Santékirimèd - Numéro I - Juin 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Santékirimèd - Numéro I - Juin 2011

on

  • 1,268 views

Journal de L'UTS-UGTG (Union des Travailleurs de la Santé), numéro du mois de Juin 2011....

Journal de L'UTS-UGTG (Union des Travailleurs de la Santé), numéro du mois de Juin 2011.

SOMMAIRE :
• Bayalé
• Présentation du 8ème Congrès de l'UTS-U6T6
• Rapport d'activités
• Rapport d'orientation
• Les résolutions
• Les membres du Conseil
et du Bureau de l'UTS
• Loi HPST
• Mouvman
• Konsey Santé

Statistics

Views

Total Views
1,268
Views on SlideShare
1,236
Embed Views
32

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

2 Embeds 32

http://ugtg.org 20
http://www.slideshare.net 12

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Santékirimèd - Numéro I - Juin 2011 Santékirimèd - Numéro I - Juin 2011 Document Transcript

  • SANTÉKIRIMÈD Jounal UTS-UGTGpou palé, bokanté, é osi pou dékatyé sistèm santé GwadloupN U M ÉR O : 1J u i n 2 0 1 1 Miz : 1 € BAYALÉ Woulo pou lyannaj a Travayè Santé C’est donc cet objectif fondamental que nous persistons à nourrir à travers la réapparition de ce numéro de Santékirimèd. Wi nous, soignant, militant syndicaliste de la Non le déficit du CHU, la fermeture Santé en ces temps de marchandisation de programmée de l’Hôpital de Marie- la santé, nous nous devons de tout Galante, la fermeture des lits de plusieurs entreprendre pour que nous soyons encore hôpitaux, l’arrêt ou la réduction des plus en garde pour protéger et promouvoir travaux de modernisation, de mise aux ce droit fondamental, la santé. Le droit pour normes, ou de reconstruction, du CGR, nous tous de pouvoir accéder aux soins de Beauperthuy, de l’Hôpital Local de nécessaires à notre état de santé, le droit Capesterre Belle-Eau n’est pas le fait de pour nous tous de bénéficier d’actions mauvaises gestions, c’est la résultante publiques pour la santé (éducation, de choix politiques gestionnaires et prévention, soins, conseils, traitement) et ce rentabilisables qui auront pour principal quelque soit le niveau de notre couverture effet le refus de l’accès aux soins de la et nos moyens ; le droit pour nous travailleurs majorité d’entre nous ; les personnes du privé et du public de la Santé d’être fiers âgées, les Rmistes, les chômeurs, les de notre contribution professionnelle. jeunes. Autrement dit, avec Santékirimèd et notre Alors, que faire !!! S’accommoder de Syndicat UTS-UGTG jodila nous procéderons nos maladies, notamment celles qui à la déconstruction des pratiques actuelles nous ont été inoculées par notre mode S OM M A I R E : visant à nous contraindre en acteurs passifs, de vie et notre consommation tout juste bon à assurer aux commerçants actuelle… Awa.• Bayalé de la Santé la rentabilité de leurs Organiser une autre vision, d’autres investissements et produits (médicament, pratiques de santé, une autre équipement, structures, actes médicaux).• Présentation du 8ème organisation de la santé, développer et soutenir, l’information, l’éducation, la Congrès de l’UTS-UGTG Résolument, en application des orientations prévention, les solidarités, C’EST que nous avons retenues lors de NOS POSSIBLE… Nous en avons les• Rapport d’activités derniers Congrès, congrès de l’UTS en compétences…. Annou bay lanmen !! Décembre 2010 et celui de l’UGTG en Avril 2011, nous sommes décidés à concevoir, à• Rapport d’orientation organiser, à lutter pour un système de santé ‘‘Piplis nou Travayè vraiment au service de notre peuple.