Your SlideShare is downloading. ×
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Marketing Associatif
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Marketing Associatif

9,364

Published on

techniques de management et de marketing d'une association

techniques de management et de marketing d'une association

0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
9,364
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
72
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  1. ROYAUME DU MAROC -+-+-+- ORMVA-TF -+-+-+- SUBDIVISON SER ERFOUD Réalisé par : Mohamed OURAHOU Juillet 2003
  2. CHAPITRE I LES NOUVEAUX ENJEUX «L’individu s’oppose à la collectivité, mais il s’en nourrit » Andrée Marlaux « L’homme n’accepte le changement que dans la nécessité ; il ne conçoit la nécessité que dans la crise » Jean Monnet Le secteur associatif connaît actuellement un fort développement de point de vue de nombre d’organisations relevant de la loi de 1958. Mais, ce secteur apparaît entre un dilemme de fragilité, de tiraillement entre sa générosité originelle et ses contraintes de gestion, entre l’ampleur de travail à accomplir et son manque chroniques de ressources humaines et matérielles. Et malgré, les créations et les adhésions ne cessent d’augmenter dans nos jours où on constate le dévelpoppement d’individualisme. Devant ces paradoxes la question clé reste posée : celle de la place et du rôle du secteur associatif dans notre société ?. Dans ce chapitre on va mettre en lumière :  les grandes forces qui pésent sur ce secteur en disntinguant les tendances de nature socio-culturelle (engagement, valeurs, …) et les tendances de nature économique (emploi, budget, temps disponible,….);  Organisation de ces éléments en opportunités/contraintes, pointant ainsi les enjeux actuels et futurs ;  Elaborer un diangnostic démontrant la nécessité, pour un secteur en danger de banalisation, de se doter d’outils adaptés (démarche du marketing relationnel) I- L’enegagement dans les associations Il doit être analyés en deux volets : - Quantitatif pour cerner d’abord le phénomène des adhésions ; - Descriptif afin d’identifier les caractéristiques socio-démographiques de ceux qui consomment les services de l’association ou ceux qui exercent une responsabilité
  3. On constate que :  Les marocains s’associent de plus en plus ; avec un pourcentage imortant de non adhérent aux enevirons de 70% ;  Les hommes participent dans le cadre asociatif plus que les femmes qui constituent environ 50 % de la population marocaine ;  En terme d’âge, les plus jeunes s’associent plus (15-19 ans) ; le taux le plus bas est celui de 20-24 ans à cause de leur début d’insertion dans la vie professionnelle et dans les études supérieures.  L’engagement est maximum chez les professions intermédiaires, les élèves, tandis qu’il est minimal pour les employés, les agriculteurs, les ouvriers et les femmes.  Le taux d’adhésion n’est pas coréélé avec le niveau de diplômes,  Les célibataires adhérent plus que les veufs, divorcés et mariés.  Le taux d’adhésion par type d’association diminue selon l’ordre suivant : sportive, culturelle, confessionnelle, défense de la nature.  Les multi adhésions sont rares et stables dans le temps ;  Le taux de responsabilité/adhérents reste presque stable : il ya effectivement une baisse du temps moyen passé par les bénévoles actifs dans les associations.  L’âge de 35-54 ans représente un taux de responsabilité élevé. II- Le paradoxe de l’individualisme On relève que les marocains sont de nature soialiste, et s’associent de plus en plus malgré l’indivdualisme qui ne cesse de se développer ; on parle alors de l’individualisme collectif : « on n’est soi que par rapport à autrui ». Le développement de l’individualisme n’est du qu’à la perte d’identité de chaque individu. En effet, la confiance des citoyens à leurs institutions (partis, syndicats, état,….) est en descendance. Ces comportement de repli sur soi poussent l’individu à la recherche de groupes d’appartenances plus poches. C’est la cause d’augmentation des adhérents dans les associations : l’espace associatif est considéré comme un espace de liberté où les individus peuvent échanger ey mener des projets communs dans un climat d’estime réciproque et de solidarité.
