Your SlideShare is downloading. ×
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
1b reglement 2013-06-03_arret_reglement
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

1b reglement 2013-06-03_arret_reglement

1,213

Published on

PLU …

PLU
Ville d'Ergué-Gabéric

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,213
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
34
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Note liminaire SOMMAIRE SOMMAIRE .................................................................................................................................1 NOTE LIMINAIRE........................................................................................................................2 TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES .........................................................................................4 DISPOSITIONS GENERALES .....................................................................................................5 TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES ........................................... 17 CHAPITRE I - ZONE UH ............................................................................................................ 19 CHAPITRE II - ZONE UI ............................................................................................................ 35 CHAPITRE III - ZONE UF .......................................................................................................... 47 CHAPITRE IV - ZONE UL .......................................................................................................... 53 CHAPITRE V - ZONE UY........................................................................................................... 61 TITRE III - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES A URBANISER .................................... 73 CHAPITRE I - ZONE AU ............................................................................................................ 75 CHAPITRE II - ZONE AUZ ......................................................................................................... 79 TITRE IV - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES AGRICOLES ....................................... 93 CHAPITRE I - ZONE A .............................................................................................................. 95 TITRE V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES .... 103 CHAPITRE I - ZONE N ............................................................................................................ 105 TITRE VI - ANNEXES ................................................................................................................. 113 ANNEXE I - ESPACES BOISES CLASSES ............................................................................. 115 ANNEXE II - EMPLACEMENTS RESERVES ........................................................................... 119 ANNEXE III - ELEMENTS DE PAYSAGE, DE PATRIMOINE A PROTEGER............................ 123 ANNEXE IV - PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE ..................................................................... 125 ANNEXE V - PLANS DE SECTEUR......................................................................................... 129 3 Juin 2013 1
  • 2. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Note liminaire NOTE LIMINAIRE LE REGLEMENT DU PLU Chaque zone du PLU est soumise à un règlement construit sur le modèle suivant : Section 1 - Nature de l'occupation et de l'utilisation du sol Article 1 : Types d'occupation ou d'utilisation du sol interdits. Article 2 : Types d'occupation ou d'utilisation du sol soumis à des conditions particulières. Section 2 - Conditions de l'occupation du sol Article 3 : Accès et voirie Article 4 : Desserte par les réseaux Article 5 : Superficie minimale des terrains constructibles Article 6 : Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques Article 7 : Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives Article 8 : Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Article 9 : Emprise au sol des constructions Article 10 : Hauteur maximale des constructions Article 11 : Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords - Protection des éléments de paysage Article 12 : Réalisation d’aires de stationnement Article 13 : Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations. Section 3 - Possibilités d'occupation du sol Article 14 : Possibilités maximales d'occupation du sol Section 4 - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article 15 : Performances énergétiques et environnementales Article 16 : Infrastructures et réseaux de communications électroniques 3 Juin 2013 2
  • 3. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Note liminaire La section 1 définit ce qui est interdit ou admis dans la zone La section 2 définit les règles auxquelles doivent répondre les terrains constructibles et l’implantation des constructions. La section 3 définit les densités. La section 4 définit les dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques. Le contenu de chaque règlement de zone est fixé en fonction : - des équipements existants, - 3 Juin 2013 de la situation actuelle (site, milieu bâti, zone à protéger, …), des volontés d’aménagement arrêtées par le groupe de travail. 3
  • 4. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales TITRE I DISPOSITIONS GENERALES 3 Juin 2013 4
  • 5. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales DISPOSITIONS GENERALES Ce Règlement est établi conformément au Code de l’Urbanisme. Un projet ne peut être autorisé que s’il satisfait en même temps à l’ensemble des règles (ce qui peut empêcher sur certaines parcelles d’utiliser totalement les possibilités prévues par certaines des règles si une autre règle l’empêche). ARTICLE 1 Champ d’application territorial du Plan Le présent Règlement du Plan Local d’Urbanisme (PLU) s'applique à la totalité du territoire de la Commune d' ERGUE GABERIC. ARTICLE 2 Division du territoire en zones Le territoire couvert par le Plan Local d’Urbanisme est divisé en zones urbaines, en zones à urbaniser, en zones agricoles et en zones naturelles et forestières qui incluent notamment les Espaces Boisés Classés à conserver, à protéger ou à créer ainsi que les Emplacements Réservés visés aux articles L. 123-1 et L. 123-2 du Code de l'Urbanisme. 1. Les zones urbaines dites « Zones U » auxquelles s’appliquent les dispositions des différents Chapitres du Titre II du présent Règlement et qui sont délimitées au Plan de zonage. Elles correspondent à des secteurs déjà urbanisés et des secteurs où les équipements publics existants ou en cours de réalisation ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter. Elles sont divisées en plusieurs zones : la zone d’habitat UH comportant les secteurs UHa, UHb, UHc et UHgv (gens du voyage) la zone d’activités artisanales, industrielles ou commerciales UI comportant les secteurs UIa, UIb, UIc, UId, UIe et UIf la zone d’activités ferroviaires UF la zone de sports, de loisirs et d’équipements UL Zone d’Aménagement Concerté du Cœur de Lestonan UY comportant les secteurs UYa1, UYa2, UYa4, UYb1, UYb2, UYc, UYd, UYe1, UYe2, UYf, UYg 2. Les zones à urbaniser dites « Zones AU » auxquelles s’appliquent les dispositions des différents Chapitres du Titre III du présent Règlement et qui sont délimitées au Plan de zonage. Elles correspondent à des secteurs à caractère naturel de la commune destinés à être ouverts à l'urbanisation. Lorsque les voies publiques et les réseaux d’eau, d’électricité et, le cas échéant, d’assainissement existant à la périphérie immédiate d’une zone AU ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l’ensemble de cette zone, les Orientations d’Aménagement et de Programmation et le Règlement définissent les conditions d’aménagement et d’équipement de la zone. Les constructions y sont autorisées soit lors de la réalisation d’une opération d’aménagement d’ensemble, soit au fur et à mesure de la réalisation des équipements internes à la zone prévus par les Orientations d’Aménagement et de Programmation et le Règlement. 3 Juin 2013 5
