Your SlideShare is downloading. ×
0
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Introduction à la théorie de la firme
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Introduction à la théorie de la firme

3,889

Published on

Un document d'introduction théorique aux notions de théorie de la firme avec une approche graphique permettant de situer les principaux auteurs de ce domaine de la science économique.

Un document d'introduction théorique aux notions de théorie de la firme avec une approche graphique permettant de situer les principaux auteurs de ce domaine de la science économique.

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,889
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Firme+Innovation Introduction Sandrine Wolff | wolff@unistra.fr Francis Gosselin | gosselin@unistra.fr
  • 2. Plan de la séance | Firme+InnovationPour en finir avec la firme point Une critique des fondements microéconomiques de la firmeQuestions fondamentales : de Berle et Means à CoaseDeux approches contractuelles : théorie de lagence et droits depropriétéLanalyse "historique" de la firme et ses configurationsLa firme comme organisation : cognition et comportementLa théorie évolutionniste
  • 3. Point tout court. Firme point Une critique.
  • 4. La firme point | Firme+InnovationLa firme type de la théorie microéconomique • fonction de production, qui achète sur un marché courant (spot market) et maximise ses profits (ou ses recettes) • c’est une théorie rigoureuse, mais rudimentaire : • elle est mathématiquement formalisable et élégante • très utile pour envisager les variations provenant de facteurs exogènes • elle permet d’analyser l’interaction entre firmes dans différents types de structures de marché (imparfait, oligopolistique, etc.) • par contre, elle est largement insuffisante : • n’explique pas l’organisation interne de la firme • silence sur la résolution de conflits entre parties prenantes • ne dit pas comment s’accomplit l’objectif de maximisation du profit • ne dit pas ce qu’est une firme ni quelles sont ses frontières...
  • 5. Questions & Means Coase, Berle
  • 6. Questions fondamentales | Firme+Innovation“ in economic theory we find that the allocation of factors of production between different uses is determined • Coase (1937) rappelle limportance by the price mechanism. dune définition claire de la firme afin The price of factor A de justifier le choix entre théories becomes higher in X than in Y. As a result, A moves from alternatives Y to X until the difference between the prices in X and • Si le mécanisme des prix est le seul Y, except in so far as it critère, pourquoi existe-t-il des firmes? compensates for other differential advantages, • Il réintroduit le personnage de disappears. Yet in the real world, we find that there are lentrepreneur comme acteur significatif many areas where this does not apply. If a workman • Il y a un coût à utiliser le mécanisme moves from department Y to des prix department X, he does not go because of a change in relative prices, but because he is ordered to do so. ”
  • 7. Questions fondamentales | Firme+Innovation• Berle et Means (1932) sinquiètent plutôt de la division observée entre “ The capitalist process, by propriétaires et managers substituting a mere parcel of shares for the walls of and the• La recherche de profit est mise de côté machines in a factory, takes the au profit des intérêts des directeurs life out of the idea of property. It loosens the grip that once was so• La dispersion de la propriété entraîne strong - the grip in the sense of une concentration du pouvoir the legal right and the actual ability to do as one pleases with économique : lentreprise devient one’s own; the grip also in the institution sense that the holder of the title loses the will to fight,• La firme est donc le lieu de la genèse economically, physically, du conflit entre acteurs politically, for ‘his’ factory and his control over it, to die if ” necessary on its steps Schumpeter, 1942
  • 8. Deux approches Agence, propriété
  • 9. Deux approches | Firme+InnovationPetit graphique... approches par les droits théorie de lagence Hart & Moore Klein, Crawford Jensen & & Alchian Grossman & Hart Meckling Institutionalistes Williamson Alchian & DemsetzRadicaux Schumpeter Chandler Simon Coase Knight Berle & Means Marshall Marx Adam Smith
  • 10. Firme = institution histoire, configurations
  • 11. La firme comme institution | Firme+InnovationLes deux grandes formes de Chandler Une approche basée sur lanalyse historique des entreprises américaines, Chandler arrive à deux formes : La forme unitaire, forme U, décrivant un système centralisé et une division du travail de gestion par la spécialisation des départements La forme multidivisionnelle, forme M, reposant sur la différenciation et lintégration, la décentralisation des décisions et centralisation du pouvoir. Cest une"quasi-firme", son organisation laisse + dautonomie aux filiales Elle est : [1] plus flexible, [2] mieux coordonné sur le plan des économies déchelle et de variété, [3] assure une production plus efficiente par lintégration verticale.
