Therese raquin d’emile zola
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Therese raquin d’emile zola

on

  • 233 views

 

Statistics

Views

Total Views
233
Views on SlideShare
233
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Therese raquin d’emile zola Therese raquin d’emile zola Document Transcript

  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 1 SEQUENCE N°II : THERESE RAQUIN D’EMILE ZOLA : UN ROMAN NATURALISTE ?  Objet d’étude : - le roman et la nouvelle au XIXe siècle : réalisme et naturalisme  Objectifs : - découvrir les caractéristiques d’un mouvement littéraire - lire une œuvre romanesque longue : en repérer la structure, les grandes thématiques  Problématique de séquence : en quoi le roman d’Emile Zola respecte-t-il les grands principes naturalistes ?  Volume horaire de la séquence : environ 18 heures 30  SEANCE N° 1 : LECTURE ANALYTIQUE N°1 : L’incipit du roman (2 heures) Objectifs : - rappeler les fonctions de l’incipit romanesque - montrer en quoi le roman naturaliste est créateur d’atmosphère Texte d’étude : extrait du premier chapitre « Au bout de la rue Guénégaud, lorsqu’on vient des quais, on trouve le passage du Pont-Neuf, une sorte de corridor étroit et sombre qui va de la rue Mazarine à la rue de Seine. Ce passage a trente pas de long et deux de large, au plus ; il est pavé de dalles jaunâtres, usées, descellées, suant toujours une humidité âcre ; le vitrage qui le couvre, coupé à angle droit, est noir de crasse. Par les beaux jours d’été, quand un lourd soleil brûle les rues, une clarté blanchâtre tombe des vitres sales et traîne misérablement dans le passage. Par les vilains jours d’hiver, par les matinées de brouillard, les vitres ne jettent que de la nuit sur les dalles gluantes, de la nuit salie et ignoble. À gauche, se creusent des boutiques obscures, basses, écrasées, laissant échapper des souffles froids de caveau. Il y a là des bouquinistes, des marchands de jouets d’enfant, des cartonniers, dont les étalages gris de poussière dorment vaguement dans l’ombre ; les vitrines, faites de petits carreaux, moirent étrangement les marchandises de reflets verdâtres ; au-delà, derrière les étalages, les boutiques pleines de ténèbres sont autant de trous lugubres dans lesquels s’agitent des formes bizarres. À droite, sur toute la longueur du passage, s’étend une muraille contre laquelle les boutiquiers d’en face ont plaqué d’étroites armoires ; des objets sans nom, des marchandises oubliées là depuis vingt ans s’y étalent le long de minces planches peintes d’une horrible couleur brune. Une marchande de bijoux faux s’est établie dans une des armoires ; elle y vend des bagues de quinze sous, délicatement posées sur un lit de velours bleu, au fond d’une boîte en acajou. Au-dessus du vitrage, la muraille monte, noire, grossièrement crépie, comme couverte d’une lèpre et toute couturée de cicatrices. »  Confrontation du texte avec le tableau de Camille Pissaro, Le Pont de Rouen, 1896
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 2 Prolongements : lecture des chapitres I à XI du roman :  apprendre la séance 1 (interrogation orale)  effectuer une courte recherche biographique sur Emile Zola, en faire une fiche synthétique  SEANCE N°2 : LECTURE CURSIVE : chapitres IX à XI : la marche vers le crime (1 heure) Objectifs : - montrer comment le romancier met en scène une véritable marche vers le crime - analyser la tension qui traverse le roman, et donner l’envie aux élèves de poursuivre leur lecture  SEANCE N° 3 : LECTURE ANALYTIQUE N°2 (1 heure 30) Objectifs : - étudier une scène cruciale du roman, et son impact sur l’action romanesque - analyser le réalisme de la scène du crime
