Mª del carmen gómez martínez 3º francés

1,993 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,993
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1,375
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Mª del carmen gómez martínez 3º francés

  1. 1. Nathalie, est partie... Elle est arrivée en Espagne il y a déjà dix ans en provenance d’un pays d’Europede l’est, elle venait par regroupement familial avec trois fils. Nathalie venait avec sa valise pleine de souvenirs, peut-être quelques illusions etsurtout très peur de l’inconnu. Le temps s’est déroulé entre des larmes et des contacts téléphoniques avec ceuxqui sont restés là-bas: la famille et les amis qui ont été le cordon ombilical avec sa terre. La santé de Nathalie était fragile à cause des séquelles de Tchernobyl parcequ’elle avait subi les conséquences des travaux précaires (les champs, le nettoyageetc...) Elle a attendu son permis de résidence avec angoisse pendant beaucoup detemps, pour pouvoir visiter son pays, c’est pour cela qu’elle vivait en rêvant et enplanifiant sa visite pendant son séjour. Ses fils grandissaient sans trouver leur identité et sans enracinement, ce quiprovoquait des problèmes de cohabitation, c’est pour cela qu’elle a passé beaucoup denuits blanches en attendant son retour. Nathalie laissait passer le temps pendant que sa famille se décourageait, ellen’avait pas trouvé le soutien de son mari non plus puisque son mariage avait été pendantdes années “ un va et vient”. C’est vrai que plusieurs fois elle a pu toucher la lune de ses mains, elle a pucompter les euros par centaines, faire ses courses dans un grand supermarché et dégusterde succulents mets, elle a pu acheter un manteau de fourrure ou une caméra mais ça neremplissait pas son cœur et Natalie pleurai… rêvait... et éprouvait de la nostalgie poursa terre, son pain noir, sa soupe en choupe et oignons, ses collants recousus plusieursfois. Elle se demande : « Quel est le prix pour être heureux quand nous sommes loinde notre terre? Elle répétait souvent : - Un jour je partirais pour toujours! Ce jour là est enfin arrivé, la crise a favorisé son retour et Vendredi Saint,Nathalie a pris l’avion avec sa valise remplie d’espoirs et d´illusions en laissant derrièreelle les souffrances pour retrouver sa famille qui l’attendait pour fêter Pâques. Nathalie meurt d’envie de fêter Pâques. Bonne chance Nathalie! Mª del Carmen Gómez Martínez 1º Nivel Intermedio

×