Your SlideShare is downloading. ×
edition2007
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

edition2007

346
views

Published on

catalogue de l'édition 2007

catalogue de l'édition 2007


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
346
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 1
  • 2. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 2
  • 3. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 2
  • 4. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 3 ART CONTEMPORAIN 7 lieux d’EXPOSITION SAINT-FLOUR 7 juillet-18 août
  • 5. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 4 L’année 2007 a été riche d’événements dans le domaine de l’art contemporain sur le territoire cantalien. Le musée d’art et d’archéologie d’Aurillac a accueilli durant six mois une exposition du FRAC d’Auvergne rassemblant plus de soixante œuvres témoignant de la création contemporaine française et internationale. Saint-Flour, avec la 14ème édition de Chemin d’art continue d’offrir au public un regard singulier sur la création actuelle. Ces deux manifestations ont remporté un vif succès et confirment l’appétit des citoyens de passage ou résidant à l’année pour la création. Chemin d’art a participé à ce regain d’intérêt en étant, il y a quatorze ans, la première manifestation d’envergure sur le territoire auvergnat. Manifestation qui a su dès le début solliciter des artistes de renommée nationale et internationale dans le souci de montrer les démarches artistiques les plus exigeantes. Pour l’édition 2007, les organisateurs ont rassemblé sept artistes français et étrangers qui témoignent de préoccupations liées au quotidien. Ils interrogent aussi bien les notions d’habitat, de loisir, de cheminement que celles en lien au spirituel. Deux œuvres ont particulièrement marqué les esprits dans des registres très différents. Charlotte Herben a présenté dans le local de l’ancien musée de la poste une caravane entièrement fabriquée en carton d’emballage. Ce matériau « pauvre » est utilisé dans cette œuvre comme marqueur politique. Si le carton évoque à tous les envois postaux et la joie que l’on éprouve à l’action de déballage, il remémore à beaucoup les abris construits par les sans domicile fixe. Tandis que la caravane évoque le souvenir des routes estivales encombrées par les flots de vacanciers, temporairement sans domicile fixe. Charlotte Herben avec cette architecture de fortune interroge notre société dans ses contrastes, voire ses contradictions.
  • 6. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 5 Viviane Riberaigua a installé dans l’église Saint-Vincent une série de 150 bougies au profil féminin, qui rappelle les recluses qui ont été sacrifiées pour le repos des Sanflorains. L’artiste rend hommage dans cette installation au souvenir de ces sacrifiées. Chaque bougie se consume et allume la suivante et ainsi de suite. Cette œuvre éphémère saisit le spectateur tant elle renvoie à l’universel, dans l’hypothétique existence d’un au-delà dont la notion de souvenir nourrit le possible. Le processus, fort simple, est redoutablement efficace, il ne ligature aucune interprétation. En 2008 Chemin d’art aura quinze années d’existence, et si ce n’est l’exemple, ce quinzième anniversaire est la preuve qu’une manifestation ne peut être pérenne sans la nécessité d’un projet culturel de haute tenue et l’indispensable recul qui permet année après année l’ajustement du projet à l’actualité artistique. Cette manifestation a su rassembler de nombreux partenaires qui sont tous attachés au fait que quel que soit le lieu de résidence du citoyen, dans les grands centres urbains ou en zone rurale, il puisse découvrir des démarches artistiques de qualité comparable. Ce vaste chantier de la démocratisation culturelle nous rassemble autour de projets ambitieux portés par des acteurs culturels à la foi inébranlable ! Christian Garcelon Inspecteur et conseiller arts plastiques Conseiller pour les musées
  • 7. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 6 Arno ARTS « Une maison pour un arbre » Arno Arts est artiste « multimédial » qui se Autour d’un tronc d’arbre choisi à Saint-Flour, j’ai bâti une maison en bois de récupération. Le tronc s’élève laisse diriger par un sujet ou thème vers une au-dessus de la cheminée. La cime de l’arbre semble s’élever vers le ciel, tel un nuage de fumée. Un feu imagination qui peut prendre toute forme semble flamber à l’intérieur de la maison en bois. concevable. La peinture, le dessin, l'objet ou L’objet est tangible et réaliste, mais l’image elle-même évoque clairement le surréalisme. Les flammes sont la sculpture : chaque médium ou moyen virtuelles et la cime de l’arbre