• Les résolutions Santé ké gaya - C’est notre devoir, nous Guadeloupéens et ce dans tout domaine dorénavant, de Byen kanpé adan• Les membres du Conseil déterminer un nouveau dessein pour nous- et du Bureau de l’UTS mêmes et pour notre pays. lanvironaj annou - Maladi péké gaté• Loi HPST Non, ni la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoires du 21 Juillet 2009) portant réforme vayan - Dabò pou de l’offre et de l’organisation de la santé, ni• Mouvman les réformes sur le financement de la santé, yonn…Santé pa ni celles portant sur le management des établissements de santé, ne sont des fatalités komès’’• Konsey Santé et des mesures de bonne administration. Le Secrétaire Général de l’UTS-UGTG Gaby CLAVIER
  • Gwadloupéyen ! Gwadloupéyènn ! Gwadloup an danjé Nou pé pa rété kon sa Fò nou mèt tout fòs an nou Adan on sèl konba Pou nou rézisté.Déjouanjou, lènmi ka anvayi nou Fò nou fè antansyon Tan ka pasé !Gwadloupéyen ! Gwadloupéyènn ! Nou tout ka doubout ! Tout ansanm ! Pou nou pé ! Sové péyi la É gannyé libèté an nou Sové péyi la ! É gannyé libèté an nou É gannyé libèté an nou ! Gérard LOCKEL - CGMUnion Générale des Travailleurs de Guadeloupe 1 rue Paul Lacavé Assainissement - 97110 POINTE-A-PITRE Tél. 0590.83.10.07 – Fax : 0590.89.08.70 Email : ugtg@wanadoo.fr - Site internet : www.ugtg.org
  • L’Union des Travailleurs de la Santé Union Générale desTravailleurs de Guadeloupe a tenu son 8ème congrès les 9et 10 Décembre 2010. Le jeudi 9 décembre 2010, nousavons mis en place différentes commissions à savoir :• Commission électorale• Commission de contrôle financier• Commission des résolutions chargée de retenir les grandes idées et de proposer une feuille de route pour les 3 années à venir.Le rapport d’activités a été présenté par le camaradeJean-Pierre DIDON, et le rapport financier par lecamarade Alexis LUNION.Dans son rapport, le camarade DIDON nous a présenté Nous avons salué la sortie des anciensune évolution du nombre d’adhérents de notre syndicat membres du Conseil Syndical :depuis 2005. Il en ressort que les années ayant connu leplus fort taux d’adhérents sont les années 2005 avec 816 • Mesdames PRIAM Jocelyne, DACOSTAet 2009 avec 866 adhérents. Le mouvement de -CONCALVES Luce, PLUMAINcontestation face aux différentes pwofitasyon qu’a connu Micheline, PIETRUS Annick, OUIKEDEla Guadeloupe durant l’année 2009 explique la Josiane, HULMAN Gwénola,remobilisation des travailleurs autour et dans leur sectionsyndicale. En effet, entre les années 2006 et 2008 l’UTS- • et Messieurs ÉLÉONORE Jean-Claude,UGTG a connu un léger recul de ses adhérents BOUBOUNE José, GUILLAUMEparticulièrement en 2007 avec 640 adhérents. Alphonse, SIDICINA Jean, NÉBLÉ Yvon, DICANOT Daniel, GARNIER Michel,Le camarade DIDON insiste sur la nécessité d’être au fait COICOU Rodolphe, ANDRÉ Frantzde la nouvelle loi régissant les hôpitaux : «la loi HPSTHôpital, Patients, Santé Territoires ». La santé de tous est en Ces camarades continueront à animer lejeu. travail dans les sections de base et transmettre leur expérience.Le camarade LUNION en charge de la partie financière aprésenté aux délégués le compte de résultat. Appuyé de Le Secrétaire Général, Gaby CLAVIERdocuments il a su nous expliquer chaque point nécessitant nous a présenté le rapport d’orientationune clarification. Le compte de résultat a été voté par 187 pour les années 2011-2013.voix pour, 0 contre et 3 abstentions. Après l’adoption des résolutions, nousLa journée du vendredi 10 décembre 2010 s’est plus axée avons procédé à l’élection du nouveauautour des présentations des différents mandats qui Conseil Syndical.avaient été confiés aux 17 nouveaux militants faisant actede candidature pour le Conseil Syndical. Ils étaient encharge de dossiers pour le renforcement de notreSyndicat.
