• Save
Discours Dajoux
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Discours Dajoux

on

  • 425 views

 

Statistics

Views

Total Views
425
Views on SlideShare
425
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Discours Dajoux Discours Dajoux Presentation Transcript

      • Je dois sans doute au privilège de l’âge, l’honneur de prendre la parole, en premier, en cette belle soirée anniversaire du MEDIF.
      • Mes premiers mots seront pour féliciter notre passé-présent président, Gérard Korchia qui est et qui a toujours été la véritable cheville ouvrière du MEDIF.
      • Le MEDIF a 20 ans ! Vingt ans déjà !
      • A la base de cette association, nous étions trois médecins, Moché Haddad, Gérard Korchia et moi-même et auxquels est venu, très vite se joindre Haïm Cohen.
      • Nous étions tous des médecins formés en France et heureux d’avoir réaliser notre rêve, faire notre alya !
      • Mais en Israël, le système de santé était différent, nos diplômes n’étaient pas toujours reconnus, les koupot holim décidaient de façon arbitraire de choisir leurs médecins et délivraient ainsi un véritable droit au travail alors que notre diplôme était un diplôme national !
      • En créant le MEDIF, nous nous étions fixé trois objectifs :
      • Aider les médecins venant des pays francophones dans leur klita et faciliter la reconnaissance de leurs diplômes.
      • Développer l’enseignement post universitaire reconnu par la histadrout harofim.
      • Améliorer les conditions de la médecine en Israël.
      • Si les deux premiers objectifs ont été parfaitement atteints, par les présidents successifs, le troisième, le plus difficile sans doute, a besoin d’être sérieusement reconsidéré.
      • Deux méthodes avaient été envisagées : celle qui consistait à essayer de modifier le système de l’intérieur, c'est-à-dire en étant dans les vaadot des Koupot Holim et celle plus audacieuse que je préconisais et qui fut publiée dans le quotidien israélien Glob’s du 7 mars 1995. Le titre était clair : « Pour une médecine directe, sans intermédiaire ». Ma proposition était, à l’époque, jugée trop radicale et je fus mis en minorité. Peut-être qu’aujourd’hui les nouvelles vagues de jeunes médecins pourraient reprendre ce flambeau !
      • Souhaitons au président en exercice d’atteindre avec succès tous nos objectifs et que le MEDIF en devenant adulte, sorte enfin de sa tendance à l’endogamie présidentielle afin que puissent s’exprimer nos jeunes confrères et leur permettre de renforcer notre action.
      • Yom houlédet saméah
      • Docteur Roland DAJOUX
      • Gynécologue retraité
      • Jérusalem
      • [email_address]