La Mort aux trousses  d’Alfred Hitchcock
Fiche technique  <ul><li>Titre :  La Mort aux trousses (  North by Northwest ) d’A. HITCHCOCK </li></ul><ul><li>Scénario :...
Synopsis <ul><li>Le publiciste  Roger  Thornhill  est confondu avec un espion nommé George  Kaplan  par une organisation c...
La séquence de l’avion <ul><li>Roger Thornhill  a rendez-vous avec Kaplan, il ne  sait pas qu’on veut le tuer. Le spectate...
Analyse de cette scène d’action <ul><li>On va voir comment  la manière de filmer cette longue séquence  et les &quot;procé...
Quadrillage de l’espace <ul><li>Le premier temps de la séquence consiste en un quadrillage de l’espace, qui nous montre av...
Impression d’immensité <ul><li>Les véhicules et les personnages sont toujours dans un coin latéral, laissant l'espace remp...
Plans fixes <ul><li>La caméra filme presque uniquement  en plans fixes. On a 16 plans d’une valeur identique sur Thornhill...
Le danger… <ul><li>Plus les dangers se précisent, plus les plans du héros sont rapprochés  (du plan taille au très gros pl...
Champ et contre-champ <ul><li>Le danger est mis en scène avec une alternance de champs et contre-champs, donnant au specta...
Travelling latéral <ul><li>Quelques rares plans sont des travellings où le spectateur est invité à suivre la course du hér...
Travelling arrière <ul><li>Le travelling arrière sur Thornhill poursuivi par l’avion implique le spectateur, qui voudrait ...
Caméra objective et subjective
La bande-son <ul><li>Les dialogues : font planer un certain mystère  (sur l’identité de l’homme:”Si je disais oui, je ment...
Dialogues <ul><li>De rares dialogues entretiennent le suspense. Lorsqu’on voit un petit avion au fond de l’image laissant ...
Le ciel et la terre (cadrage) La  ligne d’horizon  est située approximativement à la moitié de l’écran.  Lorsque le danger...
Montage <ul><li>Le montage des plans des chutes du héros est repris 4 fois de la même manière : </li></ul><ul><li>1- Le hé...
PréSentation Lamortauxtrousses
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

PréSentation Lamortauxtrousses

392

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
392
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "PréSentation Lamortauxtrousses"

