• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Formation Créajeunes - Simplon.co par Michel Lubac
 

Formation Créajeunes - Simplon.co par Michel Lubac

on

  • 479 views

Formation Créajeunes ADIE chez SIMPLON.CO par Frédéric Bardeau et Michel Lubac

Formation Créajeunes ADIE chez SIMPLON.CO par Frédéric Bardeau et Michel Lubac

Statistics

Views

Total Views
479
Views on SlideShare
465
Embed Views
14

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

2 Embeds 14

http://philemonday.tumblr.com 13
http://www.google.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Formation Créajeunes - Simplon.co par Michel Lubac Formation Créajeunes - Simplon.co par Michel Lubac Presentation Transcript

    • Créajeunes Simplon.co Frédéric Bardeau Michel Lubac 16/09/2013
    • INTRODUCTION / Quelques mots clés dont vous ne connaissez peut- être pas bien la définition ? ❏ Internet ❏ HTML ❏ Site web ❏ CMS - CRM ❏ Inbound - SEO ❏ Web ❏ Serveur ❏ Blog ❏ SEM - SEA ❏ Réseaux - SMO
    • Plan 1 - Ma présence sur Internet => site, blog, réseaux sociaux 2 - Ma visibilité => Référencement : SEO, SMO 3 - Mon business => inbound marketing, SEM
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.1 - Créer un site web Pour créer un site web, la première étape est technique et stratégique : ● Choisir un hébergeur => Serveur gratuit ou payant ? => Serveur mutualisé ou dédié ? ● Choisir un registrar => Quel nom ? => Nom de domaine : .com, .fr, .org ?
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.1 - Créer un site internet L’hébergeur vous fourni différents services : ● Un stockage de données en ligne => avec un accès FTP => Base de données (Mysql) : langage PHP ● Des options... => Certificats https => Accès SSH (Secure Shell)...
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.1 - Créer un site internet L’hébergeur ou le registrar vous fourni un e-mail : ● Protocole de connexion @ : => POP - SMTP ou IMAP ? ● Quel client de messagerie utiliser ? => Logiciels : Outlook, Eudora, Thunderbird ?
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.1 - Créer un site internet Les logiciels minimum nécessaires pour créer un site web : ● Pour vous connecter au serveur : => un logiciel de FTP : Filezilla, ou d’autres... ● Pour créer une page web => un logiciel WISWIG : Dreamweaver ou d’ autres => un logiciel Graphique : Photoshop ou d’ autres
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.1 - Créer un site internet Maintenant, ACTION! Créez votre page web en HTML: ● Exercice sous le blocnote : => mes premières balises ... <head></head> <body></body> ● Exercice de publication par ftp : => je publie ma page
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.2 - Créer un blog Un blog est un système (CMS) de publication périodique en ligne permettant à tout un chacun d’être présent sur la toile. Les plateformes de blogging sont variées (OpenSource ou sous Licence), nous vous proposons de retenir quelques grands noms : Wordpress, Joomla, Drupal, Spip, et bien d’ autres...
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.2 - Créer un blog Comment créer un blog ? => Soit en ligne : Blogger, Tumblr, … sans aucune connaissance => Soit en implantant un CMS sur un serveur, quelques connaissances requises en HTML, CMS, PHP
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.2 - Créer un blog Les technologies de CMS issues des blogs version 2.0 que nous venons de voir permettent aujourd’hui à la fois de créer un simple blog, mais également de véritable site web administrable à distance. La différence entre un blog et un site web est donc purement formelle. Un blog est une page thématique mise à jour périodiquement par une personne ou un groupe, alors qu’un site web est une page plus institutionnelle administrée par une entreprise ou une organisation. Techniquement, il n’y a donc aucune différence entre blog et site web.
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.2 - Créer un blog Alors pourquoi créer un site web plus un blog ? => Car le blog permet plus de liberté de ton et de proximité, notamment sur les réseaux sociaux. => Car le blog permet d’accompagner le référencement de votre site web, plus statique et corporate dans sa forme C’est pour cette raison que nous aborderons un peu plus tard les points clés des réseaux sociaux et du référencement.
