• Like
Afrique   problematique urbanisation afrique subsaha a koffi
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Afrique problematique urbanisation afrique subsaha a koffi

  • 4,468 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
4,468
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
75
Comments
1
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE Union-Discipline-Travail PROBLEMATIQUE DE L’URBANISATION ET LES DEFIS DE LA GESTION MUNICIPALE EN AFRIQUE OCCIDENTALE ET CENTRALE Dr. ATTAHI Koffi BNETD PGUBureau National d’Etudes Programme de GestionTechniques et de Développement Urbaine 04 BP 945 Abidjan 04, Côte d’Ivoire Tel: (225) 22-48-76-73 / 22 -48-54-30 Fax : (225) 22-48-76-7312 Octobre 2001
  • 2. Introduction ème A partir de la 2 guerre mondiale et suite à la forte pression migratoire, l’AfriqueOccidentale a connu une croissance démographique et une urbanisation sans précédent.Malheureusement, cette urbanisation accélérée ne s’est pas accompagnée d’une croissanceéconomique soutenue. Aujourd’hui, les grandes ville de la région présentent des bases économiques fragilesstagnantes, dominées par les acteurs du secteur informel. Leurs systèmes de gouvernance sontfaibles et les services urbains sont obsolètes et ne desservent qu’une partie de la populationrésidente. Les vagues de démocratisation et de décentralisation qui traversent la région depuis ledébut des années 80 ont crée beaucoup d’espoir et surtout beaucoup d’opportunités pour unemeilleure gouvernance et gestion des villes. Cette présentation se propose de faire le point sur l’urbanisation et ses principauxproblèmes avant d’identifier les nouveaux défis de la gouvernance et la gestion urbaines.SECTION I. Urbanisation et métroplisation en Afrique de l’Ouest1.1. Les caractéristiques de l’urbanisation Cette partie s’appuie essentiellement sur les données et les conclusions de l’étude sur lesperspectives à long terme en Afrique de l’Ouest (WALTPS) pilotée par Cynergie, le club duSahel et le Comité Inter-Africain de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS). Depuis lafin de la seconde guerre mondiale, l’Afrique de l’Ouest a connu une croissancedémographique sans précédent qui a induit : - une restructuration du peuplement régional ; - une recomposition de l’espace économique ; - une urbanisation accélérée, caractérisée par une primatialité et une métropolisation affirmées.1.1.1. Une croissance démographique sans précédent L’Afrique au Sud du Sahara et singulièrement l’Afrique de l’Ouest après une longuepériode de stagnation connaît une forte croissance démographique depuis la deuxième guerremondiale. Cette croissance démographique est le fruit des années d’efforts entrepris pouraméliorer les conditions sanitaires et surtout éradiquer les grandes endémies. Depuis le début de cette période, la région enregistre un taux de croissancedémographique d’environ 3% par an. Ce taux de croissance soutenue a fait passer lapopulation de la région d quarante (40) millions en 1930 à quatre vingt cinq (85) en 1960 à edeux cent quinze (215) millions en 1990. En l’an 2020, la région compterait au moins quatrecent trente (430) millions d’habitants. Ce boom démographique s’est développé en même temps que l’ouverture de l’Afriqueau marché mondial. Dans la région d’étude, la mise en œuvre des politiques dedéveloppement économique et d’aménagement du territoire a accéléré les mouvements depopulation. 2
  • 3. 1.1.2. Une urbanisation accélérée, caractérisée par une primatialité et une métropolisation affirmées Le développement spectaculaire des villes en Afrique Occidentale est le fait le plusmarquant depuis les années 1960. En effet la proportion d’urbains est passée de 14% à 40%entre 1960 et 1990 alors que le nombre d’urbains passait de 12 à 75 millions à la mêmepériode. L’histoire de l’urbanisation retient deux (2) périodes distinctes selon le rythme : • la période de l’après-guerre à 1990 C’est la période de l’explosion urbaine avec un taux moyen de croissance urbaine de8% l’an. Cette urbanisation est d’abord le fait des économies riches comme celle du Nigeriaavec son boom pétrolier et celle de la Côte d’Ivoire avec sa réussite agricole qui, ont vu laproportion de leur population urbaine passer respectivement de 15 à 49% et 17 à 47% entre1960 et 1990. • la période de 1990 à 2000 Cette période est marquée par le ralentissement du rythme d’urbanisation. En effet, letaux moyen de croissance urbaine est passé de 8% à 4,5% principalement à cause de la criseéconomique et surtout du tassement du bassin de migrants ruraux. Ces derniers nereprésentent que le 1/3 de l’accroissement total de la population urbaine. Ce phénomène d’urbanisation a fait apparaître un réseau diversifié de villes. En effet,tandis que la popula tion urbaine a été multipliée par 6,5, le nombre de villes de plus de 100000 habitants est passé de 12 à 90 et celui de centres semi urbains de 5 000 habitants de 600 à -3 000 entre 1960 et 1990. Au niveau national, la distribution rang / taille fait apparaître le phénomèneprimatialité accentué. Au sein des grandes villes, les quelques villes côtières qui ont suimposer leur rôle de « tête de pont » pour l’intégration au marché régional et globals’affirment comme de véritables métropoles. Dakar, Abidjan, Douala qui dominentd’importants maillages régionaux, deviendront à l’horizon 2020 de véritables mégalopoles àcôté de Lagos, la seule mégalopole actuelle de la région. L’ampleur de l’urbanisation est tellequ’elle a enclenché une restructuration du peuplement régional. Une restructuration du peuplement régional Avec les changements introduits dans le nouvel espace économique en formation parl’introduction des cultures de rente principalement dans le Sud forestier et les activitésmanufacturières et de distribution dans les centres urbains, les mouvements migratoires initiéspar les travaux forcés vont s’amplifier. Les trois (3) principaux courants migratoires suivantsont été identifiés : - le courant international des pays du Nord sahélien vers les pays du Sud forestier ; - le courant de l’intérieur de la zone vers les zones côtières ; - le courant des campagnes vers les centres urbains. On distingue quatre (4) grandes zones dans lesquelles les dynamiques de peuplementamorcées, se sont affirmées entre 1960 et 1990 : - la zone 1 rassemble les principaux pôles de croissance urbaine des pays côtiers et leur arrière-pays immédiats. Cette zone d’immigration qui a connu la plus forte croissance démographique entre 1960 et 1990 accueille 41% de la population régionale sur 8% 3
  • 4. de la superficie totale. C’est la zone la plus diversifiée avec 124 habitants/km2 et la plus urbanisée avec un taux de 55% en 1990 ; - la zone 2 rassemble le reste de l’espace proche des côtes avec 28% de la population sur 55% de la superficie régio nale. C’est une zone d ‘émigration peu peuplée et peu urbanisée ; - la zone 3 correspond approximativement aux pôles de peuplement denses et aux parties les plus dynamiques des pays sahéliens. Elle regroupe 25% de la population sur 13% du territoire. Cette zone qui abrite les villes de Bamako, Ouagadougou, Niamey et les grandes villes du Nord du Nigeria, est plus urbanisée que la zone 2. Elle n’en demeure pas moins une zone d’émigration ; - la zone 4, qui couvre le reste de l’espace sahélien constitue l’un des principaux foyers d’émigration à cause de son potentiel de croissance économique très limité. Ce découpage met en évidence la forte attraction exercée par la zone 1. En effet, cettezone côtière attire à la fois les populations des zones moins dynamiques des pays côtiers etcelles des pays sahéliens.Une réorganisation de l’espace économique régional L’étude du WALTPS a noté une forte corrélation entre la densité de population rurale,la productivité agricole et la proximité des marchés urbains. Au niveau régional, cette étude amis en évidence l’émergence de quatre (4) aires d’influence dominées par les grandesmétropoles côtières qui favorisent leur intégration à l’économie mondiale : - l’aire Nord gravitant autour de Dakar couvrant le Sénégal, la Ga mbie et le Sud de la Mauritanie ; - l’aire occidentale , sous influence d’Abidjan ne dessert effectivement que le Mali et le Burkina Faso ; - l’aire centrale dominée par la ville de Lagos couvre le Nigeria, le Bénin, le Niger et les parties occidentales du Cameroun et Tchad. En fait, Lagos anime aussi les échanges au sein du «corridor d’urbanisation accélérée » composé d’un chapelet de villes côtières allant d’Abidjan à Port Harcourt, contrebalançant ainsi le poids d’Abidjan dans la zone centrale ; - la région orientale dominée par Douala et son port couvre outre son arrière -pays camerounais, une partie du Tchad et de la République Centrafricaine. On réalise que hormis Lagos qui s’affirme comme une véritable métropole régionale, lesgrandes métropoles côtières que sont Dakar, Abidjan et Douala ambitionnent de polariser lesaires dont les activités économiques demeurent encore sous-intégrées. Ce faible niveaud’intégration des aires et de la région est dû au poids du passé colonial, à la faibleharmonisation des politiques d’aménagement du territoire et des réglementations restrictivesde circulation des biens et des hommes. 4
