Nos projets   projets 1 a - sciences politiques - l'évolution de l'extrême droite française au 21ème sièce
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Nos projets projets 1 a - sciences politiques - l'évolution de l'extrême droite française au 21ème sièce

on

  • 1,210 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,210
Views on SlideShare
1,210
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Nos projets projets 1 a - sciences politiques - l'évolution de l'extrême droite française au 21ème sièce Document Transcript

  • 1. Elise Longueville Carole Hehn Anne-Claire Longour Emilie Manceau Coline Senée 1A Groupe G Introduction à la politique française et européenneL’évolution de l’extrême droite française au XXIème siècle ESDES 2011-2012
  • 2. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècle Elise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2L’évolution de l’extrême droite française au XXI° siècle Table des matières Introduction............................................................................................................................................. 2 L’historique de l’extrême droite en France ......................................................................................... 2 I. Le Front national en général ........................................................................................................... 3 Historique du Fn .................................................................................................................................. 3 5 octobre 1972 ................................................................................................................................ 3 Septembre 1973 .............................................................................................................................. 3 Mars 1986........................................................................................................................................ 3 Avril 1995......................................................................................................................................... 3 Septembre 1996 .............................................................................................................................. 3 1998 ................................................................................................................................................. 4 Les années 90 .................................................................................................................................. 4 Les idées .............................................................................................................................................. 4 Immigration ..................................................................................................................................... 4 Sécurité et justice ............................................................................................................................ 5 Sécurité sociale ................................................................................................................................ 5 Economie : ....................................................................................................................................... 6 Les personnages importants ............................................................................................................... 7 II. Les élections de 2002 et 2007 avec JM comme président du FN ................................................... 8 La victoire de 2002 →explication de la victoire .................................................................................. 8 La campagne de Jean-Marie Le Pen ................................................................................................ 8 Les sondages d’avant premier tour ................................................................................................. 8 Premier tour .................................................................................................................................... 9 L’entre-deux tour........................................................................................................................... 10 Second tour ................................................................................................................................... 12 L’élection de 2007 : seulement 10,44% ............................................................................................ 13 Introduction ................................................................................................................................... 13 Une campagne présente ............................................................................................................... 13 Les facteurs de cette déroute électorale ...................................................................................... 14 III. L’arrivée de Marine Le Pen et les élections de 2012 ................................................................. 15 Les modifications du FN avec Marine Le Pen .................................................................................... 15 1
