Bilan3
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Bilan3

on

  • 1,257 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,257
Views on SlideShare
1,029
Embed Views
228

Actions

Likes
2
Downloads
8
Comments
0

2 Embeds 228

http://moiraudjp.wordpress.com 227
http://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Bilan3 Bilan3 Document Transcript

    • 2011 / 2012 Bilan d’activitéLa pédagogie immersive«Pas facile dêtre un praticien réflexif» Jean-Paul Moiraud, juin 2012 1
    • 1.Introduction«… le modèle finlandais se veut un (quatrième) modèle où la recherche est la clé :tous les futurs enseignants font une thèse reposant sur un travail scientifique.Derrière ce modèle se profile celui du praticien réflexif, comme chercheur sur sapropre pratique. Le système finlandais est basé, en partie tout au moins, sur leprocessus «teaching-studying-learning». La formation initiale aura permis àl’enseignant d’acquérir une attitude d’esprit basée sur le questionnementpermanent. La pratique n’est pas évacuée non plus : ce qui compte, c’est lamanière de combiner la théorie et la pratique. La Finlande peut constituer unmodèle de formation initiale prenant en compte une certaine façon d’envisager laformation tout au long de la vie …» (Cros, 2005). Quelle évaluation desenseignants au service de l’école ? Actes du séminaire 2007, Leysin, 6 et 7décembre, Organisateur : Michel GuyazJe cite, en introduction de mon troisième bilan, le passage du colloque intitulé «Quelle évaluation des enseignants au service de l’école ? ». J’ai le sentiment quecette année 2001/2012 a marqué un réel tournant dans mon métier d’enseignant.Il me semble (peut être ai je tort ?) que je suis devenu un praticien réflexif, que jesuis identifié comme tel. C’est à la fois le sel et l’amertume de mon activité. Uneannée contrastée d’un acteur de terrain.L’année 2011 / 2012 a été une année riche en activité, enseignement, formation,rédaction d’articles, le «teaching-studying-learning» mis en pratique. J’aienseigné avec mes diverses classes (ce qui ne cesse de me réjouir), j’ai beaucoupétudié en accumulant des lectures et j’ai appris dans de nombreux champsdisciplinaires.2.Les activités de cette année 2011 / 2012Mes activités ont été multiples mais elles gravitent toutes autour de mesréflexions sur les mondes virtuels en pédagogie. Le travail s’est réparti en quatrepôles, la lecture (A), les usages et leurs observations (B) l’écriture (C) et lesinterventions (D). A. L’activité de lecture pour alimenter mes réflexionsSe présenter comme praticien réflexif (certains trouveront peut être la propositionprétentieuse) impose de croiser sa pratique et d’opter pour une posture de prisede recul réflexif. Cela suppose de consacrer du temps à la lecture pour prendre de 2
    • la distance avec le simple faire et s’éloigner de l’activité de bricolage1. Meslectures se sont concentrées sur la notion de virtuel car elle est suremployée (malemployée ? ) de sorte que l’on perçoit difficilement ses contours. La lecture deMarcello Vitali-Rosati2 m’a fait comprendre que la notion de virtuel était de plusen plus associée à la notion de numérique (ce qui est une erreur).J’ai continué à explorer l’espace du bricolage en constituant un corpus surZotéro3. Le concept de bricolage m’a amené à étudier la pratique de la perruquedans l’industrie. J’avais découvert cette notion en lisant «l’invention du quotidien,arts de faire» de Michel De Certeau. Mon travail d’observation, ma pratique medémontrent que les enseignants bricolent (par goût ou par nécessité); que cetteactivité grignote leur temps (privé ?). Y a t-il une tendance qui se dessine à voir lanotion de perruque, s’inverser ? Ce n’est pas impossible, on trouve de lalittérature à ce sujet4 . Je compte approfondir ce sujet.Un virtuel qui interroge, qui suscite des craintes. Cette année s’inscrit commecelle du développement fort des solutions mobiles. Le smartphone entre (ou pas)dans les classes. Joanne Broadbent en donne une très belle analyse dans son livreintitulé «l’intimité au travail5». On y trouve une très belle analyse sur l’espace et