Journal56-12-2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Journal56-12-2013

on

  • 242 views

 

Statistics

Views

Total Views
242
Views on SlideShare
233
Embed Views
9

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 9

http://lautre-regard.asso.fr 9

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Journal56-12-2013 Document Transcript

  • 1. L'Autre Regard 2, 8 et 29 square de la Rance 35000 Rennes 02.99.31.63.43 http://lautre-regard.asso.fr N° 56 décembre 2013 Le Regard Illustré Adhérents : 1er exemplaire gratuit Non adhérents : 1 € « Le Regard Illustré » « ALARME – ALARME » !! L'atelier Journal a repris fin septembre 2013 avec deux adhérents : Antoine et Xavier. Malgré des rappels successifs pour avoir des articles dans le journal de l'association, peu d'adhérents en ont remis et nous nous demandons si « Le Regard Illustré » intéresse vraiment les personnes de L'Autre Regard. En effet, faire un journal, c'est travailler en équipe : recueillir des articles auprès des personnes, réaliser des interviews, échanger sur les textes remis, faire la mise en page avec le logiciel "Scribus" (qui est très technique) qui n'est que la dernière étape du journal mais nécessite de beaucoup de temps. Aussi, nous devons revoir prochainement en réunion d'équipe la continuité de cet atelier. Nous sommes bien conscients que les ateliers autour de l'informatique (initiation – internet – blog) sont très prisés et c'est tant mieux car c'est une donnée incontournable à notre époque actuelle. Alors, peut-être que nous imaginerons une autre forme pour que le "Regard Illustré" se réalise avec plus d'adhérents, qu'il reste le reflet de la vie associative et l'expression de tous ses membres : il en va de l'expression démocratique. Je remercie Noël qui m'a aidée dans la mise en page du N° 56. Nicole 1
  • 2. Interview de Véronique (Présidente de L'Autre Regard) Depuis quand es-tu à L'Autre Regard ? Déjà je ne saurais pas dire, début 1999, j'ai été inscrite à l'atelier dessin-peinture (avec Pierre), personne ne m'a adressé la parole sauf l'animateur. J'ai attendu désespérément à la fin de l'atelier que tous les participants sortent, j'ai entendu une fille en inviter une autre à aller boire un café à « Et si on se parlait  ». J'ai abandonné mes tentatives de socialisation via L'Autre Regard pour un moment, et je n'y suis ensuite revenue que par intermittence. J'avais été déçue alors que l'entretien s'était bien passé, et je ne sais pas pourquoi je me m'étais retrouvée à cet atelier-là. Actuellement les gens parlent peut-être plus. Quelles sont les activités que tu as faites à L'Autre Regard ? Dessin-peinture, j'ai fait un truc aussi : du théâtre d'impro avec Philippe pour une fête, je crois, et c'est tombé à l'eau. J'ai participé à «  relaxation en mouvement  » , «  la gym sensationnelle  !» , «  massages”  avec Brigitte le vendredi après midi, «  regards sur la vie  » et le mercredi après-midi à Dullin pour co-animer les jeux. C'est ma psy de l'époque qui m'avait envoyée à « Lueur d'Espoir » et à «  L'Autre Regard  » et j'ai choisi L'Autre Regard. Cela fait 15 ans en fait que j'y suis. Qu'est-ce qui t'a poussée à devenir Présidente ? Rien, je me suis dévouée parce que personne ne voulait le faire. Lors du Conseil d'Administration où se déroulait l'élection du Bureau, après un tour de table, les participants disaient à tour de rôle : « je peux pas » donc je me suis dévouée, il restait trois personnes qui ne s'étaient pas exprimées, l'une a dit «  je veux bien être secrétaire  », etc et pour la Présidence, je me suis dit et j'ai dit «  je vais essayer  ». Bernard a dit qu'il fallait au moins 4 personnes au Bureau. Je ne sais pas si je me serais représentée au CA si j'avais été sortante du CA, car j'avais envie d'aller plus souvent à L'Antre-2. En septembre ou avant l'AG, je ne sais plus, Maryline disait : «  les prochains présidents, ça risque d'être Brigitte, Michelle ou toi ». Je n'ai pas anticipé pour être présidente en ce qui me concerne. 