Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
Le Regard illustré n°53 février 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Le Regard illustré n°53 février 2013

  • 218 views
Published

Le Regard illustré n°53 février 2013

Le Regard illustré n°53 février 2013

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
218
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. LAutre Regard 2 et 8, square de la Rance 35000 Rennes 02.99.31.63.43 Le Regard Illustré http://lautre-regard.asso.fr Adhérents : 1er exemplaire gratuit N° 53 – Janvier 2013 Non Adhérents : 1 € E D ITO RIAL SOMMAIRE P 2-3 Groupes de travail Ce numéro du Regard Illustré nous rejoint en ce mois de janvier 2013 après toute une période de P 4-5 Retour sur 20 ans de cuisine à LAutre Regard vacances et de rentrée déjà loin derrière nous. Nous nous retrouvons après les fêtes de fin P5 Nous ne sommes pas des fumistes dannée, après avoir traversé plusieurs étapes de la P 6-7 Bilan des ateliers dessin peinture vie de lassociation. 2011-2012 Le changement : voilà le maître mot de 2012 et il va continuer à émailler cette nouvelle année. P8 Site de documentation wordpress Le changement le plus marquant sera évidemment P9 Suite du parcours de Philippe Lucas le départ en retraite de Philippe, notre directeur et surtout, co-fondateur de lassociation. Cest un P 10 Pique-nique au Parc Hamelin-Oberthür tournant délicat à amorcer et nous voulons pouvoir tout mettre en oeuvre pour réussir ce passage. P 10-11 Erquy, Les Sables dOr La période est aux voeux ! Donc, profitons-en pour nous souhaiter davoir assez de discernement, P 12 Exposition collages à "lOrangerie du Thabor" De lîle aux Pies à La Gacilly de clairvoyance, de finesse et de ténacité pour préserver avant tout lesprit de LAutre Regard, les P13 FOOTBALL valeurs de lassociation, la complicité qui nous unit et qui fait notre force, la confiance en nous tous. P 14-15 Cinéma : Steven Spielberg - Gérard Oury Alors, restons debout et continuons à avancer. P 16 Poésie par Thierry, Jacques et Michel D. Dominique B."Réunion festive" autour de quelques gâteauxLe 28 septembre, nous avons fêté lanniversaire de notre directeur,M. Philippe Antenen (60 bougies).Une dizaine de personnes avaient apporté des gâteaux faits de leursmains.Il y avait beaucoup de chaleur autour de la table. Philippe a soufflé 2 fois60 bougies. Camille lui a chanté tendrement "Jen appelle à la tendresse";elle la pris en photo seul puis avec la co-fondratrice de lassociationDenise P. (voir photo).Ce fut un bon après-midi avant de fêter le départ en retraite de Philippedans quelques mois. Camille 1
  • 2. la Maison Bleue.Retour sur près de 20 années Resto-Regard a duré au moins deux ans. Y venaient des personnes qui ne se faisaient pas à dactivité cuisine manger chez elles. Je me souviens dAnnie à LAutre Regard. Létendard qui ne sachetait que des conserves. Ce qui ma beaucoup apporté, cétait ce que disaient les gens. On était là pour écouter, essayer de les rendre les plus autonomes possible. Cétait un effort de venir, mais ce que jai réussi à faire, cest discuter avec les gens. Le repas, cétait rébarbatif. La bouffe … la bouffe … Mes enfants ne mont pas vue beaucoup manger avec eux. Jétais anorexique ; stabilisée, mais pas guérie complètement. On nen guérit jamais tout à fait. Sil ny avait pas Michel qui aime manger... Je narrive pas à faire les courses, par exemple, cestResto-Regard Michel qui les fait. Les courses, ça me rappelle desCest en 1992-93 que je suis arrivée à lassociation, choses compliquées de lenfance. On vivait loin deet que Resto-Regard a commencé, à linitiative de tout, à la campagne, à 4 km du bourg. Je les faisaisPhilippe qui ma proposé dy participer. le samedi, avec mon père, on ramenait tout dansIl menvoyait au casse-pipe ! Il y avait déjà les sacoches des vélos.latelier cuisine de Denise Petitdemange. Cest toi qui étais de corvée ?Resto-Regard, cétait pas un atelier cuisine normal, Oui, avec mon père. Aujourdhui, je peux allerclassique. Cétait comme un restaurant. Il avait lieu dans des petits commerces, les halles. Maisà La Maison Bleue, le mardi. sûrement pas dans les grandes surfaces. La foulePour le mettre en place : Fanny, Jean-Christophe et mangoisse.moi. Cétait