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 3 Texte d’étude : extrait du chapitre XI « Alors Laurent se leva et prit Camille à bras-le-corps. Le commis éclata de rire. « Ah ! non, tu me chatouilles, dit-il, pas de ces plaisanteries-là… Voyons, finis : tu vas me faire tomber. Laurent serra plus fort, donna une secousse. Camille se tourna et vit la figure effrayante de son ami, toute convulsionnée. Il ne comprit pas ; une épouvante vague le saisit. Il voulut crier, et sentit une main rude qui le serrait à la gorge. Avec l’instinct d’une bête qui se défend, il se dressa sur les genoux, se cramponnant au bord de la barque. Il lutta ainsi pendant quelques secondes. « Thérèse ! Thérèse ! » appela-t-il d’une voix étouffée et sifflante. La jeune femme regardait, se tenant des deux mains à un banc du canot qui craquait et dansait sur la rivière. Elle ne pouvait fermer les yeux ; une effrayante contraction les tenait grands ouverts, fixés sur le spectacle horrible de la lutte. Elle était rigide, muette. « Thérèse ! Thérèse ! » appela de nouveau le malheureux qui râlait. À ce dernier appel, Thérèse éclata en sanglots. Ses nerfs se détendaient. La crise qu’elle redoutait la jeta toute frémissante au fond de la barque. Elle y resta pliée, pâmée, morte. Laurent secouait toujours Camille, en le serrant d’une main à la gorge. Il finit par l’arracher de la barque à l’aide de son autre main. Il le tenait en l’air, ainsi qu’un enfant, au bout de ses bras vigoureux. Comme il penchait la tête, découvrant le cou, sa victime, folle de rage et d’épouvante, se tordit, avança les dents et les enfonça dans ce cou. Et lorsque le meurtrier, retenant un cri de souffrance, lança brusquement le commis à la rivière, les dents de celui-ci lui emportèrent un morceau de chair. Camille tomba en poussant un hurlement. Il revint deux ou trois fois sur l’eau, jetant des cris de plus en plus sourds. Laurent ne perdit pas une seconde. Il releva le collet de son paletot pour cacher sa blessure. Puis, il saisit entre ses bras Thérèse évanouie, fit chavirer le canot d’un coup de pied, et se laissa tomber dans la Seine en tenant sa maîtresse. Il la soutint sur l’eau, appelant au secours d’une voix lamentable. » Prolongement : lecture des chapitres XII à XVIII du roman ---------------------------------------------------------------------------------------  SEANCE N°4 : QU’APPELLE-T-ON « NATURALISME » ? (2 heures) Objectifs : - découvrir les principes du mouvement naturaliste à travers la préface de Térèse Raquin et quelques textes complémentaires d’Emile Zola - Rédaction d’une fiche d’histoire littéraire sur le naturalisme : la sélection d’informations 1 Etude de la préface de Thérèse Raquin
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 4 Objectifs : - étudier le projet de l’auteur et s’interroger sur la notion de « tempérament » Texte d’étude : « J'avais naïvement cru que ce roman pouvait se passer de préface. Ayant l'habitude de dire tout haut ma pensée, d'appuyer même sur les moindres détails de ce que j'écris, j'espérais être compris et jugé sans explication préalable. Il paraît que je me suis trompé. La critique a accueilli ce livre d'une voix brutale et indignée. Certaines gens vertueux, dans des journaux non moins vertueux, ont fait une grimace de dégoût, en le prenant avec des pincettes pour le jeter au feu. Les petites feuilles littéraires elles-mêmes, ces petites feuilles qui donnent chaque soir la gazette des alcôves et des cabinets particuliers, se sont bouché le nez en parlant d'ordure et de puanteur. Je ne me plains nullement de cet accueil; au contraire, je suis charmé de constater que mes confrères ont des nerfs sensibles de jeune fille. Il est bien évident que mon oeuvre appartient à mes juges, et qu'ils peuvent la trouver nauséabonde sans que j'aie le droit de réclamer. Ce dont je me plains, c'est que pas un des pudiques journalistes qui ont rougi en lisant Thérèse Raquin ne me paraît avoir compris ce roman. S'ils l'avaient compris, peut-être auraient-ils rougi davantage, mais au moins je goûterais à cette heure l'intime satisfaction de les voir écoeurés à juste titre. Rien n'est plus irritant que d'entendre d'honnêtes écrivains crier à la dépravation, lorsqu'on est intimement persuadé qu'ils crient cela sans savoir à propos de quoi ils le crient. Donc il faut que je présente moi-même mon oeuvre à mes juges. Je le ferai en quelques lignes, uniquement pour éviter à