Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page1
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page3




                                     ART CONTEMPORAIN
                 ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page4




                                     1994-2004 : Chemin d'art, en s'ins...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page5




                                     Le travail d'André Maigne sur les ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page6




                                                        Christine BRAUL...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page7




                                                 Christine BRAULT - Sou...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page8




                                                    Violaine LAVEAUX

 ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page9




                                                 Violaine LAVEAUX - The...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page10




                                                       Georges LE CHEV...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page11




                                                  Georges LE CHEVALLIE...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page12




                                                 André MAIGNE

       ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page13




                                                  André MAIGNE - nymph...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page14




                                                  Natalie RICH-FERNAND...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page15




                                            Natalie Rich-Fernandez/Vid...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page16




                                                      Steven SIEGEL

 ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page17




                                             Steven Siegel - Not like ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page18




                                                      Rodney SPOONER

...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page19




                                                  Rodney SPOONER - Che...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page20




                                    ... et tous ceux qui œuvrent
     ...
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page21




r.
n
Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page22




                                                             Cette man...
photo : Studio Ferraton
                                         Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page24




SAINT...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Catalogue 2004

456

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
456
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Catalogue 2004

  1. 1. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page1
  2. 2. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page3 ART CONTEMPORAIN 7 lieux d’EXPOSITION SAINT-FLOUR 26 juin-15 août
  3. 3. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page4 1994-2004 : Chemin d'art, en s'installant dans la durée, est devenu un moment indispensable de l'été artistique en Haute Auvergne. La manifestation est fidèle à ses principes de base : la sélection rigoureuse et cohérente, la résidence d'artistes, la référence à un site esthétiquement et historiquement fort, le souci de présenter l'art contemporain dans les meilleures conditions au public local et vacancier. Ces éléments sont associés dans un projet qu'André Maigne conduit avec constance et passion. Les artistes réunis en 2004 sont très différents par leur démarche mais ils ont tous parfaitement intégré la règle du jeu proposée par l'invitant. Un parcours varié attend le spectateur, à qui sont proposés des arrêts intrigants, réflexifs, et émouvants : le millésime 2004 est particulièrement réussi. Plusieurs artistes viennent de très loin cette année : Canada, Australie, Etats-Unis, mais ils nous semblent très proches de nous par l'attention qu'ils ont portée à l'insertion de leur travail dans le site et à l'expli- citation de leur proposition, constamment marquée par le questionnement. Tout commence pourtant par des soucis : ceux que la québécoise Christine Brault plante avec soin sur les bords de l'Ander, en de petits enclos où ils coexistent avec l'expression du souci moral ou psychique : leur développement est censé soulager l'inquiétude. Le