  • 5. 1.2. Caractéristiques de quelques métropoles de la région Les trois (3) villes côtières d’Abidjan, Dakar et Douala sont localisées dans la premièrezone de peuplement, celle des pôles de croissance urbaine rapide des pays côtiers. Quant auxdeux (2) villes sahéliennes de Bamako et Ouagadougou, elles font partie de la zone depeuplement N°3 couvrant à la fois les zones de peuplement dense des parties les plusdynamiques des pays sahéliens. A l’image de toute la région, leur croissance a observé une phase d’accélération entre1950 et 1990 avec un taux moyen de 8% l’an et une phase de décélération à partir de 1990avec un taux moyen d’environ 3,5% l’an. La ville d’Abidjan compte actuellement environ 3250 000 habitants agglomérés sur un espace de 627 km2 (0,18% du territoire national)représentant 19% de la population totale du pays et 40% de sa population urbaine. La ville deDakar occupe une superficie de 550 km2 (0,3% du territoire sénégalais) pour une populationd’environ 2 600 000 habitants soit 50% de la population urbaine du Sénégal. Quant à Ouagadougou, elle ne compterait que 1 200 000 habitants représentant 40%de la population urbaine du pays. Avec 9,4% (1999), elle a le taux de croissance urbaine leplus élevé des villes capitales de la région suivie de Nouakchott. Bamako compterait la mêmepopulation soit 12 00 000 habitants regroupés sur une superficie de 267 km2. La ville deDouala regrouperait environ 1700 000 habitants. La population résidente de ces villes est jeune avec respectivement 50% et 55% demoins de 20 ans à Dakar et Bamako, et 41,6% de moins de 15 ans et 2% de plus de 55 ans àAbidjan. A l’exception d’Abidjan la cosmopolite, la population résidente est assez homogèneavec une représentation des nationaux variant de 85 à 90%. A Dakar par exemple, 85% de lapopulation est de nationalité sénégalaise, 32% de cette population résidente est née en dehorsde la ville. A Abidjan, 45% de la population résidente est d’origine étrangère. Cette fortereprésentation des étrangers et les pratiques d’exclusion socio-économiques ont attisé lestensions sociales. Enfin la ville de Dakar concentre 87% de l’emploi structuré contre 75% àAbidjan, 70% à Douala, 60% à Bamako et Ouagadougou.SECTION II. Problèmes de la croissance urbaine en Afrique de l’Ouest2.1. Les problèmes majeurs Les problèmes engendrés par la croissance urbaine sont multiples, mais pour les finsde l’analyse, nous les avons regroupés en trois (3) catégories : - ceux associés à la dégradation accélérée de l’environnement ; - ceux liés à la montée de la pauvreté ; - ceux liés aux facteurs socio-politiques.2.1.1. Une dégradation accélérée de l’environnement urbain La démarche retenue pour introduire l’analyse de l’environnement s’articule autour dedeux (2) axes : - une approche fonctionnelle qui privilégie le fonctionnement interne de la ville et les questions liées à la gestion environnementale au sens strict (l’agenda brun, etc.) ; - une approche anticipative qui aborde l’impact du développement et du fonctionnement de la ville sur l’environnement régional et ses ressources naturelles. 5
  • 6. 2.1.1.1 Les problèmes liés à la croissance et au fonctionnement interne de la ville Nous avons retenu les cinq (5) problèmes majeurs partagés par ces métropoles. • la difficile maîtrise de la croissance urbaine Une des caractéristiques majeures du développement des grandes métropoles reste l’urbanisation spontanée. En effet, partout les quartie rs d’habitat spontanés continuent à s’étendre soit dans les zones périphériques soit dans les zones à développement différé ou non constructibles isolées par la croissance spatiale. Les quartiers spontanés abritent plus de 40% de la population résidente à Bamako et 20% à Abidjan. L’habitat spontané s’est développé sous différentes formes, tantôt de façon trèsanarchique (ruelles étroites et tortueuses, tantôt selon une trame régulière et bien desservie pardes rues de 5 à 6 mètres de large. De nombreux espaces non urbanisés correspondent à desaccidents de relief, principalement des vallées de rivières, des zones basses inondablesentravent la circulation. A l’habitat spontané, il faut aussi associer l’habitat de type « villageois » constitué parles nombreux noyaux villageois rattrapés par l’urbanisation qui restent sous-équipés et sous -intégrés. • l’insuffisance de l’assainissement des quartiers Le drainage des eaux, des pluies est défaillant. Les villes ont fait un effortd’équipement en réseau de drai age des eaux pluviales notamment dans les centres villes ndotées d’un réseau hérité de la colonisation et dans les zones d’habitat collectif planifié. Ainsi,Bamako dispose d’un réseau de 400km alors que Ouagadougou ne dispose que 165,56 kmdont 49,5% en terre, 39,6% revêtus et 10 ,9% revêtus et dallés.La proportion de ménages raccordés au réseau public d’assainissement reste faible, en effet,elle est 25% à Abidjan, 15% à Dakar, 10% à Conakry, 4% à Nouakchott, 2% à Bamako, 1% àCotonou et 0% à Ouagadougou (PNUD, 1999). Malheureusement, en l’absence de maintenance systématique (réparation et curage) dûà la faiblesse des moyens matériels et financiers déployés, le réseau est obstrué. A cet égard,les autres villes partagent les caractéristiques et effets du mauvais fonctionnement du réseaude Doubla ci- dessous mentionnés (YANGO. J. 1994 : 39). « - A l’amont des bassins au niveau des voiries, un envahissement et un encombrement fréquent des réseaux, soit par les ordures ménagères, du sable ou des gravats, soit par des remblais ou de la végétation arrachés par l ‘érosion de surface, qui obstruent les lits mineurs ; - un état peu enviable des canalisations enterrées ou semi enterrées qui, du fait de manque de pièges à sable destinés à empêcher les fines pa rticules d’accéder dans les buses, conduit à leur obstruction progressive ; - des ensablements particulièrement marqués, favorisés notamment par des pertes de charges résultant de la présence de nombreux accidents de topographie ; 6
  • 7. - une anthropisation accélérée du milieu urbain caractérisée par un accroissement des surfaces imperméables et une diminution de la couverture végétale entraînant de fait une augmentation significative des écoulements de surface ». Face au sous-dimensionnement à l’insuffisance et aux mauvais fonctionnement duréseau de drainage des villes comme Douala qui reçoit en moyenne 4 200 mm deprécipitations annuelles pour 250 jours de pluies, connaissent les assauts répétés et redoutésdes inondations annuelles et leurs cortèges de drames humains. Le réseau d’assainissement des eaux usées domestiques et industrielles est égalementinsuffisant et défectueux. Ce réseau diversifié utilise les types d’assainissement suivants : - réseaux d’égout dans les quartiers anciens et les zones d’opérations immobilières groupées ; - fosses septiques et fosses étanches dans les zones d’habitat de « cour » ; - puisards et latrines dans les noyaux villageois et d’habitat spontané. A Ouagadougou, 75% de la population utilisent les latrines traditionnelles, 7% de cette même population ne dispose pas d’installation sanitaire, 200 000 m3 de matières de vidanges et 600 000 m3 d’effluents industriels sont rejetés sans traitement dans le milieu naturel annuellement. Enfin face à la menace du péril fécal, certaines villes se sont dotées d’outils techniques et réglementaires. C’est le cas d’Abidjan avec son schéma directeur d’assainissement et de Ouagadougou avec son plan stratégique d’assainissement (PSAO). Certaines