  • 12. La firme comme institution | Firme+InnovationLa réfutation dAoki Le trait principal de la firme M est sa structure hiérarchique rigide Les tâches sont décrites par la hiérarchie dans un schéma classifié Chaque travailleur ‘performe’ sa tâche spécialisée selon un barème préétablit Les règles, formelles ou informelles, sont connues des parties (manuels d’instruction, directives du superviseur). La production est très efficiente, mais peu flexible... Dans la firme J (japonaise) : Les responsabilités des travailleurs ne sont pas spécifiées dans le détail Chacun occupe plusieurs postes, avec une rotation continue Chacun est familier avec l’ensemble du processus, adaptation Il y a un degré de délégation considérable des pouvoirs décisionnels Ingénieurs, réparateurs, inspecteurs, avec les travailleurs
  • 13. Firme = organisation ressources, coalition
  • 14. La firme comme organisation | Firme+InnovationCyert et March, une théorie comportementale la firme est une organisation complexe de Berle et Means, on sait quau moins deux types dacteurs existent en ce qui concerne la gouvernance de la firme sajoutent les composantes internes de la bureaucratie dentreprise (financiers, ingénieurs, commerciaux, etc.) la firme est donc une coalition, animée par le conflit (thèmes repris par March ensuite) Ils introduisent également les notions dapprentissage, de routines et du relâchement organisationnel, quils empruntent à Penrose
  • 15. La firme comme organisation | Firme+InnovationPenrose, ressources et cognition une approche basée sur les compétences première à tenter dintégrer formellement la connaissance comme un déterminant de la croissance des firmes les firmes diffèrent en fonction de leur capacité à mobiliser les ressources, et non pas à les utiliser comme de simples inputs introduit lidée de ressources improductives (organizational slack) servant de réserve de connaissances mobilisables pour linnovation fonde lapproche basée sur les ressources et les capacités (notamment dynamiques) de la firme : Prahalad et Hamel, Barney, Teece, Porter, etc...
  • 16. Évolutionisme les temps changent
  • 17. Évolutionisme | Firme+InnovationNelson et Winter, évolution et innovation la firme est un répertoire de routines liant les individus entre eux utilisent [1] les apport de Schumpeter sur linnovation ; [2] ceux de Simon et de Penrose sur lapprentissage, le principe de satisficing, la rationalité procédurale et les règles de décision [3] et enfin une approche biologique de la firme issue des travaux dAlchian Trois principes empruntés à la biologie : [1] variété (mutation), [2] sélection (loi du plus fort), [3] hérédité (gènes) Les gènes sont incarnés par les routines organisationnelles, i.e. des modèles daction et dinteraction ± répétitifs en réponse à des problèmes particuliers. Elles résultent de processus dapprentissage (création de connaissances ± tacites) caractère cumulatif, continuité dans le changement et path dependencies actifs localisés, spécifiques, source de variété inter-entreprise Elles impliquent coordination cohérence du portefeuille dactivités de la firme trève organisationnelle entre les membres
  • 18. Évolutionisme | Firme+Innovation“ "Le modèle néoclassique est fondé sur 2 concepts dont la nature diffère considérablement: Le premier est la notion dagent économique individuel, au comportement régi par un critère doptimisation sous contraintes, lesquelles sont soit des données, propres à lagent (par exemple la fonction de production), soit des termes de léchange avec le système économique global. Le second est le marché : ici est pris en compte lagrégat des décisions individuelles, et les termes de léchange sont ajustés jusquà ce que les décisions des ” individus soient mutuellement compatibles, globalement." (Arrow 1974, Limited knowledge and economic analysis, AER, mars, p.1-3)
  • 19. Évolutionisme | Firme+InnovationEn dautres termes, la théorie standard sappuie sur 2piliers : la rationalité des comportements individuels - réduite à loptimisation -- rationalité substantielle -- la coordination des comportements individuels - réduite au marché -- marché (individu) -- Rupture majeure grâce notamment aux travaux de Simon : rationalité limitée (procédurale, règles et satisficing) coordination via lorganisation (collectif)
  • 20. Géo-conceptualisation une grille de lecture
  • 21. ? Évolutionisme | Firme+Innovation Organisation (collectif) Béhavioristes Configurations Ressources /  compétences Évolutionnisme Rationalité Rationalitésubstantielle limitée Théorie positive de lagence Williamson NTDP Producteur néoclassique Marché (individu)
  • 22. Firme+Innovation Questions? Sandrine Wolff | wolff@unistra.fr Francis Gosselin | gosselin@unistra.fr

×