Journal n°51 Janvier 2012

  • 121 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
121
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Le Regard Illustré     Adhérents : 1er exemplaire gratuit Pages 2-3    Instances administrativesEnfin le voilà ! Notre journal a pris un peu de   de LAutre Regardretard en raison de labsence de ses animateurset participants pour cause de bronchite ou de Pages 4-5  Retour sur lenquêtecongés pris pour les fêtes de fin dannée.     de satisfactionCest avec plaisir que nous retrouvons nosfidèles lecteurs et nous en profitons pour leur Page 6 Activités à LAutre Regard :présenter nos meilleurs voeux pour 2012. Que   Resto - Vidéo club  leurs souhaits puissent autant que possible se              SISMréaliser ! Nous souhaitons la bienvenue à ceuxqui feraient la connaissance du "Regard Page   7          CôtoyerIllustré".   Le Petit Prince " "En 2012, nous retrouverons nos rubriqueshabituelles : infos sur lassociation, Pages 8-9      LE NOUVEAU SITEmanifestations extérieures, poèmes, petites          MODE DEMPLOIhistoires, jeux. Nous aurons le bonheur de liredes récits proposés par les rédacteurs de Page 10    Thiéfaine au Libertéléquipe ou ceux de participants occasionnelsà propos de balades, concerts, etc... Page 11    Balade dominicaleNous vous encourageons à nous faireparvenir des textes. Page 12 " Le Dîner de Cons " Page 13 Conte pour un petit enfant : " Loiselis " Pages 14-15 Poèmes et Haïkus Page 16 Poèmes - blagues - jeux    Léquipe du journal  Inclus lessentiel du programme de la Fête de LAutre RegardSemaine dInformation sur la Santé Mentale2012 à Rennes  11 février 2012A confirmer les horaires des rencontres aux 18h00 au Centre socialAimé Césairedates et lieux fixés.    (sur inscription)
  • 2.        Sortie "restaurant"      Une fois par mois je propose une sortie "restaurant" soit le jeudi midi, soit le samedi midi.  sympathiques qui accueillent des groupes. Le restaurateur propose une formule entre 9 et 14 euros,  midi.  Pour se rendre au resto, on prend le métro ou le bus et parfois on sy rend à pied.  Cette sortie dure environ 2 heures, de 12 à 14 heures. Cest loccasion de se voir différemment entre  Cest avant tout un moment convivial, un moment de partage où le plaisir tient autant au fait de          Denise C.        Activité "vidéo-club "      Cette activité a lieu un samedi par mois.        Elle se passe ainsi : de 14h à 14h30 café, gâteaux, boissons        En fin dactivité, nous cernons un thème inspiré par le film,      17h00.      Si cette activité vous intéresse, rejoignez-nous.SEMAINE D INFORMATION    SUR LASANTE MENTALE E Du 5 au 22 mars X Espace Social et CulturelAimé Césaire, 1 rue Louis et René Moine P 8h30-12h30/13h30-18h - fermé jeudi matin et vendredi à 17h O "Il, elle, nous, fous ?" S Paroles et témoignages d’usagers de la santé mentale. I Témoignages recueillis pour lessentiel par les associations Fil rouge et LAutre Regard. T Du 13 au 25 mars I Espace Social et Commun Gros Chêne Maurepas, 11 place du gros chêne O 8h30-12h30/13h30-17h30 - fermé jeudi matin et vendredi à 17h N "Il, elle, nous, fous ?" S
  • 3. Venir côtoyer le Petit PrinceUne seule condition préalable : avoir lu le Petit Prince !Ne pas lavoir lu cest comme ne pas connaître lAutre Regard.Vous ne pourriez plus maintenant vous en passer et bien cest pareil avecle Petit Prince.Latelier, le lundi de 14 à 16 heures à la Maison Associative de la Santévous invite à partager avec dautres Petits Princes sa richesse de pensée,un prétexte au rire mais aussi au grave. Aucun bagage préalable nest àposséder : il sagit de venir dans lauthenticité et la simplicité dans cemonde de poésie et de douceur. Cest une animation proposée dans linattendu, et linstantprésent par Thierry qui nattend plus que vous pour compléter safine équipe Anik, Martine, Marie Françoise. Thierry