4 Fréquentes-tu d'autres associations ? Oui, «  les Clairs Obscurs  » : associaion de personnes bi-polaires, l'association «  Et si on se parlait  », l'association «  Sholem  » : musiques et langues juives en Bretagne: cours de yiddish, je participe aussi à la chorale, (avant il y avait une autre association (synagogue avec kippa) lors d'une fête, le rabbin a demandé que des hommes mettent une kippa et les hommes en rébellion ont enlevé leur kippa pour bien montrer leur protestation / l'intégrisme) : je ne suis pas dans cette association. Je suis aussi adhérente au “ Jardin d'Epicure » : le maraîcher apporte les légumes le vendredi soir, j'ai un panier de légumes chaque semaine (des légumes bio). Je vais aux réunions du Collège du GEM de L'Antre 2 (dans le cadre de L'Autre Regard). Que comptes-tu améliorer à L'Autre Regard ? «Tout : les locaux et leur utilisation. Ils sont sinistres, ce serait important d'avoir plus d'espace et plus d'activités. Le type et le nombre d'ateliers sont limités par les locaux, cela pourrait être différent. Dans les éventualités pour L'Autre Regard, il y aurait une réflexion à mener sur l'achat de locaux. C'est très important pour l'accueil des adhérents et des bénévoles, les activités et de meilleures conditions de travail pour tous. Quels sont tes hobbies ? Oh Oh là : « marcher – manger – aller au cinéma, j'ai du mal à regarder les films à la télé mais j'aime aller au cinéma – par période j'aime bien lire, là, cela fait un moment que je n'ai pas lu . . . je ne sais pas quoi lire. J'aime aussi aller boire des pots avec des personnes, voir les copines. Je vais aussi refaire du yoga. Quand j'étais gamine j'ai fait 10 ans de danse classique. Je chante à la chorale Yiddish (depuis 5 ans, l'ambiance est vraiment chouette). Être avec les autres. Quels sont les livres que tu aimes lire ? Ceux que j'ai aimés lire : le dictionnaire des synonymes – j'aime bien les dictionnaires – les notices des “médocs”, les inscriptions sur les paquets de céréales. À 10 ans je suis allée en
  • 3. Roumanie, je lisais l'annuaire en roumain : voir comment c'est fait dans un annuaire dans une langue que je ne connais pas. Quel est ton livre préféré ? «  Mister North  » de   Thornton  Wilder, un livre de maths « Topologie » de Laurent Schwarz, je l'ai lu comme un roman  : ça m'a permis de survivre en prépa maths sup/maths spé, mes trois premières années d'études, juste après le bac. Quels sont les styles de musique que tu aimes ? Blues – ballades avec textes. Quels sont tes desserts préférés ? Le fraisier – sorbet aux fraises des bois de «  Bertillon  » – tiramisu – «  les trucs mous  et sucrés» - les sorbets aux fleurs. As-tu travaillé ? Oui, pas vraiment, deux fois un trimestre, l'enseignement une galère  : j'ai enseigné l'informatique, les maths : TD en master 1 – j'ai été deux ans en thèse en informatique (TD en plus) – 3 ans de prépa maths – En première année de thèse, à Berkeley, j'ai complètement déprimé - sauf le matin où j'allais aux cours – l'après-midi, je traînais. J'ai l'agrégation ( ça m'a permis d'obtenir une confortable pension d'invalidité, maintenant) j'ai arrêté de travailler en janvier 1996 - Tu as fait "un parcours sans faute", comment as-tu accepté de te retrouver à L'Autre Regard et à "Si on se Parlait" ? Je ne me suis jamais sentie brillante (par rapport à mes cousins/cousines); c'est sur le coup que je me suis dit : qu'est-ce que je fais maintenant – j'étais bonne pour les études, je ne savais faire rien d'autre. Mon drame c'est que je ne me passionne pour rien. Cette interview a été réalisée par Antoine, Xavier et avec la collaboration de Thierry. 5