parcours est à la fois léger (l'artiste est comme une jardinière mutine avec son arrosoir) et grave (c'est de la mémoire des gens et des lieux qu'il est question, principalement à travers l'usage du basalte). Le tour interrogatif que prend Chemin d'art cette année est visible au plus haut degré dans la série de points d'interrogation richement colorés par la palette de l'ordinateur de l'américain Georges Le Chevallier. Ces points d'interrogation qui se sont autonomisés par rapport à toute question interpellent le regardeur, déchirant l'ordre mono- chromatique de l'architecture qui les soutient. L'effet est puissant : on ne peut pas échapper au questionnement. Le spectateur est brutalement arraché à la torpeur estivale et invité à se lancer dans un travail d'interprétation. De l'ordre de l'énigme également sont les pierres scarifiées par l'Australien Rodney Spooner : pierres familières, inscrites dans le temps immémorial de la vallée, mais aussi pierres modifées par la régularité géométrique des lignes qui les coupent, et qui constituent comme une citation des travaux basés sur des lignes très pures réalisés par l'artiste dans son pays.
  4. 4. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page5 Le travail d'André Maigne sur les Nymphéas de Monet offre une exigence du même type : à la fois légère et sérieuse, simple et chatoyante, bricolée et grandiose, sa proposition, qui est tout entière soumise aux aléas de la nature (lumière et vent) constitue de part en part une énigme : s'agit-il d'une réflexion sur nature et artifice, d'un commentaire ironique sur l'histoire de l'art, d'une méditation sur le temps et l'espace ? Tout cela à la fois sans doute : le regardeur peut, comme les disques au fil de l'eau, réfléchir à loisir. Autre occasion d'être intrigué, l'installation de Violaine Laveaux : les grandes silhouettes faites de brindilles rouges, magnifiques dessins creux et énigmatiques qui peuplent les combles de la maison. Sont-ce des fantômes, de grands manteaux vidés de leurs occupants, des habi- tants d'un temps jadis non datable ? Le spectateur peut tourner longtemps dans la pièce qui reste presque vide, alors que la présence de l'œuvre est très puissante. A l'étage au-dessous la technologie vidéo, présente pour la première fois dans la manifestation, Natalie Rich-Fernandez, en un geste à la fois stomatologique et entomologique, filme sa bouche comme un “mollusc” : un univers insoup- çonné de flux, de fluides, de couleurs, un monde de suspense et d'action. La bouche est le lieu par excellence de l'ambivalence humaine : c'est l'endroit par lequel on exprime son amour ou sa haine, on envoie des baisers ou des mollards. La bouche, c'est à la fois les lèvres qui disent I LOVE et un orifice hyper bactérien. Le spectateur peut être conduit au bord de la liquéfaction. Du liquide on passe au solide, la construction faite de détritus secs et imputrescibles proposée par Steven Siegel frappe par sa monumentalité : tout ce que nous consommons reste, et le massif édifice en papier carton aux allures de forteresse, est là pour nous le rappeler. Il faut suivre cette année le chemin d'art de Saint-Flour. Il offre au spectateur les ressources de l'intelligence artistique sans sacrifier pour autant l'illustration de la beauté du site ni le plaisir esthé- tique. Conciliant les exigences de la création la plus riche et les ambitions de la pédagogie, ce chemin nous ouvre la voie d'un parcours commun entre les créateurs et le public, aboutissement d'un long travail d'ancrage en un lieu et de parcours sur la planète. Un chemin essentiel. Sophie Biass-Fabiani Conseiller arts plastiques musées DRAC Auvergne
  5. 5. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page6 Christine BRAULT Soucis d'histoire-s La pratique artistique de Christine Brault Soucis d'histoire-s vient s’inscrire dans une réflexion d’où émerge l’idée de la ville comme jardin. Ce relève principalement du travail in situ dans projet consiste donc à semer des soucis (calendula), à la fois naturels et textuels aux abords de la rivière des sites spécifiques auprès de différentes Ander. Et tel un voyageur qui ramasse et collectionne des cailloux sur sa route, en guise de souvenir des communautés. Selon l'artiste, tout en tenant lieux visités, l’artiste fera de même mais à l’inverse. La pierre, tout en évoquant le bloc de cire à travers compte des éléments naturels et de lequel on aurait inséré un objet pour le conserver, symbolise mieux que tout autre élément terrestre le l'architecture donnés d'un site en particulier, passage du temps, captant la mémoire des lieux et de ses habitants à la fois végétaux et humains. les gens qui l'habitent