letemps, une analyse sur la vision marxiste de l’espace de travail au 19ème siècle -éloigner le salarié de sa vie privée pour qu’il se consacrer entièrement à sa forceproductive - confrontée aux nouvelles pratiques ou la vie privée se mèle à lasphère professionnelle.Je tiens à remercier ici Nicolas Jouvenceau6, professeur de philosophie, qui aorienté mes lectures. Sans lui je n’aurais pas eu la capacité d’isoler les auteurs de1Bricolage - http://moiraudjp.wordpress.com/2011/06/06/bricolage-quelques-reflexions/2S’orienter dans le virtuel - http://www.editions-hermann.fr/ficheproduit.php?lang=fr&menu=&ref=Cultures+num%E9riques+S%27orienter+dans+le+virtuel&prodid=12323 Base zotéro http://www.zotero.org/groups/temps_et_espace_dans_les_rseaux_numriques4 La perruque à l’heure du numérique http://www.christian-faure.net/2011/03/14/le-travail-en-perruque-a-lheure-du-numérique Christian Fauré20115 L’intimité au travail - http://url.exen.fr/57440/6 Nicolas Jouvenceau - http://www.ephe.sorbonne.fr/details/2303-m-nicolas-jouvenceau-doctorat.html 3
    • référence sur mes thématiques de recherche. Ses conseils précieux, toujoursnuancés et précis m’ont grandement aidé. B. Les observations et les usages en mondes virtuelsCette année scolaire m’a encore permis de pratiquer les mondes virtuels (1) etd’observer les usages d’autres acteurs (2). 1) Mes usagesJ’ai continué à pratiquer les mondes virtuels avec mes étudiants, pas autant que jel’aurais souhaité il faut bien l’avouer. Une année en mi teinte certainement parmanque de temps et parfois en raison de moments de grande fatigue pour causede suractivité. Au cours de l’année j’ai rencontré la commissaire générale d’ungrand salon du textile, intéressée par les enjeux du virtuel. Nous avons arrêté leprincipe de possibles réunions immersives entre les professionnels de la mode/design et mes étudiants.J’ai pratiqué les mondes virtuels dans l’environnement assemblive avec messtagiaires de l’esen. J’ai le sentiment d’avoir permis aux apprenants de découvrirce type de pédagogie par confrontation avec les solutions institutionnelles.Comme toujours j’ai accumulé les traces de ces pratiques sous forme vidéo7 . J’aipu à nouveau constater la capacité des apprenants à s’approprier assezrapidement l’environnement pour passer à l’essentiel le travail immersif. J’espèreque ces initiations auront sensibilisé un nouveau public, les cadres de l’éducationnationale.J’ai travaillé en monde immersif avec le groupe économie et gestion de l’académiede Lyon pour les réunions éditoriales du magazine économie et gestion8 . Làencore il s’agissait à la fois d’initier et de s’inscrire dans un travail collaboratifdistant synchrone immersif.Le groupe économie et gestion de l’académie de Toulouse m’a demandé uneinitiation aux mondes virtuels pour lancer un projet TRAAM. Le compte rendu9 decette expérience a été publié et s’avère riche d’enseignements.7Chaine vidéo youtube sur les mondes virtuels - http://www.youtube.com/user/MrMoiraud?feature=mhee8 Le Mag - http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/ecogestion/legt/spip.php?article6429 Compte rendu TRAAM académie de Toulouse - http://url.exen.fr/57435/ 4
    • 2) Les observations d’autres usagesL’observation d’usages a été aussi un élément important de mon activité annuelle.Cette partie du travail relève plus de la sphère universitaire que de l’espace dusecondaire. J’y puise cependant du matériel qui me permet de déterminer quelssont les invariants pédagogiques des pratiques immersives. a.Les usages universitairesLa communauté universitaire est active dans le domaine de la pédagogieimmersive. J’ai continué à suivre trois équipes, celle de la Faculté de droit virtuelle(FDV), celle de Toulouse en médecine de catastrophe et celle de Strasbourg enOdontologie.Ces travaux sont pionniers et relèvent encore largement du dynamisme et del’engagement d’individualités, Gérald Delabre pour la FDV, Laurent Gout pour lamédecine et Guillaume Reys pour l’odontologie. Les travaux initiés dans ces troisdisciplines donnent à imaginer les scénarios pédagogiques qui pourraient êtrediffusés.