Your SlideShare is downloading. ×
La fête
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

La fête

185
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
185
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Association LAutre Regard Regards sur la vie – jeudi 1er décembre 2011 La fête- Pourquoi les gens sont-ils tristes à Noël ? / Un ras-le-bol de lopulence.- On ne décide pas dêtre triste ou joyeux. / On parle bien de la fête des morts, à la Toussaint.- Pour une fête, il faut du monde (amis, famille, ou inconnus), partager, un mobile commun, un objet pour seréunir, qui fait adhésion, cohésion du groupe.- la Coupe du monde, en 1998, a été loccasion de fêtes un peu partout. Les élections du Parti socialiste, en1981, également.- Moi, je naime pas la fête.- Moyen-Âge, après léradication dune épidémie de peste. / Dans les sociétés primitives, une fois par an,pendant 3 jours, tous les tabous sautent. / Y compris les barrières sociales. / Avec souvent une inversion desrôles, une désinhibition ; il sagit de faire tomber les tensions sociales. / Oui, cest une soupape.- On remarque des fêtes ritualisées et des fêtes spontanées. Euphorie collective.- Carnavals. Parcours de la Fête-Dieu, de la Fête des fleurs. Pardons.- Il faut parvenir à soublier soi-même pour parvenir à faire la fête, avoir lesprit disponible, cest-à-dire préparéà la fête. Se détacher de son statut social, de ses soucis.- La fête engendre la fête / Jusquau paroxysme. Quest-ce qui, en nous, nous autorise ou pas à faire la fête ?/ La fête, ça peut être contagieux. / Y a aussi des réfractaires !- Ça peut être un événement très simple. La libération de Mandela, 1990 à peu près ; le mur de Berlin, en1989. Mais les Islamistes extrémistes, qui sopposent aux États-Unis, faisaient aussi la fête quand les deuxtours sont tombées. / Toute fête est culturelle. Pour quelle sengendre il faut au départ un gagnant et unperdant. Une exultation se produit, au détriment de quelquun, à travers ce plaisir assez primaire quest lavictoire de lun sur lautre.- Comme dans le cas du bizutage. / Le bizutage, ce nest pas une fête, cest fait dans le but dhumilier lapersonne → Ça va être ta fête ! : il y a là quelque chose danimal. Ces côtés bas-instincts sont sous-jacentsdans toute fête. / Une sorte de Jouissance. / A contrario de faire la fête entre amis.- On peut voir les gens faire la fête dans un pays qui va très mal. Faire la fête comme si on navait que peu detemps à vivre. Un défoulement.- Ça nous fait du bien. On a plaisir à se retrouver ensemble. Les fêtes du type Carnaval de Rio mobilisent lesgens ; ils sy préparent chaque année, longtemps avant. Cest même un tremplin par rapport à des chosesdifficiles à vivre.- Les fest-noz des années 70. / Autre phénomène : les beuveries du jeudi soir à Rennes, par les jeunes. Lebut est de senivrer très vite / Parce que les copains le font : être intégré dans le groupe.Il faut faire un plongeon dans la convention pour faire la fête. / Boire à tire-larigot, par exemple/. Ici, cest lefait de soublier qui est une convention. Cest ce rapport à la convention qui permet la fête, qui fait quelindividu peut se dégager de lui-même. Sans ça, tu ne peux pas faire la fête.- Certaines fêtes du vin daujourdhui évoquent les Bacchanales de lantiquité, les fêtes dionysiaques.- Cest une réaction contre la mondialisation, peut-être, que de se réunir en petites confréries.- Les fêtes font société. Elles soudent un groupe.- Il y avait, à une époque, beaucoup de jours fériés. Au XVIIème, avec Colbert, on a commencé à supprimerdes jours fériés pour obtenir plus de travail.- Désaffection du religieux → au profit des fêtes commerciales, consumérisme à tout crin, ou des fêtes crééesde toutes pièces comme Halloween.- Les plus belles fêtes sont celles qui arrivent par surprise : les fêtes improvisées. / Aller trinquer dans la rue, àminuit la nuit de la St Sylvestre, avec des inconnus quon ne reverra pas.- Alcool : juste un peu trop, mais pas trop.- Dans un film, cette séquence où Allemands et Français trinquent ensemble, à Noël (symbole de paix dans lemonde). La trêve. / → La trêve de Dieu exigeait quon cesse le combat du vendredi au lundi matin.- Idée de la fête perpétuelle chez Lewis Carroll, dans Alice : le non-anniversaire / Cauchemardesque. Association LAutre Regard - Regards sur la vie – jeudi 1er décembre 2011 – La fête 1
  • 2. Association LAutre Regard- On fait la fête quand on réussit quelque chose : il faut marquer le coup !- Tension préalable → puis, la victoire est un argument festif, avec lidée de faire cercle autour dun feu, autemps de la Préhistoire.- Sacrifice au temps des Aztèques. / Tension dramatique du match.- Être seul à Noël est difficile. / Parce quon est hors convention. / Une sorte de culpabilité à être exclu de lafête / cest ne pas être invité au festin. / Il est très question de la fête dans les Évangiles.- Bosch : Le Jardin des délices. / Si on pouvait rentrer dans les tableaux … / et ne pas en sortir … ! / - Lareligion a culpabilisé les fêtes païennes, et le rire lui est devenu suspect.- La fête sert à rompre avec la routine. / La fête foraine attire toujours autant les jeunes. / La fête de lamusique, instituée par Jack Lang, depuis 1981. / La fête du voisinage, dans la spontanéité et la simplicité.- Ça concerne le corps, et lesprit suit. Importance du chant, de la musique et de la danse.- Qui se sent reconnu par ceux quil aime est à la fête. / Climat de confiance.- Céline veut une danse des canards pour une fête ! / Où tout le monde est ridicule, alors personne ne lest. /Ou la danse du balai.- Je pense à limpact de la fête chez les enfants : elle est très attendue. Il y a le déguisement, on peut sécarterde lhabitude. Cest une zone de permissivité. Orgie de bonbons. Ils sont plus spontanés dans la fête quenous, adultes. Association LAutre Regard - Regards sur la vie – jeudi 1er décembre 2011 – La fête 2