• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Quid du Marketing Mobile en 2010
 

Quid du Marketing Mobile en 2010

on

  • 1,842 views

Table ronde animée par Frédéric Bascunana de TechToc TV dans le cadre du salon Online 2010, Paris, le 10.06.10

Table ronde animée par Frédéric Bascunana de TechToc TV dans le cadre du salon Online 2010, Paris, le 10.06.10

Statistics

Views

Total Views
1,842
Views on SlideShare
1,840
Embed Views
2

Actions

Likes
0
Downloads
26
Comments
0

2 Embeds 2

http://www.lmodules.com 1
http://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Quid du Marketing Mobile en 2010 Quid du Marketing Mobile en 2010 Document Transcript

    • Quid du marketing Mobile en 2010 –<br />Salon Online, Paris, le 10.06.10<br />Frédéric Bascunana, TechTocTV, modérateur, www.techtoc.tv <br />Vianney Settini, MobPartner, http://web.mobpartner.com/<br />Dimitri Dautel, Havas Digital Mobile, http://www.havasdigital.com/mobext.html <br />Bertrand Jonquois, Nemo Agency, http://www.nemo-agency.com/ <br />Présentations<br />Livre : Florence Jacob, « Marketing Mobile », a inspiré les questions de cette table ronde. Malheureusement sont auteur n’a pas pu être présente, comme initialement prévu.<br />TechTocTV : il s’agit d’une TV des professionnels qui co-créent des émissions télé en parlant de l’écosystème dont ils sont des experts.<br />MobPartner = plateforme d’affiliation sur mobile (site mobile et appli iPhone) Annonceurs dans le monde entier. Traditionnellement on mettait en place de campagnes à l’affichage et au clic. Les campagnes à l’affiliation sont relativement récentes : l’annonceur ne paie que lorsque l’action est effectuée sur le site. Si je vends des sonneries par exemple, je ne paie que lorsque la sonnerie est achetée et non pas à l’affichage ou au clic. Il est possible, grâce à ces campagnes de générer des leads ou de promouvoir l’inscription à des réseaux sociaux. Il s’agit de campagnes à la performance.<br />Havas Digital Mobile : au sein de Havas Medias ils aident Orange, Pajesjaunes, Renault et Citroën, entre autres, à construite leur stratégie mobile. <br />Nemo Agency, est une agence de marketing mobile avec la particularité de créer des liens entre l’internet et le mobile (d’où le nom Nemo, qui est la contraction de net + mobile). Les clients de Nemo Agency sont Bell&Ross (montres haut de gamme), Vogue Paris (groupe Condé Nast) et Comuto (iPhone, Android et NIM).<br />Qu’est-ce que le M-marketing ? Quels préjugés ?<br />M-marketing : créer des campagnes sur mobile, créer du trafic et monétiser le service mobile. Le m-marketing est souvent vécu comme une agression, une intrusion.<br />Définition : toucher le consommateur de façon ciblée, au moment opportun et où qu’il se trouve.<br />Le marketing mobile est perçu comme beaucoup plus intrusif que l’e-mail par le consommateur. De surcroît, les campagnes mobiles ont un taux de conversion beaucoup plus faible que les campagnes d’e-mailing ou marketing direct, elles sont plus chères et -si jamais elles sont dénoncées comme non sollicitées par un consommateur (c'est-à-dire si elles n’ont pas fait l’objet d’une procédure d’ HYPERLINK " http://fr.wikipedia.org/wiki/Opt_in" opt-in)- elles peuvent engendrer des pénalités très lourdes.<br />Avantages du marketing mobile<br />Le mobile est un puissant intégrateur de média : vidéo, voix, images. Faire converger la prise de parole grâce à une interaction avec le téléphone mobile. L’acte de transformation intervient au moment où le message est le plus fort dans l’esprit du consommateur.<br />Le marketing mobile ne se limite pas au SMS et au MMS. <br />Quelles sont les technologies / vecteurs d’usage disponibles en dehors du SMS ?<br />Havas Digital Mobile : Le m-mobile n’est plus limité à un usage type marketing direct. Portails opérateurs. Applications simples.<br />Grace à l’iPhone la connexion à internet est devenue très simple capacité de captation de contact très intéressante. Ex. Le Monde s’est investi dans l’iPhone. Ils couvrent la moitié du parc grâce à l’appli iPhone (400.000) mais ne font pas encore de sous avec.<br />Il y a également des sites qui affichent de la publicité : publicités sur bannières à l’intérieur du site ou publicités cachées (renvoi à d’autres services)<br />M-couponing : phénomène qui se développe beaucoup aux US. On emporte dans sa poche un bon de réduction grâce à l’inscription sur des sites / applications. La confidentialité des données est préservée car il n’y a jamais de transfert de numéro de portable à l’annonceur.<br />Le marketing mobile devra respecter l’intimité des gens et le faire beaucoup plus que ne le fait internet. Fut un temps, il y a eu des abus d’envoi de SMS et ces excès ont été lourdement sanctionnés (des sociétés ont fait faillite).<br />Quelle est la mécanique promotionnelle ? Comment on s’y prend pour amorcer une CRM étendue ?<br />Le préalable à toute action est de demander le consentement des utilisateurs, qui vont télécharger volontairement une application de marque ou de média.