Essai moreno-magaly.doc

244 views
167 views

Published on

Essai personnel réalisé dans le cadre du cours REP 2400 (Internet et relations publiques) de Patrice Leroux.

Automne 2013

Le phénomène Hashtag: Historique et culturel

Published in: Social Media
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
244
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Essai moreno-magaly.doc

  1. 1. UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ESSAI PERSONNEL : LE PHÉNOMÈNE #HASHTAG PAR MAGALY MORENO CERTIFICAT EN RELATIONS PUBLIQUES FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE TRAVAIL PRÉSENTÉ À PATRICE LEROUX DANS LE CADRE DU COURS REP2400 INTERNET ET RELATIONS PUBLIQUES OCTOBRE 2013
  2. 2. TABLE DES MATIÈRES Introduction : hashtag …………………………………………………………………….3 Back to the past: Sa définition, son histoire, son usage ………………………………….4 On parle d’évolution ……………………………………………………………………..6 Où est le problème?............................................................................................................8 Le hashtag est partout!………………………………………………….……………….12 Le hashtag dans notre quotidien : parler en hashtag……………………………….……14 Conclusion ……………………………………………………………………………...16 Bibliographie …………………………………………………………………………...18 2
  3. 3. Introduction: #hashtag Je voulais aborder le sujet des blogueuses mode et beauté qui, à mon avis, sont devenues de véritables icônes sur la blogosphère,sauf que cette fin de semaine, je me suis heurté à un autre phénomène qui m’a longuement fait réfléchir : les hashtags ou les mots-clic. Voici une petite anecdote. Je suis allé souper chez ma cousine. Nous étions à table lorsque son mari, Marc, a posé la question suivante : « C’est quoi un hashtag? Ça sert à quoi? Je vois ça partout! C’est dans mon Facebook, dans les magazines et même à la télé! C’est fou cette affaire-là! On dirait qu’il nous suit partout »,a-t-il dit. Ça m’a soudainement frappé. Je ne m’étais jamais réellement posé la question sur son utilisation des hashtags. Je ne suis pas une adepte de Twitter, mais je l’utilise de temps en temps. Il est vrai que c’est le premier réseau social à avoir commencé à utiliser les hashtags, mais il n’est pas le seul. Alors, avec ma courte expérience sur Twitter et ma grande expérience sur Instagram, j’ai pu lui expliquer son usage de base, le pourquoi il est utile dans nos recherches et comment, dépendamment du réseau social, son utilisation est un peu différente, mais il me regardait comme si je parlais le chinois. Il ne comprenait tout simplement pas la logique d’utiliser ce symbole #. Comme il est une personne qui utilise rarement les réseaux sociaux, je lui ai dit : « Ah! Marc, voilà pourquoi tu ne comprends rien! » Pour comprendre comment ça marche, je crois qu’il faut tout d’abord être constamment sur les réseaux sociaux. Et qui dit hashtag, dit Twitter et Instagram, les deux plus gros réseaux à utiliser ce symbole numérique. C’est pourquoi je me suis promis de faire une recherche plus avancée sur ce qu’est un hashtag et sur son influence dans notre société. 3
  4. 4. Bien que certains ne l’ai pas remarqué, il est devenu un vrai phénomène tant dans l’aspect historique que culturel sur la webosphère et dans notre société. Nous allons donc commencer par définir le hashtag et comment il a fait ses débuts dans la webosphère, principalement sur Twitter. Son histoire ne s’arrête pas à Twitter. C’est pourquoi nous allons décrire chaque réseaux sociaux qui permet son utilisation avec un mandat un peu différent l’un de l’autre. Aussi, nous verrons pourquoi le hashtag est devenu un problème et pourquoi certains utilisateurs le détestent tant. Finalement, il est important de parler de son importante influence dans la culture pop, qui à mon avis, ne fait que commencer. Back to the #past : sa #définition, son #histoire, son #usage Comme m’a dit Marc : « Dans mon temps, le symbole # s’appelaitdièse et on l’utilisait jamais, sauf si la madame de Bell te le demandait. » Il n’a pas tort, quoi que ça s’appelle toujours un dièse. Il ne sert pas que pour les hashtags. Il demeure toujours un symbole de valeur numérique, à moins qu’on n’y ajoute une valeur discursive, des mots. Ce sont donc les mots qui vont venir lui donner une valeur significative dans les réseaux sociaux. Commençons par regarder dans la nouvelle édition du petit Larousse illustré 2014. D’après le dictionnaire, Hashtag fait désormais parti de la liste des nouveaux mots technologiques. Hashtagn.m. (mot angl., de hash, dièse, et tag, balise). Mot-clé cliquable, précédé du signe dièse (#), permettant de faire du référencement sur les sites 4
  5. 5. de microblogage : Le hashtag #chien regroupe les posts consacrés au chien sur Twitter. Recomm. off. : mot-dièse.1 Au Québec, en plus de l’appeler hashtag, on l’appelle aussi mot-clic, qui viendrait confirmer la définition de la nouvelle édition du Petit Larousse. Oui, le hashtag a comme principale fonction de faire du référencement en regroupant tous les tweets concernant la même thématique ou sujet en un seul endroit. Tout a commencé en 2007, lorsque le blogueur Chris Messina a proposé, sur l’un de ses tweets, aux développeurs de Twitter de créer une « communauté d’intérêt reliées autour des mêmes sujets de discussion. »2 En fait, ce que Messina voulait c’était d’améliorer la contextualisation, le filtrage de contenu et la serendipité d’exploration, pour ainsi avoir une meilleure expérience d’écoute sur Twitter3. Autrement dit, la recherche d’un article portant sur un sujet X ou tout simplement une nouvelle sur une thématique allait devenir plus facilegrâce à la fonction de catégorisation du hashtag. En faisant une recherche un peu plus poussée, j’ai atterris sur un blog portant sur le guide d’utilisation des hashtags sur Twitter4.Celui explique deux principales utilisations. La première permet de suivre un évènement, que ce soit politique comme des élections ou tout simplement un évènement comme le Superbowl. Ces hashtags sont alors considérés comme ayant une durée de vie limitée, puisqu’à la fin de cet évènement, on en parlera plus. Le hashtag perd donc de sa valeur. La seconde utilisation permet de suivre les 1 http://www.editions-larousse.fr/Service_Presse/Communique/PDF/Dossier_presse_PL_2014.pdf http://www.lesinrocks.com/2013/06/07/actualite/la-fin-du-hashtag-a-t-elle-sonne-11401176/ 3 (Ma traduction) http://factoryjoe.com/blog/2007/08/25/groups-for-twitter-or-a-proposal-for-twittertag-channels/ 4 http://www.guide-twitter.com/2009/06/guide-dutilisation-des-hashtags-sur.html 2 5
  6. 6. postsd’un groupe de musique, d’une émission de télévision ou d’une compagnie de produits de beauté. On y mentionne aussi des conseils et des règles à respecter. Le guide précise qu’il n’existe pas de règles à proprement parler, mais que « des conventions sont en place. »5 J’ai particulièrement aimé cette section parce qu’il est toujours bon de se faire donner des conseils par ceux qui savent plus sur le sujet en question. Conseil un, utilisez les hashtags avec modération. Deuxième conseil, utilisez les bons hashtags, ceux qui sont pertinents au post. En suivant ces deux conseils, il est clair que comme utilisateur de Twitter, nous avons plus de chances d’être pris au sérieux par les autres et d’avoir plus personnes qui nous suivent (followers). Bien utilisez les hashtags nous permet donc de se faire une bonne image de soi. Lorsque l'objectif est d'augmenter l’audience, l'efficacité du hashtag dépend entièrement du nombre de personnes qui le cherchent, un nombre auquel nous n'avons pas accès6. On parle d’ #évolution