Plh ivry-diagnostic

8,197 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
8,197
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6,009
Actions
Shares
0
Downloads
37
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Plh ivry-diagnostic

  1. 1. Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Elaboration du Programme Local de l’Habitat Diagnostic Projet présenté à la Commission Urbanisme du 15 décembre 2010
  2. 2. Sommaire Préambule p. 4 1. Cadrage économique et démographique p. 5 4. Les logements adaptés p. 34 1.1 Une commune mosaïque en position charnière 4.1 Logements adaptés aux personnes âgées 1.2 Un regain démographique adossé à une reconversion 4.2 Logements adaptés aux personnes handicapées économique 1.3 Un pôle d’emploi métropolitain, des actifs résidants 5. Les logements temporaires p. 37 tournés vers Paris 5.1 Logements dédiés aux étudiants et jeunes actifs 1.4 Un décalage croissant entre actifs résidants à Ivry et 5.2 Logements d’insertion travailleurs à Ivry 1.5 Un renouveau démographique 6. Offre complémentaire p. 41 1.6 Une attractivité migratoire retrouvée 1.7 Une composante populaire qui reste importante 6.1 Aires d’accueil 6.2 Hôtels et autres résidencesSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 2. Structure et évolution du parc de logements p. 16 6.3 Synthèse des différentes structures 2.1 Une reprise de la construction neuve 7. Le parc privé et le marché immobilier p. 46 2.2 La construction neuve a surtout servi à l’accroissement de la population 7.1 La diversité du parc privé 2.3 Evolution du parc par statuts d’occupation 7.2 Un parc privé en mutation rapide 2.4 Une part importante de petits logements 7.3 Evolutions récents dans le parc privé ancien 7.4 Le parc privé ancien reste fragile 3. Le parc locatif social p. 21 7.5 Typologie et spatialisation du parc privé 7.6 Les grandes copropriétés semi-récentes 3.1 Une densité élevée de logements locatifs sociaux 7.7 Les hôtels meublés 3.2 Un rôle structurant dans le tissu urbain 7.8 Une intervention publique déjà forte 3.3 Un bailleur de référence 7.9 Les interventions sur le parc privé: quel bilan, 3.4 Un effort important de construction HLM quels enjeux, quelles perspectives ? 3.5 Un différentiel de loyers important et une faible mobilité 7.10 Quels enjeux et quelles perspectives d’action ? 3.6 Rôles comparés des parcs locatifs social et privé 7.11 Ivry et son environnement de marché 3.7 Des occupants plus âgés que dans le parc locatif privé 7.12 Une dynamique de valorisation immobilière 3.8 Une demande locative pressante 7.13 Une mobilité résidentielle faible 3.8.1 La situation des demandeurs 7.14 Les loyers dans le parc privé 3.8.2 Une demande peu solvable 3.8.3 Une demande jeune 2 3.8.4 Une forte demande de petits logements
  3. 3. Sommaire 7.15 Le marché de l’accession 7.15.1 Des prix relativement homogènes 7.15.2 Mais une appréciation immobilière à deux vitesses ? 7.15.3 Quelques références de prix dans l’ancien 7.15.4 La primo-accession 7.15.5 Le prêt à taux zéro 7.15.6 Les évolutions récentes 7.15.7 Revenus et entrée dans le marché 8. Le contexte institutionnel et les projets de développement de l’habitat p. 75 8.1 Des projets de développement importantsSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 8.2 Les principales potentialités foncières 8.3 Exemples d’opérations récentes ou en projet 9. Conclusions et enjeux p. 79 Annexes: - monographies par quartiers - compte-rendus des ateliers - chiffres-clé: fiche INSEE 3