l'avenir tout malentendu. Dans Thérèse Raquin, j'ai voulu étudier des tempéraments et non des caractères. Là est le livre entier. J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair. Thérèse et Laurent sont des brutes humaines, rien de plus. J'ai cherché à suivre pas à pas dans ces brutes le travail sourd des passions, les poussées de l'instinct, les détraquements cérébraux survenus à la suite d'une crise nerveuse. Les amours de mes deux héros sont le contentement d'un besoin; le meurtre qu'ils commettent est une conséquence de leur adultère, conséquence qu'ils acceptent comme les loups acceptent l'assassinat des moutons; enfin, ce que j'ai été obligé d'appeler leurs remords, consiste en un simple désordre organique, et une rébellion du système nerveux tendu à se rompre. L'âme est parfaitement absente, j'en conviens aisément, puisque je l'ai voulu ainsi. On commence, j'espère, à comprendre que mon but a été un but scientifique avant tout. Lorsque mes deux personnages, Thérèse et Laurent, ont été créés, je me suis plu à me poser et à résoudre certains problèmes : ainsi, j'ai tenté d'expliquer l'union étrange qui peut se produire entre deux tempéraments différents, j'ai montré les troubles profonds d'une nature sanguine au contact d'une nature nerveuse. Qu'on lise le roman avec soin, on verra que chaque chapitre est l'étude d'un cas curieux de physiologie. En un mot, je n'ai eu qu'un désir : étant donné un homme puissant et une femme inassouvie, chercher en eux la bête, ne voir même que la bête, les jeter dans un drame violent et noter scrupuleusement les sensations et les actes de ces êtres. J'ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur des cadavres. » 2 Lecture cursive d’extraits de Zola : o Etude d’un extrait du Roman expérimental o préface de La Fortune des Rougon
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 5 o préface de L’Assommoir. Texte 1 : Extrait du Roman expérimental « Sans me risquer à formuler des lois, j'estime que la question d'hérédité a une grande influence dans les manifestations intellectuelles et passionnelles de l'homme. Je donne aussi une importance considérable au milieu. Il faudrait sur la méthode aborder les théories de Darwin; mais ceci n'est qu'une étude générale expérimentale appliquée au roman, et je me perdrais, si je voulais entrer dans les détails. Je dirai simplement un mot des milieux. Nous venons de voir l'importance décisive donnée par Claude Bernard à l'étude du milieu intra- organique, dont on doit tenir compte, si l'on veut trouver le déterminisme des phénomènes chez les êtres vivants. Eh bien! dans l'étude d'une famille, d'un groupe d'êtres vivants je crois que le milieu social a également une importance capitale. Un jour, la physiologie nous expliquera sans doute mécanisme de la pensée et des passions; nous saurons comment fonctionne la machine individuelle de l'homme, comment il pense, comment il aime, comment il va de la raison à la passion et à la folie; mais ces phénomènes, ces faits du mécanisme des organes agissant sous l'influence du milieu intérieur, ne se produisent pas au dehors isolément et dans le vide. L'homme n'est pas seul, il vit dans une société, dans un milieu social, et dès lors pour nous, romanciers, ce milieu social modifie sans cesse les phénomènes. Même notre grande étude est là, dans le travail réciproque de la société sur l'individu et de l'individu sur la société. Pour le physiologiste, le milieu extérieur et le milieu intérieur sont purement chimiques et physiques, ce qui lui permet d'en trouver les lois aisément. Nous n'en sommes pas à pouvoir prouver que le milieu social n'est, lui aussi, que chimique et physique. Il l'est à coup sûr, ou plutôt il est le produit variable d'un groupe d'êtres vivants, qui, eux, sont absolument soumis aux lois physiques et chimiques qui régissent aussi bien les corps vivants que les corps bruts. Dès lors, nous verrons qu'on peut agir sur le milieu social, en agissant sur les phénomènes dont on se sera rendu maître chez l'homme. Et c'est là ce qui constitue le roman