  • 4. Hubert Félix Thiéfaine, au Liberté, le 03/12/2011 Sylvain   et   Stéphane,   2   amis,   avaient   décidé   de   se   Arrivée   du   bonhomme,   Thiéfaine.   Il   a   commencé   par   rendre   au   concert   de   Hubert   Félix   Thiéfaine   au   jouer   des   morceaux   que   je   ne   connais   pas   qui   font     Liberté.   sans-­‐doute  parHe  de  ses  derniers  enregistrements.   Hélas,  Stéphane,  qui  a  eu  au  dernier  moment  un  gros     problème   familial,   a   dû   céder   sa   place   et   ma   offert   Enfin   il   sest   mis   à   sorHr   son   ancien   répertoire.   Cest   son  billet.   dailleurs   "Les   Dingues   et   Les   paumés"   qui   a   réveillé   la     foule  qui  remplissait  la  salle.  Ont  suivi  "Lorelei  Sebasto   Sylvain  et  moi  nous  sommes  retrouvés  lun  et  lautre.   Cha",  "Alligators  427",  "Soleil  cherche  futur",  "113ème   Certes,   au   départ,   jétais   hésitant,   dans   la   mesure   où   CigareJe   sans   dormir"   (morceau   dont   je   naime   pas   je  trouve  cet  arHste  un  peu  trop  nihiliste,  mais  je  me   les   paroles),   "Sweat   amanite   phalloïde   queen"   et   suis   tout   de   même   moHvé,   puisque   sa   musique   quelques  grands  classiques...   demeure   aJrayante.   Dautant   plus   que   je   découvrais     Le  Liberté  pour  la  première  fois.   Thiéfaine   ne   manque   pas   dhumour   et   a   souvent   su   Après   avoir   fait   la   queue   pendant   plus   dun   quart   faire  sourire  le  public  entre  2  morceaux.  Sa  musique,  à   dheure  et  nous  être  affublés  dune  bière,  nous  avons   mi-­‐chemin   entre   la   chanson   française   et   le   rock,   pu   découvrir   un   groupe   Pop-­‐Rock   de   jeunes   arHstes   semble   plus   rocknroll   en   Live.   Et   les   effets   spéciaux   nommé   Archimède,   qui   jouait   principalement   en   en   studio   qui   rendent   son   univers   sombre   sont   plus   acousHque  au  niveau  de  la  guitare.  Le  spectacle  était   difficilement   réalisables   sur   scène.   Ce   qui   fait   que   lui   déjà  commencé  lorsque  nous  sommes  arrivés.   et   ses   musiciens   compensent   par   un   show   plus     électrique.   Cependant,   nous   avons   profité   de   suffisamment   de     temps  pour  constater  que  ces  jeunes  ont  du  talent  et   Comme  tout  a  une  fin,  ils  ont  fini  par  rentrer  dans  les   un  avenir  promeJeur.  Les  textes  sont  un  peu  engagés,   loges.   Et   cest   à   ce   moment   que   le   public   a   tel   "Les   PeHtes   Mains",   où   le   morceau   parle   des   ardemment  réclamé  un  retour  en  chantonnant  lair  de   peHtes   gens   qui   souffrent   et   travaillent   dur   pour   des   "La  Fille  du  coupeur  de  joints".  La  réponse  ne  sest  pas   grands   méchants   capitalistes,   tout   en   trouvant   le   fait  aJendre.  Thiéfaine  revient,  guitare  acousHque  à  la   bonheur   de   vivre   simplement   chaque   jour.   Avec   une   main,   et   avec   ses   musiciens,   nous   graHfie   de   ce   reprise   de   Téléphone   "New-­‐York   Avec   Toi",   et   ils   morceau  phare  des  années  80-­‐90.  PraHquement  toute   finissent   par   le   tube   "Le   Bonheur",   ce   groupe   gagne   la   foule,   toutes   généraHons   confondues,   sest   mise   à   effecHvement   un   peu   à   être   connu   par   le   grand   public   danser  et  chanter  le  refrain. et  passe  dailleurs  à  la  radio.  Entracte, Bien quHubert Félix Thiéfaine soit un artiste aux idées noires à qui on reproche souvent daborder les mêmespause buvette sujets, dailleurs ce nest peut-être pas un hasard sil a fait de la dépression au cours de sa vie, il ne manqueet une petite pas de créativité. En plus, pour un type dà peu près 60 ans qui traîne ses valoches depuis presque 40 ans, ilcigarette sen sort plutôt bien physiquement. A croire que chez   certains lalcool et la drogue conservent ! Peut-être ne les a-t-il consommés quavec modération ! Ce nest pasdehors. moi en tout cas qui suivrai son exemple et adhèrerai à toutes ses opinions.  Dominique G