  4. 4. Préambule Ce document a été réalisé dans le cadre de l’élaboration par la Le présent document présente la synthèse de la phase de Ville d’Ivry-sur-Seine de son Programme Local de l’Habitat. diagnostic. Il a été réalisé à partir des sources statistiques et documentaires les plus récentes, complétées par des entretiens Le PLH définit, pour une durée de six ans, les objectifs et les et des visites de terrain. L’expertise des acteurs locaux a été moyens à mettre en mettre par la Ville pour répondre aux sollicitée lors de quatre ateliers sur les thématiques suivantes : besoins en logements et en hébergement. Il vise notamment à favoriser le renouvellement urbain et la mixité sociale, et à • le parc locatif social, le 21 juin 2010 améliorer l’accessibilité du cadre bâti aux personnes • les logements spécifiques, le 22 juin handicapées. Il doit en outre assurer entre les quartiers une • le foncier et l’accession à la propriété, le 28 juin répartition équilibrée de l’offre de logements. (Code de la • l’habitat indigne, le 29 juin. Construction et de l’Habitation, art. L302-1) Les comptes-rendus de ces ateliers figurent en annexe au présent document. L’élaboration du PLH s’effectue en trois phases : En outre, quatre réunions de concertation ont été organisées • un diagnostic sur le fonctionnement du marché local du avec les habitants dans les quartiers :Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 logement et sur les conditions d’habitat ; • Petit-Ivry et Mirabeau : le 14 septembre 2010 • un document d’orientation, qui énoncera les grands • Ivry-Port : le 15 septembre principes et les orientations du PLH au vu du diagnostic ; • Centre-ville et Parmentier : le 20 septembre • Monmousseau : le 21 septembre • un programme d’actions, qui précisera : - les objectifs quantifiés et localisés de l’offre nouvelle de logements et d’hébergement ; Lélaboration du diagnostic a été suivie par un comité technique - les actions envisagées pour l’amélioration et la réhabilitation réunissant les services de la Ville et ses principaux partenaires, du parc de logements existant ; qui sest réuni les 2 février, 17 juin et 19 octobre 2010. - les interventions foncières permettant la réalisation des actions du programme; Un pré-diagnostic a été présenté à la Commission Urbanisme le - Les modalités de suivi et d’évaluation du PLH et les 5 mai 2010. Le présent document sera soumis à cette conditions de mise en place d’un dispositif d’observation de Commission le 15 décembre 2010. l’habitat. 4
  5. 5. Une commune mosaïque en position charnièreSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Quartiers d’habitat privé aisés, plus ou moins dynamiques, et qui poursuivent leur ascension sociale Quartiers d’habitat privé populaires, en cours de reconversion : un fort potentiel foncier et de renouvellement urbain Quartiers d’habitat social populaire qui tendent à s’appauvrir 5
  6. 6. Un regain démographique adossé à une reconversion économique Occupation dominante : habitat ou activité Une commune qui joue un rôle de pôle d’emploi rô pô d’ et dont la position se renforce depuis 1999. Avec un taux d’emploi supérieur à 1,0 depuis d’ supé 2005, Ivry-sur-Seine se différencie de ses Ivry- sur- diffé voisines du Val-de-Marne. Son profil est plus Val- de- proche de celui observé observé dans les arrondissements parisiens limitrophes. Une forte progression de l’emploi total qui l’ passe de 25 900 en 1999 à 31 310 en 2006, au sein duquel l’emploi salarié est très majoritaire l’ salarié trè (75% des emplois en 2006, contre 68% àSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 l’échelle du Val-de-Marne). ’échelle Val- de- Sources : INSEE, Recensements 1999 et 2006 Source : DGI, fichiers fonciers Majic2, 2009. Traitement et cartographie : Urbanis, 2010 habitat activité pas de bâti / N.R. nb emplois / nb actifs occupés Source : UNISTATIS, 2007 6 6 Source : INSEE, RGP 2006