Bien que la fonction du hashtag soir la même dans tous les réseaux sociaux, on peut parler d’une évolution. Sur le site de Mashable, Rebecca Hiscott7 nous donne un bref aperçu de l’utilisation du hashtag dans chacune de ces plateformes : Twitter : Comme nous l’avons vu, Twitter est la première plateforme à intégrer le hashtag comme innovation discursive. Le hashtag vient donc catégoriser tous les posts ayant le même hashtag, donc le même sujet. Si un utilisateur fait une recherche, Twitter 5 http://www.guide-twitter.com/2009/06/guide-dutilisation-des-hashtags-sur.html http://www.niemanlab.org/2013/03/hashtags-considered-harmful/ 7 http://mashable.com/2013/10/08/what-is-hashtag/ 6 6
  7. 7. lui permet de filtrer sa recherche pour l’obtention de résultats plus pertinents. Si l’usager utilise l’option Top, Twitter va lui donner les post les plus populaires, incluant ceux qui ne sont pas des gens qu’on suit. Si l’option All est sélectionnée, Twitter donnera alors tous les tweets avec le hashtag en question, en temps réel. Finalement, si l’usager utilise l’option People you follow, il est alors question d’avoir accès seulement aux tweets des personnes qu’on suit. Instagram, Weheartit& Vine : Ces trois plateformes utilisent le hashtag pour compléter la description des photos et/ou des vidéos. En faisant une recherche sur un hashtag en particulier, ce ne sont plus des tweets qui seront donnés comme résultat, mais des photos et/ou des vidéos ayant la même thématique. Le hashtag permet donc de découvrir de nouveaux usagers et de les suivre. Pinterest :Avec la plateforme Pinterest, pour faire de la recherche de contenu, il suffit de cliquer sur le hashtag d’un pin et celui-ci nous mène à tous les pins ayant le même hashtag. Google+ : Il permet lui aussi d’utiliser le hashtag pour de la recherche de contenunon seulement dans Google+, mais aussi dans Facebook et twitter directement. Facebook : La dernière plateforme à avoir intégré le hashtag est Facebook. Il permet de trouver les statuts ayant la même thématique, de même que ceux des personnes qui ne sont pas nos amis ou friends. Cependant, pour plusieurs la question se pose : Le hashtag est-il nécessaire sur Facebook? Comme nous venons de voir, les autres plateformes l’utilisent pour classer les publications et ainsi les rendre plus visibles ou accessibles. Facebook, quant à lui, ne 7
  8. 8. semble pas nécessairement partager cette même fonction. D’après une analyse faite par EdgeRank Checker (EdC), un spécialiste de Facebook, les hashtags n’ont pas trouvé leur place sur Facebook. 35.000 publications ont été effectuées pendant la période étudiée, 6.000 d’entre elles contenaient des hashtags. Le site a ensuite observé les interactions entre les utilisateurs et ce que les pages publiaient pour au final se rendre compte que la viralitée (qui dépend d’un grand nombre de critères différents) était moins forte quand les hashtags étaient présents.8 Où est le #problème? Comme le mentionne Axel-Cereloz sur son blogue, le problème peut venir du fait que les utilisateurs de Facebook et Twitter ne comprennent pas à 100 % la différence entre ces deux plateformes. « Le réseau de Zuckerberg est moins utilisé pour commenter en temps réel un évènement, le hashtag y a peut-être donc moins sa place. »9 À mon avis, c’est une des raisons pour laquelle le hashtag ne fait pas sa fonction sur Facebook. Je crois que ce réseau social n’a rien à voir avec Twitter, mais les gens semblent les associer. Rappelonsnous que les deux principaux usages du hashtag chez Twitter : suivre un évènement en temps réel pour un temps limitéet suivre une personne ou une compagnie à long terme. Facebook est un réseau social qui permet de connecter les personnes qui se connaissent, d’où envoyer un friend request pour avoir accès aux informations de la personne en question. Facebook est une bête différente, et l’ajout de hashtags sur Facebook vient déconnecterles personnes avec cellesqu’elles connaissent, et les mènent à les unir avec le grand public.10 Toujours avec l’étudemenée par EdgeRank Checker (EdC), celui fait la 8 (Ma traduction) http://www.presse-citron.net/les-hashtags-facebook-nont-pas-limpact-viral-escompte Idem 10 (Ma traduction) http://www.huffingtonpost.com/2013/06/12/facebook-hashtags_n_3429743.html 9 8