  • 4. Une visite à la fonderie des cloches de Villedieu-les-Poëles Le 23 octobre dernier, à 11 h, nous étions huit à nous retrouver au square de la Rance pour nous rendre à Villedieu -les-Poëles afin de visiter la fonderie des cloches. Villedieu-les-Poêles, ça ne vous dit rien ou pas grand-chose  ? Cette commune se situe dans l'Orne entre Avranches et Caen, à environ 120 km de Rennes. C'est une petite ville touristique avec 2 musées et 3 ateliers d'artisanat d'art. Elle fut l'un des plus grands centres européens de poeslerie (d'où son drôle de nom) et chaudronnerie dès le XXIème siècle. La fabrication de dentelle y a connu un grand développement au XIXème siècle et occupait en 1850 environ 500 femmes, bien souvent épouses et filles de poesliers. C'est là que se situe aujourd'hui l'une des dernières fonderie de cloches de France. Après avoir fait escale sur la route pour une pause casse-croûte, nous sommes arrivés à Villedieu. Nous avons fait les touristes en nous baladant dans le centre puis avons rejoint la fonderie pour une visite guidée. L'atelier date de 1865 et a subi peu de transformation depuis cette époque. Notre guide, passionné par son sujet, nous a fait une présentation détaillée des étapes de fabrication d'une cloche. La technique est la même depuis le 19ème siècle. Comment fabrique-t-on une cloche  ? On va d'abord devoir construire un moule ayant déjà la forme en creux d'une cloche et dans lequel sera versé le métal en fusion. Le matériau de moulage est un mélange d'argile, de poils de chèvre et de crottin de cheval. Le crottin de cheval augmente la résistance de l'argile à la chaleur. Les poils de chèvre servent d'armature souple et poreuse. Les 4 étapes de fabrication du moule  : noyau 1. Le Sur une maçonnerie de briques réfractaires assemblées avec un mélange d'argile, de crottin de cheval et de poils de chèvre, on charge encore du même mélange, en plusieurs couches, pour venir épouser la forme intérieure du gabarit. Pour sécher le noyau, on entretient à l'intérieur du moule un foyer de charbon de bois. Puis, on enduit cette partie d'une couche isolante pour que la 6 deuxième n'adhère pas sur la première. 2. La fausse cloche Le gabarit est découpé selon le profil extérieur, l'espace vide donnant le volume de la future cloche. On façonne alors la partie dure de la fausse cloche en argile et poils de chèvre. Celle-ci est enduite de gras de bœuf pour lisser parfaitement. La pause des décors 3. Décors et inscriptions sont estampés dans de la cire à partir de bois gravé et posés sur la fausse cloche. Ils laisseront leur empreinte en creux dans la dernière partie du moule, la chape. 4. La chape On charge la fausse cloche du mélange argile, crottin de cheval et poils de chèvre, en plusieurs couches et au pinceau de façon à bien prendre l'empreinte de tous les décors. Ces couches de plus en plus épaisses vont venir former une carapace autour de la fausse cloche appelée la chape. La tête ou la couronne de la cloche  : On part d'un modèle en cire qu'on enduit d'argile. Cet élément est ensuite chauffé dans une étuve à 100°C, afin que la cire fonde et laisse son empreinte en creux. C'est la technique dite "à la cire perdue". On pose alors le moule obtenu sur le moule de la cloche. L'ouverture du moule  : Les parties du moule sont construites. Par le chauffage plus intensif du moule, la cire des décors fond en laissant son empreinte en creux à l'intérieur de la chape. On soulève alors la chape pour pouvoir la fausse cloche. casser Ainsi, en reposant la chape, on obtient un vide dans lequel nous pourrons déverser le métal en fusion. La coulée de la cloche  : Le bronze de cloche (appelé airain) est un alliage de 78% de cuivre et 22% d'étain. Il est fondu à 1200°C. Pour les cloches de moins de 500 kg, le métal est fondu dans un four à creuset. Une poche de coulée est maniée à la main ou à l'aide d'un palan pour récupérer le bronze du four et le déverser dans le moule. Pour les cloches de plus de 500 kg, les moules sont construits et enterrés dans des fosses. Un canal en briques construit sur le dessus de la fosse permettra au métal de se déverser par gravité du four dans les moules.