dispositions des codes nationaux de l’eau (en Côte d’ivoire) et de l’environnement régissent les secteurs de l’hydraulique urbaine, de l’environnement et du cadre de vie. • La crise des déchets urbains Aujourd’hui, toutes les villes de l’étude font face à une crise sans précédent de lagestion des ordures ménagères. Les niveaux de collecte et de mise en décharge atteignentrarement 50% des déchets produits. Après des essais infructueux de gestion du service decollecte en régie, aujourd’hui deux formes de gestion existent. A Bamako, la pré-collecte estconfiée à 60 groupements d’intérêts économiques formés par des jeunes déscolarisés et leDistrict se réserve les activités de transfert à la décharge. Ailleurs, le secteur privé est présent sur toute la chaîne, malheureusement lesadministrations métropolitaines sevrées financièrement par l’Etat depuis le début de la criseéconomique n’arrivent pas s’acquitter régulièrement des 200 à 300 millions de redevancesmensuelles d’Abidjan et Douala. Après la privatisation des services, la recherche de mode de financement fiable dusystème devrait orienter les énergies. En effet, la présente taxe d’enlèvement des orduresménagères couvre à peine le 10ème des charges de service à Abidjan et à Dakar. Un comitéinterministériel a été mis en place récemment à Abidjan pour proposer un nouveau mode definancement. • Des entraves à l’accessibilité La voirie est inadéquate dans toutes les grandes métropoles hormis Abidjan quidispose d’un réseau plus fourni et moins dégradé. En effet, alors que Ouagadougou ne disposeque de 432 km de voirie dont 73 km soit 16,89% de voies bitumées, le réseau global de voiried’Abidjan comporte 2042 km de voie dont 1484 km soit 72,67% sont bitumées. 7
  • 8. Néanmoins la répartition des voies bitumées et non bitumées fait apparaître de fortesdisparités entre les communes. Les quartiers d’affaires et ceux situés dans les voisinagesimmédiats sont entièrement bitumés ou ont une grande proportion de leurs rues bitumées. Lesquartiers les plus défavorisés sont ceux où les voies en terre sont majoritaires et le bitumagetrès en retard. Ces voies en terre poussiéreuses en saison sèche deviennent boueuses à chaquepluie. A Ouagadougou et Bamako, la présence fréquente de «dos d’âne » obligeant lesconducteurs à réduire leur vitesse et à observer la prudence dans les zones d’habitat densifié etl’épandage régulier des eaux usées de ménage sur la voie sont surtout des stratégies localesvisant à réduire la montée de la poussière. Les conséquences sanitaires du sous-développement de la voirie sont importantes. Lamauvaise évacuation des eaux et l’entassement des ordures ménagères favorisés par l’accèsdifficile des camions aux ordures ménagères aggravent l’insalubrité et le développement desmaladies d’origine hydrique en saison des pluies. En saison sèche, la montée de la poussièrefavorise quant à elle la propagation des maladies respiratoires. Les deux derniers traits des entraves à l’accessibilité sont l’encombrement des voies etles difficultés de circulation. En effet, la prolifération des activités du secteur informel et lelaxisme dans l’application des textes réglementant l’utilisation du domaine public ont abouti àune colonisation des trottoirs et des parties de voies par les activités commerciales.L’encombrement des voies s’est surtout développé dans le voisinage des grands marchés etdes gares routières. Devant l’inefficacité des opérations périodiques de déguerpissement, les maires descommunes d’Abidjan ont entrepris la construction de grands marchés. A Ouagadougou, lamairie met en œuvre un programme ambitieux de construction de centres commerciaux dequartiers et d’aménagement de kiosques sur une partie du trottoir des grands axes. A partir de 1994, année du début de l’importation des véhicules d’occasion enprovenance d’Europe, on a assisté à une explosion du parc automobile des grandesmétropoles. Les embouteillages monstres bloquant l’entrée et la sortie du centre d’affairessont devenus fréquents aux heures de point. A Abidjan par exemple entre 1996 et 1998, lenombre de véhicules est passé de 137 000 unités à 175 000 unités, soit une croissanceannuelle d’environ 26% alors que le réseau de voies enregistrait une croissance presque nulle. Malgré le réaménagement, l’autorisation d’importation des véhicules d’occasion quiinterdit l’importation des véhicules âgés de plus de sept (7) ans depuis 1998, la croissance desnouvelles immatriculations qui se situe autour de 9% par an, est encore trop élevée pour lacapacité d’absorption de la ville (Marchés tropicaux et Méditerranéens, Décembre 1998, p.46). Les difficultés de circulation sont localement aggravées par l’indiscipline et les arrêtsintempestifs des taxis communaux et les taxis-motos. • Un cadre de vie de qualité médiocre Depuis le début de la crise économique, les activités du secteur informel ont envahi lestrottoirs des zones d’habitat populaire. Ainsi , les travaux de modifications de la partie deslogements donnant sur la rue permettent d’aménager soit une boutique, soit un salon decoiffure, soit un atelier de couture. Les kiosques provisoirement aménagés devant les 8
  • 9. habitations abritent tantôt le commerce des fruits et légumes, tantôt celui des beignets, tantôtcelui de la location des téléphones portables, tantôt celui de la petite restauration. Toutes cesconstructions et leurs activités affectent l’harmonie des espaces et créent la pollution visuelle. Faute d’entretien les jardins de quartier laissés à l’abandon sont devenus très vite desfiches urbaines et des repères favoris des petits délinquants. Enfin la pollution sonore issu du ebruit des hauts parleurs des restaurants et « maquis » populaires et des lieux de culte qui necessent de coloniser les salles de cinéma et les vidéos -clubs achèvent le tableau de lamédiocrité du cadre de vie. Face à cette dégradation du cadre de vie, les Maires ont initié quelques actionssalvatrices. Ainsi à Ouagadougou, l’aménagement des jardins de quartiers désignésaffectueusement « les jardins du Maire » a connu un franc succès. A Abidjan, le programmede rénovation des jardins de la ville et d construction de nouveaux jardins sur le front elagunaire a malheureusement été arrêté par la crise. A Ouagadougou et à Bamako,l’aménagement de mausolées et de monuments dans les principaux ronds-points a donné uncachet particulier aux quartiers et aussi réconcilié les villes avec leur histoire.2.1.1.2. Problèmes liés à l’impact du développement urbain sur l’environnement local etles ressources naturelles Deux (2) problèmes majeurs ont été identifiés ; - la dégradation de l’environnement régional immédiat des villes par la création d’espaces péri-urbains ; - la prédation incontrôlée des ressources à stock ou renouvellement limité. Un des facteurs importants de la dégradation de l’environnement régional immédiat desmétropoles africaines est la création d’espaces péri-urbains. Ces espaces, mélanges de vieurbaine et rurale sont induits par un mode d’extension spatiale mis en place en deux (2)étapes : « une avancée de formes anarchiques d’installations humaines en symbioseéconomique avec la ville puis une densification de ces espaces » (TA THU Thuy ; 1993 : 13). Ces formes d’occupation du sol sous influence urbaine, ni vraiment urbaines, ni vraimentrurales, échappent à toute réglementation et à tout contrôle. C’est dans ces conditions que lesautorités coutumières supposées détentrices des « droits » sur ces terrains procèdent à deslotissements et à des ventes de parcelles. Après l’ouverture de quelques voies, à l’initiativedes occupants les sociétés concessionnaires des réseaux d’eau et d’électricité viennentéventuellement effectuer un équipement sommaire de raccordement aux réseaux. La croissance anarchique des zones péri-urbaines des grandes métropoles constitue unedes faiblesses de la planification urbaine dans la région. La maîtrise du développeme nt péri-urbain constitue donc un des défis importants de la gouvernance métropolitaine. Le système de prédation anarchique des ressources naturelles de la région d’influencede la ville commence à montrer ses effets. En effet à Abidjan, Bamako, Dakar etOuagadougou, le front de fabrication du charbon de bois et de coupe de bois de chauffe qui sesitue approximativement à 80 km de la ville. L’éloignement de la ressource de la ville affectele prix de revient qui a connu une augmentation régulière ces dernières années à la suite de lasuppression de la subvention du prix du carburant. Il témoigne surtout de la dégradationaccélérée des ressources naturelles pour des fins de reproduction de la ville. 9