  9. 9. même analyse auprès de Twitter, « et là, l’effet est positif, la présence des mots dièse augmente sensiblement la probabilité d’être retweeté. Ainsi la faute ne vient pas des hashtags en eux-mêmes qui, sur un autre réseau social, fonctionnent très bien. »11 De mon côté, j’ai moi-même mené ma petite enquête et j’ai demandé aux gens dans mon entourage ce qu’ils pensaient des hashtags dans les médias sociaux. 50 % d’entre eux m’ont dit qu’ils n’avaient aucune idée de comment ça marche ou à quoi ça sert. 50 % m’ont dit que sur Twitter et Instagram,le hashtag est fort utile, mais que sur Facebook, il n’a tout simplement pas sa place pour le moment. Pour moi, la question sur la nécessité du hashtag dans les réseaux sociaux n’est pas la question à se poser, puisque nous avons vu que dans certaines plateformes, il est utile. La question que je me pose est : Les hashtags sont-ilspertinents? Pour répondre à la question, laissons de côté Facebook et concentrons-nous maintenant sur une autre problématique du hashtag : sa mauvaise utilisation. Comme nous l’avons vu précédemment, il doit être utilisé correctement pour que notre post ou notre commentaire soit pris au sérieux. Au moins une fois dans notre vie on s’est fait direpar notre mère : si tu n’as rien à dire, alors ne dis rien. Et c’est exactement ce qui se passe avec le hashtag. Non seulement il est mal utilisé, mais il est utilisé de manière abusive. Il est recommandé d’utiliser un ou deux hashtags maximum dans un post pour qu’il, le post, soit pertinent. Pensons-y. À quoi sert-il de mettre plus deux hashtags dans un commentaire? Est-ce que l’intention est de renvoyer le lecteur dans plusieurs directions et différentes l’une de l’autre? C’est une erreur que j’ai vue souvent chez les autres, mais 11 http://www.presse-citron.net/les-hashtags-facebook-nont-pas-limpact-viral-escompte 9
  10. 10. que j’ai moi aussi commise souvent. Nous abusons du hashtag. Trop de hashtags dans un même post tuent littéralement le hashtag en général, d’où le mauvais concept des gens qui disent qu’il ne sert absolument à rien. Je me rappelle avoir écrit un statut sur Facebook qui disait : « J’aime l’automne!C’est le temps des tartes aux pommes. » Avec ça, j’avais mis en ligne une très belle photo d’une rangée de pommiers. On y voyait aussi une belle montagne comme fond. Et devinez quels ont été mes hashtags! #pommes #automne #tartes #arbres #pommiers #montagne #photo #nofilter #famille #dimanche #jaimelautomne #tempslibres #lifeisbeautiful #girl #blessed. Oui! Je vois beaucoup impertinence dans mes hashtags! Je me pose la question : À quoi sert-il de décrire en hashtags ce qui est déjà dit dans le statut et ce qui est déjà dans l’image! Et pourtant, j’aurais dû me rappeler à ce moment-là de la célèbre citation : Une image vaut mille mots, et non, une image vaut mille hashtags. La recommandation du jour : Tweeter avec le bon hashtag est un excellent moyen pour envoyer votre message,non seulement à vos followers, mais à tous ceux qui sont à l’écoute de cette conversation. Les hashtags sont plus puissants lorsque vous les utilisez judicieusement. Plus de deux dans un Tweet est probablement excessif, et vous avez seulement besoin d’écrire le mot le plus important, celui qui représente le mieux la thématique de votre tweet.12 En plus d’abuser du nombre de hashtags dans une petite phrase, il y a des utilisateurs qui vont aussi exprimer leur état ou leurs émotions. Il n’y a aucun mal à vouloir exprimer ce qu’on ressent ou à donner notre opinion, mais sincèrement, je vois mal pourquoi je voudrais faire de la recherche de contenu sur #happy ou bien #somad. C’est tout de même un phénomène qu’on voit de plus en plus. Le hashtag-émotion est « un moyen de 12 (Ma traduction)https://dev.twitter.com/media/hashtags 10