  • 6. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Lorsque les voies publiques et les réseaux d'eau, d'électricité et, le cas échéant, d'assainissement existant à la périphérie immédiate d'une zone AU n'ont pas une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone, son ouverture à l'urbanisation peut être subordonnée à une modification ou à une révision du plan local d'urbanisme. Les zones AU sont divisées en deux types de zones : Les espaces immédiatement constructibles repérés par l’indice 1AU, et comportant les secteurs : 1AUH (habitat) 1AUI (activités) 1AUZ (Zone d’Aménagement Concerté du Centre-Bourg) Les espaces nécessitant une modification ou une révision du PLU pour être constructibles repérés par l’indice 2AU et comportant les secteurs : 2AUH (non spécifié mais à priori destiné à un secteur d’habitat) 2AUI (activités) 2AUL (sports, loisirs et équipements) 3. Les zones agricoles dites « Zones A » auxquelles s’appliquent les dispositions des différents Chapitres du Titre IV du présent Règlement et qui sont délimitées au Plan de zonage. Elles correspondent à des secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles. Y sont seules autorisées : les constructions et installations nécessaires à l'exploitation agricole, les constructions et installations nécessaires à des équipements collectifs ou à des services publics, dès lors qu'elles ne sont pas incompatibles avec l'exercice d'une activité agricole, pastorale ou forestière dans l'unité foncière où elles sont implantées et qu'elles ne portent pas atteinte à la sauvegarde des espaces naturels et des paysages. La zone agricole repérée par l’indice A, comporte les secteurs : Aa (agricole) Ab (agricole non constructible) Ah (constructions isolées et hameaux) 4. Les zones naturelles et forestières dites « Zones N » auxquelles s’appliquent les dispositions des différents Chapitres du Titre V du présent Règlement et qui sont délimitées au Plan de zonage. Peuvent être classés en zone naturelle et forestière, les secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison : a) Soit de la qualité des sites, milieux et espaces naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique ; b) Soit de l'existence d'une exploitation forestière ; c) Soit de leur caractère d'espaces naturels. En zone N, peuvent seules être autorisées : les constructions et installations nécessaires à l'exploitation agricole et forestière ; les constructions et installations nécessaires à des équipements collectifs ou à des services publics, dès lors qu'elles ne sont pas incompatibles avec l'exercice d'une activité agricole, pastorale ou forestière dans l'unité foncière où elles sont implantées et qu'elles ne portent pas atteinte à la sauvegarde des espaces naturels et des paysages. 3 Juin 2013 6
  • 7. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales La zone naturelle repérée par l’indice N, comporte les secteurs : Na (espaces naturels) Nca (club canin) Nci (cimetière) Nh (constructions isolées et hameaux) Nj (jardins familiaux) NL (sports et loisirs) Nzh (zones humides) 5. Les Espaces Boisés Classés Les Espaces Boisés Classés à conserver, à protéger ou à créer figurant au Plan de zonage, font l’objet du Titre VI, Annexe I. 6. Les Emplacements Réservés Les emplacements réservés aux voies, installations et équipements publics, aux espaces verts, font l’objet du Titre VI, Annexe II. 7. Les éléments de paysage et de patrimoine à protéger (art. L. 123-1-5-7ème du Code de l’Urbanisme) Les éléments de paysage et de patrimoine à protéger font l’objet du Titre VI, Annexe III. ARTICLE 3 Adaptations mineures En application des dispositions de l'article L. 123-1-9 du Code de l'Urbanisme, les règles et servitudes définies par le présent Règlement ne peuvent faire l'objet d'aucune dérogation. Des adaptations mineures rendues nécessaires par la nature du sol, la configuration des parcelles ou le caractère des constructions avoisinantes peuvent être autorisées par décision motivée de l'autorité compétente. Il est précisé toutefois que l'administration n’est pas obligée d’autoriser l’adaptation, même lorsque les conditions d’octroi sont a priori remplies. ARTICLE 4 Définitions Alignement Limite entre le domaine public et la propriété privée. Attique Est considéré comme attique le ou les derniers niveaux placés au sommet d’une construction et situés en retrait d’au moins 2 mètres des façades sur rue et arrière. L’attique ne constitue pas un élément de façade. Cheminement doux Voir définition "Voies et emprises publiques", le paragraphe "voies piétonnes ou cyclables" Coefficient d’Emprise au Sol (CES) Le Coefficient d’Emprise au Sol (CES) exprime le rapport entre l’emprise au sol* des constructions sur un terrain* donné et la surface de ce terrain*. CES = Surface emprise au sol* des bâtiments Surface du terrain* Le Coefficient d’Emprise au Sol n’est pas applicable aux équipements publics d’infrastructure. 3 Juin 2013 7
  • 8. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Coefficient d’Occupation du Sol (COS) Le Coefficient d’Occupation du Sol (COS) exprime le rapport entre la surface de plancher* des constructions sur un terrain* donné et la surface de ce terrain*. COS = Surface de plancher* des bâtiments Surface du terrain* Le Coefficient d’Occupation du Sol n’est pas applicable aux équipements publics d’infrastructure. Commerce de détail Le commerce de détail est compris comme lieu d’acquisition de biens de consommation, d’équipements du foyer ou de prestations dans un format adapté à la consommation d’un individu ou d’un ménage que la transaction financière soit réalisée sur site ou de manière dématérialisée. En particulier, ne relèvent pas du commerce de détail, l’hôtellerie, la restauration, les garages… Constructions Les constructions visées par le règlement sont celles soumises à l’article L. 421-1 du Code de l’Urbanisme. Il s'agit des travaux, bâtiment, équipement, entrant dans le champ d'application du permis de construire, à destination d'habitation ou non, même ne comportant pas de fondations. En particulier, deux bâtiments, pour faire partie de la même construction, doivent être reliés par des éléments construits créant de la surface de plancher* au sens du Code de l’Urbanisme. Constructions annexes Sont considérées comme constructions annexes, pour bénéficier de certaines règles qui leur sont propres, les locaux de faible dimension, détachés ou non de la construction principale, ayant un caractère accessoire au regard de l’usage de la construction principale et affectés à un autre usage que l'habitation ou l'occupation permanente, tels que abris de jardin, garages, remises, locaux vélos, celliers… En l’absence de précisions contraires figurant dans les chapitres des zones ci-dessous, la surface d’une construction annexe ne dépassera pas 30 m², et la hauteur ne pourra dépasser 3,5 mètres à l'égout du toit, et 6 mètres au faîtage. Eléments architecturaux Sont considérés comme éléments architecturaux, les ouvrages en saillie des façades et des toitures tels que portiques, auvents, bandeaux, balcons… dans la limite de 1 mètre de dépassement et ne créant pas de surface de plancher*. Emprise au sol L’emprise au sol est définie par l’article R. 420-1 du code de l’urbanisme. A titre d’information la définition à la date d’approbation du PLU est la suivante : L’emprise au sol d'une construction est la projection verticale au sol du volume de la construction, débords et surplombs inclus à l'exception des éléments de modénature (tels que bandeaux, corniches…) et des simples débords de toiture, sans encorbellement ni poteaux de soutien. L'emprise au sol comprend l'épaisseur des murs extérieurs de la construction, y compris les matériaux isolants et les revêtements extérieurs. Une terrasse de plain-pied ne constitue pas d'emprise au sol dès lors qu'aucun élément ne dépasse du niveau du sol et que, par conséquent, il est impossible d'en réaliser une projection verticale. De même, une terrasse qui, sans être strictement de plain-pied, ne présente ni une surélévation significative par rapport au terrain, ni de fondations profondes, doit être considérée comme non constitutive d'emprise au sol. 3 Juin 2013 8
  • 9. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Façade La notion de façade est liée à la position des parois verticales qui isolent thermiquement la construction (gros murs ou murs rideaux par exemple). La façade constitue de fait le parement extérieur. Elle se compose de l’ensemble des faces de même orientation géographique. Lorsqu’une façade d’une section de longueur maximale de 20 mètres comporte des éléments décalés (étage en retrait ou en saillie par exemple ou décrochement en emprise en sol), il faut considérer que le gabarit s’applique sur la face qui présente la plus grande superficie. Les saillies traditionnelles, éléments architecturaux, terrasses, balcons, pignons ne sont pas inscrits à l’intérieur du gabarit. Gabarit La hauteur de toute construction doit s’inscrire dans le gabarit. Seuls peuvent être édifiés en dehors de ce gabarit des ouvrages indispensables et de faible emprise (notamment les murs pignons, acrotères, souches de cheminée, ventilations, lucarnes, machineries d’ascenseur, les éléments techniques nécessaires à la sécurité des personnes type garde-corps). Les saillies traditionnelles, éléments architecturaux, terrasses, balcons, pignons peuvent ne pas être inscrits à l’intérieur du gabarit. Limites séparatives Limites entre le terrain d'assiette du projet et une propriété privée qui lui est contigüe. Elles sont distinctes des limites donnant