ou ne font qu'y flâner Ainsi, utilisant la pierre de basalte (parlant d’elle-même de l’histoire de Saint-Flour) à la fois comme en représentent autant son histoire en lui réceptacle et émetteur d’énergie, sur place, elle y inscrira la trace de la rencontre sur le site (datée avec esquissant un portrait à la fois physique, un extrait du souci ou de l’inquiétude témoignée), puis, auprès de cette pierre une graine de souci sera psychologique et social. Selon le contexte, semée. Par la suite, métaphoriquement parlant, la fleur qui sortira de la terre viendra soulager le souci elle utilise surtout la photographie, l'écriture, dont on souhaite la disparition. l'enregistrement sonore et la manœuvre. Soucis d'histoire-s Soucis d'histoire-s is part of the thought process leading to the idea of the city as a garden. So this project involves the sowing of natural and textual soucis (in French a souci is both a marigold and a cause for concern) along the banks of the Ander river. And, as a traveller who gathers pebbles on her way, as mementos of places visited, the artist will do the same, but sowing rather than gathering. The stone, evo- king a lump of wax into which one might insert an object to preserve it, symbolizes the passing of time more than any other earthly element, by collecting the memory of places and its inhabitants, whether plants or humans. Christine BRAULT Thus, basalt stone (a testimony in itself to the history of Saint-Flour), as both a receiver and transmitter of 1009, avenue du Mont-Royal Est energy, is here with us to record the memories of our meetings, with even the dates, since a souci (mari- Montréal - Québec - Canada H2J1X7 gold), with all its concern for detail, has been sown next to this stone. Eventually, metaphorically spea- 515-525-323 king, the marigold flower to emerge from the soil will soothe the souci (worry) one wishes to see disappear. chbrault@yahoo Christine Brault
  6. 6. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page7 Christine BRAULT - Soucis d'histoire-s - Bord de l'Ander - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  7. 7. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page8 Violaine LAVEAUX Les robes rouges Plasticienne, vit et travaille à Figeac (Lot) Saint-Flour, ville marchande et religieuse, robes et manteaux, habits de pouvoir et robes de peu. Violaine Laveaux poursuit un travail J'aime travailler en fonction de la topographie d'un lieu, en dialogue, en rythmique, avec cette notion d'installation avec des éléments naturels désuète de cousu main, à même le lieu, à bras le corps, à pleine page, du bout des doigts, écriture silen- (branches, pigments, cire, terre, herbes, cieuse et physique, exigeante et passionnante. paraffine) où se mêlent la fascination du Dessiner par le vide, l'espace entre, chercher à même la branche la figure voulue et parfois se laisser végétal, le goût du dessin. surprendre… Utiliser la branche pour sa qualité de trait, l'immédiateté du dessin et la liberté d'écriture qu'elle me donne, la mémoire du geste qu’elle fixe. Dessiner à l'oreille, au son, au rythme des pas, au souffle, corriger à la voix, chercher la scansion, dérouler une partition… Des robes comme des horloges de la passion qui rythment le temps et scandent l'espace, écriture for- melle, écriture sérielle qui se déroule sur les murs comme une page calligraphiée, page de signes. Rouge. Violaine Laveaux The Red Robes St Flour, a religious town, and a town of merchants - gowns and coats, rich costumes and poor robes. I like to work in harmony with the topology of a place, setting up a dialogue, a rhythm, with that outda- ted notion of "tailor made", at one with the place, full out, hell bent, from head to toe, silent writing - physical, demanding, passionate. Creating through a vacuum, the space in between, using the branch to search for the face I want, and at times taken by surprise... Violaine LAVEAUX Using the branch for the quality of its lines, the immediateness of the creation and the freedom of 9 rue Abbé Debons 46100 Figeac writing that it gives me, the memory of a gesture. Creating by ear, by sound, the rhythm of its steps, its violaine.laveaux@free.fr breath, correcting by speech, searching for its chant, unrolling a sheet of music... http://violaine.laveaux.free.fr Robes, like clocks of passion that give rhythm to time and chant out space, formal writing, serial writing that scrolls out across walls like a page of calligraphy, a pages of signs. Red.