• La FDV continue pour la deuxième année son cours de droit des affaires canadien. J’ai pu constater le passage de l’ année de tâtonnement à l’année de cours sans problèmes de prise en main de l’environnement. Des habitudes ont été prises (Mettre son avatar sur la table pour exprimer son envie de s’exprimer, arriver à l’heure dans l’amphithéâtre, utiliser le mode voix pour dialoguer). En résumé j’ai pu constater l’existence d’une vraie interaction immersive. Les étudiants et les enseignants ne sont plus derrière leur écran mais réellement présents dans le lieu immersif dédié.• Virtual Health (Terra Toulouse). L’effet surprise est venu du travail mené dans cette île. J’ai pu assister à un exercice de simulation de médecine de catastrophe dans second life. J’ai pu constater les effets des interactions immersives, des interactions hommes /hommes, homme/espace, homme/objet et le mélange des trois. J’ai analysé cette expérience dans un billet de blog10 . Je vais continuer à suivre cette expérience car à l’image de l’expérience de la FDV, il y a une validation à la clé.• Dental Life. Pour la deuxième année je suis le travail mené sur cette île. Cette année j’ai pu suivre une conférence immersive entre la France et la Corée du sud. Un dentiste évoquait des pratiques odeontologiques novatrices. Rappelons que cette île possède un serious game pour la formation des dentistes aux situations d’urgence. Là encore le travail de Guillaume Reys est à suivre avec10http://moiraudjp.wordpress.com/2012/06/15/urgences-immersives-et-simulation/ 5
    • attention. J’aurais dû intervenir à dans un séminaire organisé dans Dental Life mais le temps des examens m’en a empéché, à mon grand regret.L’analyse que l’on peut tirer de cette année d’observation, est que les projetsmenés sont de grande qualité mais encore largement sous estimés par lesdécideurs. La marge de manoeuvre réside dans la capacité des financeurs aallouer des moyens pour donner plus de souplesses aux actions.Nous avons pu, cette année réunir pour une soirée de travail, des acteurs del’immersif pédagogique. La réunion a eu lieu dans l’amphithéâtre virtuel de laFDV. Ce premier contact a été fructueux car il a enfin permis de réduirel’isolement des équipes. Les différentes équipes ont pu comparer leursexpériences, exprimer leurs difficultés, notamment techniques. Cette premièreréunion a rassemblé des représentants de Lyon 2, Lyon 3, Antilles-Guyane,Toulouse Paul Sabatier, Paris 2, Strasbourg, Versailles, école vétérinaire de Lyon,des professionnels du secteur virtuel, des enseignants du secondaire et duprimaire. Le manque de temps n’a pas permis de tenir la seconde réunion.J’envisage cette seconde réunion à la rentrée 2012, dans le but d’organiser unséminaire dématérialisé sur le thème de la e.pédagogie immersive. Je compteinscrire ce projet comme prioritaire pour 2012-2013.Dans le secteur secondaire il faut aussi suivre le travail de Sébastien Simao. Iltravaille avec ses élèves de collège les concepts mathématiques en construisantl’île du Planier11 (au large de Marseille). b. La curation, la veille informationnelleLe travail de veille est consubstantiel à l’activité d’analyse. J’ai créé en juillet 2012un site de curation sur les mondes virtuels en pédagogie12 Il me permet deconserver les traces de ma veille afin de pouvoir y revenir autant que de besoin.Ma grande surprise est que cette veille est suivie, au moment de la rédaction dece bilan 160 personnes sont abonnées. Il me permet aussi de suivre d’autresacteurs qui s’intéressent à cette thématique et alimentent ainsi mes propres basesbibliographiques et élargissent mon spectre de connaissances.11L’île du Planier - http://moiraudjp.wordpress.com/2012/01/02/sebastien-simao-et-son-monde-virtuel/12 Curation - http://www.scoop.it/t/les-mondes-virtuels-en-pédagogie 6