  • 5.  Balade dominicale  En ce début daprès‐midi dun dimanche de Reprenant ma balade je menfonce dans le sous‐novembre, le soleil haut dans un ciel tout bleu bois, les feuilles bruissent tandis que desmincite à sortir de mon appartement. branches de bois mort jonchant le sol craquentJe prends appareil‐photo, camescope puis sous mes pieds. Je regarde le sol à la recherchedirection la forêt de Rennes du côté de Liffré. de champignons, dinsectes. Comme je passeMe voilà derrière lauberge de Mi‐Forêt ; il y a peu entre deux petits arbres, je sens une caresse surde monde, pas de vent, un silence profond règne mon visage : cest une toile daraignée tenduedans ce coin qui, lété, grouille de gens avides de entre eux, la propriétaire est absente ! Dunnature. revers de la main je me débarrasse des quelquesJe mengage sur le chemin qui se trouve face à fils collés dans mes cheveux.moi. "Tiens il y a maintenant un parcours Dans un rayon de soleil, se dressent fièrement suracrobatique dans les    le tapis de feuillesarbres !", me dis‐je.    deux champignons,Pas dacrobate à    deux amanites tue‐cette heure‐ci, par    mouches ; la clartécontre un cycliste    accentue le rougeme dépasse en me    vif des chapeauxlançant un grand    parsemés de pointsbonjour.    blancs. Je me mets àJavance sur le    genoux pour réaliserchemin tout en    un cliché en modescrutant ses bords    macro.et les fossés qui le longent car je guette la Peu à peu la forêt sanime ; après le repasprésence de champignons, de fougères et de tout dominical des personnes ont fait le même choixce qui pourrait minspirer pour réaliser un cliché que ma pomme : par ce beau temps faire uneque je souhaite unique. promenade digestive dans les bois.Mon regard se porte vers le haut afin dobserver Poursuivant ma progression, je réalise dautresles feuilles dun arbre qui me paraissent très photos chaque fois que je trouve un sujet qui meintéressantes : les couleurs dominantes vont du parle et cest ainsi quau bout dun moment mavert au jaune, le rouge et le marron forment un pellicule arrive à son terme. Je constate que lacontraste fort avec le bleu immaculé du  luminosité a décliné, le soleil étant plusciel. Vues du dessous la beauté de ces  bas caché derrière les arbres.feuilles est maximale car la lumière  Je nai pas eu conscience du temps quisolaire qui les traverse leur donne une  sécoulait, tellement jétais occupé àcertaine transparence. Je reste un  contempler la nature. Bien revigoré, jemoment à les regarder afin de goüter le  prends la direction du retour satisfaitplaisir que me procure un tel jeu de  de cette balade automnale en forêt.couleurs puis je fixe sur la pellicule Noëlcette délicieuse vision
  • 6.        "Le dîner de cons" Lhermitte laisse tomber et dit à Villeret de lappeler. Au début, lécrivain croit que ladaptation de son roman pour le cinéma est une          Les scènes marrantes blague. Villeret lui dit alors que cest sérieux. Cest alors que lécrivain lui demande le nom de"Le dîner de cons" consiste au fait que des sa boîte de production. Villeret hésite et dit : "Lepersonnes invitent à un repas un con. Celui qui film du Plat Pays". En fait, cest Lhermitte qui luiamène le plus con gagne le jeu. Thierry Lhermitte a dit ce nom. Lécrivain semble daccord. Villeretfait partie de ces gens qui accueillent un con à ces raccroche. Il est ravi car il a obtenu les droits durencontres. Le jour dun de ces repas, Thierry livre. Le problème, cest quil a complètementLhermitte se blesse au golf, son médecin lui oublié de demander si la femme de Lhermitteconseille vivement de ne pas aller à ce dîner, de se était chez lui ... Lhermitte, en colère, le lui faitreposer chez lui. remarquer. Le pire est que Villeret a donné sans leEntre temps, Thierry Lhermitte a reçu au faire exprès le n° de téléphone de Lhermitte.téléphone un de ses amis qui lui dit qu il a trouvé Daniel Prévost appelle ce dernier et vient chez lui.un con. Il lui dit qu il est parfait. Cest-à-dire que Villeret est alors sur le point de rentrer chez luicette personne, alias Jacques Villeret, est lorsquil dit à Lhermitte et Huster quil sait oùvraiment un con. Celui-ci lui a montré dans un habite lhuissier. Lhermitte a peur que sa femme letrain sa construction de la Tour Eiffel réalisée trompe avec cet huissier. Villeret appelle doncavec beaucoup dallumettes. Lhermitte lappelle en lhuissier, Prévost, qui regarde le match de foot :lui disant quil veut le rencontrer. Auxerre gagne alors. Mais au lieu de parler de la      On en arrive alors