sur les emprises publiques. Les limites séparatives incluent les limites latérales* et les limites de fond de parcelles*. Logement Est considéré comme logement tout local assurant une autonomie et une intimité minimale de vie au travers d’un équipement comprenant des sanitaires complets (toilettes, WC), un bloc cuisine ainsi qu’une porte d’accès séparée dotée d’un verrou de sûreté. Une chambre indépendante est assimilée à un logement si elle répond aux critères décrits cidessus. Marge de recul portée au plan de zonage du PLU Dès lors qu’une marge de recul est portée au Plan de zonage du PLU, aucune construction ou partie de construction, ne doit être implantée en deçà de cette limite. Toutefois, des éléments de construction tels que auvents, portiques, avancées de toitures, les équipements techniques liés aux différents réseaux, les éléments architecturaux*… Par ailleurs, dans les marges de reculement liées à la Loi Barnier (visant au renforcement de la protection de l’environnement) portées le long de la RN 165 et la RD 15 classées route à grande circulation, en dehors des parties urbanisées telles que définies par le Plan de zonage du PLU et/ou en dehors des secteurs où une étude particulière a défini les conditions d'une urbanisation de qualité, sont autorisées : - les constructions ou installations liées ou nécessaires aux infrastructures routières (stations de péages, stations-services, aire de repos...) ; les services publics exigeant la proximité immédiate des infrastructures routières (installations des services de secours et d'exploitation) ; les bâtiments d'exploitation agricole ; les réseaux d'intérêt public et leur support ; l'adaptation, le changement de destination, la réfection ou l'extension des constructions existantes réalisée dans leur prolongement, sans décroché avançant vers la voie. Opération d’aménagement d’ensemble Opération portant sur l'aménagement en vue de la construction de terrains constituant un groupe « homogène ». Plusieurs opérations d'ensemble peuvent être successivement autorisées à condition que chacune des opérations envisagées ne remette pas en cause l’aménagement global de la zone. 3 Juin 2013 9
  • 10. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Saillies traditionnelles Toute partie ou élément de construction qui dépasse le plan de façade d'une construction tels que les seuils, socles, soubassements, bandeaux, corniches, appuis de fenêtre, cheminées, encadrements, pilastres, nervures, pare-soleil, garde-corps, oriels, marquises… dans la limite de 1 mètre de dépassement. Surface de plancher La surface de plancher est définie par les articles L. 112-1 et R. 112-2 du code de l’urbanisme. A titre d’information la définition à la date d’approbation du PLU est la suivante : La surface de plancher de la construction est égale à la somme des surfaces de planchers de chaque niveau clos et couvert, calculée à partir du nu intérieur des façades après déduction : 1° Des surfaces correspondant à l'épaisseur des mur s entourant les embrasures des portes et fenêtres donnant sur l'extérieur ; 2° Des vides et des trémies afférentes aux escalier s et ascenseurs ; 3° Des surfaces de plancher d'une hauteur sous plaf ond inférieure ou égale à 1,80 mètre ; 4° Des surfaces de plancher aménagées en vue du sta tionnement des véhicules motorisés ou non, y compris les rampes d'accès et les aires de manœuvres ; 5° Des surfaces de plancher des combles non aménage ables pour l'habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial ; 6° Des surfaces de plancher des locaux techniques n écessaires au fonctionnement d'un groupe de bâtiments ou d'un immeuble autre qu'une maison individuelle au sens de l'article L. 231-1 du code de la construction et de l'habitation, y compris les locaux de stockage des déchets ; 7° Des surfaces de plancher des caves ou des cellie rs, annexes à des logements, dès lors que ces locaux sont desservis uniquement par une partie commune ; 8° D'une surface égale à 10 % des surfaces de planc her affectées à l'habitation telles qu'elles résultent le cas échéant de l'application des alinéas précédents, dès lors que les logements sont desservis par des parties communes intérieures. Terrain et surface de terrain Ilot de propriété d'un seul tenant composé d'une parcelle ou d'un ensemble de parcelles appartenant à un même propriétaire ou à une même indivision. Par surface de terrain, il faut entendre la surface de la projection horizontale du terrain de l'opération, y compris les Espaces Boisés Classés et déduction faite des emplacements réservés aux voies et ouvrages publics, aux installations d’intérêt général ainsi qu’aux espaces verts. Toutefois, le propriétaire d'un terrain dont une partie est comprise dans un de ces emplacements et qui accepte de céder gratuitement cette partie à la collectivité bénéficiaire de la réserve peut être autorisé à reporter sur la partie restante de son terrain un droit de construire correspondant à tout ou partie du coefficient d'occupation du sol affectant la superficie du terrain qu'il cède gratuitement à la collectivité (voir article R. 123-10 du Code de l’Urbanisme). Par contre, les surfaces affectées à l’emprise d’une voie privée existante, ouverte à la circulation générale ne sont pas prises en compte pour le calcul de la surface du terrain. Terrain naturel Niveau du terrain existant avant les travaux d’affouillement ou d’exhaussement du sol nécessaires à la réalisation du projet. Unité commerciale Une unité commerciale est définie par la présence d’une caisse et une entrée / sortie du public individualisée donnant sur un espace extérieur ou intérieur. 3 Juin 2013 10
  • 11. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Voies publiques ou privées et emprises publiques Voies routières : Il s’agit des voies publiques ou privées ouvertes à la circulation publique des personnes et des véhicules (y compris donc les voies des lotissements privés et les chemins ruraux). S'il est prévu un emplacement réservé pour la création ou l’élargissement d'une voie, il convient d'en tenir compte pour les implantations de bâtiments, et d'appliquer la règle des articles 6 (implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques) par rapport aux futures voies ou emprises. Les chemins d'exploitation n'étant pas ouverts à la circulation publique, ils ne sont pas considérés comme des voies au sens du présent règlement de PLU et ce sont donc les dispositions des articles 7 (implantation des constructions par rapport aux limites séparatives) qui s'appliquent pour les constructions et installations à implanter le long de ces chemins. Emprises publiques : tout espace public ne pouvant être qualifié de voie publique (aires de stationnement, espaces verts, places, jardins publics, voies de chemin de fer, ...) Voies piétonnes ou cyclables (cheminement doux) : voies publiques ou privées ouvertes à la circulation publique des personnes et des vélos. En sont exclus les espaces verts de moins de 5 mètres de large et les emprises pour vélos ou piétons inscrits dans un profil de voie routière. ARTICLE 5 Zones humides L'inventaire cartographique communal des zones humides et des cours d'eau a été établi en application du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de l’Odet, approuvé le 2 février 2007, et du Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Loire-Bretagne, approuvé le 18 novembre 2009. L'inventaire des zones humides et des cours d'eau a été validé par délibération du Conseil Municipal en date du 26 septembre 2011, inventaire complété et validé par la délibération du Conseil Municipal en date du 6 février 2012 (voir annexe du Rapport de présentation). Les zones humides sont représentées au Plan de zonage par un secteur spécifique Nzh et en application du code de l’environnement, toute occupation ou utilisation du sol, ainsi que tout aménagement même extérieur à la zone, susceptible de compromettre l’existence, la qualité, l’équilibre hydraulique et biologique des zones humides est strictement interdit, notamment, les remblais, les déblais, les drainages, les constructions de toute nature… Seuls sont autorisés les travaux liés à l'entretien, la conservation et la réhabilitation des zones humides, ainsi que les travaux relatifs à la sécurité des personnes. Les ouvrages légers nécessaires à la valorisation et à la découverte d'un site pourront également être admis, sous réserve de ne pas porter atteinte à la vocation de la zone humide et de ne pas modifier le régime hydraulique des terrains. Les dispositions du présent Règlement s’appliquent sans préjudice des obligations résultant du code de l’environnement et de ses textes d’applications, en ce qui concerne notamment les installations, ouvrages, travaux et aménagements divers. Une zone humide étant un milieu vivant et donc évolutif, l'inventaire des zones humides ne peut pas être définitif, ni exhaustif. Les mesures de préservation et de protection prévues par le présent règlement doivent donc s'appliquer non seulement aux zones humides inventoriées, mais aussi à celles susceptibles d’être découvertes ultérieurement (lors d’une intervention dans un terrain par exemple). 3 Juin 2013 11