  • Afin de réaliser le bilan d’activité de notre organisation, ilconvient de rappeler dans quel contexte elle évolue. Cestrois dernières années, nous avons pu constater unerestructuration du paysage de la santé en Guadeloupe. Tousles secteurs présentent des difficultés inhérent à desproblématiques qui leurs sont propres : projet dereconstruction, de fusion, de regroupement, absence deNAO, etc… Ka ki pasé a l’UTS-UGTG sé 3 lanné la sa ?Évolution du nombre d’adhérents816 en 2005, baisse sensible de ce nombre entre 2006 et2007, puis augmentation en 2008 pour atteindre 866 en 2009.ReprésentativitéDans le public : En Octobre 2007, en liste avec 3 syndicats :CGTG, FGS-FO, CTU, l’UTS-UGTG ; l’UTS remporte l’élection 1er Mai 2007 - Capesterre Belle-Eauavec 49,56 % des suffrages exprimés. L’année 2008 quant àelle, a vu la désignation d’un certain nombre dereprésentants dans les instances (Centre de Gestion desŒuvres sociales du Personnel Hospitalier, Comité TechniqueRégional, Comité Régional de l’Organisation Sanitaire,Conseil de Surveillance des Établissements Publics de Santé).Dans le privé : Présence de l’UTS-UGTG dans 8 Cliniquesprivées sur 12 avec des Délégués du Personnel, DéléguésSyndicaux, et élus aux CE et CHSCT. Au niveau de lareprésentativité, aussi bien dans le public, que dans le privé,évolution des bureaux en terme de renouvellement descadres en 2009 notamment dans 8 établissements publics, 3dans le privé, 1 laboratoire, 2 associations et le secteurambulance.Gouvernance 1er Mai 2010 - Basse-TerreEn termes de gouvernance, les KONSEY POU KAD se sontréunis 4 fois par année de manière constante entre 2009 et2010. Les actions de formation et de mobilisation égalementpour cette même période ont connu quant à elle une netteaugmentation : 27 pour 2009, contre 38 pour 2010.Les luttes engagées entre 2007 et 2010Chaque année, a été marquée par un mouvement. Dès2007 dans les cliniques privées pour les NAO et dans lesassociations VIVRE MIEUX et ADAF contre les licenciementséconomiques. Depuis 2009 la mobilisation de l’UTS s’estaccrue avec 2 mouvements d’ampleur ayant touchés laMDE et le CHU. L‘année 2009 a été marquée également parla participation du secteur de la Santé dans le mouvementLKP avec l’application de l’ACCORD Jacques BINO du 26Février 2009, dans toutes ses dispositions dans lesétablissements privés. L’année 2010 a vu se dérouler desluttes principalement dans le public : CHSM, les urgencesCHU, Pôle Logistique CHU, et une large implantation dans leslaboratoires, les pharmacies et les sociétés d’ambulance. 1er Mai 2011 - Pointe-à-Pitre
  • La politique mise en œuvre par l’Etat français en matière de Cette représentation large et diversifiée dans toutes lesSanté ne répond en aucune manière aux besoins réels du activités de santé (Hôpitaux, cliniques, pharmacies,peuple guadeloupéen. ambulances, service de soins à domicile, laboratoires d’analyses médicales, cabinets médicaux, servicesSelon les organismes de cet Etat, ARS, CGSS, INSEE, la morbidité d’aide à la personne et soins à domicile), nous offre unegénérale de notre population est caractérisée principalement vue globale sur l’accès aux soins, l’offre de santé, sespar des maladies chroniques, maladies réputées non pertinences et ses faiblesses.contagieuses et évitables. Ainsi, pour une population de 450 000habitants : Nous pouvons en tirer suffisamment de données pour— 6% de Guadeloupéens sont concernés par le diabète, soit nous permettre de poser notre analyse et nos 27 000 habitants propositions sur le système de santé à concevoir et à— 23% par l’hypertension artérielle après 18 ans déployer dans l’intérêt de notre Peuple.