  4. III- Les conditions de vie - La précarisation de l’emploi et l’augmentation du chômage ; - Le temps libre augemente et le temps de travail diminue ; - Les dépenses des ménages se concertissent de plus en lus en habillement et équipements par rapport à l’alimentation et au logement. Le poste culture connaît un net tassement. IV- Le développement du tertiaire A l’éhelle mondiale, la tertiarisation a connu ces dernières années un dévelopopemnt important dont s’inscrit : la vente des services et les associations. V- L’accroissement de la concurrence On distingue trois (3) niveaux de concurrence :  La concurrence directe : associations offrant des services proches ;  La concurrence indirecte : associations offrant des activités ou des projets de substitution ;  La concurrence globale : pratiques de substitution non réalisées dans le cadre associatif. Chaque association est devant un marché de concurrence. • Un secteur hétérogène : On distingue trois (3) sortes de structures :  Structures très proches des pouvoirs publics ; qui jouent un rôle politique ;  Structures à vocation commerciale ;  Véritables associations à vocation sociale. Cette confusion est très préjudiciable aux associations classiques (exemple : associations des parents d’élève où la plupart des parents ne savent pas qu’ils sont membres de cette association).
  5. • Une intensité concurrentielle variable On définit trois (3) types d’association selon l’intensité es forces concurrentielles qui s’exercent sur elles  les associations d’expression ou de revendication : les amicales, les regroupements de défense d’intérêts. Elles ne sont soumises ni la concurrence directe du secteur marchand, ni à celles d’autres associations ;  les associations d’éconmie sociale : sans concurrece directe. Aide aux handicapés, acceuil de la petite enfance,… ;  les activités d’économie sociale : en concurrece directe avec des evtreprises à but lucratif : associations de formation, l’audionvisuel, les radios et télvision associatives, fédération sportives. VI- Les conséquences Il apparaît que le secteur associatif court un risque de banalisation. Assimilé par le plus, voire par ses propres adhérents aux services marchands, dont il n’a ni la vocation ni les resources, ce secteur de se dissoudre petit à petit dans le l’économie générale du ays. Ainsi le concept de liberté d’association risque de se vider de son contenu. D’après ce qui précéde, on peut dersser un bilan suivant relevant les oppotunités et les menaces faisant face au secteur associatif : Opportunités Menaces - le secteur des services se développe ; - l’individualisme augmente : la - Les adhésions augmentent ; consommation prend le pas sur - Recherche de la proximité et de l’engagement social ; valeurs nouvelles ; - le militantisme reste stable : les - Le temps libre augmente ; bénévoles sont à priori moins - Certains postes de dépenses sont en disponibles ; hausse : logement, santé ; - la concurrence augmente : les - La précarisation de l’emploi favorise associations sont de plus en plus les aides à la création de postes. soumises aux lis du marché ; - les dépenses des ménages stagnent pour les services culturels et résréatifs.
  6.  Quelle solution ? Devant cette situation, Peut-on appliquer les modèles de gestion des entreprisses privés au milieu des associations ? Entreprise privé ≠ Association La seule stratégie possible pour le développement de ce secteur est : la différenciation, visant : - d’une part à asseoir la légitimité de l’association ; - d’autre part, à mettre en place une gestion plu efficace de moyens par nature limitée.  Quels moyens appliquer ? MARKETING : « la volonté de créer chez autrui un comportement défini dans un contexte de libre choix » (Flipo et Mayaux, 1988), c’est une définition appropriée aux associations ayant pour princie la modification de l’environnement.  Marketing rénové dans sa définition et dans sa démarche ;  Mettre une politique véritablement structurée de communication et de vente de se services ;  Gestion claire du réseau des associations ;  Choix des cibles prioritaires ;  Détermination des moyens à mettre en oeuvre. En effet, chaque association évolue au sein d’un réseau de relations complexes appelées : réseau relationnel, dont fait partie les parties prenantes (interlocuteurs). Comprendre ses parties prenantes, analyser e gérer son réseau relationnel constitue la base d’une démarche méthodique et adapté au marketing associatif. Elle permet de de bâtir une vision claire et pragmatique des principaux enjeux qui se posent concernant le développement d’une assoiciation.