  8. 8. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page9 Violaine LAVEAUX - The Red Robes - Branches, pigment, cire rouge - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  9. 9. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page10 Georges LE CHEVALLIER Points d'Interrogation Né en France, d'une mère portoricaine et À la recherche d'un art qui s'adresse au Post-moderne, je vais faire une exposition publique, avec une série d'un père français, Georges Le Chevallier a de bannières aux couleurs lumineuses qui représenteront un point d'interrogation. La juxtaposition de vécu en France, en Espagne, et s'est établi l’architecture médiévale monochromatique de Saint-Flour avec un art multicolore inspiré par l’ordinateur, aux Etats-Unis. Il peint des toiles au pinceau invitera les spectateurs a considérer leur relation avec eux-mêmes, avec l'histoire et avec leur environne- ou en s'inspirant de l'informatique. Il ment. La situation surréelle d'un bâtiment auquel on a conféré le statut d'un monument historique à côté s'intéresse aussi à l'aquarelle. Il a exposé aux du symbole de doute universel provoquera le désir du spectateur d'obtenir une réponse. À la recherche Etats-Unis, en Espagne, au Chili. d'une telle réponse, le spectateur viendra avec une réponse personnelle, qui pourra aller du registre intel- lectuel à l'humoristique. Le point d'interrogation est l'unique symbole qui oblige le spectateur à penser et à chercher une réponse. Ce projet artistique concerne la recherche d'une réponse qui n'existe que dans l'imaginaire du spectateur. Question Marks In search of an art that addresses postmodernism, I will create a public art exhibition with a series of brightly colored banners representing a question mark. The juxtaposition of Saint-Flour’s monochromatic medieval architecture with a computer inspired multi-colored art, will invite the viewers to consider their relation to themselves, history, and their environment. This surreal situation, of a historical building or of a self assured monument next to the universal symbol of doubt, will raise the audience’s desire for an ans- wer. In search for such an answer, the viewer will come up with a response that can range from the humo- rous to the intellectual. The question mark is the only symbol that makes us think and search for a res- ponse. This project deals with the search for an answer that can only exist in the spectator’s imagination. Georges LE CHEVALLIER Georges LE CHEVALLIER 803 Lakeside Drive Garner NC 27529 (USA) gplechevallier@aol.com
  10. 10. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page11 Georges LE CHEVALLIER - Points d'interrogation - toile, peinture - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  11. 11. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page12 André MAIGNE Nymphéas Après s'être consacré à la peinture, C’est une installation ludique. Comme un gamin, j’ai voulu jouer avec la lumière. André Maigne depuis quelques Avec un miroir, voler une parcelle de soleil et taquiner l’œil du passant pendant une fraction de seconde. années, réalise des installations Geste humain dérisoire face à ce site millénaire. qui utilisent la lumière et le J’ai été vite confronté à de multiples difficultés. Ici, sur le plan d’eau de l’Ander, j’ai 130 miroirs. mouvement. Elles ont été présentées Comment les maintenir au-dessus de l’eau, en apesanteur, pour profiter du reflet, de l’espace créé ? en France, en Australie et au Chili. Comment donner à l’ensemble une réaction collective, un peu organisée ? Comment à chaque instant capter le soleil, alors qu’il n’est jamais dans la même direction ? Le vent qui pourrait venir à mon aide est lui aussi toujours changeant. L’œuvre terminée est colorée. Couleur jaune ou bleue selon les moments. En permanence, les miroirs jouent avec le soleil. L’installation nous fait des clins d’œil de lumière. Parfois avec la permanence rétinienne, des centaines d’éclairs en une seconde impriment leur marque dans notre œil. André Maigne Water lilies This is all set up as a game. Like a little kid, I wanted to play with the light. With a mirror, steal a little bit of the sun and tease the eye of the passer-by for just a fraction of a second; a trivial human gesture in the light of this secular setting. Very soon I was confronted with several problems. On the surface of the Ander, I wanted to install 130 mirrors. How could I get them to float peacefully, and take advantage of their reflections and the space they created? How could I get whole groups of mirrors to react collectively with some kind of orga- nization? How could I get them to capture the sun at all times, as the sun is always on the move? The wind could have helped me out, but is always changing direction too. André MAIGNE The final work is one of color: blue or yellow, depending on the moment in time. 22, rue de la Résistance 15100 Saint-Flour The mirrors continuously play with the sun. Now completed, the installation throws out sparkles of light. andre.maigne@laposte.net At times, multiple flashes of light leave their mark on the retina of our eyes.