  • 5. Le décochage  : Après la coulée, on laisse le métal refroidir environ 5 jours pour 2 tonnes. Pendant ce temps, la terre qui avait été soigneusement damée autour des moules pour augmenter leur résistance, est dégagée. Puis, la chape est cassée. La cloche encore enrobée d'argile brûlée sera sablée, brossée, ciselée puis polie. La sonorité de la cloche  : La cloche se caractérise par une note de musique. Avant d'être "coulée", la cloche fait l'objet d'une étude très minutieuse. La note de la cloche est déterminée par les dimensions et la géométrie de la cloche caractérisée par son diamètre et un rapport entre l'épaisseur au point de frappe. Après fabrication, la sonorité de la cloche sera contrôlée avec un analyseur de spectre électronique. Pour en savoir plus, consultez le site de la fonderie  : www.cornille-havard.fr Béatrice ledémoulage 7
  • 6. Cette année, j'ai pris mes congés en octobre, ce qui n'est pas habituel à L'Autre Regard vu que nous démarrons nos activités fin septembre. Ce n'est pas très pratique mais j'avais choisi cette période car habituellement c'est la plus belle saison au Népal (à 7000 km environ). Je pensais avoir trop chaud, attraper des coups de soleil, et manque de bol ! On se serait cru en Bretagne à la même saison! Mais bon, je ne vais pas me plaindre, même sous les nuages, ce voyage a été une très belle expérience. J'y ai notament vu des paysages et endroits splendides (photo 1)et d'autres surprenants comme cette vue de chez ma soeur sur un chantier peu conventionnel (photo p 3). Pendant les trois semaines que j'ai passées là-bas, je suis resté beaucoup en famille, mais j'ai également pu marcher un peu dans les montagnes, sur les chemins de trek en pierre, avec modération bien sûr (photo 4), et voir des levers et couchers de soleil sur l'Himalaya (photo centrale). Amateurs de méditation, voici l'endroit idéal pour la pratiquer. Parmi les nombreux atouts du Népal, il y a également la cuisine. Le "Dal Bat" (photo 5), plat Carte du Népal national est constitué d'une soupe de lentilles épicée, de riz blanc, servis à volonté dans les "bouibouis" qu'on trouve partout à Katmandou pour environ 150 roupis, soit à peine plus d'1 euro, accompagné de pommes de terres "halou" pimentées, d'épinards ou de légumes divers et d'un "chutney" très fort qu'il vaut mieux éviter de manger quand on n'est pas habitué. Pour ceux qui aiment manger pimenté, on peut également croquer des petits piments verts... pour accompagner le "Dal Bat". Pour "éteindre le feu", il y a une autre spécialité qu'on trouve partout dans le monde : le "coca" qui est arrivé jusque là ! Personnellement je préfère la bière locale "l'E'éverest", mais enfin, passons. Bref ce petit périple m'a donné envie d'y retourner, mais un peu mieux préparé cette fois, afin de faire un des célèbres "treks" qui font la réputation de ce beau pays (photo 2). Alors peut - être à bientôt pour un autre épisode... au Népal! Christian "Dis, tu nous emmèneras aussi là-bas !! ........ Merci pour ce voyage immobile et ces belles photos" Lieux de voyage de Christian 8
  • 7. 9
  • 8. La vitesse « à tout va » de nos sociétés Le vingtième siècle a vu l'envol vertigineux de toutes les technologies, de même la notion de vitesse est considérée comme l'alpha et l'oméga de toute action. Le monde a fait sienne la devise olympique citius, altius, fortius. Désormais le monde se vit à la vitesse grand V. Les interconnexions, avec par exemple le téléphone portable se comptent à l'infini. Nos lointains ancêtres moyenâgeux se trouveraient eux totalement déconnectés de ce monde où de par par de ce fait le don d'ubiquité (être ici et aussi ailleurs) n'a jamais paru assez proche de l'homo abilis sophistiqué que nous sommes devenus. Pourtant, en dépit de tous ces progrès dans nos sociétés industrialisées, il règne une forme de désespoir parmi certains face à cette