09 09 25 Conf Tous CréOles Intervention Lydie Duriez

2,569 views

Published on

Intervention de Lydie Condapanaïken‐Duriez‐ La Réunion – Docteur en littérature comparée

1°) Génèse de l'être créole
2°) Identité créole et « réunionnité »
3°) Réunionnité, créolité et avenir du monde.

CONFERENCE DONNEE SUR LA QUESTION QU’EST‐CE QU ETRE CREOLE VENDREDI 25
SEPTEMBRE 2009 A L ASSEMBLEE NATIONALE

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,569
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
18
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

09 09 25 Conf Tous CréOles Intervention Lydie Duriez

  1. 1. CONFERENCE Lydie CONDAPANAIKEN-DURIEZ Docteur en littérature comparée et sciences humaines . Consultante en communication et culture. Vendredi 25 Septembre 2009, 14h PARIS, ASSEMBLEE NATIONALE, Salle Colbert. « Qu’est-ce qu’ être créole ? »
  2. 2. Le titre de ma communication lors de cette conférence-débat, dans la salle symbolique Colbert, au sein de l’Assemblée Nationale , le titre de ma communication donc : « Etre Kréol : entre devenir identitaire et avenir du monde . » Tout d’abord, en guise d’introduction, je voudrais souligner la démarche de la communication présente . - J’adopterai ce soir une démarche de communication publique de sciences humaines et non strictement de conférence littéraire . - Ma démarche sera donc résolument créole car je considère en effet que ce qui fonde l’essence de l’être créole, c’est précisément l’ adaptation fondamentale de l’être créole - J’apporterai, ce soir, une innovation méthodologique : je confronterai l’expertise des sciences humaines aux ressentis profonds, aux vécus d’ici et de là-bas, aux âmes au-delà des mers des internautes :ainsi, je vous
  3. 3. rapporterai la teneur du forum sur que j’ai initié sur mon facebook, il y a tout juste 4 jours, le lundi 21 septembre . Le titre de ce forum : « pour vous, mes amis, qu’est-ce être créole ? » . Que tous mes amis internautes s’étant exprimés lors de ce débat d’idées, trouvent ici et tout particulièrement, l’expression de ma profonde gratitude et de mon amitié créolement sincère . - Enfin, je voudrais privilégier le dialogue avec le public car nous sommes en conférence-débat et l’échange perpétuel est là-aussi résolument Kréol .
  4. 4. - Mon intervention d’aujourd’hui s’articulera en 3 points : - 1. GENESE DE L’ETRE KREOL - 2. IDENTITE KREOLE ET REUNIONNITE - 3. REUNIONNITE, KREOLITE ET AVENIR DU MONDE
  5. 5. DEVELOPPEMENT : « ETRE KREOL : ENTRE DEVENIR IDENTITAIRE ET AVENIR DU MONDE » . 1.GENESE DE l’ETRE KREOL. J’épèle le dernier mot, K majuscule, r é o l . Tout d’abord les caractères constitutifs de cet être Kréol - Ce peuple créole est issu d’îles en majorité (sauf pour la Guyane) situées dans 2 sphères géographiques- : l’Océan Atlantique et l’Océan Indien .
  6. 6. - Ces peuples issus de colonisation française pour les Antilles françaises ou La Réunion, ou anglaise pour les Antilles actuellement anglophones ou pour l’île Maurice , ces peuples kréols naissent donc d’une histoire conflictuelle . - Je veux souligner d’ores et déjà le formidable élan de vitalité de cet être kréol . Meurtri, souffrant, bafoué, humilié, exilé, l’être kréol va malgré tout et envers tous s’adapter à un nouvel environnement parfois hostile toujours difficile . Le premier acte fondateur de cette identité kréole sera Mesdames/Messieurs la langue kréole . La langue kréole est l’outil de communication de peuples étrangers les uns aux autres . Les peuples d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe, de Madagascar apportent en effet avec eux, des langues extrêmement complexes et radicalement opposées . Nos ancêtres dans un souci élémentaire de communication entre eux, vont construire une nouvelle langue, dans un temps record . Songez qu’il a fallu plusieurs siècles à la langue française pour
  7. 7. s’imposer comme la langue d’unification dans une France hexagonale où les langues régionales que l’on appelle encore patois, divisent les comtés et duchés de la future France . A titre d’exemple, ce n’est qu’en 1539, par l’ordonnance de Villiers-Cotterets que le « français devient la langue écrite officielle ». La langue créole est, il faut que nous en soyons pleinement conscients, une langue en perpétuelle évolution, ce que j’appelle énergie de vie . Cette langue créole a pour souche essentielle le français, comme la langue française a pour souche première le latin . Le français est au créole donc ce que la langue latine était à la langue française . La langue kréole constitue le premier et le principal vecteur identitaire, c’est le 1er acte fondateur de cette identité naissante. MOIN LE KREOL A KOZ MI KOZ KREOL. - De part le monde, les spécificités de cet être créole sont complexes, multiples et uniques L’individu créole désigne initialement le Noir, cafre à l’île Maurice, le Blanc béké en Martinique ou en Guadeloupe . A La Réunion, la situation est plus complexe en raison de son métissage fondamental,
  8. 8. depuis le début du peuplement de l’île dès 1663. Néanmoins, si l’on pose la question à un enfant réunionnais de 8 ans, aujourd’hui, il vous répondra dans sa spontanéité d’enfant porteur des ressentis ancestraux de son île, Pour le jeune Laurent , né à St Gilles les Hauts, « mi lé créole, mi lé un peu blanc » D’où la méfiance de nos jours, encore vis à vis de ce vocable . C’est ce qu’exprime dans mon forum « Qu’est-ce qu’être créole ? », le mardi 22 sept, à 10h39, Ludovic Party, Caribéen vivant en Italie ! Je cite : « Les créoles ne sont pas ceux que l'on appelle Békés en Martinique? C'est à dire les descendants des maitres esclavagistes. Moi je suis martiniquais et certainement pas créole, fils de père mulâtre et de mère afro-portugaise et je ne considère pas les antillais comme des créoles mais comme des caribéens, le mot créole à quelque chose de colonial quelque part qui me déplait. Donc je ne saurais pas quoi répondre. »
  9. 9. - Le mot créole semble entaché de relents colonialistes . Au mot créole , se substitue alors le terme caribéen moins connoté par ex, comme on désignerait la France non plus de Métropole mais d’Hexagone… 2. IDENTITE KREOLE ET REUNIONNITE - Je vais à présent dresser les principaux critères constitutifs de cet être kréol . Je veux avant tout, rappeler que nous sommes au début de ce questionnement identitaire ; De plus, chaque critère constitutif peut être l’objet de séries entières de conférences tout au long des décennies à venir .