  • 12. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales Carte de synthèse des zones humides (voir le Plan de zonage pour plus de détails) : 3 Juin 2013 12
  • 13. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement ARTICLE 6 Titre I – Dispositions générales Droit de reconstruction à l’identique La reconstruction à l'identique des bâtiments détruits ou démolis est autorisée aux conditions fixées à l'article 2 du règlement de chaque zone, indépendamment des dispositions des autres articles du Règlement. ARTICLE 7 Ouvrages spécifiques Les dispositions des articles 3 à 16 du présent Règlement ne s’appliquent pas aux installations et équipements techniques liés aux réseaux des services publics ou des établissements d’intérêt collectif (assainissement, eau potable, eau pluviale, électricité, télécommunications…). ARTICLE 8 Le classement sonore des infrastructures de transports terrestres – Zone de bruit Les zones de bruit correspondent au classement des infrastructures de transports terrestres figurant dans les Annexes du PLU, dont il faut respecter les contraintes constructibles, (isolation acoustique, …). ARTICLE 9 Secteurs soumis au risque d’inondations Toute occupation ou utilisation du sol susceptible d’aggraver le risque doit être strictement limitée pour préserver le champ d'expansion des crues, conserver les capacités d'écoulement et éviter l'exposition des personnes et des biens. Tous travaux ou aménagements projetés dans une zone inondable délimitée par le Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles d'Inondations du bassin de l’Odet (PPRI), approuvé par arrêté préfectoral en date du 10 juillet 2008, doivent être compatibles avec les dispositions de celui-ci. Le PPRI approuvé vaut servitude d'utilité publique et est annexé au présent Plan Local d'Urbanisme. ARTICLE 10 Marges de reculement Sont interdits dans les marges de reculement portées au Plan de zonage, toute construction nouvelle, y compris les bâtiments annexes* isolés. Y sont autorisés : a) les constructions ou installations liées ou nécessaires aux infrastructures routières (stations de péages, stations-services, aire de repos...) b) les services publics exigeant la proximité immédiate des infrastructures routières (installations des services de secours et d'exploitation) c) les réseaux d'intérêt public et leur support d) l'adaptation, la réfection ou l'extension des constructions existantes réalisée dans leur prolongement, sans décroché avançant vers la voie. Si le changement de destination est autorisé, cela est précisé à l'article 2 du règlement des zones concernées. De plus, dans les marges de reculement liées à la Loi Barnier (visant au renforcement de la protection de l’environnement) portées le long de la RN 165 et de la RD 15 classées route à 3 Juin 2013 13
  • 14. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales grande circulation, en dehors des parties urbanisées telles que définies par les plans et/ou en dehors des secteurs où une étude particulière a défini les conditions d'une urbanisation de qualité : - Sont autorisés les bâtiments d'exploitation agricole, constructions à caractère fonctionnel nécessaires aux exploitations (serres, silos, hangars, bâtiments d'élevage...) pour lesquels le recul est ramené à 5 mètres de l’alignement par rapport aux voies, à l'exclusion de la construction d'une habitation. - Sont interdits, à l’exclusion des constructions et installations citées en a), b), c) et d), les constructions et installations de toute nature soumises ou non à autorisation, précaires ou permanentes. ARTICLE 11 Application du Règlement aux parcelles issues de la division Article R. 123-10-1 du Code de l’Urbanisme : « Dans le cas d'un lotissement ou dans celui de la construction, sur un même terrain, de plusieurs bâtiments dont le terrain d'assiette doit faire l'objet d'une division en propriété ou en jouissance, les règles édictées par le plan local d'urbanisme sont appréciées au regard de l'ensemble du projet, sauf si le règlement de ce plan s'y oppose. » Dans le cas d’une division parcellaire, le présent Règlement s’applique aux parcelles issues de la division et non à l’enveloppe initiale globale. ARTICLE 12 Centralités Commerciales, Pôle de Commerces, et Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM) En dehors des secteurs repérés au titre des « Centralités commerciales » figurant au Plan de zonage du PLU, les règles suivantes s’appliquent : a) La construction de commerce de moins de 400 m² de surfaces de plancher* (création ou transformation de bâtiment existant) est interdite. Pour les projets réunissant plusieurs unités commerciales*, la surface de plancher* associée à chaque unité commerciale* sera intégrée comme base de calcul. Ne rentre pas dans ce champs d’interdiction, la création d’unités commerciales* de moins de 400 m² adossée à une activité de production (existante à la date d’entrée en vigueur du SCoT) et permettant la commercialisation des produits issus de cette activité. En dehors des secteurs repérés au titre des « Centralités commerciales » et de la « Zone d’Aménagement COMmercial » figurant au Plan de zonage du PLU, les règles suivantes s’appliquent : a) Les commerces de plus de 1 000 m² de surface de plancher* sont interdits. Dans un « Pôle de commerces » figurant au Plan de zonage du PLU, les règles suivantes s’appliquent : a) Les commerces de moins de 400 m² de surface de plancher* sont interdits. b) L’ensemble des commerces inscrits dans le « Pôle de commerces » figurant au Plan de zonage du PLU ne doit pas dépasser 1 000 m² de surface de plancher*. Les commerces autres que de détail* ne sont pas concernés par cette limite supérieure. c) Le changement de destination est autorisé sous réserve que la destination future ne soit pas une activité de production ou de stockage. Dans la Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM) figurant au Plan de zonage du PLU, les règles suivantes s’appliquent : a) possibilité de se renouveler à surface équivalente à la date d’approbation du SCoT, b) ne dispose pas de droit à construire supplémentaire, 3 Juin 2013 14
  • 15. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre I – Dispositions générales c) la surface maximale par unité est de 2 000 m² de surface de plancher*. Les surfaces considérées sont les surfaces de plancher* totales nécessaires à l’opération à l’exclusion des bureaux quand ils sont à l’étage. ARTICLE 13 La trame verte et bleue Les secteurs repérés au Plan de zonage du PLU au titre de la Trame Verte et Bleue sont soumis aux prescriptions suivantes : a) Ces secteurs ne sont pas urbanisables. Toutefois, les constructions suivantes sont autorisées, dès lors que leur édification prend en compte des mesures garantissant le maintien de la biodiversité et de la circulation des espèces sauvages : - les extensions et annexes* des constructions existantes dans les limites fixées par le règlement de la zone correspondante ; les constructions agricoles et les équipements publics. b) Les captages d’eau sont possibles. c) Les nouvelles infrastructures traversant la trame verte et bleue devront dans leurs aménagements permettre d’assurer les continuités écologiques. d) Les activités agricoles et aquacoles sont possibles au sein de la trame verte et bleue. e) A l’intérieure de la Trame Verte et Bleue, les constructions et l’urbanisation nouvelles préserveront un recul minimal vis à vis des cours d’eau naturels, de 30 mètres en zone naturelle ou agricole et d’au moins 15 mètres en milieu urbain. Ces espaces ont vocation à permettre l’accès du public sous réserve de ne pas remettre en cause leur fonction écologique. ARTICLE 14 Inter-distances entre exploitations agricoles et tiers Les constructions devront respecter une distance minimale de 100 mètres entre les bâtiments d’exploitation et des constructions occupées par un tiers (y compris une autre exploitation) et réciproquement. Les extensions des constructions existantes ne respectant pas l’interdistance de 100 mètres défini ci-dessus pourront être autorisées sous réserve de ne pas réduire l’interdistance existante. ARTICLE 15 Secteurs ou éléments identifiés soumis à des prescriptions spéciales 1. Les espaces boisés classés à créer ou à conserver sont repérés au Plan de zonage du PLU et sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du code de l'urbanisme rappelées dans l'annexe n° du présent Règlement. 1 2. Les "éléments de patrimoine et de paysage à protéger", identifiés sur le territoire de la commune en application de l'article L.123-1-5-7ème du Code de l'Urbanisme (voir l'annexe n° 3 du présent Règlement), sont repérés au Plan de zonage du PLU. Il sera rappelé que les destructions partielles ou totales des éléments de patrimoine ou de paysage protégés au titre de l’article L. 123-1-5-7ème du Code de l’Urbanisme ou les travaux portant sur ces éléments sont soumis à permis de démolir, à déclaration préalable ou à permis de construire R. 421-17, R. 421-23, R. 421-26 du Code de l’Urbanisme). 3 Juin 2013 15