au début du salariat de Fanny à LAutreRegard. Il y a eu aussi Aude, animatrice-stagiairerestée 2 mois, puis Jean-Christophe.On était dans les préparatifs de Resto-Regard, dans Latelier Cordon bleu Puis il y a eu Cordon Bleu, avec toi Maryline,les achats. Au début, je partais pour faire un peu pendant 4 ans, 5 ans. On a eu bien des moments dedécoration. Ce que javais à faire, cétait de rigolade, des moments gais.prévoir les achats, tout ce quil fallait, tout ce dont Tu te souviens de Marie-Paule ?on aurait besoin pour démarrer cette activité. Ça na Marie-Paule, qui fumait dans le patio !pas été tout de suite le repas à préparer. Jai trouvé Et jai commencé à reprendre confiance en moi.des assiettes de toutes les couleurs … On na Jai fait des pauses, en 1999 et 2000, dues à descommencé que vers la fin de lannée. Je me suis opérations. Rémi me remplaçait. Jai ensuite co-lancée, dans le grand bain de Resto-Regard  ! Ce animé avec Marie-Agnès pendant 6 ou 7 mois, à laqui me plaisait dans cet atelier, cétait léchange rentrée de septembre 2002 jusquau printempsavec les adhérents ; la cuisine, cétait secondaire. 2003. Cétait déjà de la belle cuisine. Elle avaitUne fois que le repas était fait, javais le temps, à bien compris la fonction de lassociation. Trèstable, de discuter avec eux. drôle, très gaie, elle était près des gens tout enOn faisait des suggestions pour le menu de la exigeant des choses, avec une certaine autorité. Etsemaine suivante, et on en reparlait le vendredi puis jai fait 8 ans avec Béatrice. Avec elle, jaiavec ceux qui voulaient venir manger. Les gens vraiment appris la belle cuisine. Un travail sur lasinscrivaient jusquà la permanence du vendredi. manière de faire, la présentation, tout.Le prix du repas était de 12 à 15 francs (de 1,90Є Tu reposais sur quelquun de solide pour laà 2,30Є). En fonction du nombre dinscriptions, on cuisine!faisait les courses le lundi. Fanny les stockait chez Oui, elle fait très bien la cuisine. Et je noublie paselle. On invitait Philippe et les deux personnes de 4
  • 3. quelle est venue me voir les vendredis, après Toutes ces années de cuisine mont apportélatelier, quand jai été opérée et que je ne pouvais beaucoup de choses : apprendre à cuisiner, à moinsplus sortir de chez moi. Cest bien ce quelle a fait. appréhender un repas, avec le fait de mangerAvec Fanny … Fanny, cétait une bosseuse, mais ensemble  ; un apprentissage de la vie  ; et laelle me fatiguait ! Cétait du gros boulot. Elle avait confiance que me font les gens de lassociation, lesune force de santé, même avec sa fragilité. Elle participants de latelier  : jai appris tellement deétait ronde, bien vivante, elle aimait la bonne choses avec eux, ils font tellement confiance, et ilchère. Elle faisait penser à Denise Petitdemange ne faut pas les décevoir. Ç’a été très positif. Ladans sa manière dêtre et danimer. Les gens qui cuisine ma fait reprendre confiance en moi, vis-à-nont pas ce problème de nourriture, ils trouvent vis de ce que je ne savais pas faire. Il y a unedes solutions... Moi, ça me pose toujours des grande gentillesse entre les personnes, cest trèsproblèmes, les quantités, les proportions... Ça me important.fait peur. Je vais plutôt mieux maintenant. Cest grâce à cetteJai appris avec chacune quelque chose de confiance qui est venue aussi bien du côté desdifférent. adhérents que du côté des animateurs. Ç’a maJai décidé darrêter à la rentrée 2012 parce que je beaucoup enrichie.suis fatiguée. Je garde latelier "De fil en aiguille". Interview de Geneviève par MarylineJe vais être remplacée par Marie-Madeleine, deuxfois par mois.Lannée dernière, on a eu, à "Cordon bleu", uneannée assez calme. Jai annoncé mon départ delatelier à la fin dun repas, 3 mois avant le dernierde juin. Jai mis tout le week-end à men remettre !Jai dit que je ne pouvais plus, que je souhaitaisarrêter : Je prends ma retraite de Cordon bleu !4 heures, cest long, ce nest pas un atelier reposant,et je suis fatiguée. Mais cest un atelier trèsenrichissant, quil faut vraiment animer à 2. Nous ne sommes pas des fumistes, des fainéants.Jai entendu autour de moi, que jétais un "fumiste". Cest faux, archifaux. Le fumiste, cest celui qui neveut rien faire, mais qui pourrait. Or, nous, nous