    • c. Les entrevues vidéosAfin de pouvoir comprendre les enjeux pédagogiques des acteurs des mondesvirtuels, j’ai entrepris d’interroger 13 des acteurs de la sphère immersive pourconstituer un matériel d’analyse solide. Je compte continuer l’année prochaine. A. Une activité rédactionnelle 1) Des articles pour des revuesOn m’a sollicité (à ma grande surprise) pour rédiger des articles. La préface pourun ouvrage édité par la FDV suite à la tenue d’un colloque sur les mondes virtuelset le droit. J’ai rédigé un article pour la revue en ligne actualitice14, intitulé«Apprendre et enseigner dans les mondes virtuels». J’ai été sollicité par uneorganisation belge, le Gsara15 pour sa revue «cause toujours», pour écrire unpapier sur la pédagogie en monde virtuel (publication en juin). J’ai le plaisir departager les colonnes de cette revue avec des acteurs connus, comme Jean-PaulPinte et Julian Alvarez. 2) Les billets de blogsUne année consacrée à la rédaction de billets et d’articles. Je continue à alimentermes deux blogs. Principalement celui intitulé «un blog pour apprendre, apprendreavec un blog» et plus épisodiquement ces derniers temps celui intitulé «le tutoratdans les mondes virtuels» (Ce blog est né d’une rencontre sur le campus del’université Lyon 1 grâce à l’entremise de Christophe Batier16). Même si le rythmes’est réduit, le bilan est plus que positif, le dialogue croisé avec Jacques Rodets’est avéré extrêmement fructueux. J’ai beaucoup avancé sur la notion de tutoratimmersif. Jacques a énoncé la notion d’avatuteur. Le point que je souhaite retenirest l’idée que les mondes immersifs introduisent la notion de tutorat pendantl’acte de formation (tutorat immerso-actif).13 Les entrevues http://moiraudjp.wordpress.com/tag/entrevue/ Actualitice http://www.actualitice.fr/apprendre-et-enseigner-dans-les-14mondes-virtuels15 Le Gsara http://www.gsara.be/fr/16 Causerie sur les mondes virtuels - http://moiraudjp.wordpress.com/2011/08/14/monde-virtuel-et-tutorat-causerie-avec-christophe-batier-et-jacque-rodet/ 7
    • Les blogs sont désormais inscrits dans mon univers de travail comme des carnetsde notes. J’y inscrit mes traces d’expériences, mes analyses et mes pistes deréflexion. Cette année ce sont de juin à juin ce sont 20 790 connexions sur monblog d’analyse «un blog pour apprendre, apprendre avec un blog» D. Les interventions.Chaque année qui passe, je me rends compte à quel point les environnementsimmersifs m’ancrent de façon forte dans le réel. Les périodes de lecture, deconstruction, d’immersion, rivées à mon bureau alternent avec des périodes derencontres dans la vie sociale réelle. Je tiens à préciser que je considère mespériodes immersives comme des périodes sociales identiques (mais instrumentéepar les réseaux numériques)Cet ensemble d’interventions me donne à penser que le mot virtuel n’est pas leterme adapté pour désigner mon travail. Je m’achemine vers l’utilisation du motimmersif plutôt que virtuel - Mondes immersifs, sociabilité immersive, travailimmersif ....Je suis intervenu deux fois à l’esen, pour le séminaire sur le tutorat en coprésentation avec Jacques Rodet17 et pour le séminaire sur le continuumsecondaire université (e.portfolio). Les mondes virtuels s’inscrivent là aussi entoile de fond de mon travail parce qu’ils convoquent quasi systématiquement laréflexion sur les notions de temps et d’espace. J’ai utilisé les mondes virtuels pourtravailler avec mes groupes en responsabilité.Lors dus alon Educatec j’ai fait une intervention sur les mondes virtuels (standLogica). J’ai eu un contact avec des représentants de l’union européenne quisouhaitaient avoir plus de renseignements sur la pédagogie immersive pour lestraducteurs. Malheureusement les contacts ne se sont pas poursuivis.À l’invitiation de Christophe Batier je suis intervenu à Lyon 1 dans le cadre d’unprojet Léonardo sur la 3D en pédagogie universitaire. Y étaientreprésentés,notamment, les chercheurs belges du FORMEN et les représentantsdu GNFA (rencontrés lors du serious game expo18) Tutorat et/ou accompagnement… Médiation entre savoirs et apprenants, pierre17angulaire de lapprentissage à distance - http://url.exen.fr/57439/18Serious game expo 2011 ) http://moiraudjp.wordpress.com/2011/11/30/serious-game-lyon-2011/ 8
