texte du rav Dynovisz

  • 519 views
Uploaded on

ra dynovisz

ra dynovisz

More in: Spiritual
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
519
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Eliyahu ‫א‬ramer Foundation for the Advancement ‫בס"ד‬ of Jewish ‫א‬nowledge and Education 1700 Michigan Avenue. Miami Beach, FL 33139. Phone: (305) 965 0355. E-mail: elikramerfoundation@gmail.comNous…le "peuple Elu", le " Peuple du Livre", les "Enfants dIsraël ", quellesque soient notre affiliation, notre origine, notre race, notre couleur ou noscroyances religieuses, nous sommes ensemble, unis comme un seul homme, faceà tout danger menaçant lexistence de la nation dIsraël.Nous, demandons que, quelle que soit la résolution prise lors dun vote àlOrganisation des Nations Unies, elle doit garantirdes frontières complètement sûres pour lÉtat dIsraël.Cela signifie, sur le plan géographique et de façon réaliste, que, jusquà ce quetous les pays impliqués, avec Israël et ses environs, reconnaissentpleinement lexistence de lÉtat Juif et son droit dexister, les frontières doiventrester les mêmes.Traduction : Mrs. Fabienne RosenthalRelue et corriger : Mr. Albert Bensoussan – Rabbi Mordechai Uzan
  • 2. Le prix à payer de l’intelligence véritable est un “minimum d’explications” Harav Haim Dynovisz La Torah, appelée par tous les peuples, l’Histoire Sainte, est une vérité qui s’enracine dans le passé, traversele présent et se dirige vers le futur. Son message, bien que des plus anciens, peut construire notre avenir, parcequ’il est toujours en avance sur notre temps. Le peuple juif, dépositaire de cette parole éternelle, possède lesclefs de son actualisation, afin que nous puissions, dans chaque génération, nous diriger selon la sagesse duCréateur et Maitre du monde. Le Roi Salomon, le plus sage de tous les hommes, exprimait cette vérité endisant : « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil….ce qui s’est passé est ce qui se passera…. »1 La Torah est leplan, le modèle, la référence fondamentale de l’histoire toute entière. Essayons de comprendre et d’actualiserl’un de ses messages les plus importants aujourd’hui et trouvons, ensemble, les clefs fabuleuses qu’il nousdévoile et nous livre. À l’époque du Juge2 Ifta’h, le Roi d’Ammon, déclare la guerre à Israël, qu’il accuse de lui avoir volé unepartie de sa terre et d’avoir colonisé des territoires lui appartenant. La première réaction d’Ifta’h, le dirigeantd’Israël à cette époque, est de tout faire pour éviter un conflit et il lui envoie des messagers afin de prendremieux connaissance des revendications territoriales du roi de Ammon. Réaction typique et traditionnelled’Israël qui, durant toute son histoire, ne sera jamais le premier à engager un conflit armé et fera toujours tout,au contraire, pour l’éviter. Le roi de Ammon dit aux messagers juifs : « Vous nous avez volé une partie de notreterre lorsque vous êtes sortis d’Egypte et que vous vous êtes installés sur la rive Ouest du Jourdain ; vous avezconquis et volé toute une bande territoriale, sur la rive Est du Jourdain, qui appartenait au roi et au peupled’Ammon de l’époque ! » Le Roi dAmmon prend même la peine de citer toutes les villes et tous les lieux du pays dAmmon qu’Israëlaurait volés, il y a des siècles déjà, à ce peuple, lorsqu’il est revenu s’installer sur sa terre. Il leur présente unecarte précise et le tracé des frontières, voulant ainsi prouver d’une manière irréfutable l’agression israélienne. Etil leur dit : « Si vous êtes prêts à me restituer ces territoires en échange de la paix - Les territoires contre la paix-, alors nous pourrons faire un traité ! (Traité de paix typique lorsqu’il s’agit d’un conflit où Israël est engagé :Les Juifs donnent tout et ne reçoivent rien…puisque par définition ils sont toujours les seuls à avoir tous lestorts.) Essayons à présent de réfléchir sur la revendication du roi d’Ammon et son accusation à l’égard d’Israëlqu’il traite de voleur de