  • 10. Les mesures anticipatrices de réglementation de l’exploitation des carrières de sable etde graviers ont préservé les sites d’urbanisation à Abidjan, néanmoins elles ont renchéri lescoûts de revient des matériaux de construction. Pour les métropoles du Sahel comme Ouagadougou la gestion de l’eau constitue unegrande préoccupation à cause de la pénurie et des besoins élevés dans la zone aussi bien pourla consommation humaine, que pour l’industrie, les activités, l ‘élevage et l’agriculture(maraîchage). Bien que la mobilisation et la gestion des ressources en eau sont assurées parl’Etat, la ville s’implique de plus en plus dans le suivi des projets.2.1.2. Pauvreté urbaine croissante dans un environnement économique morose L’étude de la pauvreté urbaine commence par une évaluation de l’environnementéconomique urbain avant d’analyser l’accès aux services urbains de base et la désintégrationet l’exclusion sociale. • Un environnement économique urbain en constante dégradation L’environnement économique urbain demeure toujours morose dans la région. En effetdepuis le début des années 1990, le modèle de fonctionnement des économies a été déstabilisépar la conjonction de deux (2) facteurs importants que sont : l’appauvrissement des Etats suiteà la chute des prix des matières premières et leur retrait forcé des activités de production à lasuite du discrédit causé par la faillite des entreprises publiques. L’application des mesures d’assainissement proposée par les programmesd’ajustement structurels a permis la privatisation des entreprises publiques du secteu rproductif et le renforcement de leur compétitivité. Ainsi aujourd’hui, la plupart des sociétésconcessionnaires de services publics urbains dont les prestations déterminent la productivitédes métropoles (eau, électricité, téléphone, etc.) ont pu se refaire une santé économique aupoint où certaines mettent en œuvre des programmes d’extension de services (Côte d’Ivoire-Telecom et Compagnie Ivoirienne d’Electricité à Abidjan). Au niveau des secteurs sociaux, on note une déliquescence des systèmes éducatifs etdes systèmes de santé consécutive à la baisse du soutien des Etats. Les réponses du secteurprivé sont très souvent hors de la portée des populations défavorisées. Avec l’introduction de la concurrence dans le secteur informel quelques entreprisesmoyennes dans le domaine des services (transport, commerce, etc.) ont émergé. C’estd’ailleurs dans les branches d’activités de services liés au transport et aux technologies de lacommunication et de l’information qu’on enregistre les forts taux de croissance. Le secteur informel est devenu depuis les années 1980, le principal pourvoyeurd’emplois urbains malgré sa faible productivité. En effet, ce secteur représente, 77% desemplois à Cotonou, 73% à Conakry, 65% à Abidjan, 60% à Ouagadougou, 47% à Dakar, 41%à Nouakchott et 36% à Bamako (PNUD, 1999). Dans cette dernière ville, le secteur informelreprésente 74,2% de la population active occupée non agricole. Il est constitué pour 19,3%d’activités commerciales et pour 37,6% d’activités de services. L’économie informelle àBamako est surtout marquée par son caractère tertiaire et commercial et la forte présence desfemmes (AIC, 1994 : 131). 10
  • 11. Enfin, la pluri-activité engendrée par la situation de sous-emploi invisible(l’insuffisance des ressources tirées de l’activité principale) touche 4,5% de la populationactive occupée à Bamako (5,6% pour les hommes et 2,4% pour les femmes) et 6,1% de lapopulation salariée (7,3% pour les hommes et 3% pour les femmes) (DNSI : 1989, p. 122). La diminution de l’activ ité et l’application des divers programmes d’ajustementstructurel ont affecté les populations urbaines. Depuis le début des années 1980, l’applicationdes divers et nécessaires plans d’ajustement des secteurs de l’activité économique s’estaccompagnée dans bien des cas de compressions d’employés et de diminutions drastiques dessalaires et du pouvoir d’achat. Un des volets importants des programmes, la réduction de lamasse salariale des Etats, a engendré une suspension de nouvelles embauches, l’annulationdes contrats des agents temporaires et journaliers et la mise en retraite anticipée de nombreuxfonctionnaires. Le contexte de morosité économique actuelle n’a pas favorisé la reconversion desagents compressés et ceux mis en retraite anticipée. Par ailleurs, ces politiques d’ajustement,dans certains cas faisant trop place au remboursement de la dette extérieure au détriment de ladette intérieure, ont participé à la faillite des petites et moyennes entreprises prestataires deservice de l’Etat – aggravant ainsi la crise sociale. Aujourd’hui beaucoup d’Etats de la région font difficilement face à leurs chargessalariales. Ce sont surtout les ménages urbains qui doivent supporter de vastes réseaux deprestations sociales qui sont les plus éprouvés. Face à ces difficultés que rencontrent lescitadins, surtout ceux des métropoles côtières, on assiste à une réorientation des fluxmigratoires. Des villes comme Abidjan ont vu partir, durant la dernière décennie, desrésidents vers leurs villages ou leurs pa ys d’origine. • Une crise accentuée des équipements et services urbains Dans la plupart des villes africaines, suite à la diminution des ressources, les activitésde la filière officielle de développement des terrains des extensions urbaines ne touchent quequelques zones limitées couvrant dans le meilleur des cas 20% de l’espace urbain. Quant auxzones d’extension ayant fait l’objet de lotissements communaux, elles sont sommairementéquipées avant d’être attribuées. En effet les travaux d’aménagement effectués se résument àl’ouverture des voies et au bornage des parcelles. L’installation des réseaux d’eau etd’électricité par les sociétés concessionnaires de ces services interviendra lorsqu’un niveausuffisant de mise en valeur des quartiers leur permettra d’anticiper la rentabilité de leursinvestissements. Ainsi, la proportion de ménages raccordés à l’eau varie de 76 à Abidjan à 17 àBamako, en passant par 71 à Dakar, 29 à Conakry, 27 à Cotonou et 19 à Nouakchott. Laproportion de ménages ayant recours à la borne fontaine varie de 49 (Ouagadougou) et 0(Cotonou),en passant par 30 à Nouakchott, 19 à Bamako, 14 à Dakar, 3 à Conakry et 2 àAbidjan. En revanche, plus de la moitié des ménages de quatre (4) villes capitales ont recourssoit aux opérateurs soit aux sources traditionnelles pour leur approvisionnement en eau , cesont notamment Cotonou (73%), Conakry (68%), Bamako (64%) alors que cette proportionn’est que de 28% à Ouagadougou, 22% à Abidjan et 15% à Dakar (PNUD, 1999). Les emprises de voiries urbaines dont la dotation en voies bitumées et réseaux dedrainage devrait observer la même procédure, n’ont fait l’objet d’aucun aménagementmoderne à cause de la modicité des budgets d’équipement des communes et des faibles 11