  7. 7. Un pôle d’emploi métropolitain, des actifs résidants tournés vers Paris Lieu de résidence des actifs travaillant à Ivry (« entrants ») Malgré ce rôle de pôle d’emploi, la population Malgré rô pô d’ municipale travaille relativement peu sur la commune. La vie professionnelle des Ivryens est largement tournée vers Paris. tourné A l’inverse, l’activité économique de la commune l’ l’ activité s’appuie en grande partie sur des actifs en provenance des communes voisines et du centre du Val-de-Marne. Val- de- Le pôle d’emploi d’Ivry rayonne sur l’ensemble de pô d’ d’ l’ l’agglomération parisienne : son aire d’influence est agglomé d’Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 large Source : INSEE, fichier-détail de la mobilité professionnelle, 2006. Cartographie : Urbanis, 2010 Note : Les communes de moins 10 actifs ne sont pas figurées. 40% Sortants 35% Entrants 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Ivry Paris Reste Val de Marne Dep 92 et 93 Grande couronne 7 7 Hors IDF IDF Source : INSEE, fichier-détail de la mobilité professionnelle, 2006 Lieu de travail des actifs habitant à Ivry (« sortants ») Cartographie : Urbanis, 2010
  8. 8. Un décalage croissant entre actifs résidants à Ivry et travailleurs à Ivry Un phénomène reconversion qui s’exprime par la phé nomè s’ tertiarisation du tissu économique d’Ivry après une période d’ aprè pé de crise industrielle : aujourd’hui, 80% du tissu économique aujourd’ de la ville relève du secteur tertiaire (source Ville) relè Une évolution récente ré principalement liée lié au développement d’entreprises du tertiaire supérieur d’ supé (laboratoires, établissements en lien avec les universités à université proximité), et aux entreprises de service (services financiers, proximité maintenance industrielle de haut niveau) Un emploi salarié assez diversifié en matière de secteurs salarié diversifié matiè d’activité, mais dominé par les activités dites scientifiques et activité dominé activité techniques et les services administratifs et de soutien (28%Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 de l’emploi salarié privé en 2007). Cette diversification l’ salarié privé Source : UNISTATIS, 2007 constitue une originalité forte du tissu économique de la originalité Ville. Une grande mixité socio-professionnelle des emplois, mixité socio- encouragée par la Ville encouragé Malgré un équilibre relatif entre le nombre d’employés Malgré d’ employé habitant et travaillant sur le territoire, on constate un décalage marqué entre les emplois proposés sur le territoire marqué proposé et la structure de la population ivryenne : les catégories caté moyennes supérieures sont beaucoup plus sollicitées par supé sollicité l’emploi local qu’elles ne sont présentes dans la population qu’ pré résidente. Il en est de même pour les ouvriers. mê Au regard de ce décalage et du rôle de pôle d’emploi que dé rô pô d’ remplit Ivry, comment penser le développement de l’offre de dé l’ logements à destination des personnes travaillant à Ivry ? L’offre actuelle de logements (privée et sociale) peut-elle (privé peut- Source : INSEE, RGP assurer l’accueil de ces ménages ? 8 8 2006, exploitation des l’ mé fichiers détail
  9. 9. Un renouveau démographique (1) Evolution de la population (base 100 en 1999) La population d’Ivry a connu ces 10 dernières années une forte croissance : environ 600 130 habitants en plus chaque année depuis 1999. 125 Ivry retrouve une attractivité migratoire : 120 Alfortville davantage d’arrivants que de sortants Choisy-le-Roi (+0,3% entre 1999 et 2007) 115 Ivry-sur-Seine . Vitry-sur-Seine 110 Mais la croissance démographique reste Paris 13e Arrondissement Paris 14e Arrondissement principalement due à l’accroissement naturel : 105 ORSA hausse de la natalité, baisse de la mortalité. 100 CA Val de Bi¸vre Caractéristiques marquantes de cette évolution 95 récente: 90 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 • Un arrivée massive de jeunes (15-35 ans),Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Source : INSEE, RGP 1968 à 2006 étudiants ou actifs • Une réduction du déficit migratoire de familles Solde migratoire annuel par âge 90-99 99-06 • Un départ des retraités qui se poursuit 300 • Un fort développement de la population 200 étrangère Evolution annuelle du nombre de ménages 100 depuis 1999 à Ivry-sur-Seine 0 25 000 24 000 -100 23 000 -200 22 000 -300 21 000 Source : INSEE, traitement URBANIS 20 000 -400 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 0 15 30 45 60 9 Source : DGI, rôle 1386 bis TH-K de la taxe d’habitation