multiplication des moyens de s'instruire, de se construire en tant qu'individus libres et sociables. Socialement, culturellement, la vitesse est devenue primordiale pour s'élever dans les pays industrialisés, pourtant, on peut considérer que la vitesse n'est pas toujours bonne conseillère. Tout doit aller très vite et gare à celui qui ne prendrait pas le sillon tracé par son voisin. On ne prend plus le temps, et moi sans doute également, d'admirer un coucher de soleil ou de rester dans un musée à déambuler lentement parmi les oeuvres. Il faut également parler vite et agir avec célérité sans quoi l'on se trouve quelque peu marginalisé. On ne prend sans doute plus le temps de converser avec ses voisins, ses collègues de travail. Quand nous parlons de converser, il s'agit de s'écouter et d'entendre parfois la détresse de l'autre. L'homme ou la femme sont jugés à l'aune de leur vitesse d'exécution dans le travail, ce qui ne laisse pas de place à la réflexion sur le cas épineux du taylorisme toujours aussi brûlant d'actualité. Le film « Les Temps Modernes » n'a pas pris une ride quand il s'agit de visser les boulons, les écrous avec un rythme, il est vrai, peu soutenable. Il y avait là, un homme visionnaire derrière la caméra. La vitesse est par trop réductrice des capacités qu'ont les hommes de s'illustrer. Dans les écoles, collèges ou lycées, on met l'accent sur la capacité des élèves d'engranger des connaissances, seulement gare à celui qui ne parvient plus à garder le rythme soutenu par ses camarades. Il est tel un cycliste qui après trois cols de quatrième catégorie, se trouve au bord de l'asphyxie. Comme le disait Horace Mc Coy « on achève bien les chevaux ». Et la vitesse de devenir le moyen le plus sûr de réussir …..!!!!!!! 10 Xavier
  • 9. Félix Mendelssohn (1809 – 1847) C'est un compositeur romantique allemand du début du 19è siècle. Il a composé cinq symphonies dont les plus belles sont la quatrième et la cinquième intitulées « l'Italienne » et « Réformation ». Félix Mendelssohn a été influencé par Bach et Mozart dans la composition polyphonique de ses oeuvres orchestrales. Il a écrit un magnifique concert pour violons et orchestre considéré comme l'un des plus beaux de la période romantique. Il a aussi composé « Le songe d'une nuit d'été » où sont inclues la fameuse « Marche Nuptiale  » (interprétée parfois lors des messes de mariage) et «  La danse des clowns  ». Il est aussi le créateur de «  Romances sans paroles pour piano  » (dont «  La Valse du Printemps  »). Il a écrit des ouvertures pour orchestre comme « Les Hébrides ». Au cours de sa vie, il a dirigé la grande « Passion Saint Mathieu » de Bach en 1844. Il a fréquenté les milieux romantiques notamment Chopin et Schumann. Antoine Félix Mendelssohn Le rouge expire Le rouge étonne Loin du matin De ton corps De ta joie Blanchis de ta bouche Rouge caresse Feuilles et bois d'automne mêlés Sur rouge sobre De mon âme De mon secret Colorés de tes mains Sur mon sein Si proche Si pleine Vide du lourd infini De mes insomnies Rouge lent De mon corps Rouge vif Du rire Du peu De rimes Poétiques Jacques 11
  • 10. Atelier du "Petit Théâtre du Square" Michel a animé l'atelier "Théâtre textes" pendant une bonne quinzaine d'années. Il a eu des participants réguliers, et d'autres de passage. C'est ici l'occasion de remercier tout ce petit monde qui nous a distrait lors des fêtes, au prix d'un trac intense le plus souvent. Et particulièrement Michel qui en a eu sa part, de trac ! J'ai souhaité prendre la relève, par goût du théâtre, classique (comédie et tragédie) et moderne aussi bien. Mais voyons si vos souvenirs sont bons : De Shakespeare : ''Etre ou ne pas être … Là est la question.'' ''Dormir … mourir … rêver peut-être'' en passant par Molière : ''Ma cassette ! Mon argent ! On m'a volé mon argent ! '' ''Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger'' sans