<br />En France il y a entre 2,5 et 3 millions d’iPhone. Il s’agit du 3ème pays au monde après les US et l’UK. Les trois opérateurs (Orange, SFR, Bouygues) commercialisant l’iPhone et cela a certainement aidé la pénétration du produit d’Apple. 2,5 millions d’individus représentent 65% de consommation de Smartphones. Les annonceurs cherchent à produire un processus émotionnel de relation de proximité avec l’utilisateur. Foursquare réinvente les modèles géolocalisables.<br />Après il faut avoir un site mobile ou une application.<br />Quel est le but du m-mobile pour la marque ?<br />Comment faire monter son appli sur le score iPhone ? Parler sur les blogs, buzzer, etc. <br />Pour les sites mobiles l’inconvénient est qu’il n’y a pas le driver du site Appstore : donc les principaux leviers de visibilité sont les SMS, les MMS, sites web, displays<br />Sur le mobile on vient de passer du CPM/CPC au CPA dans l’affiliation. Il s’agit d’une offre jeune qui n’est donc pas encore démocratisée sur le mobile. L’idée est de proposer à l’annonceur quelque chose d’efficace. <br />Applications et exemples de géolocalisation<br />La géolocalisation est le véritable facteur distinctif du mobile par rapport aux autres médias. On peut y associer des points d’intérêt et on peut le coupler aux réseaux sociaux (et cela est promis à un avenir extraordinaire).<br />Lauréat de Proxima Mobile : géolocalisation autour des musées : heures d’ouverture, programmes, proximité des musées de l’endroit où nous nous trouvons. Intégration de la réalité augmentée dans la visualisation de la cartographie.<br />Exemple de Foursquare : offre de nombreuses possibilités aux marques de faire du marketing ciblé.<br />Du m-marketing au m-commerce le pas est court ?<br />Achat de biens physiques est déjà possible (ex. site mobile de la Fnac).<br />Mon mobile peut également devenir portemonnaie électronique véritable économie nouvelle<br />Achat de biens dématérialisés, c'est-à-dire des applications, de la musique ou des vidéos aujourd’hui c’est déjà une réalité forte, surtout portée par du micro-paiement. L’Appstore représente 1 millions de dollars par jour.<br />Attention Apple peut changer les règles du jeu du jour au lendemain : exemple les applications sexy, qui ont été radiées de l’Appsore après avoir été initialement acceptées. Apple a ensuite refusé les applications Google. Il faut faire attention de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier : il y a Android qui arrive en force et dont il faudra tenir compte dans les développements.<br />Est-ce qu’il y a des campagnes qui pourront bénéficier de la technologie Bluetooth ?<br />Aujourd’hui on peut dire que le Bluetooth est mort pour le m-marketing.<br />Le NFC (Near Field Communication ou communication en champ proche) n’est pas démocratisé en France. Nous avons du feed-back du Japon mais qui est un marché complètement différent du marché français.<br />Code barre 2D (ou flashcode), vient également du Japon où ça s’est vraiment démocratisé.<br />Exemples de campagnes ?<br />Campagne Citroën : DS3 appli iPhone Plan de promotion par bannière pour renvoyer les mobinautes vers l’Appstore afin de télécharger l’application. La rubrique nouveauté de l’Appstore est très fréquentée pendant 2 semaines il faut pousser une appli lorsqu’elle est dans cette vitrine afin qu’elle remonte dans les scores et reste visible par la suite. L’application française, qui a été poussée publicitairement, a fonctionné 70 fois mieux que le reste des applis européennes qui n’avaient pas fait l’objet de promotions.<br />Bell & Ross vendeur de montres haut de gamme : déclinaison d’une gamme de sites adaptés à iPhone, Blackberry et iPad : campagne qui permet de rediriger le site internet dans une vesrion optimisée pour chaque terminal.<br />Mobilefriends : appli adaptée à l’usage mobile développée par Alcatel.<br />Est-ce que le mix entre mobile marketing et réseaux sociaux va être le couple gagnant ?<br />Les réseaux sociaux sont effectivement fortement utilisés en mobilité et donc cet usage est regardé de près par les annonceurs.<br />Facebook est un levier majeur sur le mobile. Sur 400 millions d’utilisateurs de FB 100 millions l’utilisent en mobilité (soit ¼). On a tous entre 50 et 100 contacts sur notre téléphone et ce sont les mêmes que nous avons sur FB. Ex : sur Vogue on donne le lien vers FB <br />Le mobile sera social ou ne sera pas !<br />PLYCE est le concurrent français de Foursquare : créé par l’agence Majes le service mélange le micro-blogging, l’internet mobile et la géolocalisation<br />25% de la population se connecte à internet par mobile. 2,5 millions de personnes en France sont équipées d’iPhone. C’est énorme. Cela représente aussi une opportunité de créer des businesses sur le mobile. Aujourd’hui on est capables de vendre des contenus, contrairement à ce qui se passe sur internet, où les consommateurs ont tendance à attendre du contenu gratuit. Sur mobile l’action d’achat d’applications est désormais acquise.<br />Appstore prélève 30% sur une application qu’ils mettent en avant, 70% sont reversés aux développeurs.<br />