  • 3. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 Présentation .................................................................................................................................. 15 Positions politiques ....................................................................................................................... 15 Le changement avec Marine Le Pen .............................................................................................. 15IV. Contexte économique et sociologique : pour les français votent FN ?..................................... 17 Contexte économique ....................................................................................................................... 17 Lemploi ......................................................................................................................................... 17 Limmigration et lintégration:....................................................................................................... 17 LEuro et lUnion européenne ....................................................................................................... 17 Contexte sociologique ................................................................................................................... 18 Quelles prévisions pour 2012 ? ......................................................................................................... 18 La volonté de créer un véritable programme électorale .............................................................. 18 La crédibilité à l’internationale...................................................................................................... 19 Le prochain rendez vous important .............................................................................................. 19 Conclusion pour 2012 .................................................................................................................... 19Sources .................................................................................................................................................. 19IntroductionL’historique de l’extrême droite en FranceC’est à la deuxième moitié du XIXème siècle que les idées d’extrême droite apparaissent. Cettepériode coïncide avec la fin de la monarchie. Le nationalisme français se développe sous l’influenced’hommes comme Drumont, Déroulère et surtout Barrès et Maurras. C’est l’affaire Dreyfus (1896-1899)qui marque l’émergence publique de la pensée de l’extrême droite : l’affaire sépare la Franceen deux parties : les antifreyfusards qui pensent que Dreyfus est coupable et les dreyfusards quisoutiennent que Dreyfus est innocent. Les nationalistes sont du coté des antidreyfusards. Les idéesde l’extrême droite trouvent leur consécration un peu plus tard dans le Régime de Vichy (1940-1944).L’extrême droite française restera marginale après la deuxième guerre mondiale jusqu’à l’irruptiondu Front National en 1984Les mouvements classés à l’extrême droite sont multiples. Parmi eux, nous pouvons citerl’antiparlementarisme, l’antisémitisme ou encore le nationalisme. Les partis d’extrême droite ontdabord été antisémites et antidémocratiques. La plupart de ces mouvements sont anticommunistes.Actuellement, les mouvements classés d’extrême droite en Europe sont souvent jugés commeracistes et sont accusés de xénophobie à cause de leur hostilité à l’immigration.Nous avons jugé plus pertinent de ne développer que la montée du Front national dans ce dossier,étant donné la multitude de petits partis d’extrême droite qui ont peu de poids dans la situationpolitique actuelle. 2
  • 4. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 I. Le Front national en généralHistorique du Fn5 octobre 1972Date de création du FN. Jean Marie Le Pen fonde ce parti d’extrême droite : le Front National. Le Penest soutenu par le mouvement « Ordre Nouveau », dont il a été le directeur de campagne lors desélections de 1965. Il est également soutenu par le « Parti de L’unité Française « et par les centristesantigaulliste issus du « Mouvement pour la justice et la liberté (MJL) ».Ceux si quitteront le FNquelques mois après sa création. Pour les élections de 1965, Il s’est appuyé sur l’ancien secrétaired’Etat du gouvernement de Vichy : Tixier-Vignancour.Président : Jean-Marie Le PenVice-président : François BrigneauSecrétaire général : Alain RobertTrésorier général : Pierre BousquetFace au FN, l’Ordre Nouveau sera dissout en 1973 par le Conseil des ministres.Le Front National restera minime à ses débuts. Il prendra de l’importance lors des électionscantonales de 1982 avec, toujours à sa tête, Jean Marie Le Pen.Quelques chiffres : au premier tour :13,30% à Grande Synthe (Nord)10,34% à Pont-de-Chéruy (Isère)9,58% à Dreux-Est (Eure-et-Loir)Septembre 1973Le FN va fonder sa propre organisation pour la jeunesse : le Front National pour la Jeunesse (FNJ)Mars 1986Le FN entre à l’assemblée Nationale avec 35 sièges grâce au scrutin proportionnel de Mitterrand.Avril 1995Lors de l’élection présidentielle de 1995, le Front National obtient 15% au premier tour.Pour le second tour, Le Pen déclare que « Chirac, c’est Jospin en pire ».Septembre 1996Le Pen déclare lors d’une interview sur Europe 1 : « Oui, je crois en l’inégalité des races (…) Aux jeuxOlympiques, il y a une évidente inégalité entre la race noire et la race blanche, c’est un fait. Jeconstate que les races sont inégales. C’est une banalité. »Il a donc un point de vue radical et l’exprime ouvertement. 3
  • 5. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 21998Lors des élections régionales, il y a 275 conseillés régionaux FN réparties dans les 22 régionsmétropolitaines.Les années 90On observe donc une montée menaçante du FN lors des années 90.Cette montée sera clôturée par l’élection présidentielle de 2002 que l’on développera dans la partiesuivante et par l’accès au second tour avec 16,86% des voix.Les idéesImmigrationLe constat du FN : Chaque année 400 000 à 500 000 nouveaux immigrés entrent sur le territoirenational; l’immigration coute 60 milliards d’euros par ans. 25%de la population en milieu carcéral estétrangère ; 50%des bénéficiaires du RMI sont étrangers… Selon ce parti politique, l’immigration estpoussée par les grands patrons (c’est une sorte de « délocalisation à domicile » ce qui permet d’avoirune main d’œuvre peu cher) et par les grands acteurs politiques (les immigrants sont une clientèleélectorale facile).Les mesures qu’ils veulent entreprendre :Ils veulent appliquer une politique d’inversion des flux migratoires :  En mettant une politique de dissuasion en réservant les prestations sociales aux Français, et en changeant les conditions d’obtention de la nationalité française.  En mettant en œuvre une politique de contrôle des frontières, en sortant de l’espace Schengen et en acceptant zéro tolérance pour les réseaux d’immigration illégaux.  