Troisième journal de l'Association Malezi de Hasseindjé Oichili

  • 277 views
Uploaded on

Nous publions ce journal éducatif, ‘’MALEZI’’. Ce mot signifie la bonne éducation, il constitue à premier vue, le meilleur …

Nous publions ce journal éducatif, ‘’MALEZI’’. Ce mot signifie la bonne éducation, il constitue à premier vue, le meilleur
héritage que chaque parent doit léguer à sa descendance, pour leur assurer une bonne vie d’ici bas et l’au-delà.
De ce fait, ce titre constitue la seule garantie d’un bon avenir aux générations successives, comme il marque un meilleur passé qu’ont
vécu les ancêtres. Ce terme qui est souvent utilisé pour distinguer ceux qui ont eu une bonne éducation de ceux qui ne
l’ont pas eue, par le terme : « KUTSINA MALEZI », pour insulter un jeune homme de mauvais comportement et lui qualifier d’une mauvaise éducation familiale.
La solidarité, l’évolution sociale et économique d’une société, dépendent donc de la qualité éducative qu’elle a eue de la part de ses responsables
spirituels et politiques. Sans ‘’MALEZI’’, on est près de rejoindre un monde qui n’est pas celui des êtres humains.
Puisque tout dépend de l’éducation, agissons ensemble pour que vive notre Association “MALEZI’’.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
277
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
1
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. “L’éducation est notre objectif, la solidarité est notre force” Malezi Journal associatif éducatif de Hasseindjé Première année N° 3- août 2013. Prix 200fc Mwana udjokaukahindru mdru mrabuwa rangu ho trabayoni Les examens nationaux : résultats catastrophiques à qui la faute? PATRIOTISME Ma patrie u m’as tout donné dans ma vie, je suis né parmi tes surfaces. J’ai grandi et joué parmi tes enfants. J’apprends dans tes écoles, je porte tes quatre couleurs. Nous sommes presque dans la même race, c’est grâce a toi que j’ai une nationalité comorienne. J’ai une coutume et une culture, nous avons un Etat et une constitution, nous avons notre meilleure façon de vivre, et si quelqu’un a osé nous vendre, nous serons capables de lui dire que notre territoire, notre aire et notre mer n’ont pas de prix. Ce que je possède pour te défendre toi ma patrie, je ne peux pas hésiter quant il s’agit de mourir pour que tu continu de vivre. Lorsqu’ on nous a pris, Mayotte nous devrons avoir la tristesse. Mais l’objectif de ma vie est de te libéré de tes chaines pour que tu galopes à quatre pattes. Dans la cour s’ouvert le bonheur, Anjouan, Mohéli, Mayotte, Ngazidja. Notre cher patriote MOHAMED ALI MBALIA a fait ce qu’il a pu faire dans son pays, nous devons suivre ses caractères. Il a construit des écoles pour les pauvres, il voulait faire tout le moyen possible pour que l’homme comorien travaille. Nous l’aimons bien, nous le remercions tous ce qu’il a fait. Mohamed ALI MBALIA n’était pas parfait bien sur et aucun de nous ne l’est sauf le prophète Mohamed. Mais Mohamed Ali Mbalia avait dans son cœur une seule chose : que tout le monde peut vivre en paix (le jour de l’indépendance). Oubeidllah Ishaka Mdohoma 3eme lycée de la pléiade T On a plusieures années les examens nationaux se passent, comme d’habitude catastrophique. Pourtant l’augmentation des écoles privées et publiques ne cessent de se multiplier d’une région à l’autre. Comme le système de décentralisation des lycées publics au niveau des régions.Ces établissements multiplient leurs efforts pour organiser des cours de soutient; on constate même qu’il y des associations régionales qui financent des cours de soutient supplémentaire aux élèves issu de leur région, pour assurer leur admission. Lire page 2 Le Pétrole aux Comores Il y a environ huit ans que le peuple comorien commence à entendre l’existence du pétrole aux Comores. Par tout, on sait qu’il y a des politiciens qui connaissent cette histoire déjà il y a plusieurs années. Lire page 2
  • 2. Page 2 Journal associatif éducatif de Hasseindjé Les examens nationaux Résultats catastrophiques à qui la faute? O n a plusieures années les examens nationaux se passent, comme d’habitude catastrophique. Pourtant l’augmentation des écoles privées et publiques ne cessent de se multiplier d’une région à l’autre. Comme le système de décentralisation des lycées publics au niveau des régions. Ces établissements multiplient leurs efforts pour organiser des cours de soutient; on constate même qu’il y des associations régionales qui financent des cours de soutient supplémentaire aux élèves issu de leur région, pour assurer leur admission. C’est le cas de NDRODJE (AEOC), cette association estudiantine