— 11% sont atteints par la maladie rénale chronique— 14% des adolescents sont diagnostiqués asthmatiques Dans l’esprit de tous ceux qui ont défriché le terrain— 30% des décès par an ont pour cause l’insuffisance cardiaque depuis 1974, nous réaffirmons notre volonté de travailler chronique pou wousouvwè é swannyé malad on dòt jan an péyi Gwadloup.Nous sommes frappés par des maladies liées principalement aumode de vie (nutrition, sédentarité, précarité), susceptibles Pou nou, on travayè santé pa dwèt pèd fòs ni bénékakéd’être maîtrisées d’abord par un changement de douvan difikilté i ka jwenn adan travay-ay, ki pwoblèm acomportement individuel mais également par l’action lajan, ki pwoblèm a respé, ki pwoblèm a matéryel, kicollective. pwoblèm a fowmasyon, ki pwoblèm pou’y gannyé responsabilité.Il en est de même pour les maladies et décès dus au cancer(sein, prostate), et les traumatismes et maladies infectieuses Si nou konpwann ki wòl é ki fondè a travay annou, poncausées également par l’action de l’homme (pollution de l’air, difikilté pépa fè nou pè davwa nou an mitan a on chènn,de l’eau, des sols par les déchets, les pesticides et les émissions chènn a solidarité, chènn a lavi.de gaz toxiques). É douvan lanné 2011 an péyi annou, Gwadloup, dapréA ces maladies invalidantes et de longue durée, notre wotè nou mété monm é fanm Gwadloup douboutpopulation est confrontée à un développement préoccupant pannan lanné 2009 avè LKP-la, nou finn pa konpwannde malades atteints de troubles mentaux liés ou non à la nou pé…Nou pé alé pli wen kilimit yo ban nou, nou péconsommation de drogues ou d’alcool. D’autres pathologies pansé pli wo ki wotè yo limité nou, nou pé anfinaldikont« spécifiques », telles la drépanocytose, la dengue, la lèpre et travay kon travayè santé.des pathologies à forte prévalence (le VIH) ou en pleinerésurgence, comme la tuberculose et la leptospirose sévissent. • On malad a pa on chanb… la 33Bien évidemment, ce sont les masses laborieuses les plus en • On malad a pa on maladi… l’amputédifficulté qui sont les plus touchées. • On malad a pa on GHS… Tarif de séjour et de Soins • On malad a pa on « recette »Le bilan du Plan Régional de Santé Publique-PRSP pour lesannées 2004-2008 et 2008-2010 est plus que décevant, mais cela Wi nou an mizi di jòdila … Maladi pa komès !ne nous étonne pas car ce plan n’est que la tropicalisation de laplanification de la santé publique retenue pour l’ensemble des Afin d’être à la hauteur des tâches qui nous attendent,régions de France. nous devons résolument nous engager sur le terrain afinPar contre, si la prévention, l’éducation thérapeutique, le de :dépistage des maladies, l’éducation pour la santé balbutient,l’offre de soin curatif est en pleine expansion. 1. Avoir la maîtrise de l’établissement dans lequel nous exerçons jodila é dèmenLes 11 établissements publics de santé, les 12 établissementsprivés et les 8 structures d’hospitalisations à domicile que 2. Avoir la maîtrise des instances de Gouvernance etcompte la Guadeloupe se livrent aujourd’hui à une représentation par une présence régulière et offensiveconcurrence des plus scandaleuses pou fè lajan asi do a santé a 3. Organiser un Bureau de Section Réguliergwadloupéyen. 4. Renforcer chaque section sur le plan idéologique etCes quelques éléments d’analyse ne sont pas exhaustifs - nous organisationnelaurons l’occasion d’y revenir dans de prochains articles – mais 5. Connaître les grands enjeux de Santé publique et lec’est à l’aune de cette réalité que tous les professionnels de niveau de participation de l’établissementSanté (infirmières et infirmiers, médecins, techniciens de 6. Pratiquer l’UTS-UGTG et assurer le renouvellement delaboratoires, personnel administratif et ouvrier, pharmaciens et nos cadresautres) en association avec les autres composantes socio-économiques doivent oser penser et élaborer un véritableprojet de santé pour la Guadeloupe..C’est le défi auquel nous Padavwa,sommes aujourd’hui confrontés. «Piplis nou Travayè Santé ké gaya,Sans revendiquer l’exclusivité de la conduite d’un tel projet, il Byen kanpé adan lanvironaj annou,nous appartient à l’UTS-UGTG d’en impulser la démarche et d’en Maladi péké gaté vayan,indiquer la direction. Dabò pou yonn…Santé pa komès»Nos adhérents sont répartis dans une cinquantaine de sectionssyndicales sur l’ensemble du territoire de Guadeloupe, de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy.
