Uploaded on

La cellulite cervico-faciale est une infection polymicrobienne du tissu cellulo-adipeux ayant une tendance extensive.

La cellulite cervico-faciale est une infection polymicrobienne du tissu cellulo-adipeux ayant une tendance extensive.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Download Full Ebook :
    http://downloadyfiles.com/howtogetridofcellulitenaturally.html
    Are you sure you want to
    Your message goes here



  • <b>[Comment posted from</b> http://www.medespace.znsoft.fr/readarticle.php?article_id=236]
    Are you sure you want to
    Your message goes here
No Downloads

Views

Total Views
8,903
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
228
Comments
2
Likes
4

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. http://www.MedeSpace.net Share what you know, learn what you don’t
  • 2. Introduction
    • La cellulite cervico-faciale est une infection polymicrobienne du tissu cellulo-adipeux ayant une tendance extensive.
    • le risque lié à la négligence d’une carie dentaire,
  • 3. L’anatomie de la dent
    • La dent est composée de trois
    • couches distinctes couche externe, l’émail,
    • Sous l’émail,
    • il y a la dentine. Sous la dentine,
    • au centre de la dent, se trouve la
    • chambre pulpaire. Cette dernière
    • contient des vaisseaux sanguins
    • et des nerfs Les racines
    • des dents sont placées dans des alvéoles et s’attachent à l’os
    • environnant par le ligament
    • parodontal.
  • 4. Les étiologies des cellulites
    • Facteurs déclenchants:
    • mortification de la pulpe dentaire
    • infection parodontales (infection a rétro)
    • Les péricoronarite(accidents d’erruption de la dent de sagesse)
    • Facteur favorisants:
    • L’age
    • La grossesse
    • Le diabète
    • Sida
    • les traitements immunosuppresseurs.
    • Antibiothérapie mal adaptée
    • Iatrogènes :
    • Chirurgie parodontale
    • Traitement endodontique mal conduit (obturation canalaire par excès ou par manque)
    • Traction orthodontique non contrôlée
    • Certains geste d’implantologie
  • 5. L’évolution de la carie
    • On peut les résumer d'une façon chronologique :
    •  
    • formation de la plaque dentaire sur l’email.
    • - dentinite : attaque de la dentine par les germes. Cette dentinite se traduit cliniquement par le des algies peu intense, spontanées ou provoquées, intermittentes.
    •  
    •  
  • 6.
    • pulpite (inflammation de la pulpe )
    • par présence des cannaux accessoires, la carie de la dentine diffuse rapidement à la pulpe,
    • Entraînant la pulpite aigue algies très vives, provoquées par le froid, le chaud et la mastication, avec irradiation, qui rebelle aux antalgique.
    •  
    • - pulpite chronique : Cliniquement, on observe des douleurs modérées intermittentes.
    •  
  • 7.
    • desmodontite :
    • l'infection peut gagner l'espace ligamentaire.
    • cliniquement
    • algies intenses, lancinantes, permanentes, irradiant peu, avec une impression de dent longue radiologiquemen t on note un élargissement de l'espace desmodontal
    •  
    • Cette desmodontite peut évoluer pour son propre compte vers :
    •  
    • - un abcès parodontal:  
    • gangrène pulpaire : nécrose aseptique y’a plus de signes fonctionnels. La coloration de la couronne dentaire (grise ou brune). Al’ouverture de la cavité une fetide.
    •  
    • nécrose septique (de la pulpe)  :
    • douleur au chaud, calmées par le froid.
    •  
    • - granulome apical :. On note radiologiquement par une petite image radio-claire hémisphérique à bords nets, appendue à l'apex d'une racine.
    •  
  • 8. Classification des cellulites selon le mode évolutif
    • Cellulite aigue :
    • Cellulite séreuse :
    • C’est le stade initial, la forme débutante qui commence à être visible .
    • Aspect clinique on observe : une tuméfaction du visage arrondie avec des limites imprécises effaçant les méplats et comblant les sillons ; un visage déformé ; une peau tendue et érythémateuse ,luisante. - palpation la tuméfaction a une consistance élastique, chaude et douloureuse ,ne prend pas le godet