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.2 - Créer un blog Maintenant, nous allons d’abord visiter le back office d’un CMS => Démonstration sous WordPress. Puis, nous allons voir omment installer WordPress ? => Démonstration sur un serveur de démo 1 - création d’un accès ftp 2 - création d’une base de données 3 - implantation de WordPress
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.3 - Sur les réseaux sociaux Nous venons de voir comment réaliser un blog, pour être présent sur les réseaux sociaux et interagir avec votre blog, utilisez un “plugin” social, comme AddThis par exemple. Comment choisir ? => par genre et les plus influents Nos recommandations...
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.3 - Sur les réseaux sociaux Tout d’abord vous devez créer un profil individuel ? => sur Facebook, Twitter, Google +, Viadeo, LinkedIn, YouTube, Pinterest, Delicious, Slideshare, etc… Puis une page professionnelle, notamment en priorité sur : => Facebook et Google +
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.3 - Sur les réseaux sociaux Ensuite il faut interagir souvent (posts quotidiens ou hebdos au minimum) sur les réseaux sociaux. Quelles sont les techniques de communication éditoriale sur le web 2.0 ? => Pertinence, humour, concision, proximité Plus de conseils un guide complet ... Quel est le principe de base ? => Aimer, partager et être aimé en retour Comme dans la vie :)
    • 1 - Ma présence sur Internet 1.3 - Sur les réseaux sociaux Concrètement, nous allons maintenant visiter les grands réseaux sociaux, à travers mes propres profils. => Démonstration et bonne pratique => Des questions ?
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Pour attirer et retenir le Googlebot, le robot référenceur de Google, il faut : - comprendre les bases du référencement naturel ; - connaître les principales balises html ; - bien choisir ses mots-clés ; - optimiser les mots-clés dans la page ; - créer des liens internes et des liens entrants. Les liens naturels sont affichés par ordre décroissant de pertinence selon Google, en fonction d’un algorithme extrêmement complexe qui est régulièrement mis à jour.
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Le poids des mots-clés Les robots de Google sont des lecteurs méthodiques. Ils scannent en permanence les pages Web pour enregistrer systématiquement tous les mots présents, en leur attribuant un coefficient plus ou moins élevé en fonction de leur position dans la page. Une fois qu’ils ont « lu » une page, ils « cliquent » sur les liens présents et vont scanner les pages liées à la première. Et ainsi de suite… Quand et combien de fois le robot de Google passe-t-il sur un site ? La première fois, c’est lorsqu’on déclare le site à Google ou qu’un lien entrant est créé vers le site. Ensuite le Googlebot revient plus ou moins fréquemment selon les sites. Plus un site est mis à jour fréquemment, plus le Googlebot va considérer qu’il est intéressant et revenir fréquemment le scanner. Quelles leçons en tirer pour le rédacteur Web ? - Publier des contenus ciblés qui correspondent aux requêtes des internautes ; - optimiser au mieux ses mots-clés pour qu’ils soient repérés par Google ; - publier le plus régulièrement possible des contenus nouveaux.
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Choisir les mots-clés Mots-clés et expressions clés Comment choisir les mots-clés sur lesquels vous allez concentrer votre action ? Tout dépend, bien sûr, de votre activité et de vos objectifs, mais surtout de vos cibles. Commencez par imaginer quels mots-clés ou expressions-clés (avec plusieurs mots clés) vos internautes vont taper dans la fenêtre du moteur de recherche. Quelques sources d’inspiration : - les statistiques d’audience de votre site (Google Analytics ou autres) ; - Google Suggest (c’est-à-dire les expressions suggérées par Google en saisie semi-automatique quand vous commencez à taper un mot dans la fenêtre) ; - les méta-balises <keywords> de vos concurrents (affichez le code source de la page d’accueil via votre navigateur et cherchez la balise en haut de page).
