Your SlideShare is downloading. ×
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Utiliser son traitement de texte pour concevoir un document complexe version def

647

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
647
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   1     Utiliser  son  traitement  de  texte  pour  concevoir  un  document  complexe     Document  N°  1     1.   Introduction  .......................................................................................................................  2   2.   Concevoir  un  document  complexe  ....................................................................................  2   3.   Instrumenter  un  document  ...............................................................................................  3   4.   Un  outil  qui  doit  être  paramétré  .......................................................................................  4   5.   Une  analogie  entre  la  machine  et  le  mode  de  pensée  (ou  l’inverse)  ................................  4   A.   Le  mode  plan  .................................................................................................................  5   B.   Le  mode  document  maître  ............................................................................................  5   C.   Le  mode  page  .................................................................................................................  5   6.   Un  outil  multi-­‐fonctionnel  .................................................................................................  6   7.   Conclusion  .........................................................................................................................  6   Annexe  ......................................................................................................................................  7           1  
  • 2. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   2     1. Introduction     La   vocation   de   ce   document   est   d’être   interactif.   J’ai   choisi   de   rompre   avec   le   schéma   classique   de   la   communication   écrite   en   optant   pour   le   principe   de   la   présentation   multimodale.  Vous  devez  flasher  les  QR  codes  pour  accéder  aux  informations.     Vidéo  introductive   http://youtu.be/2IZQHCxxnIo       2. Concevoir  un  document  complexe     Vous   devez,   dans   le   cadre   de   vos   études,   concevoir   et   rendre   un   document   complexe.   Selon  la  progression  de  votre  cursus  votre  production  se  nommera,  rapport  de  stage  de   fin  d’études,  mémoire  ou  thèse.     Dans   chacun   des   cas   évoqués,   vous   aurez   à   imaginer   un   système   complexe   qui   mèle   l’analyse  théorique  et  sa  mise  en  forme  technologique.     Dans  les  temps  pré-­‐digitaux  la  structure  de  conception  était  fractionnée,  nous  pourrions   dire  proche  d’un  système  de  division  du  travail  :     1. L’étudiant   concevait   le   brouillon   et   écrivait   la   version   définitive   sur   un   support   papier  ;   2. Un  spécialiste  de  la  mise  en  forme  se  chargeait  de  la  frappe  dactylographique  ;   3. Un  spécialiste  se  chargeait  de  la  photocopie  et  de  la  duplication  ;   4. Des  services  ad  hoc  prenaient  en  charge  la  diffusion.     Depuis  le  développement  de  la  micro-­‐informatique  et  la  généralisation  des  ordinateurs   personnels  et  des  suites  bureautiques,  un  étudiant  est  devenu  l’acteur  de  l’ensemble  du   processus.   Il   est   concepteur,   rédacteur,   scénariste,   imprimeur   et   diffuseur   (HAL1).   Son                                                                                                                   1  Hal  -­‐  http://hal.archives-­‐ouvertes.fr/       2  