  10. 10. Un renouveau démographique (2) Pyramides des âges de 1999 et 2007 Population totale d’Ivry-sur-Seine ‰ge 100 Globalement, la population d’Ivry a rajeunit. Le nombre de plus de 60 ans a légèrement 95 régressé, passant d’environ 9 800 en 1999 à 9 450 en 2007. 90 Le nombre de moins de 30 ans a par contre fortement progressé (+ 3 000 environ, soit + 15%), 85 particulièrement dans la tranche des 15-19 ans, 80 avec prolongement chez les 30-35 ans. 1999 75 Le résultat de cette évolution, c’est: 2007 - un solde naturel (+ 0,8%) en hausse par rapport 70 à la période précédente; - des naissances (près de 900 par an en moyenne 65 dans la période 2005-2008) en nombre supérieur 60 aux années 1990;Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 - un indice de jeunesse (2) en forte hausse (1,15 55 en 1999; 1,41 en 2007), contrairement à ce que Croissance l’on observe au niveau national, et beaucoup plus des 45-60 ans 50 vite que dans le val de Marne. 45 Deux mécanismes sont à l’œuvre: Déficit des naissances durant les guerres mondiales Vieillissement des générations d’après-guerre 40 - un apport de populations jeunes, notamment 35 dans la tranche des 15-25 ans (étudiants ?) et Légère croissance dans les 25-35 ans (avec leurs enfants) des 30-34 ans 30 - un glissement de la pyramide des âges vers le haut, qui explique notamment la croissance des Forte croissance 25 55-65 ans (arrivée des « baby-boomers »), et la des 13-29 ans stagnation des plus de 65 ans (passage des deux 20 classes creuses des deux guerres). 15 NB: l’histoire de l’urbanisation de la commune 10 explique aussi certaines évolutions, comme l’accroissement très fort des 70-75 ans, amplifié Taux de natalité 5 par rapport à la tendance nationale. croissant depuis 2000 10 0 (2): rapport entre les moins de 20 ans et les plus de 60 ans 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1 000 1 100
  11. 11. Une attractivité migratoire retrouvée (1) Structure par âge des chefs de ménages entrants, Un solde migratoire très positif (gain de plus de 100 sortants et de ceux restant à Ivry 1 500 ménages) pour les types de ménages suivants : - Etudiants (17-25 ans) arrivant dans le parc collectif locatif solde Entrants migratoire Sortants privé, vide ou meublé, souvent en collocation, d’origine 1 250 M me logt Ivry positif géographique large (province, pays étranger) Autre logt Ivry - Jeunes actifs (20-39 ans) (employés, prof intermédiaires, 1 000 solde migratoire parfois ouvriers) seuls, ou en couple sans enfant, arrivant négatif dans le parc collectif locatif privé (parfois dans le parc HLM), 750 d’origine géographique large, et parfois en situation difficile par rapport à l’emploi (chômage) 500 6 930 ménages 250 entrants 0 15 25 35 45 55 65 75 85 95Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Commune d’Ivry 6 030 ménages 5 170 ménages 1 160 ménages sortants n’ont pas changé ont changé de de logement logement à Ivry Un solde migratoire très négatif (perte de plus de 100 ménages) pour les types de ménages suivants : - Jeunes retraités, couples sans enfant, 55-64 ans, vers l’accession à la propriété en individuel ou même la Une mobilité interne à la Ville qui a profité aux types de ménages location privée suivants : - Familles avec enfants (2 enfants ou plus) 25-54 ans - Couples avec enfant(s) ou familles monoparentales modestes (chefs de (mais surtout 35-40), vers l’accession en individuel, tous ménage employés ou ouvriers) ou de classe moyenne (prof. intermédiaires) classes sociales concernées accédant à un logement social (parfois déjà en logement social). >> Globalement, des ménages souhaitant accéder à la - Couples avec enfant(s) de classe moyenne et supérieure accédant à la propriété. propriété >> Pour ces deux types de ménages, cette mobilité a été notamment permise Source : INSEE, fichier détail de la mobilité résidentielle, 2006 Les données portent sur les flux migratoires entre 2001 et 2006 grâce à la construction neuve de ces 10 dernières années (un tiers des 11 ménages qui ont changé de logement à Ivry entre 2001 et 2006 ont emménagé dans un logement construit à partir de 1999)