  12. 12. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page13 André MAIGNE - nymphéas - 20 m x 60 m - CD, flotteurs, fer - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  13. 13. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page14 Natalie RICH-FERNANDEZ Mollusc, Mollusc est la première vidéo de la L'installation Mollusc de Natalie Rich-Fernandez est présentée par VIDEOFORMES, manifestation inter- plasticienne Natalie Rich-Fernandez. nationale d'arts vidéo et nouveaux médias. L'installation est une coproduction Natalie www.videoformes.com. Rich-Fernandez/ VIDEOFORMES 2004. “La pensée se fait dans la bouche”, se plaisait à dire Tristan Tzara. Natalie Rich-Fernandez se plait, elle, à nous donner littéralement l'eau à la bouche. Son installation vidéo, intitulée Mollusc, agit telle l'image- écran d'un aquarium buccal. Elle nous plonge dans un espace organique liquéfié, au sein d'un milieu quelque peu humide de désirs : sa bouche. Celle-ci s'adonne à une lente et sensuelle exploration de liquides aux couleurs changeantes à l'intérieur desquels sa langue s'agglutine goulûment et se livre à une danse lascive. L'organe s'immerge et exulte dans les profondeurs des eaux gluantes, se jouant des sons émis et des bulles d'air produites par ses mouvements gourmands... Rozenn Canévet Extrait du texte paru dans Turbulences Vidéo # 43 (Mars 2004), catalogue de la XIXè Manifestation d'art vidéo et multimédia de Clermont-Ferrand, pages 40>43. Mollusc, Tristan Tzara liked to say : “The process of thinking is done inside the mouth.” As for Natalie Rich-Fernandez, she likes to make our mouths water. Her video installation, entitled Mollusc, works the same way as the screen-picture of an oral aquarium. She drags us into a liquefied organic world, at the heart of a place humid with desire : her mouth. It is slowly and sensually exploring Natalie RICH-FERNANDEZ fluids that keep changing colors and inside which her tongue gluttonously plunges before indulging in Vidéoformes lascivious dance. The organ dives in and exults in the depths of sticky waters, making light of the sounds BP 50 62002 Clermont-Ferrand Cedex 1 and the air bubbles her voluptuous moves create... videoformes@nat.fr Translation : Sebastien Navosad www.videoformes.com Excerpts from a text published in the quarterlyTurbulences Vidéo # 43 (March 2004), catalogue of XIX° Manifestation d'art vidéo et multimédia de Clermont-Ferrand, pages 40>43.
  14. 14. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page15 Natalie Rich-Fernandez/Vidéoformes 2004 - Mollusc : vidéo-installation - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  15. 15. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page16 Steven SIEGEL Différent du basalte Steven Siegel est un artiste qui vit à Faire de l’art peut s’avérer un travail de brute, et parfois son produit peut aussi sembler brut, du moins New-York. Il travaille avec des déchets de quand il est jeune. Le processus de construction peut paraître aussi simple que celui des fourmis dépla- la consommation : papiers, cartons, çant des grains de sable. Les fourmis à Saint-Flour furent Laetitia, Nicolas, Mathieu, Jessica, Anne-Marie bouteilles en plastique. Avec le temps, et Steven. Nous avons déplacé, replacé et attaché 12 tonnes de carton et de papier. les installations s'intègrent de plus en plus à La référence à la géologie est évidente, mais la structure n’est pas celle du basalte, la pierre native. Au la nature. On peut les retrouver à travers fil des années, une patine viendra adoucir cette œuvre qui sera alors habitée par des plantes et des les Etats-Unis, au Danemark, en Allemagne, oiseaux, en s’harmonisant avec le paysage. La patience est tout ce qui est demandé au spectateur qui etc... peut alors en faire l’interprétation qu’il désire. Not like basalt Making art can be rough work, and sometimes the product appears rough too- at least when it is young. The process of building can be as simple as ants moving grains of sand . The ants in Saint-Flour were Laetitia, Nicolas, Mathieu, Jessica, Ann-Marie et Steven. We moved, placed, and fastened 12,000 kilos of cardboard and paper. The reference to geology is obvious, but the structure is not like basalt, the native work. Over the years this work will mellow, soften, and becomes host of plants and animals, as it becomes part of the land- scape. All that is required of the viewer is patience, and any interpretation is left to him. Steven Spiegel Steven SIEGEL 25, Willow Glen Road New York 12571 (Etats-Unis) 845 758-6625 voice and fax siegel@netstep.net www.steven@siegel.net