  • 3. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   3     rapport  au  savoir  s’est  modifié  avec  la  technologie.  Stéphane  Vial  dans  l’Être  et  l’écran2   dit  :   «  Lorsque  l’on  «  voit  partout  »  une  technique,  c’est  qu’elle  fait  système.  Bertrand  Gille  lui-­‐ même   nous   l’a   appris.   Il   nous   faut   donc   être   plus   gilléen   que   Gille   et   affirmer   que   l’ordinateur   n’est   rien   d’autre   que   l’objet   technique   total   qui   fonde   le   nouveau   système   technique.  C’est  tellement  visible  que  Jacques  Ellul  lui-­‐même  l’avait  relevé  en  décrivant  le   «  Tout  de  l’informatique3  »  :     En   réalité,   c’est   l’ordinateur   qui   permet   au   système   technicien   de   s’instituer   définitivement   en  système  :  c’est  d’abord  grâce  à  lui  que  les  grands  sous-­‐systèmes  s’organisent  /…/  »     Il   devient   difficile   de   fractionner   son   mode   opératoire   de   conception   en   distinguant   les   éléments   de   fond   (le   sujet   et   son   traitement   intellectuel)   et   les   éléments   de   forme   (le   traitement   mécanique  des  diverses  versions  du  document).  Il  faut  envisager   la    conception  en  articulant  de  concert  les  enjeux  intellectuels  et   les  principes  technologiques.   Nous  sommes  donc  passés  d’un  mode  d’élaboration  pyramidale     où   plusieurs   personnes   intervenaient   séquentiellement   à   un   Instrumenter  son  travail   dispositif   réticulaire   construit   sur   le   mode   horizontal   où   http://urls.fr/tez   l’étudiant  est  la  pièce  centrale.     3. Instrumenter  un  document     Lorsqu’un   projet   d’élaboration   de   document   complexe   est   inscrit   dans   votre   parcours,   vous  devez  scénariser  le  travail,  dès  son  lancement.  Il  faut  penser  de  façon  simultanée  le   fond  et  la  forme.     Il   faut   que   vous   commenciez   par   analyser   quels     sont   vos   besoins   et   de   les   identifier   précisément.  Par  exemple  :   • Besoin  de  rédiger  (principe  de  base)  ;   • Besoin  de  structurer  un  plan  (principe  de  base)  ;   • Besoin  de  conserver  les  diverses  versions  de  vos  rédactions     (sur  un  temps  court,  sur  un  temps  long)  –  «  Versioning  »  ;     • Besoin  de  coopérer  avec  votre  directeur  à  distance  ;   Quelles               • Besoin  d’envoyer  des  extraits  de  votre  travail  ;   fonctionnalités  ?   • Besoin  de  générer  des  routines  :     o Besoin  d’automatiser  une  table  des  matières  ;     o Besoin  d’automatiser  un  index  ;     o Besoin  d’automatiser  une  table  des  références  ;     o Besoin  d’automatiser  une  table  iconographique  ;   • Besoin  d’insérer  des  éléments  d’un  diaporama  ;   • Besoin  d’insérer  une  partie  d’un  tableur  ;   • ….                                                                                                                     2  Stéphane  Vial,  L’Être  et  l’écran,  puf,  2013,  p  73.   3  J.Ellul,  le  système  technicien,  p  113.     3  
  • 4. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   4             Charge  à  vous  d’identifier  l’ensemble  de  vos  besoins  et  de  les  lister.     1     Dès  le  début  du  projet  intégrer  la  réflexion  sur  les   enjeux  technologiques.  Quel  rapport  entre  l’homme   et  la  machine  ? 4. Un  outil  qui  doit  être  paramétré   Il   serait   vain   de   vouloir   opposer   le   mode   réflexif   et   la   structure   interne   de   la   machine.   Le   traitement   de   texte   a   été   conçu   par   des   humains,   pour   des   humains.   C’est   un   outil  relativement  ancien  qui  a  révolutionné  nos  modes  de   travail.   Le   traitement   de   texte   à   la   grande   qualité   d’être   WYSIWYG,   c’est-­‐à-­‐dire   «  What  you  see  is  what  you  get  »   ou   en  français  ce  que  vous  voyez  est  ce  que  vous  obtenez.  De   façon   plus   simple,   il   est   intuitif.   C’est   d’ailleurs   parce   qu’il   est   intuitif   que   les   utilisateurs   négligent   une   réflexion     préalable   et   indispensable   sur   les   enjeux   de   conception.     France  Info  –  Jérome   Notez   au   passage   que   le   caractère   intuitif   est   plus   de   Colombain   l’ordre   du   virtuel   (entendu   au   sens   du   champ   des   http://urls.fr/tey   possibles)  que  du  réel  car  il  est  encore  besoin  d’expliquer     au   début   du   21ème   siècle   ce   qui   a   été   conçu   dans   les   années   60.   Voilà   de   quoi   s’interroger   sur   la   temporalité   des   innovations   et   leurs   temps   de   diffusion.     2   5. On  ne  commence  pas  par  rédiger,  on  commence   par  structurer,  planifier   Une  analogie  entre  la  machine  et  le  mode  de  pensée  (ou  l’inverse)     Le   traitement   de   texte   est   un   outil   structuré   autour   d’un   langage   spécifique   qu’il   faut   maîtriser.   