  10. 10. Comment donc …. est-on Kréol ? Le devient-on ? Quels sont les signes dis-tinc-tifs de l’identité kréole ? PRENONS L’EXEMPLE DE LA REUNION. Posons-nous par exemple la question suivante : 1 Créole et 1 Réunionnais, est-ce la même chose ??? : En 2009, à La Réunion, AUTANT VOIRE PLUS QUE LE CRITERE LINGUISTIQUE, le Créole DESIGNE L’ Individu. A La Réunion, certes, on parle de créole des bas, créole des hauts, créole blanc ou "yab", créole métissé ou gro kréol. Le Créole, quant à lui, avec un C majuscule ou un K majuscule, l’Individu Kréol donc est la personne née à La Réunion, bien entendu mais il est également LA personne née dehors mais INTEGREE : devient Créole
  11. 11. celui qui a adopté la façon de vivre, la langue, la culture réunionnaises.... Un zorey par exemple devient parfois plus Créole qu'un Créole car il valorise La Réunion et se sent chez lui. Au contraire un Réunionnais, un Antillais, ou un Mauricien peut très bien rejeter son identité créole, pour des raisons, notamment psychologiques qui lui appartiennent. Cette donnée fondamentale de Créole non plus de sang mais de cœur, d’âme se retrouve partout dans le monde, en Guadeloupe, en Martinique, à l’île Maurice comme à La Réunion … Au terme de Kréol, beaucoup de Réunionnais ou d’Antillais vont alors se définir plus …. comme … Métis que Créoles (moitié malbar moitié créole ou moitié guadeloupéen et moitié négropolitain, par exemple) . De surcroît, pour certains not kozé kréol lé pa ou pu tro kréol avec par exemple, un accent qui se perd notamment dans la diaspora
  12. 12. créole dans le monde mais également en Guyane, à La Réunion, aux Seychelles, ou en Haïti . De plus, nous parlons tous aujourd’hui, un créole plus francisé ou contemporain avec une grammaire et un vocabulaire qui évoluent très rapidement ici ET là-bas . Par exemple, le Réunionnais vivant même dans l’île a des difficultés à lire d'une seule traite un texte écrit en kréol : doté d’une intuition linguistique, il est confronté de plus en plus ,à la formalisation écrite de sa langue maternelle . Le plus souvent, il relève ce défi et lit à voix haute cette langue écrite étrange qu’il apprend à apprivoiser petit à petit . Là encore, souvenons-nous, sou-ve-nons-nous que premièrement, du point de vue socio-linguistique, l’individu français de base , le peuple français au 17è ou au 18ème siècles n’avait absolument pas accès au français écrit . Deuxièmement, du point de vue strictement linguistique, dans un même texte, Racine ou Molière écrivait le même mot de différentes façons, se mouvant dans une langue française écrite en pleine construction . Au 21ème siècle, à La Réunion, l’INDIVIDU KREOL est désormais
  13. 13. moderne; donk tradityon kréol i perd : kwuizine o fé d’ bwa , èlvaz zanimo dan la kour, manzé lontan la kaz mémé tou bann dimanz..... Tousala i perd . Afin de mieux appréhender les éléments constitutifs de l’identité créole en dehors de la langue, je voudrais donner la parole aux internautes, Antillais ou Réunionnais qui ont osé prendre la parole dans le forum sur internet . Ce forum lancé sur mon facebook , le lundi 21 oct, je l’ai intitulé, je le rappelle : « Pour vous, mes amis, qu’est-ce qu’être créole ? » Des éléments pertinents et essentiels ont été immédiatement et très clairement énoncés : Tout d’abord , posons d’emblée les traits distinctifs suivants de cette identité créole : les contes, les musiques et les danses . Rappelons avec force, le caractère frondeur, de protestation, de RESISTANCE PACIFIQUE des musiques et danses créoles .