  11. 11. crier au monde ses émotions même avec un encéphalogramme plat. »13 Selon moi, c’est vouloir attirer l’attention sur ce qui n’est pas intéressant. Cependant, je suis d’accord pour quelques exceptions : Les #sarcasm(e) #ironie ou #humour, sont en revanche clairement modalisateurs, puisqu’ils donnent une instruction interprétative explicite. Le hashtag fournit également un commentaire concis sur l’énoncé du tweet : le fil #ubu (francophone) par exemple, donne une liste de tweets qui se lisent comme des descriptions de situations absurdes, en vertu d’un appel à une culture supposée commune parmi les membres du réseau. L’affiliation diffuse spécifique au réseau rejoint alors l’appel à une culture commune ordinaire dans les interactions verbales.14 Un autre problème que j’ai découvert dans la mauvaise utilisation du hashtag est son incompréhension ou sa confusion. Qu’arrive-t-il lorsqu’un utilisateur interprète mal un hashtag? Un exemple parfait pour décrire la situation est celui du #nowthatchersdead15. Le 8 avril 2013, Margaret Thatcher est décédée. Le site Is Thatcher Dead Yet? avait créé le # nowthatchersdead sur Twitter pour savoir comment les gens célébraient la mort de celle qu’ils n’aimaient pas. Puis, la confusion est vite arrivée. Certaines personnes n’ont pas compris que le hashtag mentionnait Thatcher. Les admirateurs de la chanteuse et actrice Cher ont pensé que leur idole étaitdécédée. Voici comment ils ont interprété 13 http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:Xaa6TLzotz8J:www.pocarles.com/2012/06/d e-limportance-du-hashtag/&hl=en&gl=ca&strip=1 14 Paveau M.-A., 2013, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique » 15 http://www.npr.org/2013/04/09/176649844/cher-fans-confused-by-thatcher-twitter-hashtag 11
  12. 12. lehashtag : Now that Cher s dead. Plusieurs exemples de tweets sont présents sur Mashable.com16. Le hashtag est partout! #popculture Oui, le hashtag est partout et ce n’est pas étonnant qu’il soit présent dans la culture pop! Phénomène culturelle vous dites? Oh que oui! Ce ne sont pas les exemples qui vont manquer dans ce cas-ci. Dans quel objectif allons-nous utiliser le hashtag dans notre vidéo musicale ou notre publicité? Mais bien sûr! Pour suivre la tendance. Le hashtag est tellement populaire, tellement tendance que les agents de marketing et les célèbres rois et reines de la musique ont décidés d’utiliser le hashtag pour attirer encore plus la foule sur leur partage de contenu. Dans le secteur de la musique, les chanteurs Will.i.am et Justin Bieber n’ont pas hésité une seule fois pour attirer leurs admiratrices, et je dirais même les curieux, sur leur hashtag : #thatpower17. #That power est le titre de leur morceau musical (oui, oui. Avec le #) et on voit le hashtag au début de la vidéo musicale. Sur Twitter, les chanteurs ont tweeté du contenu en utilisant le hashtag et c’est impressionnant le nombre de retweets et de tweets qui existent avec cet hashtag. Voilà un moyen efficace pour faire acheter le morceau sur iTunes. Robin Thicke est allé encoreplus loin avec son gros succès #Blurredlines18. Tout au long de la vidéo, à part les mannequins qui défilent nues de gauche à droite de l’écran 16 http://mashable.com/2013/04/08/cher-nowthatchersdead-twitter-hashtag-dead/ http://www.youtube.com/watch?v=DGIgXP9SvB8 18 http://www.youtube.com/watch?v=zwT6DZCQi9k 17 12