expérimental: posséder le mécanisme des phénomènes chez l'homme, montrer les rouages des manifestations intellectuelles et sensuelles telles que la physiologie nous les expliquera, sous les influences de l'hérédité et des circonstances ambiantes, puis montrer l'homme vivant dans le milieu social qu'il a produit lui- même, qu'il modifie tous les jours, et au sein duquel il éprouve à son tour une transformation continue. Ainsi donc, nous nous appuyons sur la physiologie, nous prenons l'homme isolé des mains du physiologiste, pour continuer la solution du problème et résoudre scientifiquement la question de savoir comment se comportent les hommes, dès qu'ils sont en société. » Émile Zola, 1890 Texte 2 : Préface de La Fortune des Rougon « Je veux expliquer comment une famille, un petit groupe d'êtres, se comporte dans une société, en s'épanouissant pour donner naissance à dix, à vingt individus qui paraissent, au premier coup d'œil, profondément dissemblables, mais que l'analyse montre intimement liés les uns aux autres. L'hérédité a ses lois, comme la pesanteur. Je tâcherai de trouver et de suivre, en résolvant la double question des tempéraments et des milieux, le fil qui conduit mathématiquement d'un homme à un autre homme. Et quand je tiendrai tous les fils, quand j'aurai entre les mains tout un groupe social, je ferai voir ce groupe à l'œuvre comme acteur d'une époque historique, je le créerai agissant dans la complexité de ses efforts, j'analyserai à la fois la somme de volonté de chacun de ses membres et la poussée générale de l'ensemble. Les Rougon-Macquart, le groupe, la famille que je me propose d'étudier a pour caractéristique le débordement des appétits, le large soulèvement de notre âge, qui se rue aux jouissances. Physiologiquement, ils sont la lente succession des accidents nerveux et sanguins qui se déclarent dans une race, à la suite d'une première lésion organique, et qui déterminent, selon les milieux, chez chacun des individus de cette race, les sentiments, les désirs, les passions, toutes les manifestations humaines, naturelles et instinctives, dont les produits prennent les noms convenus de vertus et de vices. Historiquement, ils partent du peuple, ils s'irradient dans toute la société contemporaine, ils montent à toutes les situations, par cette impulsion essentiellement moderne que reçoivent
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 6 les basses classes en marche à travers le corps social, et ils racontent ainsi le second empire à l'aide de leurs drames individuels, du guet-apens du coup d'état à la trahison de Sedan. Depuis trois années, je rassemblais les documents de ce grand ouvrage, et le présent volume était même écrit, lorsque la chute des Bonaparte, dont j'avais besoin comme artiste, et que toujours je trouvais fatalement au bout du drame, sans oser l'espérer si prochaine, est venue me donner le dénouement terrible et nécessaire de mon œuvre. Celle-ci est, dès aujourd'hui, complète; elle s'agite dans un cercle fini; elle devient le tableau d'un règne mort, d'une étrange époque de folie et de honte. Cette œuvre, qui formera plusieurs épisodes, est donc, dans ma pensée, l'histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second empire. Et le premier épisode : la Fortune des Rougon, doit s'appeler de son titre scientifique : Les Origines. » Émile Zola, Paris le 1er juillet 1871 Texte 3 : Préface de L’Assommoir « Lorsque l'Assommoir a paru dans un journal, il a été attaqué avec une brutalité sans exemple, dénoncé, chargé de tous les crimes. Est-il bien nécessaire d'expliquer ici, en quelques lignes, mes intentions d'écrivain ? J'ai voulu peindre la déchéance fatale d'une famille ouvrière, dans le milieu empesté de nos faubourgs. Au bout de l'ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l'oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort. C'est la morale en action, simplement. L'Assommoir est à coup sûr le plus chaste de mes livres. Souvent j'ai dû toucher à des plaies autrement épouvantables. La forme seule a effaré. On s'est fâché