  • 16. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement ARTICLE 16 Titre I – Dispositions générales Autorisation ou déclaration préalable rendue nécessaire en vertu d’une délibération du Conseil Municipal 1. Conformément à la délibération du 24 septembre 2007, l’édification de clôtures est soumise à déclaration sur l’ensemble du territoire communal, outre les hypothèses visées à l'article R. 421-12 du Code de l’Urbanisme ; 2. Conformément à la délibération du ________ / _______ 2013 prise en application de l'article R. 421-27 du code de l'urbanisme, les démolitions sont soumises à permis de démolir sur l’ensemble du territoire communal, outre les hypothèses prévues à l'article R. 421-28 du Code de l’Urbanisme. 3 Juin 2013 16
  • 17. Commune d’Ergué Gabéric – Règlement Titre II – Zones urbaines TITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES 3 Juin 2013 17
  • 18. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement 3 Juin 2013 Titre II – Chapitre I - Zone UH 18
  • 19. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH CHAPITRE I DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UH 3 Juin 2013 19
  • 20. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH ZONE UH Nota : La zone UH a vocation d’habitat et d’activités compatibles avec l’habitat. Elle est composée des secteurs suivants : - le secteur UHa correspond à un type d’urbanisation relativement dense, en ordre continu. le secteur UHb correspond à un type d’urbanisation de densité moyenne, en ordre continu ou discontinu. le secteur UHc correspond à un type d’urbanisation en ordre discontinu. le secteur UHgv correspond aux gens du voyage. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article UH 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits Sont interdites les occupations et utilisations du sol correspondant à des activités nuisantes ou incompatibles avec la vocation principale de la zone, notamment : 1. Les établissements ou utilisation du sol qui par leur caractère, leur destination, leur nature, leur importance ou leur aspect, sont incompatibles avec la salubrité, la tranquillité, la sécurité d’un quartier d’habitations ou avec le caractère architectural environnant, en particulier les installations classées entraînant l'instauration d’un périmètre de protection. 2. La création de terrains de camping et de caravaning ainsi que les parcs résidentiels de loisirs. 3. L'implantation de résidences mobiles de loisirs et d'habitations légères de loisirs, isolées ou non, quelle qu'en soit la durée, en dehors des parcs résidentiels de loisirs existants, des terrains de camping classés au sens du code du tourisme et des villages de vacances classés en hébergement léger au sens du code du tourisme. 4. L'ouverture et l'extension de mines et carrières. 5. Les constructions et extensions de bâtiments agricoles. 6. La création d'entrepôts et d’établissements industriels. 7. Les exhaussements et affouillements des sols, à l'exception de ceux liés à un permis ou autorisation d'occupation du sol. 3 Juin 2013 20
  • 21. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Article UH 2 - Titre II – Chapitre I - Zone UH Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis, sous réserve de leur compatibilité avec la vocation principale de la zone et le tissu urbain environnant : 1. Les constructions à usage d'habitation et leur annexe* (remise, garage, abri de jardin,...), les constructions à usage d'hôtellerie, de commerce, d'équipement collectif, de bureaux et services, de stationnement de véhicules. 2. Les constructions affectées à des activités artisanales et d'entrepôts sous réserve que par leur nature, leur importance et leur aspect, ces constructions soient compatibles avec la salubrité, la tranquillité et la bonne tenue de la zone. 3. Le stationnement isolé de caravanes pendant plus de trois mois par an, consécutifs ou non, sur les terrains sur lesquels se réalisent des constructions ou des travaux régulièrement autorisés. (Le stationnement de caravane doit être motivé par des raisons d'ordre technique liées au déroulement du chantier de constructions ou de travaux). 4. Les parcs d’attractions et les aires de jeux et de sports, dès lors qu’ils sont ouverts au public. 5. Les aires de stationnement ouvertes au public ainsi que les garages collectifs de caravanes. 6. Dans le secteur UHgv, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension d’un terrain familial ou d’une aire d’accueil des gens du voyage. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article UH 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. Ces accès doivent avoir au minimum 3,50 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d'une organisation de la circulation, ou d'aménagements qui permettraient une largeur moindre. Les voies en impasse d’une longueur supérieure à 50 mètres devront être aménagées de manière à permettre le retournement des véhicules par manœuvre. Dans tous les cas, il pourra être autorisé ou imposé l’aménagement d’une aire pour accueillir des containers pour la répurgation à l’entrée de l’impasse. Toutes les voies nécessitant le passage de bennes à ordures devront pouvoir les accueillir et les voies en impasse nécessitant leur passage, devront permettre leur retournement. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.). 4. Sont interdites les constructions nouvelles nécessitant un accès direct sur les voies ou portions de voies désignées au plan et situées hors agglomération (RN 165, RD n° 15, 115, 51). 3 Juin 2013 21
  • 22. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH A titre exceptionnel, des adaptations à cette règle pourront être apportées après avis des services compétents, lorsqu'elles sont justifiées par des impératifs techniques tenant, notamment, à la nature de la construction (station-service,...) et qu'elles ne portent pas atteinte à la commodité et à la sécurité de la circulation. Article UH 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) seront évacuées prioritairement par absorption sur le terrain d'assise de la construction. Si ce dispositif est insuffisant ou en cas d'impossibilité technique, les eaux pluviales seront raccordées, après autorisation expresse de l'autorité compétente, au réseau public s'il existe, ou dans le cas contraire au caniveau ou au fossé. En aucun cas, les eaux pluviales ne devront ruisseler directement sur la voie publique. Le cas échéant, le traitement des eaux pluviales sera exigé. Les prescriptions particulières suivantes devront être respectées : - Le respect des normes de dimensionnement et de rejet des eaux pluviales (sur-stockage) - L’intégration paysagère des ouvrages (exemple pour les bassins de rétention : pentes douces des berges, végétalisation). - La conception des ouvrages doit prendre en compte leur entretien courant (piste d’accès, regard de visite, …). - En l'absence de réseau ou en cas de réseau insuffisant, les aménagements nécessaires au libre écoulement des eaux pluviales (et éventuellement ceux visant à la limitation des débits évacués de la propriété) sont à la charge exclusive du propriétaire qui doit réaliser les dispositifs adaptés à l'opération et au terrain*. - Toutefois, dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, un réseau de collecteurs en attente devra être réalisé à la charge du maître d'ouvrage. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. 3 Juin 2013 22