aux scènes marrantes de ce femme de Lhermitte, Villeret évoque seulementfilm. Thierry Lhermitte a une maîtresse qui doit ce match. Alors que Lhermitte est en colère,passer le voir. Mais en fait, cest sa femme qui Prévost se moque de Villeret. Lhermitte etarrive à lappartement. Cest là que Villeret fait sa lhuissier sont stupéfaits, Villeret a encore fait unepremière gaffe. Croyant que cest sa maîtresse, gaffe. Pour que Prévost retrouve ladresse deVilleret dit à la femme de Lhermitte quil fallait lhuissier, Villeret, fan de Marseille, doit dire fortlaisser un peu de temps, et que Lhermitte la à Prévost : "Allez lOM". Au début Villeret nerejoindrait.  Lhermitte sinsurge auprès de Villeret car il sest veut pas, mais finalement accepte. Prévost va chercher cette adresse et se rend chez Lhermitte.adressé à la mauvaise personne. Lhermitte veut Villeret appelle lhuissier. Lhermitte a donc peursavoir où est sa femme ... Villeret regarde à la que sa femme soit avec lui, mais on apprend quetélévision un match de football : il sagit du match cest en fait la femme de Prévost qui le trompe enMARSEILLE - AUXERRE. Villeret sapprête à   compagnie du collègue de V eret.rentrer chez lui. Mais Lhermitte lui demandedappeler lex de sa femme pour savoir si elle  Françoisnest pas retournée avec lui. Pour cela, Villeretdoit se faire passer pour un éditeur intéressé par lebouquin de ce dernier. Lhermitte et Villeretdécident que celui-ci se fasse passer pour unéditeur belge. Lhermitte lui dit bien, je cite : "Et, àla fin de la communication, vous noubliez pas delui demander sil sait où est sa femme".    Thierry Lhermitte lui dit alors quil sappelle, jecite : " Juste Leblanc " Un problème se pose alors: Villeret croit que lancien copain de Lhermittena pas de prénom. Lhermitte essaie de lui fairecomprendre le contraire mais il ny parvient pas.
  • 7. CONTE POUR UN PETIT ENFANT  Loiselis : " vivre cest chanter ! "Il est une région par -delà les montagnes, par- delà quelques minutes pour apprendre la langue du pays...nuages et vagues, un pays charmant - celui de Mais tout ça, cétait merveilleux, aussi merveilleuxloiseleur -. que surprenant...Ses oiseaux enchantent son village et toute la contrée.Ils sont rouges, oranges ou blancs dans des cages vert- Alors tous les oiseaux, oiseleur, arbres et clocher seclair et roses. mirent à chanter et siffler de concert.Comme leur maître et ami loiseleur ils portent tousloiselis, pépiant leurs chants que seul leur maître sait Cest à ce moment-là que loiseau blanc senvola de sasiffler depuis longtemps. cage et vint se poser sur lépaule gauche de linconnu.Ils sont en cage - certes - mais ne songent même pas à Tous deux se firent fête. Quelle ambiance ! çafuir. Ils sont si bien ici : logés - nourris - que demander chauffait !de mieux ?   Avec laccord de loiseleur, il décida dadopter son     nouveau maître. Loiseleur, flatté, y consentit avec un     petit pincement au coeur ! Puis homme et oiseau   prirent leur essor. Vrai de vrai. Parbleu !     Le nouveau promu dit au revoir à tous les membres de   lorchestre et sen fut.       Ce nest que bien des années plus tard que lon sut ce     quétaient devenus lhomme et loiseau blanc. Ils   avaient rejoint leurs villages par-delà les montagnes,     par-delà vagues et nuages.   Ce pays était devenu aussi charmant que celui de loiseleur. Tout le monde y chantait et parlait loiselis.Un jour, un homme inconnu passa par là. Après avoirsalué le maître des lieux, il sapprocha des cages. Et vous, depuis le temps que jen parle, vous devriezAlors, soudain tous les oiseaux se mirent à chanter bien savoir parler loiselis ?loiselis. Tout chantait : les cages, loiseleur, les arbres,le clocher et même etc ! Pas encore ! Mais il va falloir y veiller ! Rien ne remplace la vie dun oiseau, rien sacrebleu !Notre inconnu ne savait comment les remercier. Alorsloiseau blanc eut pour mission de faire visiter les   Vous ne le savez pas tout à fait ? Pas grave, çacages. Il dit un mot à chacun. Celà dura des heures. viendra ! car la vie est faite pour vivre bien sûr, maisPuis, inattendu létranger dit au revoir à tous, même à aussi pour chanter ! Que vivent les oiseleurs !loiseleur et reprit en sens inverse son chemin ...Tout nétait que silence - oiseaux et patron déçus    FinHeureusement ou malheureusement la cage vert- clairde loiseau blanc était restée ouverte. Quadvint-il ?      Christian DLinconnu navait fait que quelques pas lorsquil se mità chanter et siffler loiselis ... Il lui avait suffi de