contre les mots. Mon crime est d'avoir eu la curiosité littéraire de ramasser et de couler dans un moule très travaillé la langue du peuple ! Ah ! la forme, là est le grand crime ! Des dictionnaires de cette langue existent pourtant, des lettrés l'étudient et jouissent de sa verdeur, de l'imprévue et de la force de ses images. Elle est un régal pour les grammairiens fureteurs. N'importe, personne n'a entrevu que ma volonté était de faire un travail purement philologique, que je crois d'un vif intérêt historique et social. Je ne me défends pas, d'ailleurs. Mon oeuvre me défendra. C'est une oeuvre de vérité, le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple. Et il ne faut point conclure que le peuple tout entier est mauvais, car mes personnages ne sont pas mauvais, ils ne sont qu'ignorants et gâtés par le milieu de rude besogne et de misère où ils vivent. Seulement, il faudrait lire mes romans, les comprendre, voir nettement leur ensemble, avant de porter les jugements tout faits, grotesques et odieux, qui circulent sur ma personne et sur mes oeuvres. Ah ! si l'on savait combien mes amis s'égayent de la légende stupéfiante dont on amuse la foule ! si l'on savait combien le buveur de sang, le romancier féroce, est un digne bourgeois, un homme d'étude et d'art, vivant sagement dans son coin, et dont l'unique ambition est de laisser une oeuvre aussi large et aussi vivante qu'il pourra ! je ne démens aucun conte, je travaille, je m'en remets au temps et à la bonne foi publique pour me découvrir enfin sous l'amas des sottises entassées. » Emile Zola, Paris, 1er janvier 1877 Prolongement :  apprendre la fiche réalisée  Lecture des chapitres XVIII à XXII du roman -----------------------------------------------------------------------------------------------------------
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 7  SEANCE N°5 : ETUDES D’ENSEMBLE SUR L’OEUVRE (1 heure 30) Objectifs : - apprendre à structurer sa pensée à travers un exposé écrit - dresser les portraits des personnages du roman et aborder quelques thèmes transversaux Thèmes retenus :  Le personnage de Thérèse  Le personnage de Camille  Le personnage de Laurent  Le personnage de Mme Raquin  Les personnages secondaires  L’évocation des lieux dans le roman  La question de l’amour dans le roman  La violence  La folie des personnages  La tentation du fantastique Prolongements :  Répartition des tâches dans chaque groupe  Taper un dossier de 3 pages maximum répondant à la problématique trouvée en cours  Sur la base du volontariat, en module, en AP ou en classe entière : présentation à l’oral de quelques exposés ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------  SEANCE N° 6 : LECTURE ANALYTIQUE N°3 : LE PORTRAIT DE CAMILLE (2 heures) Objectif : - étudier la tentation du registre fantastique dans l’esthétique naturaliste Texte d’étude : extrait du chapitre XIII « Au bout d’une semaine, Laurent était écœuré. La nuit, il rêvait les cadavres qu’il avait vus le matin. Cette souffrance, ce dégoût de chaque jour qu’il s’imposait, finit par le troubler à un tel point qu’il résolut de ne plus faire que deux visites. Le lendemain, comme il entrait à la morgue, il reçut un coup violent dans la poitrine : en face de lui, sur une dalle, Camille le regardait, étendu sur le dos, la tête levée, les yeux entrouverts. Le meurtrier s’approcha lentement du vitrage, comme attiré, ne pouvant détacher ses regards de sa victime. Il ne souffrait pas ; il éprouvait seulement un grand froid intérieur et de légers picotements à fleur de peau. Il aurait cru trembler davantage. Il resta immobile, pendant cinq grandes minutes, perdu dans une contemplation inconsciente, gravant malgré lui au fond de sa mémoire toutes les lignes horribles, toutes les couleurs sales du tableau qu’il avait sous les yeux. Camille était ignoble. Il avait séjourné quinze jours dans l’eau. Sa face paraissait encore ferme et rigide ; les traits s’étaient conservés, la peau avait seulement pris une teinte jaunâtre et boueuse. La tête, maigre, osseuse, légèrement tuméfiée, grimaçait ; elle se penchait un peu, les cheveux collés aux