sommes doublement pris ; par la maladie et par letraitement ; la maladie dabord : elle nous envahit. Notre faculté de jugement est amoindrie. Nos prises dedécision sont faibles. Par exemple, lorsque vous souffrez dune schizophrènie, vous êtes comme coupé endeux, ne sachant ni dun bord, ni de lautre. Du coup, vous êtes improductifs. Sans compter les paralysiesmentales qui vous empêchent dagir : peurs extrêmes, angoisses, obsessions, idées morbides,hallucinations visuelles ou auditives.Secondo, le traitement. Il a des effets bénéfiques sur le cerveau. Mais on peut déplorer quil ait aussi pasmal deffets négatifs : grande fatigue, impuissance. Le cerveau est en partie anesthésié, ce qui rend lactiontrès difficile, voire impossible. Alors à tous ceux qui vous disent : "faut quon" ; "ya quà", je leurrépondrai : taisez-vous, vous ne savez pas de quoi vous parlez et vous ne portez pas le 1/100 du fardeauque nous portons ! (avec courage et persévérance) Etienne 5
  • 4. BILAN DES ATELIERS DESSIN – PEINTURE 2011 - 2012 REALISES AVEC LES ADHERENTS LE MARDI 27 JUIN 2012Une feuille avec différents points sur les ateliers avait été remise à chaque adhérent 15 jours avant lebilan, jai rappelé lors des ateliers pourquoi le bilan était important avec eux, puis pour léquipe etpour les perspectives de rentréeREMARQUES DES ADHERENTS :Véronique :jai vu que javais beaucoup progressé cette année en aquarelle grâce à Anik etcela ma donné envie de continuer à peindre chez moi, cela me fait beaucoup de biencest bien dêtre à deux pour animer latelier car il y a une complémentaritédans les techniques et une complémentarité des compétenceslaccueil dans latelier est chaleureux VéroniqueJacky :à latelier, je réalise des « choses » que je ne fais pas chez moijai une autre perception sur les peintures – pastels – dessins que les autres personnes de latelier fontjai pu me mettre à ce que je voulais : au début, je suis venu avec un projet précis que vous mavez permis de faire,après jai souhaité avoir des conseils pour le projet dune affiche et Nicole ma conseillé, latelier est vraimentintéressantPierre :latelier est convivial. PierreFrançois :Je pensais que je ne pourrais plus jamais reprendre à peindre depuis mon accident, jai dabord commencé à dessiner,après lencre de chine et depuis quelque temps, la peinture. Jai vraiment beaucoup de plaisir à peindre et à être danslatelier. Grâce à LAutre Regard, jai repris confiance en moi, mais jai tendance à vouloir aller trop viteRémy :Cela a été difficile pour moi de venir toute lannée, cétait moins difficile en fin dannée, jai vu le changement, carjai installé chez moi une table où je laisse le matériel pour peindre, je my mets régulièrement, même si ce nest paslongtemps, cest latelier de LAutre Regard qui ma permis de le refaireIci, cest « la qualité du travail »Cest un travail dans le temps sur la confiance en soiLatelier est un temps de partageVous partez de ce que les adhérents ont envie, cest bien. Vous accompagnez dans le respect des sensibilités dechacun sur la peinture, le dessin, les pastels 6
  • 5. Frédérique R :Vous êtes très à lécoute, cest ce qui me convientPhilippe F :Il y a aussi le regard des autres sur nos oeuvres qui nous font un retour positifCela ma fait plaisir dexposer des tableaux à la Halle Martenot pendant " Talents z AnonymesJe mets des couleurs dans ma vie grâce à ce que je fais en peinture (autre association) ou en pastels ici à latelierJapprends à composer avec les autres et leurs difficultés et à composer avec mes difficultés Pastels de Philippe FNoël :un grand plaisir davoir choisi cette activité et de pouvoir évoluer grâce à Nicole et Anikje nexagère pas pour dire que la peinture maide à vivre mieuxBruno :cela ne fait pas longtemps que je viens dans latelier, mais on nous permet dapprendre à peindreArnaud :Jaime bien le dessin, et laquarelle aussi, mais cest difficile, exigeantAnik ma bien aidé. Maintenant, je dessine et je peins chez moiet japprécie bien den faire Arnaud encre et aquarelle Nicole et Anik pastel de Robert 7