évoque un nuage de fumée. peut amener à servir la représentation d'une Les diverses significations de cette œuvre d’art laissent place à de nombreuses métaphores. œuvre d'art. Tout d’abord, cet objet évoque la vie de l’arbre. La cime de l’arbre symbolise le poumon vert. Le bois de récupération provenant de cagettes nous rappelle que l’arbre et ses fruits sont une ressource alimentaire. Le bois de récupération est également symbolique. Coupé en planches ou en poutres, l’arbre peut ainsi vivre une seconde vie en faisant office de meuble, de revêtement de sol ou de palissade. Pour finir, le bois sera brûlé. Le feu évoque la chaleur et l’énergie. Ainsi, la boucle est bouclée, et le phénix s’élève à l’instar d’une nouvelle vie qui renaît de ses cendres. “House for a tree” Around the trunk of a chosen tree in Saint Flour I built a house of discarded wood. The trunk raises from the chimney, the top of the tree seems to ascend to the sky like a cloud of smoke. It seems like inside the wooden house a flaming fire blazes, through the windows the flames are visible. The object is tangible and realistic, but the image itself has a clear reference to surrealism. The flames are virtual and the top of the tree imagines a cloud of smoke. Arno ARTS The multi-layered meaning of this work of art knows a diversity of metaphors. Klarendalseweg 137 First, the work refers to the life of the tree itself. The top of the tree is a symbol for the green lung.The 6822 GG Arnhem discarded wood of the fruit boxes reminds us of fruit and the tree as a food-supplier. Pays Bas - The Netherlands Even the discarded wood is symbolic here. Sawn to planks or beams a former tree has known a second for.arts.sake@worldmail.nl life playing the role of furniture, flooring or fence. www.arno-arts.nl Eventually the wood will become firewood. The fire as an imagination of warmth and energy. +31 (0)26 4450494 Thus, the circle is round and the Phoenix rises as a new life from its ashes.
  • 8. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:27 Page 7 Arno ARTS - Maison d’arbre / House for a tree - Arbre et techniques variées - 4,35 x 1.60 x 2.00 m - Calvaire - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 9. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 8 François BÉNARD « Air Play » François Bénard explore l'art par son désir « Air Play » est constitué d'un poteau en béton de 25 x 25 x 250 cm dans lequel viennent se figer, sur de création. sa partie haute, 3 jeux ressorts identiques formant ainsi une composition aérienne. Il tente de se mettre en retrait au profit de Le jeu ressort se trouve habituellement dans des parcs. D'une façon générale, son assise ne dépasse pas sa production, de laisser à cet art une 50 cm de haut pour permettre aux enfants d'y accéder. autonomie et donc une possible Ainsi positionnés, les jeux ressorts sont rendus inaccessibles donc injouables. En perdant leur utilité première, réappropriation du spectateur face à l'œuvre ces objets, toutefois reconnaissables car non modifiés, posent la question du statut de l'objet d'art. qui lui est proposée. Ici, l'objet d'art est généré par la composition, la sacralisation des jeux ressorts ainsi placés. La souplesse Ses « ready-made » pourront-ils provoquer et mobilité des ressorts mis en relation avec le caractère massif et immobile du poteau/béton ajoute à la contemplation ? l'interaction socle/sculpture et aboutissent à la fusion de l'ensemble. « Air Play » se veut ludique, bouge dans les nuages, comme un jeu issu de l'enfance et comme l'est la découverte d'une œuvre au détour d'un chemin d'art. “Air Play” “Air Play” consists of a 25 X25 X 250 cm concrete post. At the top of the post there are 3 identical spring riders forming an aerial composition. Spring riders are usually found in parks. Generally, the base is no more than 50 cm high so that children can climb onto them easily. Placed as they are, the spring riders are inaccessible and therefore cannot be ridden. By not fulfilling their main purpose, these objects, however familiar, for they have not been altered in any way, question the status of the objet d’art. François BÉNARD Here, an objet d’art has been created by the composition imbuing the spring riders thus placed with a 37 bis rue de Tanger sacred character. The flexibility and mobility of the springs in contrast with the massive motionless 75019 Paris character of the post/concrete add to the interaction between the base/sculpture and bring the whole 06-74-93-96-34 artwork together. benard.francois@gmail.com “Air Play” is intended to be playful, moving in the clouds, like a childhood game, or discovering a work www.francoisbenard.com of art in the “chemin d’art.