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé L’effet de longue traîne Le problème est que la concurrence est rude sur les principaux mots-clés. Si vous vendez des chaussures, vous ne serez pas le seul à chercher à vous faire repérer par le Googlebot sur le mot-clé « chaussures ». Or les deux-tiers des internautes tapent plusieurs mots plutôt qu’un seul pour cibler leurs recherches, avec parfois des associations rares ou plus précises : « chaussures à talon pour femmes. » Non seulement il y a moins de concurrence sur ces expressions-clés parce qu’elles sont beaucoup plus nombreuses, mais elles génèrent aussi un taux de conversion plus fort parce que la page qui s’affiche alors correspond mieux à la requête de l’internaute. Le trafic est plus faible sur ces mots, mais plus ciblé. C’est ce qu’on appelle l’effet de longue traîne. Ce concept est particulièrement intéressant pour le rédacteur Web parce que cela le pousse à : - varier son vocabulaire pour élargir le champ sémantique, chercher des synonymes, des mots plus recherchés ; - concevoir des contenus encore plus ciblés ; - être original et trouver des sujets encore plus variés.
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Connaître les principales balises html Les rédacteurs sont souvent des littéraires allergiques à la technique. Pourtant, ils doivent accepter de « mettre les mains dans le code » pour améliorer leur pratique. C’est bien plus facile qu’ils ne l’imaginent généralement... Le principe du html repose sur des balises ouvrantes <début d’un ordre donné au navigateur> et fermantes </fin de l’ordre>. Exemple : si je veux écrire un mot en italique, j’utilise la balise <i> qui signifie « écris en italique » et je tape dans le code source html <i>exemple</i>. Les principales balises html <b> ou <strong> gras <i> italique <p> paragraphe <br> ou <br /> retour à la ligne <h1> titre <h2> intertitre <a> lien <img> image <ul> liste non ordonnée (puces) <ol> liste ordonnée (numéros) <li> item de liste <table> tableau <td> cellule de tableau <tr> ligne de tableau
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Comme les éditeurs de texte des CMS (Content Management Systems) atteignent vite leurs limites, les rédacteurs Web sont souvent obligés d’afficher le code source pour perdre moins de temps. Certains finissent même par se passer complètement de l’éditeur et écrire directement dans le code source. Optimiser ses mots-clés dans la page Répéter ses mots-clés On considère généralement que plus un mot-clé sera répété dans une page, plus la page sera pertinente pour Google. Ce qui pousse certains rédacteurs Web, notamment sur des sites e-commerce, à « bourrer » leur page d’un même mot-clé. On trouve dans les livres ou les sites sur le référencement des indications sur le « taux de densité » idéal, autrement dit le nombre moyen de fois où il faudrait répéter un mot-clé sur 100 mots. Ce taux tournerait entre 3 % et 5 %, autrement dit 5 occurrences du mot-clé pour 100 mots. Certains vont même jusqu’à 10 %. Deux risques à cette stratégie de « bourrage » : - faire fuir les lecteurs pour lesquels ce bégaiement devient vite illisible ; - faire fuir le Googlebot qui considèrera que vous essayez de le tromper. Comme on l’a vu avec la longue traîne, il peut être plus efficace de chercher des synonymes que de répéter mécaniquement les mêmes termes. Donc pensez certes à intégrer plusieurs fois vos mots-clés dans la page, mais de la façon la plus naturelle possible et en veillant à les placer aux endroits stratégiques.
    • 2 - Ma visibilité 2.1 - Etre référencé Placer ses mots-clés dans la page Il existe en effet des emplacements qui « pèsent » plus lourds que d’autres pour les robots de Google. Sur l’image suivante, plus le point rouge est large, plus l’emplacement est important pour le référencement naturel
    • 2 - Ma visibilité 2.2 - Techniques de SEO Les techniques de SEO se partagent en deux grandes catégories : 1 - In web site 2 - Out web site
    • 2 - Ma visibilité 2.2 - Techniques de SEO 1 - SEO In web site IN WEB SITE Optimisation Optimisation des balises meta Optimisation de pages ciblés Installation de plug in de SEO Rédaction articles Rewriting de contenus éditoriaux Optimisation du code html (balises H1, H2, ALT, etc…) Optimisation des liens internes Création d’un site map + Soumissions Création de sous-domaine Webmaster tools Création d’un flux RSS Fichier robots.txt Liste non exhaustive, voir les critères de référencement Objectif : permettre aux moteurs de vous identifier, selon des critères précis