terres. Difficile pour un lecteur simple et naïf d’imaginer qu’il ne s’agit que d’ungrossier mensonge et d’une pure et simple falsification de l’histoire, puisque le roi dAmmon semble êtresérieux, prêt à la guerre et, surtout, il est capable de donner avec la plus grande précision tous les détailsnécessaires concernant le vol de ses terres. De plus, la Bible, qui est un Livre très sérieux, a écrit en forme deversets toutes ses revendications. S’il ne s’agissait que d’un mensonge grossier, pourquoi la sainte Bibleperdrait-elle son temps à nous raconter des histoires de bandits malades et mégalomanes ? En vérité, la théorie « d’Israël voleur de terre » était déjà bien ancrée dans la conscience et les accusationsdes peuples à notre égard puisque tous disaient que la terre de Canaan, du côté Ouest du Jourdain, avait étéconquise et volée à ses propriétaires, les Cananéens ! (Eh bien, avec un minimum d’honnêteté intellectuelle etde connaissances, il est très facile de démonter l’accusation de vol, même à l’égard des Cananéens, ceci dans lamesure où c’étaient eux qui avaient conquis cette terre et l’avaient volée à ses véritables propriétaires, lesenfants de Chem ! Ce territoire avait en effet été donné aux enfants de Chem lorsque Noa’h avait partagé lemonde entre ses trois enfants. Le Proche-Orient était le territoire de Chem, alors que ‘Ham avait reçu tout lecontinent africain. Canaan étant le fils de ‘Ham, son territoire ne pouvait donc pas être au Proche-Orient et se1 Ecclésiaste, 1-9.2 Les Juges, chap. 10 - versets 11….jusquà la fin du chapitre.
  • 3. situait sur le continent africain. C’est lui qui était venu conquérir cette terre, exterminer ses habitants et Israël,descendant d’Abraham et de Chem, n’a fait que reprendre la terre qu’on lui avait volée !) Le roi d’Ammon qui très certainement ne s’était jamais donné la peine de connaître la véritable histoire dela région, n’avait donc pas trop de difficultés à se déclarer, lui aussi, volé par le traditionnel voleur de terre !Qui allait chercher à savoir si ses accusations portées à l’égard d’Israël étaient fondées, puisqu’Israël ne pouvaitêtre qu’un voleur ! Or un simple coup d’œil dans la Torah de Moshé3 (Moise) nous montre avec la plus grande évidence etclarté que toutes les villes revendiquées par Ammon, et qui faisaient prétendument partie de son territoire,n’avaient jamais été des villes de son pays, mais d’un autre pays, d’une autre terre, et d’un autre roi ! Dans les moindres détails et avec la plus grande précision, la Torah nous explique que toutes les villes ettous les lieux dont le roi de Ammon prétendait qu’ils faisaient partie de son territoire, étaient en vérité les villesqui se trouvaient sur le territoire d’un autre roi, dirigeant d’un autre pays, le roi Si’hon, roi du pays d’Emor ! Etcomment, malgré tout, ces villes étaient-elles devenues la propriété d’Israël ? Là encore, et dans les moindresdétails, la Torah nous explique qu’Israël avait supplié le roi Si’hon de ne pas lui déclarer la guerre et que,malgré tout, c’était lui qui, sans aucune raison, s’était attaqué à Israël ! Après la victoire d’une guerre défensivequ’Israël avait voulu éviter à tout prix, ces villes étaient tombées en sa possession. De toute manière, le dernierà pouvoir les revendiquer comme siennes était le roi dAmmon, tout simplement pour la bonne raison qu’ellesn’avaient jamais été a lui ! Ce n’est pas possible ! Comment peut-on à ce point mentir, lorsque le mensonge est tellement énorme et lavérité si claire ? Le roi dAmmon voulait récupérer des territoires qui ne lui avaient jamais appartenu, enaccusant Israël de vol alors que c’est Israël qui avait été attaqué, agressé, qu’il s’était défendu et avait récupérédes terres qui n’avaient jamais été ammonites ! De plus, ainsi que le dira Ifta’h, le roi d’Ammon venaitrevendiquer des terres prétendument volées 300 ans après la sortie d’Egypte ! Mais si cela était tellement évident, pourquoi attendre 300 ans ? À moins qu’il n’ait