  • 10. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 9 François BÉNARD - Air Play - Béton, Jeux à ressorts - 25 x 25 x 250 cm - Allées Georges-Pompidou - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 11. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 10 Marco DESSARDO « La gouttière du pont » Sculpteur dans le sens le plus vaste, le plus Depuis plusieurs années, je construis sans relâche des maisons pliantes, inachevées et inhabitables, des ouvert de cette manière de voyager. passerelles inutilisables qui ne mènent nulle part, des charpentes s’enroulant sur elles-mêmes, des bateaux Tel un explorateur spatial, Marco Dessardo pliants, des parois tremblantes. recherche l’origine de l’espace, l’archi-texture Je pratique un art qui retourne la question du lieu sous toutes ses coutures, s’expose à l’espace pur. Au Chili, soutenant toute créature. Ainsi, il construit en Laponie, en Inde ou à Cuba, mes sculptures réalisées « in situ » dialoguent avec les paysages les plus des maisons pliantes peu accueillantes, des divers. Elles sont cependant toujours à la recherche d’un arrière-pays qui forme l’horizon de tous mes dragues instables, des passerelles à bascule cheminements. Ces sculptures se produisent en auto construction. qui ne mènent nulle part, des aqueducs Elles sont l’occasion d’échanges et d’apprentissages de techniques locales, de mise en question des lieux de percés à l’irrigation aléatoire, des structures l’art par une recherche d’implication des œuvres dans des contextes sociaux et politiques vivants. tourbillonnantes et des parois ondulées. “The bridge gutter” For several years I have built folding unfinished and inhospitable houses, unusable footbridges leading nowhere, whirling frameworks, unstable folding boats and quivering walls. My artwork calls for me to examine a place from every angle, as it is exposed to pure space. The sculptures that I have made “in situ” in Chile, Lapland, India and Cuba converse with the most diverse and versatile landscapes. They are however always longing for a background to form the horizon of all my wanderings. These sculptures are created by auto construction. They arise from exchanges and the learning of local techniques, from a reappraisal of the designated site by attempting to associate the artworks with living social and political contexts. Marco DESSARDO 49, Boulevard Vincent Auriol 75013 Paris 0033/(0)145827718 info@dessardo.com http://dessardo.free.fr
  • 12. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 11 Marco DESSARDO (Assistant : Fabrice Delsinne) - La gouttière du pont - Zinc et eau - 45 mètres de long - Pont-Vieux - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 13. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 12 Adri A.C. de FLUITER « Flammes d’arbres 6 - un nouveau départ » Le travail de Adri A.C. de Fluiter part de Mon travail à Saint-Flour est en rapport avec mes derniers projets spécifiques sur site, réalisés sur des arbres. formes similaires à des sacs en tissu, pour J’enveloppe certaines parties de la cime de l’arbre avec du tissu, afin de l’isoler de la structure globale donner naissance à des « sculptures et de montrer sa forme spécifique. Cette forme me permet de rendre visible l’énergie de la nature, en enveloppées », voire à des « flammes » général, et plus spécialement sur les arbres. temporaires. Cette forme symbolise l’aspect En observant la cime d’un arbre, vous pouvez percevoir l’énergie s’échapper du tronc. L’énergie étant spirituel de tout être humain. Son objectif symbolisée par des flammes, on peut donc dire que la cime d’un arbre doit être vue comme une flamme. consiste à rendre visibles les aspects visuels Ceci nous ramène à la fameuse équation E=mc2. d’un environnement global, restés jusqu’alors Ainsi, toute matière est énergie. inaperçus. Lorsque vous regardez des êtres humains, vous pouvez les imaginer comme des feux ambulants. L’artiste occupe également la fonction de conservateur de projets internationaux “Treeflames 6 – a new start” « Art in Nature ». Dans le petit village de My work in Saint-Flour is connected with my latest site specific projects based on trees. Schoonoord, aux Pays-Bas, il a installé un site I enwrap parts of the tree crown with fabric to isolate it from the whole structure to show the specific « Art in Nature » permanent. Des artistes form of it. This form has to do with my intention to make visible the energy in nature in general and internationaux y travaillent depuis 2005, special in trees. date de la première édition. Looking at the crown of a tree you will see there how the energy is flowing out of the trunk. And energy www.natuurkunstdrenthe.nl. is symbolized by flames. So you can say that the crown of a tree is to see as a flame. This in connection with the famous E=mc2. So all material is the same as energy. When you look at human beings you can imagine they are like walking fires. Adri A.C. de FLUITER Meulenakker 6 NL- 7841 EP, SLEEN +31591362025 gsm +31627065620 defluiter@planet.nl www.defluiter.nl
  • 14. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 13 Adri A.C. de Fluiter - Treeflames 6 - a new start - 4 arbres vivants, 3 morceaux d’arbres, tissu rouge L : 40 m X H : 4 m.- Berge de l’Ander, rive droite - Chemin d’Art Saint-Flour 2007.
