Your SlideShare is downloading. ×
0
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Histoire du courrier
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Histoire du courrier

735

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
735
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Les Egyptiens sont les premiers à avoir organisé un système postal régulier.Les décisions et les ordres du pharaon étaient inscrits sur des papyrus que des messagers portaient,par la route ou par voie fluviale, dans tout l’empire.La dynastie des Ptolémée, qui régna entre 305 et 30 av. JC, instaura un service journalier demessagers. La poste rapide resta néanmoins réservée aux pharaons et le peuple dut se contenterd’une distribution plus lente, puisque les lettres et les colis étaient transportés à dos d’ânes ou dechameaux.
  • 2. Papyrus égyptiens
  • 3. Au Moyen Age, outre le roi qui a ses propres messagers, toutes les grandes villes européennespossèdent leurs messagers municipaux chargés de distribuer le courrier des magistrats et des hautsdignitaires. Les particuliers peuvent faire appel à eux, mais les tarifs, calculés en fonction de ladistance et du temps de parcours, restent onéreux.Les monastères ont également leurs porteurs, tout comme les universités et les marchands quiobtiennent ainsi des informations économiques et se tiennent au courant des foires.Tous ces messagers se déplacent à cheval et effectuent jusqu’à 35 km par jour. Ils sont toujoursarmés ou accompagnés d’un chien de garde car les bandits rôdent sur les routes médiévales.
  • 4. Les chevaucheurs de Louis XI.Louis XI régna entre 1461 et 1483, il voulait correspondre facilement avec les royaumesvoisins. Il fit installer des relais de chevaux le long des routes de Flandre, Bretagne, Bourgogneet Provence, afin que les chevaucheurs courant la poste du roi puissent changer de monture etcontinuer leur route.Les relais de poste étaient distants de 7 lieues, soit 28 km, d’où les fameuses bottes de septlieues qui inspirèrent Charles Perrault… Ce système s’affina au fil des ans pour que ladistribution du courrier soit régulière, mais il resta longtemps un service exclusif du roi.
  • 5. Ci-dessous, une malle-poste qui s’arrêtait dans des relaisde poste signalés par des enseignes. Là, attendaient deschevaux frais pour relayer ceux qui arrivaient, fourbus.
  • 6. Ancien relais de poste transformé en hôtel à Arbois
  • 7. La fin des indiscrétionsLe courrier était souvent ouvert et lu sans vergogne. Durant l’Ancien Régime, le cabinet noir oubureau du secret, qui rassemblait des espions au service du roi, ne se privait pas pourintercepter les lettres.La Révolution comptait bien mettre fin à cette pratique et, le 30.9.1791, l’article 32 du codepénal interdit l’ouverture du courrier et condamne l’auteur de ce crime à une peine dedégradation civique, voire à 2 ans d’emprisonnement.
  • 8. Boîtes aux lettres et facteursAu XVIIe siècle, seuls les Londoniens peuvent se targuer d’avoir une distribution de courrier à domicile.Paris a bien tenté, en 1653, d’instaurer ce service, mais en vain. Pour obtenir son courrier ou en envoyer, ilfaut donc se rendre dans un bureau postal ou déposer son pli dans une boîte aux lettres.Un service de distribution à domicile va progressivement se mettre en place au cours du XVIIIe siècle, tandisque dans les campagnes, il faudra attendre 1829 pour que le facteur frappe à la porte, d’abord tous les 2 jourspuis quotidiennement. Aujourd’hui, on dénombre quelques 100.000 facteurs en France, 47% d’entre euxdistribuent le courrier en voiture, 30% à vélo, 15% en vélomoteur et 8% à pied. A eux tous, ils parcourentchaque jour l’équivalent de 50 fois le tour de la Terre !
  • 9. A partir de 1830, un service rural est créé.Les facteurs sont à pied etparcourent entre 27 et 40 km/jour.
  • 10. Correspondance sous enveloppeLes premières enveloppes de correspondance, réalisées à la main, sont apparues en France auXVIIe siècle. Cependant, elles ne rencontrent pas un franc succès car le tarif du courrier sousenveloppe est plus cher que les autres. La majorité des personnes continuent à plier leur lettre enquatre et à la sceller avec un cachet de cire. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que lafabrication devint industrielle et que son utilisation se généralisa petit à petit.
  • 11. Les boules de MoulinsEn 1870, les Français iront même jusqu’à utiliser le cours de la Seine pour envoyer de la correspondance dans desrécipients étanches.Fabriquées à Moulins, les boules en zinc, inoxydable à l’eau, fermées aux 2 extrémités par un couvercle soudémunis de 12 ailettes en métal leur permettant de tourner sur elles-mêmes, comme une roue à aubes, sont enfermées400 à 600 lettres à destination de Paris.Elles ne furent retrouvées qu’en 1942 lors de travaux dans le lit de la Seine près de Melun. Ce sont 55 boulescontenant de 400 à 600 plis affranchis à 1 franc et pesant moins de 20 g, qui furent immergées dans la Seine enamont de Paris du 4 au 28.1.1871.