En ramenant les étrangers aux frontières, en supprimant le regroupement familial, en réduisant la durée de la carte de séjour et en expulsant les délinquants multi récidivistes étrangers.  En mettant en place une politique de codéveloppement : donner des aides aux pays dont viennent les immigrants et organiser plus de conférences euro-africaines pour mieux cibler les problèmes.  Mettre en œuvre une politique d’assimilation dans un cadre plus global : retour aux valeurs familiales, meilleur instruction nationale, rétablissement d’un service militaire volontaire de 6 mois respect du travail et réapprentissage de la morale et de l’histoire française.Avec toutes ces mesures, le Front national estime des gains d’argent d’environ 31 milliards €. Mais ilsn’indiquent pas en contre parti l’évaluation des coûts de l’application de ces idées. En résumé, legroupe estime que pour éliminer les problèmes dus à l’immigration, il faut mettre en place desmesures qui dissuaderont les étrangers de venir illégalement en France, et en renforçant les mesuresde retour à la frontière. Mais le FN s’engage en contrepartie à aider les pays dont viennent lesimmigrants et à plus communiquer avec les Etats d’où viennent les immigrants. 4
  • 6. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Sécurité et justiceSelon le front national, les moyens donnés à la police et à la justice sont trop insuffisants : il ya troppeu de magistrats, et plus assez de place dans les prisons, ce qui empêche les juges de condamnerdes gens à la prison ferme alors qu’ils le devraient. La justice française est aussi trop lente et ladélinquance et la criminalité semble avoir augmenté.Le FN s’engageait donc en 2007 pour remédier à cela à :  Renforcer le service public de la justice : augmenter leurs moyens, réformer l’Ecole nationale de la magistrature.  Assurer de vraies sanctions aux crimes et aux délits en remettant en cause les systèmes de remise de peine systématique et la peine de mort. Abaisser la majorité pénale pour les mineurs, et faire appliquer les décisions de justice.  Humaniser l’univers carcéral en construisant plus de prisons, en différenciant les catégories de détenus dans les prisons et en envoyant les étrangers purger leurs peines dans leurs pays.  Revaloriser l’action des forces de l’ordre en créant une présomption de légitime défense lorsqu’ils font usage de la force, augmenter leur rémunération, les décharger de charges administratives et augmenter leurs moyens matériels et financiers.  Appliquer zéro tolérance dans certains domaines comme l’immigration clandestine, réseaux de banditisme, les mosquées prônant le terrorisme et l’islamisme…Sécurité socialeActuellement, le système de protection en France est trop compliqué et est perçu pour les Françaiscomme un gouffre financier. Le Front nationale voudrait remédier à cette situation en :  En divisant distinctement 5 branches de la sécu : maladie, retraite, famille, chômage et dépendance.  Harmoniser l’ensemble des régimes des retraites et d’assurance maladie  Donnant la responsabilité de gestion des ces régimes au parlement.  Réserver les prestations familiales seulement aux citoyens français  Transformer les cotisations patronales au titre de la famille en cotisations fiscales  Maintenir des prestations sociales hors familles aux travailleurs étrangers légalement présents en France.Gains estimés : 5 milliards d’euros 5
  • 7. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Economie :L’euroPour le front national, l’euro est une monnaie non vivable : elle est trop chère ce qui a étouffél’économie, l’emploi et qui fait accélérer les délocalisations. L’euro empêche la France de gérer elle-même sa politique économique, et la confronte de trop à la concurrence internationale. Selon lefront national, la France ne peut survivre dans la mondialisation qu’en sortant des systèmescontraignants de l’Union Européenne et internationaux. Ils veulent donc se retirer de l’euro et à terme de l’Union Européenne. Ainsi, la France pourramettre en place une économie plus protectionniste. Ils veulent aussi dévaluer la monnaie pourstimuler l’économie.Le rôle de la puissance publique dans l’économieAlors que J-M Le Pen était favorable à un Etat avec peu d’implication dans l’économie (fonctionsrégaliennes: justice, défense...), Marine Le Pen, la nouvelle présidente du front national défends uneposition « quasi colbertiste »1, et va jusqu’à parler de nationalisation. Le Front national s’engagedonc vers une politique très protectionniste.L’emploiLes emplois doivent être réservés par priorité aux citoyens français. Le Front national souhaiteenlever la loi Aubry sur les 35h, fixant la durée légale du travail hebdomadaire à 35h, et réorganiserle temps de travail en fonction des branches, des entreprises et des partenaires sociaux.FiscalitéLe Front national veut simplifier le système fiscal français. Cela passe par la transformation dans tousles domaines à des impôts progressifs et par la fusion de tous les impôts en 5 grands dont la fusiontaxe foncière et ISF. 6
  • 8. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Les personnages importantsJean-Marie Le PenIl est né le 20 juin 1928 à La Trinité-sur-Mer dans le Morbihan. C’est une hommepolitique français issu des courants poujadistes. Comme dit précédemment, il aété président du Front National depuis sa création en 1972 jusqu’en Janvier2011.Son père, Jean Le Pen, était patron pêcheur et sa mère, Anne-Marie Le Pen étaitcouturière. Jean-Marie devient pupille de la nation en 1942. Après son bac, il suitdes études de droit et rédige un mémoire sur les courants anarchistes depuis1945.En 1956, il est repéré par Pierre Poujade sous les couleurs de L’Union et Fraternité Française (UFF). A27ans, il est le plus jeune député de l’Assemblée Nationale.Jean-Marie est un ancien soldat des guerres d’Indochine et d’Algérie. Il fait scandale en 1962 endéclarant avoir pratiqué la torture par nécessité.En 1956, il est repéré par Pierre Poujade sous les couleurs de