  14. 14. Le mot maloya, selon l’historien réunionnais Sudel Fuma vient du malgache et signifie « je suis triste » . Les esclaves et les engagés chantaient et dansaient ainsi leurs peines et leurs espoirs, leurs tragédies et leurs idéaux . Le MALOYA REUNIONNAIS trouvent ses homologues antillais à travers le BELE MARTINIQUAIS ou encore le KA GUADELOUPEEN . Au KABAR musical REUNIONNAIS ancien et moderne , dans l’Océan Indien correspond … le LEWOZ GUADELOUPEEN ancien et moderne , dans l’Océan Atlantique . L’identité créole se forge bien au-delà des océans, dans les luttes et les revendications pacifiques , à travers la musique (avec des actualisations intéressantes de zouk-maloya, ou de slam-maloya) mais également à travers les littératures orales (contes, théatre) ou écrites (romans, poésies, essais) ,
  15. 15. à travers toute forme d’art : cinéma, peinture, sculpture, danse, etc … Nous n’avons pas le temps, ce soir, de nous appesantir aujourd’hui sur ces critères constitutifs de l’identité créole , mais je voulais vraiment souligner ces notions de résistance pacifique de notre être créole, de vitalité perpétuelle, depuis la naissance de ce peuple jusqu’à aujourd’hui . Selon la Guadeloupéenne Odile Imambakas, sur le forum internaute, être Créole c’est : « Avoir une identité, avoir des repères, être soi, et respecter ses origines et ses moeurs. » L’identité créole passe par les repères, la connaissance de son histoire individuelle et collective, l’émergence d’être soi en respectant et ses origines et ses mœurs ancestrales et actuelles .
  16. 16. Dans cette perspective, ce qui est une constance de l’ensemble du monde créole, c’est le respect, l’ amour, l’attachement vivace aux Traditions, notamment des Anciens. Ayons par exemple à l’esprit, le culte de nos défunts pendant les veillées mortuaires, les rites de deuil spécifiques à La Réunion comme aux Antilles françaises, à Haïti comme à Maurice . Observons encore le respect et l’utilisation très répandue de la médecine traditionnelle, des tisanes réunionnaises par exemple chez l’immense majorité des Réunionnais . Etre créole c’est donc vouloir garder, malgré les pressions citadines et modernes, les traditions rurales et ancestrales des plus grandes civilisations du monde : malgache, indienne, chinoise, européenne, africaine etc… Après les fameux repères ancestraux, arrive ce que j’appelle l’art de vivre kréol , ce que le Réunionnais Fred Hubert, installé à Toulon explique par « aimer la douceur de vivre et bien manger » La cuisine, en effet révèle l’identité de chacun. Dès 1988, au sein du Programme « Culture(s) empiriques et identité(s) culturelle(s) à La Réunion, l’Université de La Réunion. « Dis-moi en quelque sorte, comment tu manges et ce que tu manges et je te dirai qui tu es . » Les enquêtes sur la cuisine : hypothèse,
  17. 17. résultats, tendances réalisées par un collectif d’instituteurs à St Leu ont pu être ainsi confrontées à l’évolution d’un genre littéraire récent, le livre de cuisine à La Réunion, traditionnel et… moderne . Manger n’est pas anodin . Manger créole (ou pas) relève d’une stratégie identitaire consciente ou inconsciente . A l’art de vivre, s’ajoute une attitude militante et résolument constructive de l’être créole . Le mardi, à 18h21, le journaliste guadeloupéen, Alfe Jocksan, travaillant en Hexagone, depuis des décennies sur la question antillaise notamment, écrit « il faut savoir pour certains, le thème négritude était prétexte à dévoiement, à une contemplation complaisante de soi, de l'homme noir décolonisé. S’agissant de la créolité, c'est l'aboutissement d'un rapport de forces prétendant la disparition du racisme dans les ex pays colonisés et de la mise en place d'un système économique, politique et social mieux engendré de notre époque post-esclavagiste…. Il poursuit :
  18. 18. « être créole, aujourd'hui, pour beaucoup d'entre nous cela signifie partager un art de vivre, un art culinaire, une histoire commune, une culture du respect, un art poétique qui n'incarne pas la révolte. Mais le mieux vivre ensemble. c'est aussi la remise en question de concepts traditionnels de notre culture dans nos pays d'au- delà des mers, Guadeloupe, Martinique, la Guyane, La Réunion, l' île Maurice, Haïti, […]la Dominique, etc ...je dirai, Etre créole, c'est la somme des manifestations mises en place pour l'émancipation des êtres sur la race. » Etre créole c’est donc une philosophie de vie, une attitude quotidienne militante revendiquée encore par le Réunionnais Morgan Aupiais, par exemple ! Je cite : « la créolité […] c’est avant tout l’histoire d’une acculturation réciproque encore en cours actuellement. Elle n’est pas figée, elle se construit chaque jour. Etre créole au final c’est être multiple. Notre culture est le fruit de la rencontre de plusieurs populations qui pour arriver à vivre ensemble
  19. 19. sur un territoire aussi exigu se sont construites une identité sans pour autant oublier les particularismes de chacun. Etre créole c’est avant tout se sentir créole. Chacun de nous peut revendiquer sa créolité même s’il ne mange pas créole, ne parle pas le créole ou ne connait pas tous les écarts de notre île par coeur. Il s’agit avant tout d’un sentiment d’appartenance à un groupe qui ne nous rejette pas. Nul besoin de représenter toutes les facettes d’une créolité parfaite pour pouvoir se sentir créole. Ne devrions nous pas d’ailleurs remplacer le terme de créolité par celui de créolitude ? » Créolitude ou kréol-attitude, le débat reste ouvert…
