Web-to-Store : les messages clés du Livre Blanc Mappy
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Web-to-Store : les messages clés du Livre Blanc Mappy

on

  • 2,887 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,887
Views on SlideShare
2,149
Embed Views
738

Actions

Likes
1
Downloads
110
Comments
0

4 Embeds 738

http://www.scoop.it 463
http://www.consonaute.fr 257
http://marketingdecrypte.com 16
https://twitter.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Web-to-Store : les messages clés du Livre Blanc Mappy Web-to-Store : les messages clés du Livre Blanc Mappy Presentation Transcript

  • Livre Blanc « Web-to-Store : Enjeux et opportunités pour le commerce physique à l’ère du digital Les Messages Clés
  • 1. L’acheteur cross-canal est une réalité Aujourd’hui, la recherche online s’est généralisée, mais également l’achat online. Malgré tout, les ventes se réalisent toujours majoritairement en magasin.
  • 2. Les clés d’arbitrage entre achat digital et achat physique sont multiples Les acheteurs réalisent leur achat sur Internet plutôt qu’en boutique, principalement grâce aux prix, aux promotions que l’on peut trouver et à la praticité de l’acte d’achat, le temps passé. Les acheteurs réalisent leur achat en boutique plutôt que sur Internet principalement car ils peuvent accéder au produit, et car ils peuvent l’obtenir, le consommer immédiatement. Néanmoins, le développement par les e-commerçants, d’offres de livraison dans la journée peut remettre en question cet arbitrage de la part des consommateurs.
  • 3. Ce qui explique les différences de taux de pénétration du e-commerce selon les secteurs Les secteurs les plus touchés par le e-commerce sont la culture, l’électronique et le tourisme, en raison de la dématérialisation de l’expérience (culture), de l’élasticité au prix (tourisme) et de la standardisation des produits (électronique). Les secteurs les moins touchés, pour le moment par le e-commerce sont l’alimentaire et le secteur santé/beauté, en raison du contact avec le produit (toucher, essayer, consommer immédiatement). Ces chiffres tendent cependant à l’augmentation, ce qui montre que l’achat sur Internet n’est jamais loin. Le secteur des vêtements et chaussures est quant à lui un cas particulier. En effet, les acheteurs sont très actifs aussi bien en commerce de proximité que sur Internet.
  • Certains secteurs constituent des achats impliquants pour les consommateurs, nécessitant une grille de comparaison complexe entre les offres (prix, qualité du produit/service,..). La recherche d’information se fait donc à la fois en commerce de proximité et sur Internet, avant de finaliser la vente sur l’un ou l’autre des canaux. Le lieu de l’achat dépendra des résultats de la recherche de l’acheteur. Il se déplacera en commerce de proximité s’il est sûr de trouver le produit, le prix, le renseignement qu’il recherche. S’il n’est pas sûr d’avoir un résultat en se déplaçant, il se rendra dans une grande enseigne ou sur Internet pour effectuer son achat. Ceci impose aux commerçants (grandes surfaces et commerces de proximité) de fournir des informations riches sur leur commerce pour entrer dans l’équation de choix du consommateur. Recherche et achat dans un commerce de proximité Recherche sur internet et achat dans un commerce de proximité Recherche dans un commerce de proximité puis achat sur internet Recherche et Achat sur internet
  • 4. La demande des clients impose une révolution de l’offre Pour faire face à ces nouveaux comportements, le commerce physique doit se réinventer. Il ne peut plus fonctionner de manière étanche par rapport au e-commerce, au risque de voir les géants d’Internet ou les grandes enseignes, soutirer l’ensemble des parts de marchés. Cependant, les défis sont différents en fonction des types de commerce. Dans deux dimensions : - Attirer des clients dans ses points de vente - Transformer une visite en achat 5. Réseaux d’enseignes C’est la cohérence entre l’offre online et offline de l’enseigne (autour du prix notamment) qui prime et la capacité à proposer un continuum de service entre magasins et sites en ligne. 6. La GSA Pour la GSA, il faut réinventer l’expérience en magasin ou inventer de nouveaux modèles d’achat mixant digital et commerce physique (drive par exemple).
  • 7. Les commerces de proximité Pour les commerces de proximité, il faut prendre conscience de la réalité des attentes des consommateurs et y répondre. Les raisons d’achat, que ce soit en commerce de proximité ou sur Internet, vues par les commerçants sont très différentes, très décalées des raisons évoquées par les acheteurs eux-mêmes. TOP 5 – Raisons d'achats dans un commerce de proximité TOP 5 – Raisons d'achats sur internet depuis un ordinateur En bleu les attentes des utilisateurs En vert , commerçants, quels sont, d’après vous, les raisons d’achat dans les commerces de proximité ?
  • 8. Le salut des commerçants indépendants ne viendra pas du e-commerce Sur les 117 500 sites marchants actifs en France, 1% enregistrent plus de 5000 transactions par mois, 89% en enregistrent moins de 100 dont 36% mois de 10. Le montant moyen d’une transaction est de 87,5 euros.
  • 9. La priorité est d’être visible par le consommateur ROPO La priorité est d’être visible par le consommateur ROPO qui recherche sur Internet avant d’acheter en magasin. Le commerce physique doit attirer les consommateurs en magasin. Pour ce faire, le commerçant doit privilégier les carrefours d’audience. Internet devient un moyen de communication indispensable. Créer son propre site Internet ne sera pas suffisant pour un commerce de proximité. En effet, pour être visible sur la toile, il faudra que le commerçant dépense des milliers d’euros afin d’être correctement référencé. Des compétences en la matière et un budget conséquent sont donc nécessaires. Seule solution pour le commerçant indépendant, saisir l’opportunité de se créer une place sur un carrefour d’audience. Sans cela, les informations sur le commerce seront perdues dans la sphère d’Internet. Les commerçants doivent capitaliser sur les outils mis-à-disposition par les acteurs de la recherche locale pour prendre la main sur leur communication digitale, contrôler et mettre à jour les informations qui les concernent et renvoyer les clients vers leur magasin. Les offres des magasins auront donc une visibilité semblable à celle des e-commerçants. C’est dans le magasin, là où se font encore la majeure partie des transactions, qu’ils pourront capitaliser sur leur savoir- faire et construire une relation sur-mesure et pérenne avec leurs clients. Et éviter d’être confronté à des clients faisant du showrooming (client prenant en magasin des informations et achetant par la suite sur internet) . Les commerçants auront donc une double visibilité, à la fois sur Internet, mais aussi, dans les zones de commerces physiques. Leur atout restera leur proximité avec le consommateur.