    • 2 - Ma visibilité 2.2 - Techniques de SEO 2 - SEO Out web site OUT WEB SITE Soumissions Rédaction des variantes textuelles pour les soumissions aux annuaires Soumission aux annuaires francophones Rédaction des variantes de communiqué de presse Soumissions aux sites de communiqué de presse RESEAUX SOCIAUX (CM) Création de comptes / profils Animation et community management Objectif : créer des liens entrants sur votre site web
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Les idées fausses sur les réseaux sociaux à bannir de votre esprit avant d’aller plus loin sur le sujet «Les réseaux sociaux sont gratuits» En effet, l’inscription sur la majorité des réseaux sociaux est gratuite, mais si vous pensez qu’il suffit de créer une page Facebook pour dire que vous assurez une présence online, détrompez-vous ! Assurer une stratégie de communication sur les réseaux sociaux demande du temps, de l’investissement humain, un management adapté, de la création de contenu… Bref, les réseaux sociaux ne sont pas gratuits, et il convient même de pouvoir mettre en place des indicateurs précis pour mesurer le coût d’une démarche social media, afin d’en calculer le ROI … «Sur les réseaux sociaux, on peut obtenir des résultats très rapidement» Tous les marketeurs ou décideurs ont en tête des buzz mondiaux qui ont, en quelques jours, envahi le web… Oui mais souvent, derrière ce buzz quasi-instantanné, il y a des semaines voire des mois de travail pour construire du contenu… Et puis, il faut bien avouer que pour l’immense majorité des entreprises, ce buzz n’arrivera jamais ! Autrement dit, les réseaux sociaux peuvent apporter des résultats très intéressants, mais vouloir aller sur les réseaux sociaux pour faire un buzz quand on est une PME peut être voué à l’échec.
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Les idées fausses sur les réseaux sociaux à bannir de votre esprit avant d’aller plus loin sur le sujet «Pour développer les réseaux sociaux, on va prendre un stagiaire» Le stagiaire est cet individu passe-partout à qui l’on prête des qualités hors-norme : engager une entreprise dans une stratégie social media ! Rien que ça ! Et pour la simple et bonne raison que dans bien des cas, « le stagiaire a déjà un compte Facebook, donc il sait s’en servir … » Bref, si vous souhaitez vraiment que votre entreprise tire profit d’une présence sur les réseaux sociaux, faites appel à un professionnel du marketing qui saura vous conseiller, choisir les bons réseaux, la bonne dynamique d’animation… Qui ensuite, pourra éventuellement être appliquée par un stagiaire si vous y tenez vraiment ! Mais retenez bien que le community manager prend la parole au nom de l’entreprise sur les réseaux sociaux, il est donc important que cette parole soit cohérente avec votre stratégie globale… Et par la même occasion, à défaut de ne pas toujours pouvoir faire un buzz positif, évitez-vous un buzz négatif dû à une mauvaise stratégie d’animation !
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Les idées fausses sur les réseaux sociaux à bannir de votre esprit avant d’aller plus loin sur le sujet «Aujourd’hui, si on est pas sur Facebook, on n’a rien à faire sur le web» La question Facebook est complexe : difficile de passer à côté d’une audience de plus d’un milliard (en 2012) d’utilisateurs ayant fourni leurs informations personnelles, leurs centres d’intérêt, leurs données géographiques … Mais pour autant, aller sur Facebook doit répondre à une vraie stratégie, bien définie, et intégrée dans votre stratégie de communication globale. Donc avant de vous lancer à tout prix sur Facebook, prenez le temps de mener une analyse fine de vos besoins, des attentes de votre cible, de ses habitudes de « consommation web » … C’est alors que vous pourrez dire si Facebook est indispensable pour vous ou si vous pouvez choisir d’autres réseaux sociaux !
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Les idées fausses sur les réseaux sociaux à bannir de votre esprit avant d’aller plus loin sur le sujet «Sur les réseaux sociaux, impossible de mesurer le retour sur investissement» C’est le dernier gros mensonge qu’on rencontre souvent ! Alors avant d’y répondre, il faut se demander « qu’est ce que le ROI? » Retour sur investissement me direz-vous, vous avez bien raison. Cela suppose donc dans un premier temps une mesure précise de l’investissement : humain, temps de travail, formations, logiciels… Ensuite, que cherche-t-on à développer pour une entreprise qui est présente sur les réseaux sociaux ? La notoriété, la visibilité, la fidélisation de la clientèle, la