  12. 12. Une attractivité migratoire retrouvée (2) Une arrivée importante de nouveaux habitants, arrivé une mobilité interne dans la moyenne mobilité IVRY : 73% des habitants sont restés dans la commune (16% resté d’entre eux ont déménagé au sein de la commune) dé nagé A titre de comparaison, entre 2001 et 2006 : Paris 13ème : 81% des habitants sont restés dans la commune 13è resté (23% d’entre eux ont déménagé au sein de la commune) d’ dé nagé Aubervilliers : 76% des habitants sont restés dans la commune resté (16% d’entre eux ont déménagé au sein de la commune) d’ dé nagé Malakoff : 76% des habitants sont restés dans la commune (15% resté d’entre eux ont déménagé au sein de la commune) dé nagé +1 010 ménagesSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 -170 ménages +850 ménages -390 ménages -390 ménages Source : INSEE, fichier détail de la mobilité résidentielle, 2006 12 Les données portent sur les flux migratoires entre 2001 et 2006
  13. 13. Une composante populaire qui reste importante (1) • Une population dominée par des catégories socio- professionnelles modestes. Employés et ouvriers représentaient 54% des actifs en 2006. Leur proportion est en nette diminution depuis 1999 (64% en 1990, 60% en 1999). • Un rôle d’accueil de populations modestes, dans le parc social publique, mais aussi dans le parc privé.Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Source : INSEE, RGP 2006 source : INSEE, Recensements 1990-1999-2006 13
  14. 14. Une composante populaire qui reste importante (2) 25 000Ū Revenus médians par unité de consommation en 2006 20 000Ū Des habitants aux ressources modestes, et en baisse entre 2001 et 2006 15 000Ū 10 000Ū Des écarts de revenus importants en raison d’une forte présence de ménages pauvres 5 000Ū D’importants contrastes au sein de la Ville 0Ū e e SA . . ille oi re 4 -S -S 13 14 t9 -R ¸v rtv / / R -s -s Bi le en ris ris O fo ry try y- e Pa Pa m Al Iv is Vi ld te ho Va ar C ˇp A D C Revenus max des 20% les plus pauvresSquare-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Evolution du revenu médian par U.C.entre 2001 et 2006 (quartiers IRIS Paris et petite couronne) 25 000Ū Revenus Revenus en élevés augmentation 20 000Ū 15 000Ū 10 000Ū Quartiers d’Ivry 5 000Ū Revenus en baisse Revenus 0Ū faibles 14 0Ū 5 000Ū 10 000Ū 15 000Ū 20 000Ū 25 000Ū source : INSEE-DGI, revenus fiscaux des ménages, 2001-2006 2001
  15. 15. Une composante populaire qui reste importante (3) Part des mˇnages Part des mˇnages Des indicateurs de précarité sociale qui attestent percevant le RMI percevant lAPI d’une fragilité socio-économique Ivry-sur-Seine 6,7% 0,7% Paris 12ˇme 5,4% 0,3% Un taux de dépendance élevé aux prestations de la Paris 13ˇme 4,8% 0,4% CAF : 11% des ménages ont des ressources Paris 14ˇme 3,0% 0,3% Paris 4,5% 0,3% Vitry-sur-Seine 7,9% 0,9% 2 184 allocataires du RSA en mars 2010, dont 80% Alfortville 6,7% 0,8% ont un revenu mensuel inférieur à 500 € Choisy-le-Roi 6,3% 0,9% EPA ORSA 6,7% 0,8% Val-de-Marne 4,8% 0,6% 3 425 demandeurs d’emploi (categ. A+B) en mars Source : CNAF, bénéficiaires des prestations légales, 2008 2010. C’est 400 de plus qu’un an plus tôt.Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 Taux de dépendance des ménages aux prestations CAF 15,0% Revenus constituˇs plus de 50Ź% de prestations sociales Prestations sociales pour seuls revenus (100%) 12,5% 10,0% 7,5% 5,0% 2,5% 0,0% Vitry-sur- EPA ORSA Ivry-sur- Alfortville Choisy-le-Roi Paris 12ˇme Paris 13ˇme Val-de-Marne Paris Paris 14ˇme Seine Seine 15 Source : CNAF, bénéficiaires des prestations légales, 2008