  • 12. densités d’occupation observées dans les zones périurbaines. La maintenance des équipementsexistants laisse à désirer à cause des faibles capacités d’intervention des communes. Pendant longtemps, la desserte de vastes zones de quartiers spontanés, n’était pasenvisagé par les sociétés concessionnaires qu’à l’issue d’opérations douloureuses derestructuration. Enfin dans la plupart des villes, la brutalité de la croissance démographique etle manque de moyens et surtout d’imagination n’ont pas permis à l’offre de suivre et des’adapter à la demande de services urbains. Malgré le desserrement des taux de croissanceurbaine observé ces dernières années, les déficits accumulés sont au centre des préoccupationsdes autorités locales. Devant l’acuité de la crise des services urbains, certaines agences decoopération encouragent la contribution des ONG et la participation des groupescommunautaires de base dans la production et la gestion des services urbains de proximité. • Montée de la précarité et de l’exclusion sociale Une des particularité s du secteur informel dans les régions métropolitaines est lavulnérabilité de certains segments du marché du travail et la précarité des revenus de leursactifs. C’est le cas de la catégorie des travailleurs indépendants marginaux qui regroupent34,5% de s chefs de ménages pauvres à Ouagadougou (SANOU, O. M., 1993). Ils exercentune multitude de petites activités (petit commerce, réparation de mobylettes, restauration,gestion de parking, etc.) dont l’accès est relativement facile et libre parce que nécessitant peud’investissements et pratiquement pas de formation professionnelle. Du fait de la précarité de leurs revenus, ils n’ont pas accès aux services urbains de basefournis par les concessionnaires (eau, électricité, etc.) ainsi que les prestations sociales dusecteur public (éducation des enfants, santé, etc.). Souvent la marginalisation sociale estsanctionnée par une marginalisation spatiale. A Ouagadougou, la concentration des pauvresest marquée dans les zones non loties et les secteurs périphériques (secteurs 16 à 30) (ECLA,1998 : 25). A Abidjan, 64% des garçons de 15 à 19 ans sont scolarisés dans la richeCommune de Cocody contre seulement 11% à Abobo et 10% à Attiécoubé. Les groupes très pauvres ou ne pouvant plus se prendre en charge du fait d’unhandicap physique ont développé plusieurs stratégies de survie dont les principales àOuagadougou sont : - la mendicité dans les carrefours, lieux de prière, etc. ; - le concassage des cailloux et des blocs de pierre ; - le ramassage du sable et du gravillon ; - l’emploi dans les familles pour les activités domestiques : garde d’enfants, lavage, préparation de mets ; - le regroupement de certains groupes sociaux tels que les handicapés en vue de menerdes activités rémunératrices : poterie, broderie, couture, tissage, maroquinerie, pyrogravure,confection de serpillières, tapis, filets de volley-ball, etc. L’Etat Burkinabé par le biais du Ministère de l’action Sociale et de la Famille et laMairie de Ouagadougou ont initié des programmes de prise en charge des pauvres souvent enpartenariat. Ainsi, trois (3) centres de solidarité construits pour accueillir les personnesnécessiteuses dans le soucis d’enrayer la mendicité sont fonctionnels aux secteurs 9 et 12 et15. Un centre spécialisé dans l’accueil des « mangeuses d’âmes » abandonnées par lesfamilles accueillent actuellement 320 pensionnaires actifs dans la filature, la culture deschamps et le maraîchage. 12
  • 13. Les autres prestations couvrent notamment : - la récupération des enfants égarés (2 à 5 ans) ; - la prise en charge des malades mentaux notamment les femmes avec les enfants ; - les fournitures d’équipement (béquilles, voiturettes, etc.) aux personnes handicapées ; - la prise en charge des sinistrés (incendies, inondations). Si Abidjan, fidèle à sa tradition reste une terre d’accueil, ces dernières années,l’aggravation de la crise économique et les dérives du pluralisme politique ont créé un climatde méfiance entre les communautés nationales et les communautés étrangères. En effet depuisle début des années 1990, un vague sentiment de nationalisme teinté de xénophobie habite unefrange de la population ivoirienne qui impute à tort la responsabilité de la crise économique etsociale en partie à la forte présence détrangers. La mise en œuvre de certaines pratiquesdiscriminatoires notamment : - le retrait du droit de vote aux étrangers en 1995 ; - les tentatives « d’ivoirisation » des chefferies des quartiers populaires après la dissolution des comités de base de l’ancien parti unique ; - l’institution de quotas pour les ivoiriens en vue de favoriser l’insertion économique des femmes et des jeunes lors de l’attribution des nouveaux emplacements, commerciaux des grands marchés rénovés d’Adjamé et de Treichville en 1998 ; - l’expulsion récente des pêcheurs maliens opérant sur les lacs d’Anyamé, celle des pêcheurs ghanéens et des agriculteurs burkinabé des régions de Tabou et Sassandra ; - et surtout les dérives des récents débats sur l’ivoirité, les critères d’éligibilité aux postes de Président de la République et de député, les fraudes sur les cartes nationales d’identité ont fait croire que la volonté d’exclusion des étrangers de la vie politique et économique est bien réelle. Ces événements témoignent néanmoins des difficultés de cohabitation et de l’existence d’une tension réelle.2.1.3. Fractures et meurtrissures urbaines • Fragmentation géographique et fractures socio -politiques Les villes ivoiriennes sont issues pour la plupart de la colonisation dont elles ont héritéleurs structures spatiales ségréguées. Le quartier du Plateau, siège de la ville blanche de lacolonisation concentre toujours les fonctions commerciales, administratives et une fonctionrésidentielle résiduelle. Cette ville blanche était construite à bonne distance des quartiersindigènes dont elle est presque toujours séparée soit par une barrière naturelle soit par campmilitaire. Ces pratiques de développement séparé des communautés, tant décriées n’ont pasmalheureusement disparu avec les indépendances. En effet, la fragmentation géographique etsocio-économique amorcée durant la période coloniale s’est consolidée avec les nouveauxchoix d’urbanisme et le processus d’urbanisation périphérique. C’est ainsi que dans toutes lesvilles, les pratiques d’affectation des sols réserveront aux classes supérieures montantes lesterrains localisés sur les zones saines et ventilées des plateaux. Les classes moyennes occupent les cités planifiées bâties sur les terrains de bassealtitude de la zone péri urbaine. Quant aux classes populaires, elles seront reléguées soit dans -les vieux noyaux villageois et leur excroissance urbaine, soit dans les cités d’habitat spontanéétablies dans les zones non constructibles et les zones à urbanisation différée du tissu urbain. 13
  • 14. Deux (2) composantes importantes de la nouvelle politique d’urbanisme notammentles opérations d’aménagement foncier et les opérations de restructuration vont jouer un rôledécisif dans la mise en place de l’option de cloisonnement social et géographique. En effet,l’Etat par le biais des opérations d’aménagement foncier concentrent l’effort d’équipementdans les quartiers administratifs et les quartiers résidentiels affectés aux classes supérieures etsubsidiairement dans les zones d’habitat planifié occupées par les classes moyennes. Quant aux opérations de restructuration au bulldozer des deux (2) premières décenniesde l’indépendance, elles étaient destinées à extirper du tissu urbain autorisé la plupart despoches d’habitats précaires. La plupart des ménages contraints de quitter les sites des opé rations de restructurationsont venus sétablir dans des zones péri-urbaines où les conditions d’accès aux terrains à bâtiret aux logements sont relativement faciles et simples. Les noyaux villageois et leursextensions urbaines ainsi que les zones d’habitats précaires, livrés à eux-mêmes pour leurdéveloppement, sont notés sous -équipés et insalubres. Par ailleurs, le phénomène de fragmentation géographique et sociale va faire place àune véritable fracture sociale avec la prise de distance entre les différentes couches sociales dela ville. En effet, la persistance de la crise économique et l’accentuation de la pauvreté ontcontribué à générer trois (3) effets importants quant à l’évolution des rapports sociaux. Ellesont dégradé les solidarités traditionnelles (lignagères et familiales), fait le lit dudéveloppement de l’insécurité mais aussi généré une vie associative à la fois intense et fragile. La conjugaison de ces trois (3) événements isole davantage les plus pauvres qui,sevrés des ressources de a solidarité traditionnelle et victimes de la petite criminalité et lsouvent de véritables systèmes mafieux écumant le quartier sont contraints de se replier sureux-mêmes. Les classes moyennes cherchent à éviter les pauvres en s’abritant derrière lepréte xte de l’insécurité prononcée dans leurs zones de résidence. Les classes supérieures plusmobiles, évitent les deux (2) zones d’habitat des deux (2) classes précédentes pour les mêmesraisons, utilisent les ressources des nouvelles technologies de communication et les milicesprivées (vigilantes) pour sécuriser leurs zones de résidences et recomposer leurs réseauxsociaux. Depuis le début de la décennie écoulée, hormis les associations sportives, les deux (2)formes majeures de vie associative intense ide ntifiées proviennent des partis politiques et descommunautés religieuses. En effet pendant que les deux (2) grandes religions révélées : lechristianisme et l’islam multiplient les initiatives d’encadrement social à travers les croisadesde propagation de la foi et les œuvres sociales, les partis politiques dans leurs efforts deconsolidation multiplient de leur côté, les actions d’encadrement politique. Tous ces efforts demobilisation se sont soldés par la montée sans précédent de la ferveur religieuse etl’émergence des trois (3) partis politiques. En fait tout porte à croire que devant les difficultés de la vie aggravées par la carencede l’Etat des communes et de la famille, les populations ont décidé de s’en remettre à la fois àla religion pour un minimum de prise en charge sociale et aux partis politiques pour unesociété plus solidaire fruit d’une œuvre de refondation économique, sociale et culturelle dupays. 14