génération de contacts commerciaux … sont autant de variables qu’il est possible de mesurer ! On peut donc tout à fait mesurer un ROI des réseaux sociaux, mais il faut adapter le calcul au support : si vous cherchez de la notoriété locale, inutile de vouloir mesurer un ROI financier à court terme ! Mais vous pouvez en revanche savoir le nombre de personnes qui ont vu du contenu associé à votre marque, celles qui sont devenues fans … Donc le ROI social media existe bien, il est parfaitement mesurable mais doit être adapté aux objectifs de la stratégie réseaux sociaux que vous mettez en place. En conclusion, on voit que les réseaux sociaux n’ont rien de magique, qu’ils offrent simplement de nouveaux leviers pour toucher votre cible. Ils doivent s’intégrer dans votre stratégie globale, et contrairement à d’autres leviers de communication traditionnels, le retour sur investissement des réseaux sociaux est parfaitement mesurable. Vous avez donc sans doute tout intérêt à utiliser les réseaux sociaux pour votre entreprise, mais n’en attendez pas de miracles : Nous parlons de marketing, pas de religion ou de vagues croyances en la technologie !
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Publier les bons messages sur les bons supports. choisir une stratégie et bien la mettre en oeuvre Sur Viadeo et LinkedIn : Toute la richesse est dans la discussion créée et dans les articles que la marque publient. Les thèmes abordés doivent être ouverts et à valeur ajoutée. Sur Facebook : Les contenus diffusés par la marque ne doivent pas être trop long et doivent engager l’audience. Toujours joindre une image au texte. Pour les publications plus importantes, utiliser l’application « Articles ». Penser à uploader les vidéos et à créer les événements virtuels des événements réels. Sur Twitter : Publier l’actualité de l’entreprise, des sujets chauds et de veille. La marque doit aussi jouer le jeu en relayant des tweets qu’elle juge susceptibles d’intéresser ses abonnés. Sur YouTube : Partage des vidéos des événements passés ou en cours (live-streaming). Cette plateforme est de plus en plus interactive, c’est l’occasion pour les marques de montrer leur potentiel créatif. Sur SlideShare : La marque partage ses présentations commerciales et ses études. Bien connue de la cible BtoB, cette plateforme aide aussi à la promotion de produits / services / événements…
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Quid du ROI sur les réseaux sociaux ? choisir une stratégie et bien la mettre en oeuvre La quantité : • de followers sur Twitter et le nombre de re-tweet. • de lecture des discussions sur Viadeo • de contacts professionnels sur Viadeo et LinkedIn. • de membres Facebook, de réactions et d’impressions des messages diffusés. La qualité : • le taux d’engagement des conversations, le nombre de commentaires positifs / négatifs… • la provenance du trafic sur un blog, le taux de rebond et le nombre de téléchargements des contenus…
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Plusieurs indicateurs sont à prendre en compte pour mesurer le ROI des réseaux sociaux : Pour optimiser la ressource temps / homme, il est importa nt d’utiliser les bons outils En effet, il n’est pas nécessaire de passer par Twitter.com pour publier un Tweet. Des plateformes spécialement conçues pour les Community Managers permettent d’agréger les contenus de plusieurs comptes en même temps. 4. Et pour aller plus loin… management community Le Community Manager, un métier qu’il faut estimer à sa juste valeur. Et pour aller plus loin… Qu’est-ce qu’un Community Manager (CM) ? A qui confier ce poste ? Quel est son rôle ? Ce métier est-il légitime ? Si les questions sont nombreuses sur la Toile, une chose est certaine : l’image d’une marque est étroitement liée à ce que l’on en dit, surtout sur le Web. Le Community Manager est un des gardiens de cette image. Sa connaissance des réseaux sociaux lui permet d’avoir un vrai rôle de conseils et de recommandations. Dans la phase opérationnelle de son travail, il constitue, modère et anime des communautés pour la marque dans le but d’en développer la notoriété, générer des leads, accroître l’affect associé à la marque… Tout dépend des objectifs préalablement fixés.