de oichili qui c’est donnée la peine de louer même des classes. Ce n’était que pour la réussite de leurs élèves. Malgré les résultats obtenus au niveau de notre région. Si bien que le sous centre de oichi- li reste parmi les sous centres qui ont bien travaillé dans ces examens en tenant 4,27 % des admis sur 21% au niveau de Ngazidja. Ce pourcentage que détient le sous centre de oichili, entre 11 sous centre dans l’ile, nous permet de dire que certains sous centres n’ont pas pu atteindre le 1%. Il est obligatoire qu’une grande responsabilité de cette décroissance continue de la réussite aux examens nationaux revienne aux élèves eux mêmes. Et pourquoi pas alors que leur participation dans ces cours organisés par leurs établissements ou régions, n’est considérée qu’une occasion de coïncider un(e) ami(e). Au moment où les cours des classes ne sont pas aussi ténus comme il fallait. D’autre part les parents d’élèves ont leur contribution pour ses résultats.la plus part d’eux n’arrivent même pas à orienter ou exiger d’une façon ou d’autre les systèmes de comportement de leurs enfants. Parmi eux, ils ne savaient même pas le jour ou l’heure de ces cours de soutient. Et ils arrivent en fin à dire que les enfants n’ont pas eu des bons résultats. Les élèves, les parents sont vraiment tous responsables, mais les professeurs et l’Etat deviennent les tètes de cet échec. On pense que les épreuves sont faciles, l’affirment certains candidats juste après l’épreuve, pourtant beaucoup des pièges restent cacher dans ces examens. On constate même que peut être l’Etat voulait faire des limites sur les résultats. Il pense qu’il ne peut pas engager vu aux manques des filières dans l’université des Comores. Il nous comporte comme dans la période coloniale. Car les colons avaient de limites de réussite quelques soit les efforts des élèves. Voila pourquoi, il voulait écraser cette bombe à retardement. L’Etat se voyait incapable d’embaucher le peu qui réussit. On peut dire qu’il considère meilleur solution pour qu’il soit stable vis-à-vis du chômage. En fin l’Etat doit prendre ses responsabilités de cet échec, car c’est lui qui recrute des pseudo-professeurs qui ne contribuent qu’à endommager le niveau des élèves et on craint un taux définitifs de la réussite. La rédaction Le Pétrole aux Comores l y a environ huit ans que le peuple comorien commence à entendre l’existence du pétrole aux Comores. Par tout, on sait qu’il y a des politiciens qui connaissent cette histoire déjà il y a plusieurs années. Mais une fois qu’ils voulaient faire un pas, la mort les sépare de leur vrai rêve. Quand monsieur le président Mohamed Taki Abdoulkarim paix a son âme dit « Ngarendao Rehémanie », Je pensais dès mon entrée à l’université en 2010 qu’il s’agit de cette même histoire. Peut être raison pour la quelle il n a pas pu terminer son mandat. L’homme qui voulait la justice musulmane pas celle de l’autrui et l’unité nationale. Parmi les premiers hommes qui annoncent dans les medias on peut citer Mohamed Ali Mbalia paix à son âme. L’homme qui voulait l’indépendance politique dès les années 1960, avec le parti socialiste des Comores (PA.SO.CO). Il voulait encore éliminer l’ignorance, d’ où la création de la première école privée des I Malezi aoûtt 2013 Comores nommée école privé six juillet 1975. Il voulait en fin une indépendance économique. On peut aussi citer Izdine Abdoussalam (Dojo). L’homme qui voulait éclairait toutes les vérités devant les comoriens grâce au Radio Kharthala il y a environ 18 ans. On peut dire tout simplement que c’est l’IREX (institut des recherches et d’exploitation du sous sol aux Comores). le petrole est découvert dans les eaux comoriennes depuis 1980 Dès 2006, la population et même les politiciens considèrent ces hommes là comme des hommes qui ont perdu la raison. Il faut savoir que la première diffusion télévisée est faite à Comores TV qui siégeait à l’époque à Moroni Badjanani. Aujourd’hui ces mêmes hommes se trouvent par fois dans des problèmes des signatures. Pour tant ses politiciens savaient très bien l’existence du pétrole dans les années 1980. Mais cette époque l’Etat était aux mains du réseau France-Afrique (Foccart). L’actuel ministre de l’Energie Mr Abdou Nassur Mmadi déclare dans la télévision nationale des Comores (TNC) en juillet 2013 qu’il y a six blocs déjà déterminé, grâce aux chercheurs étrangers .Plusieurs pays et sociétés procèdent le système d’exploitation pétroliere. Et si les trois blocs se trouvent au large de l’ile comorienne de Mayotte, Peut on accepter les sociétés françaises d’exploiter notre ressource ? La France savait très bien l’existence du pétrole au Comores. Mais elle voulait que ces marionnettes soient au pouvoir pour bien l’en profiter de plus. Car « la France n’a pas d’ami ni d’ennemi mais elle a des intérêts à défendre ». Peut être c’est l’un des raisons que la France s’installe à Mayotte depuis la déclaration unilatéralement de notre indépendance le 6 juillet 1975. Moustoifa Ahamada licencié en histoire UDC