  • 15. Malheureusement, les amalgames entre la religion et la politique ont très vite faitapparaître une nouvelle fracture politico-religieuse. En effet, après plusieurs tentativesd’alliances, aujourd’hui deux (2) grands blocs politiques à base ethniques et religieusesdominent le paysage politique ivoirien : D’un côté le bloc parti démocratique de Côte d’Ivoire(PDCI), Front Populaire Ivoirien (FPI) qui recrute majoritairement ses membres chez leschrétiens du Sud forestier et de l’autre côté, le Rassemblement des Républicains recrutantmajoritairement parmi les populations musulmanes du Nord du pays et les immigrésoriginaires des pays sahéliens Les affrontements meurtriers, accompagnés d’incendies d’édifices religieux qui ontsuivi les élections présidentielles du mois d’octobre 2000, ont mis à nu cette autre fractured’autant plus pernicieuse qu’elle n’est pas géographiquement localisable. Cependant le faitque ce soit les quartiers périphériques de Yopougon, Abobo et Kumassi où la précaritéphysique côtoie la vulnérabilité sociale qui aient été les principaux théâtres des affrontementsmeurtriers révèlent que ces quartiers devenus sensibles parce qu’ils cristallisent lesfrustrations et contradictions sociales, méritent un programme de développement économiqueet social en traitement d’urgence. • La ville, otage et victime des violences politiques Vers la fin des années 1980, le durcissement du régime et la gestion opaque desaffaires publiques ont entraîné la multiplication des mouvements de contestations et lesrevendications sociales. A partir de 1990, avec l’ouverture politique et la reconnaissance despartis politiques, les collectifs des partis politiques de l’opposition n’hésitent plus à prendre larue pour revendiquer l’établissement d’un Etat de droit. En 1992, une marche pacifique avecl’encadrement des forces de l’ordre sur un itinéraire connu et autorisé s’est terminée dans unegrande confusion au centre -ville avec des dizaines de voitures du palais de la justiceincendiées, des vitrines de magasins de luxe et des pare-brises des voitures endommagées. A l’issue de cette violente ma nifestation qui jeta l’émoi sur toute la ville, une centainede personnes dont les leaders du Front Populaire Ivoirien (FPI), tenus pour responsables etcoupables furent arrêtés. Dans la foulée afin de prévenir de tels dérapages, une loi dite la loianti-casse forçant les commanditaires des marches et les coupables des actes de vandalisme àréparer les dégâts commis, fut adoptée. Cette loi n’arrive pas à altérer la détermination desopposants. Mieux à l’occasion du boycott actif des élections présidentielle s de 1995, lesopposants mettent en œuvre une nouvelle stratégie afin de contourner la loi anti-casseur. Des manifestations dites éclatées sur tout le territoire et en particulier dans tous lesquartiers vont être organisées simultanément en vue d’empêche r l’organisation des élections.Ainsi des barrages constitués de carcasses de voitures et de vieilles pneumatiques incendiéesont été dressés sur les principaux axes de circulation urbaines et les principaux carrefours. Lariposte de la gendarmerie a fait des dizaines de morts et des centaines d’arrestations. Ilconvient de remarquer que dans la foulée un pas important a été franchi. En effet, lesmanifestants s’en sont pris aux biens publics avec comme résultats des dizaines d’autobus etde voitures administratives incendiées. Un second pas sera franchi avec les folles journées du coup d’Etat militaire dedécembre 1999.et des deux tentatives de coup d’Etat de 2000 par le pillage des magasins etl’incendie des propriétés immobilières supposées appartenir aux dignitaires du régime déchupar les militaires et les populations des quartiers déshérités. 15
  • 16. On réalise que contrairement à l’Europe où les jeunes des banlieues françaisess’attaquent aux forces de l’ordre, ici ce sont les biens publics et privés et surtout le patrimoineet le mobilier urbains (édifices publics, abris-bus, autobus, cabines téléphoniques, feuxtricolores, panneaux de signalisation, voies urbaines, etc) qui sont endommagés ou détruits.La ville, théâtre de toutes ces violences en devient la victime résignée. Le drame c’est que certains actes de vandalisme politique commis par les habitants desquartiers déshérités tels que la destruction des autobus, des abris-bus, des cabinestéléphoniques, des commerces de proximité, etc. contribuent à aggraver la crise des servicesurbains et à restructurer l’offre de service en ciblant les quartiers centraux où il existe unesécurité relative.SECTION III : Les défis majeurs urbaine et municipale Au terme de cette étude, on réalise que la restructuration de l’espace économique ouestafricain amorcée depuis l’époque coloniale et qui s’est accélérée durant les premièresdécennies des indépendances, se poursuit. Ce mouvement est accompagné par une croissancerapide et une redistribution de la population. Cette dynamique de peuplement au profit deszones relativement plus performantes des régions côtières et du Sahel va se poursuivre. L’explosion urbaine qui a induit cette dynamique nouvelle de peuplement et surtout laconcentration de 50% à 40% de la population urbaine de plus en plus jeune a posé denombreux problèmes. Bien que les problèmes rencontrés dans les métropoles ouest africainesne soient pas différents fondamentalement de ceux présentés par les métropoles etmégalopoles du monde en développe ment, nous avons retenu ici sept (7) défis majeurs àrelever : 1. Mieux encadrer et accompagner la croissance urbaine Une des principales leçons des dernières décennies d’urbanisation est que la croissanceurbaine est difficilement maîtrisable ; dès lors les politiques et les pratiques doivent au mieuxviser son encadrement et son accompagnement pour limiter le développement incontrôlé.Cette nouvelle option ne peut être mise en œuvre que si quelques conditions sont réunies : - poursuivre l’effort de connaissance des processus et pratiques à l’œuvre dans ces métropoles par la recherche urbaine et le développement de base de données ; - revoir la question de la propriété foncière coutumière de manière réaliste et durable ; - mettre en œuvre des outils de planification spatiale simplifiés arrimés à des outils de développement stratégique favorisant la négociation, la concertation et la recherche du consensus. 2. Améliorer le cadre de vie et la gestion des ressources locales La notion d’environnement urbain et régional est une notion problématique. Alorsqu’il est traité comme un objet homogène qui constitue un patrimoine (cadre de vie etressources naturelles) à gérer, l’environnement est en fait perçu de façon différenciée voireconflictuelle par les différents acteurs de la ville : ménages pauvres, ménages riches,administrateurs, opérateurs économiques institutionnels, petits patrons, travailleursindépendants du secteur informel. La plupart des problèmes environnementaux trouvent leur origine dans la taille et lastructure démographique des ménages et des unités d’habitation, dans leurs activités etmodèles de consommation ainsi que dans le type d’infrastructures et d’équipements desménages et des quartiers. Dans ces conditions, l’atteinte des résultats escomptés passenécessairement par : 16