L’Union et Fraternité Française (UFF). A27ans, il est le plus jeune député de l’Assemblée Nationale.Dans les années 70, sa carrière politique est facilitée par la vente de la société de cimenterieLambert. En effet, Hubert Lambert lui lègue dans son testament sa société.Il crée le Front National en 1972.Marine Le PenElle est née le 5 Aout 1968 à Neuilly-sur-Seine. C’est la fille de Jean-Marie Le Penet de sa première épouse Pierrette Lalanne. Elle a suivie des études de droit et aobtenu un DEA de droit pénal en 1991.En 1992 elle obtient le certificat d’aptitude à la profession d’avocat et devient avocate aux barreauxde Paris. Elle siège parmi les huit vice-présidents du parti de son père, le Frond National. De 1998 à2004, est est conseillère régionale d’Ile de France.Elle est désignée directeur stratégique de la campagne de son père pour l’élection présidentielle de2007. Elle a pour but de « dédiaboliser » l’image du FN. Elle va donc assouplir certaines propositionsdu parti.Elle devient présidente du Font National et prépare actuellement les élections présidentielles de2012. 7
  • 9. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 II. Les élections de 2002 et 2007 avec JM comme président du FNLa victoire de 2002 →explication de la victoireLa campagne de Jean-Marie Le PenDurant toute la période de la campagne présidentielle aucuns sondages n’avaient donné le FN audeuxième tour, les instituts réalisant les enquêtes ainsi que les journalistes et les personnalitéspolitiques navaient pas anticipé la possible présence du Front national au second tour. Jean-MarieLe Pen a rencontré des difficultés à réunir les 500 parrainages nécessaires pour se porter candidat,c’est pour cela que sa campagne n’a pas été très importante. Cependant les deux candidatsadversaires ont fait des campagnes qui ont favorisés le Front National. En effet, en appuyantconsidérablement sur l’insécurité, le candidat de gauche Lionel Jospin et le candidat de droiteJacques Chirac ont donné toutes les cartes à Jean-Marie Le Pen qui s’est donc retrouvé au secondtour de l’élection présidentielle de 2002.Les sondages d’avant premier tour Jacques Chirac Jean-Marie Le Pen Lionel Jospin Le Pen 10-11 avril - CSA 21 % 12 % 19 % 10-13 avril - BVA 18,5 % 14 % 18 % 11-12 avril - Ifop 19 % 11,5 % 17 % 13 avril - Ifop 20 % 13 % 18 % 13-15 avril - Nouvel 20 % 13 % 18 % Observateur/Sofres 17-18 avril - CSA 19,5 % 14 % 18 % 17-18 avril - Ipsos 20 % 14 % 18 % 17-18 avril - LCI/Sofres 19,5 % 13,5 % 17 % 21 avril - Sondage confidentiel 18 % 14,5 % 17 % Résultats du premier tour 19,88 % 16,86 % 16,18 % 8
  • 10. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècle Elise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 Premier tour Résultats du 1er tour de l’élection présidentielle 2002 (21 avril 2002) – France entière Voix % inscrits % exprimés Inscrits 41 194 689 - - Votants 29 495 733 71,6 - Exprimés 28 498 471 69,1 - Abstentions 11 698 956 28,4 - Blancs et nuls 997 262 2,4 - Daniel Gluckstein 132 686 0,32 0,47 Arlette Laguiller 1 630 045 3,96 5,72 Olivier Besancenot 1 210 562 2,94 4,25 Robert Hue 960 480 2,33 3,37 Lionel Jospin 4 610 113 11,19 16,18 Christiane Taubira 660 447 1,60 2,32 Noël Mamère 1 495 724 3,63 5,25 Jean-Pierre Chevènement 1 518 528 3,69 5,33 Corinne Lepage 535 837 1,30 1,88 François Bayrou 1 949 170 4,73 6,84 Jacques Chirac 5 665 855 13,75 19,88 Alain Madelin 1 113 484 2,70 3,91 Christine Boutin 339 112 0,82 1,19 Jean Saint-Josse 1 204 689 2,92 4,23 Bruno Mégret 667 026 1,62 2,34 Jean-Marie Le Pen 4 804 713 11,66 16,86Source : Conseil Constitutionnel 9
  • 11. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2L’entre-deux tourAu cours des deux semaines séparant le premier du deuxième tour de l’élection présidentielle, lavie politique française a connu plus de bouleversements qu’en plusieurs années. L’annonce de laqualification de Jean-Marie Le Pen là où on attendait Lionel Jospin a déclenché toute une série demouvements tels la constitution d’un front anti-Le Pen, l’irruption des jeunes dans la campagne etla lutte contre l’abstentionAbstentions : avant même la clôture du scrutin, dimanche 21 avril, on savait que les «pécheurs à laligne», nom traditionnellement donné aux abstentionnistes, seraient particulièrement nombreux. Defait, près de 28% des citoyens ne se sont pas rendus aux urnes. Niveau record, surtout pour uneélection présidentielle qui, avec les municipales, mobilise habituellement les Français. Dégoûtés de lapolitique ou abusés par l’idée que les jeux étaient déjà faits pour un deuxième tour Chirac-Jospin, lesabstentionnistes se voient attribuer, dès l’annonce des résultats, une large part de responsabilitédans la présence de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour. Certains manifestent leurs regrets, «sij’avais su», et tentent de se rattraper en promettant d’être là le 5 mai. Les demandes de vote parprocuration, pour ceux qui avaient négligé cette possibilité en cas d’absence, affluent dans lescommissariats et les préfectures.Appels : dès l’annonce des résultats du premier tour, les leaders de la gauche défaite ont prisconscience du danger : les socialistes Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius, le Vert NoëlMamère appellent à voter pour Jacques Chirac au second tour, en un « sursaut républicain ». Lelendemain, c’est au tour du Parti communiste, puis le mardi de Jean-Pierre Chevènement. Al’exception notable d’Arlette Laguiller (Lutte ouvrière- trotskiste) toutes les formations de gaucheprésentes au premier tour se manifestent en ce sens. Au fil des jours, le mouvement s’amplifie. Unemultitude d’organisations, d’associations politiques, sociales, humanitaires, religieuses oureprésentatives d’une catégorie de la population appellent, explicitement ou implicitement, à voterChirac le 5 mai. 10