  • 8tièm Kongré a UTS-UGTG ki pasé lè 9 é 10 désanm 2010 pôté limyé an lespwi a tout moun kité la. Apré an pakèt bokantaj asi an pil sijè, manb a Komysyon Rézolisyon bokantaj asi an pilsijè, manb a Komysyon Rézolisyon woutyenn 8 rézolisyon ki adopté andidan a kongré la.RÉZOLISYON 1 - Sur la dégradation de la situation sanitaire et sociale en Gwadloup.Considérant le niveau de pwofitasyon existant dans de nombreux secteur de la santé,Considérant l’arrêt unilatéral de toute négociation dans les établissements de santé privé,Considérant la dégradation des conditions de travail due aux restrictions budgétaires, entrainant lasouffrance des travailleurs de la santéConsidérant la régression sociale engendrée par la marchandisation de la santé dans toutes les structuressanitaires et sociales,Considérant l’absence totale de politique sociale et de santé adaptée aux spécificités guadeloupéennes,Considérant le refus total de dialogue et de concertation de l’ARS avec les acteurs de la santé,Le 8ème Congrès des l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10 décembre 2010 aux Abymes :♦ Exhorte l’ensemble de ses dirigeants, élus, adhérents et sympathisants à s’organiser, se former et œuvrer pour mettre un terme à ces abus,♦ Demande la reprise immédiate des NAO,♦ Exige la mise en place de stratégies et de réformes prenant en compte la situation sanitaire et sociale du pays avec les moyens adaptées aux besoins. «Piplis nou travayè santé kè gaya, Byen kanpé adan lalywondaj an nou, Maladi péké gaté vayan, Dabô pou yonn, santé pa konmès»RÉZOLISYON 3 - Sur la pénalisation par l’Etat RÉZOLISYON 4 - Sur la lutte sociale en cours.français de l’action syndicale. Considérant le mouvement de contestation généréConsidérant l’obstination de l’Etat français à par les organisations composant le LKP pour mettreréprimer, à éradiquer toute forme de fin aux agissements des profitants sur la populationrevendication des travailleurs et par delà la Gwadloupéyèn,population Considérant le refus de l’état français et desConsidérant la détermination des tribunaux collectivités territoriales de respecter leurs signaturesfrançais à nous faire capituler physiquement, et engagements sur les protocoles, considérant lapsychologiquement, idéologiquement, et volonté de diaboliser, d’enterrer le LKP et toute formefinancièrement par leur politique répressive, de résistance au système colonialiste et capitaliste.Considérant la criminalisation de l’action syndicalelégiférée, Le 8ème Congrès des l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10 décembre 2010 aux Abymes :Le 8ème Congrès des l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10 ♦ Appelle tous les travailleurs de la santé à sedécembre 2010 aux Abymes : mobiliser dans tous les rassemblements, toutes les actions du LKP, afin de contribuer au changement♦ Ka di AWA, nou paka bay ADN an nou, dans notre pays ;♦ Condamne toute décision juridique ♦ Invite ses membres à s’approprier notre antisyndicale, antisociale visant à casser, briser environnement dans toutes ses dimensions l’engagement, la mobilisation des travailleurs, éducative, sanitaire, socio-économique, culturelle♦ Appelle toutes les forces vives à faire preuve de et écologique afin de mieux maitriser les enjeux solidarité et de déterminations pou pa jan mété liés à notre devenir ; jounou a tè é pa jen manjé an men a yo. ♦ Appelle tous ses militants à manifester dès le 14 décembre 2010 paskè Gwadloup sé tan nou.
  • RÉZOLISYON 5 - Sur la reconstruction, la rénovation et la mise aux normes des Établissements de Santé. Considérant la vétusté de certains établissements de santé, Considérant le nombre d’établissement de santé hors normes (parasismique…), Considérant les conditions géologiques et climatiques de notre région, Le 8ème Congrès des l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10 décembre 2010 aux Abymes : ♦ Exige de l’état français et des promoteurs privés la poursuite des travaux de rénovation et de mise en conformité de tous les établissements de santé qui le requièrent ; ♦ Réclame le respect des accords du 04 mars 2009 relatifs au financement de la reconstruction du CHU ; ♦ S’impliquera dans les projets de reconstruction et en informera la population en toute transparence et s’assurera du respect des normes en vigueur pour une sécurisation optimale de ces édifices.RÉZOLISYON 6 - Sur la Solidarité.Considérant l’obligation faite a la populationGwadloupéyèn de prendre en charge sa destinéeet principalement dans le domaine de la santé etdu social,Considérant la prévalence de certaines maladieset des séquelles qu’elles occasionnent sur lesvictimes et leur entourage,Considérant l’inadaptation du système de santéqui nous est proposé,Considérant le désœuvrement de nombreuxjeunes dans cette société qui leur est imposée,Considérant les difficultés socio-économiquesd’une tranche importante de la population às’alimenter et se soigner sainement,Considérant la médiocrité des élus à prendre encharge les enjeux de développement de notresociété,Le 8ème Congrès des l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10décembre 2010 aux Abymes : Camarades ces résolutions sont celles votées et♦ Porter une contribution matérielle et financière adoptées par le 8ème Congrès de l’UTS-UGTG réuni pour la concrétisation de projets communs les 9 et 10 décembre 2010 aux Abymes. (création d’un fond commun), Il nous appartient de les transformer en actions, car♦ Donner plus de sens à leur engagement il ne suffit pas de déclarer, dénoncer et protester. syndical, de façon à construire un mode de vie qui nous soit propre. Nous devons agir pou twota pa baré !!!