  • 6. Site de documentation WordpressJe fais partie du projet Atypick créé par Pascal GAULT.Ce projet est né à LAutre Regard : il sagit entre autre de démocratiser des savoirs-faire dans les sites et lesblogs. Mon rôle est de former les gens sur Wordpress.Cette plate-forme en ligne permet de créer des blogs sans trop de difficultés mais il faut quand même seformer à wordpress : jai créé un blog technique qui permet aux amateurs de sinitier.Voici lURL de mon site de documentation : guideettutoriel.wordpress.com.Ce site a déjà été référencé par google et apparaît en premier quand on saisit les mots-clé : guide tutoriel wordpress amateur.Il y a un menu déroulant pour naviguer facilement dans le site ainsi que des widgets (gadgets) dans labarre latérale. Il y a 4 niveaux de difficulté. Sur ce site mon pseudo est Calliopé. Alors bonne navigation. Annyvonne 8
  • 7. Suite du parcours de Philippe Lucas (épisode précédent voir journal n°52)"Quand jétais à la Cour aux Bretons, je donnais Quand jétais à lhôpital, il y avait un infirmier,des pluches de légumes à un couple danciens René F., il est en retraite maintenant. Il étaitpour nourrir des lapins ou des moutons. En veilleur de nuit, pas trop aimable avec moi, iléchange, une fois par an, ils nous donnaient un était trop radin. Il ne voulait jamais me donner unlapin quon mangeait à la Cour aux Bretons. Je cachet pour dormir : "Pas Question ! Va tesuis parti mais ils continuent (les professionnels : coucher sans cachet !" Il était trop "vache" avecJacqueline, Brigitte et les résidants) de donner les moi ! Javais du mal à dormir, je trouvais pas leépluchures et davoir un lapin en échange. sommeil. Dans un service, une aide-soignante ne meA Pacé, jai connu une personne âgée, en laidant à permettait pas de faire la sieste comme les autres.fermer ses volets. Je lai appelée Mamie Nova. On était 3 dans la chambre, avec un de 70 ans, etElle est décédée le 8 décembre 2011, elle avait 90 un de 40 à 50 ans. "Retourne dehors ! Va faire unans. Et maintenant, je garde contact avec sa fille : tour !" Pourtant elle était contente de me trouverune fois par an, on fait une galette des rois, chez pour la vaisselle du soir. "Vous me dégagez,moi ou chez elle. Mamie Nova, cétait pas ma laprès-midi, je ne peux pas faire ma sieste !grand-mère, mais une grand-mère que jappréciais Dégagez, Monsieur Lucas !" Et elle défaisait monbien. lit. Je trouvais que les infirmières et les aide- soignantes étaient sévères et quelles seJapprends à lire avec une personne dun certain moquaient de moi, des fois. Javais peur de leurâge que jai rencontrée dans le bus. Je lui ai dire en face : "Vous vous moquez de moi !" Ademandé : "Vous pouvez pas mapprendre à lire ?" lépoque, javais 20, 30 ans. On disait rien, maisAlors, elle a eu un entretien avec Frédéric B. maintenant on peut parler.Comme ils étaient daccord, on a discuté pourmettre les choses en place. Jai commencé à Pendant des années, jai eu Mr L. commeapprendre à lire le 11 janvier 2012. On va prendre psychiatre. Il était spécial, lui aussi. On restaittout notre temps. On se voit toutes les semaines pas 3 minutes avec lui. Je voulais changer deou tous les 15 jours. psychiatre mais il disait : "Monsieur Lucas, on ne change pas de médecin comme ça !" Je perds pas de vue les personnes âgées du Depuis la Cour aux Bretons, jai enfin un nouveauvillage de Pacé : je joue aux palets avec eux, le psychiatre, en dehors de lhôpital. Cest Didiervendredi après-midi. Cest pour ça que je viens Lucas et Marie et les autres qui lont trouvé pourpas beaucoup à la permanence du vendredi après- moi. Avec lui, ça va bien. Lui, il mécoute.midi. Ils jouent bien. Le doyen, aux palets, a 91 Jai aussi trouvé un tuteur en dehors de lhôpital, àans. On prend un goûter tous ensemble, ça fait lATI".une pause dans laprès-midi pour les joueurs. Moi,je marrête là, et je rentre chez moi. Philippe Lucas 9
