance économique ainsi des ressources humaines et d’améliorationqu’à l’amélioration du cadre de vie de l’accès aux services sociaux de base.des populations. C’est pourquoi, le C’est pourquoi, le Gouvernement a faitGouvernement en a fait un axe du renforcement et de la valorisationopérationnel essentiel de la stratégie, qui des ressources humaines un pilier essentielse concrétisera à travers la mise en de la stratégie. Cet axe renforcera laoeuvre de grands travaux programmés sphère sociale, mais aussi le capitaldans le Programme d’Actions humain, et donc les fondements de laPrioritaires (PAP). croissance économique à moyen et long termes. Cinq domaines prioritairess o n t retenus d a n s l e s e c t e u r d e s Les programmes de la SCRPinfrastructures, à savoir : 2011-2015 pour le développement et la valorisation du capital humain • les infrastructures de transport ; s o n t regroupés en six domaines d’intervention prioritaires, à savoir : XVIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif • la maîtrise de la croissance • le renforcement de la gouvernance démographique ; politique ; • la promotion de l’éducation de • la promotion de la gouvernance développement ; statistique • l’amélioration de l’état sanitaire • la promotion de la gouvernance et nutritionnel de la population ; environnementale ; • la création d’emplois décents ; • la promotion de la sécurité et de la paix ; • la réduction des inégalités de genre ; • la promotion des droits humains et le renforcement des capacités • le renforcement de la protection juridiques des pauvres. sociale. Axe 5 : Développement équilibré et Axe 4 : Promotion de la qualité de la durable de l’espace national gouvernance La qualité de la gouvernance La construction de l’émergence constitue un facteur essentiel pour le économique au Bénin requiert le déve- succès des stratégies de promotion du loppement équilibré de l’ensemble du secteur privé, d’amélioration de la qualité territoire national. Ce développement de la dépense publique et des actions passe par la valorisation des ressources du Gouvernement. C’est pourquoi, au et potentialités locales, base de la création cours des cinq prochaines années, le d’emplois et de richesse, et par la réduction Gouvernement travaillera à renforcer la des disparités spatiales en matière d’in- qualité de la gouvernance pour accroître frastructures et d’équipements. Pour y l’efficacité dans la gestion des affaires parvenir, le Gouvernement a engagé publiques. Les programmes prioritaires des réformes et des actions dans plusieurs dans ce domaine concernent : domaines tels que la décentralisation- déconcentration, l’aménagement du • le renforcement de la qualité de territoire, le foncier et l’environnement. la gestion des finances publiques ; Malgré ces avancées, beaucoup reste à faire pour inverser les tendances • le renforcement de la gouvernance de la répartition inégale de la population administrative ; sur le territoire national, de la pauvretéXVIII Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutifqui frappe plus les espaces ruraux que scénarii :les espaces urbains, de l’accès inégal • un scénario central construitdes populations aux infrastructures et autour de la volonté du Gouver-équipements de base et du faible nement d’atteindre un taux dedynamisme de l’économie régionale et croissance de 7,5% en 2015, etlocale. A cet égard, le Gouvernement de réaliser les OMD dans lespoursuivra au cours de la période 2011-2015, secteurs clés de l’éducation, deles efforts déployés, à travers six do- la santé et de l’accès à l’eaumaines d’intervention prioritaires que potable ;sont : • un scénario alternatif correspondant • le renforcement du processus de au cadrage macroéconomique décentralisation et déconcentration ; du programme économique et financier appuyé par la Facilité • la consolidation de l’aménagement Elargie de Crédit (FEC), du Fonds du territoire pour une économie Monétaire International. régionale et locale dynamique ; Le scénario central • la poursuite de la réforme foncière ; La mise en oeuvre des axes opéra- • la promotion des espaces frontaliers ; tionnels devrait déboucher sur une croissance soutenue, dans un environne- • la gestion de l’environnement et ment marqué par la maîtrise de l’inflation des ressources naturelles et et la consolidation des finances publiques. l’amélioration du cadre de vie ; Le taux de croissance passerait de 3,6% en 2011 à 7,5% en 2015, soit une •la gestion des catastrophes et des croissance moyenne de 6,0% sur la risques naturels. période 2011-2015. Ce qui constitue un gain net de 2,0 points par rapport à5 - LE CADRAGE MACROECONOMIQUE l a SCRP 2007-2009. La croissance ET BUDGETAIRE r e n f o r cement des infrastructures de base et la poursuite des réformes Le cadrage macroéconomique structurelles contribueraient à l’améliorationet budgétaire a été faite en tenant de la production dans les secteurscompte des orientations stratégiques des services et des BTP. Par ailleurs,ainsi que des politiques macroéconomiques l’amélioration de la gouvernance et deet sectorielles retenues avec deux XIXStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutif l’environnement des affaires, résultant répond à la priorité que le Gouvernement de l’accélération des différentes réformes entend donner à l’éducation pour tous en cours, devrait permettre d’accroître et à l’investissement dans le capital les investissements privés. humain dans la mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. Les ressources consacrées Ce scénario est aussi caractérisé au domaine de la production et du par la consolidation des finances commerce représentent 12,3% des publiques, fondée sur la mise en oeuvre d o tations totales. Ces ressources de la fiscalité de développement, sur permettraient la mise en oeuvre efficiente l’élargissement de l’assiette fiscale, à travers des différentes stratégies de dévelop- l’extension de l’Identifiant Fiscal Unique pement des pôles de croissance identifiés (IFU) au secteur informel, sur la maîtrise dans l’Agenda vers une économie des exonérations fiscales et sur la dotation émergente. L’allocation pour le déve- des régies financières de moyens consé- loppement des infrastructures produc- quents. Le taux de pression fiscale1 tives passerait de 20,0% en 2011 à 28,3% connaîtrait une progression favorable, en 2015, soit une moyenne annuelle de passant de 18,5% du PIB en 2011 à 19,3% 24,3% sur la période. Les parts consacrées en 2015. En conséquence, le déficit aux secteurs de la gouvernance, de la budgétaire (base ordonnancement) défense, de la sécurité et de la souveraineté resterait stable autour de 5% du PIB sur la seraient respectivement de 3,1%, 3,6% période. Le solde budgétaire de base et 2,5% en moyenne sur la période connaitrait une évolution favorable, 2011-2015. passant de -1,0% du PIB en 2011 à +0,5% du PIB en 2015, respectant ainsi la norme Le scénario alternatif de convergence de l’UEMOA. Le scénario central pouvant être contraint par des aléas liés à l’environnement Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) du scénario central établit international, à la mobilisation des une allocation sectorielle optimale des ressources nécessaires à l’atteinte de la ressources. Les crédits2 consacrés aux palette des OMD sélectionnés, un secteurs sociaux représenteraient en scénario alternatif a été retenu. Ce moyenne 33,8% des dotations budgétaires scénario traduit les per formances totales sur la période 2011-2015, à savoir minimales à réaliser sur la période et 17,9% pour l’éducation, 13,4% pour la s’appuie sur le cadrage macroécono- santé et 2,4% pour le développement mique du programme économique et fi- social et culturel. Cette répartition nancier soutenu par le Fonds Monétaire 1 Recettes fiscales sur PIB 2 Ces crédits concernent l’investissement et le fonctionnement.XX Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Résumé exécutifInternational. Il projette un taux de participation du secteur privé au finan-croissance réel de 5,2% en moyenne sur cement de la stratégie. Cette démarchela période 2011-2015, avec un déflateur passe par la promotion des Investissementsdu PIB de 2,4%. Les recettes devraient Directs Etrangers (IDE), le développementreprésenter 20,9% du PIB contre 25,4% du des Partenariats-Publics Privés (PPP) etPIB pour les dépenses publiques. Le l’introduction de nouveaux instruments dedéficit global base ordonnancement se financement, le renforcement de lasituerait à 4,5% du PIB en moyenne sur la bancarisation du pays, la mobilisation depériode 2011-2015. l’épargne nationale et la promotion de la microfinance. 6 - LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE LA STRATEGIE 7 - LA MISE EN OEUVRE ET LE SUIVI DE LA STRATEGIE Pour mobiliser les ressourcesnécessaires à la mise en oeuvre de la Le nouveau dispositif de mise enSCRP 2011-2015, le Gouvernement oeuvre et de suivi sera fondé sur uneveillera mieux coordonner les divers approche privilégiant la responsabilisationappuis des partenaires au développement, des structures chargées de mettre en oeuvrecompte tenu des priorités de la stratégie, les différents projets et programmesen privilégiant les formes d’aide au dé- contenus dans le Programme d’Actionsveloppement qui s’inscrivent dans les Prioritaires (PAP) de la SCRP 2011-2015.principes de la Déclaration de Paris sur Pour le suivi, une liste minimale d’indicateursl’efficacité de l’aide (appui budgétaire de suivi de la SCRP 2011-2015 et des OMDglobal, appui budgétaire sectoriel ou a été élaborée ; ces indicateurs serontciblé, appuis sous forme d’approche actualisés avec les r é s u l t a t s d e sprogramme). Par ailleurs, le Gouvernement enquêtes de suivi de l’Enquête Modulaires’emploiera à mettre en place toutes les Intégrée sur les Conditions de Vie desconditions requises pour favoriser la ménages (EMICoV). XXIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Introduction INTRODUCTION 1. La République du Bénin s’est giques de Développement (OSD) arrêtéesrésolument engagée, depuis les années par le Gouvernement. Elle constitue le90, dans une dynamique de changement document d’opérationnalisation de cessocial, générateur de bien-être. Cet OSD et notamment le cadre fédérateurengagement traduit l’ambition des de l’intervention des Partenaires augouvernements successifs de sortir le développement du Bénin. A cet égard,pays de la pauvreté et de le mettre sur elle représente l’instrument de dialoguel’orbite de l’émergence caractérisée et de coordination des actions despar une croissance accélérée et un Partenaires Techniques et Financiersdéveloppement humain durable. A cet (PTF), conformément à la Déclaration deeffet, le Bénin a élaboré et mis en oeuvre Paris sur l’efficacité de l’aide. La SCRPla Stratégie de Réduction de la Pauvreté 2011-2015 a pour ambition d’intensifier lacouvrant la période 2003-2005 (SRP 1) et, croissance économique afin d’accélérerla Stratégie de Croissance pour la Réduc- la marche du Bénin vers la réalisationtion de la Pauvreté sur le triénal 2007- des Objectifs du Millénaire pour le Déve-2009 (SCRP 2). La mise en oeuvre de loppement (OMD), à l’horizon 2015. Aces stratégies a induit des résultats mitigés cet égard, elle est une stratégie totalementen termes de croissance économique et intégrée qui prend en compte lesde réduction de la pauvreté, dûs aux chocs nouvelles contraintes de développementexternes et internes auxquels le pays a auxquelles le pays est confronté et lesété confronté ces dernières années. orientations de politiques sectorielles retenues par le Gouvernement. 2. La Stratégie de Croissancepour la Réduction de la Pauvreté (2011- 3. L’élaboration de la SCRP 2011-20152015), vise à corriger les imperfections découle d’un processus participatif quides deux premières stratégies et à a bénéficié d’intenses consultations avecconsolider la marche du pays vers toutes les parties prenantes, à savoir : lesl’émergence économique. Elle s’appuie, élus locaux, l’Administration centrale etd’une part, sur la vision de développement déconcentrée, les PTF, la société civile,de long terme « Bénin-Alafia-2025» et, les syndicats et le secteur privé.d’autre part, sur les Orientations Straté- 1Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Introduction La démarche méthodologique mise en d’Actions Prioritaires (PAP) de la œuvre est structurée autour de plusieurs Stratégie ; étapes et a été conduite par un comité (viii) l’adoption et la dissémination de pilotage composé des acteurs de la de la Stratégie. société civile et de l’Administration. Les principales étapes du processus sont : 4. La mise en oeuvre efficace de la SCRP 2011-2015 et de son Programme (i) l’évaluation à mi parcours de la d’Actions Prioritaires nécessite un soutien SCRP 2007-2009 ; accru de la communauté internationale (ii) l’organisation du forum national pour consolider les acquis du processus sur la SCRP 2011-2015 ; de développement de ces dernières années et assurer la croissance écono- (iii) l’élaboration de la note sur les mique nécessaire pour le développement orientations majeures de la durable et harmonieux du Bénin. SCRP 2011-2015 ; (iv) les consultations départementales 5. Le document est structuré en et nationales ; trois parties déclinées en dix chapitres. La première partie présente les perfor- (v) les travaux des groupes thématiques mances économiques et sociales récentes. de rédaction ; La deuxième partie traite des axes stra- tégiques et des domaines d’interven- (vi) l’évaluation de la prise en compte tions prioritaires de la SCRP 2011-2015. La des thèmes transversaux ; troisième partie expose le cadre de mise (vii) l’élaboration du Programme en oeuvre de la stratégie.2 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Première partie : Diagnostic stratégique PREMIERE PARTIE DIAGNOSTIC STRATEGIQUECette partie traite des performances économiques et sociales réalisées au cours des trois dernières an-nées au Bénin. Elle regroupe trois chapitres. Le premier chapitre fait une analyse de la pauvreté auBénin. Le deuxième chapitre retrace les performances économiques et sociales récentes. Le troisième cha-pitre présente les contraintes et les défis qui se posent aujourd’hui pour le Benin dans sa marche vers l’émer-gence et l’éradication de la pauvreté. 3Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • 4 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté C H A P IT R E 1 DYNAMIQUE ET DETERMINANTS DE LA PAUVRETE 6. Ce chapitre analyse la maximum d’impact en ter mes dedynamique et les déterminants de la réduction de la pauvreté.pauvreté en utilisant les données del’Enquête Modulaire Intégrée sur les 8. Le chapitre est organiséConditions de Vie de Ménages au Bénin autour de quatre sections. La première(EMICoV) de 2006, 2007 et 2009. Pour section met en exergue le caractèrel’année 2006, les données sont issues du multidimensionnel de la pauvreté aumodule rétrospectif administré au premier Bénin. La section 2 analyse la dynamiquepassage, tandis que pour 2007 et 2009, de la pauvreté entre 2006, 2007 et 2009elles résultent de l’agrégation des ainsi que les déterminants de la mobilitédonnées respectives des quatre dans la pauvreté au Bénin. Les contributionspassages et de l’enquête de suivi. de la croissance et de l’inégalité à la variation de la pauvreté au Bénin sont 7. L’analyse de la dynamique présentées à la section 3. Enfin, la sectionet des déterminants de la mobilité dans 4 fait une synthèse des facteurs les plusla pauvreté permettra au Gouvernement décisifs pour lutter efficacement contrede procéder à un ciblage conséquent la pauvreté au Bénin, en se fondant surdes populations pauvres et d’obtenir le les enseignements retenus des analyses 5Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 1.1. DIMENSIONS ET PROFIL trois vivent en dessous du minimum vital. DE LA PAUVRETE AU BENIN 10. En revanche, la pauvreté non 1.1.1. Une pauvreté monétaire, appréciée à partir d’un multidimensionnelle indice composite, qui est une combinaison linéaire de variables dichotomiques de 9. Plusieurs approches sont utilisées conditions de vie et de patrimoine ou pour cerner le niveau de pauvreté au actifs du ménage, révèle que 30,84% de Bénin. Selon l’approche monétaire, la la population béninoise sont pauvres en proportion de la population pauvre au terme de conditions d’existence et de Bénin en 2009 est estimée à 35, 21% ce patrimoine en 2009. qui signifie que plus d’une personne sur Encadré 1 : Concept de pauvreté Pauvreté monétaire (PM) Dans l’approche monétaire, l’indicateur de niveau de vie retenu est le revenu du ménage. Il est défini comme la somme des revenus, en espèces et en nature, qui, en règle générale, sont de nature récurrente et sont perçus régulièrement par le ménage ou par ses membres à intervalles de temps inférieurs ou égaux à un an. Cependant, les difficultés pour recueillir des estimations fiables sur le revenu incitent les statisticiens à se tourner vers la consommation finale qui est souvent mieux appréhendée sur le plan statistique. Un autre argument qui milite également pour l’utilisation de la consommation comme indicateur du niveau de vie, c’est que c’est la consommation qui procure du bien-être et non le revenu. Pauvreté non monétaire (PNM) C’est une approche qui combine les variables de conditions de vie et de patrimoine ou actifs du ménage. Elle cherche à repérer un certain nombre de difficultés, de manques ou de privations dans différents domaines des conditions dexistence des ménages. Cette mesure est objective mais non monétaire. Ces domaines peuvent renvoyer à une pauvreté de nature "existentielle" (alimentation, logement par exemple) ou de nature "sociale" (relations, emploi, loisirs, ...). Cette forme de pauvreté intègre les actifs (ou richesses) physiques ou financiers du ménage. Cet indicateur appréhende également une forme structurelle de la pauvreté, car portant sur un stock qui n’est pas facilement détruisible par les chocs conjoncturels.6 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvretéFigure 1 : les différentes facettes de la pauvreté en 2009 Pauvreté non monétaire 30,85 Pauvreté monétaire 35,21 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Source : INSAE EMICOV (2010)1.1.2. Une pauvreté très élevée dans le est un phénomène qui sévit plus enmonde rural couplée à une forte préca- milieu rural qu’urbain. Quelle que soit larité au niveau urbain forme de pauvreté, plus de 35% des 11. L’analyse des différentes personnes sont pauvres en milieu ruralformes de pauvreté suivant les milieux contre moins de 30%° en milieu urbain (fi-de résidences confirme que la pauvreté gure 2). Figure 2 : Ampleur des différentes facettes de pauvreté par milieu de résidence 35,24 Rural 38,36 Pauvreté non monétaire Pauvreté monétaire 23,15 Urbain 29,76 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45Source : INSAE, EMICOV (2010) 7Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 1.1.3. Une pauvreté inégalement repartie des incidences respectives de 23% et entre les départements et les communes 24% en 2009. du pays 13. Par rapport à la pauvreté 12. Au niveau départemental, non monétaire (conditions de vie, le Couffo, le Mono, le Zou et les collines patrimoine ou actifs du ménage), c’est apparaissent en 2009 comme les l’Atacora qui est le département le plus départements les plus pauvres avec des touché avec 69% de la population en incidences de pauvreté monétaire 2009 (soit 38 points de plus que le niveau supérieur à 40%. Tandis qu’en 2007, les national). Il est suivi de très loin par le départements de l’Alibori et du Borgou département du Mono, avec un taux de étaient les deux départements les plus 45%. Les départements les moins pauvres du Bénin, avec une incidence touchés sont le Littoral, les collines et de pauvreté monétaire estimée respec- l’Ouémé, avec des taux respectifs de tivement à 43% et à 39%. Les départements 13%; 17% et 19%. Cette tendance était de l’Ouémé et le Littoral sont restés les la même en 2007. moins pauvres entre 2007 et 2009, avec Tableau 1 : Différentes formes de pauvreté suivant les départements 2007 2009 Département PM PNM PM PNM Alibori 0.43 0.46 0.35 0. 33 Atacora 0.33 0.65 0.36 0. 69 Atlantique 0.36 0.31 0.37 0. 24 Borgou 0.39 0.46 0.28 0. 32 Collines 0.31 0.29 0.44 0. 17 Couffo 0.35 0.49 0.46 0. 42 Donga 0.34 0.39 0. 31 0.21 Littoral 0.26 0.17 0.23 0. 13 Mono 0.27 0.49 0.46 0. 45 Ouémé 0.25 0.28 0.24 0. 19 Plateau 0.35 0.44 0.33 0. 28 Zou 0.32 0.43 0. 41 0. 32 National 0.32 0.40 0. 35 0. 31 Source : INSAE, EMICOV (2010) PM : Pauvreté monétaire – PNM : Pauvreté Non Monétaire8 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 14. A l’échelle communale, la 1.2. EVOLUTION ET MOBILITE DANSpauvreté monétaire apparaît en 2009 LA PAUVRETEplus accentuée dans les communesd’Aplahoué, Zè, So-ava, Toffo et Karimama, 1.2.1. La pauvreté non monétaire enavec plus de la moitié de la population baissevivant en dessous du seuil de pauvreté. 17. Entre 2006 et 2007, la pau-Les quatre communes les moins pauvres vreté monétaire a connu une baissesont respectivement Abomey-calavi, d’environ 4 points de pourcentagePorto-Novo, Sème-Kpodji, avec une contre 2,4 points pour la pauvreté nonincidence comprise entre 18 et 19%. monétaire (Figure 3). En revanche entre 2007 et 2009 on a noté une hausse de la1.1.4. Un noyau dur de la pauvreté cou- pauvreté monétaire de 1,9 point devrant près du quart des pauvres pourcentage. Cette hausse de la pau- vreté monétaire entre 2007 et 2009 est la 15. Le cumul des trois formes conséquence des effets des crises éco-de pauvreté permet d’isoler un noyau nomiques et financières qui ont induitdur de la pauvreté estimé à 13,56 en une baisse des dépenses de consom-2009. Il s’agit des ménages qui sont mation des ménages.pauvres sans ambiguïté, puisqu’ilsont à la fois de faibles dépenses de 18. La pauvreté non monétaireconsommation, de mauvaises conditions a connu une baisse substantielle de 9de vie et des privations en actifs. points de pourcentage passant de 39,6% en 2007 à 30,85% en 2009. Cette 16. Dans les zones rurales, la baisse résulte des différentes actions menéesproportion des ménages appartenant par le Gouvernement au cours de la pé-au noyau dur de la pauvreté est estimée riode 2007-2009 pour l’amélioration deen 2009 à 15% contre 12,7% pour le mi- l’accès des populations aux services so-lieu urbain. Ces résultats placent les ciaux de base. Ces actions concernentzones rurales comme des cibles primor- notamment, la construction des pointsdiales dans la lutte contre la pauvreté d’eaux, des infrastructures scolaires.extrême. 9Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Figure 3 : Evolution de la pauvreté (en pourcentage) 30,85 Pauvreté non monétaire 39,6 2009 42 2007 2006 35,21 Pauvreté monétaire 33,3 37,2 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 Source : INSAE, EMICOV (2010) 19. La couche de la population 5,6 points de pourcentage. Cette la plus pauvre (noyau dur) a augmenté couche qui était estimée à 12,4% en entre 2007 et 2009, passant de 7,8% en 2006 a connu une baisse de 3,6 points 2007 à 13,4% en 2009, soit une hausse de entre 2006 et 2007. Figure 4 : Répartition du noyau dur de la pauvreté au Bénin entre 2006 et 2009 (en pourcentage) 13,56 7,8 12,4 14,98 Pauvreté non monétaire 8,8 2009 12 2007 2006 12,75 Pauvreté monétaire 6,1 10,4 0 2 4 6 8 10 12 14 16 Source : INSAE, EMICOV (2010)10 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.2. Une évolution de la pauvreté qui nages dirigés par des personnes de plusvarie sensiblement selon les caractéris- de 60 ans ont affiché, en 2009, des inci-tiques des ménages dences de pauvreté de 1,81 fois plus éle- vées que ceux des ménages dont le 20. La pauvreté a particulière- chef a moins de 25 ans. La baisse la plusment connu une baisse très marquée au importante a été obtenue au niveauniveau des ménages dirigés par des des ménages dirigés par des personnesfemmes entre 2006 et 2007, passant de dont l’âge est compris entre 25 et 35 ans36,1% à 26,5%, soit une réduction de près (10 points de pourcentage de baisse).de 9,6 points de pourcentage. En 2009,elle est estimée à 30,39% chez les mé- 23. Enfin, au niveau des secteursnages dirigés par des femmes, contre d’activités, la hausse la plus importante36,17% pour les ménages dirigés par les du nombre de pauvres entre 2006 ethommes. 2009 est enregistrée dans les secteurs de l’Agriculture-élevage et la pêche (1,86 21. La pauvreté diminue éga- point de pourcentage de hausse), tan-lement avec le niveau d’instruction, dis que le nombre de pauvres exerçantavec une baisse importante chez les dans les secteurs de l’électricité et gaz,ménages dont le chef a bénéficié d’un Banques et Assurances, Industries, BTP,enseignement supérieur (-4,31 points de Transport-Communication; a diminuépourcentage pour un niveau déjà très avec des baisses de plus de 6 à 45 pointsfaible en 2006 : 11,1%). La détention d’un de pourcentage.stock de connaissances élevé permetdonc à l’individu de saisir davantage 24. Les plus grandes évolutionsd’opportunités économiques et d’amé- ont été obtenues dans le secteurliorer son niveau de vie. En 2009, les mé- a g r i c u l t u r e - élevage-pêche-forêt,nages dont le chef n’a aucun niveau commerce, transport, et BTP quid’instruction comptent, 1,26 fois plus de concentre pourtant la majeure partiepauvres sur le plan monétaire que ceux de la population active.dont le chef n’a que le niveau du pri-maire. Ce rapport passe à 5,87 pour le 25. Pour réduire plus rapide-niveau supérieur. ment la pauvreté, le Bénin doit donc im- pérativement promouvoir activement 22. L’âge du chef du ménage l’augmentation de la production et desexerce également un effet important revenus des pauvres actifs dans le sec-dans la dynamique de la pauvreté des teur agricole au sens large.membres de la famille. En effet, les mé- 11Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Tableau 2 : Profil de la pauvreté au Bénin Différence 2006 2007 2009 2009-2007 Sexe du chef de ménage Masculin 37,4 34,7 36,17 1,47 Féminin 36,1 26,5 30,39 3,8 Milieu de résidence Cotonou 30 26,2 23,9 -2,3 Autre urbain 36 28,8 31,5 2,7 Ensemble urbain 34,8 28,3 29,8 1,5 Rural 38,5 36,1 38,4 2,3 Niveau dinstruction du chef de ménage Aucun niveau 41,5 35,9 39,89 3,99 Primaire 35,2 30,1 31,5 1,4 Secondaire 26,4 32,5 20,64 -11,86 Supérieur 11,1 4,6 6,79 2,19 Classe dâge du chef de ménage Moins de 25 ans 20,9 16,4 17,78 1,38 25 - 34 ans 32,9 22,9 35,04 12,14 35 - 44 ans 38,5 34,6 38,14 3,54 45 - 59 ans 38,7 39 34,72 -4,28 60 ans et plus 40,5 36,2 32,26 -3,94 Branche dactivité du chef de ménage Agriculture-Elevage-Pêche-Forêt 41 37,4 42,86 5,46 Industrie 36,9 23,9 29,96 6,06 Eau, électricité, gaz 47,2 11,7 1,74 -9,96 BTP 27,9 16,1 28,49 12,39 Commerce et restauration 30,4 20,6 25,68 5,08 Transport et communications 29,2 17,8 28,98 11,18 Banques et assurances 19 0 2,69 2,69 Autres services 25,4 16,5 20,08 3,58 Non applicable 38,4 41,2 28,08 -13,12 Ensemble 37,2 33,3 35,21 1,91 Source : INSAE, EMICOV(2010)12 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.3 L’ANALYSE DE LA MOBILITE DANS LA menter et la distribution de celle-ci sePAUVRETE AU BENIN CONFIRME CES TEN- modifier, ont connu plus de transitionsDANCES positives que celles du milieu rural. Par ailleurs, le taux d’entrée dans la pau- 26. Persistance de la transition vreté des ménages non pauvres est plusdans la pauvreté au Bénin : Plus de élevé en milieu rural qu’en milieu urbain :transitions positives que négatives. Au 16,3% contre 11,9%.Bénin, sur 100 ménages classés nonpauvres en 2006, 15 sont devenus 28. De façon générale, l’ana-pauvres en 2007. En revanche, sur 100 lyse de la mobilité a montré l’existenceménages pauvres au Bénin en 2006, 43 d’une mobilité absolue de bien-être re-sont restés pauvres et 57 sont sortis de la marquable. Entre 2006 et 2007, il estpauvreté3. Lorsqu’on tient compte de noté une forte diminution de la part desl’effectif réel de la population de pau- ménages très pauvres et des ménagesvres et de non pauvres, on note qu’un in- pauvres au profit des autres états dudividu pauvre en 2006 a une chance sur bien-être (ménages moyens, ménages2 de sortir de la pauvreté, un an plus moins riches et ménages riches). Ainsi,tard, tandis qu’un individu non pauvre parti de 20% en 2006 pour chacun desen 2006 a 78% de chance de demeurer états 4 de bien-être, le pourcentage desnon pauvre. Ce qui démontre le degré ménages ayant maintenu leur niveauplus important de transitions positives par de bien-être dans le même état arapport aux transitions négatives au sein varié : diminution de plus de 4 pointsde la population béninoise. de pourcentage pour les ménages très pauvres et des ménages pau- vres, et une augmentation du même 27. En milieu urbain, le taux de nombre de points pour les ménagessortie de la pauvreté est évalué à 59,5% moyens, moins riches et riches. Cecontre 55,1% pour les ménages ruraux. Il qui traduit l’existence d’un processuss’ensuit que les populations urbaines, de sortie de la pauvreté.ayant vu leur dépense moyenne aug-3 L’analyse des mouvements des ménages de la classe des pauvres à celle des non-pauvres et vice-versa a été faite à travers lamatrice de transition issue des données de panel constituées sur les deux périodes (Vodounou, 2009). Elle a permis de mettreen évidence les ménages sédentaires (ménages pauvres en 2006 qui sont restés pauvres en 2007, ménages non pauvres en 2006et qui sont restés non pauvres en 2007) et les migrants (ceux qui ont changé de situation) regroupant les non-pauvres (resp. lespauvres) de 2006 qui sont devenus pauvres (resp. non pauvres) en 2007.4Etat 1 : ménages très pauvres, Etat 2 : ménages pauvres Etat3 : ménages moyens, Etat 4 : ménages moins riches Etat 5 : Mé-nages riches 13Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Figure 5-1 : Mobilité absolue 2006-2007 0.23 0.22 0.21 0.2 0.19 0.18 0.17 0.16 Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Distribution finale (2007) Distribution initiale (2006) Source : A partir des données de EMICOV (2006-2007) Figure 5-2 : Mobilité absolue 2007-2009 0,25 0,2 0,15 0,1 0,05 0 Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Distribution initiale (2007) Distribution finale (2009) Source : A partir des données de EMICOV (2007-2009)14 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 29. Ce résultat s’explique par 30. Par ailleurs, sur 100 ménagesla consolidation de l’activité écono- classés non pauvres en 2007, 24 sontmique en 2007 qui s’est traduite par une devenus pauvres en 2009. Par contre,croissance soutenue de 4,6% contre sur 100 ménages pauvres au Bénin en3,8% en 2006. L’analyse de la mobilité à 2007, 44 sont restés pauvres et 56 sonttravers la matrice de transition montre sortis de la pauvreté. Entre 2007 et 2009,par ailleurs, qu’en moyenne 32,8% desménages sont sédentaires (qui n’ont pas 30,1% des ménages sont sédentaires,changé d’état) et par conséquent que 32,5% ont connu une transition positive enle taux de persistance dans les états améliorant leur état de bien être. En re-initiaux est relativement faible. Cette vanche 37,4% ont vu leur état de bientendance suggère ainsi qu’il y a eu une être se dégrader.transition relativement importante entreles états de bien-être. Tableau 3-1 : Matrice de transition 2006-2007 Distribution initiale (2006) Distribution finale (2007) Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Etat 1 0,3477 0,2685 0,1862 0,1333 0,0642 Etat 2 0,2166 0,2502 0,2403 0,1967 0,0963 Etat 3 0,1263 0,2055 0,2532 0,2343 0,1807 Etat 4 0,0852 0,1629 0,2136 0,276 0,2624 Etat 5 0,0584 0,0767 0,1236 0,2284 0,5129 Total 0,1669 0,1928 0,2034 0,2137 0,2233 Source : Estimations faites à partir des données d’EMICOV, 2006-2007, INSAE. 15Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Tableau 3-2 : Matrice de transition 2007-2009 Distribution initiale en 2007 Distribution finale en 2009 Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Etat 1 0,3705 0,2638 0,1834 0,1176 0,0646 Etat 2 0,2791 0,2512 0,2193 0,1539 0,0965 Etat 3 0,2075 0,2305 0,2402 0,1974 0,1243 Etat 4 0,1422 0,1838 0,2259 0,2448 0,2032 Etat 5 0,0884 0,1111 0,1515 0,2448 0,4002 Total 0,2175 0,2081 0,2041 0,1925 0,1778 Source : Estimations faites à partir des données d’EMICOV, 2007-2009, INSAE. 31. L’analyse des déterminants des revenus ou des dépenses pour de la transition confirme les mêmes disposer d’une vue complète de la tendances notées concernant l’évolution dynamique de la pauvreté monétaire. de la pauvreté selon les caractéristiques du chef de ménage5. 33. De fait, linégalité de revenu est encore préoccupante malgré la 1.3. CROISSANCE, INEGALITES baisse de 0,08 point sur la période ET PAUVRETE AU BENIN 2006-2009. L’indice de Gini est ainsi passé de 0,53 à 0,45 entre 2006 et 2009. 32. Dans la perspective d’une Ceci traduit une meilleure distribution stratégie de croissance en faveur des des revenus et des dépenses de consom- pauvres, l’analyse de l’évolution de mation des ménages sur cette période. l’incidence de la pauvreté ne peut, à Néanmoins, cet indice demeure encore elle seule, permettre d’apprécier totalement élevé. En particulier, le milieu urbain la situation en matière de pauvreté. Elle continue d’être un foyer constant de doit être complétée par une analyse de forte inégalité de revenu. l’évolution des inégalités dans la distribution 5 (Vodounou, 2009, Hodonou et al, 2010)16 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Tableau 4 : Evolution de lindice des inégalités au Bénin 2006 2007 2009 Urbain 0,524 0,465 0,47 Rural 0,481 0,416 0,37 Ensemble Bénin 0,530 0,472 0,45 Source : A partir des données de EMICOV (2006-2007, 2009), INSAE 2010 34. L’aggravation de la pauvreté tion. Ainsi, au niveau national, la hausseentre 2007 et 2009 est plus due aux effets de l’incidence de pauvreté de 1,9 pointde la croissance qu’à ceux de la redis- est le résultat combiné de la contributiontribution. La décomposition de la variation de la composante croissance (4,5sur la période 2007-2009 des indices de points) et redistribution (-2,62). Ce résultatpauvreté en composantes de redistribution traduit que la hausse de la pauvretéet de croissance met en évidence la entre 2007 et 2009 est due plus à uneprédominance de cette dernière par baisse des dépenses de consommationrapport à la composante de redistribu- des ménages qu’à un effet d’inégalité.Tableau 5 : Décomposition de la variation de pauvreté en composantes de croissance (C) et de redistribution (R) sur la période 2007-2009 Variation Composantes Variation Composantes Variation Composantes P0 C R P1 C R P2 C R Urbain 1,45 2,77 -1,32 0,01 1,13 -1,12 -0,33 0,66 -0,99 Rural 2,27 7,59 -5,32 1,50 4,11 -2,61 0,88 2,41 -1,53 Ensemble 1,96 4,58 -2,62 0,95 2,28 -1,33 0,43 1,33 -0,90Source : A partir des données de EMICOV, INSAE 2009 17Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 1-4 SYNTHESE : LES FACTEURS de la pauvreté. En revanche, la taille DECISIFS EN MATIERE DE LUTTE élevée du ménage (8 personnes et plus) CONTRE LA PAUVRETE AU BENIN apparaît comme un facteur très limitant dans cette perspective. 35. L’analyse de la pauvreté a montré, d’une part que, la pauvreté a 38. En somme, l’analyse des globalement augmenté au Bénin entre déterminants de la pauvreté suggère 2007 et 2009, et d’autre part qu’elle est qu’une attention particulière soit restée caractérisée par une diminution accordée : significative de la pauvreté non moné- taire. (i) à la promotion de l’écono- mie locale en vue réduire la pauvreté 36. L’analyse des compo- en milieu rural ; santes de la variation de la pauvreté a révélé le rôle déterminant de la redistri- (ii) à la maîtrise de la crois- bution et de la croissance économique sance démographique en liaison avec dans la réduction de la pauvreté. Ainsi, la forte corrélation qui existe entre la les stratégies de réduction de la pau- pauvreté et la taille élevée des mé- vreté à opérationnaliser au Bénin doi- nages ; vent non seulement viser une croissance (iii) à la réduction des inégali- économique forte mais aussi privilégier tés de genre ; les politiques de redistribution en direc- tion des plus pauvres. (iv) au renforcement de la protection sociale, surtout par rapport 37. L’analyse des facteurs ex- aux personnes âgées ; plicatifs de la persistance de la pau- vreté, de l’entrée et de la sortie de la (v) au renforcement des infra- pauvreté, suggère l’importance du ni- structures de base ; veau d’instruction, de la branche d’ac- tivité, de l’accès au crédit, des (vi) au renforcement de la po- infrastructures de base, du revenu initial litique de microcrédit en vue de permet- comme déterminants de la réduction tre l’accès des pauvres aux crédits.18 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes C H A P IT R E 2 PERFORMANCES ECONOMIQUES ET SOCIALES RECENTES 2-1 SITUATION DU CADRE budgétaires accompagnée d’une maîtrise MACROECONOMIQUE des dépenses publiques, malgré des difficultés survenues au cours de l’année 39. La situation macroéconomique 2009.est restée globalement positive entre Ainsi, le Bénin, comme la plupart2006 et 2009 en dépit des crises énergétique, des pays africains, a été épargné des effetsalimentaire, financière et économique. de premier tour de la crise financièreElle est marquée par : mondiale6 , du fait de sa faible intégration aux marchés financiers internationaux. (i) un niveau d’inflation modéré ; Cependant, le pays ressent, depuis 2009, les effets de second tour de la crise qui (ii) un niveau d’endettement se manifestent par une baisse des fluxextérieur faible ; et internationaux (IDE, transferts des migrants) et un ralentissement de (iii) une amélioration des recettes l’économie nationale.6Les années 2008 et 2009 ont été caractérisées, au niveau international, par les effets néfastes des crises qui ontplongé l’économie mondiale dans une récession sans précédent depuis la grande dépression de 1929. 19Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes 2-1-1 SECTEUR DE PRODUCTION notamment au niveau du commerce et des transports. Cependant, cette croissance 40. Les effets de la crise mondiale a été ralentie en 2009, du fait des effets ont ralenti en 2009 la croissance économique, de second tour de la crise financière amorcée depuis 2006. En effet, de 3,8% internationale (baisse des exportations en 2006, le taux de croissance est passé et de la consommation) et des mesures à 4,6% en 2007, puis à 5,0% en 2008 prises par le Nigeria pour faire face à la ( f i gure 6). Cette croissance a été crise alimentaire7. Le taux de croissance, impulsée par les bons résultats affichés pour 2009, est estimé à 2,7%. dans les secteurs agricole et tertiaire, Figure 6 : Evolution du taux de croissance économique 6 5 4 3 2 1 0 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Source : A partir des données de l’INSAE 2010 41. L’agriculture demeure un des Alimentaire (PUASA), en réponse à la principaux moteurs de la croissance crise alimentaire, et à la distribution économique avec une contribution d’intrants spécifiques pour la production moyenne à la croissance de 0,9% entre vivrière en 2009. Le coton, principale 2007 et 2009. Cette performance du culture d’exportation, a connu une secteur agricole est imputable à la hausse (11,2%) de sa production en 2007 production agricole hors coton et est par rapport à 2006 grâce : liée, entre autres, à la bonne pluviométrie, à la mise en oeuvre du Programme (i) aux bonnes conditions pluvio- d’Urgence d’Appui à la Sécurité métriques ; 7Désarmement tarifaire du Nigeria sur les importations de produits alimentaires, en particulier le riz. Dire les conséquences pour le Benin20 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes (ii) aux mesures de réorganisation du PIB à raison de 0,6% sur la périodedes acteurs intervenants dans la filière ; 2007-2009. L’indice de production indus- trielle a connu une hausse de 7,4% entre (iii) à l’apurement des dettes des 2007 à 2008. En 2009, il est en accroissementcotonculteurs. de 4,6% par rapport à 2008. Cette hausse de la production 43. Le secteur tertiaire a été durementcotonnière ne s’est pas poursuivie en touché par la crise mondiale mais affiche2008 et 2009. En effet, à partir de 2008, la cependant la plus grande contribution àproduction cotonnière a commencé à la croissance du PIB. Ce secteur aenregistrer une baisse à cause des difficultés enregistré, sur la période 2007-2009, uned’organisation de la filière. D’un volume hausse de sa valeur ajoutée de 5,2%de 268.054 tonnes en 2007, la production avec une contribution moyenne à lacotonnière est passée respectivement à croissance de 1,5%, imputable à220.000 tonnes pour la campagne l’amélioration de la compétitivité du Port2008/2009 et à 200 000 tonnes pour la de Cotonou, à la suite des différentescampagne 2009/2010. réformes engagées dans ce secteur, et à l’arrivée d’un nouvel opérateur 42. La contribution du secteur téléphonique en 2008. Mais, en 2009, lasecondaire à la croissance économique contribution sectorielle du Tertiaire aest relativement faible. Ce secteur a fortement chuté, passant de 2,1% encontribué en moyenne à la croissance 2008 à 0,8% en 2009.Tableau 6 : Evolution des contributions sectorielles au taux de croissance de 2007 à 2009 2007 2008 2009 Moyenne 2007-2009 Secteur Primaire 1,6 1,4 0,8 1,3 Secteur secondaire 0,5 0,6 0,6 0,6 Secteur Tertiaire 1,7 2,1 0,8 1,5 Services non Marchands 0,5 0,5 0,5 0,5 DTI et TVA intérieure 0,4 0,4 0,0 0,3 Total PIB 4,6 5,0 2,7 4,1Source : DGAE/MEF, février 2010 21Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes 2.1.2 INFLATION Cette hausse des prix a induit un taux d’inflation exceptionnel de 7,9% en 2008 44. La maîtrise de l’inflation contre 1,3% en 2007. En 2009, l’inflation a explique en partie la stabilité macroé- diminué grâce au recul des prix interna- conomique de ces dernières années. La tionaux. Ainsi, le taux d’inflation est revenu décélération de la hausse des prix observée à 2,2% en 2009, largement en dessous depuis 2006 n’a été renversée que tem- de la norme communautaire de 3%. Les porairement en 2008, en raison de la actions du Gouvernement visant à flambée des prix internationaux des promouvoir l’agriculture vivrière ont denrées alimentaires et de l’énergie. également contribué à cette diminution. Figure 7 : Evolution du taux d’inflation en glissement annuel de 2000 à juillet 2009 Inflation Seuil UEMOA 9.00% 8.00% 7.00% 6.00% 5.00% 4.00% 3.00% 2.00% 1.00% 0.00% 2006 2007 2008 2009* Source : INSAE 2O10 2-1-3 FINANCES PUBLIQUES l’Etat nécessaires à la mise en oeuvre de la SCRP 2007-2009. En effet, en 2008, 45. Les efforts d’assainissement les recettes de l’Etat se sont établies à des finances publiques se sont poursuivis 581,3 milliards FCFA en augmentation de dans un contexte de fortes pressions 6,1% par rapport à 2007. Toutefois, les sociales et de crise économique mondiale. recettes ont légèrement baissé de 0,9% Les opérations financières de l’Etat se en 2009 en raison des effets cumulés de sont caractérisées, sur la période 2007- la crise financière et économique 2009, par une consolidation dans la internationale et de la baisse du mobilisation des recettes intérieures et commerce de réexportation vers le une progression des dépenses de Nigeria.22 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes 46. Les réformes engagées par le nelle de recettes non fiscales grâce auGouvernement au niveau de l’administration relèvement par le Gouvernement desdes Impôts ont permis une amélioration droits de licences de téléphonie mobiledes recettes intérieures. Les recettes des au cours de la période 2007-2009. Lesimpôts sont ainsi passées de 196,6 recettes non fiscales sont passées enmilliards FCFA en 2007 à 233,3 milliards moyenne de 41,7 milliards FCFA au coursFCFA en 2008, soit une hausse de 18,7%. de la période 2003-2005 à 81,9 milliardsEn 2009, ces recettes sont restées en FCFA sur la période 2007-2009. Ceaugmentation de 3,4% par rapport à doublement des recettes non fiscales2008. La performance enregistrée au est principalement dû au paiement, parniveau des impôts sur la période 2007-2009 tous les opérateurs GSM, de la premièreest le résultat des mesures mises en oeuvre tranche de 50% au cours de l’annéepar le Gouvernement notamment : 2007, à la suite du relèvement, par le Gouvernement, des droits de licence GSM i) l’actualisation et la simplification qui sont passés de 5 à 30 milliards FCFA.du Code Général des Impôts (CGI) ; 49. Les dépenses publiques ont ii) la vulgarisation de l’Identifiant progressé de 51,0% pour faire face à laFiscal Unique (IFU) et mise en oeuvre de la SCRP 2007-2009. En iii) la poursuite de l’informatisation effet, les dépenses sont passées en moyenne de 458,1 milliards FCFA audes différents services et la multiplication cours de la période 2003-2005 à 691,9des guichets de recouvrement. milliards FCFA sur la période (2007-2009). Les dépenses d’investissement (+66,4%) 47. La croissance des recettes ont plus progressé que les dépensesdouanières a ralenti en 2009. Les recettes courantes (+38,7%). En effet, les investis-douanières sont passées de 250,1 milliards sements sont passés de 137,0 milliardsFCFA en 2007 à 278,9 milliards FCFA en FCFA à 228,0 milliards FCFA entre les2008, soit une hausse de 11,5%. En 2009, périodes 2003-2005 et 2007-2009, contrela mobilisation des recettes douanières 313,1 milliards FCFA à 434,3 milliards FCFAa connu un ralentissement, en liaison pour les dépenses courantes.avec le repli du commerce international Toutefois, les dépenses ont connu uneet la baisse des réexportations vers le hausse exceptionnelle de 55,6%, enNigeria. Ainsi, les recettes douanières 2009, en liaison entre autres, avec :sont estimées à 259,2 milliards FCFA, soitune baisse de 7,0% par rapport à 2008. i) le reversement des agents contractuels dans la fonction publique ; 48. Une mobilisation exception- 23Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes ii) l’évolution du point indiciaire des fonction enseignante ; Agents Permanents de l’Etat ; iv) l’octroi des primes et indemnités aux iii) l’octroi d’une allocation de 25% du personnels des secteurs prioritaires de la point indiciaire au corps enseignant SCRP (santé, éducation, etc.). dans le cadre de la revalorisation de la Tableau 7 : Evolution des agrégats budgétaires de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) Moyenne 2007 2008 2009 annuelle 2007-2009 Recettes Totales 547,2 581,3 575,8 568,1 Recettes fiscales 445,9 512,2 500,4 486,2 Recettes non fiscales 101,3 69,1 75,4 81,9 Dépenses Totales 585,5 684,6 805,5 691,9 Dépenses de personnel 143,1 182,4 225,9 204,1 Investissement public 206,9 174,7 302,3 228,0 Contribution budgétaire 93,7 105,3 221,6 140,2 Déficit global base ordonnancement -38,3 -103,3 -229,7 -123,8 Source : CSPEF/, Mars 2010 2-1-4 LA DETTE PUBLIQUE 2007 (voir tableau 8). S’agissant de la dette intérieure, l’encours est passé de 50. Le Bénin a bénéficié, en 2006, 243,9 milliards FCFA en 2007 à 361,7 milliards des initiatives d’allègement de la dette FCFA en 2009. Cette hausse de la dette PPTE et IADM qui ont permis une restruc- intérieure est en liaison avec les interventions turation de la dette publique à travers de l’Etat sur le marché financier par une réduction significative de l’encours l’émission des bons de Trésor et des de la dette extérieure. Celle-ci a connu, emprunts obligataires. Globalement, la de 2007 à 2009, une évolution haussière dette publique est restée viable sur toute pour se situer en 2009 à 463,26 milliards la période 2007-2009. FCFA contre 299,70 milliards FCFA en24 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentesTableau 8 : Evolution de l’encours de la dette extérieure du Bénin (en milliards FCFA) 2005 2006 2007 2008 2009 Encours 919,40 264,40 299,70 415,1 463,26 Dette Bilatérale 144,6 65,1 58,8 73,6 78,7 Dette Multilatérale 774,8 199,3 240,9 341,5 384,6 Encours/PIB (%) 40,00% 11,30% 9,92 13,96 17,33Source : CAA/MEF, Mars 2010 2-1-5 LA BALANCE DES PAIEMENTS et 2009 (tableau 9). En effet, sur la pé- riode 2007-2009, les importations ont 51. La balance commerciale du constamment crû plus vite que lesBénin est structurellement déficitaire. Le exportations à cause des différentesdéficit de la balance commerciale est crises internationales.en moyenne de 9,9% du PIB entre 2007 Tableau 9 : Evolution du commerce extérieur (% du PIB) 2007 2008 2009 Exportations 19,0 19,3 17,0 Importations 29,1 28,4 27,4 Balance commerciale -10,1 -9,1 -10,4 Taux douverture 48,1 47,7 44,4 Taux de couverture 65,3 67,9 62,0 Balance courante -10,1 -8,1 -9,3 Solde global 5,9 1,4 -1,5 Source : MEF, mars 2010 52. Le compte courant extérieur contre 8,1% en 2008 et 10,1% en 2007.hors dons s’est détérioré sur la période Cette dégradation de la situation2007-2009. En effet, le déficit du compte extérieure est liée essentiellement :courant s’est situé à 9,3% du PIB en 2009, 25Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes (i) au recul des services nets et la période 2007-2008 mais a enregistré des transferts publics et privés qui un déficit en 2009. Ce déficit est imputable subissent les effets de la crise écono- aux effets de second tour de la crise mique internationale et, dans une moin- financière et économique et aux dre mesure, mesures prises par le Nigeria dans le cadre de la crise alimentaire. En effet, le (ii) à la dégradation du solde déficit est ressorti en 2009 à 45 milliards commercial, liée au ralentissement plus FCFA contre un excédent de 36,9 milliards prononcé des exportations de coton et FCFA et 141,4 milliards FCFA respectivement textiles. en 2008 et 2007. 