oublier ce bon vieux Corneille  : ''Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? '' ''Rodrigue, as-tu du cœur ? '' et ''Va, je ne te hais point. '' Alors, ça vous rappelle quelque chose  ? Avant de nous risquer dans les grands textes, nous aborderons prudemment quelques sketchs de Jean-Michel Ribes, bien sûr, et d'autres à découvrir. Si vous en connaissez de fameux, n'hésitez pas à nous les faire parvenir, nous étudierons toutes les propositions ! En attendant, je m' appuie sur un livre que Michel m'a prêté, et qui propose des exercices, et quelques saynètes pour bien démarrer. Nous sommes environ 8 participants : on travaille, on s'accroche et on rigole. Maryline Les différentes sortes de serpents dans le monde : Il existe deux types de serpents : - Les serpents non venimeux (les orvets et les couleuvres), les serpents sans venin qui tuent leurs proies par constriction (les boas, les pythons réticulés) pouvant mesurer jusqu'à 7 mètres. Ils sont répartis en Asie (Birmanie – Thaïlande). Les anacondas géants de 9 mètres pouvant engloutir des proies plus grosses qu'eux. Ils se trouvent dans toute la cuvette amazonienne (Amérique du Sud). - Les serpents venimeux, voire mortels comme les vipères françaises : vipère aspic, vipères nordaméricaines, vipères heurtantes, vipères de Russell, les serpents à sonnettes ou crotales dans les déserts d'Amérique du Nord. Il ne faut pas oublier les cobras ou najas répandus en Inde et au Pakistan, les mambas verts et noirs présents en Afrique du Sud-Est, les serpents de mer excessivement dangereux pour l'homme comme les cobras qui évoluent dans la Barrière de Corail le long des côtes nord-orientales de l'Australie. Antoine 12
  • 11. CINE - CINEMA ..... D'où vient le film «Jimmy P, psychothérapie d'un Indien des plaines» de Georges Devereux ? En 1948, l’ethnologue et psychanalyste Georges Devereux prit en thérapie un  Indien américain et écrivit un livre sur le déroulement de cette cure. Plus  de cinquante  ans plus tard, le film d’Arnaud Desplechin intitulé «Jimmy  P., psychothérapie d’un Indien des Plaines» prend pour fil conducteur cet ouvrage. Le synopsis : Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Jimmy Picard, un Indien Blackfoot ayant combattu en France, est accepté à l’hôpital militaire psychiatrique de Topeka, au Kansas, où sont soignés les anciens combattants. Jimmy souffre de violents maux de tête, et il lui arrive parfois de ne plus rien voir ni entendre. Mais les médecins échouent à trouver les causes du mal dont il souffre et, en dernier recours, ils décident de faire appel à Georges Devereux – anthropologue et psychanalyste français, spécialiste des cultures amérindiennes. Dès leur première rencontre, une relation de confiance et de respect mutuel s’installe entre les deux hommes. Au fil des séances, il se livre de plus en plus, racontant ses rêves et se remémorant des souvenirs enfouis. Bien que pudique et peu familier des méthodes psychanalytiques, Jimmy se prête au jeu, permettant ainsi à Devereux de le mener sur la voie de la guérison. C'est une relation thérapeutique empathique : Dans ce film, Georges Devereux (joué par Mathieu Almaric) a donc bien raison de parler du rêve comme d'une façon pour l'esprit de chercher une solution à un problème : c'est exactemeent l'idée qu'on s'en fait aujourd'hui. Et il peut même parfois en ébaucher une solution ! Il peut s'agir d'un problème relationnel comme celui qui accapare l'esprit de Jimmy P. (Benicio Del Toro). Le cinéaste filme le cheminement d'un lien qui se tisse entre les deux êtres qui s'aident l'un et l'autre. Je suis de l'avis de Toby Nathan ne serait-il pas nécessaire que les psychanalystes, psychiatres ..... apprennent à se comporter un peu comme des ethnologues, avec plus d'empathie ? Beaucoup de personnes vivent dans des mondes où les manières de sentir, de parler, de