  • 15. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 14 Charlotte HERBEN « Caravane » La boîte en carton est un objet connoté de matériau "pauvre", aux utilisations multiples : emballage, courses, rangement, déménagement, abri SDF etc.… Le carton possède la qualité d’isolant thermique et sonore. Ce matériau peut être utilisé dans des constructions de bâtiment. Charlotte Herben est née en Hollande en Sa banalité est évidente, ses diverses qualités : sa forme rectangulaire, sa légèreté lui confèrent un aspect 1959. Elle vit et travaille en région Parisienne. très sculptural voire architectural (question d’échelle et d’empilement). Comme des cubes de Lego, les Après des études en céramique à L’Ecole boîtes se prêtent facilement au jeu de construction dans lequel de nombreuses formes sont possibles. Par Nationale des Arts Appliqués et sculpture son aspect léger, éphémère et mobile, j’ai eu envie de l’utiliser pour construire une caravane de tourisme. (atelier Jeanclos) aux Beaux Arts de Paris C’est une habitation qui se déplace rapidement et facilement. Dans certains cas elle est le seul abri des elle choisit souvent des espaces de vie en gens sans domicile. Ma caravane souligne la question du manque de logement actuel. Elle porte une extérieur pour accueillir ses installations. dimension poétique pour amener à « voir » ce problème que nos politiciens mettent en avant dans leur programme… Une des premières sculptures que l’homme ait créée, était une habitation… “Caravan” The cardboard box is an object made of what is known as a “poor” material, that has various uses : packaging, carrying shopping, storage, moving house, shelter for the homeless etc… Cardboard has an insulating and soundproofing quality. It can be used in the construction of buildings. It is of course a very common object with various uses: its rectangular shape and its light weight gives it a sculptured even architectural aspect (depending on scale and stacking). Like Lego cubes, boxes can easily be used as building blocks, and can be built into various shapes. Because of its light, ephemeral and mobile qualities, I decided to use it to build a touring caravan. Numerous campsites fill up every summer with these comfortable mini residences. Charlotte HERBEN It is a home that can be moved quickly and easily. In some cases for the homeless it is the only shelter 71 Allée des Erables they have. My caravan underlines the problem of the current lack of accommodation. It gives a poetic 77176 Nandy dimension, encouraging people to “see” the problem that politicians regard as a priority… Tel. : 01 64 41 67 54 ou 06 63 12 29 47 One of the first sculptures created by man was a shelter… E-mail : herben.charlotte.neuf.fr Site : charlotte-herben.biz.st
  • 16. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 15 Charlotte HERBEN - Caravane - Carton, scotch - L 335 x H 240 x P 200 cm - Ancien musée Postal d’Auvergne - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 17. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 16 Vera LOPES et Paulo VON POSER « Une Rose au Calvaire » « Une Rose au Calvaire » est un objet en fer forgé, un élément urbain, qui a une fonction et qui est aussi une œuvre artistique. C’est une grille pour plantes grimpantes qui a été conçue, spécialement, La rencontre des artistes Paulo et Vera a pour le Calvaire, un lieu de contemplation dans un endroit élevé qui domine Saint-Flour. commencé à partir de 2001 quand ils ont L’œuvre est interactive et nous pouvons y voir à travers et la traverser. La transparence est faite pour conçu et developé une sculpture de fer, que l´œuvre interagisse avec le paysage et, en même temps, permette que le paysage soit regardé à en forme de rose. Un thème constant travers, induisant ainsi à un état d’esprit qui bouge avec les émotions de chacun, en créant une depuis cette date dans leur travail. sensation de curiosité. Paulo pratique le dessin