  20. 20. EN CONCLUSION DE CE POINT 2. IDENTITE KREOLE ET REUNIONNITE Je dirai que plus qu’un art de vivre folklorique l’identité kréole et la réunionnité se caractérisent par une philosophie de vie, empreinte d’humour spécifique, qu’elle soit caribéenne ou indiane-océanique. Pour finir, dit La Réunionnaise Mélinda Moutouallaguin « je pense qu'il reste des irréductibles qui se disent être Créoles de nos jours, mais le sont-ils vraiment au quotidien, et qu’est- ce-qu’ être créole pour eux ?? Chacun sa définition. Mais à la Réunion avec tellement de mélange on aurait plus tendance à dire plus… malbar, caf, chinois, zarab, yab, blanc, zoreil et quand on est en dehors de la Réunion on est Réunionnais. »
  21. 21. L’identité kréole, en effet, comme toute identité s’exacerbe et se construit dans l’exil et dans la souffrance de l’absence.. 3. REUNIONNITE, KREOLITE ET AVENIR DU MONDE - nous avions commencé notre propos par la langue kréole qui, rappelons-le une nouvelle fois avec force, avait rassemblé linguistiquement et cimenté de multiples peuples différents en un peuple réunionnais, ce qu’on appelle « nout nasyon
  22. 22. réyoné ». La langue kréole demeure un facteur d’unification, aujourd’hui . - Cette langue, extraordinaire outil de résistance nous montre encore le chemin. Les peuples créoles du monde entier doivent être fiers de leur langue et de leur histoire. - Ils doivent avoir confiance en leur identité et leur histoire. Assimilons et portons au firmament la leçon magistrale du créole haïtien. A force de luttes pacifiques néanmoins déterminées, cette langue créole haïtienne, aux côtés par exemple de l’italien, fut classée, en 2008, parmi les langues reconnues officiellement à New-York ou à Miami, ALORS QUE LE FRANÇAIS N’EST PAS RECONNU DANS CE CONTEXTE PRECIS . Dans toute administration à New-York par ex, dans les hôpitaux, les patients peuvent, officiellement demander un interprète dans leur langue créole, en ce qui nous concerne .
  23. 23. - La langue créole est la langue régionale la plus parlée au monde ! Par égard pour nos ancêtres qui nous l’ont léguée, maculée de sang et de sueur, nous devons poursuivre cette quête identitaire, pour notre génération mais également pour les générations à venir. - Les générations futures, le monde de demain sera créole. Par essence et devenir métissée, la société humaine devra concilier de multiples cultures parfois contradictoires, toujours complexes et …. riches. - Je sélectionne ici, la contribution internaute de Didier Clamagirand . Je prie encore une fois tous les internautes ayant participé à ce forum de me pardonner si je ne peux tous les citer, ce soir .
  24. 24. De la Guadeloupe, Didier Clamagirand écrit le mercredi 23 sept, à 18h22 : « Bonjour je ne parlerai qu'a partir de ma propre expérience (je dis ça comme s'il pouvait en être autrement). Je suis créole même si ma couleur et mon lieu de naissance ne le montre pas de manière précise. Je suis créole parce que j'aime le pays dans lequel je vis, ou j'y ai vécu des moments sublimes mais aussi d'autres pénibles. Je suis 1 homme ... multiracial de par mes origines aussi bien occidentales, amérindiennes, indiennes, qu'africaines. Je suis créole parce que j'ai su jeter le fouet de mes pères mais aussi oublier les chaînes de mes mères. Je suis créole parce que l'odeur de la mer me rappelle mes ancêtres pirates ainsi que ceux enfermés dans les calles. Je suis créole parce que j'ai dépassé tout cela et qu'aujourd'hui je crois en la beauté, en la bonté, en la richesse de mon pays, de mon île la Guadeloupe mais aussi en la multitude de soeurs qui l'entoure, et que chaque matin je remercie les Dieux de me permettre d'y vivre. » Fin de citation .
  25. 25. - Etre Kréol, aujourd’hui, pour moi, Lydie CONDAPANAIKEN-DURIEZ, c’est être citoyen avant- gardiste du monde de demain : un monde où le respect de l’autre et de sa différence sera la condition inhérente à la sauvegarde de l’humanité. - APPRENONS A CONNAITRE NOTRE HISTOIRE APPRENONS A MIEUX NOUS CONNAITRE LES UNS LES AUTRES ENTRE KREOLS POUR QU’ENSEMBLE NOUS PUISSIONS IRRADIER LE MONDE.
  26. 26. - Forts de notre histoire et de notre identité commune, NOURRIS DE NOS SPECIFICITES COMME DE NOS DIFFERENCES nous pourrons alors RAYONNER /REYONE DANS LE MONDE. CONCLUSION : En conclusion, je tiens à vous donner, ce soir, à l’Assemblée Nationale, la primeur de l’article de Patrick CONDAPANAIKEN, titulaire d’un DESS en gestion d’entreprise d’insertion . Mon frère installé à La Réunion a tenu à nous apporter sa vision
  27. 27. actuelle de cette identité créole, avant sa publication dans les prochains jours dans le JIR , Journal de l’Ile de la Réunion. Je lis donc, l’article de Patrick CONDAPANAIKEN, du mardi 22 sept. 2009 Ouvrez les guillemets : « Etre Créole : question intéressante. Soit on vit en Martinique et ce sont les Blancs du pays . Soit on est à l’ile Maurice et ce sont des Noirs du pays. Soit encore, on est à la Réunion et selon que ça s’écrit Créole ce sont des yabs, soit ça s’écrit avec un K et ce sont tous les autres habitants. Etre créole aujourd’hui c’est être assimilé ou métis ou télescopé. Parler créole c’est une chose, penser en créole, c’en est une autre. Le parler créole n’est plus trop d’actualité aujourd’hui. Quand on va à la banque, vers une administration ou à l’école, la langue n’est pas le créole mais le français. Là, est la problématique : kréol/français.