penser ne sont pas ceux de leurs psychanalystes, psychiatres ..... En tout cas, c'est un beau film à voir. Nicole La Carte « Sortir » « Petit rappel » La Carte «  Sortir  » permet aux personnes de tous âges qui ont des revenus modestes et qui habitent Rennes et certaines communes de Rennes Métropole d'accéder à la culture, aux sports, aux loisirs à un tarif réduit. Vous pouvez utiliser cette carte pour avoir une réduction sur les activités que vous faites à L'Autre Regard. La Carte « Sortir » est gratuite, individuelle, nominative et avec une photo d'identité. Elle est à demander une fois par an au CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de votre quartier en fournissant tous les justificatifs de revenus mensuels. Pour des informations complémentaires, adressez-vous au secrétariat de l'association. 13
  • 12. Documentaire « Sur le chemin de l'école » SYNOPSIS Les destins de quatre enfants, prêts à relever tous les défis pour aller à l’école et ainsi changer de vie. Parmi ces héros du quotidien, il y a Zahira (12 ans), une jeune marocaine, qui chaque semaine, emprunte un chemin long, sinueux et dangereux pour quitter les monts de l’Atlas où vivent ses parents et pour rejoindre l’école. Trois enfants comme elle tentent l'aventure, bravent mille difficultés : Samuel (13 ans) en Inde et Carlito (11 ans) en Pentagonie, Jackson (11 ans) et sa soeur au Kenya. Chacun est conscient que l'éducation leur assurera un avenir meilleur. Il est long, le chemin qui mène à l'école : des kilomètres et des kilomètres à parcourir, pendant des heures et des heures. Quand ils se mettent en route, la distance et le temps du parcours s'affichent à l'image, écrasants. Voilà ce que souligne ce documentaire original : trop loin de tout, ces enfants iront à l'école à pied, à cheval, dans le cas de Carlito, et, pour Samuel, handicapé, en fauteuil roulant poussé cahin-caha par ses deux frères. Tout au long de leur périple, le réalisateur garde une préoccupation simple : donner la mesure de la distance parcourue. Au beau milieu d'étendues magnifiques mais décourageantes, les écoliers cheminent. Ces images sont si frappantes qu'elles n'ont besoin d'aucun commentaire (on aurait même pu se passer de la musique, ronflante). Le film n'insiste pas sur la dureté évidente de ces vies. Pascal Plisson préfère se placer du côté de la ferveur des enfants, qui savent trouver à ces difficultés un goût d'aventure. Au milieu de la brousse avec sa petite soeur, Jackson a déjà l'air d'un grand et semble heureux de soigner cette image d'adulte responsable. Comme Carlito sur son cheval (dont sa soeur à lui voudrait tellement prendre les rênes). Depuis son fauteuil roulant, Samuel dirige le voyage en vrai cornac. Et Zahira balade à travers les montagnes marocaines une poule cocasse qu'elle échangera, une fois en ville, contre un énorme sac de gâteaux, prouvant qu'elle sait vraiment mener sa barque. Le film veut donner de l'entrain, transmettre celui des enfants : leur détermination est le signe qu'ils sont heureux d'aller à l'école. Mais Pascal Plisson évite de les transformer en petits ambassadeurs des joies de l'éducation. Il montre simplement que, là où elle est, l'école, quand les enfants y arrivent enfin, devient une récompense. Le contraire d'une punition. L'espace fait, ici, de l'école est un repère, un but. Le plus sûr passage pour continuer la traversée de la vie. Il fallait aller au bout du monde pour retrouver la force de ces évidences. Ici, nous devrions penser plus souvent aux réalités que vivent certains enfants d'autres pays : l'accès à l'éducation, à la culture est bien compliqué. Nicole 14