d’observation à Le public doit se baisser pour la traverser par une ouverture au bas de la Rose. En partant de cette travers la pérception de l’espace et montre attitude d’irrévérence on veut amener le public à une réflexion sur le quotidien et une réévaluation de son art sous diverses formes : projets l’espace qu’il habite. graphiques, videos, scenario, illustrations, Cette proposition traduit la volonté de diffuser l’art et le design dans l’espace public en imaginant que photos, céramiques, peinture sur carrelage… ces éléments vont inciter le passant à venir se reposer et profiter d´une œuvre d’agrément. Vera travaille différents matériaux comme l’acier, la parafine, le cuivre, mais principalement “A Rose in Calvary” le fer forgé en fabricant des objets, des “A Rose in Calvary” is an artwork made of wrought iron, an urban element, which has a function but is meubles… Elle développe des projets pour also a work of art. It is a frame for climbing plants, specially designed for Le Calvaire, a place of l’architecture dans les styles les plus variés. contemplation in an elevated spot overlooking Saint-Flour. Leur travail ensemble se multiplie dans le The artwork is interactive and we can both see and go through it. It has been made transparent so that désir de créer des monuments publics et it interacts with the landscape, and at the same time enables the landscape to be seen through it, thus ludiques autour du monde en interactivité creating, by generating a sensation of curiosity, an approach that changes according to each person’s avec le public. emotions. Visitors have to bend down to go through an opening at the base of the Rose. Through this attitude of Vera LOPES et Paulo VON POSER irreverence our aim is to give visitors the opportunity to reflect on their everyday lives and rethink their Rua Dr. Manoel Carlos de Figueiredo Ferraz, 361 habitat. Cep.:05655-000 São Paulo S.P.Brésil This artwork illustrates our desire to display art and design in a public place, in the hope that it will incite 55 11 3564.3424 et 55 11 8257.8257 the passer-by to come and relax and enjoy the pleasure of a work of art. vera.lopes@uol.com.br / pvposer@uol.com.br www.almavera.com.br
  • 18. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 17 Vera LOPES et Paulo von POSER - Une rose au calvaire - Fer rond forgé - H : 3 m x L 2,50 m x P 1 m - Site du Calvaire - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 19. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 18 Viviane RIBERAIGUA « Installation pour 150 recluses » Viviane Riberaigua est née à Toulon en Au milieu du pont vieux de Saint-Flour, au moyen-âge, vivait la Recluse. Emmurée vivante dans une 1978. De par la réalisation de vidéos, pièce exiguë, elle mourait à petit feu après une année tout au plus et était alors remplacée. Souvent d’installations ou de travaux choisie parmi les plus pures des jeunes filles du village, elle apparaissait plus amène d’accomplir les photographiques, elle plonge dans l’univers prières des villageois pour faire fuir les fléaux qui sévissaient alors dans ces contrées. Peut-être des contes, des légendes et des mythologies 150 personnes seraient ainsi mortes enfermées par leur volonté ou par la folie des hommes. personnelles questionnant sans cesse notre « L’installation pour 150 recluses » dans la sacristie les représentera. Tel un jeu de domino, 150 petites manière d’illusionner le monde et de filles en cire reliées par le même long filament s’éteindront les unes après les autres ; chaque mort concevoir notre propre réalité. appelant la suivante. Le thème des recluses m’a beaucoup touché; j’ai choisi d’évoquer ces faits dans une installation tout en douceur qui rappelle la pureté de ces âmes. Le temps a une importance considérable dans ce travail qui se déconstruit comme un film au fil des jours, au fil des mois d’exposition, chaque figurine aura son jour de gloire puis s’éteindra en laissant