  • 3. Journal associatif éducatif de Hasseindjé Page 3 AEOC « NDRODJE » Bilan de l’Aeoc “Ndrodje” 2012/2013 ’Association des Etudiants de Oichili aux Comores (AEOC) « NDRODJE » est une Association far dans la région de Oichili. Crée le 24/Avril /2009 sous l’initiative de notre chère professeur Mr Assaf Issa avec ses compagnons (Mr Seda, Obama, Soifoin, Abkaria …etc) suivi du deuxième mandant de notre frère Mr Saïd Ali et ce troisième mandant avec Mr Hachim Bourhne. Les efforts fournis par nos prédécesseurs nous ont permis de bien prendre le pouvoir et de placer la barre un peux plus haut. Notre politique est basée sur la “Faisabilité“. C’est dans ce sens que, dès le premier pas nous nous sommes mis d’acore pour la ‘Nationalisation’ de notre Association « NDRODJE », et cela a été mise en place dans notre investiture sous la présence de l’Exe Ministre de l’Education Nationale Mr Mohamed Ismail ainsi que les autorités du pays. Cela nous a donnée une grande ouverture au niveau national et international avec plusieurs partenaires. Notre deuxième phase de travail a été basée sur les aménagements des Bibliothèques dans les différentes localités L de la région. Et Dieu merci, nous avons pu mettre en place deux Bibliothèques dont : Dzahani et Kouhani. Cela ne s’arrête pas là, mais nous avons déjà mise en route des travaux de ce même sens dans d’autres localités comme : Chomoni, Mtsamdou, Boueni, Sima, Sadani… et nous espérons faire autant dans toute la région. Nul ne doute l’impact d’une bibliothèque dans la vie scolaire d’un élève et étudiant. Troisièmement, nous avons fait un acte de solidarité et de réconciliation au niveau de tous les jeunes Bacheliers et Licencié 2011/2012 de la région en leur donnant des Attestations de Mérites. Cela a donné une grande ambition au niveau des jeunes élèves et étudiants de la région de bien vouloir travailler beaucoup plus pour faire autant. Celui-ci a été suivi par une sensibilisation maximal faite par l’AEOC avec le Conseiller de la région Mr Idi Bacar dans toute la région au niveau des écoles et dans les cours de soutiens qui ont été assuré par les micro-associations dans les différentes localités de la région et à Moroni. Et cette année, la région de Oichili occupe le premier rang avec 4% de taux de réussite des Bacheliers 2013. Quatrièmement, pour la première fois dans notre Association, nous avons initié à célébrer le 24 AVRIL la journée de l’AEOC « NDRODJE » reconnu comme : “La Journée de la Jeunesse Oichilien“ Et dans ce sens plusieurs activités ont été mise en place dont : � Une émission à Djamaan Radio. � Une Conférence débat basé sur l’éducation avec Dr Said Omar et Mr le Conseiller Idi Bacar. Notre Association doit être exemplaire par tout et nous devons être solidaires pour aller au-delà. Cinquième phase, nous travaillons déjà pour la création d’un Site Internet de notre association Ndrodje à fin de pouvoir assurer les relations entre nous nos frères et nos partenaires qui sont à l’extérieur. Dans ce domaine nous travaillons avec Mr Chamsoudine (Chimist) depuis Bangladesh et Dr Said Omar. « Sachez que personne ne viendra bâtir le Oichili à notre place, c’est à nous de faire la transmutation de notre région. » Pour finir nous remercions à tous les personnes qui nous ont aidé et soutenu de prêt ou de loin ; nous tenons à leur exprimer nos profondes gratitudes. Hachim Bourhane La timidité La croissance de l’enfant La timidité débute par un point noir dans le cœur, Qui se repend progressivement pour tout envahir, Et qui finira par contaminer tout les membres du corps. La timidité est une maladie presque incurable, Une maladie qui mène à être isolable, Qui nous empêche d’être ensemble, Et qui profite de nous rendre incapable. Par fois la timidité présente des résultats positifs Mais qui sont toujours vifs quantitativement Par rapport à ceux qui se présentent négativement. Je conseille aux élèves, aux étudiants et étudiantes, avant d’affronter vos études, étudiez d’ abord comment ne peut pas être timide. Car la timidité est une pire ennemie de la réussite. Houzam Takim 2nd GSBT Les os ne sont pas tous de même forme. Certains sont longs, d’autres sont courts, plats ou ronds. Les os grandissent jusqu’à