  • 12. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Chirac : le président sortant n’a pas été le moins surpris par les résultats du premier tour quidevraient cependant avoir pour effet, front anti-Le Pen oblige, une réélection beaucoup plus large le5 mai. Jacques Chirac s’est retrouvé confronté à une campagne de l’entre deux toursparticulièrement éprouvante en raison de la nature des attaques de son adversaire. Il s’est quant àlui refusé à débattre avec un candidat «raciste et xénophobe».Débat : il est devenu de tradition qu’un grand débat télévisé oppose entre les deux tours les deuxcandidats à l’élection présidentielle. Dans un discours à Rennes, le 23 avril, Jacques Chirac repoussel’idée de cette rencontre estimant qu’il n’est «pas de débat possible» avec le candidat de«l’intolérance et de la haine». Jean-Marie Le Pen a beau jeu de dénoncer la «piteuse dérobade»causée par la «peur de la vérité».Jeunes : nouveaux acteurs de la vie politique française depuis le 21 avril, les 18-24 ans dont on saitqu’ils se sont abstenus pour environ un tiers d’entre eux et que, parmi les votants, Jean-Marie Le Penarrive en tête dans cette classe d’âge. Les non-votants du premier tour ont pris conscience à chaudde l’importance d’un bulletin de vote. Pour ceux qui n’auraient pas bien saisi, la pression des plusjeunes qui n’ont pas encore le droit de vote s’est exercé sans fard. Les manifestations de collégiens etlycéens rassemblant des dizaines de milliers de jeunes ont constitué une leçon d’éducation civiqued’une ampleur dont le ministère de l’éducation nationale n’osait rêver. La question reste posée,cependant, de la poursuite de la mobilisation des jeunes, feu de paille ou retour à la génération«Touche pas à mon pote» ? Le chanteur Saez a également joué un rôle déterminant avec la chanson« Jeunesse lève toi » qui pousse la jeune génération au vote.Jospin : Assommé par la défaite, au soir du 21 avril, le Premier ministre annonce qu’il prend sur luitoute la responsabilité de l’échec et qu’il en tire les conséquences. Il se retirera de la vie politique aulendemain du deuxième tour. Pas un mot, à ce moment sur l’attitude à adopter le 5 mai. Deux outrois jours passent et de plus en plus de voix s’élèvent, notamment au sein du PS, contre sonassourdissant silence. Il faudra attendre le vendredi pour qu’en un sobre communiqué Lionel Jospinengage les Français à exprimer par leur vote «leur refus de l’extrême droite», par souci de l’avenir dela France, dit-il et «sans illusion sur le choix qui se présente». Ce jour là l’ancien candidat à l’électionprésidentielle renonce à son dernier mandat électif au conseil général de la Haute-Garonne.Le Pen : incontestablement le grand vainqueur du premier tour. Après avoir laissé planer le doute sursa participation en raison du manque de parrainages il a endossé, à nouveau, le rôle de la victimeentre les deux tours face au front uni «de Boutin à Laguiller, du Medef à la CGT». Jean-Marie Le Pensemble tout de même un peu dépassé par son succès si l’on en juge par l’approximation de sonprogramme économique et social et la faiblesse de l’appareil susceptible de prendre les rênes del’Etat.Manifestations : spontanées le dimanche soir du premier tour, très organisées le 1er mai. Entre cesdeux dates la rue a été occupée jour après jour par des dizaines puis des centaines de milliers demanifestants, jeunes pour la plupart, affichant leur refus du Front national et des idées dont il estporteur. De 90 000 mardi 23 avril on en comptait 350 000 jeudi 25 avril, sur tout le territoire.Mais l’appel du candidat vert Noël Mamère, au soir du premier tour, à faire des traditionnellesmanifestations syndicales du 1er mai une journée nationale de défense de la démocratie a constituél’événement de l’entre deux tours. Mobilisation rarement atteinte ce jour là, pour la fête de Jeanned’Arc du Front national, avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Paris. Et manifestationmonstre aussi des anti-Le Pen tant à Paris, 400 000 personnes qu’en province avec près d’un millionde manifestants dans les villes grandes ou plus petites. 11
  • 13. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Médias : mis en cause pour leur insistance, avant le premier tour, sur les problèmes de l’insécurité.Ils auraient favorisé le centrage de la campagne électorale sur ce thème l’élevant au rang de priorité.Les médias sont aussi accusés d’avoir abusé de la publication de sondages qui se sont avérés faux.Entre les deux tours les faits divers ont retrouvé une place plus modeste dans les journauxéconomiques.Jacques Chirac a déjà privé Jean-Marie Le Pen du traditionnel débat télévisé de l’entre-deux tours, ilpersiste en le privant désormais de s’exprimer largement dans les médias, en se faisant rare sur lesplateaux des télévisions et des radios. En effet, des règles très précises sont imposées par l’autoritéde contrôle de l’audiovisuel, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), donnant aux deuxadversaires le même temps de parole dans les émissions de télé et de radio. La CSA rappellecependant que cette égalité du temps de parole doit être respectée non seulement par les deuxfinalistes mais aussi par leurs soutiens et qu’elle est mesurée d’une part en ce qui concerne lesjournaux et émissions quotidiennes d’information, d’autre part en ce qui concerne les magazines ouémissions spéciales d’information.A cinq jours du second tour de l’élection présidentielle qui l’opposera au leader du Front national,Jacques Chirac poursuit sa stratégie qui le conduit à multiplier les visites de terrain alors que Jean-Marie Le Pen concentre la grande partie de sa campagne sur les médias. La rareté des interventionsradiotélévisées du président sortant vise en fait à priver son adversaire de la possibilité de multiplierles émissions et de le contraindre à s’exprimer autant que lui, c’est-à-dire le moins possible.Jacques Chirac ne cite jamais Jean-Marie Le PenAprès s’être rendu à Dreux et Nontron, Jacques Chirac effectue un déplacement, ce mardi, àToulouse et vendredi prochain à Châlons-en-Champagne. Après Rennes et Lyon, il tiendra un grandmeeting à Villepinte, en région parisienne, le 2 mai, le jour de l’unique meeting de l’entre-deux toursde Jean-Marie Le Pen à Marseille. Depuis le début de la