  • 13. Chaque année, au niveau national se déroule une Semaine d'Information sur la Santé Mentale au mois de Mars. En Mars 2014, ce sera la 25è semaine, elle aura pour thème « Information et Santé Mentale. A Rennes, la SISM se déroulera du 15 au 27 Mars 2014 Le Collectif Rennais de la SISM (qui rassemble différentes structures avec la Maison Associative de la Santé et la Mairie) tient une réunion mensuelle pour réfléchir au thème et aux actions qui se dérouleront dans les différents quartiers. Quels sont les axes principaux du thème « Information et Santé Mentale » ? - Comment trouver une information de qualité sur la santé mentale et les troubles psychiques ? - Comment faire évoluer les stéréotypes du grand public vis-à-vis des troubles psychiques ? - Comment sensibiliser les médias ? - Comment les journalistes traitent l'information ? Quelles sont leurs marges de manoeuvre vis-à-vis de leur Comité de Rédaction ? - Le rôle des association d'usagers et des proches dans la diffusion de l'information - Les mots : définition du vocabulaire en santé mentale, les idées reçues, les fantasmes, l'utilisation des mots par le grand public Les actions déjà connues à ce jour : - Le Forum se déroulera le Samedi 15 Mars 2014 Place de la Mairie - Un film sera diffusé au Cinéma L'Arvor - Une conférence aux « Champs Libres » avec Patrick Coupechoux - Du théâtre par l'ESC Aimé Césaire, le CATTP la Sauvaie, l'ESC du Blosne, les correspondants de nuit, les usagers en santé mentale, les professionnels …. - Une « Bibliothèque vivante » aux « Champs Libres » Des réunions d'information se sont déjà déroulées à L'Autre Regard à ce sujet. Nicole des sourires !!!!! 15
  • 14. Permanence « Jeux » à L'Autre Regard le Mercredi Après-Midi au Square C. Dullin Les paroles des adhérents et des bénévoles : « Chaque semaine 8 à 10 adhérents se retrouvent le mercredi pour partager l'après-midi « Jeux » au local situé square Charles Dullin (près de l'Espace Social Aimé Césaire).  Après avoir pris le café, nous nous répartissons pour participer à différents jeux. L'ambiance est chaleureuse, nous sommes contents de nous retrouver chaque semaine. » « Dullin, c'est très cool et très bien, on s'amuse beaucoup, on passe bien l'après-midi. Je fais la vaisselle et je nettoie le plan de travail, parfois, je balaie la salle. » « Dullin, c'est bien, je joue avec un grand jeu, on rigole bien, on boit un café et c'est très bien. Je préfère le mercredi parce que le vendredi, au Square de la Rance, on ne sort pas tous les jeux comme le mercredi à Dullin. » « A Dullin, on vit bien, on rigole bien, on partage des choses intéressantes dans des domaines divers (jeux – conversations ….). » « L'ambiance et les jeux sont supers . » « Le jeu de Mathieu est intéressant car on rigole bien et on se détend bien tout en jouant bien. » «  Il y a plus de convivialité que le vendredi au Square de la Rance, surtout pour les jeux de société et l'ambiance. Il y a plus de communication aussi. » Les adhérents et bénévoles de « Dullin » TALENTS ' Z' ANONYMES ANNEE 2014 27è Edition Comme chaque année les Centres Sociaux des différents quartiers de Rennes proposent « Talents'z'Anonymes » aux habitants, associations qui souhaitent exposer leurs réalisations (peinture – mozaïque – photos – collages etc) pendant deux semaines de fin janvier 2014 à début février 2014. Si vous avez envie, vous pouvez participer à cette opération dans le Centre Social de votre quartier ou dans un autre. Les ateliers d'expression de L'Autre Regard vous permettront aussi de préparer votre exposition. Les dates d'exposition peuvent être différentes dans les centres sociaux, mais une semaine est commune : du 27 Janvier au 31 Janvier 2014. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre Centre Social ou dans le Centre Social où vous souhaitez exposer. Pour le Centre Social de Villejean, l'exposition se déroulera du 27.01.14 au 07.02.14, les réalisations doivent être déposées au plus tard le Jeudi 23 Janvier 2014 au Centre Social. Le temps est maintenant compté si vous voulez exposer vos travaux, donc …... à vos créations. Nicole 16