l’âge de 20ans puis, ils arrêtent de grandir. C’est pour cette raison que les adultes ne grandissent plus. Il faut une alimentation équilibrée pour que les os grandissent. Les os grandissent …, ils vivent …pour ce là, il faut leur apporter des aliments indispensables : de vitamine D et des aliments riches en calcium et en phosphore. Les aliments riches en vitamines D : le beurre et le jaune de l’œuf. La vitamine D naturelle est produite par la peau grâce aux rayons solaires. Les aliments riches en calcium : le lait et le fromage. Les aliments riches en phosphore : le poisson. Pour grandir, il faut boire du lait, marcher en plein soleil et faire du sport. Ces sont les éléments indispensables que nous devons apporter à nos enfants pour leur assurer une meilleur croissance. Maquette et réalisation: Faissoil Iliassa Malezi aoûtt 2013 Toiymina Issa classe 3em
  • 4. Journal associatif éducatif de Hasseindjé La vérité de l’homme comorien E tant un être humain l’homme a toujours des choses qui se cachent derrière lui. Mais une fois que l’autrui lui découvre la vérité, il commence à avoir des rancunes devant l’autre. C’est comme tous les êtres surtout les comoriens. L’homme comorien ne veut pas avoir ou entendre la vérité. Dans la politique, les peuples ne voulaient écouter que des mensonges. Ils voulaient que les politiciens leur disent beaucoup des promesses disant par exemple qu’ils électrifieront tout l’ensemble de l’ar- chipel et ils construiront toutes les routes même des routes des chindini (grande Comores) à Mohéli. Il va chasser toutes les maisons en pailles et en tôles. Pour accéder au pouvoir il suffit dire tout ce qui est impossible. Et si on n’arrive pas à dire quelque chose, il arrive en fin au pouvoir grâce à la corruption mais pas aux activités politiques, sociales ou économiques faites depuis son enfance. Je pense que pour ramener l’homme comorien dans la raison, c’est de lui dire son histoire. Car l’histoire va lui apprendre tout ce qui est vrai. Si l’homme comorien cherche à comprendre sa vraie histoire en se référant non seulement aux sources européennes mais aussi Africaines, et Asiatiques, je Histoire : l’islam aux Comores ’islam qui est une religion monothéiste, révélée au p r o p h è t e Mohamed vers 610, elle est la religion admise par l’ensemble des iles Comores, dont la grande Comore, Anjouan, Mohéli, et Mayotte. Selon les recherches menées par le chercheur Tanzanien (Felix Chami) et l’Université des Comores, l’islam est arrivé au VII siècle. A l’époque, les Comores figuraient parmi les iles fréquentées par les navigateurs et commerçants arabes. Ces arabes ont été admis par la L Pour vos publicités Contactez-nous au 321 11 73 Ou malezihasseindje@yahoo.fr Malezi aoûtt 2013 population comorienne qui est de nature tolérante. Leurs attitudes ayant impressionné les comoriens, poussèrent ces derniers à vouloir les imiter. A partir de là, l’organisation sociale aux Comores changea et devint analogue à celle des royaumes arabes. Ainsi apparue la construction en pierre, l’instauration du sultanat qui destitua les anciens chefs locaux, Bedja et Fani. De nombreuse coutumes arabes furent adoptées, la religion aussi changea car autre fois les comoriens étaient polythéistes. C’est ainsi que l’islam fut adopté au Comores tout en gardant certaines pratiques polythéistes. Ahamed Mouslim, élève de la 1er s G S A crois qu’il va changer et il se trouvera en ce moment là dans la vérité. Si on sait très bien l’origine de notre famille, je pense aussi qu’il y aura une stabilité politique, économique devant l’ensemble de l’archipel. Et si on sait vrai- ment l’objectif des français aux Comores, la quatrième patte sera aux mains des comoriens. Pour finir « la vie ou la mort » nous vaincrons la France pour libérer Mayotte. Moustoifa Ahamada, licencié en histoire Udc “Nous devons apprendre” C’est un ordre venant de saint coran, Je sais que tout le monde en set au courant, Obéir en ceci on n’a pas à nier, Apprenons à chaque soir et à chaque matinée. Nous devons apprendre quelque soit les circonstances, Nous devons apprendre pour éliminer l’ignorance, Les portes sont ouvertes, on doit s’inscrire Apprendre est notre avenir. Il y a plusieurs disciplines à apprendre bien sûr Il y a les mathématiques, il y a l’agriculture, Pour quoi pas la phtisiques, pourquoi pas l’astronomie, Il y a aussi la pêche et même économie. Investissons dans l’éducation Oh ! Peuple de Hasseindjé, Unissons- nous ensembles pour s’y plonger, Préservons- la du fait que c’est un héritage, Hasseindje est populaire pour l’apprentissage. Elkabir Younousse étudient en L2 économie