    • - examen endo-buccal une tuméfaction dure, saillante, comblant le vestibule (en regard de la dent causale) la percussion de la dent causale est très douloureuse
    • signes fonctionnels il y a une gêne dans les mouvements (langue, mimique...) la douleur est spontanée, lancinante et pulsatile
    • Un debut detrismus
    • - signes généraux sont en rapport avec l’intensité de la
    • douleur
  • 9. Cellulite suppurée
    • Signes fonctionnels :
    • douleurs lancinante,pulsatile,continue,irradiante,nocturne
    • une halitose
    • hypersialorhée
    • un trismus d’autant plus serré que la dent est posterieur.
  • 10.
    • Signes généraux :
    • pâleur
    • dysphagie
    • asthénie
    • hyperthermie
    • signes physiques :
    • Tuméfaction bien limités
    • Tissus de recouvrement tendue,parfois rouge
    • douleur a la palpation et le plus souvent le signe de godet est positif.
    • La gencive est soulevée,avec existance ou non d’une poche purulente en regard de la dent causale avec un comblement de vestibule.
  • 11.
    • - Guérison . Elle est conditionnée par un traitement chirurgical (un drainage suffisant)et médicamenteux adapté.
    • - Fistulisation. Si aucun traitement n’est effectué il peut y avoir fistulisation , c’est-à-dire formation d’un canal d’évacuation naturel du pus.. Le patient est soulagé mais il existe de nombreux risques : cellulite chronique avec des signes moins marqués, cellulite diffusée dans une autre loge celluleuse, complications osseuses ,musculaires, articulaires .
    L’évolution :
  • 12. Cellulite gangréneuse ou cellulite diffusée:
    • Diffusion de la tuméfaction cervicale.
    • Il y a destruction tissulaire par nécrose et écoulement de pus brunâtre et nauséabond. Il y a présence de gaz et de crépitations à la palpation. Aspect clinique - signes physiques locaux ce sont les mêmes que ceux de la cellulite suppurée on retrouve en plus des bruits aériques (crépitations) à la palpation - signes généraux ils sont moins importants que ceux de la cellulite suppurée
  • 13. Cellulite subaigue et chronique:
    • Collection subaigue sous cutanée
    • etiologie : Il y 2 étiologies possibles : - il y a des germes persistants à faible virulence, anaérobies à Gram négatif
    • drainage incomplet
    • persistance du foyer dentaire causal
    • le traitement est insuffisant (effectué suite à la cellulite aiguë suppurée)
    • antibiothérapie mal adaptée
  • 14. Fistule chronique granulome apicale responsable
    • Aspect clinique
    • - signes physiques on observe un nodule sous-cutané avec un relief irrégulier (arrondi ou ovalaire) ; il est plus ou moins adhérent et plus ou moins dur
    • la palpation est indolore, il y a absence de chaleur - signes généraux et fonctionnels inexistants
    • Evolution
    • Il peut y avoir extension vers les espaces cellulaires voisins. Il peut y avoir réchauffement lors d’un traumatisme local ou lors du réveil du foyer dentaire ou péri-dentaire causal ( = phase aiguë). Il peut y avoir fistulisation.
  • 15. Forme spécifique
    • Cellulite actinomycosique :
    • on réalise une ponction on obtient un pus contenant des grains jaunes. Lors d’une mise en culture l’espèce la plus typique retrouvée est l’Actinomyces israeli .
    • C’est une bactérie saprophyte de la cavité buccale qui est une anaérobie stricte à Gram négatif.
    • Aspect clinique
    • On observe des tuméfactions sous-cutanées qui ressemblent à des mamelons avec des fistules et du pus.
    • La localisation est la plus souvent cervico-faciale (angle mandibulaire).
  • 16. A suivre…………..
    • Le traitement doit être précoce. Le pronostic est généralement bon, mais l’affection peut être fatale en cas de négligence ou de traitement insuffisant par extension rapide vers le médiastin le cerveau.
    L’utilisation isolée d’anti-inflammatoire semble être un facteur favorisant la prolifération et la virulence des germes.
  • 17. Bibliographie
    • Les EMC (odontologie stomatologie)
    • Traité et simiologie et clinique odonto stomatologie
    • Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie.
    • Site de la sociuété francophone de medecine buccale et chirurgie buccale
    • www.med.univ-rennes1.fr
  • 18.