  13. 13. (versionoriginale —unrated), ce qui attire l’attention de celui qui l’écoute sont les hashtags #Blurredlines et #Thicke qui reviennent constamment tout au long de la vidéo. Écrit en lettre majusculerouge sur un fond aux couleurs pâles, Thicke voulait être sûr qu’on ne les manque pas. De mon côté, ça m’a fait penser à la lumière rouge qui flashe sans arrêt à deux coins de chez moi. Miley Cyrus et Jennifer Lopez ont-elles aussi voulu suivre la tendance « hashtag-le-titrede-ta-chanson »... (#sarcastique) Si je vais dans ma page d’accueil sur YouTube, je ne manque pas de voir #Liveitup19 et #Getitright20. Sur Internet, il n’est pas rare de voir les publicités suivre la tendance des hashtags. Justement, en écrivant cet essai, j’ai vu la publicité de Secret Clinical Strength21, le nouveau déodorant de la marque Secrets, sur YouTube. Premièrement, c’est le genre de publicité qui nous oblige à la regarder ou à l’écouter si nous voulons vraiment écouter que notre chanson. Seize secondes de pub, quatre hashtags. Je dois admettre que j’aime bien cette publicité. Les hashtags dans cette pub viennent décrire la situation de la jeune filledans son #officeparty, qui se résume à être la présentation du lieu. On introduit alors les hashtags de présentation des personnages #myboss et #myboyfriend, puis l’état de la jeune fille après le petit incident entre elle et son boss, #stressweat. Avec ce dernier hashtag, on passe à la présentation du produit, le nouveau déodorant de Secret. Très simple, drôle et pertinent : voilà ce que j’ai aimé. La deuxième publicité est celle du parfum de Justin Bieber. Au dernier plan, on ne manque pas de voir le #unlockyourdreams, qui une fois écrit sur Twitter, nous dirige aux 19 http://www.youtube.com/watch?v=JmAW1h7j9CM http://www.youtube.com/watch?v=N-m2JGoNHsw 21 http://www.youtube.com/watch?v=fgsjDlEGPL8 20 13
  14. 14. tweets de toutes ces jeunes filles qui ont acheté le parfum et qui partagent leur expérience. Le hashtag dans notre quotidien : #parler en #hashtag Deux vidéos que j’ai trouvées sur Internet montrent que le hashtag est bien ancré dans notre quotidien et dans nos discussions. Comme nous l’avons vu au tout début de cet essai, le mot fait déjà partie du dictionnaire. Il possède sa propre définition. Il est aussi présent dans la culture pop et on ne manque pas de voir les hashtags revenir sans cesse dans les vidéos, les publicités et même dans les magazines. La première vidéo est celle du rappeur français Greg Frite qui fait référence au hashtag. Il y décortique le mot et ce qui m’a particulièrement attiré l’attention est son refrain : « Quand j’étais petit, bah! On appelait ça dièse ». Ça m’a fait penser à ce que Marc, le mari à ma cousine m’a mentionné lors de notre souper. Ce qu’il a dit reste quand même intéressant du point de vue d’une personne qui interprète mal l’utilisation du hashtag. Tout au long de sa chanson, le rappeur intègre las hashtags comme nous le ferions sur Twitter. Voici un exemple : « Depuis peu ma vie est devenue #folle. Mais j’essaie de rester sympa et drôle #LOL ». Puis là, en écoutant cette chanson à plusieurs reprises, je me suis demandé : comment va devenir notre façon de parler d’ici quelques mois, quelques années. Le hashtag est tellement ancré dans notre quotidien, que je ne doute pas qu’il fasse partie de notre langage, dans nos discussions verbales. Oui, tweeter en 139 caractères (si on enlève un caractère à cause du #) est un art ou plutôt un style d’écriture. Selon moi, c’en est un. Ça renvoie au SMS d’il y a quelques années 14