  7. Parmi ces parties prenantes, on distingue :  Les parties prenantes externes ;  Les parties prenantes internes ;  Le public direct. Différenciation des associations Marketing CIBLER ANIMER Réseau Réseau relationne relationne l externe l interne Public adhérent DEVELOPPER
  8. CHAPITRE II LE PROJET DE L’ASSOCIATION La plus part des associations ne se soucient de donner une identité claire et des objectifs clairs. Et dans certains cas où les dirigeants ont assayer de faire une identité claire, ils ne se soucient pas de la partager avec les autres membres et/ou avec leurs interlocuteurs étrangers. Or, on sait que plus le projet est clair, plus les projets indiviuels de ses membres ont une chance d’être cohérent et plus les actions de chacun vont œuvrer dans le même sens, contribuant ainsi davantage à la réussite de l’ensemble. Cela est dû à cinq facteurs : a. Les cinq facteurs qui influent l’association 1- L’environnement évolue Les associations sont assujetties aux changements socials, politiques et économiques, ce qui les incitent à veiller et à analyser les évolutions de leurenvironnement en vue de développer de nouvelles dynamiques, c’est à dire un nouveau projet. 2- La concurrence s’intensifie Le nombre croissant d’associations imposent de définir plus précisement les différences et les spécifités de chacune. Ceux-ci ne peut être attient qu’en modifiant la mentalité associative sur au moins deux plans : - Il faut accepter et reconnaître la notion de la concurrence ; - Il faut expliciter ces différences. Il faut donc apprendre à mettre au jour ces différences et à communiquer les plus valorisantes et attractives. Ceci constitue un des mérites essentiels du projet d’association. 3- Les motivations internes changent Les motivations et attitudes de ceux qui forment l’association évolue au fil du temps et attendenet toujours de nouveaux objectifs et projets. 4- la force de l’habitude fait dévier les associations La force de l’habitude et certains modes de fonctionnement, sans capacité de remise en cause, paut bloquer le dévelopement d’une association, parfois , l’éloigner de sa vocation.
  9. 5- La nécessité d’un réferentiel commun Le manque des objectifs clairs, le mode de fonctionnement caractérisé par des hésitrations et de changements d’orientation peut manifester des impatiences et des reculades. Les questions qui se posent sont : - Quelle est votre mission ?; - Où allez-vous ?; - Quelle est véritablement votre politique ? Ainsi, le marketing d’une association nécessite pour réussir : o Cohérence, durée, intelligence t créativité ; o Elan, clarté, méthode et volonté. Ceci a pou objet d’élaborer un projet clair, réaliste, mobilisateur et opérationnel, et dont le suucés dépend bien de son contenu que de la démarcxhe qui préside à son élaboration. L’élaobration d’un projet doit tenir compte de la situation actuelle de l’association, de son histoire, de son organisation et de ses caractéristiques. Ceci ne peut convaincu qu’en procédant au diangonstic marketing sur deux plans : Externe ; l’environnement de l’association susceptible de réussire le projet ou de le rendre difficile, Interne ; qui révèle les points faibles et les points forts. b. L’analyse de l’environnement L’environement signifie les éléments extérieurs à l’association et epuevent jouer un rôle important dans son développement. Première étape : Lister les facteurs de l’environnement C’est recenser toutes informations disponibles et utiles concernat l’environnement social, économique, géographique, politique et concurrentiel de l’association. Deuxième étape : classer et regrouper les informations Faire appariatre des conjonctions entre tous les éléments listés prélalblement. Troisième étape : Hiérarchiser les contraintes et les opportunités Etablir un bilan hiérarchique des contariantes/opportunités (dresser un tableau).
  10. c. L’analyse interne La méthode de diangnostic interne présente auyssi trois étapes : 2- lister tous les points forts et les points faibles de l’association, 3- Classer et regrouper ces points, 4- Hiérarchiser ces points afin de présenter un tableau synthétique. a. Les objectifs d’un projet  Le projet doit présenter une synthèse des priorités de l’association, Il faut éviter des romans fleuves et des plans d’action rempli de chiffres et de prévisions (synthèse de cinq pages au maximum). Le projet ne sert qu’à présenter les grandes orientations.  Le projet doit tenir compte de l’adhésion du plus grand nombre Le projet doit êre collectif et affectif. Et pour se faire, il faut éviter trois tentations : o La tentation démagogique ; o La tentation contractuelle ; o La tentation « jargonneuse » ;  Le projet créée un dynamisme dans l’association b. Le contenu d’un projet Pour faciliter la formulation d’un projet, trois axes sont à maitriser : V.1- La mission (dessein, vision, vocation,..) La mission tient compte de l’histoire de l’association. Elle rappelle l’essence de son activité, les obligations qu’elle se fixe vis-àvis de son environnement et de ses partenaires. Elle précis e en fait le rôle que l’association entend jouer dans la société. V.2- Les principes de fonctionnement Ce sont les caractéristiques fondamentales de l’organisation et les spécifités de son mode de son fonctionnement. Ils guident l’association dans la fixation de ses objectifs puis dans la détermination des pratiques qui lui permettront de les atteindre.