  28. 28. Pour quelqu’un qui parle les deux langues : pas de problème ! Et pour celui qui ne parle que le kréol ??? Le français reste la langue d’assimilation des DOM et des Tom. Le kréol est en perte de vitesse et de reconnaissance. Nonobstant les efforts des musiciens, des humoristes et de certains intellectuels. Etre kréol aujourd’hui c’est différent d’être créole hier. La créolie de Gilbert Aubry a perduré. Etre kréol aujoud’hui à la Réunion c’est être REUNIONNAIS. Etre kréol aujourd’hui ne se résume pas à parler kréol. Et le paradigme se pose lors de mariage mixte : quelle religion, quelle culture, quelle civilisation donner à nos enfants. Comment les élever ? Comment choisir une religion, un style musical, une danse, une philosophie et une civilisation sans frustrer l’autre conjoint ? L’amour suffit-il à accepter tout ? A tout accepter ? Etre kréol blanc, catholique et inscrit dans le système de valeurs occidental ne suffisent plus.
  29. 29. Choisir d’être un futur erzath d’un Américain c’est bien. Mais pense-t- on que l’Amérique bouge ? Où trouver un homme aussi puissant que le métis Barak Obama ? Etre kréol aujourd’hui c’est refuser l’assimilation qui est l’absorption d’une culture par une autre, mais vivre son métissage pleinement. Cependant cela suppose des questionnements, des choix et des engagements. Comment faire connaître par exemple Shiva et Vishnou sans tomber dans la crainte de la sorcellerie ? Comment assister à un kabar malgache sans tomber dans l’ignorance ? L’intégration et l’insertion se heurtent à ce concept d’être kréol et d’ être métis. Les curseurs s’entrechoquent, s’annihilent des fois, mais se métissent souvent. L’assimilation veut dire qu’une culture dévore l’autre au point de la rendre néante . Encore une fois, c’est dans l’éducation dans le sens le plus large qu’on s’y retrouve : le métissage est la réponse. L’insertion et l’intégration sont les deux conséquences d’une bonne ou moins bonne acceptation du métissage.
  30. 30. Michel Debré disait « créole un jour, créole toujours » ; je ne pense pas que cela soit si facile que ça. Etre kréol se construit. AUJOURD’HUI , PLUS QUE JAMAIS !!! Etre Kréol aujourd’hui … c’est rêver… en kréol . » FERMEZ LES GUILLEMETS . ET fin de la réflexion actuelle du Réunionnais Patrick CONDAPANAIKEN En guise de conclusion toute personnelle, en ce vendredi 25 septembre 2009, j’affirmerai donc, devant vous tous, Réunionnais, Guadeloupéens, Martiniquais, Mauriciens, et vous tous Créoles de sang et de coeur :
  31. 31. LE MONDE D’AUJOURDUI EST KREOL SANS LE SAVOIR . LE MONDE DE DEMAIN SERA KREOL OU NE SERA PAS .
  32. 32. BIBLIOGRAPHIE SUCCINTE PAR ORDRE ALPHABETIQUE : Alain ARMAND, Le créole dans le roman engagé réunionnais contemporain, Université de La Réunion, 1981 . Robert CHAUDENSON, Des îles, des histoires et des langues. Essai sur la créolisation linguistique et culturelle, L’Harmattan, 309 p. Patrice COHEN, La Réunion, une île entre nourriture et nourritures . Approche anthropologique et bioculturelle de l’alimentation, Thèse soutenue le 13 janvier 1993 à Aix-en-Provence, 664 p. Prosper EVE, La mort à La Réunion, de la période moderne à la période contemporaine, Université de Provence, 3 tomes. Axel GAUVIN, Du créole opprimé au créole libéré, L’Harmattan, 120 p.
  33. 33. Thérèse GEORGEL, Contes de légendes des Antilles, Pocket Jeunesse, 2004, 210 p. Daniel HONORE, Devinettes créoles. Zedmo yèr ek zordi . Editions UDIR, 2003, 125 p . Daniel HONORE, Contes créoles . La Rénion zanfan lo monn . Traduction française par J.François SAMLONG, Editions UDIR, 2003, 139 p. Daniel HONORE, Contes créoles. Tome 2. Traduction française par J.François SAMLONG, Editions UDIR, 2005, 132 p . Daniel HONORE, Kroyans . Superstitions à La Réunion . Editions UDIR, 1995, 113 p. Daniel HONORE, Dictionnaire d’Expressions créoles . Semi-lo-mo . Editions UDIR, 2002, 421 p. Roger LAVERGNE, Le Grand Livre des Tisaneurs et plantes médicinales indigènes de La Réunion, Editions Orphie, 2001, 521p. Jacques SHEIK AMODE HOSSEN, La question du créole à Maurice depuis l’Indépendance, Université de La Réunion, 1984 . Daniel VAXELAIRE, 15 contes de l’Océan Indien, Castor Poche, 2002,
  34. 34. 127 p. COLLECTIFS : Contes, devinettes et jeux de mots aux Seychelles, éd.Akpagnon/ACCT, 1983 . Cuisines/Identités, Daniel BAGGIONI et J.Claude Carpanin MARIMOUTOU, Université de La Réunion, 1988, 201 p. Dictionnaire des Titim et Sirandanes . Devinettes et jeux de mots du monde créole . Ibis Rouge Editions, Presses Universitaires Créoles/ GEREC, 1998, 327 p. Epidémies et pharmacopée traditionnelle dans l ‘histoire des îles de l’Océan Indien . Sous la direction de Sudel FUMA et Jocelyn CHAN LOW, Université de La Réunion, 2008, 335 p. La recherche anthropologique à La Réunion. Vingt année de travaux et de coopération régionale . Sous la direction de Bernard CHERUBINI, l’Harmattan/Université de La Réunion, 1999 , 239 p. Le Monde créole. Peuplement, sociétés et condition humaine, XVIIe-Xxe siècles . Mélanges offerts à Hubert Gerbeau .Sous la direction de Jacques Weber. Les Indes savantes, 2005, 528 p.