  16. 16. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page17 Steven Siegel - Not like basalt - papier, carton, bois - 3 m x 2,5 m x 6 m - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  17. 17. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page18 Rodney SPOONER Rodney Spooner est né en 1962 à Sydney. Rodney Spooner est un artiste australien. Il utilise les matériaux de construction qui pour lui représen- Il travaille avec les matériaux de construction tent l’essence même de la civilisation. Faire ressortir le côté obsessionnel de l'activité de construction comme la pierre, le béton, ou le bois. représente l’inspiration de l’artiste. Le fait que cette œuvre soit placée au cœur même de la nature Ses œuvres se retrouvent en Australie, en amène un contraste, mais souligne aussi le fait que cette activité a bien sa place dans la vie. Inde et en Italie. Dans le passé, Spooner a montré un intérêt particulier pour l'environnement construit. Ses formes archi- tecturales apparaissent comme une imitation des dispositifs physiques en place ou comme une insertion de formes nouvelles. Plutôt que des formes ou des structures, cependant, ses installations sculpturales, ou interventions, explorent l'espace, les rapports entre les objets, les images et les spectateurs. Ce serait peut-être plus juste de dire que chaque œuvre de Spooner se définit par rapport à un site, qu'elle soit dans une galerie d'art ou à l'extérieur. Son œuvre ne suit pas la tradition des investigations d'un lieu, la définition ou la redéfinition de l'essence d'un esprit ou d'un lieu. Rodney Spooner is an Australian artist. He uses building materials as representative of the essence of civi- lization. Highlighting the nature of obsessional building activity is the inspiration of the artist. The place- ment of this work amongst nature both contrasts and emphasises the appropriateness of this activity as part of life. Rodney SPOONER In the past Spooner has shown a particular concern with the built environment – architectural forms appear in mimicry of existing physical features or as the insertion of new ones. Rather than forms or struc- tures, however, his sculptural installations, or interventions, explore space, the relationships between objects and images and viewers. Spooner’s works could more aptly be described as site-specific, whether Rodney SPOONER inside or outside of a gallery. His work is not in the tradition of investigations of “place”, defining or salop St Beulah Parc SA 5067 (AUSTRALIE) re-defining an essence or spirit of a place. 618 8332 3702 Ruth Fazakerley rodneyspooner@bigpond.com.au Adelaïde, 1999
  18. 18. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page19 Rodney SPOONER - Chemin d'Art 2004 Saint-Flour
  19. 19. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page20 ... et tous ceux qui œuvrent pour en devenir les artistes Caisse d’Epargne et de Prévoyance d’Auvergne et du Limousin - Siège social : 63, rue Montlosier - 63961 Clermont-Ferrand Cedex 9 - www.caisse-epargne.fr. Banque coopérative régie par la loi N°99-532 du 25 juin 1999 - Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 95 638 320 €. Courtage en assurances. Garantie financière et assurance de R.C.P. conformes aux articles L530-1 et L530-2 du Code des Assurances - 382 742 013 R.C.S. Clermont-Ferrand.
  20. 20. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page21 r. n
  21. 21. Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page22 Cette manifestation a été réalisée en liaison avec la Municipalité de Saint-Flour En particulier : Pierre Jarlier, Sénateur-Maire Serge Pélissier, Adjoint à la Culture Daniel Dalle, responsable des Services Techniques Serge Bouloc, Claire et Hervé, Centre Culturel La Passerelle Remerciements à : Sophie Bias-Fabiani (DRAC) Frédéric Bouglé (Creux de l'enfer) Christine Maigne (Plasticienne) Gabriel Soucheyre (Vidéoformes) Mme Bertrand (INFA) ses animatrices et ses stagiaires Mise en page du catalogue : Raom & Loba Composition et impression du catalogue : Un, Deux… Quatre Editions photos : André Maigne © CHEMIN D’ART et les artistes Conception et réalisation du festival : André Maigne 22, rue de la Résistance 15100 Saint-Flour 33 (0)4 71 60 12 23 - andre.maigne@laposte.net http://perso.wanadoo.fr/andre.maigne/ Avec Google mot-clé : Chemin d'art ISBN : 2-913323-96-0 CONSEIL RÉGIONAL D'AUVERGNE
  22. 22. photo : Studio Ferraton Chemin d'art:Chemin d'art 24/07/09 15:13 Page24 SAINT-FLOUR Cité Médiévale Ville d’Art

×