  11. V.3- Les objectifs généraux Les objectifs généraux sont les priorités durables à l’égard de chacune des parties prenanates internes ou externes de l’association. c. Les étapes d’élaboration d’un projet Pour l’expression d’un projet, quelque soit la diversité des objectifs, il important le partage ; c-à-d la méthode employée, que le projet lui-même. Généralement, dans les association on rencontre les deux maladroites approches : - approche autoritaire : Elle ne peut se justifier qu’en période de crise ; poUr tenir comte de l’évolution imprévue de l’environnement ou pour régler un conflit entre groupes, - approche ultradémocratique : basée sur un grand groupe de travail qui fournit beaucoup d’énergie pour établir des synthèses et des réunions excessives et qui souvent vaines. Ainsi, et pour éviter ces deux extrêmes, les cinq étapes suivantes sont à suivre : 1- Prise de conscience des dirigeants : Le projet est tout d’abord une affaire de volonté où les dirigeants de l’association doivent montere leur engagement personnel total ; 2- Réflexion sur le fonctionnement de l’association : Elle s’appuie sur la méthode de diagnostic marketing interne et externe ; 3- Mise en forme d’un canevas : il est indispensable de dresser un canaevas de projet, c-à-d un avant-projet, qui sera ensuite modifié et finalisé en concertataion avec les autres memebres du groupe ; 4- Enrichissement du canevas : en concertation avec les différents intervenants bénévles, salariés, usagers, adhérents, …etc ; 5-Formalisation définitive : Le délai de finalisation d’un proejt peut durer de 6 mois à un an.
  12. CHAPITRE III LE RESEAU RELATIONNEL EXTERNE I- Les quatres phases du diagnostic Gérer un réseau fait appel au départ au repérage de l’ensemeble des Partie renantes. Les realations qu’entretient l’association avec les différentes P.P permet, dans un premier temps, d’effectuer une hiérarchisation et constitue un précieux guide pour l’action. a- La phase de repérage Elle consiste à établir un inventaire exhaustif des interlocuteurs externes de l’association. Et pour être efficace, cette phase doit être effectuée collégialement, en vue déviter l’omission de certains importantes P.P et de sensibiliser à la reflexion startégique de l’association. Ainsi :  Il ne faut prndre en compte que les P.P de premier degré ;  Distinguer les P.P verticales et les P.P horizontales. b- La phase d’élargissement Afin de repérer les P.P potentielles utiles à contacter, on peut procéder de deux manières :  d’abord, suivre et surveiller le fonctionnement des autres associations proches at analyser leurs relations avec les P.P nouvelles ;  s’appuyer sur l’imagination et la créativité des memebres de l’association pour l’élargissement du réseau. c- La phase d’analyse Il s’agit danalyser finement les relations avec chacune des P.P actuelles et non les P.P potentielles avec lesquelles n’existent pas encore de liens à analyser. On disringue deux types de liens :  les liens directs : ceux qui unissent directement l’association aux P.P. Il ne s’agit pas de s’adapter à toutes les attentes des interlocuteurs, mais au contraire de rester fidèle aux fonds et aux principes et essayer d’enrichir la communication et l’argumentaire avec ces P.P.  les liens indirects : ceux qui lient les P.P entre elles sans passer par les organisations.
  13. Face à un réseau relationnel, il faut déceler les priorités d’action, c-à-d les P.P prioritaires, donc : Hiérarchiser. d- La phase d’hiérarchisation - Méthode de « toile d’araignée » Elle consiste à noter l’importance que chacune des P.P possède pouraider l’association à atteindre ses objectifs. Ce qui permet d’établir une toile d’arraignée : 1 2 3 4 Mais, cette méthode présente deux incovénients : - la notion d’importance est imprécise ; - on ne se préoccupe pas de la qualité des relations avec les P.P. Ainsi, il est recommandé d’uiiser une mléthode de hiérarchisation fondée sur deux dimensions : - la qualité actuelle des relations ; - le pouvoir que posséde la P.P.