  • 17. - une nouvelle planification urbaine et une gestion municipale soucieuses de la protection du cadre de vie et une meilleure utilisation des ressources naturelles ; - la promotion d’outils de contrôle communautaire du développement et de l’utilisation de l’espace urbain ; - la promotion d’outils de concertation dans la gestion des espaces périurbains et des ressources naturelles. Certains de ces outils ont déjà fait leur preuve dans la gestion des forêts classées. Aujourd’hui avec les agendas 21 locaux, les plans municipaux d’actionsenvironnementales et autres stratégie de développement durable mettant l’accent sur lanécessité de préserver les ressources vitales pour l’avenir, les Maires peuvent disposerd’instruments leur permettant d’ assumer leurs responsabilités. Malheureusement, très peud’entre eux se préoccupent des problèmes de l’interland de leur ville et participenteffectivement à la mise en œuvre d’outils de gestion concertée dans cet espace. 3. Mieux planifier les actions de ré duction de la pauvreté La conjugaison des insuffisances constatées dans les domaines de l’emploi et lagénération des ressources, de l’accès aux services urbains de base et la montée de la violence,des symptômes de déstructuration du tissu social et de ’exclusion socio-économique et lculturelle aggrave la pauvreté urbaine. Cette pauvreté est particulièrement ressentie par lespopulations des zones périurbaines et les groupes vulnérables. Le défi majeur des autorités urbaines est la connaissance du phénomène de la pauvretéet le développement de véritables programmes et actions de lutte contre la pauvreté et lacoordination de leur mise en œuvre. L’expérience du projet Lutte contre Urbaine à Abidjan,qui s’est inspirée du processus de city consultation du programme de gestion a abouti à unplan d’actions composé de trois (3) éléments suivants : - un profil de pauvreté assorti des principaux indicateurs et ratios de mesure du phénomène ; - un plan d’actions à long terme ; - un programme d’investissement triennal. Les administrations des métropoles ne disposent pas de compétence rompues auxtechniques de développement participatif de plans d’actions de lutte contre la pauvreté. Lagrande faiblesse de cette expérience est que les participants à l’atelier de planificationfocalisés sur les problèmes leur environnement immédiat et de survie ont mis très peud’accent sur les questions de gouvernance qui sont souvent à la base de certains problèmesrattachés à la pauvreté. 4. Renforcer la gouvernance métropolitaine A l’issue d’un exercice d’évaluation de la gouvernance métropolitaine à Abidjan, onréalise que les principaux objectifs poursuivis par la mise en place de la Ville d’Abidjan n’ontété que partiellement atteints. En effet, la répartition des responsabilités entre les différentsacteurs institutionnels manque de clarté, ce qui entretient des tensions et des crises inutiles. En revanche, le système de représentation proposé est très équitable mais il ne permetpas l’émergence d’un Maire disposant d’un poids politique et de l’autorité indispensable pourexercer un vrai leadership métropolitain. En effet, dans la forme de gouvernance actuelle, leMaire de la ‘Ville’ est l’otage des représentants des communes au Conseil; il doit manœuvrerhabillement pour faire triompher les enjeux métropolitains sur les intérêts partisans descommunes. C’est ce qui explique que les nobles idéaux de solidarité, qui ont présidé à la mise 17
  • 18. en place du système de partage de l’assiette fiscale de l’agglomération par l’affectationd’office de 40 % des recettes budgétaires des communes à la ‘Ville’, sont de plus en plusremis en cause. Même la gestion par la ‘Ville ’ d’un service à caractère métropolitain commeles ordures ménagères, par souci de rationalisation, est remise en cause. La ‘Ville’ est très peu présente dans l’exercice des fonctions de programmation desactions de développement et de mise en valeur du territoire métropolitain. Elle est presquedéboutée dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de promotion des actions dedéveloppement économique et touristique au niveau métropolitain. En résumé, la ‘Ville’d’Abidjan apparaît comme un organe de coordination technique doté d’un pouvoir politiquetrès faible au point qu’elle ne peut pas exercer le leadership métropolitain qu’on attend d’elle.Malheureusement, le gouvernement métropolitain est le seul lieu où peuvent se développerune conscience et une connaissance des enjeux métropolitains. Une réforme est en cours, elle remplace le Maire de la ville d’Abidjan élu par sespairs, Maires des communes partenaires de la ville par un Gouverneur de District nommé parle Gouvernement. Bien que le nouveau Gouverneur disposera de beaucoup plus de poidspolitique, la procédure de désignation constitue un recul au regard des principesdémocratiques. 5. Compléter les outils de planification par les plans stratégiques dedéveloppement La planification urbaine classique débouchant sur les documents d’urbanismedirecteurs (schémas directeurs d’urbanisme, schémas de structure) et les documentsd’urbanisme opérationnels (plan programme, plan de détails, plan de lotissement) traite enpriorité des questions de développement physique de la ville. Malgré les efforts amorcés cesdernières années pour faire participer les populations à l’élaboration de ces documentsd’urbanisme, l’approche reste encore technocratique (bureaux d’études, cadres techniques etpolitiques de la ville). Devant l’insatisfaction grandissante liée aux impacts limités de ces documents sur ledéveloppement local durable, on assiste à lémergence de nouveaux outils de planification etde programmation de développement local.On compte dans cette catégorie les documents suivants: - Les plans locaux d’actions environnementales ou agendas 21 locaux développés à la suite de la Conférence de Rio sur lEnvironnement, 1992 (Sustainable Cities Programme et PLAE du Programme de Gestion Urbaine); - Les plans municipaux d’actions de lutte contre la pauvreté lancés à la suite du Sommet Mondial sur la Pauvreté de Copenhague, 1995 (PGU); - Les plans locaux de lutte contre l’insécurité urbaine (safer cities programme, HABITAT, 1998). Malheureusement, le développement de ces plans d’actions adopte une démarchesectorielle tendant à découper la réalité urbaine pour ne prendre en charge que quelquesaspects du développement local durable (pauvreté, sécurité, environnement). Par ailleurs, dansun contexte où l’utilisation des documents de planification classique par les gestionnaires dela ville est insuffisante à cause de la méconnaissance de leur potentialité, la multiplication desplans d’actions sectorielles, tend à créer la confusion et à désorienter les autorités locales ainsi 18
  • 19. que la population (cas du plan d’actions de lutte contre la pauvreté urbaine et de celui de lasécurité urbaine dans la commune dAdjamé). L’expérience acquise dans l’élaboration des plans d’actions dans la sous région, dans lecadre des activités du PGU, nous enseigne que malgré les tentatives d’ouverture opérées, leprocessus de développement des plans d’actions sectorielles frustre plutôt les populations. Eneffet, celles -ci voudraient bien profiter d’une des rares opportunités qui leur est offerte pouridentifier les problèmes de développement de leur cité sans discrimination en vue d’unerecherche de solutions durables. Par ailleurs, depuis l’avènement de la démocratisation et de son pendant local, ladécentralisation, les populations deviennent beaucoup plus exigeantes envers les élus locaux,à qui elles reprochent de ne pas présenter de véritables « projets locaux de société » axés surune vision partagée du devenir de la cité. Dans les meilleurs des cas, les ébauches de vision de la cité élaborées à la faveur descampagnes électorales ne sont pas partagées par l’ensemble des citadins, c’est plutôt leprojet d’un candidat ou dune liste électorale . Enfin, il convient de rappeler que la plupart des projets urbains ou municipaux initiéspar les gouvernements avec l’appui des partenaires au développement ne s’inscrivent pas dansune logique de vision partagée de la cité, mais plutôt dans une logique de rattrapage oud’opérations d’urgence visant à combler les besoins prioritaires. Tous ces constats poussent deplus en plus les planificateurs et gestionnaires urbains ainsi que les observateurs avertis de lascène urbaine africaine à opter pour l’élaboration de plans stratégiques de développementurbains ou locaux. La planification stratégique dans les secteurs de l’aménagement urbain et de la gestionurbaine est l’opération permettant de définir une vision claire de l avenir désiré par les ’autorités et les populations d’une