53. Le solde du compte du capital 2-1-6 LA SITUATION MONETAIRE et d’opérations financières de l’Etat est ressorti excédentaire sur toute la période 55. La masse monétaire a progressé 2007-2009. En effet, de 363,6 milliards en 2009. Elle est estimée en 2009 à FCFA en 2007, il a connu un repli pour 1178,2 milliards FCFA contre 1101,7 s’établir à 271,9 milliards FCFA en 2008. Il milliards FCFA en 2008 et 867,9 milliards est estimé à 245,2 milliards FCFA pour FCFA en 2007 (voir tableau 10). Cette 2009. augmentation de la masse monétaire est en liaison avec la hausse de ses 54. Globalement, la balance des contreparties que sont le crédit intérieur paiements a été excédentaire sur toute et les avoirs extérieurs nets. Tableau 10 : Situation monétaire de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) 2007 2008 2009 Avoirs Extérieurs Nets 656,5 691,6 637,0 Crédit Intérieur 229,4 437,7 593,1 PNG -298,2 -186,8 -113,6 Crédit à léconomie 527,6 624,5 706,7 Masse Monétaire 867,9 1101,7 1178,2 Disponibilité monétaire 246,4 365,6 342,6 Circulation fiduciaire 238,8 356,7 333,7 Dépôts en CCP 7,6 8,9 8,9 Dépôt en Banque 621,5 736,1 835,6 Autres Eléments (Postes) Nets 18,1 27,6 52,0 Source : BCEAO/Mars 201026 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes 56. Le crédit intérieur est passé de bénéficié de l’extérieur de 142,6 milliards229,4 milliards FCFA en 2007 à 593,1 FCFA dont 77,4 milliards de dons et 65,3milliards FCFA en 2009, soit une hausse milliards de capitaux à long et moyende 158,5%. Cette augmentation du terme. Au plan intérieur, l’Etat a eucrédit intérieur est imputable à un recours aux banques pour un montantaccroissement du crédit à l’économie de 80,0 milliards FCFA. Ce recours dede 33,9% en 2009 par rapport à 2007. La l’Etat au financement bancaire aPosition Nette du Gouvernement (PNG), entraîné une contraction du crédit inté-quant à elle, est restée dégradée sur la rieur accordé au secteur privé; ce quipériode en passant de -298,2 milliards pourrait entraîner une éviction duFCFA à -113,6 milliards FCFA, traduisant le secteur privé par le secteur public.recours croissant de l’Etat au marchéfinancier régional, à travers les emprunts 2-2 PRINCIPAUX RESULTATS ACQUIS AUpublics (bons de trésor et obligations). NIVEAU DU DEVELOPPEMENT HUMAINLes avoirs extérieurs nets, ont connu unebaisse de 3% en passant de 656,5 58. La mise en oeuvre de la SCRPmilliards FCFA en 2007 à 637,0 milliards 2 a permis d’obtenir des acquis importantsFCFA en 2009, résultant de la dégradation dans l’amélioration des soins et servicesdu solde global de la balance des sociaux de base. Des améliorationspaiements. notables ont été enregistrées dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de 57. En somme, l’analyse des flux la nutrition et de la promotion genre.économiques et financiers selon l’approche Cependant, des efforts importants restentépargne-investissement montre que les encore à faire dans tous ces secteurs.déficits courants observés sur la période2007-2009 proviennent essentiellement 59. Secteur de l’éducation : lesdu secteur public (75,9%), au détriment résultats du secteur de l’éducation sedu secteur privé (28,5%). Cette situation sont améliorés ces trois dernières années.est imputable à l’accumulation de déficits Les actions entreprises dans le cadre debudgétaires et à l’insuffisance de la 2007-2009, avec l’appui des Partenairesl’épargne privée face aux volumes de Techniques et Financiers, ont concerné,plus en plus importants des investissements. en particulier :Pour financer son déficit, le secteurpublic a eu recours aussi bien au finan- i) la poursuite de la mesure decement extérieur qu’au financement gratuité de l’enseignement maternel etintérieur. En 2009, le secteur public a primaire ; 27Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes ii) la mise en place du Fonds présence des filles à l’école. Commun Budgétaire en faveur de l’enseignement de base ; 62. Une analyse du Taux Net de Scolarisation (TNS) des enfants de 6-11 iii) la mesure de revalorisation de ans montre qu’il s’est globalement amélioré la fonction enseignante ; sur la période 2006-2007. Au niveau national, le TNS est passé de 61,1% en iv) des mesures spécifiques en 2006 à 76,2% (78,3% chez les garçons et faveur des autres ordres de l’éducation. 73,9% chez les filles) en 2007 pour un objectif de 100% en 2015. 60. Ces actions ont permis, au niveau de l’enseignement maternel, une amé- 63. Cependant des insuffisances lioration du niveau de préscolarisation, sont constatées au niveau de l’efficacité conformément aux objectifs du Plan interne. Le taux de redoublement est Décennal de Développement du Sec- passé de 10%% en 2007 à 13% à 2009, teur de l’Education (PDDSE). En effet, de tandis que le taux d’achèvement ne 4,5% en 2007, le taux brut de préscolari- s’est pas amélioré, passant de 66% en sation est passé à 7,6% en 2008 et à 2007 (56% pour les filles) à 65% en 2009 8,04% en 2009, pour une cible fixée à 9%. (57% pour les filles). 61. Au niveau de l’enseignement 64. Le taux d’analphabétisme, primaire, les résultats sont encourageants. reste encore élevé pour les personnes Le Taux Brut de Scolarisation (TBS) est âgées de 15 ans et plus. En effet, d’envi- passé de 92,9% en 2006 à 104% en 2007, ron 30% en 1990, le taux d’alphabétisa- avant de connaître une hausse de 5,1 tion a atteint 60,5% en 2007, soit une points pour se situer à 109,1% en 2009, progression de 2 points de pourcentage indiquant ainsi une présence massive par an. Cette progression demeure très des enfants hors de la tranche d’âges modeste par rapport au rythme compa- scolarisable (6 à 11ans). Cette situation tible avec le sentier des OMD. En outre, est justifiée, par le niveau très élevé du on note une évolution en défaveur des Taux Brut d’Admission au CI qui est passé femmes : le taux d’alphabétisation chez de 109% en 2006 à 140% en 2009. Au niveau les femmes de 15-24 ans étant de 50% des filles, le pourcentage d’élèves filles contre 72,4% chez les hommes. est passé de 44,4% en 2006 à 46% en 2009 et l’admission des filles au CI est 65. Secteur de la santé. Les indi- passée de 104% en 2006 à 137,9% en cateurs de santé, bien qu’en progression, 2009, dénotant une amélioration de la28 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentesn’ont dans l’ensemble pas atteint les ci- prise en charge de la fièvre à domicile,bles fixées. Le taux de fréquentation des avec la reconnaissance des signes deservices de santé est passé de 45,6% en repère du paludisme grave.2007 à 46, 1% en 2009, tandis que le tauxde couverture vaccinale au pentava- 67. En outre, les nouvelles actionslent pour les enfants de 0 a 11 mois a entreprises par le Gouvernement, enaugmenté, passant de 96% en 2007 à particulier la gratuité de la césarienne98% en 2009. Le pourcentage d’enfants en 2009, devraient permettre d’améliorerde moins de 5 ans dormant sous mousti- les résultats au niveau de la santé mater-quaires imprégnées est resté stable entre nelle et néonatale. Ces actions seront2008 et 2009, soit 56,3% contre une cible renforcées, à travers l’Agence Nationalefixée à 60% en 2009. de Gestion de la Gratuité de la Césa- rienne, créée en 2009, qui a bénéficié 66. Par contre, le taux d’accou- d’une subvention de 2,5 milliards FCFAchements assistés par du personnel médical en 2010 contre 0,2 milliard FCFA en 2009.ou para médical s’est inscrit en baisse, Cette initiative vise à réduire la mortalitépassant de 82% en 2007 à 78,6% en 2009. maternelle et néonatale, en prenant enLe taux de fréquentation des services, charge les dépenses associées à lapour les enfants de 0 à 5 ans, s’est également césarienne, dont le coût est hors deinscrit en recul, passant de 83,3% en 2007 portée des populations démunies. Elle aà 76,5% en 2008. Ce recul est lié aux touché 11.543 bénéficiaires, du 1er avrilmesures préventives prises dans le cadre au 31 décembre 2009. Il est attendu aude la lutte contre le paludisme qui moins le doublement de cet effectifconstitue la première cause de consultation en 2010.dans les formations sanitaires au Bénin(environ 40%). Il s’agit notamment de : 68. Alimentation et nutrition. L a distribution des dépenses de (i) la campagne de distribution consommation alimentaires (EMICoV, 2006gratuite de 1,7 million en 2007 de Mous- et 2007) fait ressortir que 26,5% de latiquaires Imprégnées à Longue Durée population a souffert de la faim en 2007d’action (MIILD), pour les enfants de 0 à contre 23,1% en 2006. Ainsi, le nombre5 ans et de personnes sous-alimentées a augmenté de 3,4 points entre 2006 et (ii) la formation des radiothéra- 2007. Cette tendance à la hausse semblepeutes, des relais communautaires et s’expliquer par les effets de la crisedes mères/gardiennes d’enfants sur la 29Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes alimentaire8 survenue en 2007. Selon le point de la représentation des femmes milieu de résidence, les résultats montrent lors des dernières élections locales orga- que la pauvreté alimentaire est plus nisées en 2008 : 4,18% (60 femmes élues dominante en milieu rural (28,4%) qu’en sur 1435 conseillers communaux), contre milieu urbain (23,2%). 3,75% (soit 46 femmes élues sur un total de 1199 conseillers communaux) pour les 69. Dans le domaine du genre, la élections de 2003. mise en œuvre des différentes lois et mesures 9 a permis de renforcer le cadre 2-3 - PROGRES REALISES EN TERMES DE juridique et institutionnel légal pour la DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES réduction des inégalités entre les sexes et d’avoir une amélioration de la partici- 70. Les actions entreprises dans pation des femmes au processus du les secteurs des infrastructures de base développement, bien que cette partici- ont permis la construction et la réhabili- pation de la femme béninoise demeure tation de plusieurs routes, l’augmentation encore très loin de l’objectif de la parité. du taux de couverture en énergie électrique En ce qui concerne la participation des des ménages et l’amélioration de l’accès femmes aux instances de prise de décision, à l’eau potable. il est enregistré de légers progrès au niveau du parlement et de la représen- 71. Au titre du réseau routier, tation locale : plusieurs actions ont été accomplies au plan de l’aménagement des • une augmentation de 3 routes en terre, de la réhabilitation et de points de la représentativité des femmes l’entretien des routes bitumées, de la à l’Assemblée Nationale : 10% pour la construction d’ouvrages spécifiques sur mandature actuelle (2007-2011) contre le réseau routier, de l’aménagement 7,22% pour la précédente mandature et de l’entretien des pistes rurales. En (2003-2007) ; particulier, le linéaire de pistes rurales • un accroissement de 0,43 a m é n a g é e s o u r é h a b i litées s’est 8Selon le rapport de la FAO 2009, la hausse des prix des denrées alimentaires et la récente crise financière internationale a augmenté la faim dans le monde. A cet effet, le nombre de personnes sous-alimentées au Bénin pourrait connaître un accroissement important (>26% entre 2008 -2009). 9 L’adoption de la Loi N°2002-07 du 24 août 2004 portant code des personnes et de la famille (CPF) ; la politique nationale de l’éducation et de la formation des filles adoptée le 11 avril 2007 ; la politique nationale de promotion du genre au Bénin, adoptée en mars 2009 ; la loi n° 2006-19 du 5 septembre 2006 portant répression du harcèlement sexuel et protection des victimes en république du Bénin ; la loi n° 2005-31 du 5 avril 2006 portant prévention, prise en charge et contrôle du VIH/SIDA en République du Bénin.30 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentesélevé à 1.208,6 km 10 en 2009 contre du réseau basse tension et moyenne2.441,2 km en 2008 et 2.213,3 km en 2007. tension. Ces actions se sont traduites parL’aménagement de ces pistes a permis des résultats appréciables : le taux nationalle désenclavement des zones de pro- d’électrification est ressorti à 27,7% en 2009duction et l’écoulement de la produc- contre 25;6% en 2008 et 24,7% en 2007. Letion agricole. En outre, les actions de taux d’électrification rurale, pour sa part,modernisation des villes ont permis la s’est situé à 3,1% en 2009 contre 2,5% enconstruction de plusieurs ouvrages 2008 et 1,9% en 2007. Toutefois, le secteurspécifiques, notamment à Cotonou souffre encore de la forte dépendance(passages supérieurs de Houéyiho et de vis-à-vis de l’extérieur et du faible dévelop-Steinmetz). Toutefois, l’indice d’état du pement des capacités nationales de production énergétique. En outre, leréseau routier, après une progression de cadre réglementaire et institutionnel71,0% à 78,0% de 2006 à 2007, s’est détérioré demeure peu incitatif à l’intervention duen 2008 (62%) en raison de l’insuffisance secteur privé dans le secteur.du rythme d’entretien. Il s’est redressépour atteindre à 76,0% en 2009. 73. L’amélioration de l’accès à l’eau potable a été une préoccupation 72. Au titre de la couverture en particulière du Gouvernement, avec leénergie électrique, les réalisations sont soutien de ses Partenaires Techniques etconformes au programme « Energie pour Financiers. Les principales réalisationsla réduction de la pauvreté et le dévelop- dans le secteur font apparaître : un tauxpement », à savoir notamment : de desserte en eau potable en milieu rural et semi-urbain de 55,1% en 2009 i) l’extension et le renforcement contre 49,9% en 2008 et 46,5% en 2007 ;des réseaux électriques, tant en milieu une progression des nouveaux Equivalentsurbain (Cotonou, Porto-Novo, Abomey- Points d’Eau (EPE) de 1.206 en 2006 àCalavi, etc.) qu’en milieu rural (Akpassi, 1.884 en 2009.Pira, etc.) ; 2-4 PERFORMANCES DANS LA PROMO- ii) la poursuite de l’interconnexion TION DE LA BONNE GOUVERNANCEdu réseau électrique du Nord-Togo et duNord-Bénin ; 74. Les indicateurs de suivi de la qualité de la gouvernance sont iii) la réalisation de plusieurs extensions r e s s o r tis mitigés, tant au niveau du10 Y compris 271km des pistes rurales construites par le génie rural 31Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes renforcement de l’état de droit qu’à 75. Au niveau de la gouvernance celui de l’accélération de la réforme financière, l’indicateur le plus suivi, est le administrative. Les indicateurs relatifs au taux d’utilisation des Ordres de Paiement renforcement de l’état de droit se sont (OP11), a fortement régressé à 4,98% en dégradés entre 2006 et 2007, en raison 2009 contre 12,3% en 2008 et 9,53% en des mouvements sociaux au niveau du 2007. Cette régression provient de la secteur de la Justice. Des améliorations décision du Gouvernement de veiller à ont été cependant notées de 2007 à la régularisation et à la limitation du recours 2008. Ainsi, sur les trois années (2007, 2008 à l’émission des Ordres de Paiement et 2009), les évolutions suivantes ont été (OP). Cependant, il convient de relever constatées : la persistance de la faiblesse du taux d’exécution du budget. En 2009, le taux • le taux de dossiers réglés est d’exécution base ordonnancement du passé de 24,2% en 2007 à 31% en 2008 budget de fonctionnement s’est élevé à puis à 25,1% en 2009 ; 78%, avec un taux très faible de seulement 35,2% pour les investissements sur • la durée moyenne des procès ressources propres. civils est passée de 10,4 mois en 2007 à 7,7 mois 2008 puis à 6,7 mois en 2009 ; 2-5 ACQUIS ET INSUFFISANCES DES POLITIQUES DE DECENTRALISATION • la durée moyenne des détentions ET D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE préventives dans les cabinets d’instruction est passée de 17,3 mois en 2007, à 14,2 mois en 2008puis à 12 mois en 2009 ; 76. Les indicateurs relatifs à la décentralisation, déjà en amélioration, • le taux d’occupation des prisons sont appelés à se renforcer, notamment s’est globalement amélioré sur la période avec le vote de la loi sur l’intercommu- 2007-2009, passant de 194 en 2007 à 205 nalité et l’adoption, par le Gouver- en 2009, après un niveau de 323 en 2006. nement en 2009, de la Politique Nationale 11Les OP constituent une procédure exceptionnelle d’exécution des dépenses publiques. On distingue les OP SIGFIP.et les OP Trésor. Les OP SIGFIP sont donc des dépenses prévues dans le budget, autorisées et visées par le Contrôleur Financier mais qui seront ordonnancées a posteriori. Ces dépenses suivent des procédures dites « exceptionnelles » prévues dans les textes. Elles sont régularisées au fur et à mesure de l’année et doivent être égales à 0 a posteriori. Les OP « Trésor d’ordre budgétaire » sont de dépenses faites selon une procédure non prévue par les textes pour régler des dépenses considérées comme urgentes qui peuvent ou non, être autorisées.32 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentesde Décentralisation et Déconcentration OMD dans la réflexion prospective et(PONADEC),. Ainsi, l’indicateur « nombre stratégique de développement du pays.de territoires de développement constitués Cependant, dix ans après, les progrèset formalisés » est passé de 04 en 2007 à accomplis vers les cibles des OMD10 en 2009. Il en est de même pour plusieurs demeurent lents dans certains secteursautres indicateurs, notamment : Cette situation découle, pour l’essentiel, de l’insuffisance et de la qualité de la • la part des dépenses des croissance économique générée ainsicollectivités territoriales dans le total des que des problèmes de gouvernance,dépenses du Budget Général de l’Etat, notamment économique et administrative,qui s’est établie à 8,8% en 2009 contre avec comme corollaire la persistance4,1% en 2007 ; de la pauvreté. • les transferts aux collectivités 78. En effet, l’analyse détailléelocales, qui ont fortement augmenté des tendances, au niveau des OMD,entre 2007 et 2009, grâce au lancement montre que, pour certaines cibles, ledu FADeC (Fonds d’Appui au Dévelop- pays est en bonne voie et que, si lespement des Communes), passant de efforts sont maintenus, la probabilité de1,5% du Budget Général de l’Etat en les atteindre en 2015 est forte. C’est le2007 à 3,7% en 2009 ; cas, notamment, des cibles relatives à l’accès universel à l’enseignement • la part des dépenses primaire, à la réduction du taux ded’investissement dans les dépenses mortalité infantile et infanto-juvénile et àtotales des communes, qui est passée l’accès à l’eau potable. Toutefois, il demeurede 26% en 2007 à 45,6% en 2009. encore des inégalités selon le sexe, le milieu de résidence, la région et les 2-6 PROGRES VERS LA REALISATION catégories socio-économiques. DES OMD AU BENIN 79. Ces progrès ont été 77. Le Bénin, ayant pris la mesure e n r e g i s t r é s grâce notamment auxde l’engagement de septembre 2000 initiatives communautaires dans lesur les OMD, s’est résolument impliqué domaine de la scolarisation des filles, audans la réalisation des OMD, à l’horizon dépistage des cas d’enfants de moins2015. Cette volonté politique s’est de 5 ans souffrant de malnutrition et àconcrétisée, au plan national, par un l’accès plus équitable à l’eau potable.effort continu de prise en compte des Toutes ces actions témoignent de la 33Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentes nécessité de la compte des communautés programmation, la budgétisation et le (leur responsabilisation) dans les suivi-évaluation des programmes et programmes de développement. Il faut projets de développement (l’élaboration mentionner également la prise de des budgets programmes, des Plans de conscience nationale de la nécessité de Travail Annuel, l’organisation des revues l’atteinte des OMD qui se manifeste par sectorielles et nationales, etc.). un effort dans la planification, la34 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 2 : performances économiques et sociales récentesTableau 11 : aperçu des contraintes recensées selon chaque OMD Cadre de planification Prestations de service Mise en oeuvre des projets basée sur les OMD Financement au niveau local et Suivi Evaluation (S&E)OMD 1 • Faible croissance et insuf- De manière gé- • Faiblesse de l’encadrement (appui • Absence d’un méca- fisance des stratégies de nérale, les alloca- conseil pour le développement rural et nisme spécifique opéra- croissance pro-pauvre tions de la SCRP la nutrition, disponibilité des intrants) tionnel de S&E dans le • Effort continu de planifi- 2007-2009 sont in- faible productivité secteur de l’agriculture cation stratégique axée sur férieures aux be- • Morcellement et petite taille des ex- les OMD soins OMD pour ploitations agricoles • Elaboration du PSRSA la période 2009- 2015 (60,5% des • Elaboration du PSDAN besoins en 2010)OMD 2 • Elaboration du Plan décen- • Faiblesse de la supervision de proximité • Faible capacité des nal de développement du • Education : • Nombre largement insuffisant des ensei- services de l’enseigne- secteur de l’éducation 93,3% gnants, des infrastructures (salles de ment primaire en ma- classe, tables bancs, cantines scolaires) et tière de gestion du •Elaboration de la politique • Santé : 58,1% du matériel pédagogique cycle de projets de décentralisation et de • Abandon durant une longue période • Absence d’un système déconcentration qui a besoin • Energie/Eau/ de la formation continue des enseignants d’information fiable d’être mise effectivement en Assainissement : • Accès à l’école parfois contraint par la (carte scolaire, nombre oeuvre 27,7% faiblesse des revenus des parents et état des infrastructures…) • Gestion encore centralisée des res- • Absence d’un méca- • Agriculture : sources nisme opérationnel de S&E 49,7%OMD 3 • Prise en compte de la • Faible capacité d’intervention sur le • Faible capacité des transversalité du genre dans • Genre : 78,8% terrain services en charge de la les principaux documents • Freins à la réalisation des actions sur le promotion du genre en stratégiques • Transport : terrain en faveur des femmes (barrières matière de gestion du • Existence d’un ministère en 83,1% socio-culturelles, faible niveau d’instruc- cycle de projets charge de la promotion du tion et de formation professionnelle… • Manque de statistiques genre depuis les années 90 • Mise en place accès aux financements et aux facteurs désagrégées selon le sexe • Existence de Cellule de du Fast track de production…) • Nécessité de doter le promotion du genre dans pour le finance- • Faible représentativité de la femme ministère en charge de la tous les ministères ment des actions dans la sphère politique et économique promotion du genre d’un liées au PDDSE bon mécanisme de S&EOMD 4 • Elaboration du plan natio- • Faiblesse des • Faiblesse de la qualité des prestations • Existence d’un bonOMD 5 nal de développement sani- ressources in- sur le terrain (problème de ressources hu- système de S&EOMD 6 taire sur la période 2009-2018 ternes maines, qualité du plateau technique…) • Faible taux de fréquentation des forma- • Concertation régu- tions sanitaires (39%) à cause notamment lière des PTF du secteur •Absence de déclinaison lo- cale du Plan national de dé- du faible revenu des ménages veloppement sanitaire • Concentration du personnel médical (80%) dans les centres urbains • Malnutrition et manque d’hygiène • Insuffisance de l’offre de services en maternité à moindre risqueOMD 7 • Exercice permanent de • Accès et qualité de l’eau victimes des • Faible capacité des prise en compte de la trans- contraintes physiques et climatologiques services de l’environne- versalité de l’environnement ment pour mettre les • Bonne capacité des communautés en activités des accords dans les divers documents matière de gestion des ouvrages multilatéraux en matière stratégiques • Existence d’une banque de l’habitat d’environnement • Existence d’une politique • Contraintes liées aux procédures de • Faible capacité des ser- de l’habitat passation des marchés vices de l’Eau en matière • Existence d’une politique de gestion du cycle de globale d’accès à l’eau po- projets • Existence d’un méca- table nisme de suivi des res- • Manque d’outils de plani- sources en eau et de fication au niveau du sec- l’état des ouvrages teur de l’Eau et de l’Energie • Concertation régulière des PTF du secteur de l’eau • Faible capacité enOMD 8 • Absence d’une politique matière de mobilisation, commerciale de gestion et de coordi- nation de l’aideSource : Rapport sur les OMD au Bénin 2000+10 35Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin C H A P IT R E 3 CONTRAINTES ET DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU BENIN 3.1- LES CONTRAINTES et létat défectueux des infrastructures, labsence de financement approprié et 80. Au regard du diagnostic, le sous-emploi. Lindustrialisation nale Bénin ne pourra créer la richesse et toujours pas décollé, bien que lesfaire reculer les frontières de la pauvreté premières tentatives datent de lépoqueque si les multiples contraintes au déve- coloniale par la transformation primaireloppement sont surmontées. des produits agricoles. Ainsi, ni l’agriculture ni l’industrie n’offrent aujourd’hui au 3.1.1- LES CONTRAINTES AU PLAN Bénin une voie appropriée pour accéder STRUCTUREL à la compétitivité. L’insuffisance des infrastructures d’appui à la production, 81. Léconomie béninoise demeure notamment dans le domaine des transports,peu diversifiée et peu compétitive depuis de l’énergie et de la communication,plusieurs décennies. Elle reste dominée explique la faible compétitivité depar lagriculture et les services, lindustrie l’économie. Par ailleurs, du fait de lademeurant un secteur embryonnaire. r i g i dité structurelle et de la faibleDans le secteur agricole, il est déploré diversification, l’économie nationalelarchaïsme des outils de production, la reste très vulnérable aux chocs extérieurs.monoculture dexportation, linsuffisance 37Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 82. Par ailleurs, l’économie 2015 est encore relativement élevé, en locale reste peu développée du fait de dépit des potentialités dont le pays la non-spécialisation économique des dispose. Aujourd’hui, la couverture de régions. Lorigine de cette situation se ce besoin de financement reste trouve fondamentalement dans la contrainte par l’insuffisance des ressources gestion encore peu décentralisée du financières internes et la faiblesse des pays et dans la faible exploitation des capacités des acteurs nationaux à ressources naturelles disponibles. planifier, et surtout à mettre en œuvre et à suivre les politiques publiques. 3.1.2- LES CONTRAINTES AU PLAN ORGANISATIONNEL 85. Par ailleurs, en dépit de l’existence d’un cadre législatif et 83. Le Bénin n’est pas encore réglementaire favorable à la décen- arrivé à bâtir un environnement attractif tralisation et à l’exercice du pouvoir par pour les investisseurs. L’environnement les bénéficiaires du développement, la des affaires reste peu favorable, malgré conception et la mise en œuvre de les efforts fournis. Des contraintes politiques au niveau décentralisé restent majeures persistent, notamment les encore limitées, alors que le transfert des lourdeurs administratives, l’insécurité foncière et la corruption. compétences et des ressources vers les communes se met à peine en place. 84. Au-delà des avancées significatives au plan démocratique, le 86. De même, l’insuffisance Bénin dispose d’une administration peu de ressources humaines adaptées pour performante, fortement centralisée et conduire efficacement le développement dépourvue de la culture de compte du pays constitue une contrainte majeure rendu et d’obligation de résultats. Ces pour l’amélioration de l’efficacité de l’action problèmes de gouvernance expliquent publique. Ces contraintes se manifestent notamment la mauvaise affectation des par la faiblesse des capacités et par ressources budgétaires et leur utilisation le cout élevé du fonctionnement de inefficace, ainsi que la faible capacité l’Administration publique. Cette situation de mobilisation de l’Aide Publique au influence également le développement Développement (APD). La conséquence du secteur privé du fait de la non- est que le besoin de ressources c o mplé mentaires nécessaire pour adéquation entre la formation et les accélérer les progrès vers les OMD en besoins du marché.38 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 87. Les réformes structurelles agricoles, notamment les techniquesengagées au cours de ces dernières d’exploitation, y compris le calendrierannées ont essentiellement porté sur le agricole, se trouvent notamment affectésdésengagement de l’Etat des secteurs par la variabilité du régime climatiquede production et visent le renforcement saisonnier. Cette variabilité est caractériséede la situation macro-économique, par le raccourcissement de la saisonlefficacité de la dépense publique, la pluvieuse, la baisse de la pluviométrie àresponsabilisation des ministères l’intérieur des terres, l’accroissement desectoriels, le renforcement du cadre la pluviosité et des risques d’inondationf i duciaire et la transparence de dans la zone côtière, l’excès de chaleurlinfor mation comptable et financière. et la violence des vents.Mais le rythme de mise en œuvre deces dif f érentes réformes se heurte à 90. Plus spécifiquement, lela faiblesse des capacités humaines et caractère de plus en plus aléatoire desinstitutionnelles. saisons pluvieuses perturbe les calendriers agricoles et contribue à la baisse des 3.1.3- LES AUTRES CONTRAINTES rendements des cultures, avec pour corollaire, dans certaines régions du 88. La croissance démogra- pays, la pénurie de denrées agricoles etphique mal maîtrisée constitue un réel le renchérissement des produits vivriers.obstacle aux efforts de développement Les impacts sur l’environnement et la santédu Bénin. En effet, la population du ne sont pas négligeables, notamment,Bénin croît à un taux de 2,9% avec un la densification des populations etindice synthétique de fécondité de base l’aggravation de la pollution dans lesqui est de 5,7 enfants en moyenne par zones urbaines, l’intensification de l’exodefemme. Cette croissance démographique rural et de l’insécurité alimentaire, lainduit une demande sociale élevée alors désertification et l’appauvrissement desque la croissance économique est sols, la paupérisation croissante desencore faible. populations et les risques qui y sont attachés. 89. En outre, le Bénin reste trèsvulnérable aux changements climatiques. 3.2- LES DEFIS CRITIQUESLes bouleversements climatiquescompromettent les conditions de vie 91. L’analysediagnostiquemontredes populations déjà victimes de la ainsi que le Bénin possède des acquispauvreté et de la dégradation des dans la mise en œuvre des programmesécosystèmes. Les systèmes de production sectoriels, qu’il faut consolider et renforcer. 39Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin Le pays fait face par ailleurs à des croissance. contraintes qui doivent être surmontées sans tarder. A cet effet, quatre défis critiques 3.2.2. DÉFI NUMÉRO 2 : majeurs, sont à relever dans la quête de LA RÉDUCTION DES INÉGALITÉS DANS la nouvelle dynamique de développement L’ACCÈS AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE économique et social. 93. Pour lutter efficacement 3.2.1. DÉFI NUMÉRO 1 : contre la pauvreté, en plus de la relance L’AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ de la croissance économique, les stratégies GLOBALE ET SECTORIELLE DE L’ÉCONOMIE adoptées doivent également, intégrer la lutte contre les inégalités, en mettant en 92. Les actions à conduire, œuvre des politiques de redistribution pour atteindre une croissance accélérée appropriées12. A cet effet, il convient et soutenue, compatible avec l’objectif d’identifier les différentes formes d’inégalités de 7% nécessaire pour la réalisation auxquelles les populations, notamment des Objectifs du Millénaire pour le les plus défavorisées, sont confrontées Développement (OMD), concernent (inégalités en termes de conditions notamment : d’existence, monétaire, sociale et de potentialités) ainsi que les mécanismes i) le renforcement de la stabilité socio-économiques par lesquels ces du cadre macroéconomique, qui a été inégalités se sont produites, afin de fortement perturbé en 2009, du fait mettre en place les outils de redistribution principalement des effets de la crise appropriés. mondiale et des difficultés budgétaires ; 94. Dans la littérature écono- ii) l’amélioration du climat des mique, il est démontré que la redistribution affaires en vue de faciliter le développement des actifs (capital physique et financier) des entreprises ; e t l ’ a c c è s éq u i t a b l e a u c a p i t a l h u m a i n et social se révèlent plus iii) la diversification de l’économie efficaces et génèrent des effets plus pour renforcer la capacité de résistance durables sur la pauvreté que la stricte aux chocs adverses et les moteurs de 12 Voir Damien Mededji, « Politiques de croissance pro-pauvre : conditions pour l’atteinte de l’omd n°1 », février 201040 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Béninredistribution des revenus13. Dans la ii) l’amélioration de la gouver-perspective de l’atténuation des inégalités, nance dans le domaine sanitaire ;la bonne prise en charge des besoins iii) l’amélioration de l’entretiensociaux des populations devient dès lors routier et l’aménagement des pistesimpérative. Des avancées notables ont rurales ;été enregistrées dans ce domaine, cesdernières années, malgré les répercussions iv) l’assainissement du secteur dedes chocs subis, comme l’atteste l’électricité etl’amélioration de la pauvreté desconditions de vie de 3,9 points de v) la mise en œuvre efficace despourcentage notée entre 2006 et 2007. projets et programmes dans les secteursCependant, le niveau élevé de cet prioritaires, notamment le relèvementindicateur de pauvreté (37% en 2007) des taux d’exécution du budget d’inves-pourrait notamment s’expliquer par une tissement.offre encore insuffisante des servicespublics notamment en infrastructures 3.2.3. DÉFI NUMÉRO 3 :sanitaires, hydrauliques et d’assainissement, CORRECTION DES DISPARITÉS ENTRE LES DIFFÉRENTES ZONES DU PAYSen dépit des louables efforts consentispar le gouvernement et les partenaires 96. Trente neuf des soixantetechniques et financiers. La faiblesse des dix sept communes que compte le Béninindicateurs sociaux le prouve du reste présentent, en 2007, une incidence deéloquemment (voir chapitre 2). la pauvreté supérieure à la moyenne nationale. Ces résultats prouvent l’ampleur 95. Ainsi, des défis majeurs relatifs de la pauvreté dans certaines desà l’amélioration des services sociaux de communes du pays et la nécessité debase subsistent encore. A cet égard, il promouvoir une politique de décentrali-s’agit, entre autres, de renforcer les sation capable d’aider les communautésactions pour : à la base à trouver les moyens nécessaires pour mener une lutte efficace contre la i) l’efficacité interne du système pauvreté.éducatif ;13 Voir Barro (2000) 41Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 3.2.4. DÉFI NUMÉRO 4 : est un pré-requis à l’augmentation de la AMÉLIORATION DE LA GESTION capacité à mettre en œuvre efficacement DES AFFAIRES PUBLIQUES les politiques économiques et sociales destinées à engager le pays sur la voie 97. La mise en œuvre d’une de l’émergence économique. gouvernance de qualité, à tous les niveaux,42 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Deuxième partie : Les axes stratégiques DEUXIEME PARTIE LES AXES OPERATIONNELSLa deuxième partie présente les axes opérationnels de la SCRP 2011-2015. Cinq axes ont été retenus.Chaque axe est décliné en domaines d’interventions prioritaires qui précisent les grandes mesuresà mettre en œuvre au cours de la période 2011-2015. Les cinq axes opérationnels retenus sont : i) l’accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie ; ii) le développement des infrastructures ; iii) le renforcement du capital humain ; iv) le renforcement de la qualité de la gouvernance ; v) le développement équilibré et durable de l’espace national. 43Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 98. La Stratégie de croissance de vie de la population. Cette améliorationpour la réduction de la pauvreté opéra- passe par une croissance économiquetionnalise deux cadres principaux d’éla- forte et soutenue, autour de 6% enboration des politiques de développement, moyenne sur la période., Elle entraîneraità savoir : ainsi une réduction de la pauvreté dont l’incidence passerait de 31,% en 2009 à - la vision « Bénin Alafia 2025 », 25% en 2015. Sur cette base, il est attendu,découlant des études nationales pers- à l’horizon 2015, la réalisation des OMDpectives à long terme, qui s’énonce dans les secteurs de l’eau, de l’assainis-comme suit : «le Bénin est, en 2025, un sement de base, de l’enseignementpays-phare, un pays bien gouverné, uni primaire et des soins de santé primaire,et de paix, à économie prospère et ainsi que des progrès significatifs aucompétitive, de rayonnement culturel et niveau des autres Objectifs du Millénairede bien-être social » ; pour le Développement. - les Orientations Stratégiques 101. L’horizon temporel de misede Développement (OSD) qui déclinent en œuvre de la SCRP 3 est porté à cinqles choix stratégiques de la politique de ans pour tenir compte des résultats dedéveloppement à moyen terme, à l’évaluation de la SCRP 2 qui a révélépartir de la vision, « Bénin Alafia 2025 », que le triennal 2007-2009 s’est avéré tropen tenant compte des Objectifs du court, au regard, des objectifs assignésMillénaire pour le Développement (OMD). à la stratégie, notamment en ce qui concerne l’opérationnalisation des axes 99. Par ailleurs, le Bénin stratégiques et des programmespartage la vision et les axes stratégiques prioritaires retenus.retenus au sein de l’Union Africaine, duNEPAD, de la CEDEAO et de l’UEMOA 102. Les axes opérationnelsainsi que les principes de gouvernance retenus pour la SCRP 3 sont identiques àretenus au niveau régional et sous- ceux de la SCRP 2. Cependant, lerégional. contenu et l’étendue des domaines d’intervention prioritaires sont renforcés, 100. Se fondant sur tous ces au regard des défis et des nouvellesdocuments, la SCRP 2011-2015 se fixe contraintes de développement auxquelscomme objectif global, à l’horizon 2015, le pays est confronté.une amélioration sensible des conditions 45Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 103. L’accélération durable de i) la maîtrise de la croissance dé- la croissance et de la transformation de mographique ; l’économie est attendue à partir de : ii) la promotion d’une éducation i) la consolidation du cadre de développement ; macroéconomique ; iii) l’amélioration de la qualité des ii) la dynamisation du secteur services de santé et de nutrition ; p r i v é et le développ ement de iv) la promotion d’emplois dura- l’entreprise ; bles et décents ; iii) la diversification de l’économie et v) le renforcement de la protec- iv) la promotion de l’intégration tion sociale et de la solidarité nationale régionale et de l’insertion du Bénin dans la promotion du genre et les réseaux mondiaux. vi) la promotion de la jeunesse, du sport et des loisirs. Le deuxième axe prévoit le d éve loppement des infrastructures 105. Le quatrième axe présente comme soutien à la croissance écono- la politique du Gouvernement en ma- mique et comme facteur de relèvement tière de renforcement de la qualité de de la qualité de vie. Il s’agit notamment : la gouvernance. Il insiste notamment sur : i) des infrastructures de transport ; i) l’amélioration de la gestion des ii) des infrastructures énergétiques finances publiques ; et hydrauliques ; et ii) les questions de bonne gouver- iii) des infrastructures des techno- nance administrative et politique ; logies de l’information et de la commu- iii) la sécurité, la paix ; nication (TIC) ; iv) la promotion des droits humains iv) du bâtiment et de l’urbanisme. et le renforcement des capacités juridiques des pauvres ; 104. Le renforcement du capital humain constitue le troisième axe opéra- iv) la gouvernance de l’information tionnel de la stratégie du Gouvernement. statistique ; Cette amélioration des ressources v) la gouvernance environne- humaines sera réalisée à travers : mentale.46 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin 106. Le cinquième axe se relles et l’amélioration du cadre de vie ;consacre au développement équilibré v) la gestion des catastrophes etet durable de l’espace national. Le Gou- risques naturels.vernement entend renforcer : i) la politique de promotion de 107. La figure 8 ci-après décrit lesl’économie locale et rurale ; relations ces différents axes opérationnels qui doivent fonctionner de manière ii) le processus de la décentralisa- eurythmique, afin de garantir la réussitetion-déconcentration ; de la SCRP 2011-2015. Les politiques iii) la gestion des frontières ; envisagées dans les cinq axes sont présentés dans les chapitres qui suivent iv) la gestion des ressources natu- 47Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 3 : Contraintes et défis du développement du Bénin Figure 8 : Cadre conceptuel de la SCRP 2011-201548 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie C H A P IT R E 4 ACCELERATION DURABLE DE LA CROISSANCE ET DE LA TRANS- FORMATION DE L’ECONOMIE 108. Les actions prioritaires 4-1. CONSOLIDATION DU CADREretenues pour l’accélération durable MACROECONOMIQUEde la croissance économique et de 109. La stabilité macroécono-la transfor mation de l’économie mique constitue un facteur essentielconcernent : pour l’accélération de la croissance. En (i) la consolidation du cadre réduisant les incertitudes liées à l’évolution insoutenable des dépenses publiques,macroéconomique ; de l’endettement, de l’inflation, la stabilité (ii) la dynamisation du secteur du cadre macroéconomique permetprivé ; de réduire la volatilité de l’économie dans la perspective de l’amélioration (iii)la diversification de l’économie du bien être social. A cet égard, leet Gouvernement est déterminé à (iv) la promotion de l’intégration mettre en œuvre une politique macroé-régionale et de l’insertion du Bénin dans conomique cohérente, sur la baseles réseaux mondiaux. du programme économique et financier 49Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie soutenu par la facilité élargie de crédit des recettes, le Gouvernement veillera à : accordée par le Conseil d’Administration (i) accélérer les réformes fiscales ; du Fonds Monétaire International (FMI), le 14 juin 2010. Cette politique implique : (ii) renforcer les capacités et la synergie entre les administrations fiscale (i) l’assainissement des finances et douanière ; publiques ; (iii) intensifier la lutte contre la (ii) la maîtrise de l’inflation et fraude et la corruption ; (iii) la surveillance de l’environne- (iv) fournir un soutien fiscal à la ment macroéconomique. croissance et au financement du développement ; 110. L’assainissement des finances publiques sera poursuivi en vue de créer (v) engager la fiscalisation des un espace fiscal permettant d’accroitre les activités informelles ; investissements publics et les dépenses (vi) mettre en place une fiscalité prioritaires dans les secteurs sociaux. Bien au profit de la petite épargne, du que la mise en oeuvre du programme microcrédit et du secteur informel ; économique et financier 2005-2009, soutenu par le FMI, ait permis d’assainir (vii) mettre en œuvre de façon les finances publiques jusqu’en 2008, des effective et universelle l’Identifiant Fiscal signes d’affaiblissement sont apparus en Unique (IFU) ; 2009. D’importants dépassements (viii) mettre en place le guichet budgétaires ont été notés, notamment unique du commerce extérieur au Port une augmentation des dépenses de Cotonou. d’investissement sur ressources intérieures de plus de 100% par rapport à 2008 et 112. S’agissant des dépenses, une augmentation de la masse salariale le Gouvernement entend et mieux les de 24% entre 2008 et 2009. A ce titre, le cibler pour soutenir la croissance et la Gouvernement est résolu à poursuivre et réduction de la pauvreté. En outre, le à consolider l’assainissement des finances Gouvernement poursuivra la réforme publiques à travers une mobilisation des entreprises publiques, notamment la accrue des recettes publiques et une SBEE,, et veillera à la viabilité du Fonds gestion plus efficace des dépenses National des Retraités du Bénin (FNRB) publiques. afin de contenir l’impact de leur déficit 111. En vue de l’amélioration50 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économiesur les finances publiques. A ce titre, il est nue est fondée sur la dynamisation duretenu de scinder la SBEE, en mettant secteur privé, créateur de richesses eten place : une société publique de d’emplois. Cette orientation appelle unepatrimoine chargée de développer les intensification des efforts en faveur de :infrastructures de production et de (i) l’amélioration du climat destransport d’électricité et une société affaires ;d’économie mixte de distributiond’énergie électrique à gestion privée. (ii) la poursuite et la finalisationPar ailleurs, il est prévu de préparer une des réformes structurelles engagées ;nouvelle loi régissant les pensions sur la (iii) l’adoption et la mise en œuvrebase d’audit actuariel du FNRB réalisé d’une fiscalité de développement ;en septembre 2009. (iv) la promotion de l’industrie ; 113. Dans la perspective de (v) la promotion des Petites etla maîtrise de l’inflation, la politique Moyennes Entreprises (PME) etéconomique continuera de viser untaux d’inflation inférieur à 3%, seuil (vi) la facilitation de l’accès auretenu par le pacte de convergence, crédit.de stabilité, de croissance et desolidarité de l’UEMOA. 116. L’amélioration du climat des affaires. Pour atteindre le niveau 114. .Dans le souci de prévenir moyen des pays dits émergents en lales réactions tardives de l’économie face matière, le Gouvernement entendaux chocs exogènes, le Gouvernement mettre en œuvre les réformes nécessairesrenforcera les mécanismes de veille découlant des conclusions du Rapportéconomique existants. Ces mécanismes « Doing Business » de la Banqueper mettront d’anticiper, de suivre mondiale sur l’environnement deset d’alerter sur les éléments de l’environ- affaires. A cet égard, le Gouvernementnement interne et externe qui peuvent s’attachera à :influer sur l’économie à court et moyen (i) la simplification des pro-termes. cédures, la réduction des coûts et des délais en matière de création d’entreprise 4.2. DYNAMISATION DU SECTEUR PRIVE et d’octroi de permis de construire ; ET DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRISE (ii) l’amélioration de la protection 115. La promotion d’une des actionnaires contre des abus, enc r o i s sance économique forte et soute- renforçant leurs droits procéduraux ; 51Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie (iii) la réduction des contraintes mettre en place une autorité de fiscales et la simplification des procédures régulation du secteur de l’électricité ; de paiement des impôts en réduisant le (ii) créer les conditions pour nombre de déclarations et en proposant l’amélioration de la qualité des services aux entreprises une option de paiements des sociétés de téléphonie mobile ; d’impôt plus espacés ; (iii) ouvrir le capital de Bénin (iv) la simplification du processus Télécoms SA et de dédouanement, en rendant opérationnel le guichet unique au Port iv) poursuivre les réformes d’amé- de Cotonou et lioration des services fournis par le Port de Cotonou. (v) l’amélioration de la gestion des contentieux commerciaux liés à 118. La mise en œuvre d’une l’exécution des contrats, en formant des fiscalité de développement. Le système magistrats à l’utilisation des procédures fiscal béninois ne remplit pas encore les simplifiées qui privilégient des solutions conditions requises pour faciliter le déve- négociées. loppement des entreprises. Pour y remédier, le Gouvernement a mis en place le 117. La poursuite et la finalisation Groupe de Réflexion sur la Fiscalité de des réformes structurelles. Pour renforcer Développement qui a finalisé le rapport la compétitivité globale et sectorielle de de ses travaux en octobre 2010. Ce l’économie béninoise, le Gouvernement rapport préconise la mise en œuvre de est déterminé à finaliser les réformes réformes visant à : structurelles engagées notamment dans les domaines de l’énergie électrique, (i) élargir l’assiette fiscale surtout des télécommunications et au Port de au secteur informel et réduire les régimes Cotonou. Ces réformes contribueront à d’exception afin de rendre équitable la réduction des coûts des facteurs l’impôt ; de production et rendront ainsi plus (ii) simplifier la structure des impôts ; compétitives les entreprises. A cet effet, (iii) alléger les procédures fiscales le Gouvernement entend : afin de les rendre compréhensibles et plus pratiques et (i) adopter un cadre réglementaire régissant le secteur de l’énergie (iv) moderniser le fonctionnement électrique afin de permettre l’ouverture de l’administration fiscale et renforcer du secteur aux opérateurs privés et de ses capacités.52 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie 119. Le développement de Exportations (APIEX).l’industrie. Le tissu industriel est encoreembryonnaire (7,8% du PIB en 2009)14. 120. La promotion des Petites etPour promouvoir une économie de Moyennes Entreprises (PME). Les PMEtransformation avec des entreprises béninoises disposent d’un potentielcompétitives, il est prévu de : inexploité de création de richesses et d’emplois. Le Gouvernement entend (i) promouvoir la création et le faire d’elles des entreprises plusdéveloppement de nouvelles entreprises compétitives, capables de conquéririndustrielles compétitives ; les marchés extérieurs, de valoriser les (ii) poursuivre le renforcement de matières premières locales et de créerl’environnement institutionnel, juridique, davantage d’emplois. A cet égard, il estjudiciaire et réglementaire ; envisagé de : (iii) procéder à la refonte du code (i) renforcer les capacités desdes investissements pour le rendre plus institutions d’appui aux PME etincitatif ; (ii) mettre en place un fonds de (iv) promouvoir des cadres développement et un fonds de garantied’échanges et de concertation entre les pour les PME.acteurs du secteur industriel ; 121. La facilitation de l’accès (v) renforcer les capacités des au crédit. Le développement desentreprises industrielles et des structures entreprises nécessite la disponibilité ded’appui et d’encadrement ; financements appropriés. A ce titre, la (vi) mettre en œuvre les réformes création d’un fonds d’appui au déve-institutionnelles idoines pour rendre le loppement de la microfinance et leBénin plus attractif aux investissements développement des institutions dedirects étrangers (IDE) dans les domaines microfinance ont contribué à levertels que les mines, les hydrocarbures certaines contraintes liées au financementet d’autres secteurs à fort effet d’entraî- des petites unités de production. La « Poli-nement et tique nationale de développement de la microfinance », élaborée en 2007, (vii) créer une Agence de sera davantage renforcée à travers lePromotion des Investissements et des14 Part de l’industrie manufacturière et extractive dans le PIB 53Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie programme de microcrédits aux plus rentrées fiscales, 13% de la formation du pauvres. De même, le Programme national PIB national en termes de valeur ajoutée, pour l’entreprenariat et l’emploi des et 60% du tissu industriel du pays, connaît jeunes sera renforcé. Dans la même encore des difficultés d’organisation, perspective, un projet d’entreprenariat malgré les progrès constatés ces agricole sera mis en place avec l’appui dernières années ; du PNUD et du Centre Songhaï. (ii) la forte progression du secteur informel qui introduit des contraintes 122. En outre, le Gouvernement importantes de gestion et d’impulsion continuera de garantir aux institutions des politiques de développement ; financières un environnement propice pour leur développement et leur (iii) la forte dépendance vis-à-vis contribution au financement des du Nigeria par le biais du commerce de activités économiques. Compte tenu réexportation, induisant une grande des difficultés de mobilisation des vulnérabilité de l’économie béninoise. ressources des acteurs du secteur agricole, le projet de création de la Cette faiblesse structurelle de banque agricole sera concrétisé. l’économie et sa vulnérabilité aux chocs exogènes (fluctuations des prix interna- 4.3. DIVERSIFICATION DE LECONOMIE tionaux, pluviométrie) imposent la diver- sification de l’économie, à travers 123. L’économie béninoise l’exploitation optimale des pôles de reste peu diversifiée, avec des structures croissance identifiés dans « l’Agenda économiques encore fragiles. En effet, vers une économie émergente ». elle laisse apparaître trois principales Ainsi, la diversification de l’économie, difficultés structurelles : déclinée en stratégies sectorielles, sera organisée à partir de quatre pôles (i) la filière coton qui représente prioritaires et de deux autres pôles à 80% des recettes d’exportations, 45% des haut potentiel de croissance.54 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économieFigure 9 : Les pôles de croissance du Bénin COMMERCE COTON - TEXTILE LOGISTIQUE AGRICULTURE ET TOURISME AGRO- QUATRE POLES ARTISANAT- ALIMENTAIRE PRIORITAIRES CULTURE DEUX POLES A HAUT POTENTIEL BTP-MATERIAUX MINES DE CONSTRUCTION HYDROCARBURES Les quatre pôles prioritaires sont : grande contribution au dynamisme du tissu économique et à la réduction de la (i) le commerce-logistique ; pauvreté. Ces pôles bénéficieront, dans (ii) le coton-textile ; le cadre d’une politique volontariste, d’un soutien direct en termes de finan- (iii) l’agriculture et l’agroalimentaire ; cements en infrastructures physiques (iv) le tourisme-culture-artisanat. d’attrait et d’accompagnement, deCes pôles se caractérisent par leur recherche de lignes de refinancement à 55Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie moyen et long terme, de services de Logistique’’, l’épine dorsale du dévelop- conseil sur l’accès aux marchés et aux pement économique, notamment à technologies, de for mation des travers la modernisation et l’extension de ressources humaines, incitations fiscales, l’infrastructure portuaire, la réhabilitation et etc.. le développement du réseau ferroviaire, la construction de ports secs en particulier 124. Les deux pôles à haut à Parakou et celle dun second port en potentiel de croissance sont : eau profonde à Sèmè. (i) le BTP-matériaux de construction ; 126. Les réformes pour la com- (ii) les mines et les hydrocarbures pétitivité de linfrastructure portuaire seront couplées avec lamélioration des Ces pôles bénéficieront d’un transports urbains, des infrastructures de meilleur environnement des affaires pour chemin de fer et de la desserte aérienne. attirer des investissements en leur sein. Cette multi-modalité améliorera, de façon substantielle, la compétitivité 4.3.1 - LES QUATRE PÔLES PRIORITAIRES logistique du Bénin, essentielle à l’émer- DE CROISSANCE gence économique. 125. Le pôle Commerce-Logistique : 127. Le pôle Coton-textile : malgré le Bénin, de par sa position géogra- les réformes engagées depuis une phique, constitue un trait d’union pour dizaine dannées et notamment la les échanges commerciaux entre les pays création, en 2008, de la Société pour le de l’hinterland et de l’Afrique Centrale. Il Développement du Coton (SODECO) à a donc vocation, à être à moyen terme partir de la cession de l’outil industriel de une plateforme régionale de négoce et la Société Nationale pour la Promotion de services à forte valeur ajoutée. Agricole (SONAPRA), la filière coton, Cependant, la concurrence entre les dont la production est en baisse ports de la région du Golfe de Guinée régulière ces dernières années, est est encore vive et tendra à s’exacerber confrontée à de nombreux problèmes, à dans les prochaines années. Le Gouver- savoir : nement, soucieux de l’amélioration de (i) la surcapacité des usines la compétitivité de l’économie nationale d’égrenage affectant leur rentabilité ; et du positionnement sous-régional et international au plan logistique du Bénin, (ii) l’inorganisation de la représen- a l’ambition de faire du ‘‘ Commerce- tation de la filière rendant difficile56 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économiela négociation sur les coûts de transaction leurs rendements, prévenir les parasiteset obligeant l’Etat à arbitrer ; et maladies ; (iii) l’obsolescence et le manque (iii) diversifier les spéculations co-de compétitivité des unités textiles tonnières en exploitant la richesse enmaintenues dans le portefeuille de l’Etat cours d’eau et territoires de bassins ver-face à un marché largement ouvert à la sants du nord au sud du Bénin qui créefraude et à la friperie ; une multiplicité de zones agro-écolo- giques favorables ; (iv) la concurrence du textile importé ; (iv) faire du coton le vecteur (v) la baisse des revenus des dune stratégie agricole diversifiée et in-cotonculteurs qui, de plus en plus, tégrée.préfèrent privilégier les cultures vivrières.Le Gouvernement fait l’option de 128. Une stratégie cotonnièredynamiser cette filière en poursuivant pérenne ne peut reposer sur une filièresa restructuration, en renforçant les cotonnière isolée. Elle doit s’organiser encapacités des acteurs et en se positionnant association avec d’autres filières, tellessur des niches à valeur ajoutée. L’objec- que la filière textile. Cependant, cettetif est de porter la production à 500.000 dernière ne constitue qu’un faible dé-tonnes, au moins en 2015 (par rapport à bouché pour la production cotonnièreune production actuelle de 200.000 (à peine 3% de la production cotonnièretonnes), afin de satisfaire la capacité nationale est transformée sur place). End’égrenage, à travers la hausse des em- effet, le secteur textile rencontre des dif-blavures à 400.000 ha et du rendement ficultés résultant de l’endettement desmoyen de 1,5 tonne à l’ha. principales unités textiles, de l’absence de fonds de roulement et de l’obsoles- A cet égard, le Gouvernement cence des équipements ainsi que duentend : vieillissement du personnel. Le Gouver- (i) réaliser un véritable plan nement envisage de restructurer lad’aménagement localisant et spéciali- filière.sant les spéculations cotonnières dansles zones agro-écologiques les plus pro- 129. Le pôle Agriculture etpices ; Agroalimentaire. Le potentiel agricole du pays apparaît riche et diversifié du (ii) spécialiser lencadrement et nord au sud (voir figure 10). Cependant, levulgariser les itinéraires techniques les Bénin demeure un pays agricole pauvre,plus appropriées pour obtenir les meil- 57Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie exportant des matières premières agri- mais contrainte par l’absence de maî- coles de valeur ajoutée faible et tirant trise des flux régionaux, en particulier seulement profit du trafic avec les pays vers le Nigeria ; voisins que lui confère sa situation de (iii) un déficit marqué en protéines pays de transit. Les lacunes majeures du animales ; secteur agroalimentaire sont essentielle- ment : (iv) un vrai potentiel diversifié de développement de cultures et (i) la faible capacité exportatrice ; (v) une faiblesse en infrastructures (ii) une situation d’autosuffisance support de compétitivité. théorique en céréales et produits vivriers Figure 10 : La filière agricole au Bénin Source : Agenda du Bénin vers une économie émergente : Phase 258 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie 130. Pour corriger ces insuffi- marchés internationaux et régionaux.sances, le Plan Stratégique de Relance Les conditions requises à cet effet son :du Secteur Agricole (PSRSA) est en coursde finalisation. Ce document d’orienta- (i) l’amélioration de l’environne-tion de la politique agricole fait du sec- ment des affaires et le dialogue avecteur l’un des moteurs essentiels de la des investisseurs locaux et internationaux ;dynamique nouvelle de développe- (ii) la contrepartie des avantagesment économique et social au Bénin. Il octroyés aux investisseurs se doit d’êtreprévoit des réformes visant notamment une véritable Responsabilité Socialeà améliorer la productivité et la produc- d’Entreprise (RSE), se traduisant ention agricoles. Plus spécifiquement, ces termes d’engagement à encadrer lesréformes concernent : producteurs, à les former aux itinéraires (i) la modernisation de l’agricul- techniques de production modernes, àture par une mécanisation adaptée et intégrer et commercialiser leurs produc-la maîtrise de l’eau ; tions et (ii) la promotion de l’entreprena- (iii) l’investissement, par l’Etat etriat agricole, de la diversification de ses partenaires, dans la mise en placel’agro-industrie et de la professionnalisa- des infrastructures, logistiques et supporttion des acteurs ; de la compétitivité des filières agroali- mentaires adaptées. (iii) la mise en valeur des valléesdes fleuves Ouémé etNiger ; 132. Par ailleurs, le Bénin bénéfi- cie d’importantes sources d’eau, bien (iv) la mise en œuvre de l’ap- réparties sur l’ensemble du territoire, quiproche chaîne de valeur ajoutée dans constituent un potentiel pour le dévelop-la promotion des filières agricoles et pement de la pêche et de l’aquaculture (v) la mise en œuvre de la stratégie en vue de l’autosuffisance (voir figure 11)de diversification des produits agricoles qui occupe 15% de la population active totale ( 25% de la population active du 131. En outre, le Gouvernement secteur agricole), contribue pour 3% aucompte faire constituer les « pôles terri- PIB national, et fournit également plustoriaux agro-alimentaires intégrés ». Cela des 2/3 de la consommation de poissonspermettra à lindustrie agro-alimentaire en protéines animales. Cependant, ced’exporter une gamme diversifiée de sous-secteur se trouve fragilisé par unproduits à forte valeur ajoutée sur les certain nombre de contraintes qui entra- vent son développement, notamment : 59Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie (i) la surexploitation de l’ensem- (i) rationaliser la gestion du sous ble des plans d’eau ; secteur ; (ii) le coût élevé des investisse- (ii) développer l’aquaculture et ments ; et (iii) renforcer les capacités institu- (iii) l’accès difficile des produits tionnelles. Par ce biais, le Gouvernement halieutiques aux marchés des pays de envisage de porter la production halieu- l’Union Européenne. tique à au moins 150.000 tonnes pour la satisfaction des besoins de la population Pour lever ces contraintes, le en produits de pêche, tout en limitant les Gouvernement entend : exportations. Figure 11 : Cartographie du potentiel de développement de la pisciculture au Bénin Source : Agenda du Bénin vers une économie émergente : Phase 260 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie 133. Le pôle Tourisme – Culture – à l’investissement touristique, la faibleArtisanat : le tourisme représente la desserte aérienne du pays. Dans cedeuxième source d’entrée de devises contexte, le Gouvernement envisage deaprès le coton, le pays disposant d’un mettre en œuvre des réformes en ma-potentiel touristique important et diversi- tière de promotion du tourisme, à traversfié (voir figure 12). Cependant, compa- notamment :rativement à l’ensemble de la zoneUEMOA, les arrivées touristiques n’ont (i) l’actualisation et la mise enque très peu évolué. Elles ont en effet œuvre de la politique de développe-augmenté, entre 1998 et 2005, à un taux ment touristique ;moyen annuel de 10% dans la zone (ii) la mise en chantier d’impor-UEMOA, contre 2% en moyenne pour le tants programmes (dont le projet « RouteBénin. Le développement du tourisme des Pêches »); etau Bénin est freiné par le manque d’in-frastructures, l’inaccessibilité des sites, la (iii) le développement, à partir defaiblesse en nombre et qualité des infra- l’aménagement des sites de tourisme,structures d’accueil, le manque de for- d’un plan d’infrastructures hors sites faci-mation du personnel, la faible qualité du litant à la fois l’accès et l’investissementservice (surtout dans l’hôtellerie), l’ab- touristique dans un cadre de Partena-sence de mesures incitatives spécifiques riats Public Privé (PPP). 61Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie Figure 12 : Principales zones à caractère touristique au Bénin Source : Agenda du Bénin vers une économie émergente : Phase 2 134. Bien que très diversifié au à ces contraintes, le Gouvernement a Bénin (voir figure 13), le secteur de l’arti- procédé au recensement et à létablis- sanat fait face à d’énormes difficultés, sement du Répertoire des métiers de lar- notamment tisanat et a mis en place le Projet de Développement du Secteur de l’Artisa- (i) le faible niveau d’instruction nat. Au-delà de ces mesures, le Gouver- des artisans ; nement envisage de développer le (ii) l’insuffisance de ressources fi- sous-secteur de lartisanat à travers des nancières pour l’auto- financement et incitations spécifiques en liaison avec la les difficultés d’accès au crédit ; Politique nationale de développement de l’artisanat au Bénin et l’appui aux des (iii) l’aspect rudimentaire de la filières artisanales à forte valeur ajoutée technologie artisanale et et exportatrices. Les actions à mener (iv) le faible niveau de compétiti- dans ce sens intègrent les cinq orientations vité des produits artisanaux locaux. Face62 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économiedéfinies pour ce secteur qui sont : savoir-faire et du savoir-être ; (i) l’amélioration des conditions- (iv) la promotion du développe-cadre, ment des micro-entreprises artisanales et (ii) la promotion de lorganisation (v) la promotion de la protectiondes acteurs, sociale des artisanes et artisans. (iii) le renforcement du savoir, du Figure 13 : Cartographie des zones dactivités artisanales au Bénin Source : Agenda du Bénin vers une économie émergente : Phase 2 135. Le sous-secteur de la cul- (ii) à l’insuffisance de centres deture contribue au développement des spectacles et de centres d’animationactivités touristiques et artisanales. Les culturelle appropriés etdifficultés de ce sous-secteur sont liées : (iii) au faible niveau de conserva- (i) à la faiblesse technique et fi- tion, de protection et de valorisation desnancière des industries et des opérateurs biens culturels. En conséquence, leculturels ; 63Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie Gouvernement entend finaliser la poli- dance à la « bidonvilisation », à travers tique culturelle qui vise des programmes de logements sociaux. (i) la protection et la promotion 137. Des besoins importants du patrimoine culturel, matériel et imma- existent également en infrastructures de tériel ; grande envergure. En raison des res- (ii) le développement des indus- sources financières de l’Etat limitées, le tries culturelles ; Gouvernement entend faire appel au partenariat avec le secteur privé pour la (iii) l’accessibilité au livre et à la réalisation et lexploitation optimale de lecture ; ces grands projets dinfrastructures (ports (iv) l’amélioration du cadre de et aéroports, autoroutes, aménagement création des œuvres de l’esprit ; touristique, immobilier). Dans ce cadre, certains textes législatifs seront actualisés (v) le développement des capa- et un cadre institutionnel et législatif pour cités organisationnelles et managériales le partenariat public privé sera finalisé et des acteurs de la culture. soumis à l’Assemblée Nationale. 4.3.2 - LES DEUX PÔLES À HAUT POTENTIEL 138. Le secteur des BTP se ré- DE CROISSANCE vèle comme une réelle niche de croissance potentielle. Cette relance sectorielle en- 136. Le pôle BTP – Matériaux de traînera une forte demande de maté- construction. L’enjeu de l’habitat est riaux de construction. En effet, les sols et d’une importance capitale, du fait de la sous-sol béninois recèlent d’importantes croissance démographique et de la matières premières permettant de dyna- forte urbanisation. La forte croissance de miser le pôle BTP et Matériaux de la population et l’urbanisation rapide Construction (Figure 14). Hormis les sont en effet les facteurs du développe- pierres ornementales, ce potentiel est ment à long terme du marché du BTP. aujourd’hui faiblement exploité. A cet De ce fait, deux fronts sont à prendre en égard, le Gouvernement envisage de charge, à savoir : mettre également en œuvre une poli- (i) celui l’habitat rural, pour tique dutilisation des matériaux locaux contrer le phénomène récurrent de de construction et des énergies renou- l’exode rural et velables dans les programmes dhabitat et dinfrastructures. (ii) celui l’habitat urbain et des in- frastructures, devant prévenir la ten-64 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie Figure 14 : Potentiel béninois en matériaux de construction Source : Agenda du Bénin vers une économie émergente : Phase 2 139. Les Mines et hydrocarbures. l’objet de travaux d’exploration et/ouL’analyse des potentialités du Bénin en d’exploitation pétrolière. Le secteur desressources minérales permet de consta- mines et des hydrocarbures est toutefoister qu’il existe des gisements découverts caractérisé par :et exploitables. De plus, une gamme im-portante de substances minérales sous i) l’inexistence ou la caducité desforme d’indices suscite beaucoup études de préfaisabilité pouvant attirerd’espoir et nécessite un investissement les investisseurs ;important en vue de nouvelles décou-vertes. Le Bénin dispose de trois bassins ii) le manque d’informations pro-sédimentaires, dont seul le Bassin Sédi- motionnelles sur les périmètres miniersmentaire Côtier "BSC" continue de faire délimités ; 65Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie iii) l’exploitation illégale et ineffi- (ii) l’étude et la construction du ciente de certaines ressources minérales laboratoire d’analyse des hydrocarbures ; par les artisans dont l’or, le gravier, le (iii) la sécurisation des installations sable, l’argile, etc. ; en mer et la lutte contre la pollution ma- iv) la vétusté ou la non fonctionnalité rine par les hydrocarbures ; des équipements de sondage, d’ana- (iv) le renforcement et la moder- lyse de laboratoire, de production pilote nisation des infrastructures de distribution et le manque de locaux appropriés ; des produits pétroliers et du gaz et v) l’absence d’un centre d’infor- (v) la récupération et la réhabili- mations pétrolières sur les bassins sédi- tation de la base de ravitaillement pour mentaires non côtiers et vi) l’inexistence les activités pétrolières au Port de Coto- de raffineries. nou. 140. La vision du Gouverne- 4.4. PROMOTION DE L’INTEGRATION ment est de faire du secteur des mines REGIONALE ET DE L’INSERTION DANS et des hydrocarbures un des moteurs de LES RESEAUX MONDIAUX l’industrialisation et de la croissance éco- nomique. Plusieurs actions prioritaires 141. Le Bénin doit impérative- sont retenues à cet effet. Pour le secteur ment s’ouvrir sur l’extérieur pour déve- des mines, il s’agit de : lopper des économies d’échelle et (i) la promotion et la gestion du étendre le marché de ses produits et ser- potentiel minier du Bénin ; vices, compte tenu notamment de la faible taille du marché intérieur (moins (ii) la recherche et la gestion de de 10 millions d’habitants),. A cet égard, l’approvisionnement du sable hors plage ; l’impératif de l’intégration régionale ne (iii) la recherche et la valorisation procède pas simplement d’une néces- des ressources minérales du Bénin et saire volonté politique, mais surtout d’une question de survie pour l’écono- (iv) les études de faisabilité des mie nationale. gisements prouvés. Quant aux hydrocarbures, les ac- 142. La politique de promotion tions prioritaires concernent : économique vise à réduire effective- (i) la redéfinition du socle du bas- ment les barrières au commerce régio- sin sédimentaire côtier ; nal et global. Dans cette perspective, l66 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économiee Bénin entend exploiter davantage sa Niger) en vue d’accroître la productionposition stratégique de trait d’union de ces produits etentre le Nigeria et l’UEMOA d’une part, (iv) œuvrer à la création de joint-et d’ouverture sur les pays de l’hinter- ventures à même d’assurer une complé-land, d’autre part. Le Gouvernement mentarité en termes de facteurs des’évertuera ainsi à assurer : production en vue de dynamiser le po- (i) la mise en place d’un méca- tentiel industriel du Bénin.nisme pour la dynamisation de l’intégra-tion économique avec les pays de la 144. Au sein des organisationszone UEMOA et CEDEAO ; régionales, le Gouvernement poursuivra son soutien aux efforts d’approfondisse- (ii) l’appui au renforcement des ment de l’intégration menés par l’Unionpolitiques communautaires ; africaine, la CEDEAO et l’UEMOA. Le (iii) la mise en œuvre d’un sys- Bénin s’attachera notamment à signer,tème de suivi de l’intégration régionale. ratifier et mettre en œuvre tous les pro- tocoles et chartes adoptés, ainsi qu’à 143. Dynamisation de l’intégra- contribuer activement au financementtion économique régionale. Le Gouver- et à l’exécution des programmes com-nement fait l’option de : munautaires. (i) poursuivre le développement 145. La promotion d’une diplo-de son potentiel de service de transit matie de développement. Le Gouverne-pour faire du pays une plateforme ment veillera à :d’échanges ; (i) renforcer la présence soutenue (ii) renforcer la coopération bila- du Bénin dans les organisations interna-térale avec le Nigeria, afin notamment tionales, d’une part, et à améliorer le capi-de réduire l’ampleur du commerce illi- tal humain en diplomatie, d’autre part ;cite avec ce pays ; (ii) développer les échanges (iii) développer des canaux commerciaux avec l’extérieur ;d’échanges des produits vivriers pour les-quels une demande forte existe dans la (iii) promouvoir activement les in-sous-région (surtout au Nigeria et au vestissements directs étrangers. 67Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 4 : Accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie68 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures C H A P IT R E 5 DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES 146. La promotion de la croissance dans le domaine des infrastructures estéconomique nécessite la mise en place de faire évoluer le Bénin, aujourd’huid’infrastructures économiques répondant pays de transit, vers une plate-forme deaux normes internationales. Ces infra- services logistiques et d’exportation, àstructures jouent un rôle prépondérant, partir notamment d’un système intégréau regard de leur caractère transversal, d’infrastructures et de services de trans-dans le développement de tous les port performants. La mise en oeuvre dea u tres secteurs et sont de ce fait la SCRP 2007-2009, avec les efforts four-i n d i s pensables au développement nis par le Gouvernement et les acquisdurable. Conscient de cette réalité, le en termes de développement des infra-Gouvernement du Bénin a élaboré, structures économiques, a permis deavec l’appui des PTF, sa stratégie générale développer les échanges commerciaux.de transport pour la période 2007-2011 Toutefois, plusieurs défis demeurent etcomplétée par une stratégie spécifique doivent être relevés dans le domainepour le transport rural. des infrastructures afin d’utiliser de manière optimale les potentialités 147. La vision du Gouvernement économiques. 69Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 148. Le Gouvernement a ainsi i) l’état assez précaire des infra- décidé d’intensifier les investissements structures routières ; dans les infrastructures durant la période ii) la faible couverture nationale, 2011-2015. A cet effet, il s’est fixé des en particulier l’insuffisance du réseau objectifs dans les cinq domaines d’inter- des pistes rurales pour le désenclave- vention prioritaires suivants : ment des localités ; (i) les infrastructures de transport ; iii) le faible accès aux infrastruc- tures sociales communautaires; (ii) les infrastructures énergétiques ; iv) la faiblesse des ressources du (iii) les infrastructures de commu- Fonds Routier. nication et des technologies de l’infor- mation et de la communication ; 150. Le secteur des infrastructures routières est également caractérisé par (iv) les infrastructures hydrauliques le problème récurrent de l’occupation et d’assainissement, et anarchique des emprises qui grève les coûts de construction, la raréfaction des (v) le bâtiment et l’urbanisme. matériaux latéritiques utilisés pour les tra- vaux de construction et d’entretien rou- 5.1 INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT tier, l’insuffisance de contrôle et l’absence de pénalisation des sur- 149. Les infrastructures routières. charges qui constituent des facteurs de De par sa position géographique, et via dégradation précoce du réseau routier. le Port de Cotonou, le Bénin est un cou- loir naturel qui relie les pays de l’UEMOA 151. Le Gouvernement entend, au Nigeria, un pays de transit pour le au cours de la période 2011-2015, transport des marchandises à destina- préserver et accroître le réseau d’infra- tion et en provenance du Niger et une structures routières pour soutenir le dé- voie de desserte pour le Burkina Faso, le veloppement économique et le Mali, le Tchad et le Nigeria. Cependant, bien-être social. de nombreuses contraintes empêchent le pays de profiter de cet avantage 152. Dans cette optique, cinq comparatif notamment : actions prioritaires sont retenues et concernent principalement :70 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures (i) l’amélioration de l’entretien 154. Pour relever les faiblesseset la sauvegarde du patrimoine routier19 y identifiées, le Gouvernement s’est fixécompris le contrôle des charges à l’essieu ; comme objectif global d’offrir un service de transport ferroviaire performant pour (ii) le développement des infra- soutenir la croissance économique. Astructures de transport rural, qui passe cet effet, il entend :par l’extension du réseau de piste ruralesen vue de permettre l’écoulement de la (i) développer les infrastructuresproduction agricole et de favoriser ferroviaires etl’accès aux services sociaux de base; (ii) promouvoir le transport (iii) la réhabilitation, la modernisation ferroviaire.et l’extension du réseau routier national ; 155. Les infrastructures portuaires. (iv) la diversification et la moder- Le secteur maritime et portuaire assurenisation des modes de transport, et 90% des échanges commerciaux du Bénin. Il joue ainsi un rôle important dans v) la prise en compte du genre, l’économie nationale, compte tenu dede l’environnement et des questions la situation géographique du pays et ap-liées aux changements climatiques. paraît comme un pôle générateur de trafic. Cependant, beaucoup d’insuffi- 153. Les infrastructures ferroviaires. sances minent ce secteur dont notam-Le réseau ferroviaire est un moyen ment :efficace de transport de masse en rai-son de sa sécurité, de son faible coût et i) l’insuffisance des postes à quaides faibles nuisances environnemen- face au développement du trafic cestales, malgré le montant élevé des inves- dix dernières années ;tissements requis. Cependant, le secteur ii) le manque de spécialisationferroviaire est caractérisé par l’état dé- des espaces et la congestion des aires ;gradé de la voie ferrée existante, l’insuf-fisance et la vétusté du matériel de iii) la faible productivité des opé-traction, l’absence de liaison ferroviaire rations de manutention ;entre Parakou et Niamey, la caducité iv) la lenteur dans les opérationsdes textes organiques de l’entreprise fer- d’enlèvement des marchandises etroviaire, la non-maîtrise de la concur-rence rail-route et l’absence d’une v) l’insécurité subsistant danspolitique nationale de transport ferro-viaire. 71Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures l’enceinte portuaire et le long du corri- (i) l’aménagement des voies na- dor béninois. vigables sur les cours d’eau ; (ii) la promotion des services et 156. Afin d’apporter des solutions des moyens intermédiaires de transport adéquates aux dysfonctionnements fluvio-lagunaire et notés, le Gouvernement s’est fixé pour objectif, pour les cinq prochaines an- (iii) la poursuite de la mise en oeu- nées, d’améliorer les performances du vre du projet de développement du Port de Cotonou ainsi que la qualité des transport fluvio-lagunaire et du tourisme services rendus aux usagers du secteur. entre Cotonou, Porto-Novo et leurs envi- A cet effet, le Gouvernement mettra en rons. oeuvre trois actions prioritaires, à savoir : 158. Les infrastructures de transport (i) l’amélioration et le développe- aérien : Le secteur aérien reste carac- ment des infrastructures portuaires ; térisé par : (ii) l’amélioration des services of- i) l’inexistance du transport aérien ferts aux usagers du Port de Cotonou et domestique du fait de l’étroitesse géo- (iii) la mise en place d’une poli- graphique du pays et donc du marché tique de gestion et d’exploitation des intérieur. Ce qui fait que le transport ressources de la mer. aérien domestique est quasi inexistant ; (ii) un seul aéroport de classe in- 157. Les infrastructures de transport ternationale situé à Cotonou, dont la fluvio-lagunaire. Le transport fluvio-lagu- piste d’atterrissage et de décollage, naire est encore embryonnaire et s’ef- d’une longueur de 2.400 m, est insuffi- fectue par les populations de manière sante pour accueillir aisément certains artisanale. Les principaux problèmes à types d’avions gros-porteurs alors que les résoudre concernent la non-disponibilité possibilités d’extension sont limitées ; des aménagements de base, le manque de moyens techniques et finan- (iii) la faible capacité de la struc- ciers des collectivités locales et la ture chargée de l’inspection et de la su- connaissance insuffisante des caracté- pervision des vols ; ristiques des plans et cours d’eau. Pour relever les défis de ce secteur, le Gouver- (iv) la faible capacité d’accueil nement entend assurer :72 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructuresde l’aérogare de Cotonou ; transports, la disponibilité des infrastruc- tures devra s’accompagner d’une offre (v) le non-aménagement des aé- subséquente des services de transport etrodromes intérieurs et de la promotion de moyens intermé- (vi) l’inefficacité de la structure diaires de transport pour permettre auxde certification et de contrôle continu entreprises de réduire les coûts de pro-des compagnies aériennes. duction, de favoriser le bon approvision- nement des marchés et de développer 159. Au regard de ces problèmes, les activités économiques.le Gouvernement s’est fixé pour objectifde faire du Bénin une plate-forme aéro- 5-2. INFRASTRUCTURES ENERGETIQUESportuaire de services et d’exploitation,avec la promotion du développement 161. Le secteur énergétiquedes services de transport aérien. De constitue un maillon très important dufaçon spécifique, le Gouvernement en- processus de développement. Il joue untrevoit de renforcer les capacités du rôle prépondérant au niveau du secteurBénin en matière d’infrastructures et productif et contribue à améliorer le ca-d’exploitation d’aéroports de classe in- pital social des populations, en favori-ternationale et de promouvoir le déve- sant l’atteinte des objectifs visés par lesloppement du trafic aérien intérieur. Les secteurs sociaux, notamment l’éduca-actions prioritaires retenues sont : tion et la santé. (i) la construction et l’équipement 162. Le Bénin disposede l’aéroport de Tourou ; d’énormes potentialités en énergies re- nouvelables mais qui demeurent sous- (ii) la construction et l’équipe- exploitées, à l’exception du bois de feu.ment de la brigade des transports aé- Les sous-secteurs de l’énergie solaire etriens de l’aéroport international Cardinal de l’énergie éolienne ont fait l’objetBernardin Gantin et d’études mais aucune réalisation (iii) la mise en oeuvre du projet ré- concrète d’envergure n’a encore étégional de sécurité et de sûreté de trans- enregistrée à leur niveau. En matièreport aérien en Afrique de l’Ouest et du d’aménagements hydroélectriques, uneCentre. dizaine de sites, de plus ou moins grandes capacités et 85 sites de petite 160. Dans la perspective d’un dé- capacité, ont été recensés.veloppement intégré du secteur des 73Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 163. L’objectif général du Gou- ii) un taux de perte d’énergie re- vernement, au cours des cinq pro- lativement élevé sur le réseau électrique chaines années, est de doter le Bénin national, variant entre 15 et 20% ; des moyens permettant de disposer des services énergétiques de qualité, en iii) de faibles performances tech- quantité suffisante, dans des conditions niques et financières des entreprises du optimales de coût et de sécurité des ap- secteur (CEB, SBEE). Depuis avril 2006, le provisionnements. Les actions spéci- Bénin est plongé dans une profonde fiques sont déclinées ci-dessous pour les crise énergétique qui se manifeste par sous-secteurs les plus importants. de nombreuses coupures d’électricité ayant des effets néfastes sur l’économie 164. Le sous-secteur de l’élec- nationale ; et tricité : un grand écart est observé entre les réalisations et les objectifs planifiés, et iv) une politique de tarification ce, en dépit de l’adoption, en mars qui ne permet pas aux entreprises du 2006, du programme d’actions pour secteur de couvrir les charges relatives à l’électrification des localités qui devait la fourniture de l’énergie électrique. permettre d’accélérer l’électrification des localités du pays. Le taux moyen 166. Pour pallier à toutes ces in- d’électrification effectivement atteint en suffisances, le Gouvernement entend : 2009 en milieu rural est de 3,1% contre (i) accroître les capacités de pro- une prévision de 6,6%. Le taux moyen duction ainsi que les moyens de trans- d’accès des ménages à l’électricité, port et de distribution de l’énergie réellement atteint au niveau national électrique ; pour la même année, est de 27,1% contre une prévision de 33,7%, effectuée (ii) promouvoir l’électrification ru- dans le cadre du programme de déve- rale et la maîtrise d’énergie ; loppement des services énergétiques pour l’atteinte des OMD. (iii) mettre en place une politique de tarification et de financement du 165. Par ailleurs, la situation de secteur ; et l’approvisionnement en énergie élec- (iv) développer les capacités ins- trique est caractérisée par : titutionnelles et réglementaires et renfor- i) une grande dépendance vis-à- cer les capacités des ressources vis des pays voisins (Côte-d’Ivoire, humaines. Ghana, Nigeria) ;74 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 167. Le sous-secteur des pro- d’approvisionnement en produits pétro-duits pétroliers. L’approvisionnement en liers et (vi) la construction de nouveauxproduits pétroliers se caractérise globa- dépôts de stockage et de stations-ser-lement par une dépendance totale du vices.pays vis-à-vis de l’extérieur, du fait del’inexistence d’une raffinerie de pétrole 169. Le sous-secteur de bio-au Bénin, par l’importance du marché masse-énergie. La biomasse-énergieparallèle de produits pétroliers, et par le joue un rôle de premier plan dans l’ap-faible développement des réseaux de provisionnement énergétique du Bénin,distribution des produits pétroliers des so- de par sa contribution à la consomma-ciétés agréées du secteur qui ne cou- tion finale totale d’énergie (60% envrent pas, de façon satisfaisante, le 2005). Il s’agit essentiellement du bois deterritoire national. feu, du charbon de bois et, dans une certaine mesure, des déchets végétaux. 168. Les objectifs du Gouverne- Ce secteur fait cependant face à dement en la matière sont de renforcer le nombreuses contraintes dont :cadre législatif et réglementaire et de i) le faible niveau d’organisationdynamiser les activités d’approvisionne- et de planification de l’exploitation fo-ment et de distribution des produits pé- restière ;troliers. Six actions prioritaires sontprévues à cet effet : ii) l’insuffisance de la connais- sance de l’évolution du couvert forestier ; (i) l’adaptation des textes législa-tifs et réglementaires ; iii) la faible taxation des produits forestiers en comparaison avec les au- (ii) la sécurisation de lapprovision- tres pays de la sous-région etnement en produits pétroliers du Bénin etdes pays de lhinterland ; iv) la limitation de l’accès des mé- nages aux énergies modernes du fait (iii) l’extension et la modernisation des habitudes culinaires.des infrastructures de distribution desproduits pétroliers et du gaz ; 170. Dans le cadre de la pro- (iv) la promotion de mini-stations motion de la biomasse-énergie, le Gou-de distribution comme substituts au cir- vernement s’est fixé comme objectifs de :cuit informel ; i) renforcer les capacités natio- (v) la diversification des sources nales de planification et de gestion du 75Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures sous-secteur des combustibles domes- vices afin de réduire les coûts. L’examen tiques et de maîtrise de la biomasse- du cadre juridique des télécommunica- énergie et tions révèle que les textes actuels sont inadéquats face au développement de ii) de promouvoir aussi bien l’ac- ce secteur stratégique, ainsi qu’aux at- cès des ménages aux équipements de tentes des opérateurs publics et privés. cuisson que des applications modernes L’opérateur historique Bénin Télécoms de la biomasse-énergie. Cinq actions S.A. (BT-SA) est confronté à des difficul- prioritaires sont retenues à cet effet : tés majeures. La population couverte par le réseau mobile était estimée à 45% (i) le développement des capa- en 2007, contribuant ainsi à un meilleur cités institutionnelles du sous-secteur de accès universel. Toutefois, le public ne bénéficie pas encore de tous les avan- (ii) la conception et la mise en tages de cette ouverture et les opéra- place du Système d’Information Ecolo- teurs souffrent d’un manque de gique et Forestier (SIEF) ; régulation opérationnelle effective (in- (iii) l’amélioration de laccès des terconnexion, gestion des fréquences, gestion des différends) et de l’absence ménages aux équipements de cuisson à d’un cadre légal et réglementaire gaz et aux foyers améliorés ; adapté. La plupart de ces réseaux lo- (iv) l’appui aux producteurs lo- caux sont saturés et ne permettent pas caux déquipements de cuisson à gaz de raccorder de nouveaux abonnés. ou à l’éthanol et 172. A cet égard, le Gouverne- (vi) le développement de la pro- ment s’est engagé à moderniser le duction des bioénergies incluant les bio- cadre juridique pour faciliter un dévelop- carburants. pement harmonieux du secteur et mieux insérer le Bénin dans la société de l’infor- 5.3 INFRASTRUCTURES DES TIC mation. De façon spécifique, les actions prioritaires à mener sont : 171. Le secteur des technolo- gies de l’information et de la communi- (i) la mise à disposition de l’Auto- cation a connu beaucoup de réformes rité Transitoire de Régulation des Postes ces dernières années. Celles-ci s’inscri- et Télécommunication (ATRPT) pour ex- vent dans le cadre de l’augmentation ploitation efficiente, de stations fixes et de l’offre des infrastructures et des ser-76 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructuresmobiles de contrôle des spectres ; teur dynamique à travers : i) la mise en œuvre de la stratégie d’accès aux TIC (ii) des mesures incitatives pour dans les zones rurales ou enclavées ; ii)une exploitation plus rentable de la fibre la réalisation de projets pilotes tels que leoptique et projet e-Gouvernement, à travers no- (iii) l’acquisition et/ou la réalisa- tamment le téléchargement des procé-tion des équipements d’entretien des in- dures administratives et l’informatisationfrastructures de télécommunications des services administratifs, et iii) la créa-mises en place. Par ailleurs, la restructu- tion d’un environnement favorisant l’e-ration et l’ouverture du capital de Bénin entreprenariat.Télécoms SA constituent un autre voletimportant des actions prioritaires. Il 175. Le secteur postal constitues’agira de libéraliser progressivement les encore pour les populations, notam-autres composantes du secteur qui sont ment celles défavorisées, l’un des plusencore sous monopole. importants moyens de communication, du point de vue de la transmission du 173. Des efforts notables sont courrier et des transferts d’argent. L’ap-déployés pour l’élaboration et la mise en parition des entreprises privées, surtoutœuvre d’un plan national TIC cohérent. les réseaux financiers sur le marché bé-Le Bénin dispose en effet d’un atout non ninois, battant en brèche le monopolenégligeable, à savoir la connexion di- postal, a contraint la société La Poste durecte avec le câble sous-marin SAT3 qui Bénin S.A. à affronter un double défi, àlui donne la possibilité d’offrir aux entre- savoir d’une part la concurrence desprises, aux ménages et aux pays limi- opérateurs privés et d’autre part l’adap-trophes, l’accès au réseau Internet à tation des processus de production auxhaut débit. Outre la fourniture d’accès nouvelles technologies afin de créer desau réseau Internet, les centres d’appels services novateurs pour les clients.sont une nouvelle activité en pleine ex-pansion. Le développement du secteur 176. La Poste du Bénin S.A. resteest néanmoins contraint par le manque confrontée à plusieurs difficultés, notam-de financement. ment : i) le faible recouvrement des 174. Les actions que le Gouver- créances ;nement mettra en œuvre au cours de lapériode 2011-2015 visent à créer un sec- 77Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures ii) la méconnaissance du marché ; santes pour répondre aux besoins ac- tuels et futurs du pays. Mais ces res- iii) l’absence de culture commer- sources sont inégalement réparties dans ciale chez le personnel ; le temps et dans l’espace sur l’ensemble iv) le système d’information ina- du territoire national. Il s’ensuit des pénu- déquat ; ries saisonnières d’eau par endroits. Le taux de desserte en milieu rural a pro- v) la non-informatisation des opé- gressé de 20 points entre 2002 et 2009, rations de guichet ; passant de 35,2% en 2002 à 55,1% à la fin vi) la non interconnexion du ré- 2009. L’Approvisionnement en Eau Pota- seau des bureaux de poste ; ble (AEP) est une priorité du Gouverne- ment. Les différents efforts fournis par la vii) l’absence de comptabilité Société Nationale des Eaux du Bénin analytique et (SONEB) pour augmenter la ressource en viii) le manque de synergie entre eau se sont traduits par une augmenta- le compte CCP et le compte CNE. tion du nombre des abonnés de l’ordre de 23 %, passant de 115.352 abonnés en 177. A cet égard, le Gouverne- 2004 à 141.883 en 2008. ment se fixe trois objectifs essentiels : (i) l’élaboration du Code des 179. Les défis majeurs à relever communications électroniques et des concernent : postes ; i) la promotion et le développe- (ii) l’instauration de l’Autorité de ment de la maîtrise de l’eau ; régulation des communications électro- niques et des postes et ii) l’instauration d’une bonne gou- vernance de l’eau et une coordination (iii) la restructuration, la moderni- intersectorielle harmonieuse ; sation de La Poste du Bénin S.A.. iii) la gestion de l’eau comme un 5-4 INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES patrimoine national et ET D’ASSAINISSEMENT iv) la gestion durable des écosys- tèmes et la bonne gestion des risques liés 178. L’hydraulique. Les res- à l’eau. sources en eau disponibles sont suffi-78 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 180. Pour relever ces nombreux nationale pour la gestion durable dedéfis, le Gouvernement s’est fixé comme l’assainissement des eaux usées en mi-objectif global d’opérer une transition lieu urbain. Cette politique permet devers la gestion intégrée des ressources doter le secteur de l’assainissement desen eau (GIRE) et a retenu les sept ac- eaux usées en milieu urbain d’instru-tions prioritaires ci-après à mettre en ments techniques technologiques, éco-œuvre dans le cadre de la SCRP 3 : nomiques, juridique et institutionnels lui permettant d’atteindre les objectifs du (i) le renforcement de la décen- millénaire pour le développementtralisation du processus de décision au (OMD). A cet égard, les taux de couver-profit des communes qui planifient à ture en ouvrages d’évacuation des ex-partir de la demande des usagers ; crétas sont appréciables en milieu (ii) le renforcement de la partici- urbain, mais demeurent faible dans lespation des usagers au financement, à la villes secondaires. En outre, le tauxgestion, au renouvellement des équipe- d’évacuation des eaux usées en milieuments et au suivi des ouvrages ; urbain est quasi nul (0,4%), la majorité des quantités d’eaux usées étant rejetés (iii) le renforcement des capaci- dans la nature, les rues et les caniveaux.tés de production et des stations de trai-tement d’eau ; 182. Pour relever ces défis, le Gouvernement entend mettre en (iv) la construction de nouveaux œuvre, dans un cadre institutionnel fa-châteaux et réservoirs de stockage ; vorable, les principales actions ci-après : (v) l’extension et la densificationdes réseaux afin de desservir les nou- (i) le renforcement des capacitésvelles localités et des principaux acteurs du secteur ; (vi) la promotion du secteur privé (ii) l’élaboration des schémas di-dans les activités de construction, d’ex- recteurs d’assainissement des eauxploitation, de suivi et d’intermédiation usées pour les principales aggloméra-sociale. tions. Les actions à mener viseront égale- ment l’amélioration du niveau d’accès 181. Assainissement. Le Gouver- aux services d’assainissement par la pro-nement a adopté en 2007 la politique motion d’infrastructures adéquates. 79Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 5.5 BATIMENT ET URBANISME domaine des BTP peuvent se résumer en : i) l’absence d’une définition 183. Le droit au logement est claire des relations de l’Administration un droit inaliénable de l’homme mo- avec les différents ordres et associations derne. Subséquemment, la question de professionnels ; l’habitation et de l’urbanisme constitue, au Bénin, une préoccupation de déve- ii) l’inexistence d’une politique et loppement humain durable. Dans le d’une stratégie de promotion et de dé- cadre de la mise en œuvre de la SCRP 2, veloppement des métiers du secteur BTP ; plusieurs actions avaient été mises en œuvre pour, entre autres, réduire, de iii) la faiblesse de la promotion de moitié le nombre d’habitants des taudis, l’emploi des jeunes professionnels du BTP ; d’ici à l’an 2015, tel que préconisé par et les Nations Unies. Au cours des dernières iv) la non- organisation des mé- années, le Bénin a fait beaucoup de tiers de courtiers, démarcheurs, proprié- progrès dans le domaine des bâtiments taires et locataires, agents immobiliers, et de l’urbanisme. Toutefois, d’impor- promoteurs, aménageurs. tantes actions restent à mener dans le cadre de l’atteinte des cibles de l’OMD 185. Pour relever ces défis, le relative à l’habitation. Gouvernement entend, à court et à moyen termes : 184. Les bâtiments. De bonnes conditions d’habitation contribuent au (i) promouvoir l’offre de logement, plein épanouissement de l’être humain. Pourtant, le secteur de l’Habitat a long- (ii) réhabiliter le patrimoine immo- temps souffert de l’absence d’une poli- bilier de l’Etat et promouvoir l’utilisation tique nationale clairement définie. intensive des matériaux locaux de L’habitat rural est longtemps resté en construction. Les actions prioritaires pré- marge de toute politique et stratégie. vues pour atteindre ces objectifs, dans De plus, les techniques de construction les cinq prochaines années reposent sur sont peu améliorées et la plupart des in- l’assainissement et l’amélioration de dustries de production de matériaux lo- l’habitat, à travers la mise en œuvre du caux de construction sont restées à Programme Habitat et Construction l’étape embryonnaire. Les difficultés du (PHC).80 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures 186. Six actions prioritaires se- driques, d’infections respiratoires aiguësront mises en œuvre : et des maladies cardio-vasculaires. (i) mise en place et organisation 188. Pour relever les défis dansd’un système de coopération entre pro- le domaine de l’urbanisme, le Gouver-fessionnels de l’habitat ; nement entend, : (ii) contribution à la mise en place i) promouvoir l’essor économiqueau niveau des villes d’un système de pro- des villes ;duction rationnelle des matériaux lo-caux, des parcelles et des logements ; ii) lutter contre l’érosion côtière et (iii) mise en place d’un système iii) renforcer la sécurisation fon-de fourniture des services au sein de cière. Les actions prioritaires prévues, àl’Habitat ; travers la mise en œuvre du Programme d’Appui à la Gestion Urbaine (PAGU) (iv) création des opportunités portent sur :pour le développement de l’habitat etamélioration de la qualité de l’habitat (i) l’amélioration de la gouver-existant ; nance urbaine et du cadre de vie ; (v) amélioration de l’habitat insa- (ii) la maîtrise de la coordinationlubre et lutte contre la pauvreté et (vi) des actions en faveur du développe-mise en place de textes juridiques et des ment urbain et la maîtrise de la mobilitéoutils de maîtrise foncière, susceptibles urbaine ;de faciliter l’accès à la propriété pour leplus grand nombre de citoyens. (iii) le renforcement de la mise en place des infrastructures de voirie et d’assainissement ; 187. L’urbanisme : L’urbanisa- (iv) la mise en place des équipe-tion n’est pas maîtrisée, en l’absence ments géographiques de base ;d’une mise en œuvre efficace de la po-litique d’aménagement du territoire. Les (v) la protection de la côte à l’Estvilles sont confrontées à la pollution issue de l’Epi de SIAFATO ; etdes déchets ménagers, des boues de vi-danges, des déchets liquides, des gaz (vi) la protection et la gestion ra-d’échappement, des encombrements, tionnelle des zones côtières maritimes etdu bruit qui sont sources de maladies hy- fluviales du Bénin. 81Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 5 : Développement des infrastructures82 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain C H A P IT R E 6 RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN 189. En dépit des progrès réali- le savoir, le savoir-faire et le savoir-êtresés au cours des dernières années dans jouent un rôle central dans l’augmenta-la mise en œuvre de la stratégie de tion de la productivité et dans la réduc-croissance pour la réduction de la pau- tion de la pauvreté, constituevreté, les performances économiques aujourd’hui un frein à cause de l’impor-n’ont pas permis de faire face efficace- tance du croît démographique et de lament à une demande sociale de plus en faible qualification de la main d’œuvre.plus croissante. Le niveau des indicateurssociaux, quoique amélioré, reste préoc- 190. Le Gouvernement entendcupant. Le système éducatif connaît des renforcer le potentiel du capital humaindysfonctionnements qui ne permettent à travers :pas de répondre aux exigences de dé-veloppement. Les taux de mortalité res- (i) la maîtrise de la croissance dé-tent encore élevés15. La persistance des mographique ;inégalités de genre vient aggraver la si-tuation de l’accès des femmes aux ser- (ii) la promotion de l’éducationvices sociaux de base et aux de développement ;opportunités. Le capital humain, facteuressentiel de croissance économique et (iii) l’amélioration de l’état sani-de développement, surtout dans le nou- taire et nutritionnel de la population ;vel environnement de mondialisation où15En 2006, la mortalité infantile : 67 pour 1000 ; la mortalité info-juvénile : 125 pour 1000 et la mortalité maternelle 397 décèspour 100 000 naissances vivantes 83Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (iv) la création d’emplois décents nuel d’accroissement démographique, (v) le renforcement et l’extension dans les conditions actuelles de création de la protection sociale ; de richesses, risque d’inhiber les efforts (vi) la promotion de l’égalité de de développement. genre ; (vii) la promotion des jeunes et 192. A cet égard, le Gouverne- des loisirs. ment a retenu de mettre en œuvre les actions prioritaires 16 ci-après : 6.1- MAITRISE DE LA CROISSANCE (i) la promotion d’une fécondité DEMOGRAPHIQUE responsable, à travers un meilleur accès à l’information et aux services de santé 191. La population béninoise de la reproduction ; connaît une croissance soutenue, avec (ii) la promotion des recherches un taux d’accroissement de 2,8% entre et des études sur les interactions entre 1979 et 1992, et de 3,2% entre 1992 et population et pauvreté ; 2002. Du fait de son taux d’accroisse- (iii) la promotion de la scolarisa- ment naturel de 2,9% (RGPH 3), le Bénin tion obligatoire des enfants, notamment est classé parmi les pays d’Afrique sub- la scolarisation et le maintien des filles à saharienne à forte fécondité. Le niveau l’école, jusquau secondaire ; élevé de la fécondité (Indice Synthé- (iv) la promotion de lenregistre- tique de Fécondité de 5,7 enfants par ment obligatoire des actes d’état civil, femme) s’explique notamment par la notamment des naissances ; précocité du mariage, la faible préva- (v) l’intégration des variables dé- lence contraceptive (6,2%), un niveau mographiques dans les politiques et pro- de besoins non satisfaits en hausse en grammes de développement aux matière de planification familiale (30% niveaux national, régional et local ; en 2006 contre 27% en 2001), une poly- (vi) le renforcement de la col- gamie persistante évaluée en 2002 à lecte et l’amélioration de la base de 27% chez les hommes et 39% chez les données sociodémographiques dés- femmes et une fécondité des adoles- agrégées par sexe ; centes (15-19 ans) importante (21,5%). (vii) la promotion du plaidoyer et Cette situation est d’autant plus préoc- de la communication pour un change- cupante que les programmes de santé ment de comportement sur les questions de la reproduction pour les adolescents de population et et jeunes sont encore peu développés. (viii) le renforcement de la coor- Ce potentiel élevé d’accroissement dé- dination institutionnelle multisectorielle et mographique induira une demande so- pluridisciplinaire sur la gestion des ques- ciale élevée dans les années à venir (voir tions de population par une meilleure encadré 2), si la tendance actuelle est animation de la Commission Nationale des maintenue. Ainsi, le maintien du taux an- Ressources Humaines et de la Population. 16 Ces actions découlent de la Déclaration de Politique de Population (DEPOLIPO) adopté en 1996 et révisée en 2006.84 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humainEncadré 2 : Dynamique démographique et demande sociale Le Bénin est marqué par une croissance continue de sa population résultant d’une fécondité élevée et constante, d’une mortalité en baisse progressive et d’un courant migratoire non négligeable. La population du Bénin est passée de 6 769 914 habitants en 2002 à 8,78 millions d’habitants en 2010 et atteindra 10 mil- lions d’habitants en 2014 et un peu plus de 13 millions en 2027. Même si conformément à la DEPOLIPO, la promotion d’une « politique de fécondité responsable », permettait de ramener l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) de 5,7 enfants aujourd’hui à 4,8 enfants par femme en 2015 et à 3,9 enfants par femme aux alentours de 2027, l’accroissement de la population restera assez élevé et se situerait aux alentours de 12 millions en 2027. Ceci résulte du fait que le déclin de la fécondité, va de pair sur la période, avec un accroissement plus rapide de la proportion des personnes en âge de procréer. Cette dynamique de la population béninoise pose de nombreux défis en matière de demande sociale (nutrition, éducation, santé, emploi, habitat et gestion urbaine), et de disponibilité de facteurs de production. La première conséquence de l’accroissement de la population au cours des 28 années à venir est la réduction de la superficie cultivable disponible par habitant. De l’ordre de 1,04 ha en 2002, la superficie cultivable sera réduite de plus de moitié en 2015 (0,47ha) et de trois quarts en 2025 (0,25 ha). Cette grande réduction s’explique d’une part, par la pratique d’une agriculture extensive avec des moyens peu évolués, et, d’autre part, par l’extension des villes qui abriteront plus de monde qu’aujourd’hui (60% de la population totale en 2030). L’accroissement de la population renchérit la demande scolaire. Ainsi, l’effectif de la population scolarisable au cycle primaire qui s’élevait à 1 281 911 en 2002, atteindra 1 635 496 en 2015, année cible des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), de l’Education Pour Tous (EPT) et du Plan Décennal de Déve- loppement du Secteur de l’Education au Bénin (PDDSE). A l’horizon 2030, elle sera de 2 361 016. Ainsi, la satisfaction de cette demande nécessitera le recrutement d’environ 22 000 nouveaux enseignants du primaire entre 2007 et 2015 et de 23 000 entre 2015 et 2030. L’Etat devra donc recruter, pour le cycle primaire, en moyenne 3 000 enseignants par an entre 2007 et 2015 et environ 1500 à 2000 par an entre 2015 et 2030. En matière d’investissement, l’Etat devra poursuivre les efforts de réhabilitation, de construction et d’équipement des écoles. Ainsi, au niveau de l’enseignement primaire, le système éducatif béninois, sous les hypothèses du scénario 1, aura besoin, pour son bon fonctionnement, de 25 320 salles de classe entre 2010 et 2015. Il faudrait donc construire environ 4200 salles de classe en moyenne, chaque année, entre 2010 et 2015. L’évolution de la population induirait une offre de 33 à 44 médecins pour 10.000 habitants sur la période 1999- 2025. En ce qui concerne les infirmiers, le nombre de nouveaux infirmiers est estimé à 125 -135 par an, l’effectif total serait en 2030 de 6270-6560. Ce personnel devra servir dans des centres de santé dont le nombre passera de 448 en 2006 à 664 en 2011 ; 792 en 2015 ; 1228 en 2025 et 1459 en 2030. Si les normes actuelles restent inchangées, le rythme de croissance de la population impliquera la construction et l’équipement de 31 à 37 centres de santé et de deux (02) hôpitaux en moyenne par an, passant ainsi de 39 en 2006 à 157 en 2030. En 2010, le besoin en zones sanitaires sera de 10 ZS supplémentaires. Si rien n’est fait en 2015, le pays devra rendre fonctionnelles environ 18 zones sanitaires supplémentaires pour assurer aux populations le droit à la santé.Source : Etude Impact de la dynamique démographique sur le développement (2008) 85Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 6.2- PROMOTION D’UNE EDUCATION DE DEVELOPPEMENT (vii) l’établissement d’un cadre ju- ridique régissant le partenariat entre la 193. Le développement éco- puissance publique et le secteur privé et nomique et social exige des ressources (viii) l’amélioration du dialogue humaines de qualité, dont l’’éducation social avec les partenaires sociaux. est l’un des facteurs déterminants. En dépit des efforts déployés par le Gouver- 194. L’enseignement maternel. nement, le secteur de l’éducation Le sous-secteur de l’enseignement ma- connaît encore des dysfonctionnements ternel connaît une certaine léthargie ca- liés à la qualité et à l’équité de l’offre ractérisée par la faible scolarisation des éducative en deçà des normes exigées. enfants de 3 à 5 ans. A cet égard, le Pour améliorer cette situation, les orien- Gouvernement a prévu faire passer le tations générales du Gouvernement, taux de scolarisation de la petite en- contenues dans le Plan Décennal de fance de 4% en 2006 à 15% en 2015. Développement du Secteur de l’Educa- Pour y arriver, les actions ci-après seront tion (PDDSE), portent sur les huit axes sui- mises en œuvre, à savoir : vants : i) l’amélioration de la qualité de (i) le renforcement du pilotage du l’offre éducative par la conception et la système ; mise en œuvre des programmes adap- (ii) le renforcement de la qualité tés à la petite enfance ; de l’enseignement ; ii) le recrutement et l’amélioration (iii) lamélioration de l’offre édu- de la qualification des enseignants de la cative ; maternelle et la dotation annuelle de chaque école maternelle publique d’un (iv) lamélioration de la gestion paquet essentiel de matériels d’activités des ressources humaines ; d’éveil ; (v) la résorption des disparités iii) le renforcement du secteur entre genres et entre régions ; privé et (vi) l’accroissement du rôle du iv) l’amélioration de la demande secteur privé et celui des communautés par l’octroi d’une subvention par enfant. locales dans l’offre éducative ;86 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 195. Enseignements primaire et (ii) l’amélioration significative desecondaire. L’enseignement primaire la rétention des élèves dans le systèmebénéficie, depuis plusieurs années, d’im- scolaire, notamment des filles ;portants investissements de l’Etat et des (iii) la réduction des redouble-partenaires techniques et financiers. ments de classe ;Néanmoins, un certain nombre de pro-blèmes persistent, notamment : (iv) la promotion de la scolarisa- tion des filles ; (i) des problèmes d’équité, qui semanifestent par une répartition inégale (v) l’amélioration de la qualité dedes effectifs entre les différentes régions l’enseignement ;et surtout par un écart entre le taux descolarisation des filles et celui des gar- (vi) l’amélioration de la gestionçons ; administrative et pédagogique et la maîtrise du pilotage du sous-secteur ; (ii) de la faible rétention liée à untaux de redoublement élevé et à l’exis- (vii) la poursuite de la promotiontence de nombreuses écoles à disconti- d’une école de qualité fondamentale,nuité éducative ; amie des enfants et (iii) de l’insuffisance numérique et (viii) l’appui à l’enseignementqualitative des enseignants ; privé à travers des formations de leurs enseignants. (iv) des insuffisances dans la miseen œuvre des nouveaux programmes 196. Par ailleurs, en raison desd’études et disparités entre les taux d’inscription des garçons et des filles au niveau de l’en- (v) de l’insuffisance des manuels seignement secondaire général, desscolaires et des matériels didactiques mesures spécifiques sont envisagéesaussi bien pour les enseignants que pour pour promouvoir la scolarisation desles élèves. filles au premier cycle, à savoir : 197. Pour pallier ces insuffi- (i) la mise en œuvre d’une poli-sances, les actions prioritaires du Gou- tique nationale et d’un mécanisme devernement viseront : soutien pour favoriser l’accès et le main- (i) la réalisation en 2015 de tien des filles au 1er cycle de l’enseigne-l’achèvement universel du cycle pri- ment secondaire général ;maire ; 87Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (ii) l’évaluation du fonctionne- prise en compte de la dimension genre. ment des foyers de jeunes filles existants en vue de mesures correctives à prendre 198. Pour corriger ces dysfonc- pour leur renforcement ; tionnements, le Gouvernement entend mettre en œuvre les actions prioritaires (iii) l’élaboration et la mise en ci-après : place d’un programme de tutorat pour les élèves filles au niveau des communes et (i) le développement et la diversi- fication de loffre éducative, (v) l’élaboration et la mise en place d’un programme de répétitorat (ii) l’amélioration de la qualité et (soutien scolaire) pour les élèves au ni- de l’équité du genre ; veau des communes notamment défa- (iii) l’amélioration de la gestion et vorisées. du pilotage du sous-secteur ; 197. Le sous-secteur de l’ensei- (iv) la réorientation des écoles gnement technique et professionnel professionnelles en relation avec les constitue la meilleure opportunité pour grappes de projets structurantes ; faire face au problème récurrent de l’inadéquation entre la formation et les (v) le redéploiement des offres de besoins du marché du travail. Le système formation des établissements en fonc- éducatif, depuis des années, n’a pas tion des avantages comparatifs des ré- permis de constituer une masse critique gions et pour tenir compte des d’actifs compétents pour impulser un opportunités demploi dans les départe- développement agricole et industriel ments ; soutenu. Le sous-secteur de l’enseigne- (vi) la mise en place d’un plan de ment technique et professionnel pré- formation en adéquation avec les be- sente actuellement de nombreuses soins des entreprises ; faiblesses, notamment : (vii) la prise de mesures incitatives (i) l’insuffisance et la faible diversi- pour encourager la formation profes- fication de l’offre de formation ; sionnelle des jeunes filles et (ii) l’absence de politique d’orien- (viii) le développement des pro- tation des apprenants et grammes spécifiques de formation en (iii) des problèmes d’équité tant matière de lutte contre le VIH/SIDA aux dans la répartition spatiale que dans la apprenants.88 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 199. Le sous-secteur de l’ensei- 201. Par ailleurs, la culture degnement supérieur caractérisé par : l’excellence au Bénin constitue un atout sur lequel le pays peut s’appuyer pour (i) l’inadéquation de la formation mettre en place un système de forma-aux besoins réels du marché du travail ; tion à vocation régionale. Pour y parve- (ii) l’insuffisance des infrastruc- nir, il est indispensable d’imprimer autures et du personnel enseignant et système éducatif la rigueur dans l’appli- cation des programmes de formation, (iii) des faiblesses dans la gestion leur mise en adéquation avec les pro-et le pilotage du sous-secteur. grammes sous régionaux et le dévelop- pement d’infrastructures d’accueil. Les 200. Le Gouvernement entend actions à mener sont les suivantes :poursuivre son soutien à cet ordre d’en-seignement pour former des cadres de (i) la dynamisation et le renforce-haut niveau capables d’impulser le dé- ment des programmes régionaux de for-veloppement, à travers : mation professionnelle en Licence, Master et Doctorat existants ; (i) la réorientation de l’enseigne-ment supérieur vers les besoins de déve- (ii) l’appui à la création de nou-loppement du pays ; veaux programmes de formation profes- sionnelle en Licence, Master sur la base (ii) l’amélioration de la gestion et des capacités nationales, des besoinsdu pilotage de l’enseignement supérieur ; de la demande nationale et régionale ; (iii) le renforcement des capacités finan- (iii) l’amélioration de la qualité et cières et managériales des établisse-de l’équité du genre ; ments publics et privés, offrant des (iv) l’octroi de bourses aux plus formations professionnelles de pointe àméritants et aux jeunes filles et la facilita- vocation régionale existantes.tion de l’accès des filles aux résidencesuniversitaires ; 202. La recherche scientifique et technique, conçue pour être un outil (v) l’amélioration des conditions essentiel de développement humain, sede vie et de travail des enseignants et caractérise par : (vi) le renforcement des infra- (i) l’indisponibilité d’un personnelstructures en vue d’accompagner la ré- scientifique qualifié et de moyens finan-forme LMD ( Licence, Master, Doctorat). ciers adéquats ; 89Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (ii) le manque de performance et plus reste encore élevé, avec de fortes les insuffisances organisationnelles ; disparités entre les départements et les sexes. Selon les données du troisième Re- (iii) la faiblesse de l’ouverture de censement Général de la Population et la recherche sur les besoins de dévelop- de l’Habitat (RGPH-3) de 2002, ce taux pement et l’inefficacité des différents est de 67,4% au niveau national, dont centres et instituts de recherche ; 78,1% pour les femmes. Le sous-secteur (iv) les difficultés de planification reste confronté à des problèmes institu- des actions de recherche et tionnels ainsi qu’à des problèmes de qualité, de pertinence et d’efficacité, (v) l’insuffisance de laboratoires, avec pour corollaires des taux élevés d’équipements scientifiques et de res- d’abandon, d’échec et de rechute sources documentaires. dans l’analphabétisme, faute de pro- grammes cohérents et pertinents d’al- 203. Eu égard à l’importance phabétisation initiale, de de la recherche pour le développement post-alphabétisation et de formations économique et social, les actions priori- spécifiques. taires du Gouvernement consisteront en : 205. A cet égard, les actions (i) la mise en place d’un fonds prioritaires du Gouvernement visent : d’appui pour la promotion de la re- cherche scientifique et technologique ; (i) la mise en œuvre effective de la Déclaration de Politique Nationale (ii) l’élaboration d’une politique et d’Alphabétisation et d’Education des d’un programme cohérent de recherche Adultes (DEPOLINA) ; scientifique, technologique et biomédi- cale ; (ii) l’accès équitable aux pro- grammes d’alphabétisation ; (iii) l’appui à toutes les unités de recherche pour la mise en œuvre de la (iii) l’amélioration de la qualité et politique de promotion de la recherche de l’efficacité des programmes ; scientifique et technique. (iv) la promotion de l’alphabéti- sation des femmes et 204. L’alphabétisation : en (v) l’amélioration de la gestion et dépit des efforts consentis depuis plu- du pilotage du sous- secteur de l’alpha- sieurs décennies, le taux d’analphabé- bétisation. tisme des personnes âgées de 15 ans et90 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain6.3- AMELIORATION DE L’ACCESSIBILITE croissantes, de la population en matière ET DE LA QUALITE DES SERVICES d’accueil, de disponibilité et de qualité DE SANTE. des soins de santé et (v) la nécessité du renforcement 206. L’amélioration de la santé du partenariat public et privé.des populations constitue une préoccu-pation majeure du Gouvernement. La vi- 208. Pour la période 2011-2015,sion du Gouvernement en matière de la politique sanitaire, en cohérencesanté publique intègre trois des Objectifs avec les OMD, portera sur deux axes, àdu Millénaire pour le Développement savoir :(OMD), à savoir : (i) la prévention et la lutte contre (i) réduire la mortalité des enfants la maladie ainsi que l’amélioration de lade moins de 5 ans ; qualité des soins et (ii) améliorer la santé maternelle et (ii) les interventions de soutien et (iii) combattre le VIH/SIDA, le pa- de gestion.ludisme et la tuberculose. 209. La prévention et la lutte 207. Cette vision s’appuie sur contre la maladie et l’amélioration de lales constats suivants : qualité des soins. Les actions prioritaires au niveau de cet axe concernent : (i) le profil épidémiologique a peuvarié ces cinq dernières années et est i) la promotion de l’hygiène etdominé par trois pathologies principales l’assainissement de base ;(paludisme, infections respiratoires ii) la santé de la reproduction ;aiguës, affections gastro-intestinales) ; iii) la lutte contre les maladies (ii) la dynamique démogra- prioritaires ;phique est caractérisée par une crois-sance de la population et une iv) la promotion de la médecineurbanisation croissante ; et de la pharmacopée traditionnelles ; (iii) les interactions entre la santé v) la promotion de la santé men-de la population et les autres domaines tale et(économie, environnement, éducation,etc.) sont effectives ; vi) la promotion de la recherche et de l’éthique dans le secteur de la (iv) les exigences, sans cesse santé. 91Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 210. L’hygiène et de l’assainis- jeunes ; sement de base. Le Gouvernement (ii) le repositionnement de la pla- poursuivra la politique en matière d’hy- nification familiale, à travers l’améliora- giène et d’assainissement, à travers trois tion de laccès et lutilisation de services mesures prioritaires : de planification familiale sûrs, efficaces, (i) la promotion de l’hygiène et abordables et acceptables ; de l’assainissement de base (PHA) ; (iii) l’amélioration de la qualité de (ii) la Règle-Police-Sanction et la consultation prénatale recentrée et de l’accouchement assisté ; (iii) la promotion de comporte- (iv) le renforcement des Soins ments clés favorables (hygiène de l’eau Obstétricaux et Néonataux d’Urgence de boisson, évacuation des excrétas, la- (SONU) ; (v) la lutte contre les fistules obs- vage des mains à l’eau et au savon, hy- tétricales ; giène des aliments et hygiène de l’habitat). (vi) la lutte contre les IST/VIH/SIDA avec un accent particulier sur les 211. La santé de la reproduc- groupes à risque ; tion. La politique du Gouvernement en (vii) l’intensification des soins es- matière de santé de la reproduction a sentiels du nouveau-né ; pour objectifs : (viii) la nutrition ; (i) d’accélérer la réduction de la mortalité maternelle, infantile et néona- (ix) la vaccination ; tale, (x) la prise en charge intégrée (ii) de promouvoir la santé de la des maladies de l’enfant au niveau cli- reproduction des adolescents et des nique et communautaire ; jeunes et (xi) l’assurance qualité ; (iii) de contribuer à la maîtrise de (xii) la promotion de la recherche la croissance démographique. Le Gou- opérationnelle sur les pratiques tradition- vernement veillera à la mise en œuvre nelles et des systèmes de croyances qui efficace de cette politique, à travers : inhibent lutilisation de la contraception et (xiii) la promotion de la communi- (i) la promotion de la santé de la cation pour un changement de com- reproduction (y compris le VIH/SIDA), no- portement. tamment celle des adolescents et92 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 212. La lutte contre les mala- 213. La lutte contre les autresdies prioritaires : conscient du niveau en- maladies transmissibles. Les autres ma-core élevé de morbidité et de mortalité, ladies transmissibles (la trypanosomiasele Gouvernement entend poursuivre la humaine africaine, les maladies àmise en œuvre des stratégies de lutte potentiel épidémique (méningite,contre les maladies prioritaires choléra, rougeole) et les maladies à(IST/VIH/SIDA, paludisme et tuberculose). éradiquer/éliminer (poliomyélite, tétanos maternel et néonatal) bénéficierontPour la prévention du VIH/SIDA, les ac- d’une attention particulière à travers letions prioritaires du Gouvernement por- renforcement du système de surveil-teront sur lance épidémiologique intégrée ainsi (i) la prévention et le dépistage que les capacités des acteurs pour une prise en charge prompte et efficace desdes cas avec un accent particulier sur cas d’épidémies.les groupes à risque ; (ii) l’accès universel aux traite- 214. La lutte contre les mala-ments et aux soins ; dies non transmissibles. Le Gouverne- ment renforcera ses actions de lutte (iii) la lutte contre la discrimination ; contre les maladies non transmissibles (diabète, hypertension artérielle, obé- (iv) la prise en charge des Orphe- sité, drépanocytose, épilepsie, cancer,lins et Enfants Vulnérables (OEV) et glaucome, etc.) par la promotion des meilleures pratiques de prévention, la (v) le soutien aux personnes infec- poursuite de leur mise en œuvre detées et affectées. Au titre de la tubercu- façon systématique et l’amélioration delose, les deux priorités retenues sont le la capacité du système à les prendre endépistage des cas, et la continuité du charge. Face à la recrudescence destraitement. Parallèlement, il sera ren- accidents de circulation et à leursforcé la synergie entre les deux pro- conséquences sur la santé, le Gouverne- ment mettra en œuvre, pour les cinq an-grammes tuberculose et VIH/SIDA, tant nées à venir, des actions de préventionau niveau du dépistage qu’au niveau et de sensibilisation sur la sécurité rou-de la prise en charge des co-infections. tière. Par ailleurs, le Gouvernement envi-S’agissant du paludisme, l’accent sera sage d’utiliser les techniques isotopiquesmis sur la prévention et la prise en pour une meilleure prise en charge descharge des cas, sur la base de straté- maladies majeures comme les cancers,gies transversales de soutien telles que la les coronaropathies, les maladies pédia-communication pour un changement triques, les maladies métaboliques et lesde comportement, la surveillance épi- infections. Ces techniques ont l’avan-démiologique et entomologique ainsi tage d’être très sensibles, fiables, rapidesque la recherche. et de faible coût. 93Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 215. La promotion de la méde- seront délivrés à un coût abordable, à cine et de la pharmacopée tradition- travers le Régime d’Assurance Maladie nelles. Au regard de l’importance de la Universelle (RAMU). médecine et de la pharmacopée tradi- tionnelles dans la société béninoise, le 218. La promotion de la re- Gouvernement entend valoriser les res- cherche en santé. Afin de faciliter et de sources thérapeutiques locales en fai- restructurer le processus de prise de dé- sant l’inventaire des recettes cisions, la stratégie du Gouvernement traditionnelles existantes, en mettant en consistera à développer la recherche en place un mécanisme de contrôle de santé, à exploiter et à vulgariser les résul- qualité et en faisant la promotion de tats, à travers notamment le renforce- l’utilisation des produits locaux. ment des capacités des structures de recherches en ressources humaines et 216. La promotion de la santé matérielles. mentale. La santé mentale est de plus en plus perçue comme un facteur de 219. La promotion de l’éthique. bien-être, tant au niveau des foyers A côté du respect, par les chercheurs, qu’au niveau de la communauté. Les des normes éthiques tant au niveau de stratégies du Gouvernement viseront l’élaboration des protocoles de re- l’intégration des activités de santé men- cherche que de leur mise en œuvre, le tale dans les approches existantes des Gouvernement veillera au respect, par soins de santé primaires en assurant, no- les agents de santé, à tous les niveaux tamment les soins de base à l’ensemble de la pyramide sanitaire, de l’éthique et de la population. de la déontologie liées à leur profession (respect des normes et des standards techniques dans leur pratique quoti- 217. La promotion de la santé dienne). Un accent particulier sera mis en milieu scolaire, universitaire et profes- sur le respect de la personne humaine sionnel. Le Gouvernement entend pro- (accueil, consentement éclairé, confi- mouvoir la sécurité et la santé des dentialité, dignité et droits humains). écoliers, élèves, étudiants et travailleurs en vue de l’amélioration du rendement. 220. Les interventions de sou- A cet égard, il est envisagé de rendre tien et de gestion concernent : disponibles et gratuits les soins courants i) le renforcement des infrastruc- de santé aux écoliers, élèves et étu- tures, des équipements et de la mainte- diants en milieu scolaire et universitaire. nance ; Par ailleurs, pour les travailleurs, ces soins94 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain ii) le renforcement des ressources totalité des pathologies ;humaines ; (ii) renforcer les capacités des iii) le renforcement des capacités ressources humaines spécialisées en ser-institutionnelles et du partenariat ; vant de terrain de perfectionnement et (iii) servir de destination pour les pays de iv) l’élaboration de la carte sani- la sous-région.taire ; v) le développement de l’assu- 222. La stratégie de renforce-rance qualité ; ment des ressources humaines consis- tera en la vulgarisation et la mise en vi) la dynamisation de l’approche œuvre du Plan national de développe-communautaire ; ment des ressources humaines en santé à travers : vii) l’amélioration de la disponibi-lité des médicaments, des réactifs et (i) l’installation de l’observatoireconsommables et des ressources humaines en santé ; viii) la promotion des explorations (ii) le développement de méca-diagnostiques et de la sécurité transfu- nismes efficaces et équitables d’incita-sionnelle. tion basés sur la performance à tous les niveaux de la pyramide sanitaire ; 221. Le renforcement des infra-structures, des équipements et de la (iii) l’adoption et la mise en œuvremaintenance. Le Gouvernement veillera d’un plan de carrière en conformité avecà la programmation des constructions, à la vision et les besoins du secteur ;la réhabilitation et à l’équipement des (iv) la mise en adéquation desstructures sanitaires, en conformité avec capacités et des curricula des institutionsla carte sanitaire. Une stratégie natio- publiques et privées de formation avecnale de maintenance des équipements les besoins de formation initiale et en for-sera adoptée et mise en œuvre. Au vu mation continue ; etdes besoins nationaux et du coût desévacuations sanitaires à l’extérieur du (v) l’amélioration des compé-pays, le Gouvernement entend appuyer tences du personnel de santé en confor-la mise en place d’un « hôpital d’excel- mité avec les besoins du secteur àlence » visant à travers, entre autres instruments, un plan de formation continue adopté et mis en (i) prendre en charge la quasi- œuvre de manière efficiente. 95Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 223. Le renforcement des ca- type de structure ; pacités institutionnelles et du partenariat. (iii) l’évolution des caractéris- La mise en œuvre efficace de la poli- tiques géographiques, démographiques tique du secteur passe par le dévelop- et épidémiologiques des populations à pement d’un COMPACT axé sur : couvrir ; (i) le développement de partena- (iv) la politique sectorielle d’équi- riat entre tous les acteurs ; pement et de maintenance ; (ii) l’adoption et la mise en œuvre (v) les disponibilités possibles de d’une stratégie nationale de contrac- ressources ; tualisation ; (vi) la définition des rôles et res- (iii) le renforcement du Système ponsabilités par niveau ; National d’Information et de Gestion Sa- nitaire (SNIGS) qui sera intégré dans la (vii) la recherche de perfor- formation de base et dans les recy- mance ; clages des personnels de santé ; (viii) la planification et le finance- (iv) la mise en place d’un cadre ment basés sur les résultats et conjoint de suivi-évaluation ; (viii) l’actualisation des différents (v) la mise en œuvre des recom- curricula de formation par catégories mandations des audits des niveaux dé- professionnelles et leur application à tra- concentré et périphérique et le vers l’utilisation des outils et instruments développement d’une politique secto- de suivi-évaluation de l’action du sec- rielle de santé. teur, en particulier les supervisions et le monitorage par niveau. 224. L’élaboration de la carte sanitaire et la mise en œuvre du Paquet 225. Le développement de d’Interventions à Haut Impact (PIHI) l’assurance qualité, de l’éthique et de la pour l’atteinte des OMD. Une carte sani- responsabilité médicale. Afin d’assurer la taire sera élaborée en conformité avec qualité et le continuum des soins, la stra- les objectifs du secteur, qui prend en tégie du Gouvernement consistera à : compte ; (i) renforcer le système de réfé- (i) les PIHI par niveau ; rence contre référence, avec l’implication des communautés et la prise en compte de la (ii) les normes et standards par96 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humaindisponibilité de l’ensemble des res- (iv) l’identification et la sélectionsources requises ; de relais communautaires efficaces (ii) élaborer les projets d’établisse- 227. Par ailleurs, afin de garantirment hospitaliers ; un accès effectif et durable aux services (iii) adopter les normes et procé- essentiels de santé de qualité, le Gouver-dures en conformité avec les PIHI par ni- nement procédera :veau ; (i) à la révision des tarifs des ser- (iv) réviser les textes réglemen- vices de santé, à tous les niveaux de lataires relatifs à l’éthique et à la respon- pyramide de soins publics et privés ;sabilité médicale et (ii) à l’accélération de la promo- (v) mettre en œuvre une dé- tion des systèmes de couverture dumarche d’assurance qualité des soins risque maladies, avec le développe-ambulatoires et hospitaliers, basée sur ment de l’assurance maladie universelle,des contrats de performance par ni- de mutuelles de santé au niveau rural etveau. au niveau des travailleurs du secteur in- formel et d’assistance médicale aux 226. La dynamisation de l’ap- pauvres et indigents etproche communautaire. : l’élaboration (iii) au développement de la «et l’exécution des PIHI par niveau néces- gratuité » de certains services prioritairessiteront une implication active des com- fournis aux mères et aux enfants demunautés. A cet égard, le moins de 5 ans.Gouvernement entend élaborer une po-litique nationale d’implication des com- 228. L’amélioration de la dispo-munautés à tous les niveaux de la nibilité des médicaments et réactifs,pyramide de soins, à travers : vaccins et autres consommables. Afin (i) la participation active aux co- d’assurer aux populations la disponibilitémités de gestion des structures ; en médicaments, vaccins et réactifs sé- curisés et de qualité à moindre coût, le (ii) le renforcement des initiatives Gouvernement entend renforcer la ca-communautaires ; pacité institutionnelle de la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels (iii) l’encouragement et l’accom- (CAME), la capacité technique dupagnement de la mise en place de mu- Laboratoire National de Contrôle detuelles communautaires de santé et 97Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain Qualité (LNCQ) et le rôle régulateur du sous-alimentation et la malnutrition ainsi secteur pharmaceutique de la Direction que leurs conséquences sur la santé et des Pharmacies et Médicaments (DPM). compte tenu de l’impact certain des Il poursuivra la mise en œuvre de la poli- progrès sensibles au plan nutritionnel sur tique de décentralisation et de gestion la performance du capital humain, le rationnelle des médicaments aux ni- Gouvernement entend placer la nutri- veaux intermédiaire et périphérique ainsi tion au cœur du développement et que l’intégration de nouveaux vaccins mettre en œuvre le Plan Stratégique de dans le PEV de routine. Développement de l’Alimentation et de la Nutrition (PSDAN), opérationnalisé à 229. La promotion des explora- travers le Programme National d’Alimen- tions diagnostiques et de la sécurité tation et de Nutrition axé sur les Résultats transfusionnelle. Les actions prioritaires (PANAR). De façon spécifique, le Gou- du Gouvernement dans ce domaine vi- vernement mettra en œuvre les actions seront l’amélioration, de façon continue, prioritaires suivantes : de la qualité des prestations de soins en (i) la promotion d’une alimenta- assurant : tion adéquate de la femme, du nourris- (i) l’encadrement réglementaire son et du jeune enfant ; et législatif des explorations diagnos- (ii) le contrôle des carences en tiques et de la transfusion sanguine ; micronutriments (en particulier vitamine (ii) l’autonomie administrative et A, fer, iode et zinc) ; financière du sous-secteur de la transfu- (iii) la prise en charge intégrée de sion sanguine ; la malnutrition dans tous les programmes ; (iii) la formation des cadres dans (iv) la promotion de l’alimentation les domaines de la transfusion sanguine du nourrisson et du jeune enfant et des explorations diagnostiques et (ANJE) (y compris l’allaitement maternel (iv) la dotation du système de exclusif) ; santé de laboratoires de référence à la (iv) le renforcement de l’alimen- pointe des nouvelles technologies. tation de la fille adolescente, de la femme enceinte et de la femme allai- 6.4. ALIMENTATION ET NUTRITION tante ; (v) la prise en charge de la mal- nutrition aiguë sévère à base 230. Face à l’ampleur des pro- communautaire (PCMS) ; blèmes nutritionnels, caractérisés par la98 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (vi) l’élaboration et la mise en Convaincu que l’emploi décent consti-œuvre d’un plan de communication sur tue la principale voie pour saffranchir dela nutrition ; la pauvreté, le Gouvernement, veillera à l’opérationnalisation des choix straté- (vii) la dynamisation du comité giques liés à la valorisation des princi-national pour l’alimentation et la nutri- paux pôles de développement,tion et ses relais régionaux ; notamment le pôle « commerce-logis- (viii) le renforcement du suivi du tique-transport », le pôle « agro-alimen-statut alimentaire et nutritionnel des po- taire et le pôle « tourisme, culture etpulations et artisanat » qui apparaissent comme por- teurs d’une réponse efficace et durable (ix) le renforcement des capaci- aux problèmes de l’emploi.tés techniques et matérielles des com-munautés pour la promotion de la 233. Plus spécifiquement, lasécurité alimentaire et nutritionnelle des stratégie du Gouvernement consistera à :groupes vulnérables. (i) la promotion de l’auto-emploi ; 231. Par ailleurs, les efforts se-ront poursuivis pour couvrir les popula- (ii) la promotion de l’emploi salarié ;tions contre les hausses vertigineuses desprix des produits alimentaires, grâce no- (iii) le développement de la pro-tamment à la promotion de la produc- ductivité du secteur informel ;tion vivrière locale. (iv) l’amélioration du système de 6.5- EROMOTION D’EMPLOIS DURA- formation professionnelle et BLES ET DECENTS (v) la promotion de l’information 232. Le chômage et le sous- et de la communication sur l’emploi.emploi demeurent des préoccupationsmajeures du Gouvernement, du fait du 234. En outre, la pauvreté étantdéséquilibre du marché de l’emploi, en un phénomène plus rural qu’urbain, leraison notamment de l’arrivée, chaque développement du monde rural consti-année, d’une forte proportion de de- tue l’une des « portes de sortie » de lamandeurs d’emploi face à une offre crise de l’emploi. C’est pourquoi, tenantd’emploi limitée ; ce qui traduit la faible compte des facteurs qui inhibent le dé-capacité d’absorption du tissu écono- veloppement de l’agriculture, notam-mique. ment le manque de financement, les 99Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain aléas climatiques et la pénibilité, le Gou- visant la prise en compte du genre ;(iv) vernement entend finaliser le processus assurer une meilleure coordination des de création de la banque agricole, de actions en matière de genre et (v) pro- l’Agence de Développement de la Mé- mouvoir la recherche et la diffusion de canisation Agricole (ADMA) et de données désagrégées par sexe dans l’Agence de Promotion des Aménage- tous les domaines. ments Hydro-agricoles (APAH), en vue de favoriser, entre autres, la création 236. Ces objectifs seront opéra- d’entreprises agricoles et non agricoles, tionnalisés par les actions suivantes : génératrices d’emploi et de revenu en (i) la mise en place de mesures milieu rural. rendant effectives l’égalité et l’équité entre homme et femme dans l’accès à l’éducation, à l’alphabétisation et aux 6-6- LA REDUCTION DES INEGALITES structures de prises de décisions dans DE GENRE toutes les sphères (individuelle, familiale, communautaire, nationale et internatio- 235. Les analyses diagnostiques nale) ; générales et spécifiques de la pauvreté sous-tendues par les données désagré- (ii) le renforcement de l’institution- gées par sexe indiquent une disparité nalisation du genre à tous les niveaux, très marquée selon qu’il s’agit des ainsi que l’application effective des hommes ou des femmes. C’est pour- conventions et textes nationaux et inter- quoi, le Gouvernement a adopté en nationaux favorables à l’égalité et 2008 la Politique Nationale de Promotion l’équité entre homme et femme ; du Genre (PNPG). La mise en œuvre de la PNPG vise à : (iii) le renforcement de l’engage- ment de la société civile et la prise de (i) rendre systématique la prise en conscience des femmes et des hommes compte de la dimension genre dans pour la promotion du genre tout en assu- tous les domaines et à tous les niveaux ; rant une bonne implication des hommes dans le processus ; (ii) garantir l’égalité des chances et l’égal accès aux ressources, aux (iv) l’autonomisation des femmes hommes et aux femmes, de même que et une meilleure prise en compte du leur contrôle ; genre dans les Plans de Développement Communal (PDC) et (iii) créer un environnement favo- rable à la mise en œuvre des stratégies100 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (v) la réduction de la pauvreté ciale, particulièrement accrue au ni-monétaire des femmes et leur assurant veau des personnes vulnérablesun accès et un contrôle équitables aux (femmes, enfants, handicapés et per-ressources sonnes âgées), engendre un fossé gran- dissant entre une minorité nantie et de larges couches de la population démunies. 6.7 RENFORCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE 239. Pour améliorer cette situa- tion, le Gouvernement poursuivra ses ef- 237. La protection sociale est forts dans le sens de :l’ensemble des mesures publiques et pri- i) l’amélioration de la gestion etvées mises en œuvre pour protéger la du pilotage des questions de protectionpopulation contre des risques sociaux et sociale ;garantir leur accès aux services essen-tiels. Elle contribue à la croissance éco- ii) la mise en place d’un socle denomique par l’amélioration de la protection sociale etproductivité du travail et par la stabilitésociale. En situation de crise, les transferts iii) l’extension des systèmes de sé-sociaux ou les prestations de sécurité so- curité sociale, basés sur la promotion desciale agissent comme des stabilisateurs mécanismes de solidarité nationale etéconomiques et sociaux. traditionnelle. 238. Le Gouvernement, avec 240. En vue de l’améliorationl’appui des PTF et de la société civile, dé- de la gestion et du pilotage des ques-ploie des efforts en vue du renforcement tions de protection sociale,, le Gouver-de la protection sociale. En dépit de ces nement mettra l’accent sur :efforts, une bonne partie de la popula- (i) le renforcement de la connais-tion reste privée de l’accès aux services sance des mécanismes de protectionsociaux de base, aux opportunités éco- sociale etnomiques et ne jouit pas effectivementde ses droits économiques et sociaux. (ii) l’élaboration d’une politiqueLes effets pervers de la mondialisation et holistique de la protection sociale quides différentes crises accentuent les iné- prend en compte les questions de l’as-galités sociales, alors que les méca- sistance sociale, de l’assurance socialenismes traditionnels de solidarité et les et de la réglementation. Il s’agira dedispositifs d’entraide communautaire se consolider les acquis et d’élargir lefragilisent. Cette situation d’exclusion so- 101Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain champ de la sécurité sociale, en réfor- risque maladie à travers le RAMU. Il mant le dispositif de protectionsociale, s’agira, de mettre en place, un ensem- tout en développant des mécanismes ble de dispositifs basé sur les systèmes de pour suivre limpact des crises sur les po- protection sociale existant, y compris les pulations pauvres et vulnérables. L’ob- mutuelles de santé, dont l’objectif est de jectif est d’intégrer progressivement faciliter l’accessibilité financière aux ser- l’ensemble des catégories sociales vices de santé. jusqu’ici en marge du système de pro- tection sociale. 243. La promotion de la famille. La famille, cellule de base de la société, 241. La mise en place d’un est le cadre privilégié de l’éducation de socle de protection sociale. Le socle de base et de la formation de la personna- protection sociale correspond à un en- lité de l’individu au double plan socio-af- semble de droits sociaux, et de services fectif et psycho-moteur. Elle est fondamentaux auxquels tous les ci- également le lieu de la culture et de toyens devraient avoir accès. Les inter- l’exercice de la foi religieuse. Le cercle ventions du Gouvernement, dans ce familial est le point de départ de la for- cadre, porteront sur : mation de l’individu à la vie sociale, car il le prépare, le prédispose à l’acquisition i) l’accès universel aux soins de du savoir, du savoir-faire et du savoir- santé et aux services essentiels ; être. Mais aujourd’hui, cette cellule fami- ii) la promotion de la famille et de liale connaît une désintégration la femme ; engendrée par les crises économiques et la disparition progressive des normes iii) la protection et le développe- de régulation sociale. Cette destruction ment de l’enfant ; de la famille est perçue par les acteurs sociaux comme une menace au déve- iv) la protection et l’intégration loppement de l’enfant, à la cohésion so- des personnes handicapées ; ciale et à la paix, et par conséquent, v) le soutien aux personnes comme un handicap pour le dévelop- âgées. pement. 242. L’accès universel aux soins 244. C’est la raison pour la- de santé et aux services essentiels. Dans quelle le Gouvernement a retenu d’ac- ce cadre, le Gouvernement renforcera corder une importance toute le système universel de couverture du particulière à :102 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain (i) l’amélioration des conditions phique des femmes, de leur rôle dans lad’existence des familles ; stabilité des ménages ainsi que de leur contribution à la production des biens et (ii) la promotion des valeurs fami- services, le Gouvernement, avec laliales positives ; contribution des organisations de la so- (iii) la protection et la préserva- ciété civile et l’appui des PTF, œuvretion de la famille ; pour l’amélioration du statut juridique et des conditions sociales et économiques (iv) la mise en place des points fo- de la femme. Malgré les progrès signifi-caux pour suivre les questions relatives à catifs obtenus, la femme béninoise restela famille dans chaque commune et encore tributaire des valeurs sociocultu-dans les départements ministériels ; (v) la relles qui façonnent son devenir social.vulgarisation de la loi 2002-07 du 24 août2004 portant code des personnes et de 246. C’est pourquoi, le Gouver-la famille ; nement entend poursuivre les actions ci- après : (vi) la mise en œuvre du Pland’Action National sur la Famille (PANF); (i) la promotion de l’éducation et de la formation de la fille et de la (vii) le renforcement des capaci- femme, surtout dans le sens du maintientés des institutions de promotion de la fa- des filles dans les systèmes d’éducation ;mille et des ménages d’accueil desorphelins et enfants vulnérables ; (ii) l’amélioration et le respect du statut juridique de la femme ; (viii) l’appui aux orphelinats etstructures d’accueil pour enfants en si- (iii) la valorisation et la prise entuation difficile ; compte du travail de la femme ; (v) la valorisation des cultures et traditions fa- (ix) l’éducation de la jeunesse à vorables à l’épanouissement de lala vie familiale et femme ; et (x) la recherche sur les questions (vi) la poursuite de la lutte contrede famille pour approfondir les détermi- les violences faites aux femmes.nants de l’instabilité familiale. 247. Le développement et la 245. La promotion de la protection de l’enfant. Face à la situa-femme. Les femmes représentent 51,5% tion difficile des enfants, le Gouverne-(RGPH 3) de la population béninoise. Au ment, avec l’appui des PTF, a entreprisregard de cette importance démogra- 103Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain des actions visant le bien-être des en- tique et de stratégies nationales de pro- fants. En dépit des efforts déployés, la si- tection de l’enfant ; tuation des enfants reste préoccupante. Le Bénin est devenu une véritable (ii) la généralisation de points fo- plaque tournante du trafic d’enfants en caux « protection de l’enfance » dans les Afrique de l’Ouest. Les taux de mortalité ministères en charge des services so- et la morbidité des enfants de moins de ciaux essentiels ; 5 ans demeurent élevés ; la malnutrition et lanémie continuent de sévir ; la viola- (iii) la mise en œuvre de la poli- tion des droits des enfants et des adoles- tique et stratégies nationales de déve- cents est quotidienne et l’accès aux loppement intégré de l’enfant ; services sociaux de base reste limité. (iv) la mise en œuvre du plan 248. Conscient que le dévelop- d’action national de lutte contre la traite pement du Bénin est tributaire de la qua- des enfants à des fins d’exploitation de lité des enfants d’aujourd’hui, le leur travail ; Gouvernement a retenu de « garantir à l’enfant et à l’adolescent le respect de (v) la création d’un fonds de pro- leurs droits et l’accès équitable aux ser- tection de l’enfant et de l’adolescent et vices sociaux essentiels ». Les actions prioritaires porteront sur : (vi) la mise en œuvre du méca- nisme d’adoption des enfants. (i) la mise en œuvre de la poli-104 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humainEncadré 3 : Les objectifs et les orientations stratégiques de la politique et stratégies de protection de lenfance au Bénin L’objectif global est la mise en œuvre d’une politique cohérente et globale sur la protection de l’enfance vulnérable, basée essentiellement sur la coordination entre les trois composantes étroitement liées que sont : (i) la prévention de la vulnérabilité ; (ii) la réhabilitation/réintégration et le suivi des enfants vulnérables et (iii) la promotion des droits de l’enfant. Pour atteindre cet objectif, sept orientations stratégiques ont été définies, à savoir : (i) l’amélioration de la connaissance de la situation de l’enfance vulnérable et de la qualité de la protection ; (ii) le renforcement des capacités des institutions étatiques et privées intervenant dans le domaine de la protection de l’enfance ; (iii) l’adoption et l’application effective des lois de protection de l’enfance ; (iv) l’amélioration et la généralisation des services de prévention, de réha- bilitation et de réinsertion des enfants ; (v) la sensibilisation, la mobilisation et le renforcement des compétences des familles et communautés ; (vi) le renforcement de l’accès à l’information et à la participation des en- fants et (vii) le renforcement de la coopération et des partenariats. Ces orientations stratégiques ont été déclinées en un plan d’actions quinquennal, dans un document intitulé : « Plan d’actions de protection de l’enfance »Source : Plan d’actions de Protection de l’enfance 105Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain 249. La promotion et l’intégra- 251. Le renforcement et l’exten- tion des personnes handicapées. Les sion des systèmes de sécurité sociale. personnes handicapées en général et Au Bénin, seuls les travailleurs salariés des plus particulièrement les femmes handi- secteurs public et privé formel bénéfi- capées sont victimes de la marginalisa- cient de prestations des institutions de tion. La discrimination, l’exclusion et les sécurité sociales existantes, à savoir : la préjugés sociaux sont les maux qui ca- Caisse Nationale de Sécurité Sociale ractérisent leur situation. Pour améliorer (CNSS) et le Fonds National des Retraites cette situation, le Gouvernement mettra du Bénin (FNRB). Les travailleurs du sec- en œuvre les actions prioritaires ci-après : teur informel, qui occupe 95% de la po- pulation active, sont exclus des services (i) la prise en charge multisecto- de ces institutions. A cet égard, le Gou- rielle de la personne handicapée et vernement mettra l’accent sur : i) le ren- (ii) l’éveil des consciences dans forcement des institutions de sécurité un esprit d’équité, d’égalité, de solida- sociale et ii) la consolidation des mu- rité, de justice sociale et de restauration tuelles sociales et leur articulation avec de la dignité longtemps confisquée à les institutions statutaires. ces personnes. 252. Le renforcement des insti- 250. Le soutien aux personnes tutions de sécurité sociale. Au niveau de âgées. Pour une meilleure prise en la CNSS, les actions viseront l’améliora- charge des personnes âgées, le Gouver- tion des prestations de l’institution et l’in- nement a adopté le Plan national de citation des employeurs à y affilier leurs vieillissement actif dont l’objectif est employés. Quant au FNRB, le Gouverne- d’améliorer la qualité de vie des per- ment engagera des réformes visant à sonnes âgées. Au cours des cinq pro- changer sa situation qui est actuelle- chaines années, le Gouvernement a ment caractérisée par un important dé- retenu de rendre effective la mise en ficit. œuvre de ce plan. L’accent sera mis, entre autres, sur : 253. La consolidation des mu- tuelles sociales. Plusieurs mutuelles so- (i) la promotion de la santé et du ciales à base communautaire se sont bien-être des personnes âgées ; et développées depuis les années 1990, pour prendre en charge les risques so- (ii) la lutte contre l’exclusion so- ciaux, notamment ciale des personnes âgées.106 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humainla santé des populations du secteur in- tion des jeunes au processus de déve-formel et agricole. Aussi, l’Etat a-t-il initié loppement ;au début des années 2000, la Mutuellede Sécurité Sociale (MSS) qui est au- (ii) la promotion de la vie associa-jourd’hui une institution d’envergure na- tive des jeunes ;tionale, offrant des prestations dans ledomaine, de la santé et de la vieillesse (iii) la préparation à la qualifica-aux travailleurs du secteur informel. Les tion et à l’emploi ;actions à entreprendre, par le Gouver-nement, dans le cadre de la consolidation (iv) le renforcement de la santé etdes mutuelles sociales, porteront sur : de l’intégration sociale ; i) la mise en application de la ré- (v) la promotion des activitésglementation de l’UEMOA en matière socio-éducatives et des loisirs sains ;de mutuelles sociales ; (vi) l’accès aux ressources écono- ii) l’appui au développement des miques et aux moyens de production aumutuelles sociales et profit des jeunes ; iii) la dynamisation de la branche (vii) la promotion de l’éducationvieillesse de la MSS par son articulation extrascolaire et des compétences à laavec la CNSS, afin de donner la possibi- vie courante des jeunes ;lité aux travailleurs du secteur informelde bénéficier de pensions. (viii) la promotion de l’accès à l’information et à la documentation des 6.8- IROMOTION DE L’EPANOUISSE- jeunes. Par ailleurs, reconnaissant l’im- MENT DES JEUNES ET LES LOISIRS portance des loisirs dans le processus de renforcement du capital humain, en rai- 254. La volonté politique de fa- son de leur impact sur le bien-être desvoriser l’épanouissement des jeunes s’est populations, le Gouvernement mettratraduite notamment par un intérêt gran- en place des infrastructures sportives dedissant envers cette frange importante proximité dans les communes et veillerade la population. Les mesures à l’endroit à promouvoir l’accès des femmes auxdes jeunes portent notamment sur : disciplines sportives. Dans le domaine du football en particulier, le Gouvernement (i) la mobilisation et la participa- 107Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 6 : Renforcement du capital humain développera, avec d’autres pays, la for- sable pour le renforcement du capital mation de jeunes béninois dans les humain. Pour cela, il sera élaboré et mis écoles et les centres de formation de en œuvre un plan de communication ces pays. dans chacun des domaines du capital humain afin de lever tous les obstacles 255. Enfin, la promotion de la socioculturels qui réduisent l’impact des communication pour un changement actions entreprises. de comportement (CCC) est indispen-108 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance C H A P IT R E 7 RENFORCEMENT DE LA QUALITE DE LA GOUVERNANCE 256. La bonne gouvernance au Bénin. Au niveau régional et dans leest indispensable, à tous les niveaux et cadre du Nouveau Partenariat pour ledans tous les secteurs, pour bâtir un en- Développement de l’Afrique NEPAD), levironnement favorable aux affaires et à Bénin s’est inscrit dans le Mécanisme Afri-la croissance économique. C’est pour- cain d’Evaluation par les Pairs (MAEP). Aquoi, le Gouvernement fait du renforce- ce titre, une évaluation par les pairs ament de la qualité de la gouvernance été effectuée en 2007 et un plan d’ac-un axe opérationnel devant conduire tions a été préparé pour remédier auxl’action publique au cours du quinquen- dysfonctionnements et insuffisancesnat 2011-2015. constatés en matière de gouvernance au Bénin. Le Gouvernement entend 257. Plusieurs mécanismes sont donc mettre en œuvre ledit plan d’ac-mis en place pour veiller à la pratique et tions dans six domaines d’interventionà la culture de la bonne gouvernance prioritaires : 109Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance (i) le renforcement de la qualité gestion des finances publiques. de la gestion des finances publiques ; 259. A cet égard, l’ambition du ii) le renforcement de la gouver- Gouvernement est de disposer d’un nance administrative ; système de gestion transparent et fiable, (iii) le renforcement de la gouver- de sorte à renforcer sa crédibilité vis-à- nance politique ; vis des PTF afin que le système de gestion des finances publiques soit utilisé, confor- (iv) la promotion de la sécurité et de la paix et mément à la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Dans ce cadre, le (v) la promotion des droits hu- Gouvernement et les PTF ont appliqué la mains et le renforcement des capacités méthodologie PEFA17 pour conduire une juridiques des pauvres ; évaluation de la performance de la ges- (vi) l’amélioration de la gouver- tion des finances publiques en septem- nance de l’information statistique ; bre 2007. Ce rapport dresse un état des lieux du système de gestion des finances (vii) le renforcement de la gou- publiques (GFP), sur la base d’indica- vernance environnementale ; teurs de performance qui couvrent les différentes dimensions de la gestion des 7.1. RENFORCEMENT DE LA QUALITE finances publiques (Encadré n° 4). L’ob- DE LA GESTION DES FINANCES jectif de cette évaluation est de permet- PUBLIQUES tre aux autorités et aux PTF de disposer 258. Depuis le début des an- de valeurs de référence à partir des- nées 2000, le Bénin a poursuivi de nom- quelles seront mesurés les progrès futurs breuses réformes visant à améliorer la en matière d’amélioration de la gestion gestion des finances publiques. Les Par- des finances publiques. tenaires Techniques et Financiers (PTF), qui ont accompagné le Gouvernement 260. A la suite de cette évalua- dans la mise en œuvre de ces réformes, tion et tenant compte des diagnostics ont fait la promotion d’une variété d’ins- précédents, le Gouvernement a élaboré truments de diagnostic des systèmes de un plan d’actions pour l’amélioration du 17 En anglais, Public Expenditure and Financial Accountability110 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernancesystème de la gestion des finances pu- (ii) la préparation du budget,bliques, qui constitue, le cadre de réfé- (iii) l’exécution budgétaire etrence pour les réformes des financespubliques. Les actions prioritaires du (iv) le contrôle budgétaire et laGouvernement sont principalement reddition des comptes ;concentrées sur le cycle budgétaire no-tamment : (v) la promotion de la transpa- rence d’une culture de transparence (i) la formulation du Budget, dans la gestion des affaires publiques. Encadré 4 : Synthèse du rapport 2007 du « Public Expenditure and Financial Accountability (PEFA) » au Benin L’évaluation PEFA-2007 est centrée sur les pratiques en matière de gestion des finances pu- bliques de l’année 2007 et l’analyse des données a porté sur les trois exercices précédents (2004 à 2006). Elle se traduit par une notation de 28 indicateurs et de 3 indicateurs qui portent plus directement sur les pratiques des bailleurs de fonds selon la méthodologie et les barèmes décrits dans le manuel diffusé par le secrétariat du PEFA en juin 2005. Le rapport présente un diagnostic du système de gestion des finances publiques selon qua- tre dimensions : (i) la crédibilité du budget. : il conclut à une crédibilité du budget, mais qui pourrait être ren- forcée par une limitation des dotations non réparties et par un meilleur suivi des instances de paiement ; (ii) la couverture et la transparence du budget : le rapport souligne un accès difficile à l’infor- mation budgétaire et une documentation sur le budget encore très synthétique pour une bonne diffusion ; (iii) le cycle budgétaire : le retard dans la lettre de cadrage budgétaire, le manque de sys- tèmes d’actualisation des prévisions en cours d’exécution du budget, les insuffisances liées aux systèmes informatiques et le manque de temps pour la surveillance et la vérification ex- terne de l’Assemblée Nationale, ont été relevés comme dysfonctionnements dans le rapport sur ce point ; et (iv) les pratiques des bailleurs de fonds : ces derniers auraient fait de grands efforts pour amélio- rer leurs interventions, en cohérence avec la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, bien que des insuffisances en rapport aux enregistrements comptables et paiements et au suivi restent à corriger.Source : Plan d’action pour l’amélioration de la Gestion des Finances Publiques au Bénin (2009-2013);mars 2009 111Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance 261. La formulation du Budget : lectivités territoriales ; la vision du Gouvernement pour la for- (ii) la synthèse des budgets en re- mulation du Budget est de « faire de la cettes et dépenses des offices et établis- Gestion Budgétaire Axée sur les Résultats sements en annexe au Budget Général (GBAR) un mode intégré et concerté de de l’Etat, management qui assure la performance des services et met résolument les fi- (iii) la stabilisation du calendrier nances publiques au service du déve- des travaux budgétaires et la responsa- loppement et du bien-être des bilisation des ministères sectoriels, citoyens.». L’objectif est d’établir une présentation claire et transparente des (iv) la présentation au Parlement documents budgétaires reflétant les po- en début du mois de juillet de chaque litiques publiques. Pour cela, le Gouver- année, des grandes orientations budgé- nement entend : taires des trois années à venir en vue de l’internalisation de la directive de l’UE- (i) adopter la Loi Organique rela- MOA relative aux lois de finances. tive aux Lois de Finances (LOLF), confor- mément aux directives de l’UEMOA et 263. L’exécution budgétaire. (ii) adapter les logiciels de gestion L’objectif est de réduire les écarts entre des finances publiques à la nouvelle les dotations budgétaires et crédits de nomenclature (SIGFIP, ASTER, interface paiement et d’améliorer le suivi de l’exé- SIGFIP-ASTER, SIPIBE, SUNKWAE). cution du budget de l’Etat. Les pre- mières actions prévues dans le Plan 262. La préparation du budget : d’actions visent l’amélioration du taux le Gouvernement veut s’assurer que le d’exécution des dépenses, à travers : processus budgétaire est basé sur la mise en œuvre des axes stratégiques de (i) le renforcement des capacités la SCRP afin de permettre la mise à dis- des acteurs de la chaîne « Planification, position exacte et à temps de la trésore- Programmation, Budgétisation et Suivi- rie nécessaire. Les actions prioritaires évaluation » ; programmées sont relatives à : (ii) la mise à jour des outils de pas- (i) l’amélioration de la circulation sation des marchés publics, conformé- de l’information budgétaire entre l’ad- ment au nouveau code de passation ministration centrale et les communes, des marchés publics ; par la consolidation des données bud- gétaires, notamment au niveau des col-112 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance iii) la modernisation de la gestion et la diffusion des manuels de procéduresdes procédures de passation des mar- des services publics ;chés publics. (ii) le renforcement des dispositifs de contrôle et de sanction ; 264. La reddition des comptes :L’objectif est de réduire le long délai ob- (iii) la promotion des valeurs car-servé actuellement pour présenter les dinales que sont, entre autres, l’éthique,lois de règlement au vote du Parlement ; l’intégrité, le patriotisme, le sens de l’in-cette lenteur rejaillit sur l’obligation que térêt général, le sens des responsabilités.constitue la reddition des comptes. LeGouvernement prendra donc toutes les 7.2.