Lorsque   l’on   organise   un   travail,   il   est   d’usage   de   penser   et   d’organiser   son   plan  puis  de  rédiger.  Il  en  est  de  même  pour  le  traitement  de  texte.  Il  faut  d’abord  activer   le  mode  plan  (le  mode  document  maître  pour  les  strutures  plus  avancées)  puis  le  mode   page.  La  réalité  d’usage  vous  entraînera  dans  une  instrumentation  alternative  des  deux   modes   (planification,   rédaction).   Votre   capacité   à   anticiper   l’architecture   de   votre   travail,  conditionnera  la  souplesse  de  manipulations  des  routines  :       4  
  • 5. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   5       • • •   Vous  disposerez  d’un  système  de  navigation  interne  ;   Vous  pourrez  automatiser  vos  routines  ;   Vous   pourrez   construire   et   déconstruire   des   briques   de   textes   sans   incidence   sur   la  structure  générale  du  document.   A. Le  mode  plan   Il   faut   impérativement   commencer   son   travail   en   ouvrant   le   mode   plan.   Il   est   ,   comme   son   nom   l’indique,  destiné  à  créer  votre  plan.     Fort   de   ce   choix,   vous   bénéficierez   d’un   mode   de   fonctionnement  et  de  gestion  souple.   En   bâtissant   votre   édifice   réfléxif   dans   le   mode   plan   vous   pourrez   bénéficier   d’une   navigation   hypertextuelle   simplifiée   et   de   l’automatisation     de   votre   table   des   matières.   En   dernier   ressort,   Le  mode  plan   vous   pourrez   modifier   votre   travail   à   tout   instant,   sans   perdre   de   temps   et   sans   faire   monter   votre   taux   de   stress   par   peur   de   déstructurer  un  ouvrage  technologiquement  «  fermé  ».     B. Le  mode  document  maître     C’est  une  fonction  peu  connue,  peu  utilisée  et  pourtant  d’une  très  grande  utilité.  Le  mode     document   maître   vous   aidera   à   construire   votre   travail   en   le   modularisant.   Vous   disposerez,   à   la   fois,   du   document   global   tout   en   ayant   la   possibilité   d’en   extraire   des   parties   sans   rompre   l’unité.   Le   mode   document   maître   vous   permettra   de     construire   en   dernier   ressort   votre   Dans  le  menu  affichage   document   final   comportant   la   table   des   matières,  la  table  des  références,  l’index  et  la  table  iconographique.   C. Le  mode  page     C’est   le   mode   qu’il   faut   utiliser   en   deuxième   intention,   celui   qui   vous   permettra   de   rédiger   à   l’intérieur   d’un   cadre   établi   normé  :   le   plan.   Vous   avez   ainsi   toute   liberté   de   rédiger   en   suivant   votre   fil   conducteur   de   recherche.   Le   terme  rédaction  est  polysémique  car  il  ne   se   résume   pas   aux   simples   caractères   scripturaux  de  l’imprimerie.  Vous  pouvez     aussi   intégrer   des   images,   des   données   Le  mode  page   tabulaires,   des   extraits   de   fichiers   de   votre  suite  bureautique.  Là  encore  c’est  votre  scénarisation  qui  vous  aidera  à  imaginer   cette  dimension  réflexive  et  technologique.     5  
  • 6. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   6         On  commence  l’instrumentation  en  travaillant   dans  le  mode  plan 3   6. Un  outil  multi-­‐fonctionnel   Dans   la   culture   papier   nous   avons   appris   à   fonctionner   d’abord     en   élaborant   un   brouillon   (draft)   puis   en   construisant  une  version    définitive.  Le  traitement  de  texte   modifie  cette  linéarité  d’usage.  Un  fichier  numérique  est  à  la   fois   un   brouillon   et   un   document   définitif.   Dans   la   mesure   ou  vous  avez  pensé  en  amont  la  structure  de  votre  travail  ,     vous   pourrez   très   aisément   modifier   les   «  briques  »   de   Modifier  le  plan   http://youtu.be/7LUBi3VFXbA   votre  ouvrage.         4   Un  document  qui  est  à  la  fois  un  brouillon  et  la   version  définitive 7. Conclusion           Vidéo  conclusive   http://youtu.be/mVyjhjVrOGU     6  
  • 7. JEAN-­‐PAUL  MOIRAUD  -­‐  ©  2014   7             Annexe       Le  diaporama  support     Le  diaporama   http://fr.slideshare.net/moiraud/plan-­‐29537329         7  

×