  15. 15. antérieures. Dire le plus possible en moins de caractères possible… toujours en restant pertinent, bien sûr! Et là, je me pose la question : comment ça serait si on parlait avec des hashtags? Je ris bien sûr de cette possibilité, mais pas trop. Je me rappelle encore du fameux LOL souvent utilisé dans le chat. J’entends beaucoup de personnes l’intégrer dans leur conversation. Alors, je ne m’étonnerais pas d’entendre dans mon entourage quelqu’un dire quelque chose et terminant avec un hashtag. Pour mieux comprendre ce phénomène, il n’y a qu’une seule vidéo à voir! Il a déjà fait le tour du monde en quelques semaines. Je parle bien entendu de la vidéo de l’animateur de télévision Jimmy Fallon et du chanteur et acteur Justin Timberlake22. Les deux grandes célébrités américaines n’ont pas hésité à intégrer autant de fois possible les hashtags dans leur conversation. Cette vidéo, simple et comique, est très intéressante. On y voit une forme abusive du nombre d’hashtags utilisés et cette vidéo reflète parfaitement ce qui se présente maintenant sur les réseaux sociaux. Tout d’abord, ce sont quelques hashtags utilisés pour compléter ou « redécrire » la phrase dite, puis plus la vidéo avance, plus les hashtags deviennent innombrables, hors-contextes et finalement, incompréhensibles. 22 http://mashable.com/2013/09/25/fallon-timberlake-hashtags/ 15
  16. 16. Conclusion Les hashtags font partie intégrante dans notre société. Certains les considèrent inutiles et nuisibles23, d’autres les considèrent comme utiles pour de la recherche de contenu et comme jouant un rôle de grande importance dans les réseaux sociaux. Je penche plus du côté de ceux qui les trouvent utiles, mais comme je le mentionnais plus tôt, il est très important de les utiliser de manière responsable. Il est important que le hashtag soit pertinent et s’intègre bien dans le contexte du tweet ou du post. Ce ne sont pas les références ou les monographies qui vont manquer pour ceux qui veulent savoir comment les utiliser correctement. Avant même d’écrire cet essai, j’avais de la difficulté à définir un hashtag et je crois qu’en tant qu’étudiante en relations publiques, il est primordial de savoir définir et expliquer à quiconque les termes qui font partie intégrante de l’informatique et des réseaux sociaux. Je comprends mieux aussi pourquoi des personnes comme Marc, que je mentionnais au début de l’essai, ont un mauvais concept du hashtag. Il est normal que, comme lui qui utilise moins fréquemment les réseaux sociaux, des personnes ne comprennent pas l’utilité du hashtag et le pourquoi il a été créé. Messina avait de bonnes raisons de vouloir avoir accès au contenu des autres. Twitter est le réseau social par excellence pour utiliser le hashtag, mais Facebook, à mon avis, devrait vraiment considérer retirer le hashtag. Facebook est un réseau social qui permet un échange de contenu avec des personnes connues de chaque utilisateur, appelé aussi « amis ou friends ». Le hashtag en soi est devenu un phénomène historique et culturel. Je ne doute pas qu’il touche d’autres secteurs comme la sociologie et l’économie. Je ne doute pas non plus 23 http://www.niemanlab.org/2013/03/hashtags-considered-harmful/ 16
  17. 17. qu’il continu à évoluer au sein des plateformes déjà existantes et qu’il soit intégré dans de nouvelles. Le marketing, la publicité et les relations publiques sont les domaines majeurs quant à l’utilisation des hashtags et c’est à nous, professionnels dans ces domaines, de montrer aux autres la réelle valeur des hashtags. Si le hashtag continu être mal utilisé, que deviendra-t-il? Sa fin est-elle proche? #fin. 17
