Your SlideShare is downloading. ×
Syndrome De Cushnig
Syndrome De Cushnig
Syndrome De Cushnig
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Syndrome De Cushnig

1,005

Published on

Cours résumé pour le concours de résidanat

Cours résumé pour le concours de résidanat

Published in: Health & Medicine
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,005
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. http://www.MedeSpace.net Share what you know, learn what you don’t Hypercortisolisme ACTH-indépendant : maladie de Cushing ; sécrétion ectopique d’ACTH, sécrétion ectopique de CRH (surtout par un carcinome bronchique). Hypercortisolisme ACTH-dépendant : adénome cortisolique ; carcinome primitif ; hyperplasie et dysplasies primitives. A.SIGNES CLINIQUES  Anomalies morphologiques : prise pondérale modérée qui résiste à la restriction calorique, facio- tronculaire. L’amyotrophie prédomine au niveau des ceintures et de la sangle abdominale. L’atrophie cutanée et sous cutanée est responsable de la lenteur à la cicatrisation. Ecchymoses faciles. Les vergeures cutanées sont caractéristiques (larges, pourpres). La peau du visage est érythrosique.  Symptômes d’hyperandrogénie : se limitant généralement à un hirsutisme, une séborrhée et acnés.  Autres symptômes : ostéopénie et ostéoporose ; troubles gonadiques (spanioménorrhée, impuissance…) ; HTA ; troubles psychiatriques (irritabilité, insomnie, tendance dépressive). B.ANOMALIES BIOLOGIQUES NON SPÉCIFIQUES –Intolérance aux hydrates de carbones et diabète sucré (secondaires à l’insulinorésistance) –Augmentation modérée du taux des triglycérides et de cholestérol. –Hyperleucocytose à PNN avec relative lymphopénie (plus rare). –Alcalose hypokaliémique : en cas de syndrome de Cushing intense… –Autres : polyglobulie modérée, hypokaliémie modérée, hypercalciurie normocalcémique. C.DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D’HYPERCORTISOLISME –la concentration du cortisol matinal est peu discriminante ; il faut doser la cortisolémie vespérale (cortisol salivaire =). –La mesure du cortisol libre urinaire (CLU) des 24 heures est l’examen du choix. CLU > 4 x la normal ⇒ affirme le diagnostic. On commence par lui –La rupture du rythme nycthéméral de sécrétion du cortisol. –Perte de freinage physiologique par les glucocorticoïdes exogène (dexaméthasone) : –Un test de freinage « minute » : l’absence de freination reste possible dans les situations d’obésité, d’alcoolisme et de dépression et ne permet donc pas d’affirmer le diagnostic. C’est en fait un test de dépistage. –Un test de freinage « faible » : (ou standard) permet le diagnostic du syndrome de Cushing (test de confirmation). Il est normal chez les alcooliques, obèse et dépressives (pseudo-hypercortisolisme). –Freinage « fort » : freinage complet lorsqu’il s’agit de maladie de Cushing ; absence de freinage dans les hypercorticismes paranéoplasiques.
  • 2. http://www.MedeSpace.net Share what you know, learn what you don’t NB : des faux positifs peuvent survenir lors de la prise d’inducteurs enzymatiques (rifampicine, phénobarbital, hydantoïne…). –Freinagepar Soludécadron : l’absence de freination même partielle est en faveur d’une origine paranéoplasique. D.DIAGNOSTICS DIFFÉRENTIELS  Obésité : n’entraîne pas généralement une augmentation du cortisol libre urinaire.  Syndrome de Cushing iatrogénique par prise (occulte) de corticoïdes : la fonction corticotrope est freinée (cortisol plasmatique et  Hypercortisolismes fonctionnels : Les dépressions sévères l’axe corticotrope et entraîne une élévation modérée du cortisol libre urinaire et/ou un test de freinage « minute » négatif. Sujets éthyliques. Absence de signes cataboliques. La cortisolémie de minuit est normale (discriminante). E.DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE Différencier une maladie de Cushing d’une sécrétion ectopique de corticotrophine : –Approche clinique : la maladie de Cushing touche préférentiellement des femmes jeunes ou d’âge moyen ; la symptomatologie est modérée et évolue progressivement sur plusieurs années. A l’inverse les tumeurs neuro-endocrines extra-hypophysaires entraînent plus volontiers une symptomatologie plus marquée (signes cataboliques) et rapidement évolutive. Une mélanodermie est parfois notée. –Approche paraclinique : Une diminution franche de la cortisolémie lors du test de freinage fort (par la dexaméthasone) est en faveur de la maladie. Une approche en miroir de la sensibilité de la tumeur aux corticoïdes est réalisée par le test à la métopirone (qui inhibe la 11ß-hydroxylase) ⇒ augmentation explosive des stéroïdes en amont (17 hydroxystéroïdes urinaire). Une élévation franche de corticotrophine, après stimulation à la CRH ou par la lysine vasopressine ou la desmopressine, est en faveur de la maladie de Cushing.
  • 3. http://www.MedeSpace.net Share what you know, learn what you don’t

×