cité, sanctionnée par un plan d’action à long, moyen et courtterme visant à la matérialiser. C’est aussi un véritable « projet local de société », un documentde référence et de négociation pour l’ensemble des citoyens et acteurs institutionnels quisouhaitent apporter leur contribution ou s’impliquer pleinement au développement de la ville. Ce document est complété par un plan d’opération des actions prioritaires à réaliserpour le court terme (3 ans) précisant pour chaque action retenue, les cibles, le budget, lecalendrier et la stratégie d’exécution ainsi que les indicateurs pour le suivi-évaluation. Ledossier du plan de développement stratégique urbain comprend les documents suivants: - le diagnostic stratégique local; - le recueil des principaux indicateurs de développement; - la stratégie de développement à long terme (10 ans); - le plan d’opération des actions prioritaires à court terme (3 ans) 6. Développer des stratégies de développement économique local Si par le passé récent, les autorités urbaines étaient plus préoccupées par ledéveloppement et la mis en œuvre de stratégie de mobilisation de ressources locales,aujourd’hui la promotion du développement économique devient un des défis majeurs enmatière de gestion urbaine et municipale. Ce changement d’orientation s’explique parplusieurs facteurs : 19
  • 20. - d’abord la mise en œuvre des programmes d’ajustement structurel et le retrait progressif de l’Etat des secteurs productifs a réduit son rôle dans la gestion économique nationale ; - si l’avènement de la globalisation crée de nouvelles opportunités pour les acteurs économiques locaux, ces derniers doivent aujourd’hui compter d’abord sur leur propre compétitivité pour capter les marchés et sur les efforts des autorités urbaines à offrir un environnement plus compétitif avec des équipements et des services d’accompagnement performants ; - les autorités urbaines réalisent que le développement économique permet un renforcement de la base économique locale et assure un accroissement des ressources locales et une meilleure contribution aux charges de développement. C’est pourquoi, dans le cadre du Cities Alliances, le centre ville de Johannesburg endéclin s’est doté d’une stratégie de développement économique locale. La ville de Kigaliréalise actuellement la sienne avec le concours de Habitat, du PNUD et de l’USAID. 7. Assurer un développement social durable de la cité La ville a de tout temps été le lieu de la tolérance, de l’intégration raciale et culturelle etde la cohabitation pacifique entre les races, les ethnies et les religions différentes.Aujourd’hui, aussi bien au Nord comme au Sud, les inégalités sociales, les conflits culturelleset la fragmentation politique déjà à l’œuvre s’accentuent. Ces fractures et fragmentationssocio-politiques s’expliquent notamment par la crise économique, la restructuration dumarché de l’emploi, les coupures budgétaires et l’importance des migrations internationales. L’Afrique n’échappe pas à cette règle, les chercheurs en science sociale ont eu recoursau concept de développement social durable et de ville inclusive pour envisager une solution àces crises. Pour les Professeurs Stren et Polèse (2000), le développement social durable de laville réfère à un développement urbain qui est compatible avec une évolution harmonieuse dela société civile créant ainsi les conditions d’une cohabitation pacifique entre les groupesculturellement et socialement différents et d’une meilleure intégration sociale ainsi qu’uneamélio ration de la qualité de la vie pour tous les segments de la population. Dans certaines villes africaines qui abritent un fort contingent d’immigrants, à la suitedes affrontements observés ces derniers temps dus principalement à la montée des intégrismesreligieux et à leur utilisation à des fins politiques, la cohabitation entre les peuples d’horizonsculturels et religieux différents, constitue une préoccupation majeure pour les autorités. Lemaintien de la paix et de la cohésion sociale qui jusque là constitue une prérogative desautorités nationales pourrait bénéficier de l’appui des autorités locales pour une gestionbeaucoup plus rapprochée et suivie des populations.Conclusion 20
  • 21. BIBLIOGRAPHIEAICA (1194) Monographie du District de BamakoAKA K. A. (1988) L’organisation des transports collectifs à Abidjan Thèse unique Nouveau Régime, Université de Paris X - NanterreALOKO N.J. (1996) Essai d’analyse géographique des facteurs d’émergenceet al des taxis-ville ou ‘Woros-Woros CRAU, Université de Cocody à Abidjan.Antoine, Ph. et al (1987) Abidjan : côté cour Editions Karthala et ORSTOM.ANOH, B. & (1994) Décentralisation et gouvernance urbaine en Côte d’Ivoire.ATTAHI, K. (1994) Caractéristiques des grandes villes côtières d’Afrique de l’Ouest, in Gestion de la croissance des grandes villes côtières d’AfriqueATTAHI, K. (1989) Côte d’Ivoire: An evaluation or Urban Management Reform. In Stren R.E., White R.R. (eds), African Cities in Crisis: Managing Rapid Urban Growth , West Wiew Press, Boulder ColoradoATTAHI Koffi. et al (1986) Structures de gestion et moyens des communes de Côte d’Ivoire. CRAU (Abidjan)/CRDI (Canada)BAGRE, A. ; BARRY, A.DABILGOU,V. (1998) Plan stratégique de développement de la ville de Ouagadougou, étude diagnostiqueBanque Mondiale (1995) Pour de meilleurs services urbains Trouver les bonnes incitations Publication de la Banque MondialeBNETD (1993) Proposition de programme sectoriel urbain 1995-1999.BELLIO, M. (1987) ‘Abidjan: un nouvel équilibre’ in Cahiers de l’AURIF, n° 81Brunet-Jailly. J. (1999) Santé en capitales, la dynamique des systèmes de santé des capitales Ouest AfricainesCANEL, P (1985) ‘L’expérience communale en Côte d’Ivoire’ in Les annales de la recherche urbaine, n° 28 21
  • 22. FINKEN, M. (1996) Communes et gestion municipale au Cameroun, Presses du groupe Saint-FrançoisJAGLIN, S. (1992) Gestion partagée des services urbains du rattrapage à la régulation. In La gestion sociale urbaine, pp. 23-30, Institut Français d’Urbanisme, Paris, cahiers N°3.IAURIF (1998) Douala : Urbanisation et transport, diagnostic et projets prioritairesGORAN Hyden et Gouverner l’AfriqueBRATTON M. (1992) Vers un partage des rôles Editions Nouveaux Horizons.KIPRE, P. (1985) Villes de Côte d’Ivoire Abidjan, NEA, Tomes 1 et 2.Marchés tropicaux etméditerranéens (1998) Abidjan, hors sérieMC CARNEY, P. L. (1996) Cities and governance, new directions in Latin America, Asia and Africa, Centre for Urban and Community Studies, University of Toronto PressOCDE/BAD/CILSS (1994) Pour préparer l’avenir de l’Afrique de l’Ouest : une vision à l’horizon 2020PNUD (1997) Conférence internationale sur la gestion des affaires publiques en vue de la croissance durable et l’équité. New York, 28 - 30 juillet 1997, Synthèse des discussions.République Française (1997) La décentralisation en Afrique subsaharienne, Secrétariat d’Etat à la coopérationRépublique du Mali (1997) Programme de développement sanitaire et socialSANOU, O. (1993). Pauvreté et marché du travail à Ouagadougou (INSD)SNV-Mali (1997) Etude des acteurs du développement urbain au District de BamakoSWILLING, M. (1997) Governing Africa’s Cities Witwatersrand University PressSTREN, Richard (1992) Une problématique urbaine: le défi de l’urbanisation pour l’aide au développement Centre for Urban and Community Studies, Université de Toronto, Canada 22
  • 23. Ta Thu Thuy (1993) Environnement urbain à Bamako, rapport de missionTa Thu Thuy (1988) Pour une gestion efficace des déchets dans les villes africaines: les mutations à conduire. Les Cahiers u PDM; N° 1 Janvier 1998,Thierry Paulais (1995) Le développement urbain en Côte d’Ivoire (1979-1990) Les projets de la Banque Mondiale Editions Karthala, Paris.UNDP (1993) Metropolitan gouvernance, toward a new urban century summary report on the world conference TokyoYAO N. Bazin (1992) Analyse de l’offre formelle des services urbains collectifs à Abidjan IU/Montréal-CRAU (université de Cocody)YAO K. et al (1996) ’Gestion communautaire des services urbains collectifs en Côte d’Ivoire - Diagnostic et éléments de solutions pour une politique de promotion des prestataires locaux. CRAU (Côte d’Ivoire)/CRDI (Canada).YANGO, J. (1994). Diagnostic de la de la situation de l’environnement de la province du littoral, Plan National de gestion de l’environnement au Cameroun 23