  18. 18. Bibliographie Internet 1. AUPROUX, Agathe. « La fin du Hashtag a-t-elle sonné? » Les InRocks, 7 juin 2013, [http://www.lesinrocks.com/2013/06/07/actualite/la-fin-du-hashtag-a-t-ellesonne-11401176/] (22 octobre 2013). 2. BOSKER. Bianca. « Facebook introduces Hashtags, moving away from friends » The Huffington post, 12 juin 2013, [http://www.huffingtonpost.com/2013/06/12/facebookhashtags_n_3429743.html.] (23 octobre 2013). 3. CERELOZ. Axel. « Les hashtags Facebook n’ont pas l’Impact viral escompté. » Presse Citron, 4 septembre 2013, [http://www.presse-citron.net/les-hashtagsfacebook-nont-pas-limpact-viral-escompte] (21 octobre 2013). 4. COUFOURIER. Clarisse. LECUYER. Marion. « Les nouveaux mots du Petit Larousse illustré 2014 », Dossier de presse, [http://www.editionslarousse.fr/Service_Presse/Communique/PDF/Dossier_presse_PL_2014.pdf] (21 octobre 2013). 5. GREENE. David. « Cher Fans Confused By Thatcher Hashtag. » Morning Edition 9, 9 Avril 2013, [http://www.npr.org/2013/04/09/176649844/cher-fansconfused-by-thatcher-twitter-hashtag] (21 octobre 2013). 6. HERNANDEZ. Brian Anthony. « #nowthatchersdead: Fans Think Cher Died After Thatcher Hashtag Trends » Mashable, 8 avril 2013, [http://mashable.com/2013/04/08/cher-nowthatchersdead-twitter-hashtag-dead//] (22 octobre 2013). 7. HISCOTT. Rebecca. « The beginner’s guide to the hashtag. » Mashable, 8 octobre 2013, [http://mashable.com/2013/10/08/what-is-hashtag/] (21 octobre 2013). 18
  19. 19. 8. MESSINA. Chris. « Groups for Twitter, or a proposal for Twitter tag channels » Factoryjoe, 25 août 2007, [http://factoryjoe.com/blog/2007/08/25/groups-fortwitter-or-a-proposal-for-twitter-tag-channels/] (21 octobre 2013). 9. P. Carles. « De l’importance du #hashtag…» [http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:Xaa6TLzotz8J:www.po carles.com/2012/06/de-limportance-du-hashtag/&hl=en&gl=ca&strip=1] (24 octobre 2013). 10. PRAKASH. Neha. « Fallon, Timberlake try to stop making hashtags happen » Mashable, 25 septembre 2013, [http://mashable.com/2013/09/25/fallontimberlake-hashtags/] (22 octobre 2013). 11. S.N. « Guide d’utilisation des Hashtags sur Twitter » Guide Twitter, 20 juin 2009, [http://www.guide-twitter.com/2009/06/guide-dutilisation-des-hashtagssur.html] (22 octobre 2013). 12. S.N. « Hashtag » FraisFrais, 26 septembre 2013, [http://fraisfrais.com/hashtaghashtag/] (22 octobre 2013). 13. S.N. « The History of Hashtags » #hashtags.org, 26 Juin 2012, [http://www.hashtags.org/platforms/twitter/history-of-hashtags/] (22 octobre 2013). 14. S.N. « Best practices for hashtags. » Twitter Media, S.D, [https://dev.twitter.com/media/hashtags] (23 octobre 2013). 15. TAYLOR. Chris. « Does Facebook really need hashtags? » Mashable, 12 juin 2013, [http://mashable.com/2013/06/12/facebook-hashtags/] (22 octobre 2013). 16. VALORES. « Hashtags mas utilizados en Twitter para Trading (Hashtags plus utilisés sur Twitter pour le trending) » Pullback, 16 avril 2013, [http://www.pullback.es/hashtag-mas-utilizados-en-twitter-para-trading/] (21 octobre 2013). 19
  20. 20. 17. VICTOR. Daniel. « Hashtags considered #harmful » Nieman Journalism Lab, 26 mars 2013, [http://www.niemanlab.org/2013/03/hashtags-considered-harmful/] (23 octobre 2013). 18. WASSERMAN. Todd. « Facebook Hashtags have marketing potential, privacy issues » Mashable, 11juillet 2013, [http://mashable.com/2013/07/11/marketersexperiment-with-facebooks-hashtags/] (22 octobre 2013). Article de périodique 1. Paveau M.-A. « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Revue internationale de sciences humaines et sociales appliquées, Séoul : Université Korea, Center for Applied Cultural Studies, (2013), p. 139-176. Vidéos YouTube Jennifer Lopez – #Liveitup - http://www.youtube.com/watch?v=JmAW1h7j9CM Miley Cyrus - #Getitright - http://www.youtube.com/watch?v=N-m2JGoNHsw Robin Thicke – BlureedLines - http://www.youtube.com/watch?v=zwT6DZCQi9k Secret Clinical Strenght Commercial- http://www.youtube.com/watch?v=fgsjDlEGPL8 Will.i.am & Justin Bieber - #Thatpower http://www.youtube.com/watch?v=DGIgXP9SvB8 20

×