    • J’ai été invité à Lisbonne pour le colloque PIL (partner in learning) de Microsoft. J’yai parlé des mondes virtuels en pédagogie. Ce colloque s’inscrivait dans la suitedu grand prix du numérique obtenu à Lyon19J’interviendrai aux journées du e.learning pour animer un atelier 20 (colloqueorganisé par Gérald Delabre et Yann Bergheaud) et à l’université d’été deLudovia213. Concevoir, analyser, réfléchir, une question de tempsL’activité de réflexion menée en parallèle de mon activité enseignante est à la foisune vraie bulle d’oxygène qui rompt la monotonie du travail et une zoned’asphyxie par son aspect chronophage. Elle m’amène à porter un regarddistancié sur mon métier. La qualité de praticien réflexif est inscrite dans uneforme de bricolage quotidien, elle se construit grâce à un matériel composite faitde hasard et de persévérance. Il y a ici un vrai champ politique à reconstruire,peut-on, veut-on donner une place à la prise de recul réflexif dans le secondaire ?Inscrire le mot innovation en bannière ne suffit pas. Le praticien réflexif est-ilinscrit dans des priorités ? Peut-on concevoir une place à la réflexivité sansqu’elle soit considérée comme une «action d’éducation et de formation autres qued’enseignement22» ?Dans une période de gestion budgétaire serrée, mon propos sera probablementjugé inapproprié parce que onéreux. Pourtant, plutôt que d’inscrire mon proposdans une perspective «court termiste», je souhaite la placer dans un cadre large età long terme, gage d’investissement sur l’avenir. Je suis bien évidemment disposéà expliquer plus longuement mes propositions, à qui souhaiterait en débattre.Je pose évidemment ces questions comme éléments réflexifs de la démarche quej’ai engagé depuis quelques années.19Le Monde éducation http://www.lemonde.fr/education/article/2011/05/21/quand-les-enseignants-innovent_1525306_1473685.html JEL - http://url.exen.fr/57485/20Diaporama - http://fr.calameo.com/books/0003945907155c33546d321 Ludovia - http://url.exen.fr/57486/22http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000273771&dateTexte=&categorieLien=id. 9
    • 4.ConclusionAu-delà de ce bilan personnel d’activité, cette année d’enseignement riche entout point, me donne à imaginer quels sont les champs du possible pour le métierd’enseignant à l’ère du numérique.Au-delà des mondes virtuels, c’est l’introduction des environnements 3D dans lesdispositifs d’apprentissage qui ne nous interroge. Nous sommes à un instant oùl’enseignement et l’apprentissage se situent au centre d’un triangle constitué parles jeux sérieux, la réalité augmentée et les mondes virtuels. J’espère pouvoirencore alimenter cette réflexion l’année prochaine en affinant ma réflexion, en lanourissant par un support conceptuel encore plus dense. Que vive 2012-2013 ! 10
    • Bibliographie annuelle de travail -------------------• «Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal» Hannah Arendt, folio, (1991)• «Cognition et création», Borilllo et Goulette (sous la direction de), Mardaga, (2002)• «Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité», Antonio Casili, Seuil, (2010)• «Lusine en douce: le travail en "perruque"» Étienne De Banville, L’Harmattan, (2001)• «L’intimité au travail», Stefana Broadbent, FYP éditions, (2011)• «L’invention du quotidien, arts de faire», Michel De Certeau, folio, (1990)• «Surveiller et punir» - Michel Foucault, Gallimard, (1975)• «Neuromancien», William Gibson, j’ai lu, (1984)• «Le sens du travail», Fabienne Hanique, érès, (2004)• «Le geste et la parole», André Leroy- Gourhan, Albin Michel, (1964)• «L’établi», Robert Linhart, Les éditions de minuit, (1978)• «Le dictionnaire des mondes imaginaires», Alberto Manguel, poche, (2001)• Gilbert Simondon, ‘du mode d’existence des objets techniques», Aubier, (1958)  • «Des mondes bricolés», Françoise Odin, Christian Thuderoz, Collection: METIS Lyon Tech, (2010)• «Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue» - Bernard Stiegler, Flammarion, (2010)• «Le samourai Virtuel», Neal Stephenson,Robert Laffont, (1992)• «La sagesse des foules», James Surowiecki, JC Lattès, (2004)• «Circuler dans virtuel» Marcello Vitali Rosati, Hermann, (2012)• «Jeu et réalité», D.W Winnicott, folio, (1971) 11
    • 12