  35. 35. Mémoire orale et esclavage dans les îles du Sud-Ouest de l’Océan Indien : silences, oublis, reconnaissance . Sous la direction de Sudel FUMA, Université de La Réunion/UNESCO, 2004, 319 p. 1000 proverbes créoles de la Caraïbe francophone, Editions Caribéennes, Agence de Coopération Culturelle et Technique, 1987, 114 p. Outre-mer : le défi des singularités, groupe « Outre-mer », présidé par Gérard Belorgey, Préparation du XI ème plan, La Documentation française, 214 p. Santé, société et cultures à La Réunion, Anthropologie médicale, psychiatrie, AMADES, CERSOI, ARERP, 2001, 150 p.
  36. 36. QU’EST-CE ETRE CREOLE, SELON VOUS, MES AMIS ? FORUM LANCE LE 21 SEPT, 22h22 heure de Paris Odile Imanbakas Avoir une identité, avoir des repères, être soi, et respecter ses origines et ses moeurs. Ca te va, en tout cas pour ma part. Bisous. 21 septembre, à 22:34 — Supprimer Fred Hubert pareil lol+ aimer la douceur de vivre et bien manger 21 septembre, à 22:58 — Supprimer Odile Imambakas Yes Fred !!!! 21 septembre, à 23:05 — Supprimer Fred Hubert ou refait pa in kreol ^^ 21 septembre, à 23:06 — Supprimer Odile Imambakas Non, on se refait pas !!! lllollll !!! 21 septembre, à 23:09 — Supprimer Marc Cotret ....La Gwadloup' cè tan moin...AUSSI...!!! ... Péy an moin...moun en moin....!!! ....La Guadeloupe est belle, n'est faites pas une poubelle...!!! ....Zouk là, sè sel médicamen' nou ni... ....Aîyyy doudou!!..doudou.coucoune-aw dou....!!!... Lire la suite... Y'a qu'un seul dieu, en trois personnes.. (chleuchleux)... Ban moin on ti bô, dé ti bô, troi tit bô, doudou...!!!....Y raid kon maîs, mè a pa on maîs...!!!et bien sur et surtout ... ''WEST INDIES'' ..... dePatrck SAINT
  37. 37. ELOIS mon ami de tourjours...@@@Kimbé rèd, pa moli, bô dl'an mè...pa loiin..Gran bô, é bon limbé a toutmoun ko la' Marc COTRET mar, à 08:10 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez IDENTITE : repères et respect de ses origines et moeurs ! oui mais encore, Odile , tous les Gwada sont-ils des Créoles ??? ART de vivre et identité culinaire ...!Fred, douceur de vivre et bien manger : comment et pourquoi ? mar, à 08:16 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez MArc, revendication de cette créolité AUSSI ! Péy, moun : Quels gens précisément ? En quoi se reconnait le Créole ? Attitude militante de préservation de cette belle Guadeloupe ! Le Zouk comme pansement de quelle affection ??? Amour ...pourquoi ?... Lire la suitePAtrick St ELoiWest Indies, mais encore ...Combat... mar, à 08:21 — Supprimer Odile Imambakas OUI, tous les Gwadas sont Créoles !!! Je le pense, être né, ou avoir grandi sur l'île, font que nous le sommes. L'adaptation, la compréhension. C'est toujours pas ça mon Koeur ? mar, à 08:29 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez je sui heureuse de l'entendre chérie ! Et cesse de croire que je détiens la VERITE,doudou !!! c très gênant ... atpr. Doux rêves! CREOLISES ? qu'est-cee eeeeee ??????? mar, à 08:38 — Supprimer Marc Cotret Combat.... quel mot absurde...!!!nous sommes dans une des plus belles iles du monde..compos... Lire la suiteée d'Antillais qui par nature sont
  38. 38. fraternels, jovials, de bonne éducation, qui par leur grande majoritée se plaisent et sont rassurés par le couvert social et les aides apportés par l'état français et l'europe.. Si être créole est, être originaire, et/ou natif, c'est aussi et surtout de l'aimer et d'aimer, aussi cette patrie, la France, qui à toujours su, sous son aile, nous faire garder cette identité qui est la notre :être et se sentir Créole..Je ne veux pas être ''terre à terre'', mais : pose cette question à un Haîtien.... mar, à 08:51 — Supprimer Odile Imambakas MERCI MARCO !!! MERCI KFRINE. mar, à 08:55 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Je la pose cette question à tous ceux qui veulent ou qui peuvent r... Lire la suite épondre, ici et maintenant, mon cher Marc ! Le combat n'est pas toujours celui qu'on croit . Se combattre les uns les autres : NON ! Combattre pour que l'identité créole soit connue et reconnue : OUI ! Et la diaspora haïtienne à New York ou à Miami ont porté ce combat jusqu'à la reconnaissance de la langue créole dans les administrations de certains états américains !NON aux POUBLLES sous toutes ses formes !NON non plus à la béatification de La France !OUI à la juste reconnaissance des uns et des autres ! Des autres et des uns ! Qu'en penses-tu, MArc ? mar, à 09:21 — Supprimer Fred Hubert pour la reunion :c'est vivre ensemble se melanger. la langue a ete cree pour que toutes les ethnies qui se croisaient sur l'ile aient qq chose en commun nous sommes un carrefour entre l'asie et l'afrique tout en etant francais et ca se reflete dans la cuisine (epices...) art de vivre ... ... Lire la suitepour les autres iles, ily a des similitudes dans l'heritage,je crois... bref .etre creole c'est etre un "melange" et faire vivre cet heritage du partage, du respect, des autres cultures et du plaisir des sens ....