  • Le 8ème Congrès de l’UTS-UGTG réuni les 9 et 10 décembre 2010 aux Abymes a élu le nouveau Conseil Syndical composé de 25 membres pour les 3 prochaines années (2011-2012-2013). CAMBRONNE-SURPRIS Wilfrid Les Eaux Claires MARATON Claudine C.H. de Basse-Terre CECILIA Carole AUDRA MARCELIN Claudia Les Eaux Claires CÉLIGNY-LAUBA Gladys CHU MATHEY Laura C.H. LD Beauperthuy CÉSARUS Thierry MDE Saint-Claude MODMESAÏB Georges Ambulance Ass. Accueil la CHRISTOPHE Catherine NARBONNAIS Willy M.D.E. Providence CLAVIER Gaby CHU NICOLAS Patricia Clinique Choisy DAMAS Kenny C.H. Montéran PIERROT Jean-Luc Les Eaux Claires PITARD Alain Les Eaux Vives DIDON Jean-Pierre C.H. Sainte-Marie RONEL Lineda M.D.E. EMBOULÉ Lydia C.H. M. Selbonne SAINT-CHARLES Tony CHU FORTUNÉ Lise C.H. M. Selbonne SALNIKOFF Isabelle C.H. LD Beauperthuy GIRONDIN Martial MDE SUEDOIS Pierre C.H. de Montéran LUNION Alexis CHU TALIS Dimitri Espoir AmbulanceLe 13 Janvier 2011, le Conseil Syndical de l’UTS-UGTG s’est réuni en AssembléeGénérale Statutaire pour élire les 13 Membres du Bureau syndical : ♦ Secrétaire Général CLAVIER Gaby ♦ Secrétaire Générale Adjointe chargée du Secteur Privé CHRISTOPHE Catherine ♦ Secrétaire Générale Adjointe chargée du Secteur Public MARATON Claudine ♦ Secrétaire Administrative MATHEY Laura ♦ Secrétaire Administrative Adjointe FORTUNÉ Lise ♦ Trésorier LUNION Alexis ♦ Trésorière Adjointe NICOLAS Patricia ♦ Secrétaire à la Communication NARBONNAIS Willy ♦ Secrétaire Adjoint à la Communication CÉSARUS Thierry ♦ Secrétaire à la Formation DIDON Jean-Pierre ♦ Secrétaire Adjoint à la Formation CAMBRONNE-SURPRIS Wilfrid ♦ Secrétaire à l’Organisation MARCELIN Claudia ♦ Secrétaire Adjointe à l’Organisation SALNIKOFF Isabelle
  • Depuis quelques temps, dans nos sections, nos bureaux, nos conseils syndicaux, nous entendons parlerde Territoire de Santé et loi HPST décisions prises en «haut lieu». Mais qu’en est-il véritablement de cesnouvelles décisions prises de léta fwansé pou nou é pèp gwadloup.La loi H.P.S.T. (Hôpital Patients Santé Territoires) 3. Prévention de la santé publique Le texte prévoit l’interdiction totale de venteLe projet de loi a été approuvé par le Conseil des d’alcool aux mineurs, limite la vente d’alcoolMinistres d’octobre 2008 sous le titre «Projet de la loi dans les stations services. Il facilite l’accès à laportant réforme de l’hôpital et relatif aux patients, à contraception. L’article 11-115 prévoit lala santé, et aux territoires ». La loi HPST promulguée possibilité pour le gouvernement de fusionnerle 21 juillet 2009 se décompose en quatre titres : par ordonnance l’A.F.S.S.A (Agence Française deA. Modernisation de l’établissement de santé Sécurité Sanitaire des Aliments) et l’A.F.S.S.E.TB. Accès à tous à des soins de qualité (Agence Française de Sécurité Sanitaire deC. Prévention et santé publique l’Environnement et du Travail).D. Organisation territoriale du système de santé HPST 4. Adopter le schéma des régions et territoires La création des A.R.S qui englobent A.R.H,50 ans de réformes incessantes, presque autant de DRASS, DDASS, Contrôle Médical, C.R.A.Mprojets pour réformer les hôpitaux. Les réformes marque l’implication forte de l’Etat pour lachangent avec les gouvernements mais tous centralisation :poursuivent le même but ; rationner et rationnaliser • Engagement des institutions financières del’offre de soins. C’est pour cela que cette saga de l’Etat dans le capital des cliniques.réformes hospitalières ne semble pas finie. Il s’agit • Réforme de la biologie médicaled’un texte législatif ayant pour objectif une • Sortie des E.P.S du code des marchés publicsamélioration de l’organisation sanitaire par le jeud’un pilotage appelé Nouvelle Gouvernance. • Réforme de la recherche des C.H.U. • La ligne hiérarchique renforcée : Ministère,Aussi, la création des communautés hospitalières ARS, Directeur, Chef de Pôle, Patients.de territoire, sous le prétexte de complémentaritéet d’efficacité vise à réduire le personnel d’au Par cette loi, l’Etat français renforce son contrôlemoins 1000 agents, en accroissant les pouvoirs d’un sur tout le système de Santé de la Guadeloupe.Directeur directement soumis à l’ARS. Il existe par ailleurs une volonté évidente de privatiser la Santé et les différentes offres deLa clé de