  14. Cette méthode se concrétise par la réalisation d’un tableau comme suit : Qualité actuelle des Pouvoir sur le devenir P.P actuelles relations de l’organisation Méthodologie : a- Cette méthode doit être exécutée en groupe afin de parvenir à un consensus et à une intersubjectivité plus constructive ; b- En cas de groupe plus important (> à 6), on a intérêt à constituer des sous-groupes ; c- Ces groupes ne doivent pas être de même clan, des personnes qui se connaissent bien ; d- Comparer la hiérarchisation de chaque groupe et les confronter : on révèle les P.P à avis convergent et celles à avis divergent (indice de cohérence de l’association); e- Chaque groupe expose devant les autres les raisons de sa hiérarchisation ; f- Refaire la hiérarchisation par chaque groupe ; g- Trancher sur les points de désaccord (rôle u dirigeant). Ce qui nous permet de dresser une matrice d’analyse : POUVOIR Très fort PP1 PP3 « à travailler » « Que fait-on » PP2 PP4 Fonds de « Boulets » commerce » Faible Très bonne QUALITE mauvaise Matrice d’analyse de portefeuille De P.P d’un réseau relationnel externe
  15. II- Les actions à entreprendre Après avaoir détéreminer les quatres types des P.P d’une association, il faut déterminer ensuite les actions marketingà entreprendre avec chacune d’elles. Cette démarche ne consiste pas à dresser un catalogue d’actions, mais d’avoir une vision d’ensemeble qui fédère et organise ces actions : il doit être précisé à l’aide de la notion de Portefeuille Type. a- Adapter les actions aux enjeux Type de P.P Avantages Inconvénients objectifs Allouer un maximum de Pouoir élevé resources à ces P.P : Les « A Nécessite un investissement Bonnes relations communication, conttacts travailler » important entretenues avec elles personnels, Investissement imortant Pouvoir faible Les « boulets » - Abandon sélectif Mauvaises relations Maintien des relations : contacts cordiaux, Les « fonds de Fidélité Elles ne peuveny guère remerciements, comptes rendus commerce » Garante de la stabilité apporter davantage réguliers et détaillés des activités Recèlelent un potentiel Les « que fait- important qui permettrait à Relations médiocres, voire Investissement sélectif on » l’association d’accélérer son conflictuelles développement b- les portefeuilles types Après voir décelé les objectifs et la nature des cations, il devient nécessaire de faire une analyse de la configuration globale du portefeuille et non de chaque cas des P.P. On distingue quatre sortes de porte feuille types :
  16. Type Caractéristiques approche situation favorable ; peut investir fortement sur les à travailler ou le non handicapée par les boulets ; plus sélectivement sur les que fait-on ; portefeuille s’appuyant sur les fonds de concevoir un plan d’action détaillé précisant de la commerce dans le temps les P.P à privilégier a les moyens croissance a les moyens de sa croissance de sa croissance et devra éviter lea disopersion de ses efforts. la diagonale Les P.P sont concentrées sur la Retrouver un portefeuille équilibré en de la diagonale joignant les à travailler hiérarchisant finement leurs priorités et en croissance aux boulets allouant beaucoup de clairvoyance leurs difficile Existence de quelques les que fait- ressources rares : faire évoluer certains boulets on ; vers le quadrant des fonds de commerce; Absence de fonds de commerce Croissance forte ; Posséde de nombreux fonds de Trouver rapiement de nouveaux axes de commerce ; développement ; La diagonale Son réseau ne sest pas élargi de Choix crucial parmi les que fait-on ; de la nouvelles P.P les à travailler ; Elargir le réseau par l’intégration des P.P sclérose Il n’existe que des que fait-on potentielles ; Culture du durgeant est frein de développement. Les P.P sont réparties L’équilibre Suivre lévolution du portefeuille dans le temps. harmonieusement entre les 4 cases Ainsi, les actions marketing srvent à :  gérer plus rationnellement le réseau ;  le faire évoluer en établissant lamatrice d’analyse de portefeuille des PP une fois par an afin de vérifier si les actions marketing ont attein leurs objectifs ;  tenir compte de nouvelles PP potentielles « à travailler » III- La stratégie concurrentielle La hiérarchisation des PP ne peut s’envisager que si l’on dispose d’un projet précis. Mais, celle-ci dépend ausii des structures concurrentes porteuses d’un même projet. Ainsi, une stratégie concurrentielle est à élaborer : il s’agit, d’emblée, de définir un poditionnement précius par rapport aux concurrents permettant, dans un seconfd temps, de déterminer le comportement à observer vis-àvis d’eaux. 1- La nécessité du positionnement Le rôle de positionnement est d’indiquer la place qu’elle tend occuper sur le marché dans l’esprit des clients et par rapport aux concurrents. Quelle est alors les sources de positionnement pour une association ?: • tout dépend de l’originalité du projet :
  17.  élaboer un projet est spécifique : Stratégie de différenciation ;  si le projet n’est pas original : stratégie de suiveur consistant à copier les orientations d’un concurrent respecté ou stratégie agressive jouant sur la communication et l’organisation d’événements marquants pour augmenter la notoriété. • tout dépend de la taille de la structure : Si l’association est ancienne et bénéficie de l’appui de nombreux adhérents ; elle peut choisir la stratégie de leader. Dans le cas contraire, il faut suivre l’une des trois stratégies enumérrées ci-dessus. 2- Les manœuvres envers les concurrents Trois stratégies peuevnet appliquées apr une association pour se doter d’une image distinctive : o Stratégie d’affrontement :on distingue deux varaiantes :  L’attitude offensive : Il s’agit de trouver une faiblesse chez un concurrent et de l’attatquer à ce point-là.  L’attitude défensive : coonsiste à esayer d’enrayer systématiquement les manœuvres des concurrents (attitude appliquée ar les leaders).