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Le CM est disponible, attentif et réactif. Ses interventions sont mesurées et à valeur ajoutée. Son propos est transparent, sa maîtrise des outils 2.0 est parfaite. Sa mission est plus qualitative que quantitative. Il formule ses réponses en 140 caractères. Il sait extraire et utiliser les richesses des débats qu’il modère. Il connaît les règles grammaticales d’usages. Le CM est in et off, sa relation au sein de l’entreprise est transversale, il n’oublie personne. Le CM sait écrire, son discours est compréhensible, bref et précis. Le CM peut aussi avoir son mot à dire dans le Content Management. Sa mission ? Créer de l’information à valeur ajoutée et valoriser les contenus de la marque. Plus stratégique, son expertise doit lui permettre d’identifier les tendances à venir pour orienter la marque sur les bonnes plateformes de réseaux sociaux. Quelques règles non-écrites des réseaux sociaux.
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Et pour aller plus loin… • Sur Internet, tout le monde peut apporter son commentaire, Sa question, Son url. Pour cela, il suffit juste de respecter quelques règles : il faut s’exprimer avec des phrases courtes. Twitter montre l’exemple avec un nombre de caractères par post limité à 140. • La marque est là pour «parler avec» et pas seulement pour «parler aux gens». Quand elle lance un sujet, elle ouvre un débat. Elle doit penser à finir par une question, elle incitera ainsi son réseau à participer. • Ouvrir ses espaces d’adhésion et de discussion, c’est important. L’internaute doit pouvoir accéder à la marque sans passer par un processus de validation. Attention : à ne jamais effacer de comentaires : la marque est là pour échanger, pas pour censurer. Un commentaire déplaisant ? La marque doit avoir une réaction mesurée tout en apporta nt une réponse rapide au problème posé.
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Do you speak Twitter ? Et pour aller plus loin… Tweet : Message de 140 caractères maximum posté sur Twitter. Twittos : Un utilisateur de Twitter. Retweet : Un tweet repris et réexpédié par une tierce personne sur Twitter. Follower / Abonné : Un membre de Twitter qui décide de suivre l’actualité d’un autre membre.
    • 2 - Ma visibilité 2.3 - Techniques de SMO Do you speak Twitter ? Mention : Coller « @ » au nom d’un utilisateur pour s’adresser à lui. Message visible par le reste de la communauté. DM / Direct Message : Message adressé en privé à un utilisateur. Follow Friday : Chaque vendredi, les utilisateurs recommandent à leurs followers les Twittos qu’ils préfèrent en indiquant «#FF» en début de tweet. Liens réduits : Pour gagner en caractères, on utilise des réducteurs d’url, créés sur tinyurl.com ou encore bitly.com. Hashtag : Placer devant un mot le signe « # » pour en faire un mot clé.
    • 3 - Mon business 3.1 - Inbound marketing Le Inbound marketing est une technique rédactionnelle consistant à privilégier la qualité du contenu éditorial sur le web. L’idée est de proposer aux internautes des contenus d’ une grande qualité rédactionnelle tant sur le fond que sur la forme pour générer des liens entrants et du trafic sur votre site web. Un exemple de campagne de Inbound réussie => SIMPLON en finale Concours SAMSUNG
    • 3 - Mon business 3.2 - SEM Le SEM (Search Engine Marketing) ou bien SEA (Search Engine Advertising) consiste à générer un trafic qualifié et ciblé à partir des base de données des grands Ads Serveurs : ● Google Ads ● Google Display ● YouTube Ads ● Facebook Ads ● Twitter Ads ● ...
    • 3 - Mon business 3.2 - SEM Le SEM (Search Engine Marketing) ou bien SEA (Search Engine Advertising) consiste à générer un trafic qualifié et ciblé à partir des base de données des grands Ads Serveurs : ● Google Ads ● Google Display ● YouTube Ads ● Facebook Ads ● Twitter Ads ● ...
    • 3 - Mon business 3.2 - SEM Le principe des annonces payantes sur les grands ads serveur est basé sur un système d’ anchère au CPC : Coup Par Clic Ce système permet d’obtenir un fort ranking et une grande visibilté afin d’augmenter imméditamment la visibilité d’une page sur le web. Le principe chez Google =>
    • 3 - Mon business 3.2 - SEM Il existe une grande variété de formats de publicités sur le web tous répondants au même “business modèle”, le CPC. Nous vous proposons de les visualiser maintenant à travers cette présentation de “Google Académie” Puis de vous présenter le fonctionnement de la création d’une annonce dans GG ADW.
    • Des Questions ? Fin Merci pour votre attention