voûte de cette réforme : Service Public avec le souci essentiel de diminuer les dépenses de l’Etat. C’est un Le démantèlement du Service Public système qui va privilégier encore davantage La création de Groupement de Coopération une minorité de nantis au détriment de la Sanitaire et de Centre Hospitalier de Territoire majorité du peuple guadeloupéen. SANTÉ PA KOMÈS !!1. Du Service Public aux missions de Service PublicC’est tout d’abord une privatisation de l’offre de La concurrence, la rentabilité, le profit, tels qu’ilssoins qui se conjugue avec la certification des sont consacrés par la loi HPST ne sont pascomptes et la généralisation des contrats de Pôles. compatibles avec les missions de Service PublicLes établissements de santé publics et privés sont qui exigent de prendre en charge destous deux érigés en établissements de santé pour catégories de personnes désargentées et lasoi-disant favoriser l’accès aux soins de tous dans les santé précaire.établissements privés. Au nom d’un productivisme sans morale, ce2. L’accès aux soins sont les valeurs humaines, fondements de la médecine qui risquent de disparaître. LaFace à l’inégale répartition des professionnels de médecine ne peut pas être seulement unesanté sur le territoire, la loi veut tenter de repeupler science et encore moins un commerce. Ne doit-les déserts médicaux tout en respectant le principe elle pas rester par-dessus tout un art relationnelde liberté d’installation des professionnels libéraux. entre un thérapeute et son malade ou l’empathie l’emporte sur l’intérêt pécuniaire ?
  • Les Assemblées Générales tenues dans les Du 06 au 09 Avril 2011 Cliniques et des hôpitaux, notre marche à Capesterre Belle Eau le 1er Juin 2011 nous ont confirmé les attentes des Travailleurs et de la population. A nos préoccupation et revendications, l’ARS reste sourde, persuadée que nous ké fè dèyè devant les menaces de licenciement et de fermetures des services et établissements. L’ARS envisage également de nous culpabiliser avec différentes rapports (IGAS, Chambre Régionale des Comptes etc…) et nous rendre responsables du déficit de l’Assurance Maladie. Autrement dit, échec du système deLe 13zyèm kongré a UGTG s’est tenu du 6 au 9 avril2011 au Lamentin et avait pour thème : «WOULO santé en France principalement hospitalier etPOU PÈP GWADLOUP ANSANM ANSANM, DOUBOUT curatif, garantissant l’industrie chimio-AN LARI LA AN BALAN, AN KONSYANS NOU KÉ thérapeutique de substantiels bénéfices, serait la faute des soignants qui dépensent trop pourDÉCHOUKÉ TOUT PWOFITASYON NOU KÉ KONSTWUI mettre debout les hommes et les femmesON DÒT GWADLOUP». cassés et invalidés par la misère, les précaritésLes 43 délégués de l’UTS présents au Congrès ont et la maladie.participé avec enthousiasme aux travaux qui sesont déroulés dans une bonne ambiance. Des Non, d’autres choix sont possibles. Nousdélégations extérieures ont apporté leur soutien et devons, nous soignants, être en mesure deleurs expériences. Nous avions en effet des nous faire entendre, nos militants et déléguéscamarades corse, kanak, basque, haïtien et syndicaux sauront imposer la négociation.martiniquais qui nous ont fait l’honneur de leur La mobilisation continue ! Elle devra être claireprésence. et offensive et ce dès le 20 Octobre prochain àNous avons été impressionnés par la qualité de l’occasion des élections pour la désignation del’écoute et de la hauteur politique des débats. Un nos représentants du secteur public aux CAP etlarge échange a eu lieu sur les différentes CTE.résolutions qui étaient à adopter. Nous retenonsparticulièrement celle demandant aux unions et Annou bay lamen…sections de rentrer dans un processus de Dèmen pa sèten !!.renforcement idéologique et organisationnel, dedévelopper les luttes dans leur secteur afin depréparer les luttes globales que nous aurons à Léwòz UGTGmener pou DÉCHOUKÉ TOUT PWOFITASYON ÉKONSTWI ON DÒT GWADLOUP. Vendredi 1er Juillet 2011Le nouveau Conseil Syndical a été élu et a désigné Palais Mutualité Lapwentle Secrétaire Général de l’UGTG : Elie DOMOTA. Mobilisation de l’UTS-UGTG 30 Mai et 1er Juin 2011C’est dans cette optique que notre organisationUTS-UGTG s’est engagée avec les salariés tant dupublic que du privé dans un processus demobilisation les 31 Mai et 1er Juin 2011.