campagne du second tour, le chef de l’Etat-candidat qui s’est posé en défenseur des valeurs de la République, ne souhaite incontestablementpas faire le jeu de son adversaire.D’autre part, dans les spots de la campagne officielle du second tour, diffusés sur les radios ettélévisions publiques, le président sortant a pris soin de ne jamais citer son concurrent, une autreforme, peut-être, de son dénigrement face à celui qu’il a combattu durant toute sa carrière politique.Pendant cette campagne officielle (du 29 avril au 3 mai), les candidats ou leurs soutiens bénéficientd’une heure de temps d’antenne.Second tourAu second tour opposant le 5 mai le président de la République sortant Jacques Chirac à Jean-MarieLe Pen. Cette élection attira une plus grande attention internationale en raison de la présence ducandidat de lextrême droite au second tour. Cest aussi la première de la Ve République à devoir élireun président pour cinq ans au lieu de sept et la deuxième à devoir élire un président pour une duréedifférente de sept ans (la première étant celle de 1848). Suite à l’alliance républicaine qui s’est créesuite a premier tour de cette élection présidentielle, une écrasante victoire de Jacques Chirac face àJean-Marie Le Pen. 12
  • 14. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècle Elise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 Résultats du 2ème tour de l’élection présidentielle 2002 (5 mai 2002) – France entière Voix % inscrits % exprimés Inscrits 41 191 169 - - Votants 32 832 295 79,7 - Exprimés 31 062 988 75,4 - Abstentions 8 358 874 20,2 - Blancs et nuls 1 769 307 4,2 - Jacques Chirac 25 537 956 61,99 82,21 Jean-Marie Le Pen 5 525 032 13,41 17,79Source : Conseil Constitutionnel L’élection de 2007 : seulement 10,44% Introduction Le premier tour de l’élection présidentielle de 2007 s’est déroulé le 22 avril 2007. Il opposa le candidat de l’UMP : Nicolas Sarkozy et la candidate du Parti Socialiste Ségolène Royal. Le second tour du scrutin s’est donc déroulé le dimanche 6 mai 2007 et donna Nicolas Sarkozy gagnant. Le Front national quant à lui obtenu 10,44% de voix exprimées, une lourde défaite après les espoirs de 2002 et les moyens conséquents mis dans la campagne. Une campagne présente Le slogan est simple : Le Pen 2007, un site web est alors mis en place pour attirer les électeurs. Jean- Marie Le Pen multiplie les interventions télés et radios. Il fait une grosse campagne pub avec des affiches chocs ou des banderoles avec marquée « LEPEN2007 » 13
  • 15. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 Figure 1 : Affiche type de la campagne de 2007Les facteurs de cette déroute électoraleLes causes de cet effondrement de lextrême droite sont multiples. Tout dabord, le contextepolitique était moins favorable pour Le Pen. Les élections de 2007 nintervenaient pas au lendemaindune cohabitation comme en 2002. En 2007, il ny avait aucun président ou Premier ministresortant.Leffondrement du Front National est également lié à la stratégie de Nicolas Sarkozy qui, depuis2002, sest donné comme principal objectif, celui de récupérer les voix des électeurs dextrêmedroite. En menant une campagne très à droite sur limmigration, lidentité nationale, linsécurité, lecandidat de lUMP a réalisé une véritable OPA sur lélectorat frontiste. Il est même allé jusquàreprendre les expressions de Le Pen. Quelques mois plus tôt, il avait repris à son compte le slogan "LaFrance, tu laimes ou tu la quittes" .En effet, pendant la campagne du deuxième tour, il avait appelé ses électeurs à s’abstenir. Mais onconstate cependant que le 6 mai ils ont voté en majorité pour Nicolas SarkozyEnfin, Jean-Marie Le Pen a sans doute livré le combat de trop en se présentant une nouvelle fois en2007. Vieilli, fatigué, âgé de 78 ans, il est apparu complètement décalé par rapport aux deuxprincipaux candidats, Royal et Sarkozy ayant 30 ans de moins. 14
  • 16. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2III. L’arrivée de Marine Le Pen et les élections de 2012Les modifications du FN avec Marine Le PenPrésentation  Marine Le Pen est présidente du Front National depuis le congrès du parti organisé les 15 et 16 Janvier 2011. Elle remporte l’élection contre Bruno Gollnisch avec 67,65% des voix des militants. Elle succède donc à son père Jean-Marie Le Pen, qui avait quitté ses fonctions de président le 12 Avril 2010. A la suite de sa volonté de se porter candidate aux élections présidentielles, elle est reconnue en tant que tel à l’unanimité par le bureau politique du FN le 16 Avril 2011.Positions politiques  Marine Le Pen adopte tout d’abord une politique de lutte contre l’insécurité et l’immigration. Elle conserve donc les mêmes opinions politiques que Jean-Marie Le Pen. En effet, elle s’oppose à l’immigration qui selon elle, provoque une baisse des salaires, une augmentation de l’insécurité dans les quartiers, et peut être dangereuse pour l’économie et la laïcité. Ses solutions s’inscrivent dans les idées déjà existantes : supprimer le droit du sol, réhabiliter la peine de mort, et augmenter le nombre de policiers qui pourrait lutter contre une immigration massive.  Concernant l’économie, elle critique violement le libre-échange, qu’elle considère comme un moyen de laisser grandir une concurrence déloyale de la part des pays émergeants. Elle s’oppose également à la mondialisation, et à la zone euro. Cela est par contre un tournant un tournant, car, en 2007, le Front national se situait dans le cadre d’une monnaie unique. Elle propose donc une politique protectionniste qui augmentera les taxes douanières, ainsi qu’un retour au franc français.  Enfin, Marine Le Pen prône la laïcité et l’islamisation ne pourrait fonctionner dans le système français. Elle critique le financement des mosquées par l’Etat.Le changement avec Marine Le Pen Premièrement, Marine Le Pen a été élue par le vote des adhérents. Cela ne s’était pas produit depuis 1972. En effet, Jean Marie Le Pen était élu par acclamation lors des congrès successifs ! De plus, les idées du Front National qu’elle développe sont de plus en plus populaires auprès de la population. 15