  18. Type Objectif Prérequis Avantages Inconvénients Cibles prioritaires Maintenir et/ou Grosse Le public accroître son structure Les partenaires Coûts élevés leadership Bonne Préserver ou finanaciers Stratégie de Originalité notamment par des notoriété augmenter sa (subventionneurs, leader artistique souvent investissements en Moyens part de marché mécènes,…) peu élevée communication finanaciers les journalistes importants importants Saisir les thèmes ou Moins de Les diffuseurs de les auteurs « à la crédibilité spectacles ; Stratégie de Petite Risques faibles mode » afin de artistique Les suiveur structure Coûts étudiés remplir la salle ou Pas de cohérence prescripteurs ; vendre un spectacle dans le temps Le public Rentabilité Petite douteuse Le public Augmenter structure Augmenter sa Problème de Les journalistes Stratégie rapidement sa Faible notoriété fidélisation du et prescripteurs agressive notoriété en créant notoriété Attirer le public public Les partenaires l’événement Moyens Quel effet à finanaciers finanaciers terme Crédibilité et Caractère intérêt du Se démarquer de la distinctif positionnement à Les journalistes concurrence en se Avoir une Communication terme et prescripteurs Stratégie de donnant une identité claire facilitée et Le public ciblé, Les diffuseurs de diférrenciation position spécifique et artistique cohérente à intéréssé à priori spectecles sur le marché des coûts par le Le public. réduits positionnement , est-il assez large Tableau : Quatre positionnement dans le champ culturel
  19. o Stratégie d’évitement : l’association préfèrent éviter ses concurrents et même les ignorent. o Stratégie d’alliance : Cette allaince doit profiter de l’équitablement, elle préserve les différences et crédibilise les associés aux yeux des P.P.
  20. CHAPITRE IV LE RESEAU RELATIONNEL INTERNE Parmi les P.P du réseau relationnel intren d’une association, on distingue cinq catégories : o Les sympathisants qui adhérent véritablement aux buts et objectifs de l’association et qui contribuent par leur soutien financier, discours, manifestations diverses à l’atteinte de ces objectifs. o Les bénévoles Ils donnent de leur temps et de leur énergie pour le développement de l’association. o Les bénévoles actifs, o Les élus : leur engagement ne se concrétise qu’après prise de fonction officielle au sein de l’assoiation. o Les salariés Ainsi, on peut : - mesurer la capacité de l’association à mobiliser des énergies et pas uniquement à payer les salariés en calculant le ration : Nombre de bénévoles et bénévoles actifs / Nombre vde salariés - appréhender s’il existe ou une relève possible, un réservoir potentiel de nouveaux élus en calculant : Nombre de bénévoles actifs / nombre d’élus I- La nécessité du marketing interne La finalité d’une association n’est que de promouvoir :  un sentiment de convivialité (clubs) ;  un esprit de découverte (voyages);  un épanouissement (culture) ;  un bien être corporel (sport) ;  un projet éducatif (formation et éducation) ; L’association est une organisation de marketing de services. Ce marketing en l’importance numérique et stratégique du personnel en contact avec la clientèle, c-à- d que le personnel en contact est la première cible de l’association afinqu’il soit
  21. informé des objectifs, qu’il aille dans leur sens, partage les mêmes valeurs et qu’il soit performant et efficace. Pour gérer efficacement son réseau externe, l’association doit apperndre en premier lieu à gérer son réseau relationnel interne en restaurant des logiques de cohérence d’objectifs et de langages. La logique marketing de l’assocation devient une logique à double détente : L’asociation Marketing Marketing interne externe Le réseau Le réseau Relationnel Relationnel interne externe II- Une typologie des bénévoles La popualtion des bénvoles se caractérisent par son impotanace numérique et par sa diversité, on dinstigue généralement : o Les hommes de réseaux : Ils apportent à l’association leurs relations (dans les collectivités locales, des organismes financiers, autres associations, auprès des mécènes potentiels,..). leur présence est un levier essentiel de développement. « il faut les faire appel » o Les techniciens : Ils peuvent mettre au service de l’association leur compétence juridique, informatique, gestionnaire, …. « il faut savoir en profiter » ; o Les laboureurs : Ils réalisent un travail pratique considérable avec une bonne volonté : suiver du bureau d’ordre de l’association. « Ils sont indispensables » ; o Les endormis : leur bénévolat s’endort dans une routine. o Les pionniers : porteurs d’idées, ils souhaitent engager leur association dans une nouvelle voies de dévelopement.