-RENFORCEMENT DE LA GOUVER-dispositions pour que les lois de règle- NANCE ADMINISTRATIVEment soient votées dans les délais régle-mentaires 266. L’approfondissement des mesures visant la construction d’une ad- 265. La promotion d’une culture ministration de développement, capa-de transparence dans la gestion des af- ble d’impulser le dynamisme du secteurfaires. Le peuple béninois aspire à la privé et de réduire la corruption, est un élément essentiel de la politique duconsolidation et à l’enracinement de la Gouvernement. Cependant, les ré-démocratie dans un climat de paix et formes opérées au niveau de l’Adminis-d’unité nationale. Mais certaines pra- tration pour lui faire jouer un rôletiques peu vertueuses, telles que la cor- important dans le développement éco-ruption, l’opacité dans la passation des nomique, social et culturel ne sont pasmarchés, le vol, le rançonnement, les encore pleinement opérationnelles.malversations, la mauvaise gestion, l’im- C’est pourquoi, le Gouvernement en-punité, contribuent à la détérioration de tend œuvrer, au cours de la périodel’image du pays et à la perte de crédibi- 2011-2015 à :lité. Mieux, elles hypothèquent l’expan-sion des investissements privés, le i) l’accélération des réformes ad-développement économique et le re- ministratives etcouvrement des recettes fiscales. Pour yremédier, les actions ci-après sont envi- ii) la poursuite des réformes juri-sagées : diques et judiciaires. (i) l’élaboration, la simplification 113Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance 267. Dans le cadre de l’accélé- lide avec les organisations de la société ration des réformes administratives le civile en vue du développement de la Gouvernement veillera à : transparence et de l’imputabilité dans la gestion des affaires publiques. En outre, (i) améliorer la performance de le Gouvernement procédera à la revue l’administration et de la politique de rémunération des (ii) promouvoir la culture d’admi- agents de l’Etat, dans un sens favorable nistration républicaine. à la mise en place d’une administration de développement au service de l’inté- 268. En matière d’amélioration rêt général et du secteur privé. de la performance de l’administration, trois actions prioritaires seront mises en 270. Dans le cadre de la pour- œuvre : suite des réformes juridiques et judi- ciaires, le Gouvernement poursuivra ses (i) rationaliser les structures et l’or- efforts afin de : ganisation administrative, faisant ainsi suite à la clarification des missions de (i) rapprocher le justiciable des tri- l’Etat, dans l’esprit du principe de subsi- bunaux et diarité ; (ii) moderniser le cadre législatif (ii) promouvoir les principes de la par l’élaboration de nouveaux codes gestion axée sur les résultats dans l’Ad- (vote des projets de code pénal et code ministration publique et de procédure pénale, le suivi de la pro- mulgation du code de procédure civile (iii) poursuivre la réforme de la administrative, sociale et commerciale). Fonction publique et l’amélioration de la gestion des ressources humaines. 7.3.- RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE POLITIQUE 269. Au titre de la promotion de la culture d’administration républicaine, 271. La démocratie béninoise a le Gouvernement s’est fixé deux actions enregistré des avancées notables de- puis la Conférence des Forces Vives de (i) poursuivre les réformes structu- la Nation de février 1990, mais des efforts relles sectorielles afin que la déconcen- restent à faire pour maintenir vivace le tration et la décentralisation deviennent consensus auquel le peuple était par- des réalités et venu. C’est pourquoi, le Gouvernement (ii) développer un partenariat so-114 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernancedynamisera les actions dans les do- ration et du raffermissement de l’autoritémaines : (i) du renforcement de la dé- de l’Etat, le Gouvernement entendmocratie et de l’Etat de droit et (ii) de la mener les actions prioritaires suivantes :promotion d’une diplomatie de déve- (i) poursuivre la sensibilisation or-loppement. ganisée par le Ministère en charge de la Réforme Administrative et Institutionnelle 272. Le renforcement de la dé- sur le civisme, la discipline ainsi que surmocratie et de l’Etat de droit. Sur la pé- les valeurs éthiques et citoyennes etriode 2011-2015, en matière derenforcement de la démocratie et de (ii) continuer à faire contribuer, àl’Etat de droit, il est envisagé : la restauration et du raffermissement de l’autorité de l’Etat, les personnalités mo- (i) d’assurer le fonctionnement ré- rales, laïques et religieuses.gulier des institutions constitutionnelles ; (ii) de poursuivre et d’intensifier la 275. En matière de dialogue so-restauration et le raffermissement de cial, l’Etat poursuivra ses efforts en vuel’autorité de l’Etat ; de : (iii) de promouvoir et de mainte- (i) créer, organiser et animer unnir vivace le dialogue social et cadre approprié pour renforcer la gou- vernance concertée entre les partis et (iv) de rechercher et de cultiver mouvements politiques, d’une part, et,l’éthique dans l’animation de la vie poli- d’autre part, entre le Gouvernement ettique. les syndicats afin d’assurer la négocia- tion et la conclusion d’un accord poli- 273. En matière de fonctionne- tique entre tous les partis politiques pourment régulier des Institutions constitution- un déroulement apaisé des échéancesnelles, le Gouvernement a décidé de électorales. Afin de renforcer et de cré-créer et d’animer un cadre de concer- dibiliser ce processus, le Gouvernementtation et de dialogue politique avec les a opté pour la mise en place de la ListeInstitutions de la République. Electorale Permanente Informatisée (LEPI). 274. En ce qui concerne lapoursuite et l’intensification de la restau- 115Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance 7.4.- PROMOTION DE LA SECURITE ET la quiétude, en assurant la libre circula- DE LA PAIX tion des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national, en 276. La sécurité et la paix sont construisant de nouvelles infrastructures fondamentales pour préserver les et en dotant les préfectures et les com- moyens d’existence des populations, munes en émetteurs récepteurs VHF nu- faire reculer la pauvreté et assurer la réa- mériques ; lisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Malgré les efforts en- (ii) assurer la sécurité des per- gagés, la sécurité et de la paix demeu- sonnes et la protection de leurs biens et rent des préoccupations majeures, au regard de la situation géopolitique très (iii) renforcer la souveraineté na- contrastée. En effet, le Bénin appartient tionale dans les zones frontalières afin de à un monde en perpétuelle mutation où sécuriser le territoire national et de créer la globalisation s’accentue, avec de de meilleures conditions d’existence aux nombreux désagréments, au nombre populations desdites zones. desquels : (i) le crime transfrontalier organisé ; 278. En outre, les actions seront menées pour une collaboration entre les (ii) le terrorisme international ; forces de défense, de sécurité et les po- (iii) la cybercriminalité ; pulations. Ces actions porteront sur la contribution : (iv) l’abus et le trafic illicite des drogues et i) du génie militaire aux travaux d’infrastructures ; (v) la prolifération des armes légères. ii) du service de santé des armées et de la police à la couverture sanitaire 277. Face à ces défis, le Gou- du pays, à la prévention des épidémies vernement entend : et à l’hygiène publique ; (i) garantir à toute la population iii) du corps des sapeurs pompiers et aux institutions, une sécurité perma- à la lutte contre les catastrophes de tout nente pour l’exercice de leurs activités genre et aux secours des accidentés de et des missions de développement dans la route.116 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernancePar ailleurs, le Gouvernement poursuivra dance, et des capacités des organes dusa participation aux opérations afri- CNS. Par ailleurs, au cours de la périodecaines et internationales de maintien de 2011-2015, des opérations statistiquesla paix, par l’envoi de contingents des d’envergure seront conduites, notam-forces armées ou de groupes d’observa- ment l’Enquête démographique et deteurs civils et militaires dans les pays où la santé (EDS) et l’Enquête modulaire inté-paix et la sécurité sont gravement me- grée sur les conditions de vie des mé-nacées. nages (EMICOV) en 2011 ainsi que le quatrième recensement général de la population et de l’habitation (RGPH 4) 7.5 AMELIORATION DE LA GOUVER- en 2012.NANCE DE LINFORMATION STATISTIQUE 7.6.- PROMOTION DES DROITS 279. La disponibilité de l’infor- HUMAINS ET RENFORCEMENT DESmation statistique est indispensable CAPACITES JURIDIQUES DES PAUVRESd’une part pour la gouvernance du pro-cessus de développement et d’autre 281. Le Gouvernement, à l’is-part pour le suivi et la mise en œuvre de sue d’un long processus qui a débuté enla SCRP. C’est pourquoi, le Gouverne- 1996 avec la tenue des états générauxment a adopté en octobre 2008 la Stra- de la Justice, a procédé à un diagnos-tégie Nationale de développement de tic rigoureux du secteur. Un objectif a étéla Statistique afin de répondre efficace- défini : consolider l’Etat de droit, en ins-ment aux besoins en données statis- taurant « une justice de qualité, efficace,tiques des stratégies et programmes de crédible et accessible, contribuant à ladéveloppement. Dans cette perspec- paix sociale et au développement dutive, il entend diversifier linformation sta- Bénin ».tistique et en améliorer la qualité. 282. En matière de droits hu- 280. Le Gouvernement veillera mains, quelques acquis sont à relever :à la gouvernance du système statistiqueà travers : (i) la garantie, par la Constitution du 11 décembre 1990, des droits fonda- i) le contrôle et la crédibilité des mentaux de la personne humaine et desstatistiques par le Conseil National de la libertés publiques, dans l’esprit de laStatistique (CNS); Charte Africaine des Droits de l’Homme ii) le renforcement de l’indépen- et des Peuples du 18 juin 1981, 117Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernance (ii) l’organisation de plusieurs favorisent pas la mise en œuvre des séances de formation et de sensibilisa- droits reconnus aux femmes par les ins- tion à l’endroit des populations, truments juridiques internationaux et le Code des Personnes et de la Famille ; (iii) la mise en place des relais lo- caux et des clubs scolaires dans cer- (iii) l’insuffisance de la vulgarisa- taines localités, tion des instruments juridiques internatio- naux et nationaux des droits de l’homme (iv) l’appui et le renforcement des et capacités des organisations de la so- ciété civile intervenant dans la promo- (iv) la faible opérationnalité de tion des droits humains, l’assistance juridique et judiciaire. (v) l’organisation des visites pério- 285. Face à ces nouveaux diques dans les centres de détention et défis, le Gouvernement entend intensi- autres structures d’accueil, fier ses efforts au cours de la période (vi) la prise en charge des mineurs 2011-2015 avec cinq actions prioritaires : en conflit avec la Loi. (i) l’amélioration des conditions de détention à travers la construction de 283. Malgré ces efforts, cer- nouvelles prisons ; taines tendances lourdes et négatives persistent notamment : (ii) le suivi de la législation relative aux droits de l’enfant et sa vulgarisation (i) les mauvaises conditions de à travers la prise des décrets d’applica- détention dans les prisons civiles (surpo- tion de la loi relative à la traite des en- pulation carcérale, ration alimentaire fants, la deuxième partie du Code de quotidienne unique, conditions d’hy- l’enfant, giène) et (iii) le suivi du vote de la loi sur l’as- (ii) les longues durées des déten- sistance juridique, sa vulgarisation et sa tions préventives et les violations des mise en œuvre, (iv) la prise en charge droits des enfants (traite des enfants et adéquate des mineurs en conflit avec la justice des mineurs). Loi et 284. La promotion et la protec- (v) la vulgarisation des droits tion des droits humains se heurtent aux humains. obstacles de tous genres dont : 286. Le renforcement des ca- (i) l’impossibilité pour l’Etat, au pacités juridiques des pauvres : le Gou- plan financier, de garantir la jouissance vernement est conscient de ce que la effective des droits à tous les citoyens ; pauvreté est aussi la conséquence de la (ii) l’analphabétisme généralisé faible capacité juridique de la popula- et les pesanteurs socioculturelles qui ne tion. Le défaut de culture juridique est118 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 7 : Renforcement de la qualité de la gouvernancesource d’obscurantisme et d’appauvris- 7.7.- RENFORCEMENT DE LA GOU-sement. L’objectif est d’inclure le droit VERNANCE ENVIRONNEMENTALEdans la culture du citoyen, de parvenir à 288. La gouvernance environ-une incorporation du droit positif et des nementale interpelle les décideurs etmécanismes de sa mise en oeuvre. tous les citoyens sur la nécessité de pren- dre en compte, pour les générations ac- 287. Pour ce faire, le Gouverne- tuelles et futures, la qualité dement entend mettre en œuvre les re- l’environnement et le respect des sys-commandations sur le renforcement des tèmes naturels dans les modes de pro-capacités juridiques des pauvres propo- duction, les modes de consommation etsées par le « Legal Empowerment of the les systèmes de rejet et d’élimination desPoor (LEP) », notamment : déchets de toutes origines. Le Gouver- (i) la mise en application intégrale nement reste préoccupé, malgré les ef-de la loi portant organisation judiciaire forts accomplis, ces dernières années, àen République du Bénin, en vue du rap- léguer à la génération future un environ-prochement géographique de la justice nement sain en préservant la diversitédu justiciable ; écologique, base du système productif (ii) l’augmentation des effectifs national et développant les stratégiesdes auxiliaires de justice et l’amélioration d’adaptation et d’atténuation aux effetsde leur répartition sur tout le territoire na- néfastes des changements climatiques.tional ; (iii) la mise en œuvre des actions 289. Dans ce cadre, le Gouver-de vulgarisation et de communication, nement a retenu de renforcer le systèmed’explication du langage judiciaire et de contrôle des transactions relativesd’allègement des procédures, surtout aux produits présentant des menacescelle relative à l’assistance judiciaire afin pour la santé humaine et la qualité dede mettre le droit à la portée de tous les l’environnement. A ce titre, le Gouverne-justiciables ; ment compte : (i) dynamiser la mise en œuvre de la Charte sur la gouvernance (iv) la création d’un fonds natio- environnementale et mettre en place unnal spécifique de facilitation de l’accès mécanisme de suivi de ladite charte ; (ii)à la justice pour les pauvres et conforter les moyens d’intervention ra- pide de tous les corps de police liés à la (v) la promotion de la norme de sauvegarde de l’environnement et dy-déontologie et d’éthique au niveau de namiser le dispositif national de gestionl’Inspection Générale des Services de la de la transhumance transfrontalière et leJustice, des Parquets généraux, Cours renforcement des postes d’entrée dud’appel et autres hiérarchies judiciaires bétail et ( iii) mettre en place au niveauet parajudiciaires. de chaque ministère sectoriel et préfec- ture, une cellule environnementale. 119Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • 120 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national C H A P IT R E 8 DEVELOPPEMENT EQUILIBRE ET DURABLE DE L’ESPACE NATIONAL 290. L’option de faire du Bénin et de Déconcentration (PONADEC) avecun pays émergent, appelle un dévelop- trois principaux objectifs (voir encadré n° 5),pement harmonieux de l’ensemble du la poursuite de l’opérationnalisation deterritoire national. Ce développement la Déclaration de Politique Nationalepasse par la valorisation des ressources d’Aménagement du Territoire (DEPO-et potentialités locales, base de la créa- NAT) adoptée en 2002, la poursuite destion d’emplois et de richesse, et la ré- actions de lutte contre la dégradationduction des disparités spatiales en de l’environnement, le processus dematière d’infrastructures et d’équipe- mise en place d’un régime foncier inté-ments. Pour y parvenir, le Gouvernement gré et durable et la prise de consciencea engagé des réformes et des actions face aux catastrophes et risques natu-dans plusieurs domaines, tels que la dé- rels, sont autant d’éléments qui sontcentralisation-déconcentration, l’amé- venus poser les bases d’un développe-nagement du territoire, le foncier et ment équilibré et durable de l’espacel’environnement. L’adoption en 2009 de durant la période 2007-2009.la Politique Nationale de Décentralisation 121Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national Encadré 5 : Objectifs visés par le Gouvernement à travers la PONADEC La PONADEC est une politique destinée à faciliter l’atteinte des objectifs de développement fixés par le Gouvernement en faisant du territoire un levier de développement. L’objectif géné- ral de la PONADEC est de « Créer les conditions institutionnelles et organisationnelles d’un dé- veloppement territorial durable et équilibré reposant sur une gouvernance locale concertée et sur la valorisation des potentialités des collectivités territoriales afin de dynamiser le développe- ment à la base ». Trois objectifs spécifiques en découlent : - mettre en œuvre une politique d’aménagement du territoire harmonieuse et équilibrée, intégrant l’ensemble du territoire national pour atteindre un développement durable et équitable ; - assurer la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance territoriale par une ad- ministration modernisée et efficace ; - réduire le niveau de pauvreté par l’amélioration de l’accès aux services de base et la valorisation des potentialités économiques des communes. Source : PONADEC, 2009 291. Malgré ces avancées notables, beaucoup reste à faire pour iii) la poursuite de la réforme fon- inverser les tendances d’une population cière ; inégalement répartie sur le territoire na- (iv) la promotion des espaces tional, d’une pauvreté qui frappe plus les frontaliers ; espaces ruraux que les espaces urbains, d’un accès inégal des populations aux (v) la gestion de l’environnement infrastructures et équipements de base, et des ressources naturelles et l’amélio- et d’une économie régionale et locale ration du cadre de vie et peu dynamique. Eu égard à ce contexte, le Gouvernement entend, du- (vi) la gestion des catastrophes et rant la période 2011-2015, poursuivre les des risques naturels. efforts déployés, à travers six domaines d’intervention prioritaires que sont : 8.1. RENFORCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION ET DE (i) le renforcement du processus DECONCENTRATION. de décentralisation et déconcentration ; ii) la consolidation de l’aménage- 292. Le renforcement du processus ment du territoire pour une économie ré- de décentralisation et de déconcentra- gionale et locale dynamique ; tion est au coeur des objectifs et des122 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace nationalengagements pris par le Gouvernement nique des communes à travers des dis-en adoptant la PONADEC. En effet, la positifs strategiques ;période allant de, 2002 à 2007, corres-pond à l’installation des collectivités lo- (v) l’élaboration de plan de dé-cales, à la mise en place du dispositif centralisation-déconcentration (planinstitutionnel afférent et la réalisation 2D) dans les ministères ;d’actions liées à l’appui au démarrage (vi) le renforcement du rôle dedes nouvelles communes. L’année 2008 coordination et des moyens d’intervention(année de renouvellement des élus lo- des préfectures, etcaux) a marqué un saut qualitatif dansle processus de décentralisation, et per- (vii) la réorganisation des Servicesmettra aux communes de disposer des Déconcentrés de l’Etat au niveau descapacités suffisantes pour assumer les départements.fonctions qui leur sont dévolues. De soncôté, l’Etat est appelé à accompagner 294. Le renforcement du niveaules initiatives locales en adaptant des ressources financières des com-l’approche d’intervention des ministères munes. Le niveau des transferts aux col-sectoriels au contexte de la décentrali- lectivités territoriales dans le total dessation. dépenses du Budget Général de l’Etat, bien que progressant, est encore relati- 293. Les principales actions du vement faible (respectivement 1,5% enGouvernement pour renforcer le proces- 2007 et 1,9% en 2008)18. Pour assurer lesus de décentralisation-déconcentration développement des communes, lesont : Gouvernement s’engage à : (i) le renforcement du niveau des (i) opérer une réallocation desressources financières des communes ; ressources publiques en fonction du par- tage des compétences, et en lien avec (ii) le renforcement des ressources les besoins de financement des com-humaines des communes ; munes ; (iii) le renforcement de la gouver- (ii) travailler avec les communesnance locale ; sur la mobilisation des ressources locales et (iv) l’accompagnement tech-18 Source : Rapport d’avancement 2009 de la SCRP 123Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national mettre en adéquation la fiscalité locale qualitatifs des communes, base pour la avec les gisements de ressources exis- structuration du corps des fonctionnaires tants et des collectivités territoriales (fonction pu- blique territoriale) ; (iii) mettre en place un dispositif de péréquation des ressources et d’ac- (ii) un recrutement ciblé cès à l’emprunt pour les collectivités lo- d’hommes et de femmes ainsi que la cales définition des besoins de formation, et 295. Ainsi, les ministères en charge (iii) la création à moyen terme de la décentralisation et des finances d’une fonction publique territoriale. veilleront à ce que les transferts de res- sources soient effectifs et correspondent 297. Le renforcement de la gou- aux besoins. La Commission Nationale vernance locale. Pour améliorer la des Finances Locales (CONAFIL) est l’ins- gouvernance au niveau local, le Gou- trument privilégié pour ce suivi, le Fond vernement appuiera les communes à : d’Appui au Développement des Com- munes (FADEC), l’outil pour opérer les (i) renforcer la mobilisation démo- transferts. cratique autour des objectifs de déve- loppement du territoire communal, en 296. Le renforcement des ressources reconnaissant, en premier lieu, le rôle pri- humaines des communes. Les com- mordial des différents acteurs sociopro- munes éprouvent un déficit important fessionnels du territoire pour concourir au en ressources humaines qualifiées. Au développement à la base ; démarrage du processus de décentrali- (ii) rechercher une bonne articu- sation, les cadres supérieurs représen- lation avec les autorités traditionnelles ; taient environ 6% de l’effectif du personnel en service dans les com- (iii) améliorer le fonctionnement munes. La situation n’a guère évolué des instances communales, notamment même si quelques efforts ont été fournis, celles du conseil communal et des com- par les communes elles-mêmes. L’amé- missions permanentes, commissions qui lioration des ressources humaines pour le peuvent être ouvertes aux acteurs développement des communes passe concernés du territoire pour améliorer par : leur implication et (i) la définition d’un référentiel des (iv) assurer l’implication des femmes métiers et des besoins quantitatifs et dans la gestion des affaires locales.124 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national 298. L’accompagnement tech- 300. Le renforcement du rôle denique des communes à travers des dis- coordination et des moyens d’interven-positifs opérationnels. Le Gouvernement tion des préfectures. Au niveau des pré-s’engage à promouvoir un dispositif ou- fectures, le Gouvernement engageravert d’accompagnement des collectivi- des actions devant viser :tés locales qui permette la mobilisation (i) une réorganisation de leurs ser-des différents acteurs en accompagne- vices ainsi qu’un renforcement qualitatifment des communes. La ligne directrice de leurs ressources humaines etde l’accompagnement est orientée versun renforcement institutionnel des com- (ii) la définition des modalités etmunes et des intercommunalités. Dans procédures de travail entre la préfecturece même registre, le Gouvernement en- et les autres Services Déconcentrés decouragera davantage la coopération l’Etat (SDE). Par ailleurs, le Préfet seradécentralisée qui offre des opportunités conforté dans son rôle d’animateur dud’échanges avec d’autres élus et per- développement territorial, en s’ap-sonnel de collectivités locales, surtout en puyant sur les cadres de concertationtermes de savoir-faire. que sont le Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) 299. L’élaboration de plan 2D et la Conférence Administrative Dépar-dans les ministères. Pour concrétiser la tementale (CAD), et les outils tels que leRéforme de l’Administration Territoriale, Plan Départemental de Développementle Gouvernement veillera à la concep- Intersectoriel et le budget programmetion et à l’application des Plans de Dé- départemental qui en découle, et quicentralisation et de Déconcentration assurent la traduction, au niveau du dé-(plan 2D) par chaque ministère. Ces partement, des priorités de l’Etat.plans seront élaborés en tenant comptedes principes législatifs et réglementaires 301. La réorganisation des Servicesrégissant le partage des fonctions entre Décentralisés de l’Etat (SDE) au niveaules acteurs et l’allocation des ressources des départements. Le Gouvernementhumaines, financières et matérielles qui veillera à une réorganisation des servicesen découle. Chaque ministère doit pou- départementaux autour des grandesvoir y mentionner clairement comment missions de l’Etat (souveraineté, sociale,et quelles ressources il entend décon- éducative, économique, logistique, pla-centrer, au niveau des départements, et nification, financière et administrative).transférer aux communes, au regard des Ces services seront dotés des ressourcestextes sur la décentralisation. 125Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national humaines, matérielles et techniques leur d’actions relatives à : permettant de jouer au mieux leur rôle. (i) la mise en place d’un cadre institutionnel favorable à l’aménage- 8.2. CONSOLIDATION DE L’AMENA- ment du territoire ; GEMENT DU TERRITOIRE POUR UNE ECONOMIE REGIONALE ET LOCALE (ii) la construction des instruments DYNAMIQUE de planification et de gestion de l’es- pace pour une meilleure cohérence de 302. La diversification de l’écono- l’action publique et mie reste une des options clés pour pro- mouvoir l’accélération de la croissance. (iii) la promotion des Espaces de Elle exige la valorisation des différentes Développement Partagé (EDP), espaces potentialités régionales ou locales dont pertinents pour la production régionale regorge le pays. En d’autres termes, le ou locale et pour l’opérationnalisation Bénin devra promouvoir une économie de l’intercommunalité. régionale et locale forte et dynamique. Pour y parvenir, le Gouvernement a en- 304. Le Gouvernement entend gagé une politique d’aménagement du consolider ces acquis à travers : territoire dont les principaux enjeux sont : (i) le renforcement du cadre légis- (i) asseoir le processus de décen- latif, organisationnel et réglementaire de tralisation sur des espaces économique- l’aménagement du territoire ; ment viables et pertinents, capables (ii) la poursuite de la formation d’impulser le développement régional des EDP ; et local et (iii) la planification du développe- (ii) promouvoir la mise en place ment et de l’aménagement au niveau des équipements et infrastructures cohé- national ; rents, répartis, de façon harmonieuse, sur l’ensemble du territoire, afin de sou- (iv) la planification du dévelop- tenir la production nationale, régionale pement et de l’aménagement au ni- et locale, et d’améliorer l’accès des po- veau sub-national ; pulations aux services de base. (v) la promotion et la contractua- 303. Les efforts entrepris dans la lisation du partenariat entre l’Etat et les mise en oeuvre de la SCRP 2007-2009 ont communes ; permis d’engager un certain nombre126 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national (vi) le renforcement des outils de à venir. Ainsi, sans perdre leur autonomiefinancement de l’aménagement du ter- et leur personnalité morale et juridique,ritoire à l’échelle régionale ou locale ; et les communes contiguës ayant en com- mun des réalités socio-économiques, (vii) le renforcement de la relation géographiques, culturelles, continuerontville-campagnes pour une économie ru- par mutualiser leur ressources, afin derale viable. mieux valoriser les potentialités régio- nales partagées, d’organiser des filières 305. Le renforcement du cadre de production et de poser ainsi les baseslégislatif, organisationnel et réglemen- d’une économie locale forte et perfor-taire de l’aménagement du territoire. Le mante.Gouvernement veillera à compléter lecadre législatif, organisationnel et régle- 307. La planification du dévelop-mentaire de l’aménagement du terri- pement et de l’aménagement au niveautoire par le vote de la loi sur national. Pour permettre à l’économiel’aménagement du territoire en cours nationale d’être portée par une organi-d’élaboration. Ce texte vise à fournir un sation spatiale pertinente et un réseaucadre juridique aux orientations et aux d’infrastructures et d’équipements co-objectifs de la DEPONAT, et à éditer les hérents et dimensionnés, pour le longprincipes et les procédures devants régir terme, le Gouvernement veillera à celes rôles, relations et règles de jeu entre que les différents instruments et outils deles acteurs en charge de l’aménage- planification spatiale, au niveau natio-ment du territoire. nal, soient élaborés et mis en oeuvre. Il s’agit : 306. La poursuite de la formation (i) du Schéma National d’Aména-des Espaces de Développement Partagé. gement du Territoire (SNAT) ou AgendaLes EDP constituent une échelle perti- Spatial assorti de directives territorialesnente pour structurer l’économie régio- d’aménagement et de lignes directricesnale ou locale autour d’une ou de d’aménagement, ;quelques ressources dont l’exploitationest source de création de richesses et (ii) des Schémas de Services Col-d’emplois. Les expériences de montage lectifs (SSC) qui permettront désormaisd’Espaces de Développement Partagé aux secteurs de rompre avec la logiquebasés sur le principe de l’intercommuna- verticale et de travailler avec davan-lité, qui ont commencé depuis 2007, de- tage de cohérence dans l’espace etvront s’étendre progressivement àl’ensemble du territoire dans les années 127Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national (iii) du rapport biennal de l’Obser- 309. La promotion et la contrac- vatoire National d’Analyse Spatiale du tualisation du partenariat entre l’Etat et Développement (ONAS) sur le dyna- les communes. Pour permettre la mise misme et l’attractivité des territoires. en oeuvre des projets de territoire, le Gouvernement veillera à l’élaboration 308. La planification du dévelop- et à la mise en oeuvre des contrats de pement et de l’aménagement au niveau programme Etat-Territoire de dévelop- sub-national. Pour articuler les ambitions pement. Ces contrats de programme nationales à celles locales et donner une permettront aux projets de territoire visibilité à long terme au développe- d’être effectivement mis en oeuvre, sur ment régional et local, le Gouvernement la base de procédures de contractuali- s’engage à appuyer les collectivités lo- cales dans : sation dont l’élaboration s’avère indis- pensable. (i) l’élaboration du Schéma Direc- teur d’Aménagement de la Commune 310. Le renforcement des outils de (SDAC) et des Schémas Territoriaux financement de l’aménagement du d’Aménagement et de Développement territoire. Le Gouvernement veillera au (STAD) dans les différents territoires de renforcement des mécanismes finan- développement constitués ; ciers existants qui concourent à l’amé- (ii) l’élaboration des projets de nagement du territoire, notamment à territoires pour les territoires de dévelop- l’amélioration du niveau d’équipements pement constitués, afin d’assurer la mise et d’infrastructures des localités. Ainsi, il en oeuvre des schémas d’aménagement s’engage à lancer le Fonds d’Incitation réalisés et de préciser les différentes ac- à l’Aménagement du Territoire (FIAT) tions à mener pour la mise en valeur ef- prévu dans la DEPONAT, pour promou- fective des ressources partagées ; voir un équilibre interrégional. Aussi, dans (iii) la mise en place du système le cadre du renforcement du processus d’information territoriale (base de don- de décentralisation, les ressources mobi- nées spatialisées) au niveau des com- lisées par les communes grâce à l’appui munes pour accompagner les élus dans du Gouvernement (capitaux privés, le suivi et l’évaluation du niveau de dé- emprunts sur les marchés financiers) veloppement de leur localité, mais éga- contribueront-elles à réaliser les investis- lement dans l’orientation spatiale de sements nécessaires au développement leurs actions de développement. régional et local.128 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national 311. Le renforcement de la rela- 313. L’importance que revêttion ville-campagnes pour une écono- cette réforme, amène le Gouvernementmie rurale viable. La plupart des localités à poursuivre des actions visant :rurales semblent difficiles d’accès, voire (i) la définition d’un cadre poli-coupées de leur ville motrice, ce qui en- tique, légal et réglementaire moderne ettrave sérieusement le décollage de cohérent ;l’économie rurale. Le Gouvernemententend renforcer les liens entre les villes (ii) l’élaboration et la mise enet leur hinterland, à travers le dévelop- place d’un système simple et accessiblepement des infrastructures de communi- d’enregistrement et de formalisation descation, des infrastructures énergétiques droits fonciers notamment le Plan Foncieret agroindustrielles, et des réseaux de Rural (PFR);voies conséquentes. Ceci vise à faciliterla mobilité des personnes et l’écoule- (iii) la généralisation de la mise enment des marchandises produites dans oeuvre des outils de sécurisation foncièreles localités rurales vers les villes pour la à tout le Bénin ;consommation nationale, la transforma- (iv) la réorganisation et le renfor-tion ou l’exportation. cement des structures de gestion foncière ; 8.3. POURSUITE DE LA REFORME (v) le renforcement des capacités FONCIERE des structures de règlement des conflits fonciers et domaniaux ; 312. Le processus d’accélérationde la croissance et de réduction de la (vi) la mise en place d’un systèmepauvreté au Bénin passe par un grand d’information fiable sur le foncier ;flux d’investissements visant à mettre en (vii) la mise en place d’une fiscalitévaleur les potentialités des différentes ré- foncière de développement ;gions et localités. La durabilité et la sé-curisation de ces investissements exigent, (viii) la mise en oeuvre des outilsde la part du Gouvernement la réforme d’aménagement et de gestion des ter-du secteur foncier. A ce jour, grâce aux roirs et des frontières ettravaux des diverses structures en (ix) la mise en oeuvre des outilscharge du foncier, des améliorations de viabilisation des espaces de déve-sont perceptibles. Néanmoins, au terme loppement.de la mise en oeuvre de la SCRP 2007-2009,la réforme n’a pas pu être achevée. 129Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national 8.4. PROMOTION DES ESPACES (ii) la promotion de la coopéra- FRONTALIERS tion transfrontalière et le développe- 314. A son accession à la souve- ment des zones ou villes transfrontalières raineté internationale, le Bénin a hérité partagées avec les pays limitrophes et d’environ 2 011 km de frontières parta- (iii) la sécurisation des espaces gées avec le Nigeria (768 km), le Togo frontaliers dans une approche intégrée. (604 km), le Burkina Faso (280 km), et le Niger (250 km). Ces zones sont porteuses 8.5. GESTION DE L’ENVIRONNEMENT d’enjeux et font de plus en plus, l’objet ET DES RESSOURCES NATURELLES ET de litiges non souvent tranchés entre le AMELIORATION DU CADRE DE VIE Bénin et ses voisins limitrophes. Le cas le plus récent et combien préoccupant est 316. Avec une population en celui du différend frontalier de Koulou majorité rurale, le profil économique du Koualou entre le Bénin et le Burkina Faso. Bénin est largement tributaire des Par ailleurs, il existe plusieurs localités ressources naturelles. L’accroissement frontalières où les populations béninoises de la population et les activités hu- sont tournées vers les pays voisins qui of- maines subséquentes, exercent une frent toute une gamme de services et forte pression sur ces ressources ; ce qui d’équipements de leur côté. accélère la dégradation de la qualité de l’environnement. De ce fait, satisfaire 315. C’est dans un tel contexte les besoins en prélevant les ressources que le Gouvernement a retenu de met- dans la nature et en y rejetant les dé- tre en oeuvre une nouvelle forme de chets, d’une part, et lutter contre la dé- gestion pragmatique des frontières pour gradation de l’environnement et la promouvoir la paix, la sécurité, la stabi- pollution, d’autre part, constituent deux lité, et faciliter l’intégration et le dévelop- exigences difficiles à concilier. pement durable du pays. Le Bénin s’inscrit dans la politique frontalière de 317. Dans les zones rurales, le pro- l’UEMOA et de la CEDEAO qui dévelop- blème se pose en termes de dégrada- pent des expériences pilotes de villes ou tion des sols et de la contamination des espaces transfrontaliers. Les actions à plans et cours d’eau, résultant de l’utili- réaliser pour promouvoir les espaces sation abusive d’intrants chimiques, de frontaliers prennent en compte : l’ablation des terres, de la baisse de niveau (i) la réalisation d’infrastructures et d’eau des plans et cours d’eau due équipements sociocommunautaires à leur ensablement, de dégradation du dans les localités frontalières ;130 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace nationalcouvert végétal par l’agriculture itiné- tivités locales à mobiliser les ressourcesrante, l’exploitation du bois, les feux de en faveur de la gestion de l’environne-végétation et le surpâturage. En milieu ment eturbain et semi-urbain, les problèmes en- (iv) les effets néfastes des chan-vironnementaux qui affectent la qualité gements climatiques.du cadre de vie et la santé des popula-tions sont, entre autres : 319. Pour le Gouvernement, l’en- (i) la pollution des eaux de sur- jeu est de relever ces défis afin d’inscrireface et de l’air favorisée par l’utilisation la croissance économique dans la dura-massive des équipements et véhicules bilité. Il importe donc de mettre en oeu-usagés importés et l’exposition, sur les vre des politiques et programmestrottoirs des axes routiers, de produits pé- adaptés à chaque région du territoiretroliers ; pour sauvegarder les ressources natu- relles et protéger l’environnement afin (ii) les inondations ; d’offrir aux populations, un cadre de vie (iii) la multiplication des dé- propice au bien-être humain. Les actionscharges sauvages et la défécation en prioritaires du Gouvernement dans lepleine nature ; cadre de la SCRP 2011-2015 concourent à : (iv) la prolifération des taudis dans (i) la promotion des bonnes pra-les principales villes et tiques en matière d’environnement, (v) le rejet des déchets industriels (ii) la promotion de la gestion in-et biomédicaux dans la nature. tégrée du cadre de vie et (iii) la gestion rationnelle des forêts 318. Ces problèmes sont accen- et des ressources naturelles.tués par : (i) la faiblesse de l’appui-conseil 320. La promotion des bonneset de l’éducation sur l’environnement ; pratiques en matière d’environnement. Dans ce cadre, le Gouvernement veil- (ii) le manque d’outils d’anima- lera à ce que le processus de dévelop-tion sur la protection de l’environnement pement national se réalise dans leau niveau des associations profession- respect des dispositions et normes envi-nelles et des agents de contacts des po- ronnementales mondiales contenuespulations ; dans les différentes conventions ratifiées (iii) la faible capacité des collec- par le Bénin. Pour ce faire, il procédera : 131Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national (i) au renforcement du système (ii) diminuer les impacts écono- d’intégration de l’environnement dans miques et sanitaires de la pollution atmo- tous les projets de développement et sphérique sur les populations des grands dans les processus décisionnels, par la centres urbains ; mise en oeuvre de l’Evaluation Environ- (iii) promouvoir la foresterie ur- nementale Stratégique (EEE) ; baine et l’écotourisme ; (ii) au développement des outils (vi) élaborer un plan de commu- de gestion de l’environnement tels que nication à contenu varié traitant des l’approche d’Evaluation des Ecosys- principales problématiques environne- tèmes du Millénaire (EEM) promue par le mentales de chaque département et Système des Nations Unies et commune et (iii) à la mise en oeuvre des (v) renforcer les capacités de la conventions régionales et internatio- police environnementale. nales. 322. La gestion rationnelle des fo- 321. La promotion de la gestion rêts et des ressources naturelles. Pour intégrée du cadre de vie. Le Gouverne- mettre en oeuvre efficacement les ment est résolument engagé dans les orientations de la politique forestière na- actions qui permettront d’offrir un cadre tionale, le Bénin s’est doté d’un outil de de vie sain aux populations, tout en pilotage sous la forme d’un programme créant des opportunités d’emplois aux dénommé « Programme National de jeunes et aux femmes et en leur faisant Gestion Durable des Ressources Natu- acquérir les connaissances, les valeurs, relles (PNGDRN) ». Dans ce cadre, le les comportements et les compétences Gouvernement a retenu un paquet pratiques nécessaires en matière de ges- d’actions structurantes et opération- tion de l’environnement. A ce titre, il en- nelles qui, durant les cinq prochaines an- tend accompagner les structures nées, constitueront l’essentiel à faire décentralisées et déconcentrées de pour promouvoir la gestion rationnelle l’Etat à : des forêts et des ressources naturelles. (i) promouvoir les dynamiques in- Ces actions ont trait : tercommunales de gestion des déchets solides et liquides et les déchets biomé- (i) à la réorganisation du secteur dicaux qui encombrent les villes et les des forêts et des ressources naturelles, hôpitaux ; des plantations domaniales et des éco- systèmes fragiles ;132 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national (ii) à la mobilisation des ressources caractère soudain et inattendu qui au-en faveur du secteur forestier ; ront des effets sur les efforts et investisse- ment consentis pour le développement. (iii) la dotation des forêts classéset des forêts du domaine protégé en 324. Par conséquent, la stratégieunités de gestion opérationnelles ; du Gouvernement reposera globale- (iv) au maintien des fonctions en- ment sur :vironnementales, économiques et so- (i) la protection civile,ciales des forêts dans le cadre del’aménagement du territoire ; (ii) la gestion des risques clima- tiques et (v) à l’accroissement de la dura-bilité du potentiel ligneux, en application (iii) la gestion des risques liés àdes conventions internationales ; l’érosion côtière. (vi) au renforcement de la ges- 325. La protection civile. La pro-tion participative des ressources natu- tection civile est l’une des attributionsrelles forestières et fauniques ; clés de l’administration publique. (vii) à la promotion de l’approche Compte tenu de son rôle dans la pré-intégrée de la gestion des ressources na- vention des risques et la gestion des sinis-turelles du terroir. tres et catastrophes, le Gouvernement envisage des actions visant : 8.6. GESTION DES CATASTROPHES (i) l’amélioration du cadre institu- ET RISQUES NATURELS tionnel de la protection civile ; 323. Pendant longtemps, le Bénin, (ii) l’élaboration et la mise en oeuvrepar rapport à beaucoup d’autres pays, d’une politique nationale de protectiona été relativement épargné par plusieurs civile etcatastrophes. Mais il ne fait aujourd’hui (iii) la modernisation et le renfor-aucun doute, que des menaces de ca- cement des capacités opérationnellestastrophes et risques naturels existent. En des structures de la protection civile.effet, le pays connaît, entre autres, l’éro-sion côtière, des sécheresses, des inon-dations de plus en plus intenses et 326. La gestion des risques clima-destructrices, et a subi, en 2009, des se- tiques. Le Bénin, à l’instar des autres payscousses sismiques dans certaines locali- du monde est confronté aux effets destés du Sud et du Centre. Des actions changements climatiques (sécheressesdoivent donc être menées pour préve- cycliques, inondations récurrentes, desnir ou anticiper certaines catastrophes à 133Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 8 : Développement équilibré et durable de l’espace national sèchement des terres cultivables, pollu- activités de sensibilisation, de gestion tion et amenuisement des ressources en des risques et d’élaboration de poli- eau, etc.). Les conséquences de ce tiques sensibles au genre. phénomène se répercutent sur les com- munautés dans les secteurs sensibles au 327. Gestion des risques liés à climat, tels que l’agriculture, la foreste- l’érosion côtière. L’avancée de l’océan rie, les pêches, les ressources en eau, Atlantique constitue aujourd’hui un des l’environnement, et, au bout du problèmes cruciaux auxquels le Gouver- compte, la sécurité alimentaire et le dé- nement du Bénin et plus largement les veloppement. Des lors, le phénomène pays de l’UEMOA concernés doivent constitue une préoccupation du Gou- faire face. En l’intervalle de quarante vernement qui s’attèlera à développer années, la côte béninoise a reculé de des actions concrètes visant : plus de quatre cents mètres à certains endroits, soit près de dix (10) mètres tous (i) le renforcement des capacités, les ans. Les conséquences sont souvent à différents échelons, pour interpréter et dommageables pour les populations ri- communiquer les informations clima- veraines : maisons d’habitation englou- tiques pertinentes, et conseiller les com- ties et infrastructures hôtelières munautés locales ; emportées. C’est pour limiter l’extension (ii) le renforcement des capacités de la dégradation des zones côtières ex- institutionnelles et techniques de l’Admi- posées, que le Gouvernement a pris des nistration, des organisations de la société mesures pour : civile et des communautés pour l’éva- (i) protéger la côte à l’Est de l’épi luation des risques et des vulnérabilités de Siafato ; locales, et la formulation de plans et po- litiques de développement sensibles au (ii) réaliser les études de sensibilité climat ; de la côte entre Ouidah et Togbin ; (iii) la promotion de solutions (iii) réaliser l’étude de faisabilité d’adaptation pratiques à la variabilité de protection de la côte entre Hilla- du climat condji et Grand-Popo et et aux risques futurs de changement cli- (iv) amorcer la protection et la matique et (iv) la promotion du renforce- gestion rationnelle de toute la zone cô- ment et du partage de connaissances tière maritime et fluviale. sur le changement climatique par des134 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Troisième Partie : Cadre de mise en œuvre de la stratégie TROISIEME PARTIE CADRE DE MISE EN OEUVRE DE LA STRATEGIELa troisième partie présente le cadre de mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. Elle est structuréeautour de deux chapitres. Le premier chapitre des modalités de mise en oeuvre et des implications ma-croéconomiques et budgétaires de la stratégie. Le second aborde le mécanisme de suivi et de l’évaluationde la SCRP 2011-2015. 135Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Troisième Partie : Cadre de mise en œuvre de la stratégie136 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire C H A P IT R E 9 PRINCIPES DIRECTEURS, AGENDA DE MISE EN ŒUVRE ET IMPLICATION MACRO-ECONOMIQUE ET BUDGETAIRE 9-1 PRINCIPES DIRECTEURS devront non seulement se compléter mais être intégrés les uns aux autres pour 328. La mise en oeuvre de la leur assurer un maximum d’efficacité. LeSCRP 2011-2015 devra être guidée par coût de gestion administrative des pro-un certain nombre de principes-clés re- grammes devra être maintenu aussi basconnus de manière universelle comme que possible, en simplifiant et en rationa-contribuant aux succès des stratégies de lisant les procédures, tout en utilisant audéveloppement et de lutte contre la mieux les ressources humaines, maté-pauvreté 19. rielles et financières disponibles.Principe 1 : Intégration et gestion effi- Principe 2 : meilleur ciblage des pauvresciente des programmes sectoriels et des programmes 329. La pauvreté étant multidi- 330. Une segmentation fine desmensionnelle, les programmes sectoriels pauvres sera établie, au niveau sectoriel19 Voir Moubarack LO (2003), “Lutte contre la pauvreté, changer de paradigme” 137Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire comme géographique, de manière à Principe 3 : Décentralisation de la straté- délivrer à chaque cible les programmes gie de lutte contre la pauvreté les plus appropriés, considérant ses be- soins précis. La conduite d’enquêtes supplémentaires permettra de mieux 333. Chaque commune devra désagréger la population de pauvres élaborer son propre programme de dé- selon des caractéristiques spécifiques veloppement communal, en phase (petits agriculteurs vivriers, artisans ur- avec les orientations du programme na- bains, etc.). Ceci permettra de fournir à tional. Des fonds de lutte contre la pau- chaque pauvre un véritable paquet de vreté leur seront affectes a cet effet, services, incluant des opportunités de dans le cadre du processus de décen- crédit, de formation, d’assistance tech- tralisation. nique et technologique ou encore des infrastructures modernes. Principe 4 : Gestion Axée sur les Résultats 331. La question du genre sera systématiquement considérée, aussi bien dans la phase de programmation 334. La SCRP 2011-2015 a pour des actions que dans celle de la budgé- mission de transformer la vie des popu- tisation ou de l’évaluation, en raison no- lations, notamment par la réalisation des tamment du fait que les femmes OMD, et de permettre au Benin d’évo- souffrent davantage de la pauvreté. luer vers le développement intégral. Son succès sera donc principalement me- 332. Au surplus, une approche suré, non pas dans les actions menées pro- active doit être suivie, de manière à ou les budgets mobilisés, mais dans la amener les gestionnaires des pro- capacité de la Stratégie à atteindre les grammes à se déplacer eux-mêmes vers buts initialement fixés. Pour ce faire, les les pauvres plutôt que d’attendre que principes de la GAR seront systématisés ces derniers viennent vers eux. Tout ceci à toutes les étapes du processus de pla- permettra aux pauvres de mieux com- nification, de mise en oeuvre et de suivi- prendre leur rôle et de s’approprier les évaluation. programmes ;138 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétairePrincipe 5 : Alignement des programmes lement promu, pour concevoir, financer,des PTF avec la SCRP construire, gérer ou préserver les projets d’intérêt public. Parmi les secteurs typi- 335. Les PTF seront invités à mettre quement ou potentiellement concernés :en harmonie leur programme-pays avec l’eau potable, l’assainissement des eauxla SCRP, conformément aux principes de usées, le transport, l’énergie, les télé-la Déclaration de Paris sur l’efficacité de communications, le tourisme, la santé etl’aide. l’éducation. 336. Les programmes et projetsproposés par ces PTF devront être éva- 338. L’adoption du PPP tient fon-lués avec toute l’attention requise, damentalement de la recherche d’uneavant leur exécution, de façon à veiller plus grande efficacité dans l’utilisation desà ce qu’ils restent cohérents avec les ob- fonds publics, d’un meilleur rapport qua-jectifs et les lignes d’actions retenus par lité/prix de certains services d’intérêtle pays. commun. Par ailleurs, le PPP permet d’al- léger la contrainte budgétaire publiquePrincipe 6 : Promotion de la subsidiarité en associant le secteur privé à la priseet du partenariat de risque liée au financement des inves- tissements en infrastructures. Un recours 337. Les institutions publiques de- aux capitaux privés réduit le besoinvront, autant que possible, se concentrer d’endettement public.sur la programmation et le contrôle gé-néral des actions menées, et sous-traiter Principe 7 : Neutralité politique vis-à-visleur exécution aux organisations de des cibles et des bénéficiairesbase, au secteur prive et aux ONG. Lesecteur privé sera invité à joindre ses ef- 339. Les différents programmes etforts dans la stratégie nationale de lutte projets de lutte contre la pauvreté doi-contre la pauvreté, en contribuant en vent être gérés sans donner aucunenature et en ressources financières aux considération à l’orientation politique ouprogrammes destinés aux pauvres. Le aux capacités de négociation desPartenariat Public-Privé (PPP) sera éga- groupes. 139Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 9-2 AGENDA DE MISE EN OEUVRE nées au niveau local dans les PDC. Ainsi, l’approche du Développement Conduit 9-2-1 INSTRUMENT DE MISE EN OEUVRE par les Communautés, qui promeut un développement local participatif sera 340. L’opérationnalisation de la utilisée pour la mise en oeuvre des pro- SCRP va se reposer sur deux principaux jets à la base. Elle est basée sur les prin- instruments de programmation : le Pro- cipes ci après : gramme d’Actions Prioritaires (PAP) et les i) la formation des communautés Plans de Développement Communaux à la base (FCB) ; (PDC). Le PAP retrace tous les investisse- ments et actions prioritaires qui décou- ii) la délégation de la maîtrise lent des axes stratégiques. Il est la d’ouvrage aux communes ; traduction de la SCRP en termes de pro- jets et programmes. Il est en parfaite co- iii) la promotion de l’économie hérence avec le Programme locale par le recours à l’expertise locale. d’Investissements Publics (PIP) et ren- force les budgets programmes de 9-2-2 RESSOURCES POUR LA MISE chaque secteur. Il sert de lien d’une part EN OEUVRE entre la SCRP et les Budgets pro- grammes et d’autre part entre la straté- 343. La mise en oeuvre efficace gie et le Budget annuel de l’Etat qui de la SCRP 2011-2015 nécessite une forte constitue le principal instrument de mise mobilisation de ressources. C’est pour- en oeuvre de la stratégie. quoi, le Gouvernement mettra en place un dispositif efficace pour la mobilisation 341. Chaque ministère sectoriel des ressources aussi bien internes qu’ex- devra élaborer un Programme de Travail ternes. Ainsi, en matière de mobilisation annuel, incluant les lignes du PAP qui de ressources extérieures, le Gouverne- sont de son ressort, ainsi que les moyens ment souhaite recevoir prioritairement opérationnels de mise en oeuvre. de ses partenaires les formes d’aides compatibles avec les principes de la Dé- 342. Par ailleurs, au niveau dé- claration de Paris sur l’efficacité de centralisé, la SCRP est opérationnalisée l’aide (l’appui budgétaire global, l’ap- à travers les PDC qui reprennent à leur pui budgétaire sectoriel ou ciblé, les ap- compte les axes stratégiques et les inves- puis sous formes d’approche tissements prioritaires retenus dans le PAP programme). La mobilisation de ces central. Les actions du PAP sont décli- formes d’aides exige bien évidemment140 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétairedes progrès en matière de gestion des fi- 345. Aussi, le secteur privé sera-t-ilnances publiques et de reddition à sollicité pour le financement de la straté-bonne date des comptes de l’Etat. C’est gie. Cette démarche passe par la pro-pourquoi le Gouvernement entend motion des IDE, le développement despoursuivre les chantiers engagés dans Partenariats-Publics Privés (PPP) et l’intro-ce sens avec l’appui des PTF. Par ailleurs, duction de nouveaux instruments de fi-les dispositifs communs d’assistance des nancement, le renforcement de lapartenaires mis en place en particulier bancarisation du pays et la mobilisationdans le secteur de l’eau, de l’Education de l’épargne nationale.(Fonds Commun Budgétaire), de la dé-centralisation et du système de gestion 346. Par ailleurs, conformément àdes finances Publiques, seront renforcés la Déclaration de Paris sur l’efficacité deet étendus à d’autre secteurs. En parti- l’aide, le Gouvernement renforcera leculier, il sera mis en place, avec l’appui processus d’alignement et d’harmonisa-des PTF, un fonds commun pour le sec- tion par la dynamisation des groupesteur de la santé, sous une forme d’ap- thématiques et sectoriels conjoints (Gou-proche programme. Cet appui sous la vernement - partenaires). L’objectif duforme d’un COMPACT sera un engage- Gouvernement à terme est de parvenirment entre le Gouvernement et ses par- à la définition d’une stratégie d’assis-tenaires au développement, basé sur tance commune au pays.une vision commune et un financementconjoint, accru et prévisible, pour l’at-teinte de résultats consensuels avec des 9-2-3 CONDITIONS DE REUSSITEcritères de performance prédéfinis et un DE LA MISE EN OEUVREsystème de suivi-évaluation transparent. 347. La mise en oeuvre efficace 344. Le Gouvernement travaillera de la SCRP 2011-2015 suppose un cadreégalement pour la mise en place de ces macroéconomique stable, une situationdispositifs communs dans les autres sec- sociale apaisée pour favoriser le bonteurs qui concourent à l’atteinte des déroulement des activités économiquesOMD tels que l’Agriculture, l’environne- et un environnement internationalment, le transport, la justice, l’énergie. prospère. 141Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire En effet, l’économie internationale tra- taux d’absorption des crédits alloués aux verse, depuis l’année 2009, la crise la ministères sectoriels, notamment dans la plus prononcée depuis celle de 1929. Sa mise en oeuvre du Programmes d’Ac- poursuite pourrait contrarier les objectifs tions Prioritaires de la SCRP 2011-2015. attendus de la mise en oeuvre de la SCRP. L’atteinte de ces objectifs dépend 350. Par ailleurs, l’alignement des également de la relance de la machine partenaires sur les procédures natio- de production (mécanisation agricole, nales, conformément à la Déclaration mise en oeuvre du PSRSA) et l’opération- de Paris sur l’efficacité de l’aide, devrait nalisation des pôles de croissance et de accélérer les décaissements des res- développement identifiés par le Gouver- sources extérieures nécessaires pour le fi- nement. nancement de la stratégie sur la période 2011-2015. Une appropriation de la stra- 348. La mise en oeuvre de la tégie par toutes les composantes de la SCRP 2011-2015 est également sous-ten- société constitue également une condi- due par la poursuite des réformes struc- tion nécessaire à sa réussite. C’est pour- turelles pour assurer la disponibilité des quoi, le Gouvernement mettra en facteurs de production (énergie, télé- oeuvre un plan de communication afin communication, infrastructures produc- de faciliter une meilleure collaboration tives), l’amélioration ou la facilitation des entre les structures de mise en oeuvre et relations commerciales avec les pays les populations bénéficiaires. voisins (notamment le Nigeria et les pays de l’Hinterland) pour une meilleure inté- 9-3 CADRAGE MACROECONO- gration sous-régionale. MIQUE ET BUDGETAIRE 349. La SCRP 2011-2015 devrait 9-3-1 CADRAGE MACROECONOMIQUE aussi profiter de la mise en oeuvre du Plan d’Action pour l’Amélioration du Sys- 351. Le cadrage macro-budgé- tème de Gestion des Finances Publiques taire qui sou tend la mise en oeuvre des (PAA-SGFP 2009-2013). Il permettra une orientations définies dans la SCRP 2011- bonne collecte des recettes par les ré- 2015 est fondé sur les hypothèses de gies financières et une amélioration du croissance142 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétairesectorielle de l’économie prenant en 353. Une croissance forte et dura-compte les aléas de l’environnement in- ble à moyen terme. La croissance sur laternational et des potentialités réelles de période 2011-2015 serait tirée essentielle-l’économie béninoise . Ce cadrage 20 ment par le dynamisme attendu destient également compte de la possibilité secteurs primaire et tertiaire. En effet, lade l’atteint d’un certain nombre d’Ob- mise en oeuvre du PSRSA et la maîtrisejectifs du millénaire pour le développe- de la réforme en cours dans la filièrement au nombre desquels figure coton devraient permettre de relever lel’éducation, la santé, l’eau potable et niveau de la production agricole. Ce quil’assainissement pour lesquels des avan- devrait induire une relance de la pro-cées notables ont été enregistrées au duction dans le secteur de l’agro-ali-cours de la mise en oeuvre de la SCRP mentaire. En outre, le renforcement des2007-2009. par conséquent, il n’opéra-tionnalise pas tous les besoins de finan- infrastructures de base et la poursuitecement pour l’atteinte de l’ensemble des réformes structurelles contribue-des OMD21. raient à l’amélioration de la production dans les secteurs de services et des BTP. 352. Les résultats du cadragemacro-économique et financier à 354. Du côté de la demande,moyen terme indiquent que sur la pé- l’amélioration de la gouvernance et duriode de mise en oeuvre de la SCRP climat des affaires résultant de l’accélé-2011-2015, l’économie béninoise pour- ration des différentes réformes en coursrait enregistrer une croissance forte et (foncier, justice, ouverture du capital dessoutenue dans un environnement mar- entreprises publiques, etc.) devraientqué par une maîtrise de l’inflation et une permettre d’accroître les investissementsconsolidation des finances publiques. Le privés. Par ailleurs, l’intensification des in-taux de croissance passerait de 3,6% en vestissements publics dans le domaine2011 à 7,5% en 2015, soit une croissance des infrastructures de base, permettrait demoyenne de 6,0% sur la période 2011- catalyser des investissements privés afin2015 (Tableau 12). Ce qui constitue un de porter la croissance à 7,5% en 2015.gain net de 2,0 points par rapport à laSCRP 2007-2009.20 Voir Annexe 1.21 Voir Annexe 2 143Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire Tableau 12 : Evolution des croissances sectorielles de 2010-2015 2003-05 2007-09 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Secteur Primaire 2,6 3,9 2,3 3,1 4,8 5,3 6,0 6,3 Agriculture 2,2 4,1 1,9 2,9 5,0 5,5 6,0 6,5 Elevage 3,4 3,5 3,5 3,5 4,5 5,0 6,5 6,5 Pêche et forêts 3,9 3,5 3,2 3,5 4,0 4,5 5,0 5,0 Secteur Secondaire 2,6 4,4 3,2 2,9 5,9 7,6 8,2 8,8 Industries manufacturières 1,3 3,7 1,8 3,0 5,0 8,0 9,0 10,0 Energies 5,2 2,3 14,5 3,0 10,0 5,0 5,0 5,0 BTP 5,3 6,8 1,9 2,5 6,0 8,0 8,0 8,0 Secteur Tertiaire 4,1 4,4 3,1 3,9 5,7 6,6 7,4 8,0 Commerce 4,1 4,4 2,0 4,0 6,0 7,0 8,0 9,5 Transports et télécoms 4,1 5,9 3,1 3,5 6,0 7,0 8,5 8,0 Autres services 3,9 3,3 3,8 3,7 6,0 6,0 6,0 6,0 Services non Marchands 4,2 4,5 4,7 5,3 7,5 8,0 8,0 8,0 DTI et TVA intérieure 4,6 3,2 1,8 4,2 6,0 7,0 7,0 7,5 PIB 3,3 4,1 2,8 3,6 5,6 6,5 7,0 7,5 Source : DGAE/MEF, juin 2010 355. L’année 2012 serait une année dants). En conséquence, le taux de de croisière pour la SCRP 2011-2015. En croissance passerait de 3,6% en 2011 à effet, la croissance connaîtrait une relative 5,6% en 2012. amélioration entre 2010 et 2011, du fait de l’attentisme induit au niveau du sec- 356. L’accélération des investisse- teur privé par l’organisation des élec- ments privés en 2013 et en 2015, en tions présidentielles et législatives. A raison des gains de compétitivité liés à partir de 2012, l’économie devrait béné- l’amélioration des facteurs de production ficier des pleins effets du PSRSA, de la ré- dont notamment l’énergie, les télécom- forme des entreprises publiques, de munications, le port, les infrastructures l’amélioration du climat des affaires et économiques et sociales, et le facteur de l’augmentation de la capacité éner- travail22 devrait permettre de porter le gétique avec l’installation effective des taux de croissance à 7,5% en 2015. IPP (Producteurs d’Energies Indépen- 22La SCRP vise à l’atteinte des OMD 2, 4 et 5. La réalisation de ces OMD a un impact non seulement sur les dépenses publiques mais aussi sur la qualité de la main d’oeuvre, qui serait désormais plus scolarisée, plus qualifiée et en bonne santé. En consé- quence, la productivité devrait connaître une amélioration.144 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 357. Une balance des paiements la production. On note en effet une fai-stabilisée. Le solde courant de la ba- ble chute du ratio de la consommationlance des paiements devrait se stabiliser, privée et publique en ratios du PIB com-à moyen terme, grâce à une bonne binée à une forte progression des expor-tenue des exportations de biens et ser- tations. Ceci a permis de maintenir lavices. Les exportations augmente- stabilité des prix et d’assurer l’objectif de convergence dans l’UEMOA.raient en pourcentage du PIB enrelation avec l’amélioration des produc- 359. Une consolidation des fi-tions cotonnière et vivrière destinées aux nances publiques. La politique budgé-exportations. Ce qui traduit bien la vo- taire menée au cours de la périodelonté du Gouvernement de diversifier les 2011-2015 contribue au maintien de laexportations. Les importations devraient stabilité du cadre macroéconomique.se stabiliser en liaison non seulement Elle tient également compte du respectavec les investissements privés et la poli- des objectifs de réformes économiques.tique des grands travaux du Gouverne- Avec la mise en oeuvre de la fiscalité dement mais également avec développement, l’élargissement de l’as-l’augmentation de l’offre agricole et le siette à travers l’extension du l’Identifiantdéveloppement du secteur industriel Fiscal Unique (IFU) au secteur informel, lapour la satisfaction de la demande inté- maîtrise des exonérations fiscales et larieure. dotation des régies financières de moyens conséquents, la pression fiscale 358. Une maîtrise des prix. Malgré (recettes fiscale sur le PIB) connaît unel’accroissement des investissements, la progression favorable, passant de 18,5%poussée de l’absorption interne reste du PIB en 2011 à 19,3% en 2015.modérée, au regard de la croissance deTableau 13 : Evolution des recettes et dépenses (en % du PIB) 2010 2011 2012 2013 2014 2015 moyenne Recettes totales 20,1 20,3 20,9 21,1 21,1 21,1 20,9 Recettes fiscales 17,3 18,5 18,8 19,2 19,2 19,3 19,0 Recettes non fiscales 2,8 1,8 2,0 1,9 1,8 1,7 1,9 Dépenses totales 25,9 25,7 26,2 26,0 25,6 25,0 25,7 Masse salariale 7,5 7,3 7,3 7,2 7,0 6,7 7,1 Investissement public 8,8 8,6 8,9 9,0 9,0 8,9 8,9 Solde primaire (définition étroite) -0,6 -0,1 0,1 0,4 0,6 1,0 0,4 Déficit global -5,8 -5,4 -5,3 -4,9 -4,5 -3,9 -4,8 (base ordonnancement)Source : DGAE,CSPEF/MEF, juin 2010 145Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 360. Par ailleurs, des efforts impor- reste stable autour de 5% du PIB sur la tants sont consentis par le Gouverne- période. Le solde budgétaire de base ment pour maintenir les dépenses connait une évolution favorable, pas- publiques stables en pourcentage du PIB sant de -1,0% du PIB en 2011 à +0,5% du (environ 26% du PIB sur l’ensemble de la PIB en 2015, respectant ainsi la norme de période). Cette performance est due à convergence de l’UEMOA. la mise en oeuvre du Plan d’action pour l’amélioration de la Gestion des Fi- 362. Financement du déficit nances publiques (2009-2013). Elle de- budgétaire. Le déficit sera financé par vrait permettre la maîtrise de la masse des prêts concessionnels (87,1%), les ap- salariale et des dépenses de fonctionne- puis budgétaires des partenaires multila- ment, et une amélioration du taux téraux et bilatéraux (13,1%), et des d’exécution des dépenses d’investisse- ressources internes (3,9%), c’est-à-dire les ment. Ainsi, les dépenses d’investisse- ressources issues des privatisations des ment public resteraient stables autour entreprises publiques, et le recours à la de 9,0% du PIB. Cette stabilité des inves- mobilisation de ressources par emprunts tissements en % du PIB devra s’accom- publics sur le marché financier intérieur pagner d’un renforcement du contrôle et sous-régional. Cette dernière option de la qualité des dépenses afin que les est envisageable sur la période de mise investissements deviennent réellement en oeuvre de la SCRP 2011-2015, dans la des dépenses productives et ne servent mesure où le Bénin a bénéficié, en 2006, plus à financer les dépenses de fonction- des initiatives PPTE et IADM d’annulation nement de l’Administration. de la dette extérieure qui ont permis de disposer d’assez de marges quant à la 361. En conséquence, le solde viabilité de la dette publique. budgétaire (base ordonnancement) Tableau 14 : Structure du financement du déficit budgétaire (en %) 2011 2012 2013 2014 2015 moyenne Déficit budgétaire 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 Financement intérieur 7,5 1,2 4,3 8,9 12,8 3,9 Financement extérieur 91,1 85,7 86,9 86,7 85,0 87,1 Projets 78,4 81,9 91,4 98,6 104,4 90,9 Appuis budgétaires 15,2 14,3 14,5 11,4 9,9 13,1 Gap de Financement 16,4 13,1 8,8 4,4 2,2 9,0 Source : MEF, juin 2010146 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 363. Viabilité de la dette publique. fixés, pour chaque pays, en fonction deL’outil de l’analyse est le nouveau cadre l’indice de la qualité des institutions etd’analyse de la viabilité de la dette des des politiques de la Banque Mondiale23.pays à faible revenu élaboré par le FMI Elle est réalisée sur la période de 2010-(voir encadré 7 en annexe). Les seuils de 2030, soit 20 ans.viabilité sont au nombre de cinq et sontTableau 15 : Evolution des indicateurs de viabilité de la dette publique (%) Seuil 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2020 2025 2030 VAN/PIB < 40 15,8 17,0 18,2 19,5 20,5 21,4 28,8 33,0 29,0 VAN/Exportations < 150 85,4 91,0 96,2 101,8 104,4 106,3 111,3 99,4 71,8 VAN/Recettes publiques < 250 76,4 83,3 87,4 91,6 96,5 101,5 125,1 131,9 110,3 Service de la dette / < 20 3,9 3,6 3,6 3,2 2,8 2,3 2,4 4,0 4,1 Exportations Service de la dette / < 30 3,5 3,3 3,2 2,9 2,6 2,2 2,7 5,3 6,4 Recettes publiques Source : MEF, Mars 2010Les résultats de l’analyse de la viabilité exportations de biens et services dude la dette sur la base des principales pays. Le ratio varie autour de 100%, net-hypothèses du cadrage macroécono- tement en dessous du seuil de 150%.mique du scénario central de la SCRP2011-2015 se présentent comme suit : • Ratio VAN/Recettes publiques : il com- pare la valeur actualisée des flux futurs• Ratio VAN24/PIB : il compare la valeur de la dette aux recettes intérieurs mobi-actualisée des flux futurs de la dette à la lisées par l’Etat à travers la fiscalité. Pourrichesse nationale. L’indicateur reste en un seuil de 250%, l’indicateur ne dépassedessous du seuil de 40%. Il passe d’un mi- pas 134% qui serait atteint en 2024.nimum de 15,8% en 2010 à un maximumde 33% en 2024 pour revenir à 29,0% à • Ratio Service de la dette / exporta-l’horizon 2030. tions : l’indicateur évolue en dessous du seuil de 20% sur la période d’analyse. Ce• Ratio VAN/Exportations : il rapporte la qui signifie que l’évolution envisagéevaleur actualisée des flux futurs de la des recettes d’exportations est suffisantedette aux recettes générées par les23 Country Policy and Institutional Assessment Index (CPIA).24 VAN = Valeur Actualisée Nette de la Dette. 147Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire pour faire face au service de la dette la gestion budgétaire sur la période (principal + intérêts). 2011-2015, les CDMT sectoriels sont mis en cohérence avec le cadre macroé- • Ratio Service de la dette / Recettes conomique. La plupart des CDMT secto- publiques : le ratio évolue en dessous du riels initiaux sont trop ambitieux et ne seuil de 20% sur la période 2010-2030. Il prennent pas en compte les contraintes met donc en exergue une bonne soute- budgétaires. Cette option permet de nabilité des finances publiques, c’est-à- gérer plus efficacement et itérativement dire la capacité du pays à honorer le les conflits entre les politiques sectorielles service de la dette s’il devrait utiliser uni- et les ressources budgétaires disponibles. quement ses recettes publiques. 366. Le CDMT global établit une 364. En somme, le scénario cen- allocation sectorielle optimale des res- tral de la SCRP 2011-2015 assure une sou- sources. Les crédits26 consacrés aux sec- tenabilité des finances publiques et une teurs sociaux représenteraient en viabilité de la dette publique. Au regard moyenne 33,8% du total des dotations des marges confortables dégagées par budgétaires sur la période 2011-2015 rapport aux seuils de viabilité (voir figure dont 17,9% pour l’éducation, 13,4% pour 17) et conformément aux nouveaux dis- la santé et 2,4% pour le développement positifs concernant les limites applica- social et culturel. Cela répond essentiel- bles à l’endettement extérieur dans les lement à la priorité pour atteindre les ci- programmes appuyés par le FMI, les be- bles des OMD en matière d’éducation, soins de financement résiduel peuvent de santé et d’assainissement dans la être financés, dans une certaine mesure, mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. par des prêts non concessionnels, sans pour autant provoquer une altération 367. Les ressources allouées au prononcée du profil de risque de l’en- domaine de la production et du com- dettement global du Bénin25. merce représentent 12,3% des dotations totales. Ces ressources permettraient la 9-3-2 CADRE DE DEPENSES mise en oeuvre efficiente des différentes A MOYEN TERME (CDMT) stratégies de développement des piliers de croissance identifiés dans l’Agenda 365. Pour améliorer l’efficacité de vers une économie émergente. 25 En effet le risque de surendettement du Bénin reste modéré, selon l’analyse de la viabilité de la dette réalisée conjointement par le FMI et la Banque mondiale en mars 2010. 26 Ces crédits concernent le fonctionnement et l’investissement.148 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 368. En ce qui concerne le déve- ments pour assurer l’accès à l’eau pota-loppement des infrastructures produc- ble, à travers l’augmentation des inves-tives, leur allocation budgétaire tissements publics (9,6% en moyenne surpasserait de 20,0% en 2011 à 28,3% en la période 2011-2015).2015, soit une moyenne annuelle de24,3% sur la période. Ainsi, le Gouverne- 369. En ce qui concerne la gou-ment est décidé à poursuivre la politique vernance, la défense et la sécurité, et lades grands travaux engagés depuis l’an- souveraineté, leur part dans le budgetnée 2006, nécessaire au développe- général de l’Etat serait respectivementment des secteurs secondaire et tertiaire de 7,0%, 4,0% et 2,5% en moyenne sur laet à la stimulation de la croissance éco- période 2011-2015.nomique, de même que les investisse- Tableau 16 : Répartition sectorielle des allocations budgétaires sur la période 2011-2015 moyenne 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 29,6 31,6 33,5 35,8 38,3 33,8 Education 16,4 17,0 17,5 18,6 20,0 17,9 Santé 11,4 12,7 13,8 14,2 15,0 13,4 Développement Social et Culturel 1,7 1,9 2,2 3,0 3,3 2,4 Production et commerce 10,2 11,3 12,1 13,3 14,4 12,3 Infrastructures Productives 20,0 22,1 24,6 26,8 28,3 24,3 Gouvernance 6,2 6,4 7,1 7,5 7,6 7,0 Politique 1,6 1,2 1,0 1,0 1,0 1,2 Economique 4,5 5,2 6,1 6,5 6,6 5,8 Défense et Sécurité 6,5 4,6 3,8 3,0 2,3 4,0 Souveraineté 2,9 2,5 2,5 2,4 2,0 2,5 Total Ministères et institutions 75,3 78,5 83,7 88,9 92,9 83,8 Autres budgets 24,7 21,5 16,3 11,1 7,1 26,2 Total Budget 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Source : MEF, juin 2010 149Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 9-3-3 SCENARIO ALTERNATIF DU Fonds Monétaire International juin 201028. CADRAGE MACROECONOMIQUE 372. Le taux de croissance réel est 370. le scénario précédant pou- projeté à 5,2% en moyenne sur la période vant être contraint par des aléas liés à 2011-2015, avec un déflateur du PIB de l’environnement international, à la faible 2,4%. Les recettes devraient représenter mobilisation des ressources nécessaires à 20,9% du PIB contre 25,4% du PIB pour les l’atteinte de la palette des OMD sélec- dépenses publiques. Le déficit global tionnés27. base ordonnancement se situerait à 4,5% du PIB en moyenne sur la période 371. Il en découle un scénario al- 2011-2015. Il devra être financé par la ternatif proche du cadrage macroéco- mobilisation de ressources concessionnelles nomique du nouveau programme qui n’entravent pas la viabilité de la économique et financier conclu avec le dette publique. Tableau 17 : Indicateurs macroéconomiques du scénario alternatif (en %PIB) moyenne 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Taux de croissance réel 3,5 4,7 5,6 6,0 6,0 5,2 Recettes totales 20,0 20,6 21,1 21,3 21,3 20,9 Dépenses totales 25,7 25,7 25,3 25,2 25,0 25,4 Déficit global - 5,7 - 5,1 - 4,1 - 3,9 -3,7 -4,5 (base ordonnancement) Déficit de la balance courante - 8,1 - 7,6 - 7,6 -7,5 -7,2 -7,6 Investissement public 8,9 8,7 8,6 8,8 8,8 8,8 Investissement privé 13,6 14,1 14,5 15,0 15,5 14,5 Production de coton 283,0 308,2 333,5 358,7 384,0 333,5 (en milliers de tonnes) Source : MEF, juin 2010 27 Il s’agit de l’Education, de la Santé, de l’Eau potable et de l’Assainissement. 28 Le cadrage revu en septembre 2010150 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 373. Le déficit du compte courant 9-4 IMPACTS DU CADRAGEde la balance des paiements devrait MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIREs’améliorer progressivement de 8,1% du SUR L’ATTEINTE DES OMD ET LA PAUVRETEPIB en 2011 à 7,2% en 2015, grâce à uneprogression des exportations de biens 374. L’évaluation des impacts deset services. En effet, la production différents scénarii sur les indicateurs OMDcotonnière devrait se consolider, pas- non monétaires est faite sur la base desant de 283.000 tonnes en 2011 à 384.000 la méthodologie proposée par Agenortonnes en 2015, soit en moyenne 333.500 et al. (2006). Cette méthodologie per-tonnes par an. Le taux d’investissement met d’indiquer pour tout cadre macroé-serait en légère hausse sur la période. conomique donné, le profil des OMD 2, 4Ainsi, le taux d’investissement public se et 5 associé.situerait à 8,8% du PIB et le taux d’inves-tissement privé à 14,5% en moyenne.Tableau 18 : Impact des différents scénarii sur les indicateurs OMD 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Scénario SCRP Taux brut de scolarisation au primaire (%) 104,0 104,4 109,1 109,1 110,6 111,2 111,6 112,3 113,2 Mortalité infantile (moins de 5 ans et pour 125,0 117,7 118,6 119,2 102,6 93,8 86,6 80,2 74,3 1000 naissances) Prévalence de malnutrition (Insuffisance 15,1 15,2 15,2 15,9 4,8 1,6 0,0 0,00 0,0 pondérale pour 1000 naissances) Espérance de vie à la naissance (en années) 60,8 61,8 61,6 61,3 67,4 69,4 70,7 71,0 71,8 Accès à leau potable (en %) 66,3 66,5 69,2 71,5 73,9 76,3 78,7 81,1 83,5 Scénario Alternatif Taux brut de scolarisation au primaire (en %) 104,0 104,4 109,1 109,2 109,3 109,9 110,3 111,2 112,5 Mortalité infantile (moins de 5 ans et pour 125,0 117,7 118,6 119,2 108,3 98,7 93,1 87,4 80,3 1000 naissances) Prévalence de malnutrition (Insuffisance 15,1 15,2 15,2 15,9 10,9 6,7 6,2 5,8 3,8 pondérale pour 1000 naissances) Espérance de vie à la naissance (en années) 60,8 61,8 61,6 61,3 64,1 66,5 66,7 67,0 68,2 Accès à leau potable (en %) 66,3 66,5 69,2 71,5 73,9 74,3 74,6 75,1 75,5Source : MEF, juin 2010 151Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 375. La mise en oeuvre de la SCRP contribue faiblement à l’atteinte des sur la base du scénario permettrait d’at- OMD 4, 5 et 6. Mieux, le bénéficie en teindre l’OMD 2 (assurer une éducation termes d’espérance de vie n’est que de primaire universelle) et d’approcher les 7 ans entre 2007 et 2015. cibles des OMD 4, 5 et 6 relatifs à la santé. Par ailleurs, elle se traduirait par 377. L’évaluation des impacts des une amélioration de l’espérance de vie différents scénarii sur les indicateurs de la à la naissance d’au moins 10 ans entre pauvreté est faite sur la base de la micro 2007 et 2015. simulation29. La micro simulation permet d’indiquer pour tout cadre macroéco- 376. Le scénario alternatif, bien nomique donné, le profil de pauvreté et qu’il permette de réaliser l’OMD 2, de distribution associé. Tableau 19 : Impact des différents scénarii sur les indices de pauvreté Ecart 2007 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2007-2015 Scénario SCRP Incidence de pauvreté 33,3% 34,1% 32,3% 30,1% 28% 26,5% 25,0% -8,3% Profondeur 9,5% 9,8% 9,1% 8,3% 7,5% 7,0% 6,5% -3,0% Sévérité 4,0% 4,2% 3,8% 3,4% 3,1% 2,9% 2,6% -1,4% Scénario Alternatif Incidence de pauvreté 33,3% 33,9% 33,2% 32,5% 32,3% 32,0% 31,7% -1,6% Profondeur 9,5% 9,8% 9,5% 9,2% 9,1% 8,9% 8,8% -0,7% Sévérité 4,0% 4,2% 4% 3,9% 3,8% 3,7% 3,7% -0,3% Sources : MEF, à partir des données de l’INSAE et la DGAE, juin 2010. 378. La mise en oeuvre de la 2007 et 2015. L’incidence de la pauvreté SCRP 2011-2015 sur la base du scénario monétaire passera de 35,21% en 2007 à central se traduit par un recul de la pau- 25,0% en 2015. vreté monétaire denviron 8 points en 29 Voir Annexe 2152 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire 379. Cette amélioration du ni- la pauvreté, qui mesure l’inégalité de re-veau de la pauvreté monétaire est venu parmi les pauvres, connait un reculbeaucoup plus visible en milieu rural plus accentué en milieu rural (enqu’en milieu urbain. L’incidence de pau- moyenne 0,9 point) qu’en milieu urbainvreté monétaire a baissé de 9,5 points (en moyenne 0,7 point).en milieu rural contre un recul de 6,2points en milieu urbain. Ce phénomène 380. Le scénario Alternatif permets’explique par l’amélioration des revenus d’améliorer l’incidence de la pauvretégénérés par le dynamisme des activités monétaire de 1,6 point entre 2007 etéconomiques mais surtout par le fait 2015. Ce faible recul de la pauvreté mo-qu’une bonne partie des transferts de nétaire est lié au faible niveau des dé-l’Etat vers les ménages (gratuité de penses, notamment les dépenses del’école et des soins de santé, micro fi- transfert, de personnel et d’investisse-nance, etc.) touche plus le milieu rural ment qui sont relativement bas, compa-que le milieu urbain. Ainsi, la sévérité de rativement au scénario de base. 153Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 9 : Principes directeurs, agenda de mise en œuvre et implication macro-économique et budgétaire154 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie C H A P IT R E 10 MECANISMES DE SUIVI ET DE L’EVALUATION DE LA STRATEGIE 10-1 CADRE INSTITUTIONNEL de la coordination interne. Par ailleurs la DE SUIVI ET DE L’EVALUATION collaboration entre le niveau central, le DE MISE EN OEUVRE niveau décentralisé, la société civile n’a pas été suffisamment active. 381. Des avancées ont été notéesau niveau du dispositif de suivi et de 382. Afin d’assurer l’atteinte effi-l’évaluation de la SCRP 2007-2009 par ciente des objectifs retenus dans la SCRPl’implication des acteurs aux différentes 2011-2015, il est donc indispensable deétapes du processus. Cette collabora- retenir un mécanisme renforcé et partici-tion a favorisé un dialogue entre la so- patif de suivi et d’évaluation. Le nou-ciété civile, les PTF, le secteur privé et le veau cadre institutionnel du dispositif deGouvernement. Toutefois, ces améliora- suivi et de l’évaluation permettra nontions enregistrées n’ont pas permis d’at- seulement d’impliquer les partiesteindre tous les résultats escomptés. A prenantes mais surtout de décliner lestitre d’exemple, les Ministères prioritaires responsabilités des acteurs (Gouverne-n’ont pas été à la hauteur des attentes ment, Administration, Collectivités lo-pour des raisons d’insuffisance de res- cales, secteur privé, société civile, PTF) àsources (humaines, matérielles et finan- toutes les étapes du processus de suivi etcières) et aussi à cause de la faiblesse de l’évaluation. 155Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie Ce qui suscitera une appropriation du gique. Le dispositif institutionnel31 de suivi processus à tous les niveaux permettra la et de l’évaluation de la SCRP 3 com- prise en compte des aspirations de prend ainsi : toutes les composantes sociales. i) un Conseil d’orientation ; ii) un Comité de pilotage et 383. Ainsi, le Gouvernement envi- iii) des Comités décentralisés de suivi de sage de capitaliser sur les acquis et li- la SCRP 2011-2015. (voir figure n° 15). mites des stratégies30 passées pour mettre en place un dispositif participatif 387. Le Conseil d’orientation est rénové et des instruments appropriés composé des Ministres en charge du pour assurer une mise en oeuvre effi- Développement et de la Prospective, du cace des axes stratégiques. Ministre de l’Economie et des Finances (MEF), des Ministres en charge des 384. Sur la base des orientations départements sectoriels. Il est présidé politiques et économiques du pays par le Ministre en charge du Développe- axées sur la participation des popula- ment et de la Prospective et travaille en tions et le partenariat public-privé, et étroite collaboration avec les Chefs dxe dans le cadre de la décentralisation, il mission diplomatiques. est retenu un dispositif articulé autour de deux niveaux que sont le niveau straté- 388. Le Conseil se réunit au moins gique et le niveau technique. une fois par semestre. Il donne les grandes orientations pour le suivi et la 385. Le niveau stratégique est coordination de la SCRP 2011-2015 et chargé de donner des orientations pour sert de dialogue politique avec les Parte- une mise en oeuvre efficace de la stra- naires Techniques et Financiers. La revue tégie et de coordonner le dispositif glo- annuelle conjointe sur la SCRP constitue bal de mise en oeuvre de la stratégie au un moment solennel pour examiner les plan national. progrès réalisés dans la mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015, en présence de 386. Le niveau technique est tous les membres du Conseil d’orienta- chargé de l’opérationnalisation des tion et du Comite de pilotage. orientations retenues au niveau straté- 30 Il s’agit de la SRP1 et de la SCRP 2 31 Le dispositif institutionnel de suivi et de l’évaluation repose à l’instar du dispositif de mise en oeuvre sur deux organes stratégiques. Toutefois il a été renforcé par les acteurs non étatiques (le syndicat, les acteurs de la société civile travaillant sur le contrôle de l’action publique) et toutes les structures de l’administration centrale et déconcentrée chargées du suivi et de l’évaluation des politiques publiques.156 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie 389. Le Comité de pilotage a pour tage devra travailler en étroite collabo-mission de s’assurer de l’effectivité du ration avec le groupe technique des PTFsuivi administratif et technique du dispo- sur le suivi de la SCRP et des appuis bud-sitif et de la disponibilité des différents gétaires de même que le réseau desproduits de suivi. Il est composé de la Organisations de la Société civile en-Cellule de Suivi des Programmes Econo- gagé dans le contrôle citoyen des poli-miques et Financiers (CSPEF), de l’Obser- tiques publiques.vatoire du Changement Social (OCS),de la Direction Générale des Politiques 391. Au niveau sectoriel, le suivide Développement (DGPD), de la Direc- des actions et programmes prioritairestion Générale des Affaires Economiques est de la responsabilité des ministères(DGAE) et de l’Institut National de la Sta- concernés, notamment les Cellules detistique et de l’Analyse Economique Suivi-Evaluation et les services statistiques(INSAE). La CSPEF en assure le secrétariat des Directions de la Programmation etpermanent et organise le fonctionne- de la Prospective (DPP). Ces dernièresment du comité par rapport aux tâches s’appuient sur des entités dénommées «spécifiques ci-après : points focaux » afin de faciliter la coordi- nation du dispositif et la cohérence du i) la coordination du suivi du SCRP système d’information. Elles assurent2011-2015 (suivi administratif) en rapport aussi la collecte des informations utilesétroit avec les ministères ; au suivi à des niveaux déconcentrés. ii) la coordination du suivi tech-nique ; 392. Au niveau décentralisé, le dispositif de suivi devra être renforcé. A iii) l’animation du processus parti- cet effet, le Gouvernement veillera aucipatif autour de la SCRP 2011-2015, entre fonctionnement effectif des Comités Dé-les parties prenantes, notamment l’admi- partementaux de Suivi (CDS) et les Co-nistration, le secteur privé et la société ci- mités Communaux de Suivi (CCS). Aussi,vile, ainsi que les Partenaires Techniques ce suivi décentralisé devra-t-il internali-et Financiers ; ser dans une vision de cohérence des actions, les plans de développement vi) la préparation des rapports communaux de deuxième génération.annuels de suivi de l’ensemble de laSCRP 2011-2015. 