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 8 tempes, les paupières levées, montrant le globe blafard des yeux ; les lèvres tordues, tirées vers un des coins de la bouche, avaient un ricanement atroce ; un bout de langue noirâtre apparaissait dans la blancheur des dents. Cette tête, comme tannée et étirée, en gardant une apparence humaine, était restée plus effrayante de douleur et d’épouvante. Le corps semblait un tas de chairs dissoutes ; il avait souffert horriblement. On sentait que les bras ne tenaient plus ; les clavicules perçaient la peau des épaules. Sur la poitrine verdâtre, les côtes faisaient des bandes noires ; le flanc gauche, crevé, ouvert, se creusait au milieu de lambeaux d’un rouge sombre. Tout le torse pourrissait. Les jambes, plus fermes, s’allongeaient, plaquées de taches immondes. Les pieds tombaient. Laurent regardait Camille. Il n’avait pas encore vu un noyé si épouvantable. Le cadavre avait, en outre, un air étriqué, une allure maigre et pauvre ; il se ramassait dans sa pourriture ; il faisait un tout petit tas. On aurait deviné que c’était là un employé à douze cents francs, bête et maladif, que sa mère avait nourri de tisanes. Ce pauvre corps, grandi entre des couvertures chaudes, grelottait sur la dalle froide. » Prolongements :  Apprendre la lecture analytique  Lecture des chapitres XXII à XXVI du roman  SEANCE N°7 : LECTURE CURSIVE : la déchéance du couple (1 heure) Objectif : - étudier l’évolution des rapports entre Thérèse et Laurent après le meurtre de Camille Parcours de lecture des chapitres XX à XXIII -----------------------------------------------------------------------------------------------------------  SEANCE N° 8 : DU ROMAN AU FILM (2 heures) Objectifs : - confronter le roman et son adaptation cinématographique par Marcel Carné - Approfondir le vocabulaire d’analyse d’image mobile - Préparation devoir d’écriture (évaluation finale) Prolongements :  Rédaction collective d’une synthèse : en quoi cette adaptation du roman de Zola est-elle particulièrement originale ?  Lecture de la fin du roman  SEANCE N° 9: LECTURE ANALYTIQUE DE LA DERNIERE PAGE DU ROMAN (1 heure 30) Objectif : - montrer la dimension tragique de cette scène Texte d’étude : Extrait du chapitre XXXII.
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 9 « À ce moment, cette sensation étrange qui prévient de l’approche d’un danger fit tourner la tête aux époux, d’un mouvement instinctif. Ils se regardèrent. Thérèse vit le flacon dans les mains de Laurent, et Laurent aperçut l’éclair blanc du couteau qui luisait entre les plis de la jupe de Thérèse. Ils s’examinèrent ainsi pendant quelques secondes, muets et froids, le mari près de la table, la femme pliée devant le buffet. Ils comprenaient. Chacun d’eux resta glacé en retrouvant sa propre pensée chez son complice. En lisant mutuellement leur secret dessein sur leur visage bouleversé, ils se firent pitié et horreur. Mme Raquin, sentant que le dénouement était proche, les regardait avec des yeux fixes et aigus. Et brusquement Thérèse et Laurent éclatèrent en sanglots. Une crise suprême les brisa, les jeta dans les bras l’un de l’autre, faibles comme des enfants. Il leur sembla que quelque chose de doux et d’attendri s’éveillait dans leur poitrine. Ils pleurèrent, sans parler, songeant à la vie de boue qu’ils avaient menée et qu’ils mèneraient encore, s’ils étaient assez lâches pour vivre. Alors, au souvenir du passé, ils se sentirent tellement las et écœurés d’eux-mêmes, qu’ils éprouvèrent un besoin immense de repos, de néant. Ils échangèrent un dernier regard, un regard de remerciement, en face du couteau et du verre de poison. Thérèse prit le verre, le vida à moitié et le tendit à Laurent qui l’acheva d’un trait. Ce fut un éclair. Ils tombèrent l’un sur l’autre, foudroyés, trouvant enfin une consolation dans la mort. La bouche de la jeune femme alla heurter, sur le cou de son mari, la cicatrice qu’avaient laissée les dents de Camille. Les cadavres restèrent