  22. o Les fondateurs : Piliers de l’association, ils contribuent à l’identité de l’association ; o Les archaiques : Ils freinent des évolutions souvent inéluctables sous prétexte de veiller au respect d’un dogme originel ; o Les profiteurs : Ils recherchent systématiquement des retombées personnelles ; o Les frustrés : leur attitude à l’association n’est pas rationnelle. Ils se vivent dans l’association. o Les grognons : Ils sont « anti-tout » et ils le disent. Plus soectateurs qu’acteurs, ils ne sont guère dangereux. o Les multicartes : Ils adhérent à de nombreux associations. Pleins de volonté, difficile à gérer. o Les futurs présidents : Ils apportent souvent beaucoup à l’association mais pour une motivation claire : la présidence. Habiles et diplomates. Cette typologie peut être synthétisé en deux dimensions : • l’axe rationnel/affectif : l’engagement dans l’associatin répond-il à des motivations rationnelles qu’affectives ? • l’axe moi/nous : les engagements sont-elles davantages personnelles ou collectives ? NOUS Bonnes volontés Hommes du réseau Fondateurs Technicien archaiques Endormis Pionniers Multi-cartes Frustrés Profiteurs Grognon Futurs président MOI AFFECTIF RATIONNEL
  23. III- Les salariés On distingue qaute types de salariés : • Le mercenaire : Il estime que sa forte compétence constitue un apport suffisant à son employeur ; • Le sympa : IL adhère avec enthousiasme aux valeurs de l’association, mais ces compétences sont souvent modestes. Ainsi, il faut les entourer d’amitiés et d’encouragement.; • Les parfaits : • Les insuffisants. + Le parfait Le mercenaire Niveau de compétence L’insuffisant Le sympa - niveau d’engagement + Typologie des salariés IV- Le rôle du dirigeant Le dirigeant est appelé à respecter les sept (7) régles d’or suivantes : 1- Incarner le projet de l’association • Réaffirmer sans cesse le projet de sa structure, ses objectifs prioritaires et ses principes de fonctionnement constitue une des tâches essentielles du dirigeant ; • Rappeler le cap à suivre ;
  24. • Inscrire dans la même perspective les différents événements qui surviennent ; • Caractériser la logique de développement Le dirigeant est symbole de sa structure 2- Connaître les rites, mythes et tabous de l’association Un certain nombre d’éléments permettent de repérer les caractéristiques culturelles les plus durables d’une association, il s’agit notamment : o Des rites : actes de formalités que l’on rencontre réguliérement dans l’association : vœux de fin d’année, pots de départ, …. o Des mythes : événements exceptionnels qui marquent l’histoire de l’association ; o Des tabous : sujets dont on ne parle pas ou peu et renvoient souvent à des problèmes de fond non résolus. 3- Jouer sur les trois registres de « domination » Le dirigeant oitr avaoir la possibilité de convaincre, influencer et diriget véritablement. Ainsi, il peut faire appel à l’un des trois principaux de domination : o La légitimité : Dans ce cas, l’exercice du pouvoir est hors conception. Suite aux apports de l’individu à son association, il devient légitime, qu’il exerce cette responsabilité. Il esty capable de conserver la confiance et l’attachement des memebres de l’association ; o La compétence : Il rassure, gére correctement les affaires, mlaîtrise les dossiers, donne une impression de sérieux et de solidité ; o Le charisme : Il posséde une capacité à soulever l’enthousiaisme et à obtenir l’adhésion du plus grand nombre. Mais, il faut rappeler que chaque étape de l’association fait appel à un type de registre : le charisme lors de la fondation, la légitimité en cas de croissance et la compétence en cas de maturité et le charisme en cas de crise. 4- Identifier les compétences Le dirigeant doit avoir la capacité de relever les compétences de ces collaborateurs pour pouvoir déléguer quelques responsabilités. On distingue, ainsi, trois types de compétences : • La compétence technique ; liée à la production de services ;
  25. • La compétence commerciale ; liée à la capacité à communiquer et à vendre un service ; • La compétence institutionnelle ; iée à la volonté d’incarner l’associationet ses choix et de na jamais se désolidariser de sa structure d’appartenance. 5- Valoriser et considérer 6- Aller au délà du formel Diriger une association, c’est savoir regardre derrière les organigrammes officiels afin d’identifier les sources réelles de pouvoir et d’influence et les réseaux internes qui déterminent la bonne transmission de l’information. 7- Maitriser le réseau relationnel. Une des sources essentielles du pouvoir provient de la maîtrise de l’information.