  • 8. Pique-nique au parc Hamelin-Oberthür Nous étions quatre puis cinq au parc Hamelin-Oberthür ce beau mardi du mois daoût. Nous avons pique-niqué près du plan deau, dans une ambiance sympathique et détendue en admirant les évolutions des canards et dun beau cygne. Après avoir bu un café à proximité de la rue de Paris, nous avons fait le tour du parc qui nest pas très grand (3 ha). Il est pittoresque avec ses vieux arbres tous différents et ses nombreuses plantes fleuries ; cest un jardin botannique. François-Charles Oberthür, venu dAlsace, a acheté plusieurs terrains près de la rue de Paris dès 1852. Le parc, créé en 1863-64, a été dessiné par Denis Bulher (qui plus tard dessinera le Thabor). Il est devenu propriété de la ville en 1960 et a été ouvert au public en 1977. Nous avons découvert de très beaux coins dont un petit pont sur lequel une mariée se faisait photographier. Pour y aller, prendre le bus n°3 à République (direction Saint-Laurent) et descendre à larrêt Oberthür. Marie-Madeleine, Kathy, Danièle Erquy, Les Sables dOr, le mercredi 18 juillet 2012Nous sommes venus 22 adhérents à LAutre Regard une adhérente retardataire qui finalement nest paspour une sortie à Erquy. Je suis arrivée à 9h55 pour un venue. Comme quoi il ne faut pas trop en faire.départ prévu pour 10h00. Vers 9h45 jai téléphoné du Philippe a réparti tout le monde entre le Scudo et 3 oubus dans lequel je me trouvais de peur que lon ne 4 voitures.mattende. Jai eu Maryline qui a transmis mon Et nous voilà partis vers la mer. Le soleil était déjà aumessage aux responsables de la sortie. rendez-vous et ne nous a pas quittés de la journée.Finalement javais bien tort de me tracasser car nous Nous sommes arrivés à Erquy vers 12h20. Philippene sommes partis que vers 10h20. Nous attendions qui a toujours le " nez fin " a repéré un coin où il ny 10
  • 9. avait pas de vent. Cétait sur les rochers. Il ma aidée du livre " Sans mot dire " ou " Lettre à Manon " queen me prenant le bras pour me rendre à lendroit jai écrit avec une amie en 2006-2007 et 5 adhérentsretenu. Comme je suis cardiaque et un peu "  fêlée  " me lont commandé. Il coûte 5 euros, cest un prixparfois, tout le monde ma " bichonnée ". Nous avons raisonnable. Si la personne ne peut vraiment paspris notre déjeuner ........ après sêtre barbouillés de lacheter, je le prête, je ne peux pas mieux faire. Alorscrème solaire. En homme prévoyant, Robert avait mis que nous dorions au soleil, Nicole et Anik nous ontun beau chapeau. Chacun avait apporté son pique- pris en photos sous toutes les coutures. Un petitnique. A 14h10, repus, nous avons plié bagage et incident : nous avons perdu Corinne. Un agent deavons recherché un café pour prendre une laccueil est venu nous dire quelle nous attendait auconsommation. Jai payé un café géant à Nicole, 2,90 poste de secours car elle sétait perdue après être alléeeuros, cest cher, mais rien nest trop cher pour ma dans leau. Dautres personnes se sont baignées.petite Nicole qui ma prodigué tellement de gentillesse Certains ont trouvé leau bonne, dautres froide. Moidepuis que nous nous connaissons. Javais aussi je ny suis pas allée. Philippe faisait le surveillant depromis un café à Jean-Yves car il avait porté mon sac. baignade.Au moment de payer, surprise, Marie-Madeleine avait Vers 17 heures nous avons plié bagage et repris nosdéjà réglé, elle mavait devancée. Je les ai invités tous voitures respectives. Je me suis installée dans ledeux deux à venir chez moi. Puis tout le monde est Scudo à côté de Nicole et devant David. Jai encoreretourné vers les voitures en prévision dune escapade raconté ma vie à la pauvre Nicole puis nous avonsvers Les Sables dOr. David et Armelle sont restés chanté tout le long de la route vers Rennes.avec moi à attendre le Scudo car jétais fatiguée. Jai Nous sommes arrivés à 19h45 dans un embouteillagepris mes médicaments car je viens de sortir dune monstre mais nous avons été patients. Nous avonsdépression qui a duré 15 mois et qui me donnait des rejoint nos domiciles respectifs, ravis de cette bonneangoisses terribles. Nous avons fêté cet anniversaire : journée au bord de leau et sous un soleil de plomb.7 jours sans aucune angoisse, cest un scoop ! Nous navons pas oublié les absents : nous avons envoyé de jolies cartes postales à Nicole ChapdelaineAlors que 19 adhérents étaient partis à la voiture, le qui est hospitalisée à Montfort et à Denisecafetier ma réclamé le règlement des consommations. Petitdemange, tout le monde les a signées. Ainsi nousQuel " toupet " ! Alors que nous avions réglé ... avons partagé notre bonheur car le bonheur cestLes voitures sont venues nous rejoindre après avoir contagieux.récupéré Robert qui flânait ... Merci à Véronique R. davoir suggéré une si bellePuis nous avons pris la direction des Sables