  • 23. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH Dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, ces lignes seront à la charge du maître d'ouvrage. 6. Stationnement : Les espaces de stationnement extérieurs seront conçus de façon à limiter l'imperméabilisation des sols par la réduction des emprises des voies de circulation et par l'utilisation de technique favorisant la pénétration des eaux pour les emprises de stationnement. Article UH 5 - Superficie minimale des terrains constructibles En cas d’absence de réseau collectif d’assainissement, la surface des terrains devra permettre la mise en œuvre d’un assainissement autonome. Ces dispositions devront être prises en compte dans tous les cas et notamment lors des divisions de terrains. Article UH 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent respecter les marges de reculs* indiquées au Plan de zonage du PLU qui se substituent aux règles du présent Règlement. 2. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent être édifiées par rapport aux voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures : Secteur Implantations par rapport aux voies et emprises UHa à l’alignement UHb entre 0 et 5 mètres (sauf pour les constructions annexes*) UHc et UHgv à un minimum de 3 mètres Pour les secteurs UHa et UHb : En cas de terrain profond permettant l'implantation en arrière d'une deuxième construction ou rangée de constructions, cette règle ne concerne que la première construction ou rangée de constructions. La deuxième construction ou rangée de constructions devra respecter un recul minimal de 12 mètres par rapport aux voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures. Dans tous les cas, un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions des constructions existantes ; dans ce cas le recul sera le même que celui des constructions existantes ; lorsqu’il existe sur des parcelles voisines ou sur le même terrain des bâtiments édifiés différemment et dont il convient de respecter l’ordonnancement afin de contribuer à une harmonie d’ensemble, la construction devra respecter ce retrait pour assurer une meilleure intégration urbaine ; pour permettre une préservation de haies ou de talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. 3. Exception : Dans le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU, un dépassement de 30 centimètres maximum des règles du présent article, y compris sur les voies* et emprises publiques*, pourra être autorisé sous réserve de ne pas rompre une unité architecturale ou urbaine, de ne pas porter atteinte à l’intérêt patrimonial et architectural du bâtiment ou de ne pas gêner la 3 Juin 2013 23
  • 24. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH circulation (notamment si la largueur du trottoir permet le déplacement de personne à mobilité réduite). En cas de non respect de l'une de ces réserves, pour pouvoir bénéficier de la "règle alternative" précitée, des adaptations du projet pourront être imposées comme par exemple interdire la réalisation d’une isolation entre le sol et le haut du rez-de-chaussée. Article UH 7 - Implantations des constructions par rapport aux limites séparatives 1. Pour les secteurs UHa et UHb : A l'intérieur d'une bande de 15 mètres à partir des voies publiques ou privées et emprises publiques, existantes ou futures, ou à la limite de construction en cas de recul imposé, les constructions doivent être édifiées en limite ou respecter un recul minimal de 3 mètres. Au delà de la bande de 15 mètres, l'implantation des constructions devra satisfaire aux règles de l'article UH 10. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 3 mètres ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour les constructions d'immeubles groupés et pour des opérations d’aménagement d'ensemble* ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière) et dans le cas où ces caractéristiques sont antérieures à la date de l'approbation de la révision du PLU ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; sur les parcelles existantes, à la date de l'approbation de la révision du PLU, de moins de 15 mètres de large ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. 2. Pour les secteurs UHc et UHgv : Les constructions devront être implantées avec un recul minimum de 3 mètres par rapport aux limites séparatives. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 3 mètres pour les constructions d'immeubles groupés et pour des opérations d’aménagement d'ensemble* ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre et la construction principale pourra se réaliser d’une limite séparative à l’autre ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière) et dans le cas où ces caractéristiques sont antérieures à la date de l'approbation de la révision du PLU ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; sur les parcelles existantes, à la date de l'approbation de la révision du PLU de moins de 15 mètres de large ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; sur la ou les limites séparatives où existe un immeuble mitoyen également établi en limite et de gabarit sensiblement équivalent ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. 3. Peut être autorisée en limites séparatives, la construction de bâtiments (non habitables) à usage d’annexes* (garage, atelier, remise,...) à l'exclusion des locaux professionnels. La surface de ces constructions ne dépassera pas 30 m², leur hauteur à l'égout du toit inférieur à 3,5 mètres, et leur hauteur au faîtage inférieur à 6 mètres. Un recul compris entre 0 et 3 Juin 2013 24
  • 25. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH 3 mètres pourra être autorisé dans le cas où il existerait en limite séparative un talus ou une haie qu'il serait préférable de conserver pour des raisons d'environnement. 4. Les abris de jardin devront respecter un recul minimum de 1 mètre par rapport aux limites séparatives. De plus, dans le secteur UHa, les abris de jardin pourront s’implanter en limite séparative. 5. Exception : Dans le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU, un dépassement de 30 centimètres maximum des règles du présent article pourra être autorisé, sous réserve de ne pas créer une emprise irrégulière sur les terrains voisins, de ne pas rompre une unité architecturale ou urbaine, de ne pas porter atteinte à l’intérêt patrimonial et architectural du bâtiment. Article UH 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Les bâtiments non contigus devront être séparés en tout point d'une distance minimale de 3 mètres. Dans le secteur UHgv, il n’est pas fixé de règle d’implantation des constructions les unes par rapport aux autres. Exception : Dans le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU, une réduction de 30 centimètres maximum de la distance séparant les constructions pourra être autorisée, sous réserve de ne pas rompre une unité architecturale ou urbaine, de ne pas porter atteinte à l’intérêt patrimonial et architectural du bâtiment. Article UH 9 - Emprise au sol des constructions 1. Pour le secteur UHa : Il n’est pas fixé de Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal. 2. Pour le secteur UHb : Le Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal est de 0,80. Dans le cas de lotissement, le CES* est appliqué à l’ensemble de l’opération. Le CES* n’est pas applicable aux bâtiments scolaires, sanitaires ou hospitaliers. 3. Pour le secteur UHc : Le Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal est de 0,50. Dans le cas de lotissement, le CES* est appliqué à l’ensemble de l’opération. Le CES* n’est pas applicable aux bâtiments scolaires, sanitaires ou hospitaliers. 4. Pour le secteur UHgv : Il n’est pas fixé de Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal. 5. Exception : Dans le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU, un dépassement des règles du présent article de 10% maximum de la surface du terrain d'assiette du projet pourra être autorisé sous réserve de ne pas rompre une unité architecturale ou urbaine et de ne pas porter atteinte à l'intérêt patrimonial et architectural du bâtiment. 3 Juin 2013 25
  • 26. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Article UH 10 - Titre II – Chapitre I - Zone UH Hauteur maximale des constructions 1. Hauteur par rapport aux limites de terrain* Pour les secteurs UHa et UHb : Au-delà d'une bande de 15 mètres à partir des voies publiques ou privées et emprises publiques, existantes ou futures, ou à la limite de construction en cas de recul imposé, les constructions doivent s'inscrire à l'intérieur d'un gabarit défini par un plan vertical en limite de terrain* de 3,5 mètres de hauteur maximale, prolongé par un plan oblique à 45° De plus, . lorsque la configuration du terrain ou l'environnement le justifie, l'implantation du pignon pourra être réalisée en limite séparative dans le respect des limites de hauteurs du présent article. 2. Hauteur maximale 2.1 - Les constructions ne pourront dépasser un rez-de-chaussée avec un étage, et un attique* ou un étage aménagé dans les combles. La hauteur maximale des constructions (hors attique*), calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 6,5 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. 2.2 - Toutefois, dans le secteur UHa pour les collectifs et les équipements programmés dans la ZAC du centre-bourg : les constructions ne pourront dépasser un rez-dechaussée avec deux étages, et un attique* ou un étage aménagé dans les combles. La hauteur maximale des constructions (hors attique*), calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 9 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. 2.3 - Lorsque le terrain naturel n'est pas horizontal, les façades et les pignons seront découpés en tranche de 15 mètres. Pour l'application de cette disposition, la côte moyenne du terrain à l'intérieur de ces tranches sera alors prise en considération. 