  39. 39. mar, à 09:36 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Créole : MELANGE, METISSAGE (et malgache, indien, musulman ou malbar, européen ...)fondamental à La Réunion. Linguistique, ethnique, culinaire, musical (?!, Fred!) etc...IDENTITAIRE. FAIRE VIVRE CET HERITAGE DU PARTAGE, DU RESPECT, DES AUTRES CULTURES ET DU PLAISIR DES SENS .... Aujourd'hui , Fred, est-on Créole ou Réunionnais ? mar, à 09:43 — Supprimer Marc Cotret Bien Fred..! mar, à 10:00 — Supprimer Ludovic Party Les créoles ne sont pas ceux que l'on appelle Békés en Martinique? C'est à dire les descendants des maitres esclavagistes. Moi je suis martiniquais et certainement pas créole, fils de père mulâtre et de mère afro- portugaise et je ne considère pas les antillais comme des créoles mais comme des caribéens, le mot créole à quelque chose de colonial quelque part qui me déplait. Donc je ne saurais pas quoi répondre. mar, à 10:39 — Supprimer Alfe Jocksan Depuis quelques ann... Lire la suiteées, on écrit beaucoup sur ce sujet, et on n'a sans doute pas fini de tracer des lignes. de continuer d'évoquer ce theme de créolité. il faut savoir pour certain le theme négritude était prétexte à dévoiement, à une contemplation complaisante de soi, de l'homme noir décolonisé. s"agissant de la créolité, c'est l'aboutissement d'un rapport de forces prétendant la disparition du racisme dans les ex pays colonisés et de la mise en place d'un système économique, politique et social mieux engendré de notre époque, post-eclavagiste. mar, à 18:26 — Supprimer
  40. 40. Alfe Jocksan Etre cr... Lire la suiteéole, aujourd'hui, pour beaucoup d'entre nous cela signifie partager un art de vivre, un art culinaire, une histoire commune, une culture du respect, un art poétique qui n'incarne pas la révolte. Mais le mieux vivre ensemble. c'est aussi la remise en question de concepts traditionnels de notre culture dans nos pays d'audela des mers, Guadeloupe, Martinique, la Guayane, La Réunion, l' ile Maurice, Haiti, Madagascar, la Dominique,etc...je dirai, c'est la somme des manifestations mises en place pour l'émancipation des etres sur la race. mar, à 18:29 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Ludovic, je pense que Alfe t'a répondu en partie. L'étymologie du mot et son histoire notamment aux Antilles peut porter à confusion aujourd'hui. A l'île Maurice, par exemple, est Créole (ou l'était??) le Noir et non le Blanc .... Alfe, ton analyse de journaliste éclairé m'enchante. Juste une rectification minime, à Madagascar, les Malgaches ne parlent pas créole et ne sont pas Créoles . En revanche, le cas des Seychelles est trèèsssss trèèsssssss intéressant, dans la sphère indiane-océanique. mar, à 23:34 — Supprimer Didier Clamagirand Bonjour je ne parlerai qu'a partir de ma propre experience (je dis ca comme s'il pouvait en etre autrement). Je suis creole meme si ma couleur et mon lieu de naissance ne le montre pas de maniere precise. Je suis creole parce que j'aime le pays dans lequel je vis, ou j'y ai vecu des moments sublimes mais aussi d'autres penibles. Je suis 1 homme ... Lire la suitemultiracial de par mes origines aussi bien occidentales, amerindiennes, indiennes, qu'africaines. Je suis creole parce que j'ai su jeter le fouet de mes peres mais aussi oublier les chaines de mes meres. Je suis creole parce que l'odeur de la mer me rappelle mes ancetres pirates ainsi que ceux enfermés dans les calles. Je suis creole parce que j'ai depassé tout cela et qu'aujourd'hui je crois en la beauté, en la bonté, en la richesse de mon pays, de mon ile la guadeloupe mais aussi en la multitude de soeurs qui l'entoure, et que chaque matin je remercie les Dieux de me permettre d'y vivre. mer, à 18:12 — Supprimer
  41. 41. Morgan Aupiais Le notion de cr... Lire la suiteéolité est aujourd’hui assez difficile à définir tant les exemples de créolités à travers le monde sont diverses et parfois radicalement opposés. L’unique élément qu’à mon sens nous pouvons mettre en avant afin de définir une créolité universelle se serait la notion d’île. En ce qui concerne La Réunion où je suis né et ai grandi, quelles ethnies peuvent aujourd’hui se prétendre créole? Sans aucun doute beaucoup plus qu’auparavant. Arrivées par vagues successives, les différentes communautés qui forment le paysage social réunionnais n’ont pas toutes été considérées d’amblé comme créole, à l'exception des plus anciennes, Yab et Caf’ voire Malgache pour ceux qui feraient la distinction. Que ce soit les