dOr. Tout sortie. Merci à Philippe de nous avoir fait " échouer "le long du chemin jai discuté avec Nicole ma sur la magnifique plage des Sables DOr.confidente. Elle avait bien mérité son café géant. Et Là, je vous ai dit que jétais allée en " enfer " (lenfernous voilà arrivés aux Sables dOr. Nous avons trouvé de ma schizophrénie) et que jen étais sortieun emplacement magnifique sur du sable fin, la plage contrairement à ce quon dit au sujet de le Jai ditdes " Sables dOr " porte bien son nom. que javais vu Satan qui est tout noir avec des cornesDe nouveau nous nous sommes tous tartinés de crème et une fourche pour porter des fagots et alimenter lesolaire et nous nous sommes allongés sur nos feu de lenfer. Bien sûr tout ça nétait que messerviettes. Moi javais oublié la mienne dans la voiture hallucinations. Alors nayez pas peur de Satan.alors Nicole ma prêté la moitié de la sienne. CamilleNous avons bien discuté en dorant au soleil. Jai parlé 11
  • 10. Exposition de collages à "lOrangerie du Thabor" en juin 2012 A loccasion du centenaire du Collage, Il était aussi très intéressant de voir leslAssociation Rennaise "le CollActif" a organisé, en ouvrages portant sur les collages. Nous avons pulien avec les associations "Artcolle" et "Accroche-toi discuter avec le responsable du Musée "Artcolle" deau Pinceau", une exposition sur lart du collage et de Plémet (22) qui est le seul Musée au Monde sur leslassemblage à "l Orangerie" du Thabor du 18.06.2012 collages : il est possible de le visiter les samedis enau 24.06.2012. juillet et août de 14H à 18H (entrée gratuite) et sur En discutant, en flânant par la rue Ste Melaine, rendez-vous pour les autres mois.Nicole nous accompagne pour visiter cette exposition. Nous navons pas pu avoir lautorisation de Dans le Jardin, nous laissons sur notre gauche prendre des photos des oeuvres exposées.le lieu nommé "LEnfer", et sur notre droite, la volière Après lexposition, autour dun pot convivial auavec les superbes oiseaux de toutes les couleurs. "Café du Thabor" nous avons échangé sur nos A "lOrangerie", nous admirons des collages en impressions de cette belle exposition.tous genres : trois syllabes qui ne décriront jamais assez Toute lannée, nous vous rappelons que voustoute la créativité quelles peuvent susciter - du matériel pouvez admirer des expositions différentes tous lesde cuisine utilisé comme oeuvre dart, par exemple, un mois à "LOrangerie" du Thabor, alors, vous pouvezancien moulin à légumes peint en bleu est posé dans vous y rendre seul(e) ou à plusieurs. Vous pouvezune boîte en bois – du tissu peint, retravaillé était aussi ensuite proposer un article écrit sur une exposition vueutilisé pour les collages, lencadrement de deux fenêtres à léquipe de latelier Journal (à Noël et à Gabriel), cestavec des galets, des coquillages, de la peinture, des aussi une autre manière déchanger, de donner sescollages – des figures construites avec du grillage et du impressions aux membres de lassociation.tissu peint, des photos …... autant de matériaux utiliséspar les créateurs avec qui nous avons pu échanger. Frédérique M. De lîle aux Pies à La Gacilly Ile aux Pies Sous la pluie Ses gouttes Gâchent le goût Et Oust* cest reparti Vers La Gacilly * Oust est le nom de la rivière de lîle aux PiesAu travers des rues dune pittoresque ville du Morbihan "La Gacilly", nous découvrons de nombreuses photosrelatives à la neuvième édition annuelle, dont le thème est : "Peuples et Nature". Jai pu y admirer des photosportraits, en noir & blanc, qui ont toujours eu ma préférence, des photos paysages naturels laissant échapper leurscouleurs chatoyantes et dans le parcours dun labyrinthe ombrageux forcé par la main de lhomme, des photos depaysage artificiel béton, faisant un vrai contraste avec le site : ce mercredi de juillet-là, nous fûmes spectateurs duneexpo offrant un autre regard sur la photo. Martine D. 12