2.4 - Des règles différentes de hauteur maximale pourront être autorisées ou imposées, pour des considérations d'ordre technique ou architectural et notamment : - pour la modification, l'extension, la restauration ou la reconstruction après sinistre de constructions existantes qui ne respecteraient pas les normes générales ; pour la construction de bâtiment lorsqu'il existe à proximité immédiate des constructions ne respectant pas les normes générales ; pour la construction de bâtiment sur des terrains dont la topographie est accidentée (forte pente, dénivelé dans la parcelle ou avec la voie ou les parcelles voisines). Ces règles différentes s’appuieront sur le gabarit des constructions existantes, objet de l’intervention, ou sur le gabarit des constructions voisines. 2.5 - Les règles des paragraphes 2.1 et 2.2 ne s’appliquent pas aux antennes paratonnerres, cheminées, aux dispositifs de ventilation. 4. Les règles définies ci-dessus ne s’appliquent pas aux constructions de caractère exceptionnel, tel que château d’eau, silos, relais hertzien, pylône, etc., pour lesquelles la hauteur devra être déterminée suivant la fonction de l’ouvrage sans toutefois dépasser un maximum de 50 mètres à partir du sol naturel. 5. Exception : Dans le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU, un dépassement de 30 centimètres maximum des règles du présent article pourra être autorisé pour permettre la réalisation de cette isolation, sous réserve de ne pas rompre une unité architecturale ou urbaine et de ne pas porter atteinte à l’intérêt patrimonial et architectural du bâtiment. 3 Juin 2013 26
  • 27. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Article UH 11 - Titre II – Chapitre I - Zone UH Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – Protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l'aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu'à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur et une unité dans le choix des matériaux. 2. A l’intérieur du périmètre des monuments historiques a - Constructions à vocation d’habitation ou de bureaux 1. Les constructions qui s'inspirent de l'architecture traditionnelle devront tenir compte des proportions, de l'échelle et des couleurs de celle-ci et seront caractérisées principalement par : - - des plans rectangulaires pour le bâtiment principal et/ou un assemblage orthogonal de rectangles (sauf si les caractéristiques de la parcelle empêchent cette disposition). une dominante horizontale pour les volumes, et une dominante verticale pour les percements, qui seront donc plus haut que large. des toitures à deux pentes symétriques voisines de 45° ; les croupes pouvant être tolérées sur les volumes secondaires si elles sont en nombre réduit. des cheminées en maçonnerie. des rez-de-chaussée de plain-pied dont le niveau ne devra pas dépasser 0,30 mètre du terrain naturel avant travaux, sauf exception justifiée par la topographie des lieux. des ouvertures en toiture qui ne devront affecter qu'une faible partie de la toiture et seront en nombre réduit. des toitures en ardoises, en matériaux de même teinte ou en chaume. 2. Les constructions d'expression contemporaine devront répondre à un souci d'intégration dans l'environnement par nature plus "traditionnel", intégration qui sera appréciée au niveau des volumes, des matériaux et des couleurs. Sans entraver la création architecturale - si elle est réelle, l'autorité chargée de la délivrance des permis de construire veillera à la qualité architecturale du projet, et arrêtera avec les auteurs de tels projets les conditions d'intégration dans le cadre qui les reçoit. 3. La construction d'habitation individuelle sur sous-sol ouvert sur l'extérieur (garage enterré) ne sera autorisée que dans le cas où la topographie du terrain le permet (forte pente ou terrain surplombant de plus d' 1,5 mètre la voie d'accès) et à la condition que les eaux de ruissellement de la rampe d'accès au sous-sol puissent être évacuées naturellement hors du sous-sol. Dans tous les cas, le rez-de-chaussée de la construction pris en son milieu ne sera pas à plus de 0,30 mètre du terrain naturel avant travaux. b - Constructions autres que celles destinées à l’habitation et aux bureaux Les constructions telles que garage, remise, hangar, atelier, annexe*, abri de jardin, etc. devront par leur aspect et leur localisation être en harmonie avec le cadre bâti et naturel existant. Elles devront s'inspirer, sauf voisinage immédiat de constructions d'expression contemporaine, de l'architecture traditionnelle locale notamment par : - 3 Juin 2013 l’absence de toiture asymétrique, les toits à deux pentes étant fortement conseillés (dans certains cas pourront être autorisés des toits à une seule pente) une couverture en ardoise ou en matériaux d’aspect et de couleur équivalente des murs en pierre ou enduits, ou en bardage. 27
  • 28. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH Les constructions d’annexes* telles que clapiers, poulaillers, abris, remises, etc. réalisées avec de moyens de récupération ou avec des matériaux d’aspect médiocre (tôle ondulée, bardeaux bitumineux…) sont interdites. 3. Clôtures a - Matériaux et aspect 1. Les matériaux utilisés doivent être en harmonie avec l'environnement naturel ou le tissu urbain : - en site naturel, prédominance de la végétation. en site urbain, l'utilisation des matériaux devra tenir compte de ceux des façades de la construction. 2. Les clôtures seront constituées par : - des talus naturels ou artificiels. des murets de pierres sèches ou de pierres scellées au mortier de ciment non rejointoyées. des haies vives constituées d'essences locales, pouvant être doublées par des grillages noyés dans la végétation. des balustrades ou grilles à barreaudages de faible hauteur. des murets de parpaing enduit ou des murets de béton brut de décoffrage, surmontés ou non de balustrades ou grilles à barreaudages. des clôtures bois ou panneaux de bois, dans la mesure où ils s’inscrivent aisément dans l’environnement. 3. Feront l’objet d’interdiction : - les les les les les les éléments décoratifs en béton moulé. murs en briques d'aggloméré ciment non enduits. éléments en béton préfabriqué. grillages sans végétation. haies de conifères et de lauriers palme. matériaux de récupération (tôle ondulée, amiante ciment, palissade bois, etc.). b - Hauteur 1. Sur voies et marges de recul par rapport à la voie : - - en limite de voie ou emprise publique, ces hauteurs sont comptées à partir du niveau du trottoir. dans le cas de murs bahuts, la hauteur ne devra pas dépasser 0,80 mètre sur rue si le mur ne forme pas soutènement. les balustrades ou grilles à barreaudages peuvent être tolérées sur les murs bahuts à condition que leur hauteur cumulée ne soit pas supérieure à 2 mètres. les murs assurant une liaison avec l'environnement bâti peuvent être autorisés, ou imposés, en fonction de la qualité des matériaux utilisés, leur hauteur maximale sera de 2 mètres au dessus du niveau de la rue. les haies vives doublées ou non de grillages ou treillis soudé, ne devront pas dépasser 2 mètres de haut maximum. 2. Sur limites séparatives des voisins : - - En limite séparative, les clôtures s'harmonisent avec celles du secteur. A défaut, elles ne doivent pas dépasser une hauteur de 1,8 mètre par rapport au terrain naturel le plus haut. par souci de respect du tissu urbain environnant, un type de clôture particulier pourra éventuellement être imposé pour des raisons d’ordre esthétiques, techniques, ou de règles de sécurité particulières. 3. Des adaptations aux paragraphes b.1 et b.2 pourront être autorisées ou imposées si le mur fait office pour partie ou en totalité de mur de soutènement. 3 Juin 2013 28
  • 29. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH 4. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article UH 12 - Réalisation d’aires de stationnement 1. Des aires de stationnement correspondant aux besoins des constructions et installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation doivent être réalisées en dehors des voies publiques, sur le terrain de l'opération ou à proximité. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale. Les normes minimales exigées sont indiquées aux paragraphes suivants (en l’absence de précision, les normes concernent les véhicules légers et non les deux-roues) : - pour les constructions à usage d'habitation individuelle : 2 places de stationnement par logement et 1 place pour deux-roues par logement. Dans le cas d’opération d’aménagement d’ensemble* et pour les lots libres (et non pour l’habitat dense type maisons de ville, habitat intermédiaire, …) ces deux places seront à réaliser sur une emprise privative non close, sauf dans le secteur UHa. - pour les constructions à usage d'habitation collective : 2 places de stationnement par logement (sauf dans le secteur UHa, pour lequel il ne sera exigé que 1,5 place de stationnement par logement arrondi au chiffre supérieur), et 1 place pour deux-roues par logement. Une certaine proportion de ces places pourra être imposée en sous-sol. Cette norme est également applicable dans le cas d'affectation pour un usage d'habitation d'un immeuble ayant précédemment une autre affectation, sauf dans le secteur UHa. - pour les commerces : le nombre de places de stationnement exigées est fonction de la surface de plancher* à usage commercial (ventes et réserves), les normes sont les suivantes : - moins de 150 m² : aucune place n’est exigée ; pour les surfaces supplémentaires comprises entre 150 et 400 m² : 1 place de stationnement par 30 m² (*) ; pour les surfaces commerciales supérieures à 400 m² de surface de plancher* à usage commercial (vente et réserves), des places de stationnement dont le nombre est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. (*) des normes différentes pourront être acceptées pour tenir compte de la nature du commerce et de sa fréquentation. 1 emplacement pour deux-roues par tranche de 100 m² de surface de plancher* affectée à la vente (hors réserves, locaux techniques…). - pour les constructions à usage de bureaux et services (y compris bâtiments publics) et professions libérales : 1 place de stationnement pour 40 m² de surface de plancher*, et 3 Juin 2013 29