fallu attendre un tempssuffisamment long pour que plus personne ne puisse se rappeler la véritable histoire des peuples de cetterégion ! Lorsque tout était encore clair, pendant de très nombreuses décennies, presque pendant 300 ans, tousles peuples, même à une époque où nexistaient ni archives ni livres dhistoires, tous savaient que ces territoiresnavaient jamais appartenus au Roi d’Ammon et quils nétaient devenus la propriété dIsraël quaprès quil eutvaincu le roi d’Emor qui lavait attaqué brusquement et sans raison. (Il semblerait quà notre époque, malgré une abondance darchives et de livres dhistoire, il ne faut quequelques années pour que les nations accusent Israël davoir volé des terres….qui nont jamais appartenu à ceuxqui les revendiquent et qui, de toute manière, ont toujours été les agresseurs et les premiers à déclarer toutes lesguerres, depuis 1948 ! À lheure de la technologie où, pourtant, tout se voit et tout se sait, serait-il devenu plusfacile de falsifier lhistoire quà lépoque de nos "ancêtres les barbares" ? Les "barbares" de notre si lointainpassé auraient-ils été, plus que nous, scrupuleux de préserver un minimum de vérité ?) Mais revenons à présent sur notre histoire biblique. Le message est malheureusement trop clair, parce quetoujours trop actuel : les revendications des peuples voisins se fondent toujours sur une falsification grossière etinsolente de lhistoire, et lincroyable est que, plus le mensonge est énorme, plus la falsification et lhypocrisiesont grandes, et plus les revendications et les accusations de vol contre Israël sont prises au sérieux par tous!3 Bamidbar-houkat, chap. 21 - versets 21 jusqua fin du chapitre.
  • 4. Finalement, le roi d’Ammon et ses revendications territoriales contre Israël sont le modèle et la référencebiblique du mensonge des peuples qui, avec insolence et grossièreté, falsifient lhistoire et la reconstruisentsuivant leurs fantasmes. Car dès quil sagit dIsraël, le bon sens, la logique, lhonnêteté intellectuelle, le respectdes faits historiques et la bonne foi n’ont plus cours. La seule règle qui prévaut est le mensonge, et plus il esténorme, plus il passe. Jérusalem, capitale éternelle du peuple palestinien! Alors que Jérusalem est appelée "capitale dIsraël" descentaines de fois dans le Livre que tous les peuples appellent la "sainte Bible", alors que pas une seule foisJérusalem n’est mentionnée dans le Coran ! Tous les peuples sont capables de fournir des livres dhistoires, des témoignages, des archives prouvant leurprésence dans leurs pays respectifs depuis de siècles ou des millénaires. Ne parlons pas du Livre dHistoireappelé par tous "Histoire Sainte" qui affirme, prouve et atteste sur des milliers de pages que cette terre a étédonnée et a été habitée pendant des siècles par le peuple dIsraël. Ne parlons pas des fouilles archéologiques quiattestent notre présence sur cette terre depuis des millénaires. Mais où sont les livres dhistoire des Palestiniens ?Où sont les archives, les témoignages, les faits historiques, qui prouvent la présence de ce "peuple" sur cetteterre depuis des siècles ou des millénaires ? Où sont les bâtiments, les villes, les villages, les palais, les lieux deculte, retrouvés grâce à des fouilles archéologiques capables de prouver la présence de ce peuple sur cette terre? Où est la Jérusalem palestinienne, avec ses maisons, ses rues et ses routes ? Pourquoi ne retrouve-t-on, encreusant, que les symboles les plus clairs et évidents de la présence millénaire dIsraël sur cette terre et avecJérusalem pour capitale ? La réponse est évidente et (trop) claire : tout simplement parce que lhistoire du "peuple palestinien" surcette terre est lune des plus absurdes et grotesques inventions et falsifications de lhistoire humaine ! Ce mensonge a, de loin, dépassé celui du roi d’Ammon, car à son époque cela ne faisait que 300 ansquIsraël était sur sa terre. Il navait pas encore accumulé les milliers de preuves de sa présence que