quelques traces de son existence. La lumière éclairera la sacristie jusqu’à la dernière bougie, puis sombrera dans l’obscurité. The “Room of the 150 Recluses” In the middle of the Pont Vieux in Saint-Flour, during the Middle Ages, lived the Recluse. This person was imprisoned in a cramped room, dying a slow death, usually within a year and was then replaced. He or she was often chosen amongst the purest young girls in the village, to say prayers for the villagers in the hope of chasing away the diseases that were rife in these regions at the time. Maybe 150 people died in this way, imprisoned either by choice or by the madness of men. The “Room for 150 Recluses” in the vestry will represent these people. 150 young girls made of wax joined by one long thread, like a set of Viviane RIBERAIGUA dominoes, will “die” one after the other: each death heralding the next. The story of the Recluses affected 8, rue Jules Muraire me deeply. I have chosen to recount these facts by creating a quiet, gentle place, evoking the purity of 83210 Solliès-Pont these souls. Time is of considerable importance in this artwork, which unravels like a film over the days 06 15 78 49 86 and months of the exhibition. Each figure will have its day of glory and will then be extinguished, leaving vriberaigua@aol.com only traces of its existence. The light will illuminate the vestry until the last candle has gone out and all will become dark again.
  • 20. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 19 Viviane RIBERAIGUA - « Installation pour 150 recluses » - 150 bougies en cire de 14 cm Supports de 3 m par 3 m - Sacristie de l’Eglise Saint-Vincent - Chemin d’Art 2007 Saint-Flour.
  • 21. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 20 ... et tous ceux qui œuvrent pour en devenir les artistes Caisse d’Epargne et de Prévoyance d’Auvergne et du Limousin – Siège social : 63, rue Montlosier - 63961 Clermont-Ferrand cedex 9 – 382 742 013 RCS Clermont- Ferrand – Banque coopérative régie par les articles L. 512-85 et suivants du Code monétaire et financier, société anonyme à directoire et conseil d’orientation et de surveillance – Capital social de 121 422 900 euros – Intermédiaire d’assurance immatriculée à l’ORIAS sous le n° 07 006 292.
  • 22. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 21
  • 23. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 22 Direction Artistique du Festival : André Maigne - 22, rue de la Résistance 15 100 Saint-Flour 33 (0)4 71 60 12 23 chemin.dart@laposte.net http://pagesperso-orange.fr/andre.maigne/chermindart/ca.htm Cette manifestation a été réalisée en liaison avec la Municipalité de Saint-Flour en particulier : Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de Saint-Flour Serge Pélissier, Adjoint à la Culture Jean-Pierre Vigier, Directeur Général des Services Patrick Lafforgue, Directeur des Services Techniques Sophie Bouquerel, Hervé Blanco, Centre Culturel « La Passerelle » Marie Petitimbert, Chargée de Communication Nicolas Mayet, mise à jour du site Internet Remerciements à : Christian Garcelon, conseiller Arts Plastiques DRAC d'Auvergne Frédéric Bouglé, directeur du Creux de l'Enfer, Centre d'art contemporain à Thiers Sandrine Daureil, animatrice du Label Pays d'art et d'histoire du Pays de Saint-Flour Emilie Pascal, Office de tourisme du Pays de Saint-Flour Christine Maigne (Plasticienne) Ainsi qu'à Jean-Luc Daureil et Sylvain Kahane Aux saisonnières de « La Passerelle » Aux familles qui ont accueilli des artistes Catalogue et prospectus : André Maigne, Marie Petitimbert, Raom et Loba Impression du catalogue : Un, Deux… Quatre Editions Crédit photo : André Maigne et les artistes eux-mêmes ISBN : 978-2-35145-068-0 CONSEIL RÉGIONAL D'AUVERGNE
  • 24. Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 23
  • 25. photo : Studio Ferraton Chemin d'art2007:Chemin d'art2006 #31 31/03/08 10:28 Page 24 SAINT-FLOUR Pays d’art et d’histoire