  • 8. LE SOURIRE    Ces haïkus sont de Christian D.                                           "Plein   automne     rongées par les vents, les pluies   tes feuilles, une à une, tombent"       "De haut en bas de long en large tu dégoulinesIl ne coüte rien, mais crée beaucoup, pluie dautomne"Il enrichit ceux qui le reçoivent,  sans appauvrir ceux qui le donnent. "Merveilleuse rosée tu enlumines nos matinsIl arrive comme un éclair, de tes perles deau"  et quelquefois reste gravé dans la mémoire,  pour toujours.      Même les plus riches ne peuvent sen passer,    et les plus pauvres sont riches de ce bénéfice.          "Toi Lola, petite abeilleIl crée la joie dans la maison tu butines tout le jourde la bonne volonté au travail, la nuit tu rêves fleurs"il est la signature de lamitié. "Bonjour ! Lequel croquer Il est le repos des inquiets,la lumière des découragés, le petit matin calme ou la pomme dorée?" le rayon de soleil des attristés,  et contre les troubles le meilleur bouclier. "Charmant automne Mais il ne peut être acheté, prêté ou volé, car deux feuilles, lune brune lautre jaune  il nest rien pour personne qui sait le donner. se content fleur"Et quelquefois certains êtres sont trop fatiguéspour faire un sourire, "AutomnePouvons‐nous vous demander de leur en faire un ? au cœur dune feuille morte bruit toute une vie"Car personne na autant besoin dun sourire    que ceux qui nen ont plus à donner.          Atelier "Poésie     "Une enfant frissonne  "Ecrire des noms détoiles dans limplacable automne écrire des pages blanches même ses bottines pleurent" écrire...oh écrire !"
  • 9. LÊTRE ABANDONNÉ        Je suis un vagabond Sans argent, ni maison      Je traîne mes sabots De chemins en ruisseaux     Je suis tout ruisselant A cause du mauvais temps   Les pierres et les pavés Me fatiguent les pieds ??? INTERROGATION ??? Cette langueur me hante Me donne la peur au ventre   De ne pouvoir manger Je me demande ce que la vie    Ni même me loger. Peut apporter comme amour Des souvenirs épars en moi se sont réveillés Aucun de mes vieux jours Deux amoureux qui sembrassent Ne seront ensoleillés La mère qui caresse son enfant Car le malheur pour moi Les encouragements dun père. Cest dêtre abandonné Je me demande ce que la vie Un mélange amer à mes lèvres est monté Peut mapporter comme joie Que lon aurait pressée.  Je suis comme une orange Deux amis qui se retrouvent enfin Le chant dun oiseau la nuit venue    Un jour, près des collines La mer qui vient taquiner les pieds. Je remonterai Je ne sais quels autres exemples donner Après cette vie difficile Je mendormirai Pour témoigner de tout lamourLaissant sur terre, mes sabots et guenilles usagés Et de toute la joie  Je partirai tranquille Qui parcourent ce monde Vers un chemin déternité. Mais peut‐être  Devrais‐je me demander aussi Comment je peux y contribuer ? La vie est attente Dévènements inouïs. BLEU Cest le ciel bleu acier Du matin Qui me la dit. Midi est arrivé Avec son azur incandescent Et sa salve despoirs futurs.
  • 10.          "Soir de tendresse RITUEL que dire sinon le rose de ses joues !"   Lhomme venu de loin   Entretient le feu du langage avec soin. Le poète a été choisi      "Enfant de la tendresse Pour accomplir cette étrange cérémonie blotti au sein de ta maman Mais à chacun son lumignon  quand diras-tu ton nom ?"   Il nous appartient à tous de veiller   Sur ce qui fait de nous des hommes de parole.        "Sans faillir, jamais, mes proches mépaulent    comment vas-tu lami ?"Quelle est la grande peur Pourquoi les Bretonspour une poule? sont-ils tous frères? Cest de sauter du coq à lâne !!! Parce quils ont Quimper !Un couple de randonneurs marche dans la campagne.Soudain,la femme dit à son mari : -Chéri! Ce paysage dune grande beauté me laisse sans voix. Le mari de répondre : - Parfait ! Nous camperons ici.