  • 12. En 1870, la guerre franco-prussienne fait rage. Durant les 136 jours du siège de Paris, sur les 65ballons qui quittèrent le sol de la capitale, 47 sont affrétés par l’administration des Postes. Lesconsignes étaient strictes et les lettres envoyées par les airs ne pouvaient pas dépasser 4 g. Pendant lesiège, 3 ballons tombèrent aux mains des Prussiens, 2 autres sombrèrent dans la mer entrainant la mortde leurs pilotes. Un dernier aérostat atterrit de manière bien involontaire en Norvège à 1.250 km deParis ! Les aérostiers sont généralement choisis parmi les marins des forts en raison de leur habitudede la mer.En tout, ce sont plus de 2.500.000 lettres qui furent ainsi acheminées soit plus de 11 tonnes decourrier.
  • 13. Les facteurs utilisent tous les moyens de locomotion, avec pour seul objectif que le courrier arrive par tous lestemps, malgré les difficultés et la distance. Comme un juste retour des choses, des cartes postales ont montré lesfacteurs dans toutes les situations et postures.
  • 14. Les pigeons ont été utilisés comme moyen de communication par les Français pendant laguerre franco-allemande de 1870 et la Première Guerre mondiale.
  • 15. Les facteurs ruraux portent un costume qui se composed’une blouse bleue et d’un col écarlate. A cela s’ajoute,comme le préconise l’administration dans une circulairede 1835 qui fixe les détails du costume : Un chapeau ronden feutre verni .En 1926, la blouse s’efface pour laisser la place au vestonà deux rangées de boutons métalliques dont les revers fontressortir la cravate. La Poste ne parle alors plus de sous-agents mais d’employés.
  • 16. Facteur landais sur ses échasses.Une femme facteur.
  • 17. L’évolution des costumes.
  • 18. La première carte de vœux apparaît en 1843.
  • 19. La naissance du timbre-poste.Pendant des siècles, c’était le destinataire qui payait les frais d’acheminement.En 1840, l’Angleterre créa le premier timbre mais en France, il fallut attendre 1849 pour en voirle premier spécimen qui représentait le profil de Cérès, la déesse de l’agriculture.1ertimbre
  • 20. Un bureau téléphonique parisien au XIXe siècle qui est l’ère du développement de la communication.Il était donc naturel que ce secteur soit pris en charge par la poste.
  • 21. Le 4.8.1914, la France déclare officiellement laguerre à l’Allemagne. Des millions d’hommesseront mobilisés. Le courrier va ardemmentcontribuer à soutenir le moral des troupesengluées dans l’horreur des tranchées.Dès le début du conflit, le gouvernement accordeune franchise postale à tous les soldats. Ils vontlargement user de ce droit. Toutefois, la censureveille et contrôle tous les propos jugés défaitistesou contraires à l’intérêt de la Nation en guerre.Un bureau centralisateur militaire (BCM) est crééà Paris, puis d’autres à Lyon et à Marseille.
  • 22. Les 15.000 facteurs vont répondre à l’appel. Ils sont mobilisés et servent notamment dans la télégraphie militaire ainsi qu’auxservices de la trésorerie et des Postes aux Armées.Le 28.9.1915, l’administration, qui manque cruellement de bras, décide de faire appel aux femmes, temporairement. Mais unefois démobilisés, les facteurs revenus du front reprendront leur place tandis que les disparus seront remplacés par des hommes,jugés à l’époque, plus aptes à assurer un métier physiquement difficile.
  • 23. Dès 1849, les facteurs sont autorisés à distribuer, au moment des étrennes, un almanach. Ce calendrier prend forme en1850 et n’a guère changé. Il comporte des renseignements généraux sur la Poste et plus spécifiquement le département.
  • 24. La Poste Centrale située rue du Louvre a été achevée en 1886. Ce lieu a la particularité dêtre le seul bureau de postefrançais à être ouvert presque 24 h sur 24, tout au long de lannée, à lexception du créneau allantde 6 h à 7h 30 du matin, réservé à des opérations informatiques de maintenance et de sauvegarde.
  • 25. Pour le courrier dans les zones rurales étendues, des petites camionnettes ou des motos légèressillonnent les routes. Dans les villes, ce sont encore à vélo ou à pied.
  • 26. Le facteur Ferdinand Cheval, faisait sa tournée pédestrequotidienne de 32 km. Un jour, il trébucha sur une pierre et laramassa attiré par sa forme. Chaque jour, il continua à collecter despierres différentes. Devenant son propre architecte, il construisit,entre 1879 et 1912, son Palais idéal dont la folie minérale exprimel’influence de tous les pays et de toutes les époques.Considéré aujourd’hui comme un chef-d’œuvre de l’architecturenaïve, le Palais idéal et le tombeau du facteur Cheval, à Hauterivesdans la Drôme, sont tous les deux classés au titre des monumentshistoriques.
  • 27. Il y aurait beaucoup à écrire encore sur les services de la Poste liés à la communication : letélégraphe, les pneus, le téléphone, la Caisse d’Epargne (1881). Puis, elle ajoute un servicebancaire (1918) et son évolution avec les outils modernes est constante.Ce diaporama se terminera par un service original créé en 1962 spécialement pour le courrieradressé au Père Noël. Dès 1963, ce sont plus de 18.000 lettres adressées à son nom qui setrouvent centralisées à son secrétariat, installé depuis 1967 à Livourne. Aujourd’hui, 60secrétaires répondent à plus de 1,4 millions de missives et 200.000 courriers électroniques enprovenance de 127 pays. Au fil des années, le Père Noël est devenu polyglotte…
  • 28. FIN

×