  26. CHAPITRE V LE RESEAU DES ADHERENTS I- Bien connaître ses adhérents Les renseignements (âge, adresse, profession,…) qu’on porte sur un cahier d’enregistrement réséervé aux adhérents peut bien être une base de données pour analyse suivant le sexe, l’âge, l’habitat, la profession,….en compararison par rapport aux données nationales. Mais, la méthode appropriée pour ce genre d’étude est une enquête par sondage qui consiste en : 1- La constitution de l’échantillon Le choix de l’échantillon doit être fait au hasard avec une représentativité d’au moins 5 %. Trois méthodes peuvent être appliquées pour enquête : - Enquête postale ; - Enquête face à face ; - Enquête téléphonique 2- La mise au point du questionnaire Cette mise au point est longue et minutieuse. Elle doit se dérouler en deux temps : déterminer les questions à poser puis rédiger ces questions et leurs modalités de réponse. Ainsi, pour l’étude socio-démographique et l’étude du comportement rentrant dans les objectifs de létude sont évidentes. En revenche pour l’étude des attitudes vis-àvis de l’association ; elle doit être précédé par une pré-étude spécifique à vocation exploratoire en constituant un échantillon dit typique ou raisonné. La technique d’enquête employée est dite semi-directive où on réalise une interview sans agir. La technique de l’entretien individuel peut être complétée dans certains cas par celle des tables rondes (interview en groupe de 8 à 10 personnes) ayant pour objectif de mettre au piont le grand dénominateur commun entre les memebres du groupe.
  27. Le questionnaire établi doit être prétesté auprès de quelques cibles personnes pour vérifier sa compréhensibilité. 3- Exploiter les résultats Les enquêtes sont des outils d’aide à la prise de décision. Ainsi, on ressort des résultats en rapport avec :  Le % de participants par fonction ;  Le comportement : o Connaissance de l’association o Participation aux activités de l’association  La satisfaction par : o Les questions ouvertes o Les questions fermées La staisfaction doit être au moins à 80 %. En effet, un client satisfait en parle en moyenne à 3 personnes alors que le mécontent en parle généralement à 12 personnes : 80 adhérents satisfaits x 3 personnes = 240 contacts positifs 20 adhérents mécontents x 12 personnes = 240 contacts négatifs.  La typologie des adhérents Satisfaction Les Les fidèles exigeants Attente Attente individ- sociale uelle Les râleurs Les mécontents Insatisfaction
  28. Râleurs + mécontants= Boulets : ne pas investir Fidèles = fonds de commerce : maintenir la qualité de service Exigeants = à travailler : retenir l’attention. 4- Favoriser l’engagement des adhérents • Fixer les objectifs ; o La bonne volonté et la sympathie ne sont pas les euls critères de recrutement ; o Prciser le profil des personnes susceptibles d’assurer des fonctiond dont ils sont capables • La motivation • Encourager toutes les initiatives • Accepter toutes les contributions « on s’engage par les actes, non par les idées » • Former avant plutôt que pendant • Assurer harmonieusement la relève La staisfaction des adhérents est garante de leur fidélité, La considération qui leur est portée permet de valoriser leur passage au staut de sympathisant, puis de bénévole actif, voire à celui d’élu. Les maîtres mots des dirigents doivent être en la matière : • Connaître ; • Satisfaire ; • Valoriser.
  29. Diagnostic externe Contraines Opportunités Diagnostic interne Forces Fiablesses

×