393. Les Comités Départementaux de Suivi (CDS) ont pour mission d’assurer 390. Par ailleurs, pour le suivi tech- le suivi de la mise en oeuvre desnique de la stratégie, le comité de pilo- programmes d’actions départementaux, 157Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie la collecte et l’analyse des données sta- 396. Sous-système 1 : Suivi statis- tistiques sectorielles du département. Ils tique de la pauvreté, des conditions de sont présidés par les Préfets des Dépar- vie des ménages et du développement tements et leur secrétariat est assuré par économique et social. les Directeurs Départementaux du Déve- loppement. Produits : la mission principale de ce sous-système est d’organiser et de super- 394. Le Comité Communal de viser les activités de suivi du bien-être de Suivi (CCS) est présidé par le Maire et a la population et du développement par pour mission d’assurer la collecte des la collecte des données auprès des mé- données statistiques de la commune, nages, des administrations et services sous la supervision des Comités départe- producteurs, leur gestion dans un Sys- mentaux de Suivi. Les CCS se réunissent tème Intégré de Gestion de l’Informa- une fois par trimestre et les comptes ren- tion Économique et Sociale (SIGIES), la dus de leurs travaux, de même que le production des Tableaux de Bord Écono- rapport trimestriel de mise en oeuvre de mique et Social (TBES), l’élaboration des la SCRP en cohérence avec le Plan de comptes nationaux, l’élaboration pério- Développement Communal (PDC), se- dique de la carte de pauvreté pour ac- ront adressés au Préfet du Département compagner le rapport d’avancement de pour prise en compte dans le rapport la mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. départemental. Structures responsables : Il s’agit des prin- 10-2 MECANISME DE SUIVI cipaux producteurs de statistiques socio- DE LA MISE EN OEUVRE économiques à savoir l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Écono- 395. Le dispositif de suivi est struc- mique (INSAE), la Direction Générale des turé autour de deux sous systèmes : Affaires Economiques (DGAE), le Comité PIB-TOFE, la Banque Centrale des États i) le suivi statistique de la pauvreté, de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la Cel- des conditions de vie des ménages et lule de suivi des programmes Econo- du développement économique et social, mique et Financiers et des Directions de la Programmation et de la Prospective ii) le suivi des réalisations phy- (DPP) des ministères prioritaires. La coor- siques et budgétaires des projets et pro- dination de ce système est assurée par grammes prioritaires. l’INSAE.158 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie 397. Ce sous système 1 va s’ap- 399. Sous-système 2 : Le suivi despuyer sur le plan d’actions de la Straté- réalisations physiques et budgétairesgie Nationale de Développement de la des projets et programmes prioritaires.Statistique (SNDS). Ainsi les opérations Mission : Ce sous-système permet de sui-statistiques32 prévues dans le cadre de la vre l’exécution des programmes et pro-SNDS serviront au suivi de la SCRP 2011- jets inscrits dans le PAP de la SCRP 3. Il se2015. En particulier, il sera réalisé en 2011 décompose en deux composantes, àla deuxième édition de lEnquête Modu- savoir :laire intégrée sur les conditions de viedes ménages (EMICoV 2) en couplage (i) le suivi physique des réalisations etavec la quatrième édition de lenquête (ii) le suivi budgétaire des pro-démographique et de santé (EDS 4) afin grammes prioritaires.dactualiser et dapprofondir les analysessur la dynamique de la pauvreté moné- Produits :taire et non monétaire. Il est également (i) Rapports annuels d’exécutionprévu en 2011, la réalisation de la carto- des programmes et projets, dont les bud-graphie censitaire en appui au qua- gets programmes ettrième recensement général de lapopulation et de lhabitation (RGPH4) (ii) une base de données sur lesqui sera organisé en 2012. projets. 398. La réalisation de ces grandes Structure responsable : La coordinationopérations statistiques permettront déla- de ce sous-système est assurée par la Di-borer des cartes thématiques (carte de rection Générale du Suivi des Projets etpauvreté, carte scolaire, carte sanitaire, Programmes (DGSPP) et comprend lacarte des infrastructures sociocommu- Cellule de Suivi des Programmes Econo-nautaires,…) au niveau géographique miques et Financiers, les DPP des minis-plus fin en vue de rationnaliser les inter- tères ainsi que les structures centrales telles que la Direction Générale du Bud-ventions publiques en matière de déve- get (DGB), la Caisse Autonome d’Amor-loppement, à travers un meilleur ciblage tissement (CAA) ; la Direction Généraledes pauvres, et donner des informations de la Gouvernance Locale et de la Dé-fiables à toutes les parties prenantes au centralisation ( DGGLD); les Directionsprocessus de développement au niveau Départementales de la Prospective etnational que local. du Développement (DDPD).32 Voir tableau 24 en annexe 159Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie 400. Produit principal attendu du ces erreurs du passé, il est prévu de met- dispositif de suivi. Le rapport d’avance- tre en place un système d’évaluation ment constitue l’output final du dispositif d’impact des politiques et programmes de suivi de la SCRP 2011-2015. Il repré- au niveau interne qu’externe. La mission, sente le document « fédérateur » de les produits attendus et les responsables l’ensemble du système de suivi de l’exé- pour l’évaluation interne à l’administra- cution de la SCRP 2011-2015. Il sera élaboré tion sont : annuellement de façon participative avec toutes les parties prenantes, sous la Mission : Il s’agit de mesurer les effets des coordination du Secrétariat Permanent politiques et des actions sur les groupes du Comité de Pilotage. Du point de vue de cibles et sur les objectifs de développe- la forme, le rapport d’avancement doit ment (croissance, pauvreté et dévelop- comprendre une synthèse des dévelop- pement social). Ces évaluations pements récents, des acquis dans la permettent d’établir des liens entre mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015 l’exécution des programmes et projets, structurée selon les axes stratégiques, d’une part, et les résultats en termes de ainsi qu’un récapitulatif de l’exécution développement et du bien-être des du PAP. Dans le fond, le rapport doit être groupes cibles, d’autre part. Les études analytique et dégager de façon expli- d’évaluations devront être mieux syn- cite les raisons de l’atteinte ou non des chronisées avec la programmation des objectifs fixés. Le rapport doit aussi pro- activités sectorielles, la révision des pro- poser des mesures correctives aux gou- grammes et des stratégies sectorielles et lots d’étranglement. celle de la SCRP 2011-2015. Elles devront servir également à apprécier l’efficacité 10-3 SYSTEME D’EVALUATION des programmes prioritaires au regard DES PERFORMANCES des objectifs de long terme définis dans la stratégie. 401. L’évaluation périodique de mise en oeuvre des SCRP antérieures a Produits : souffert des faiblesses du système de col- (i) des études sélectives d’im- lecte d’information, et du faible enga- pacts des politiques et programmes sur gement des acteurs à la base. La la pauvreté selon un cahier de charges plupart des évaluations ont été initiées révisés annuellement et tenant compte ou impulsées par l’administration cen- des priorités de la SCRP 2011-2015 ; trale dans le but de répondre aux enga- gements pris devant les Partenaires (ii) étude évaluative de l’efficacité techniques et financiers. Pour corriger des stratégies sectorielles et des politiques160 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégiepubliques sur la pauvreté. Les instruments vices qui peuvent être soit les acteurs in-d’évaluation d’impact tels que l’AIPS et ternes ou externes (centres de re-le Suivi d’Impact Local et Participatif cherche, cabinet d’études, etc.) ;(SILP) seront renforcés au niveau central (iii) allouer les ressources etet décentralisés ; (iv) superviser la réalisation, la dif-Structure responsable : Les travaux de ce fusion de ces études et l’exploitation dessous-système sont coordonnés par résultats pour l’affinement des politiquesl’Unité de Coordination de l’Observa- et des programmes. Ses membres sont letoire du Changement Social (OCS). Il Bureau de l’Evaluation des Politiques Pu-s’agit essentiellement, en collaboration bliques (BEPP), l’INSAE, la DGAE, laavec les acteurs du dispositif de suivi de : CSPEF, la DGPD, la Cellule d’Analyse des Politiques de Développement (CAPOD), (i) identifier et faire le choix des les centres et réseaux de recherche etproblématiques pertinentes à analyser ; les cellules de suivi-évaluation des sec- (ii) identifier les prestataires de ser- teurs prioritaires. 161Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • IntroductionFigure 15 : Dispositif de suivi et d’évaluation pour la SCRP 3162 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Chapitre 10 : Mécanismes de suivi et de l’évaluation de la stratégie10-4 RENFORCEMENT DES CAPACITES produits avec le dispositif de suivi et de DES STRUCTURES DU DISPOSITIF DE l’évaluation et SUIVI ET DE L’EVALUATION iii) une responsabilisation de 402. Le manque de ressources, chaque partie prenante du processus.qu’elles soient humaines ou financières, Dès lors, un renforcement de ce moyencontinue d’être un obstacle majeur au de mobilisation de ressources s’imposefonctionnement adéquat du dispositif. en vue de rendre plus efficace cetDe façon générale, des ressources bud- apport.gétaires doivent être directement allouéesaux structures responsables de la pro- Elle passe notamment par :duction des informations dans le dispositif i) l’élargissement des partenairesde suivi technique, en particulier aux de la corbeille commune ;structures de suivi des ministères sectoriels.Une corbeille commune coordonnée ii) une allocation des ressourcespar l’OCS a été mise en place avec dans une vision de responsabilisation desl’appui de la DANIDA, la GTZ et la Coo- différents acteurs fondée sur la Gestionpération Suisse, depuis 2006, pour ap- Axée sur les Résultats (GAR) par lepuyer le dispositif de suivi-évaluation, Groupe Technique de Gestion de la Cor-mais son fonctionnement reste à amélio- beille Commune etrer pour assurer : iii) la capitalisation du plan de i) une allocation optimale des res- renforcement des capacités en suivisources aux différents acteurs du dispositif ; évaluation élaboré avec l’appui du Pro- jet d’Appui des cadres au Renforcement ii) une cohérence entre les activités en Suivi Evaluation de la Pauvreté (PARSEP).financées par la corbeille et les différents 163Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • 164 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Conclusion CONCLUSION 403. Tirant son fondement du (i) assurer l’appropriation effectivelarge processus participatif de son éla- du contenu de ladite stratégie au ni-boration, la SRCP 3 représente le cadre veau de l’administration, des collectivi-fédérateur de toutes les stratégies secto- tés locales, du secteur privé et de larielles, et constitue le document de réfé- Société civile ;rence pour le dialogue avec les (ii) mobiliser les ressources internespartenaires au développement pour la et externes nécessaires à sa mise enpériode 2011-2015. Elle est essentielle- oeuvre et leur utilisation à bon escient etment la déclinaison des documents fon- (iii) renforcer les capacités institu-damentaux de stratégies à moyen et tionnelles et humaines à tous les niveauxlong termes du Bénin et des Objectifs du (central, régional et local) pour un bonMillénaire pour le Développement suivi de la stratégie.(OMD). 405. Par ailleurs, les concertations 404. Le succès de la mise en oeu- périodiques avec tous les acteurs serontvre de la stratégie dépendra de l’appro- organisées dans le but de consolider etpriation de son contenu par les différents de pérenniser le dialogue social, tech-acteurs en charge de son implémenta- nique et politique ; ce qui permettration et du soutien des partenaires au dé- d’apprécier les progrès accomplis etveloppement. A cet effet, des d’envisager les mesures correctivesdispositions devront être prises pour : nécessaires. 165Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Conclusion166 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes ANNEXES 167Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes Annexe 1 : Les hypothèses du cadrage ma- rythme moyen de croissance de la production croéconomique de la SCRP 2011-2015 agricole serait d’environ 5,0% sur la période L’un des objectifs de la SCRP 2011-2015 est l’ac- contre une croissance moyenne de 4,1% pour la célération de la croissance sur la période, avec SCRP 2007-2009 et 2,2% pour la SRP (2003-2005). une contribution de plus en plus importante du secteur privé, garantissant ainsi une amélioration L’agro-industrie. Le développement de la pro- des conditions de vie des populations. Cette duction agricole, notamment du coton, de l’ana- croissance doit être non inflationniste et devra nas, des tubercules, des céréales et des permettre un partage équitable des gains de pro- oléagineux, impacte significativement l’industrie ductivité et un bon taux de retour sur investisse- agro-alimentaire et les exportations béninoises. A ment. La mise en oeuvre du scénario central cet effet, l’assainissement de l’environnement des repose sur les hypothèses ci après : affaires et la promotion de nouvelles entreprises industrielles et de petites unités de transformation L’environnement international. La fin de la crise fi- vers le pilier agroalimentaire contribueraient à nancière mondiale est prévue pour 2010. L’éco- améliorer la contribution du secteur industriel à la nomie mondiale rentrera dans un nouveau cycle croissance. de croissance à partir de 2011. Ce qui affectera l’environnement régional, notamment le Nigeria L’énergie. Le Bénin traverse, depuis quelques an- et la Côte d’Ivoire. Par ailleurs, l’environnement nées, une crise énergétique, caractérisée par la socio-politique régional restera stable. Ainsi, la hausse des prix des produits pétroliers et le déles- conjoncture économique sera favorable au cours de tage. Ce qui n’est pas sans impact sur la compé- la période de mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. titivité des entreprises. Face à cette situation, le Gouvernement entend accroître les capacités L’environnement politique et social. Le déroule- de production afin de réduire sa dépendance vis- ment pacifique des élections présidentielles, légis- à-vis de l’extérieur. Ainsi, l’installation de la cen- latives et municipales constitue une condition trale de Maria-Gléta (à Abomey-Calavi) de 80 indispensable pour la mise en oeuvre de la SCRP MW en 2010 et des IPP (Producteurs Indépen- 2011-2015. Par ailleurs, l’apaisement des tensions dants d’Energie) pour une capacité de 100 MW à sociales devrait permettre à la SCRP 2011-2015 de partir de 2012 devrait accroître le niveau de la bénéficier de la participation effective du secteur production énergétique. privé. Les Bâtiments et Travaux Publics. Ce secteur Le coton. La maîtrise et la poursuite des réformes bénéficierait des dotations budgétaires dans les en cours dans la filière devraient conduire à une secteurs prioritaires (santé, éducation, assainisse- augmentation des superficies emblavées et du ment, secteur rural) pour la construction et la po- rendement du coton. Ainsi, la production du litique des grands travaux initiée par le coton augmentera progressivement pour se situer Gouvernement. En outre, l’augmentation des in- à 500.000 tonnes en 2015. vestissements privés attendus du fait de l’amélio- ration du climat des affaires contribuerait à La production vivrière. La mise en oeuvre du Plan rendre le secteur dynamique. Par conséquent, Stratégique de Relance du Secteur Agricole la croissance du secteur resterait soutenue au (PSRSA) va se traduire par une amélioration de la cours de la période de mise en oeuvre de la productivité et des rendements agricoles. Le SCRP 2011-2015.168 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • AnnexesLe commerce et les services. Le développement le Gouvernement entend augmenter, de ma-des infrastructures de transports et de télécom- nière progressive, le taux d’investissement publicmunication affecte significativement les coûts de dans les secteurs porteurs et potentiels identifiéstransaction et de production. Comme décrit dans le document de l’Agenda vers une écono-dans le chapitre 5, la mise en place d’infrastruc- mie émergente. Cette hausse de l’investissementtures économiques répondant aux normes inter- se fera simultanément avec l’amélioration du cli-nationales combinée avec le renforcement du mat des affaires, de la gouvernance et de l’effi-capital humain ainsi que des capacités du Port cacité de l’administration ainsi qu’avec lede Cotonou et la modernisation des chemins de renforcement du partenariat avec le secteurfer de l’OCBN tireraient la croissance à moyen privé et les PTF dans le but d’attirer les investisse-terme. ments privés et les flux de capitaux étrangers. Comme résultat de cette stratégie, le taux d’in-Les investissements : la réduction de la pauvreté vestissement passera de 22,6% en 2011 à environpasse par une accélération de la croissance et 24,7% en 2015.une promotion des emplois durables. A cet effet, 169Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes Annexe 2 : Architecture du Modèle de ca- réalisé avec la nouvelle version du Modèle de Si- drage macroéconomique de la SCRP 2011-2015 mulation et d’Analyse des Réformes Econo- miques (MOSARE34) disposant d’un module de Le cadrage macroéconomique a été micro simulation (voir figure 16). Figure 16 : Architecture du MOSARE Source : MEF, juin 2010 Le cadrage macroéconomique de la mulations macro-économiques aux données SCRP 2011-2015 devrait permettre d’atteindre d’enquêtes budget-consommation des mé- quatre (04) Objectifs du Millénaire pour le Déve- nages, de manière à estimer l’impact des chocs loppement (OMD) sur les huit (08). Il s’agit de sur les variations moyennes de revenu (ou de dé- l’éducation, la santé, l’eau potable et l’assainis- pense) pour chaque groupe, ainsi que pour sement. Les autres OMD pourraient ne pas être chaque ménage à l’intérieur de chaque catégo- atteints, mais devrait se rapprocher des cibles. Le rie. Ceci permet de calculer les variations de la module de micro simulation procède à la modé- pauvreté au niveau individuel et les change- lisation des sphères macroéconomique, mesoé- ments de la répartition entre les groupes. La dé- conomique et microéconomique. La démarche marche méthodologique pour l’élaboration du adoptée est celle de la plupart des instruments « module de micro simulation se présente comme micro macro ». Il s’agit de relier les résultats des si- suit : 34 Le MOSARE est un modèle quasi comptable, conçu pour projeter les données économiques d’un pays ne disposant pas de longues séries. Il respecte le cadre comp- table cohérent des comptes économiques.170 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • AnnexesEncadré 6 : Module de micro simulation Le module de micro simulation procède à la modélisation des sphères macroéconomique, me- soéconomique et microéconomique. La démarche adoptée est celle de la plupart des instruments « micro macro ». Il s’agit de relier les résultats des simulations macro-économiques aux données d’enquêtes budget-consommation des ménages, de manière à estimer l’impact des chocs sur les variations moyennes de revenu (ou de dépense) pour chaque groupe, ainsi que pour chaque ménage à l’intérieur de chaque catégorie. Ceci permet de calculer les variations de la pauvreté au niveau individuel et les changements de la répartition entre les groupes. La démarche méthodologique pour l’élaboration du module de micro simulation se présente comme suit : 171Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes Encadré 7 : Le Cadre d’Analyse de Viabilité de la Dette (CAVD) Les pays à faible revenu ont souvent dû faire face à une dette externe élevée. Leurs obligations à cet égard ont maintenant été réduites, en grande partie grâce aux initiatives internationales dallègement de la dette (IPPTE et IADM). Comme contribution au Consensus de Monterrey qui soutient les efforts de ces pays pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la Banque mondiale et le FMI ont développé un cadre danalyse de la dette pour aider les pays à faible revenu à mobiliser les ressources né- cessaires à leur développement tout en minimisant les risques futurs dun endettement excessif. Le Cadre d’Analyse de Viabilité de la Dette (CAVD) a été adopté par la Banque mondiale et le FMI en avril 2005 pour pallier les risques de surendettement. L’un des objectifs de l’analyse de viabilité de la dette est de guider les décisions financières des pays à faible revenus de façon à ce que leurs besoins de financement soient en ligne avec leur capacité de rem- boursement présente et future, tout en tenant compte des caractéristiques propres de chaque pays. Ce nouveau Cadre d’analyse classe les pays à faible revenu dans trois catégories en fonction de la qualité de leurs politiques et de la solidité des institutions, utilisant l’indice de la Banque Mondiale d’évalua- tion des politiques et institutions (CPIA) comme suit : - Classe inférieure, si l’indice CPIA ≤ 3,25, - Classe moyenne, si 3,25 < CPIA < 3,75, - Classe supérieure, si l’indice CPIA ≥ 3,75. Pour le Benin l’indice moyen pour la période 2006-2008 se situe à 3,57. Ce qui correspondant au « seuil 1 » pour les analyses. Les seuils indicatifs d’endettement varient en fonction de la catégorie. Ils sont plus élevés pour les pays dont les politiques sont de haute qualité, reflétant le fait que pour ces pays l’accumulation de dette présente moins de risque. Par contre ils sont relativement faibles pour les pays dont les politiques ont be- soin de réformes structurelles pour améliorer la productivité et la compétitivité. VAN de la dette en % de Service de la dette en % de Exportations PIB Recettes Exportations Recettes Seuil 1 100 30 200 15 25 Seuil 2 150 40 250 20 30 Seuil 3 200 50 300 25 35 Pour évaluer la soutenabilité de la dette dun pays, on compare lévolution des indicateurs dendettement aux seuils indicatifs sur une période de 20 ans. Un indicateur dendettement supérieur au seuil indicatif signale un risque que le pays rencontre des difficultés de paiement. Il y a quatre niveaux de risque : (i) faible, si tous les indicateurs dendettement sont nettement en dessous des seuils ; (ii) modéré, si les indicateurs dendettement sont en dessous des seuils dans le scénario central, mais dépassent ces seuils en cas de chocs externes ou de changements abrupts dans les politiques macroéconomiques ; (iii) élevé, si au moins un indicateur dendet- tement dépasse les seuils dans le scénario central ; (iv) en difficulté, dans le cas où le pays fait déjà face à des difficultés de paiement. Le CAVD est utilisée dans les évaluations du FMI en matière de stabilité macroéconomique et de soutenabilité à long terme des finances publiques et de la dette publique, de même que pour déterminer lac- cès aux ressources du FMI. La Banque Mondiale utilise également lévaluation du risque de difficultés de paie- ment issue des AVD pour déterminer la part des dons et des prêts dans son assistance à chacun des pays à faible revenu tel que le Bénin. Source : MEF et Site du FMI, www.imf.org, juin 2010172 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • AnnexesFigure 17 : Indicateurs de viabilité de la dette publique 173Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes Annexe 3 : Tableau du cadrage macroéconomique de la SCRP 2011-2015 Tableau 20 : CDMT Scénario SCRP 2011-2015 moyenne STRUCTURE (%) 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 29,6 31,6 33,5 35,8 38,3 33,8 Education 16,4 17,0 17,5 18,6 20,0 17,9 Santé 11,4 12,7 13,8 14,2 15,0 13,4 Développement Social et Culturel 1,7 1,9 2,2 3,0 3,3 2,4 Production et commerce 10,2 11,3 12,1 13,3 14,4 12,3 Infrastructures Productives 20,0 22,1 24,6 26,8 28,3 24,3 Gouvernance 6,2 6,4 7,1 7,5 7,6 7,0 Politique 1,6 1,2 1,0 1,0 1,0 1,2 Economique 4,5 5,2 6,1 6,5 6,6 5,8 Défense et Sécurité 6,5 4,6 3,8 3,0 2,3 4,0 Souveraineté 2,9 2,5 2,5 2,4 2,0 2,5 Total Ministères et institutions 75,3 78,5 83,7 88,9 92,9 83,8 Autres budgets 24,7 21,5 16,3 11,1 7,1 16,2 Total Budget 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 moyenne MONTANT (Milliards FCFA) 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 369,0 428,2 480,8 547,0 626,3 490,2 Education 204,8 229,6 251,2 283,6 327,3 259,3 Santé 142,3 172,3 198,5 216,9 245,6 195,1 Développement Social et Culturel 21,8 26,2 31,1 46,5 53,4 35,8 Production et commerce 126,5 152,9 173,7 203,0 235,5 178,3 Infrastructures Productives 249,2 299,0 352,6 408,7 462,5 354,4 Gouvernance 76,7 86,9 101,2 115,0 124,8 100,9 Politique 20,4 16,9 14,2 15,1 16,2 16,6 Economique 56,3 70,0 87,0 99,8 108,6 84,3 Défense et Sécurité 80,6 62,4 54,9 46,4 37,1 56,3 Souveraineté 36,2 33,4 35,8 36,4 32,9 34,9 Total Ministères et institutions 938,2 1062,8 1199,0 1356,6 1519,2 1215,1 Autres budgets 307,9 290,9 233,6 169,5 116,9 223,7 Total Budget 1 245,9 1 353,1 1 433,2 1 526,7 1 635,7 1 438,9 moyenne VARIATION 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 46,6% 16,0% 12,3% 13,8% 14,5% 20,6% Education 26,8% 12,1% 9,4% 12,9% 15,4% 15,3% Santé 93,5% 21,1% 15,1% 9,3% 13,2% 30,5% Développement Social et Culturel 31,2% 20,3% 18,6% 49,6% 14,8% 26,9% Production et commerce 57,6% 20,9% 13,6% 16,9% 16,0% 25,0% Infrastructures Productives 4,8% 20,0% 17,9% 15,9% 13,2% 14,4% Gouvernance -4,5% 13,3% 16,6% 13,6% 8,6% 9,5% Politique -43,1% -17,1% -15,8% 6,5% 7,1% -12,5% Economique 26,5% 24,3% 24,4% 14,7% 8,8% 19,7% Défense et Sécurité -4,5% -22,6% -12,1% -15,4% -20,0% -14,9% Souveraineté 31,9% -7,9% 7,2% 1,7% -9,8% 4,6% Total Ministères et institutions 23,1% 13,3% 12,8% 13,1% 12,0% 14,9% Autres budgets -29,8% -5,5% -19,7% -27,4% -3 1,0% -22,7% Total Budget 3,8% 8,6% 5,9% 6,5% 7,1% 6,4% Source : MEF, Juin 2010174 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • AnnexesTableau 21 : CDMT Scénario Alternatif moyenne STRUCTURE (%) 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 24,1 27,4 28,8 30,3 33,0 28,7 Education 13,7 14,6 15,4 16,8 18,9 15,9 Santé 8,6 10,8 11,4 11,7 12,8 11,0 Développement Social et Culturel 1,8 2,0 2,0 1,7 1,3 1,8 Production et commerce 10,3 10,9 11,3 11,9 13,0 11,5 Infrastructures Productives 30,5 31,9 35,8 38,9 40,2 35,4 Gouvernance 4,3 3,6 2,8 2,1 1,5 2,9 Politique 1,7 1,3 1,0 0,8 0,6 1,1 Economique 2,6 2,3 1,8 1,3 0,9 1,8 Défense et Sécurité 5,5 4,6 3,7 2,9 2,1 3,8 Souveraineté 3,0 2,6 2,6 2,5 2,1 2,6 Total Ministères et institutions 77,6 80,9 85,1 88,6 92,0 84,8 Autres budgets 22,4 19,1 14,9 11,4 8,0 15,2 Total Budget 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 moyenne MONTANT (Milliards FCFA) 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 300,6 357,4 389,7 434,6 504,6 397,4 Education 171,0 190,6 209,1 241,7 288,7 220,2 Santé 107,4 140,6 153,9 167,9 195,6 153,1 Développement Social et Culturel 22,2 26,3 26,7 25,0 20,3 24,1 Production et commerce 128,6 142,0 153,5 170,8 198,6 158,7 Infrastructures Productives 379,4 416,0 484,7 558,3 613,5 490,4 Gouvernance 53,4 46,4 38,0 30,9 23,6 38,5 Politique 20,7 16,9 14,1 12,1 9,5 14,7 Economique 32,7 29,5 23,9 18,8 14,1 23,8 Défense et Sécurité 68,1 60,0 50,7 41,7 32,2 50,6 Souveraineté 36,9 33,5 35,6 36,2 32,2 34,9 Total Ministères et institutions 967,0 1055,4 1152,3 1272,5 1404,8 1170,4 Autres budgets 279,0 249,7 202,3 163,8 122,6 203,5 Total Budget 1 245,9 1 305,1 1 354,6 1 436,2 1 527,6 1 373,9 moyenne VARIATION 2011 2012 2013 2014 2015 2011- 2015 Secteurs sociaux 19,4% 18,9% 9,0% 11,5% 16,1% 15,0% Education 5,8% 11,5% 9,7% 15,6% 19,4% 12,4% Santé 46,0% 30,9% 9,5% 9,1% 16,5% 22,4% Développement Social et Culturel 33,5% 18,6% 1,3% -6,3% -18,8% 5,7% Production et commerce 60,3% 10,4% 8,1% 11,3% 16,3% 21,3% Infrastructures Productives 59,5% 9,6% 16,5% 15,2% 9,9% 22,1% Gouvernance -33,5% -13,1% -18,0% -18,9% -23,4% -21,4% Politique -42,1% -18,3% -16,5% -14,6% -21,3% -22,6% Economique -26,6% -9,8% -18,9% -21,4% -24,7% -20,3% Défense et Sécurité -19,3% -11,9% -15,5% -17,7% -22,8% -17,4% Souveraineté 34,1% -9,2% 6,3% 1,6% -10,9% 4,4% Total Ministères et institutions 26,9% 9,1% 9,2% 10,4% 10,4% 13,2% Autres budgets -36,4% -10,5% -19,0% -19,1% -25,1% -22,0% Total Budget 3,8% 4,7% 3,8% 6,0% 6,4% 4,9%Source : MEF, juin 2010 175Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes Tableau 22 : Programme des opérations denquêtes Enquêtes PERIODICITE EN ANNEXES 2011 2012 2013 2014 2015 2016 EMICOV2 5 Enquête de 1 suivi EDS 5 RGPH 4 10 RGE 5 RNA Source : à partir de la SNDS , EMICOV2= Enquête Modulaire sur les Conditions de Vies des Ménages phase 2 ; EDS= Enquête Démographique de Santé ; RGPH4= Quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitation ; RGE= Recensement Général des Entreprises ; RNA= Recensement National Agricole176 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • ANNEXE 4 : LISTE RESTREINTE DES INDICATEURS DE SUIVI OBJECTIFS/RESUL- DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ TATS 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE OBJECTIF GENERAL : Accélération de la croissance économique et amélioration du bien être de la population (IMPACT) Incidence de la pauvreté monétaire nationale 35,21% 34,1% 32,3% 30,1% 28% 26,5% 25% INSAE Annuel Enquête de suivi EMICOV Incidence de pauvreté monétaire rurale 38,36% 32% 30% 27% 26% 26% INSAE Annuel Enquête de suivi EMICOV Profondeur de la pauvreté monétaire 10,44% 9,8% 9,1% 8,3% 7,5% 7% 6,5% INSAE Annuel Enquête de suivi EMICOV Sévérité de la pauvreté monétaire 4,46% 4,2% 3,8% 3,4% 3,1% 2,9% 2,6% INSAE Annuel Enquête de suivi EMICOV Taux de croissance économique 4,1% 3,6% 5,6% 6,5% 7,0% 7,5% INSAE Annuel Comptes nationaux EFFECTS (Objectif spécifique) (HORIZONTAL ISSUES) Atteindre un taux de croissance forte et soutenue Développer les infrastructures économiques Renforcer le capital humain Renforcer la bonne gouvernance Mettre en œuvre un développement équilibre et durable de l’espace nationalStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015) AXE STRATEGIQUE I: ACCELERATION DE LA CROISSANCE Taux d’investissement 22,9% 23,2% 22,6% 22,9% 23,6% 24,1% 24,7% INSAE/DGAE Annuel Taux d’inflation 2% 2,2% 2,2 % 2,3% 2,5% 2,8% 2,8% INSAE Annuel Déficit budgétaire global R1 Consolidation -4,9 -4,5 Annuel (base d’ordonnancement -5,8% -5,4% -5,3% -3,9% TOFE/CSPEF du cadre macro- en % du PIB économique Service de la dette en % des exportations Solde courant de la balance des paiements en % du PIB Taux de mobilisation des re- Annuel Annexes >90% >90% >90% >90% >90% TOFE/CSPEF cettes fiscales 177
    • 178 DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE Annexes OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Durée de création d’une DPP/secteur 31 < 25 < 25 < 20 < 10 < 10 Annuel entreprise (en jours) privé Amélioration du rang du Bénin dans DPP/secteur R2 : Dynamisation 172 170 Annuel du secteur privé le classement Doing Business (%) privé et développement Part de l’investissement de l’entreprise privé dans le PIB Taux de croissance du PIB Agricole 7% 10% 15% 17% 20% DPP/MAEP-INSAE Annuel Taux de prévalence de DPP/MAEP 12% 10% 9% 8% 7% 6% Annuel l’insécurité alimentaire Taux d’accroissement des 231,866 R3 : Diversification 8% 12% 17% 22% 27% DPP/MAEP Annuel exportations agricoles milliards1 de l’Economie Taux de couverture des besoins alimentaires d’orignine : Animale 58% 62% 66% 79% 82% 85% DPP/MAEP Annuel Végétale 150% 153% 159% 165% 168% 170% DPP/MAEP Annuel R4 : Promotion de l’intégration régionale 1 Valeur obtenue au prix courant en 2009. Les taux d’accroissement seront évalués à partir de cette valeurStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE AXE STRATEGIQUE II : DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES Linéaire de routes revêtues, réhabilitées ou construites 142,3 DPP/M. 251,50 247,17 152,50 150,00 150,00 150,00 Annuel (en km) Transport Linéaire de pistes rurales 2900 3200 4500 4500 4500 DPP/M. 4500 4500 Annuel aménagées ou réhabilitées (km) Transport Indice d’état du réseau routier R1 : 76 en bon état (en %) Développement du Transport Trafic aérien passager Trafic aérien de Frêt Trafic de marchandises à l’importation Trafic de marchandise à l’exportation Taux national d’électrification (%) 26,5% 36,6% 41,6% 46,6% 51,5% 56,5% DPP-DGEnergie/MEE Annuel En milieu urbain 53,3% 60,9% 64,7% 68,4% 72,2% 76% DPP-DGEnergie/MEE Annuel En milieu rural 3,1% 14,1% 19,6% 25% 30,5% 36% DPP-DGEnergie/MEE Annuel R2 : Energie Taux de couverture national 28,9% 34,9% 43,9% 51,5% 59% 66,5% 74% DPP-DGEnergie/MEE Annuel Taux national de desserte 51,3% 62% 69% 76% 83% 90% DPP-DGEnergie/MEE AnnuelStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015) Nombre de localités électrifiées 1086 1312 1650 1932 2214 2496 2779 DPP-DGEnergie/MEE Annuel Taux de desserte en eau potable 60% 62,5% 65% 67,5% 69,5% DPP/MEE Annuel en milieu rural et semi-rural Taux de desserte en eau potable 64,5% 67,5% 70,5% 73,5% 75% DPP/MEE Annuel R3 : en milieu urbain Eau et Taux de panne des points d’eau assainissement en milieu rural Population supplémentaire desservie en milieu rural Nombre de nouveaux EPE construits Annexes 179
    • 180 DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Annexes Nombre de EPE réhabilités Annuel Longueur de collecteurs Annuel construits Longueur de caniveaux Annuel construits Taux de couverture des ménages en ouvrage d’évacuation des Annuel excrétas Taux de couverture en ouvrage d’évacuation des excrétas en Annuel milieu scolaire AXE STRATEGIQUE III – RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN Taux brut de préscolarisation 8,04% 10% 11% 12% 13% 14% 15% DPP/MEMP Annuel Taux brut de scolarisation 109% 110% 113% 116% 125% DPP/MEMP Annuel Taux brut de scolarisation des filles 104% 106% 110% 114% 125% DPP/MEMP Annuel Pourcentage d’élèves filles 46,03% 46,8% 47,4% 48,1% 50% DPP/MEMP Annuel dans l’enseignement primaire Taux brut d’admission au CI 140% 136% 133% 130% 120% DPP/MEMP Annuel Taux brut d’admission au CI des filles 138% 106% 110% 114% 125% DPP/MEMP Annuel Ratio élèves/maître 48,3% 46,7% 46,4% 46% 45% DPP/MEMP Annuel Pourcentage de redoublant 13% 10% 10% 10% 10% DPP/MESFTP Annuel R1 Taux d’achèvement du primaire 65% 75% 82% 89% 110% DPP/MESFTP Annuel Education Taux d’achèvement des filles du primaire 57% 69% 77% 85% 110% DPP/MESFTP Annuel Nombre d’apprenants en dernière DPP/MESFTP Annuel année de formation CQP Taux moyen de succès aux Annuel DPP/MESFTP examens de 2nd cycle Taux d’inscription des filles dans l’Enseignement Technique et DPP/MESFTP Annuel Formation Professionnelles Ratio étudiants/enseignants DPP/MESFTP Annuel Ratio manuels par élève DPP/MESFTP Annuel (français et mathématique)Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015) Nombre d’alphabétisés DPP/MESFTP Annuel
    • DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Taux de fréquentation des Annuaire 46,1% 47%* 60% 65% 70% 75% 80% DPP/MS Annuel services de santé statistique Taux de fréquentation des 85%* 92% 94% 95% Annuaire services de santé pour les 76,1% 89% 91% DPP/MS Annuel statistique enfants de 0 à 5 ans Nombre de zones sanitaires Annuaire 29 30 32 34 34 34 34 DPP/MS Annuel fonctionnel statistique Taux de prévalence du VIH/SIDA Annuaire 2% < 2% < 2% < 2% < 2% < 2% < 2% DPP/MS Annuel parmi les femmes enceintes statistique Taux de couverture vaccinal PEV (pen- 92% 95% Annuaire 98% > 90%* 94% 95% 95% DPP/MS Annuel tavalent dose 3)enfant de 0 à 11mois statistique Taux de couverture vaccinal au VAR Annuaire 95% 84%* 87% 90% 92% 94% 95% DPP/MS Annuel statistique desenfants de 0 à 11mois Taux d’accouchement assisté Annuaire par le personnel médical ou 78,6% > 80% 84,79% 87,15% 95% 97% 98,5% Annuel statistique para médical DPP/MS R2 Annuaire Santé Taux de consultation prénatale 91,6% > 90%* 94,93% 95,46% 96,5% 98% 98,5% DPP/MS Annuel statistique Taux d’utilisation des méthodes Annuel Annuaire 21,2% >10%* >11% >12% >13% >14% >15% DPP/MS modernes de contraception statistique Pourcentage des enfants de Annuaire moins de 5 ans dormant sous 56,3% 60%* 80% 80% 93% 95% 97% DPP/MS Annuel statistique moustiquaire imprégnéeStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015) Pourcentage de femmes Annuaire enceintes dormant sous mousti- 54,8% 60%* 80% 80% 80% 90% 95% DPP/MS Annuel statistique quaire imprégnée Taux de couverture des mé- Annuaire nages en ouvrages d’évacua- 39,40% 42,60% 46,40% 50,90% 56,20% 62,20% 69,10% DPP/MS Annuel statistique tion des excrétas Taux de couverture en ouvrages Annuaire d’évacuation des excrétas en 70,92% 75,60%* 80,70% 85,89% 91,03% 96,8% 100% DPP/MS Annuel statistique milieu scolaire Taux de succès thérapeutique Annuaire 87% 87% 87% 87% 87% 87% 87% DPP/MS Annuel des nouveaux cas TPM statistique AXE STRATEGIQUE IV : RENFORCEMENT DE LA BONNE GOUVERNANCE Taux d’utilisation des ordres de paiement 4,98% - < 8% < 8% < 8% < 8% < 8% DGB-CSPEF/MEF Annuel Etat SIGFIP Annexes R1 Finances publiques 19,5 j - Délai moyen de paiement (en jours) < 24 j < 24 j < 24 j < 24 j < 24 j DGB-SIGFIP/MEF Annuel Etat SIGFIP 181
    • 182 DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Annexes Taux d’utilisation des régies d’avances 21,11% - < 8% < 8% < 8% < 8% < 8% DGB-SIGFIP/MEF Etat SIGFIP Annuel Délai moyen de passation des marchés publics sur financement du budget national (en jours) Fournitures 54 j - 55 j 55 j 55 j 55 j 55 j DNMP/MEF Annuel Etat SIGMAP Services 62 j - 65 j 65 j 65 j 65 j 65 j DNMP/MEF Annuel Etat SIGMAP Grands travaux 92 j - 75 j 75 j 75 j 75 j 75 j DNMP/MEF Annuel Etat SIGMAP Taux d’exécution des dépenses courantes hors salaires du BGE ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% DGB Annuel Etat SIGFIP (base ordonnancement) MS ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% DGB/MS Annuel Etat SIGFIP R1 Finances publiques MEE ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% DGB/MEE Annuel Etat SIGFIP MESFTP ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% DGB/MESFTP Annuel Etat SIGFIP MEMP ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% ≥ 80% DGB/MEMP Annuel Etat SIGFIP Taux dexécution des dépenses dinvestissement sur ressources propres ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% DGB Annuel Etat SIGFIP du BGE(base ordonnancement) MS ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% DGB/MS Annuel Etat SIGFIP MEE ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% DGB/MEE Annuel Etat SIGFIP MESFTP ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% DGB/MESFTP Annuel Etat SIGFIP MEMP ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% ≥ 60% DGB/MEMP Annuel Etat SIGFIP Durée moyenne des procès Annuaire 9,20 6 5,5 5 5 4,5 DPP/MJLDH Annuel correctionnels (en mois) statistique R2 Justice Durée moyenne des procès civils DPP/MJLDH Annuaire 6,6 5 4,5 4 4 3,5 Annuel (en mois) statistiqueStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Durée moyenne des détentions 8 Annuaire préventives des détenus des 11,95 11 10 8 7,5 DPP/MJLDH Annuel statistique cabinets dinstruction Durée moyenne des détentions Annuaire DPP/MJLDH Annuel statistique préventives globales Taux de dossiers réglés 34,71% 38% 40% 45% 45% 42% Annuaire DPP/MJLDH Annuel statistique Annuaire Ratio habitants/magistrat 43633 43000 42500 42300 42100 42000 DPP/MJLDH Annuel statistique Annuaire Taux doccupation des prisons 205% 150% 145% 135% 125% 125% DPP/MJLDH Annuel statistique Proportions denfants ou de Annuaire jeunes en détresse ayant béné- 86,86% 87% 87% 89% 90% 95% DPP/MJLDH Annuel statistique ficié dune protection judiciaire Distance moyenne à la Annuaire DPP/MJLDH Annuel première juridiction (en km) statistique AXE OPÉRATIONNEL V : DEVELOPPEMENT EQUILIBRE ET DURABLE DE L’ESPACE NATIONAL Rapport des dépenses des DPP/ Annuaire collectivités territoriales dans le 5,3% 5,5% 5,5% 6% 6% 6% Annuel MDGLAAT statistique total des dépenses du BGE - Part des transferts aux collecti- DPP/ Annuaire vités territoriales dans le total 2,5% 3% 3% 3,5% 3,5% Annuel statistique MDGLAAT des dépenses du BGEStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015) Taux dexécution des transferts DPP/ Annuaire 100% 100% 100% 100% 100% 100% Annuel statistique R1 : FADEC affectés et non affectés MDGLAAT Décentralisation et aménagement Réalités du fonctionnement 95% DPP/ Annuaire du territoire 90% 90% 95% 95% 95% Annuel des CDCC et des CAD MDGLAAT statistique Taux dexécution des budgets DPP/ Annuaire 57% 80% 80% 80% 80% 80% Annuel communaux MDGLAAT statistique Taux de conformité à la loi des 80% 85% DPP/ Annuaire axes administratifs et budgé- 74% 85% 90% 90% Annuel MDGLAAT statistique taires communaux. Annexes 183
    • 184 Annexes DONNÉES DE BASE BUT MOYEN DE OBJECTIFS/RESULTATS INDICATEURS RESPONSABLE PERIODICITÉ 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 CONTROLE Nombre de territoires de Annuaire DPP/ Annuel développement constitués 8 10 13 16 19 22 24 statistique MDGLAAT et formalisés Annuaire Nombre de projets de territoire DPP/ Annuel 2 3 4 5 7 9 11 statistique élaborés MDGLAAT Proportion des zones forestières Annuaire DGFRN/ protégées par rapport à la 35% 35% 40% 40% 40% 40% Annuel statistique MEPN superficie forestière totale Taux de reboisement dans le 6873 7577 R2 : 6545,7 7216 7956 8354 DGFRN/ Annuaire cadre de la gestion durable ha ha ha ha Annuel statistique Environnement ha ha MEPN des ressources durables. et cadre de vie Proportion de la population DGE/ Annuaire déservie par la pré-colette des 32% 35% 40% 44% 47% 52% Annuel statistique MEPN déchetsStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Annexes COMITÉ D’ORIENTATION Pascal Irenée KOUPAKI : Idriss L. DAOUDA : Ministre d’Etat chargé de la Prospective, du Ministre de l’Economie et des Finances Développement et de l’Evaluation des Poli- tiques publiques et de la Coordination de l’Action Gouvernementale Comité de supervision Comité de pilotage Président Président Antonin DOSSOU Mohamed GADO Membres : Membres : Rigobert LAOUROU Justine ODJOUBE Jonas GBIAN Dieudonné DAHOUN Mathias HOUNDONOUGBO Boko BAGUIDI Cosme VODOUNOU Social Watch Bénin,OSC Wildaf-Bénin Comité de rédaction Comité de lecture Coordination Kokou ZOUNON Hermann O. TAKOU Marie-Odile ATTANASSO Aristide F. DJOSSOU Edgard ZINSOU OKIKI Membres Bachir SOUBEROU Gauthier BIAOU Moutaïrou BALOGOUN Damien MEDEDJI Innocent LOKOSSOU Mathieu KOUKPO Ambroise AGBOTA Salomon OKIRI Valentin AHANHANZO-GLELE Albert TINGBE AZALOU Jean-Claude KEKE Eric VIKEY Habib TIDJANI Bertin AÏZONOU Firmin AÏGNON Ansèque GOMEZ Armande GNINANFON Jules YEHOUENOU Groupes thématiques - Ministères sectoriels - Société civile - Partenaires Techniques et Financiers 185Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
    • Introduction XXStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)