Your SlideShare is downloading. ×
Paris le 23 février 2012   Syndicat national  6 rue de la plaine Paris 20ème  0144932085 Fax : 0144932615  syndicat.unsa@p...
Cerise sur le gâteau, l’accord sénior lui aussi trainé en justice par un autre syndicat, la CGT,au motif que les négociati...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Tract unsa

386

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
386
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Tract unsa"

  1. 1. Paris le 23 février 2012 Syndicat national 6 rue de la plaine Paris 20ème 0144932085 Fax : 0144932615 syndicat.unsa@pole-emploi.fr A l’été 2011, le ministre du travail Xavier Bertrand déclarait aux médias : « ànouvelle feuille de route, nouveau directeur général. » Aujourd’hui nous y sommes, JeanBassères a pris ses fonctions, un nouveau DGARH est arrivé et la convention tripartites’applique depuis début janvier. Pour autant nous avons l’impression que rien ne bouge enréalité, certes pour impulser le changement il ne faut pas bruler les étapes, mais quand même.Au chapitre des bonnes nouvelles pas grand-chose à se mettre sous la dent. Les négociationssalariales pour 2012 (NAO) n’ont rien donné, la direction générale ne propose toujours pasd’augmentation de la valeur du point. C’est la 3ème année consécutive et comme le disait lecabinet Apex en octobre 2011, organisme qui avait été choisi par les membres du CCE dans lecadre d’une expertise des comptes de pôle emploi : « le surcout de la fusion c’est les agentsqui vont le payer »Le droit d’option et ses 80% d’optants entraine une augmentation très significative de lamasse salariale. En ne procédant à aucune augmentation générale et ce pendant plusieursannées on récupère en partie le bénéfice acquis précédemment par les agents.La négociation de l’article 48 de la CCN est toujours au point mort et la solution pour les16000 agents relevant de l’AGIRC/ARCCO tarde à venir. Les arbitrages ministériels etl’échéance présidentielle compliquent probablement la donne.Quant à l’arrêt des prestations nationales versées la CNGASC, elle n’est pas imputable à ladirection générale, mais à une organisation syndicale le SNU gagnante de son procès contre ladirection générale et les signataires de la CCN.Il est vrai que le score du SNU aux dernières élections professionnelles (19%) commande queles autres syndicats lui laissent diriger la gestion des œuvres sociales au niveau national. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est eux !
  2. 2. Cerise sur le gâteau, l’accord sénior lui aussi trainé en justice par un autre syndicat, la CGT,au motif que les négociations OS/DG furent déloyales.Et nos collègues qui bénéficient du temps partiel bonifié, sont-ils déloyauxeux ?M. Bassères n’est pas responsable de tout et les choix ou erreurs de son prédécésseur nel’engagent pas en totalité.Dans sa réponse aux différents problèmes qui se posent à pôle emploi, il nous a proposé unplan stratégique et un questionnaire pour les agents. Nous ne contestons pas sa méthode, maiscelle-ci relève pour l’UNSA du pouvoir de direction du DG. Nous ne sommes pas dans la co-gestion mais dans le cadre d’un dialogue social basé sur la négociation entre les acteurs. Par contre sur nos attentes à nous organisations syndicales en terme de conditions etorganisation du travail, prévention des risques psychosociaux, classification des emplois-aumoment ou va se mettre en œuvre l’EPA- rien. !Il nous semblait que nous pouvions faire plusieurs choses en même temps et que la stratégied’entreprise n’empêchait pas la négociation avec les organisations syndicales.Au fil des années, l’UNSA a négocié et signé toute une série d’accords qui contribuent àdonner du muscle tant aux agents qu’à l’institution elle même. Aujourd’hui la source semblese tarir et l’argument budgétaire servi par la direction ne peut à lui tout seul servir d’alibi.Il ne nous semble pas que de traiter les conditions de travail et l’ensemble des problèmes quien découlent, soient susceptibles d’occasionner systématiquement des couts pour pôle emploi.Les milliers d’heures de travail perdues pour des arrêts maladie coutent elles aussiassurément.2012 année des élections tout azimut : La présidentielle avec probablement une énième politique de l’emploi ; Les élections des agents sous statut 2003 ; Pour finir les élections professionnelles de fin d’année.On le sait ces années ne sont guères propices à des grandes négociations sociales, chacun vadurcir ses positions en vue de l’explication finale.A l’UNSA nous disons, que de temps de perdu surtout pour nos collègues en contact directavec nos usagers toujours un peu plus nombreux.Nous réaffirmons qu’il y a urgence et que l’heure n’est pas aux calculs politiques ousyndicaux.Oui nous sommes totalement d’accord, pôle emploi est bel et bien essoufflé.

×