nouspossédons aujourdhui. Mais après 3500 dhistoire juive, après une histoire connue de tous et écrite en "lettresainte dans la bible sainte", quil puisse se lever un "peuple" pour affirmer que tout cela na jamais existé etrevendiquer la propriété sur une terre qui na jamais été la sienne, cela est un fait unique dans lhistoire du genrehumain. Même le mensonge en rougit de honte….même lui, mais pas les nations qui, elles, sassocient à cemensonge colossal et font pression sur Israël pour quil accepte de reconnaitre être le "voleur" et "rende" les"territoires volés" au "peuple palestinien". Notre génération aura été, plus que toute autre, celle du "culte de lamauvaise foi". Mais continuons encore cette magnifique histoire (actuelle) biblique. Que fait alors Iftah? Au lieu desinsurger contre linsolence et la mauvaise foi du roi d’Ammon, au lieu de le mépriser et de se préparer à laguerre sil ose mettre à exécution ses menaces dattaque, que fait-il ? Il envoie de nouveaux messagers poursexpliquer, argumenter, maintenir la paix à tout prix. Même au point de négocier avec le mensonge et lamauvaise foi, et ceci en commettant en pareil cas une erreur fatale: Car négocier avec "la mauvaise foi" cest luidonner du crédit et la renforcer dans ses revendications mensongères. Finalement le résultat est désastreux et ilnous amène exactement là où l’on ne voulait pas arriver : la guerre ! Négocier et faire un traité de paix avec le"mensonge" revient à lui donner larme avec laquelle il nous tirera dessus le premier ! Iftah a mise sur la paix, sur la négociation (comme sil y avait quelque chose à négocier), il a tendu la mainau chalom et finalement il na récolté que la guerre. Sans le savoir, cest peut-être lui qui a poussé le roid’Ammon à lattaquer, justement parce quil voulait la paix ! En négociant avec le mensonge on justifie etencourage son agressivité. Iftah est sans doute le modèle biblique et la référence à tous les récents "traités depaix" et les "prix Nobel" qui nont engendré dans la région que désastres, attentats, guerres et catastrophes !
  • 5. Madrid, Oslo….les différents pavés posés sur la route du mensonge et dont la destination finale estévidente : la guerre. Qui sont ceux qui ont refusé le partage proposé par lONU en 1948 ? Qui sont ceux qui ontdéclaré la guerre en 1948, qui sont ceux qui sapprêtaient à exterminer Israël de la région en 1967, en 1973, etjusquà aujourdhui ? Qui est toujours lagresseur ? Celui qui est arrivé à se faire passer aux yeux de tous pourlagressé, le volé et le spolié ! Le "Ammon" des temps modernes, mais aidé et renforcé dans sa folie mensongère par le "Iftah" des tempsmodernes, tous les gouvernements de "on sexcuse dexister" qui ne font que renforcer la mauvaise foi de la"victime-agresseur". Car tout ce que peut argumenter Israël pour prouver sa bonne foi ne servira a rien. Ilssavent déjà que tout ce que nous leur disons est vrai, mais cest précisément là le problème, ils savent que contreIsraël seul le mensonge a des chances de passer. Ce nest que lorsque Iftah sest rendu compte quil alimentait lui-même les revendications du roi d’Ammon,à chaque fois quil voulait négocier et faire la paix, quil a décidé enfin dadopter les seules attitudes possiblesface au mensonge : la rigueur, la fermeté et la détermination. Finalement et pour conclure, cest véritablement enpuisant aux sources de notre histoire ancienne que nous découvrirons les messages, en avance sur notre temps,capables de nous aider à construire notre avenir. Peuple du Livre, dépositaire de la parole du D. Vivant, cest avec conviction, détermination, fierté, courageet assurance que nous devons proclamer à haute voix à la tribune de lONU : Cette terre est à nous parce que leCréateur et Maitre du monde nous la promise et donnée. Nous en avons été chassés et, après quelle nous a étévolée, le Créateur et Maitre du monde nous y a ramenés. QuIsraël vive éternellement sur la terre de l’Éternité !Rav Haim Dynovisz - Jerusalem