  • 17. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2 Depuis son élection en tant que présidente du Front National, Marine Le Pen cherche à rendre l’image du parti moins radicale, plus lisse : elle entame la politique de dédiabolisation du FN, et parvient à en faire un parti comme les autres. En effet, le discours de Marine Le Pen est différent, sur divers points, de celui de son père.  Premièrement, l’image qu’elle donne est beaucoup plus séduisante que celle de Jean Marie Le Pen, c’est une image souriante et plus « humaine ». Son discours est plus nuancé et ne comporte que très peu de déclarations choquantes. Elle prend donc des distances avec celui de son père en recelant le négationnisme et l’antisémitisme qui caractérisaient le parti. Ensuite, elle parvient à ne pas critiquer la loi Veil, le PACS, à condamner le racisme et la xénophobie. Cependant, elle continue à partager les convictions de Jean Marie Le Pen.  Ensuite, elle exclue du parti toutes personnes considérée comme trop radicale. Ces adhérents, que préférait Jean-Marie Le Pen, vont donc rejoindre le camp de Gollnish.  Enfin, elle cherche aussi à avoir un style différent de celui de son père. C’est une femme moderne, qui est divorcée et a 3 enfants. Toutefois, le reste du parti et également de l’extrême droite, critique cette dédiabolisation qui, selon eux, ne respecte pas l’idéologie du parti. La présidente du Front National se défend en assurant qu’elle ne fait que donner aux français l’image réelle du parti qui avait été bafouée par les médias. A la suite de ces désaccords, une coalition est créée entre 3 partis : le Comité de liaison de la résistance nationale qui regroupe la nouvelle droite populaire de Robert Spieler, le mouvement national républicain d’Annick Martin, ainsi que le parti de la France de Carl Lang. Cependant, tous ces changements ne veulent pas dire que Marine Le Pen ne suis plus les idées clés du parti. Comme nous l’avons vu plus haut, elle continue à prôner la peine de mort, la lutte contre l’immigration et la mondialisation... Elle est totalement opposée au développement de l’islamisation, c’est d’ailleurs avec cela qu’elle créée une polémique : elle compare « les prières de rues » à « l’occupation de la Seconde guerre mondiale sans blindés ni soldats ». Cette polémique révèle que même si elle cherche à se donner une image différente de celle de son père, elle continue tout de même à faire du parti, un parti xénophobe. Notons également qu’après ces déclarations, pour 84% des français, il n’y a pas de différences entre Marine Le Pen et son père, selon un sondage de l’IFOP. Cependant, Marine Le Pen pense qu’elle peut mieux faire que son père aux élections présidentielles de 2012. En effet, selon un autre sondage CSA paru dans Marianne, elle posséderait un potentiel électoral plus important que celui de Jean-Marie Le Pen. 16
  • 18. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2IV. Contexte économique et sociologique : pourquoi les français votent FN ?Contexte économiqueLemploiDébut 2006, les préoccupations des français sont en moyenne moins centrées sur la situationéconomique et sociale du pays. En effet, en 2006 le taux de peurs liées à l’augmentation du taux dechômage au niveau de la France a chuté de 9 points.En revanche, les Français se montrent de plus en plus pessimistes pour juger de leurs situationspersonnelles : Sur le court terme, le risque de chômage concernant eux-mêmes ou un membre deleur foyer est évoqué par plus de six Français sur dix. En effet, 20% mentionnent un risque élevé et42% mentionnent un risque assez élevé de chômage.Limmigration et lintégration:La croissance démographique en baisse, le phénomène dimmigration permettant lapport de maind’œuvre sest fait naturellement depuis le XIXème siècle. On compte aujourdhui 6,7 millionsdimmigrés en France soit 11% de la population.Or il semblerait que de plus en plus de Français sont hostile à limmigration et considèrent que cephénomène apparaît plus comme un poids que comme une aubaine au niveau du budget et dumarché de lemploi.Selon certaines études, le coût réel de limmigration, cest-à-dire le rapport entre les dépensesannuelles de l’État en faveur de lintégration et les recettes des emplois des immigrés, est un soldenégatif de plus de 26 milliards deuros.LEuro et lUnion européenne  29 mai 2005 : la France a voté « non » au référendum sur le traité établissant une constitution pour lEurope. Cela sexplique à nouveau par le pessimisme croissant des français au regard des retraites, du niveau de vie et de la montée du chômage, qui dépasse 10% des actifs en 2005 : « tout va de plus en plus mal ». De plus la population doutait en la capacité du gouvernement, alors initiateur du référendum, à lutter contre le chômage.  Le sentiment d’appartenance à l’Union européenne n’est pas unanime au sein des français. Les avis concernant les effets de l’Union européenne sont partagés. Ainsi, la moitié des Français estiment que l’union européenne est un poids qui accentue les problèmes économiques internes. Par exemple 48% pensent qu’elle accentue le chômage, 52% pensent qu’elle accentue les problèmes liés à l’immigration et 45% pensent qu’elle affaiblie le système de sécurité sociale. 17