  1. 1. La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock
  2. 2. Fiche technique <ul><li>Titre : La Mort aux trousses ( North by Northwest ) d’A. HITCHCOCK </li></ul><ul><li>Scénario : Ernest LEHMAN </li></ul><ul><li>Musique : Bernard HERRMANproduction </li></ul><ul><li>  Décors: Henry Grace Franck McKelvey </li></ul><ul><li>Ingénieur du son : Franklin Milton </li></ul><ul><li>Effets spéciaux : A. Arnold gillespie ; Lee le Blanc </li></ul><ul><li>Montage: George Tomasini </li></ul><ul><li>Personnages : Cary Grant ( Roger Thornhill / George Kaplan ), Eva Marie-Saint ( Eve Kandall ), James Mason ( Philip Vandamm ), Jessie Royce Landis (Clara Thornhill), Leo G. Carroll (le professeur), Philip Ober (Lester Townsend), Joséphine Hutchinson (« Madame Townsend » )…… </li></ul><ul><li>Durée : 131 minutes / Pays d'origine : Etats-Unis </li></ul><ul><li>Dates de sortie : 28 juillet 1959  aux USA; 21 octobre 1959 en France </li></ul>
  3. 3. Synopsis <ul><li>Le publiciste Roger Thornhill est confondu avec un espion nommé George Kaplan par une organisation criminelle qui tente de le supprimer. Parvenant à leur échapper, Thornhill se lance à la poursuite du véritable Kaplan, dont il ignore qu’il s’agit d’un leurre inventé par les services du contre-espionnage. </li></ul>
  4. 4. La séquence de l’avion <ul><li>Roger Thornhill a rendez-vous avec Kaplan, il ne sait pas qu’on veut le tuer. Le spectateur le sait mais il ne sait ni qui, ni comment, ce qui le tient en haleine, dans l’attente de ce qui va se passer. </li></ul><ul><li>Un bus va déposer Thornhill au milieu de nulle part. Hitchcock c hoisit ainsi de placer son héros en plein soleil dans l'espace désertique d'un champ moissonné et prend ainsi le contre-pied du cliché habituel en matière de meurtre à l'écran ( un coin de rue sombre et brumeuse, éclairé par un réverbère ) </li></ul><ul><li>Cette séquence dure 9'20'' et est constituée de 138 plans, essentiellement fixes . Elle est placée exactement au milieu du film, c’est le sommet de La Mort aux Trousses. </li></ul>
  5. 5. Analyse de cette scène d’action <ul><li>On va voir comment la manière de filmer cette longue séquence et les &quot;procédés&quot; utilisés ( le cadrage et le point de vue, les valeurs de plan , les indices et les fausses pistes, les lignes, le son, la couleur...) concourent à installer un climat de suspense intense qui va crescendo jusqu'au drame final . </li></ul><ul><li>Vidéo </li></ul>
  6. 6. La route… <ul><li>Les premiers plans nous montrent une route, tellement présente dans son immensité que sans nul doute le danger viendra de là. Cette route est croisée par un petit chemin anodin de campagne : le rendez-vous &quot;à la croisée des chemins&quot;. Cette croix verra en son centre le dénouement du drame, c'est le point de mire . Cette croix vue du ciel, ou d’un avion, symbolise une cible. </li></ul>
  7. 7. Quadrillage de l’espace <ul><li>Le premier temps de la séquence consiste en un quadrillage de l’espace, qui nous montre avec insistance qu’il n’y a rien ici, à perte de vue. Un meutre dans ces conditions représente une énigme, un défi. </li></ul>
  8. 8. Impression d’immensité <ul><li>Les véhicules et les personnages sont toujours dans un coin latéral, laissant l'espace remplir le reste du cadre. </li></ul><ul><li>Le personnage est toujours pris en légère contre-plongée pour agrandir le décor qui l'entoure : le ciel surtout. La lumière écrase les couleurs. Il s’en dégage une impression de chaleur accablante et d’aridité (sécheresse, pas de verdure) </li></ul>
  9. 9. Plans fixes <ul><li>La caméra filme presque uniquement en plans fixes. On a 16 plans d’une valeur identique sur Thornhill à côté du poteau de l’arrêt de bus, procédé suggérant l’attente et la rendant encore plus angoissante. </li></ul>
  10. 10. Le danger… <ul><li>Plus les dangers se précisent, plus les plans du héros sont rapprochés (du plan taille au très gros plan) </li></ul>
  11. 11. Champ et contre-champ <ul><li>Le danger est mis en scène avec une alternance de champs et contre-champs, donnant au spectateur l’impression d’être par moment à la place de Thornhill ( caméra subjective ) </li></ul><ul><li>On a également de très gros plans. Le camion grossit et menace. Sur le visage de Thornhill, s’y lit la peur de mourir. </li></ul>
  12. 12. Travelling latéral <ul><li>Quelques rares plans sont des travellings où le spectateur est invité à suivre la course du héros qui s'échappe et à courir à ses côtés. </li></ul>
  13. 13. Travelling arrière <ul><li>Le travelling arrière sur Thornhill poursuivi par l’avion implique le spectateur, qui voudrait tendre la main à ce pauvre homme qui regarde partout mais qui ne voit jamais rien. </li></ul>
  14. 14. Caméra objective et subjective
  15. 15. La bande-son <ul><li>Les dialogues : font planer un certain mystère (sur l’identité de l’homme:”Si je disais oui, je mentirais…” et sur l’avion ) </li></ul><ul><li>Les bruitages : créent l’angoisse. Ce ne sont que des bruits de moteur pour accentuer la vulnérabilité du héros ou des bruits de pas au sol lorsque celui-ci est seul </li></ul><ul><li>La musique : arrive au dénouement, dès la collision de l’avion et du camion. Elle soutient l’action et contribue à faire monter l’intensité dramatique </li></ul>
  16. 16. Dialogues <ul><li>De rares dialogues entretiennent le suspense. Lorsqu’on voit un petit avion au fond de l’image laissant une traînée blanche dans son sillage, on ne sait pas ce qu’il fait. On apprend alors par un quidam que l’avion sulfate des cultures qui, en fait, n’existent pas. </li></ul><ul><li>Le spectateur est alors alerté </li></ul><ul><li>d’un danger que Thornhill </li></ul><ul><li>ne perçoit pas. </li></ul>C’est drôle, cet avion sulfate alors qu’il n’y a pas de récoltes
  17. 17. Le ciel et la terre (cadrage) La ligne d’horizon est située approximativement à la moitié de l’écran. Lorsque le danger vient de l’avion, le cadrage accentue le ciel. Lorsque le danger vient d’une voiture, le sol prend davantage d’importance dans le cadrage.
  18. 18. Montage <ul><li>Le montage des plans des chutes du héros est repris 4 fois de la même manière : </li></ul><ul><li>1- Le héros chute vers l'avant </li></ul><ul><li>( plan rapproché ) face au </li></ul><ul><li>spectateur. </li></ul><ul><li>2- Changement d'axe à 90° </li></ul><ul><li>pendant sa chute. Le héros </li></ul><ul><li>touche le sol de profil par </li></ul><ul><li>rapport au spectateur </li></ul><ul><li>( il tombe à nos côtés ). </li></ul><ul><li>Ce procédé est repris 3 fois </li></ul><ul><li>avec l'avion et 1 fois avec le </li></ul><ul><li>camion à la fin. </li></ul>

×