toute la nuit sur le carreau de la salle à manger, tordus, vautrés, éclairés de lueurs jaunâtres par les clartés de la lampe que l’abat-jour jetait sur eux. Et, pendant près de douze heures, jusqu’au lendemain vers midi, madame Raquin, froide et muette, les contempla à ses pieds, ne pouvant se rassasier les yeux, les écrasant de regards lourds. -------------------------------------------------------------------------------------------------------  SEANCE N° 10 : SYNTHESE : THERESE RAQUIN, UN ROMAN NATURALISTE ? (1 heure) Objectif : - retour sur les principales notions abordées dans la séquence et réponse à la problématique de la séquence Prolongements:  Réalisation d’un sommaire de séquence  Apprendre l’ensemble de la séquence afin de préparer l’interrogation orale  Lecture de quelques copies réussies (séance n°7) -----------------------------------------------------------------------------------------------------------  SEANCE N° 11 : EVALUATION FINALE (2 heures)  EVALUATION : Question de cours : Dans quelle mesure peut-on assimiler Thérèse Raquin à un roman naturaliste ? Vous illustrerez votre réponse par quelques références précises aux lectures analytiques abordées au cours de la séquence. / 4
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 10 ECRITURE D’INVENTION / 16 Attiré par l’affiche du film Thérèse Raquin, vous assistez à la projection de cette adaptation du roman de Zola par Marcel Carné. Dans une lettre de deux pages, vous faites part de vos impressions à l’un de vos amis cinéphile et grand amateur d’Emile Zola. Vous veillerez à exploiter un registre de langue soutenu. Barème : / 16 Respect de la situation d’énonciation et de la forme de la lettre : / 4 Expression, soin, orthographe : / 4 Analyse du film : / 4 Confrontation avec le roman : / 4  SEANCE N° 12 : CORRECTION DE L’EVALUATION (1 heure) Objectifs : - revenir sur les productions des élèves : exercices de réécriture - Comment améliorer son expression écrite : séance de langue. Quelques remarques :  La lecture du roman se fait de manière progressive, tout au long de la séquence, afin de mieux accompagner les « petits » lecteurs.  L’écriture en classe est un moment important de cette séquence : elle a lieu à l’occasion d’une évaluation finale (séance 11) qui peut donner lieu à des exercices de réécriture en accompagnement personnalisé, pour les élèves en difficulté notamment. Des temps de synthèse (séance 8), de confrontation des textes complémentaires (séance n°4), de réalisation d’outils (fiche histoire littéraire, sommaire de séquence) ont pour but de donner aux élèves l’habitude de s’approprier le sens des œuvres par l’écriture. La mémorisation des concepts est ainsi encouragée.  Les élèves, au cours de cette séquence, obtiennent tous deux notes : le devoir d’écriture d’invention, la note du dossier sur les études d’ensemble. Par ailleurs, certains peuvent obtenir une note « bonus » en étant interrogés à l’oral (révision du cours ou exposé). Les séances module et d’AP peuvent être consacrées à la préparation du dossier (saisie informatique, mise en page au CDI…)
  • Les nouveaux programmes de français en 2 nde Séquence proposée par Stéphane Gallo (Lycée Henri Poincaré, NANCY) 11  L’histoire des arts est convoquée à deux moments : à l’occasion de la séance n°2 (analyse de l’esthétique impressionniste confrontée à l’incipit du roman) et de la séance n°8 (présentation du film de Marcel Carné). Les démarches ont pour but d’éclairer le sens de tes textes et de proposer une réflexion ouverte sur l’esthétique picturale et cinématographique.  Des passerelles vers la lecture de romans plus contemporains peuvent être établies : aussi est-il envisageable de proposer une réflexion sur la représentation du réel dans des romans plus contemporains (Un Secret de Philippe Grimbert ; L’Attentat de Yasmina Kadra ; Balzac et la petite tailleuse chinoise de Daie Sijie…) Après les vacances de la Toussaint, il est possible de revenir sur ces lectures sous la forme d’exposés, d’un café littéraire, d’un échange en classe avec les élèves…