  • 19. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2Contexte sociologiqueLa sécurité  Linsécurité en France est un thème qui a été source de nombreux débats, ces dernières années. En effet la délinquance semble se normaliser : Selon lINSEE, le nombre de faits constatés en France, en termes dinfractions incluant violences et victimes, a augmenté de 300 000 de 1975 à 2000, pour atteindre 400 000 faits constatés en 2 000. Ces quotas ont continué daugmenter courant XXIème siècle.  Parallèlement, certains mouvements contestataires remettent la faute de linsécurité à la pauvreté et à limmigration. Effectivement, les actes de violences ne sont pas géographiquement et également répartis. Selon lINSEE à nouveau, on apprend que ces violences sont plus présentent chez les jeunes ou chez les personnes vivants en immeubles collectifs. Ainsi 9,5% des jeunes de 15 à 19 ans ont déjà subi une agression contre seulement 5,4% des personnes 40 à 49 ans. Or le chômage touche beaucoup les jeunes diplômés : Selon lInsee, au début de l’an 2010, le taux de chômage en France des jeunes de 15 à 24 ans, à la recherche d’un emploi, sélevait à 23% tandis qu’il ne dépassait pas 8,6% pour les autres classes d’âges.Quelles prévisions pour 2012 ?La volonté de créer un véritable programme électoraleEn pleine crise économique et sociale, cette nouvelle élection présidentielle qui sera la premièrepour Marine le Pen sera aussi la plus décisive celle qui demandera des explications concrètes car lesfrançais attendent des réponses pouvant combler leurs inquiétudes face aux problèmes qu’ilsrencontrent au quotidien. La candidate du FN doit adapter sa stratégie à la tempête économique etfinancière qui va inévitablement secouer la campagne présidentielle.Marine le Pen accentue d’avantage sur les éléments économiques et financiers et laisse de côté lesdébats antisémites et xénophobes que son père tenait lorsqu’il était à la tête du front national. Il estvrai que Marine tente d’adoucir la vision de son parti auprès des français, comme par exemple sademande auprès des fachos et des cranes rasés pendant ces meetings et ces manifestations de nepas être présents. De plus, la candidate à l’élection présidentielle a commencé sa conquête très tôtcomparé aux autres candidats. En effet, en mars elle met en avant son programme économique basésur la sortie de leuro: Marine le Pen sest attelée ce vendredi à la lourde tâche de rendre crédible leprojet économique du Front national, son principal talon dAchille. Cependant elle garde un discoursanti-immigration, mettant en avant les coûts que cela engendre, selon le FN, a la France. Questionfiscalité, le FN dit sêtre inspiré des travaux de léconomiste proche du PS, Thomas Piketty, et prône lafusion de limpôt sur le revenu et de la CSG. Autre mesure phare, le rétablissement de «léchellemobile des salaires», soit lindexation des salaires sur laugmentation des prix pour lutter contre labaisse du pouvoir dachat. Même si elle place désormais la sortie de leuro et le social au centre deson programme, la présidente du Front national sest voulue très offensive sur limmigration. Pour latrès grande satisfaction des militants. 18
  • 20. L’évolution de l’extrême droite française au XXI siècleElise LONGUEVILLE - Carole HEHN - Anne-Claire LONGOUR - Emilie MANCEAU - Coline SENEE 1A Groupe 2La crédibilité à l’internationaleActuellement en voyage aux États-Unis, Marine Le Pen tente de se construire sur la scèneinternationale. A six mois de lélection présidentielle, la présidente du FN souvre au monde...Mais depuis le début semaine, Marine Le Pen sattache surtout à acquérir une stature internationale.En visite aux États-Unis, elle a rencontré des ambassadeurs et a tenté déchanger avec celui dIsraël.Mais la mission israélienne a parlé jeudi soir de « malentendu », pour évoquer cette rencontre àloccasion dun déjeuner à lONU. La porte-parole de la mission israélienne Karean Peretz na donnéaucun détail sur les raisons de ce malentendu. Au-delà de ce raté, la présidente du Front national aégalement essayé de gommer les « erreurs » commises par son père dans le passé. Un voyage pourrenouveler limage du FN. A six mois de la présidentielle, il faut redorer le blason du parti. Et souvrirau monde...Le prochain rendez vous importantLe 19 novembre où se tiendra la convention « du projet présidentiel » sera loccasion de montrer lespropositions et les grandes orientations. Elle sera déterminante pour comprendre la crédibilité quepeut avoir la candidate. La grande question sur laquelle elle sera attendue est celle de la crise del’euro et à une proposition éventuelle de sortie de la zone euro.Conclusion pour 2012Là ou les questions dinsécurité ou dimmigration pouvaient encore peser sur une partie des Françaisavant lété, la remontée du chômage et la peur dune profonde récession occupent aujourdhuimajoritairement les esprits. Langoisse ou la résignation ont remplacé la colère, et sur ce registre, lespartis ou candidats dexpérience gouvernementale ont généralement lavantage.Sources  Site officiel du site du Front national (programme de 2007 en grande partie puisque le rogramme de 2012 ne sera sur le site qu le 14 novembre)  Magasine Alternatives Economiques-septembre 2011  Le point.fr février 2007 : Les principales propositions du FN  Le site http://www.elections-presidentielles-2007.org rubrique Programme, Projet 2012 du Front national  http://www.contribuables.org/publications/les-monographies/le-cout-reel-de-l-immigration-en-france/  http://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration_en_France#Impact_.C3.A9conomique_et_budg.C3.A9taire_de_l.E2.80.99immigration  http://userblogs.fu-berlin.de/berlinsurseine/2011/06/24/lhistoire-de-limmigration-en-france/  http://www.notre-europe.eu/fileadmin/IMG/pdf/Etud44-fr.pdf  http://www.cevipof.com/bpf/barometre/bar0.htm#vague4  http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2011/05/Pr%C3%A9sentation-de-lenqu%C3%AAte-Fondapol-sentiment- europ%C3%A9en.pdf  http://www.rue89.com/2010/08/18/les-jeunes-face-au-chomage-une-generation-perdue-162822  Le Post, Le Figaro.fr, Marianne, France 5, LExpress.fr, France Soir  http://www.francesoir.fr/pen-entre-pere-et-fille-pas-differences-pour-84-des-francais-62388.html  http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20101211.OBS4526/marine-le-pen-sous-le-feu-des-critiques.html  Wikipedia.fr  http://www.france-politique.fr/election-presidentielle-2002.htm  http://fr.wikipedia.org/wiki/%c3%89lection_pr%c3%a9sidentielle_fran%c3%a7aise_de_2002  http://www.rfi.fr/actufr/articles/029/article_14443.asp  http://www.france-politique.fr/election-presidentielle-2002.htm  http://fr.wikipedia.org/wiki/%c3%89lection_pr%c3%a9sidentielle_fran%c3%a7aise_de_2002  http://www.rfi.fr/actufr/articles/029/article_14443.asp 19