  • Adan sé détimo maké a Doktè Viktô Chavez Sanchez «La fruta, el alimento perfecto», parue dans larevue Diario Despertador du 4 février 2010) ) i ka espliké nou ki jan pou nou manjé fwi.Tout le monde le sait: les fruits Pourquoi faut-il consommer lessont d’excellents aliments, et il fruits à jeun?est nécessaire de les privilégier Les fruits ne sont pas digérés dansquoti diennement p our se l’estomac, mais dans l’intestin grêle.maintenir en bonne santé. Ils transitent rapidement parEncore faut-il les consommer l’estomac, puis passent danscorrectement et, notamment, les l’intestin où ils libèrent leurs sucres.absorber l’estomac vide. Ils’agirait même de la règle S’ils se retrouvent avec de la viande,essentielle à respecter afin de des pommes de terre ou debénéficier de la totalité de leurs l’amidon, ils se trouvent bloqués parbienfaits. ces aliments (qui eux mettent plus de temps à être digérés). AinsiPourquoi les fruits sont-ils de piégés, leurs vitamines se détruisentbons aliments pour notre et ils commencent à fermenter.santé? C’est la raison pour laquelleSelon l’auteur de l’article, les certaines personnes souffrent defruits sont les aliments idéaux. Ils ballonnements après les repas.nécessitent un minimumd’énergie pour leur digestion et Les règles à appliquer afin deapportent beaucoup à bénéficier des apports nutritifs Kon yéla Kanmarad, zòt konètl’organisme. Constitués des fruits :principalement de fructose et ki jan pou zòt manjé fwi.d’eau à 90-95%, ils nourrissent le 1 NE PAS MANGER DES FRUITS ENcorps tout en le purifiant. Sources FIN DE REPAS, Nou tini fwi Gwadloup ki nide vitamines et de minéraux, 2 CONSOMMER des fruits uneleur teneur en fibres est onpil onpil onpil vitamyn. Fò demi-heure avant le petit-importante. nou manjé fwi lokal an nou . déjeuner (ou tout autre repas)Les fruits sont les alliés de notre ou respecter un délai de 4système cardio-vasculaire heures après chaque repas, Wi, annou manjé sapoty anLes fruits sont aussi les véritables 3 FAIRE SOI-MÊME les jus de nou, ponmwòz an nou,alliés de notre cœur. Le docteur fruits frais qui permettent de zabriko, mango, zikak, korosolWilliam Castillo, chef de la conserver toutes les qualités nutritives des fruits, é tout fwi Gwadloup.clinique de cardiologieFramington dans le 4 MANGER LES FRUITS A JEUN Alòs, kanmaradMassachusets, considère que les accompagnés éven- tuellement d’une tasse de thé pran santé’aw an menfruits sont les meilleurs aliments àconsommer pour se protéger des chaud. avan twota mare’w. !!!maladies cardiaques. En effet, ils Effectuer cette expérience durantcontiennent des bioflavonoïdes une dizaine de jours: commencer Adan déziyèm niméro aqui empêchent l’épaississement votre journée en n’avalant que Santérimèd, nou ké palédu sang et l’obstruction des des fruits, et cela, jusqu’à midi. dè Doktè Anri JOSÈF kiartères. Ils renforcent également Durant ces 10 jours, votre ka milité pou nou manjéles capillaires (les capillaires organisme aura bénéficié de tou sa nou ka pwodwifragiles sont presque toujours la nombreuses vitamines Gwadloup, tou sa kô ancause d’hémorragies internes et indispensables à votre santé. nou bizwen pou nou rétédes crises cardiaques). solid é rété gaya.
  • Union des Travailleurs de la Santé de l’Union Générale de la Guadeloupe1 rue Paul Lacavé Assainissement—97110 POINTE-A-PITRE Tél. 0590.83.10.07 – Fax : 0590.89.08.70 Email : ugtg@wanadoo.fr