  • 11. La Ligue1, LEuropa Ligue, la Ligue des championsMarseille a réussi son début de championnat. En effet, lOM aremporté ses six premières rencontres. Cela, pour lOM, nétaitpas arrivé depuis extrêmement longtemps. Mais lors de laseptième journée, Valenciennes la battu sur le score de 4 à 1.Puis, il y a eu le Classico entre lOM et le PSG. Cela faisait trèslongtemps quavant ce match, lOM et le PSG nétaient paspremier et deuxième du championnat.Les Parisiens étaient favoris. Il faut dire que largent du Qatar achangé les choses. Grâce à cet argent, le club de la capitale a pu Zlatan Ibrahimovicrecruter dune manière impressionante. En effet, il a pu acheterun très bon joueur suédois, Zlatan Ibrahimovic, pour une valeurde 75 millions d€. Avant, il jouait en Italie. Depuis le début dela saison, il a déja marqué cinq doublés. Entre les Marseillais etles Parisiens, le match sest soldé sur le score de deux à deux. Ilfaut ajouter que Paris a dans son effectif un banc trèsintéressant alors que cest totalement le contraire pour lesMarseillais. Il est évident que léquipe de Carlo Ancelotti, lenouvel entraîneur parisien, va remporter la Ligue1. Lyon estbien positionné à la troisième place. En ce qui concerne Carlo AncelottiRennes, cest loin dêtre fameux. Les Rennais ont très maldébuté le championnat avec peu de points pris. Mais, ça vamieux. Ils se sont bien repris. François LEquipe de France de footballVendredi dernier, léquipe de France recevait 4 à 0 avec un triplé dun remplaçant.léquipe du Japon au Stade de France. Mais ce Demain, mardi soir, il est clair que la France vamatch était plus quun match amical. Il sagissait avoir beaucoup de mal car lEspagne aura une trèsdun match de préparation en vue de sa rencontre forte possession de la balle. Il faut dire que lesen Espagne lors de la phase des poules pour la Espagnols ont gagné les deux derniersqualification 2014 qui aura lieu au Brésil. championnats dEurope ainsi que la coupe duA priori, les Français auraient battu les Japonais. monde. Pour se qualifier pour le prochainMais le score final a été de 1 à 0 pour le Japon. mondial, il faut finir premier de son groupe ouCeux-ci ont marqué leur but à la 90ème minute. terminer deuxième et remporter sa doubleLéquipe de Didier Deschamps, le sélectionneur confrontation face à une autre équipe qui aurafrançais, a eu plusieurs occasions mais elle na pas terminé deuxième de sa poule.réussi à marquer. Au contraire, les Japonais ontmarqué sur leur seule occasion. Les Bleus Françoisvoulaient lemporter pour se donner le plein deconfiance avant daller se confronter à lEspagne.Cest tout le contraire qui sest produit.En revanche, celle-ci a, pour son premier matchdans la phase de poule, est allée battre trèsfacilement léquipe de Biélorussie sur le score de 13
  • 12. Steven Spielberg, l’éclectisme comme maître motSteven Spielberg est l’un des plus grands démiurges du cinéma. On peut dire de lui qu’il a touché à tousles genres, réalisant une trentaine de films en presque quarante ans. Il sait faire frissonner comme dans"Duel" ou émouvoir comme dans "E. T. L’Extra-Terrestre". Nombre de ses films sont classés aupanthéon du cinéma. Il manie la caméra comme personne, mettant en scène beaucoup de filmsexceptionnels par leur côté bande-dessinée. On pense bien sûr dans ce domaine à la série des IndianaJones qui en sont la preuve frappante. Il s’illustre dans tous les genres : le drame, la comédie, les filmsd’aventures, hormis la comédie musicale. Il sait insuffler à ses films un côté grandiloquent qui n’est passans rappeler Victor Fleming et son célèbre "Autant en emporte le vent". Steven Spielberg a commencédès son plus jeune âge à se servir d’une caméra, dans le jardin familial, il s’amuse à filmer des saynètes.Il est considéré par beaucoup de ses pairs comme un raconteur de génie. Son cinéma peut s’adresserégalement aux enfants, on peut penser à "Hook" ou encore à "E. T. L’Extra-Terrestre". Il maîtrise àmerveille la narration et sait donner à ses films une sorte de lyrisme à couper le souffle. Le film qui l’aconsacré est "La Liste de Schindler" qui a remporté un Oscar avec cette évocation du nazisme à travers ledestin d’un "Juste". Un des films que j’apprécie le plus est "Indiana Jones et la Dernière Croisade" oùl’humour et l’aventure se côtoient en rendant le film agréable d’un bout à l’autre. La quête du Graal, undes mythes fondateurs de nos civilisations, y est exposée avec ce qu’il faut d’humour avec le concours deSean Connery jouant le rôle du père d’Indiana. Steven Spielberg a toujours apporté à ses productions un soin particulier à la narration la rendant fluide et universelle, touchant au plus profond des êtres. Il est naturellement l’héritier des John Ford, John Huston etc… en sachant toujours innover en mettant en scène les angoisses et les peurs de ses contemporains. On pense ainsi à "Minority Report" ou "A. I. Intelligence Artificielle". Au cours des trente dernières années, il s’est imposé comme une figure de proue du cinéma contemporain ne reculant devant rien pour émouvoir, faire rire, en ayant gardé sa capacité à s’effacer derrière les histoires qu’il narre avec panache. Xavier D. 14
