Choisir sa voie de développement

14,050 views

Published on

L'impact du commerce équitable labellisé

Published in: Education
1 Comment
1 Like
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total views
14,050
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
13,592
Actions
Shares
0
Downloads
22
Comments
1
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Choisir sa voie de développement

  1. 1. Choisir<br />è<br />Bilan annuel <br />de l’impact <br />du commerce équitable<br />sa voie<br />de développement<br />
  2. 2. Impact.<br />Ensemble de changements significatifs et durables générés par l’interaction entre le commerce équitable et l’environnement socio-économique, institutionnel, naturel des producteurs.<br />
  3. 3. Des familles économiquement plus stables<br />La stabilité du revenu met les producteurs à l’abri des aléas et leur permet d’investir. Le revenu augmente plus ou moins fortement.<br />Valentin Chinchay, président de Fapecafes, récolte le café. En 1999, une crise économique a affecté les producteurs de café en Equateur. Certains ont abandonné leurs terres. Dans ce contexte, le commerce équitable a permis à de nombreuses familles de maintenir une activité durable, et même d’investir pour l’avenir. <br />
  4. 4. Investir ensemble dans la qualité<br />Grâce à des débouchés plus stables, les producteurs décident collectivement d’améliorer la qualité et d’investir dans la production. <br />Avec un meilleur revenu, la coopérative Conacado a pu investir dans des installations de séchage qui permettent d’améliorer la qualité de leur cacao, donc de le vendre plus cher.<br />
  5. 5. Les producteurs choisissent l’autonomie<br />Avec des revenus stables et une activité plus rentable, chaque organisation et chaque famille met en œuvre sa stratégie d’autonomie, y compris pour assurer sa sécurité alimentaire.<br />Les habitantes de La Guardia, en République Dominicaine, ont fondé une micro-entreprise pour commercialiser des produits de confiserie, avec l’aide de la coopérative Conacado. Cela leur permet de diversifier leurs revenus.<br />
  6. 6. Les prix du marché local sont tirés à la hausse<br />Le commerce équitable labellisé bénéficie aussi par ricochet aux producteurs de la région.<br />Un intermédiaire local à Caranavi, Bolivie. Les coopératives de base de Fecafeb achètent à bon prix le café équitable ou bio. Par effet de concurrence, les acheteurs privés du marché local doivent augmenter aussi le prix qu’ils paient aux familles pour préserver leur approvisionnement.<br />
  7. 7. Une économie locale plus dynamique<br />Le commerce équitable labellisé contribue à créer des emplois agricoles et de nouvelles activités.<br />En République Dominicaine, les producteurs de Banelino emploient environ 500 ouvriers, à 80 % des Haïtiens. Ces travailleurs sont relativement stables : 42% sont employés depuis plus de 5 ans dans l’exploitation où ils travaillent, ce qui est rare dans ce secteur.<br />
  8. 8. Des coopératives plus fortes et plus légitimes<br />Les organisations se structurent. Leurs effectifs grandissent. Elles se retrouvent plus souvent en position de force pour négocier. Elles proposent aux producteurs des services de formation, d’assistance technique et de crédit.<br />Dans les Yungas de Bolivie, les membres de la coopérative Mejillones ont suivi des formations à la gestion des organisations. Ainsi, même les membres de base sont en capacité d’être élus à des postes dirigeants. <br />
  9. 9. De nouveaux débouchés pour les petits producteurs<br />Les organisations se professionnalisent et deviennent de véritables exportateurs. Ceci contribue à renforcer leur légitimité.<br />Abel Fernandez, responsable export de la Conacado: « L’avantage d’être affiliés au commerce équitable, c’est de travailler unis dans une même organisation. Ce n’est pas la même chose de vendre trois sacs ou trente tonnes. C’est aussi un outil de pression si les acheteurs ont des retards de paiement. » <br />
  10. 10. Les producteurs gagnent en influence politique<br />Plus reconnues, les organisations de producteurs se font une place dans les espaces nationaux et internationaux pour défendre les intérêts des producteurs. <br />Eugenio Villca Maldonado prend la parole lors d’une réunion de la Fecafeb. La fédération des producteurs de café boliviens a pu négocier une loi sectorielle sur le café avec le gouvernement. C’est une grande première pour les producteurs de la région.<br />
  11. 11. La fierté de travailler ensemble<br />Les producteurs s’identifient à un collectif et se reconnaissent dans des représentants légitimes.<br />Très militant, Santiago MamaniGuaranca se considère comme « un chef d’entreprise, mais toujours au sein d’un collectif » constitué par son association Villa Oriente, dans les Yungas de Bolivie.<br />
  12. 12. Des biens et services publics pour tous<br />Le commerce équitable labellisé bénéficie à la communauté grâce à des projets sociaux ou environnementaux.<br />Dans une des régions les plus pauvres de République Dominicaine, Banelino a décidé de mettre l’accent sur l’éducation en finançant notamment huit écoles.<br />
  13. 13. Une empreinte environnementale faible<br />Le commerce équitable encourage une agriculture à petite échelle et respectueuse de l’environnement en formalisant les bonnes pratiques. Il optimise même ce modèle en incitant au passage au bio. Cela s’accompagne d’une véritable prise de conscience.<br />Citronniers<br />Bananiers<br />Manguiers<br />Couvert végétal<br />Petit élevage<br />SegundoChero Morales, membre d’Apromalpi.<br />« La production bio permet de récupérer les sols abîmés avec des engrais chimiques. Ca permet aussi de produire une alimentation saine pour la famille et pour les consommateurs. C’est un mode de production de nos ancêtres qui s’est perdu. »<br />

×