Malbars, les Chinois, les Z’arabes ou plus récemment les Comoriens, tous ont été mis en marge de cette créolité. Pourtant n’ont ils pas chacun à leur façon apporté de nouveaux traits à notre culture créole? mer, à 21:43 — Supprimer Morgan Aupiais (la suite lol) La cr... Lire la suiteéolité à mon sens c’est avant tout l’histoire d’une acculturation réciproque encore en cours actuellement. Elle n’est pas figée, elle se construit chaque jour. Etre créole au final c’est être multiple. Notre culture est le fruit de la rencontre de plusieurs populations qui pour arriver à vivre ensemble sur un territoire aussi exigu se sont construites une identité sans pour autant oublier les particularismes de chacun. Etre créole c’est avant tout se sentir créole. Chacun de nous peut revendiquer sa créolité même s’il ne mange pas créole, ne parle pas le créole ou ne connais pas tous les écarts de notre île par coeur. Il s’agit avant tout d’un sentiment d’appartenance à un groupe qui ne nous rejette pas. Nul besoin de représenter toutes les facettes d’une créolité parfaite pour pouvoir se sentir créole. Ne devrions nous pas d’ailleurs remplacer le terme de créolité par celui de créolitude? A méditer... mer, à 21:45 — Supprimer Anne Sophie Grondin
  42. 42. moi je me consid... Lire la suiteère comme créole parce que je suis née et que je vis dans un univers créole qui comprend de nombreux horizons;je vis (ou vivais maintenant!lol)avec une langue créole,une nourriture et tout un ensemble créole que j'admire , je suis métisse que ce soit dans ma couleur de peau, dans ma culture, dans ma manière de penser, d'aborder le monde. J'ai des principes que j'ai acquis plus facilement grace à cette chance d'etre créole comme la reconnaissance d'autrui quel qu'il soit, l'indulgence, l'ouverture d'esprit. Maintenant c'est sur que tout le monde ne sait pas exploiter cette chance mais je pense que les outils pour le faire sont à portée de main et prêts à l'usage peut être beaucoup plus qu'ailleurs. Maintenant c'est sur que le terme "créole" est subjectif mais tant que chacun se sent bien comme il est c'est l'important! mer, à 22:08 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Mon bann dalon ek dalone, mi oubli pas zot ! Juste un peu lasse ce soir, pas les neurones opérationnels pour commenter vos VERITABLES DISSERTATIONSSSSSSSSSSS ! Déjà BRAVO A TOUS ET FELICITATIONS POUR VOTRE ACUITE !!! CONTINUEZ A DEBATTRE ! Demain, promis je suis là au toptop ! bizou tou dou réyonèz zot toute ! Hier, à 01:55 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Demain donc : conf... Lire la suiteérence-débat à l'Assemblée Nationale, à 14h, "Qu'est-ce être créole ?" . Organisé par "Tous Créoles", autour de sa Présidente à Paris, Nathalie Fanfant . Je serai parmi les intervenants officiels, en tant que docteur en littérature comparée et sciences humaines. Je dois finaliser ma conférence, ce soir et ne me manquerai pas de vous tenir au courant. Vos contributions d'une exceptionnelle qualité, mes chers amis, assoient ma vision du monde créole. Peut-être serais-je amenée à vous citer ? Hier, à 19:28 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez
  43. 43. DANS LE CAS OU VOUS NE LE SOUHAITERIEZ PAS - MALGRE LE CARACTERE PUBLIC DU FORUM INTERNAUTE - MERCI DE ME LE SIGNALER ! A tout bientôt !!!!!!!!! Hier, à 19:32 — Supprimer Didier Clamagirand Lol, cela ne me pose aucun problme, je n'en ai aucune honte et prend tjrs la responsabilité de mes actes mais aussi de mes propos tant qu'il ne sont pas sorti de leurs contextes et donc retranscrit avec fidelité. Hier, à 22:01 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Didier, con-textuel et fidèle, je suis et serai. Pour toi et pour tous nos amis impliqués dans ce défi inédit, le titre provisoire de ma conf. de demain: "Etre Kréol : entre devenir identitaire et avenir du monde." Label déposé. Hier, à 22:30 — Supprimer Didier Clamagirand Lol, merci lydie. Je ne saisi pas bien les raisons du tiret dans contextuel si c'est a prendre a 1 degré elevé ou 1 forme particuliere d'humour mais qu'importe, je ne pourrais que répéter mes propos et rajouter que si d'emblée je n'avais pas eu confiance en toi je n'aurais pas pris la peine de m'exprimer sur ta page. Kiss Hier, à 22:39 — Supprimer Lydie Condapanaïken-Duriez Con- du latin cum : avec . Hier, à 22:41 — Supprimer Didier Clamagirand Ok, merci de cette precision, je me doutais bien d'1 raison de ce type. Gentil jeu de mots. Kiss. Hier, à 22:53 — Supprimer

×