  • 13. Gérard Oury, lamuseur amusé (première partie)Il est l’un des réalisateurs français qui a connu les plus grands succès au box-office. On dirait aujourd’huiqu’il est un réalisateur "bankable". Après une carrière honorable de comédien, il se lance dans laréalisation avec trois premiers films qui se nomment "La Main chaude", "La Menace" et "Le Crime ne paiepas". Peu diffusés à la télévision, ces derniers rencontrent un succès d’estime. C’est avec "Le Corniaud"qu’il va se faire remarquer auprès du public. Louis de Funès va trouver là le rôle qui l’installe dans lesuccès véritablement. Avec Bourvil, il forme un duo irrésistible de drôlerie. Louis de Funès en roublard etirascible personnage face à Bourvil impressionnant de fausse naïveté et se vengeant dans cette comédiemenée de main de maître par Gérard Oury. "La Grande Vadrouille" est un succès encore plus considérable,le film resta longtemps au premier rang des films ayant rempli le plus les cinémas français. Les deuxprotagonistes sont encore de Funès et Bourvil qui sont transposés dans la seconde guerre mondiale où ilscherchent à rejoindre la zone libre. L’opposition là encore des deux personnages confère au film unedimension humoristique rarement atteinte. Les succès se suivent pour des films comme "Le Cerveau" ou"La Folie des grandeurs". Le premier narre l’attaque d’un train postal par plusieurs bandes de truands et lesquiproquos qui en résultent, au premier rang desquels on retrouve Bourvil et Jean-Paul Belmondo "setirant la bourre" avec David Niven. Le second nous transporte au 18ème siècle avec l’affrontement entreLouis de Funès et Yves Montand dans une version de Ruy Blas qui voit encore le colérique et fourbe jouépar le premier, contré par la douceur et la bonté du second. Avec "Les Aventures de Rabbi Jacob", GérardOury dénonce le racisme dans ce qu’il a de plus caricatural. Louis de Funès jouant un industriel raciste,Victor Pivert, qui va voir sa position sur le racisme évoluer tout au long du film. Ce film, maintes foisdiffusé à la télévision, multiplie les gags comme la fameuse scène où de Funès plonge dans une cuve dechewing-gum. Tous les quiproquos qui naissent dans le film comme la scène où Rabbi Jacob, joué parMarcel Dalio, est alpagué par l’inspecteur campé par Claude Piéplu, montrent à quel point le racisme doitêtre battu en brèche. Xavier D. 15
  • 14. Poésie Sourire du jour Parle sourire mieux que des mots soit présent à autrui lève les masques de froideur les masques du loin dédain obtient en retour faces lumineuses et réjouies oppose à quiconque vers toi bille en tête survient une âme de soldat de vie sans arme ni alarme du rêveur nimbé du violet dun esprit doux et ainsi prêt à voguer en humaine marée fait fi des ressacs des vagues desprits chagrins saisit dès saut du lit les vagues dair matinal et embarque sur le bateau ivre du quotidien avec ton beau sourire affirmé comme fanal Thierry Vivre La fuite vive, comme la bise des déserts sahariens. Lombrelle joyeuse des rougeurs des chairs féminines le caillou, en nombre et de couleur claire, des feux sous lombre où parfois lenfant se cache. Lémeraude des regards et larrêt des corps aussi, font deux des membres blanchis et poudreux, mais jamais dhirondelle vierge, ici. Garde lhorizon et le nuage pour vision. Roule la vie, aux feuilles rousses jusquà la mer aimée, aussi. Jacques ImagesImages dun autre âge, fourmillent dans ma têteRecherchant la perle rare, dans le coffret de santalLa poésie sécrit en lettre majusculeNe craignant jamais le ridiculeNi le chantage quand ça déménage dans les cerveaux où le monde est marronEt plein dinnocence et seffiloche de strophes en strophes. Michel D. 16