  16. 16. Une reprise de la construction neuve (1) IVRY - Evolution du nombre de logements commencés Après le très fort développement du parc qu’a connu Ivry dans les années 1950 à 1975, le rythme de construction est revenu à 800 un niveau d’étiage jusqu’aux années récentes: 700 Résidence Résidences - moins de 175 logements par an dans les années 1980; Marat + Raspail Résidence 600 Nombre de logt. - une soixantaine par an dans les années 90 (source RP Estudines 500 INSEE). 400 Le graphique ci-contre montre que l’on est revenu à des niveaux 300 beaucoup plus conséquents depuis les années 2000. 200 Toutes les sources convergent pour estimer dans une fourchette 100 de 275 à 300 logements par an le rythme moyen de 0 construction neuve dans la période 1999-2007 (1). 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Cette relance a été particulièrement forte entre 2004 et 2007, Hors résidences Total avec plus de 1500 logements commencés (résidences Source: SITADEL. NB: Pour les années 2008 et 2009, il sagit de logements comprises) soit 500/an. L’apport des résidences dans la commencés en date de prise en compte, avec donc certaines incertitudes. construction neuve est important.Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 La relance ne s’est pas confirmée les années suivantes, La construction neuve de résidences principales principalement en raison de contraintes opérationnelles (retards de chantiers, mise en service des opérations HLM plus tardive que celles en accession). Compte tenu des délais d’actualisation des données statistiques, il conviendrait toutefois d’attendre les 2001-2006 données définitives avant de se prononcer. Propriétaires Occupants Mais, très rapidement, le rythme devrait remonter, car avec Locatif Privé toutes les disponibilités qu’elle a su se dégager dans le tissu Locatif social urbain et le projet urbain Ivry Confluences, la Ville dispose des capacités pour retrouver un rythme proche de celui des années 1994-2000 2004-2007 et le maintenir au moins pendant la durée du PLH 0 500 1000 1500 2000 Source : Filocom (1): La source FILOCOM estime à 2200 environ la construction neuve entre 1999-2007. L’INSEE pour sa part avance un chiffre d’un peu moins de 2500. A partir de SITADEL (logements commencés), on peut l’estimer à 2300 logements. 16
  17. 17. Une reprise de la construction neuve (2) Cette reprise de la construction neuve est un facteur essentiel qui a permis de limiter les effets de la pression de la demande sur le marché du logement. La structure de cette offre nouvelle en est un autre. Au cours de la période 2001-2007, les logements des bailleurs HLM (sociaux ou intermédiaires) ont représenté 44% de l’offre nouvelle (28% sur le Val de Marne). Le parc occupé par des propriétaires, dont seule une petite partie en accession sociale -environ 25% de prêts à taux zéro (1)- a pour sa part représenté dans la même période environ 25% de cette offre nouvelle, soit environ 75 logements par an. Ce taux est relativement faible comparé à celui du Val de Marne (46%), et plus encore de la France métropolitaine (60%).Square-Urbanis / PLH d’Ivry-sur-Seine / Diagnostic / Novembre 2010 L’investissement locatif privé a été par contre significatif avec 31% de l’offre nouvelle (Val de Marne: 25%, France métropolitaine: 28%), et ceci particulièrement dans la dernière période (2005- 2006). Cette offre locative est intéressante par rapport aux nouveaux actifs qui arrivent à Ivry. Elle l’est moins, notamment par rapport à l’accession « maîtrisée », en terme de parcours résidentiel, pour les habitants d’Ivry. (1): source: fichier PTZ (DRIHL Ile de France) 17

×