  • 30. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher*. Compte tenu des emplois occupés et de la fréquentation de certains bureaux, des normes supérieures pourront être exigées. - pour les constructions à usage artisanal : au-delà de 100 m² de surface de plancher*, 1 place de stationnement par tranche de 60 m² de surface de plancher*. 1 emplacement pour deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher*. - pour les établissements hospitaliers et les cliniques : 1 place de stationnement pour 3 lits, et 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 200 m² de surface de plancher*. - pour les établissements pour personnes âgées : 1 place de stationnement pour 4 logements. - pour les hôtels et restaurants : - 1 place de stationnement par chambre - 1 place de stationnement pour 10 m² de surface de plancher* de salle de restaurant. Pour les hôtels-restaurants, ces deux chiffres ne sont pas cumulatifs : seul le plus contraignant sera appliqué. - Pour les restaurants, 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 150 m² de surface de plancher*. - pour les établissements d’enseignement : - - Etablissements du premier degré : 1 place de stationnement par classe d’élèves et 3 emplacements deux-roues par classe. Etablissements du second degré : 2 places de stationnement par classe d’élèves et 6 emplacements deux-roues par classe. Etablissements d'enseignement supérieur et de formation professionnelle : 1 place pour 50 m² de surface de plancher*, et 6 emplacements deux-roues par classe. Autres (salles de spectacle, salle de réunions, ensemble sportif, …) : le nombre de places de stationnement est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. 2. Stationnement maximal Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. 3. Tout emplacement de stationnement créé doit s’inscrire dans un rectangle libre minimal de 5 mètres par 2,5 mètres. 4. Le nombre de places exigées pour les deux roues correspond soit à un local ou un emplacement clos, accessible de 1,5 m² par place, soit à un emplacement de plain-pied équipé d'un nombre de dispositifs suffisants pour attacher autant de 2 roues que de places requises. Pour les nouvelles constructions dont la surface de plancher* est supérieure à 750 m², à usage d'habitat, d'activités, de commerces et de bureaux et pour les établissements d'enseignement, un local devra être aménagé. Pour les établissements scolaires et universitaires, une localisation accessible et fonctionnelle des emplacements, une localisation à proximité immédiate des entrées, une visibilité et une bonne signalisation, une facilité d’accès (éviter marches, étages, plusieurs portes à franchir…) ainsi que la couverture et l'éclairage des emplacements seront recherchés. 5. Les obligations définies ci-dessus sont considérées comme satisfaites lorsque les conditions prévues à l'article L. 123-1-13 du Code de l'Urbanisme sont remplies, autrement dit, il ne peut être exigé la réalisation de plus d’une aire de stationnement par logement* lors de la construction de logements locatifs financés avec un prêt aidé par l’Etat. L'obligation de réaliser des aires de stationnement n'est pas applicable aux travaux de transformation ou d'amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs financés avec un prêt aidé par l'Etat, y compris dans le cas où ces travaux s'accompagnent de la création de surface de plancher*, dans la limite d'un plafond de 50% de la surface de plancher* existant avant le commencement des travaux. 3 Juin 2013 30
  • 31. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre II – Chapitre I - Zone UH 6. En cas d’impossibilité technique ou architecturale d'aménager sur le terrain de l'opération le nombre de places fixées ci-dessus, le constructeur pourra être autorisé à aménager ou à faire aménager sur un autre terrain situé à moins de 300 mètres du premier, les surfaces de stationnement qui lui font défaut à condition qu'il apporte la preuve qu'il réalise ou fait réaliser lesdites places. Il peut également être tenu quitte de ses obligations en justifiant, pour les places qu'il ne peut réaliser lui-même sur le terrain d'assiette ou dans son environnement immédiat, soit de l'obtention d'une concession à long terme dans un parc public de stationnement existant ou en cours de réalisation, soit de l'acquisition ou de la concession de places dans un parc privé de stationnement existant ou en cours de réalisation. A défaut de pouvoir réaliser cette obligation, le pétitionnaire peut être tenu de verser à la Commune d’Ergué-Gabéric une participation au financement de parkings publics dans les conditions fixées par l'article L. 123-1-12 du Code de l'Urbanisme. 7. Dans les cas de réhabilitation, de transformation, d’extension sans changement d’affectation des constructions existantes, seules seront prises en compte pour le calcul des besoins, les places supplémentaires nécessitées par l’opération (sans résorption, le cas échéant, du déficit existant). 8. Dans le cas de projets importants ayant des caractéristiques spéciales en matière de besoins en stationnement, il sera exigé une étude justificative permettant d'apprécier les besoins en stationnement qui pourront être plus élevés que ceux qui auraient pu être calculés avec les normes ci-dessus. 9. Pour les surfaces commerciales et les équipements cinématographiques, les emprises au sol affectées aux aires de stationnement ne peuvent excéder les dispositions prévues à l’article L. 111-6-1 du Code de l’Urbanisme. 10.Pour limiter l'imperméabilisation des sols, se référer au paragraphe traitant du stationnement à l’article 4 du présent chapitre. Article UH 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l'objet d'une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Les constructions et opérations d’aménagement d’ensemble* nouvelles seront subordonnées à l'observation des règles suivantes : a. Dans les espaces communs, les surfaces libres de toute construction, installation ainsi que les aires de stationnement seront plantées soit d'arbres de haute tige chaque fois que la disposition des lieux le permettra, soit d'espèces arbustives. Les feuillus seront plantés de préférence aux résineux, chaque fois que les conditions écologiques et pédologiques le permettront. Les plantations devront être terminées dans l'année qui suit l'occupation effective des locaux. b. Dans les opérations d’aménagement d’ensemble*, groupes d'habitations et immeubles collectifs, il sera réservé en dehors des voiries et stationnements des espaces libres communs. Ces espaces libres communs seront aménagés en espaces verts, aires de jeux, de loisirs, de plein air, etc., et groupés en des ensembles cohérents sur le plan de l'aménagement. Des adaptations à cette règle pourront être apportées dans le cas d'opérations dont la très faible importance ne justifie pas l'application rigoureuse de cette règle ou pour des considérations d'urbanisme dûment motivées. 3 Juin 2013 31
  • 32. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement c. Titre II – Chapitre I - Zone UH les installations indispensables susceptibles de nuire à l'aspect des lieux telles que réservoirs, citernes, abris de jardin, remises, etc., devront être masquées par un écran de verdure. 4. Espace libres : Un minimum de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre : - secteurs UHb : 10% de la superficie totale, - secteurs UHc : 25% de la superficie totale. Toutefois, 20% des aires de stationnement nécessaires pourront être pris en compte dans les surfaces d’espaces verts s’ils sont réalisés sur des surfaces enherbées spécifiques au stationnement des véhicules. 5. En dehors du secteur UHa, les talus seront obligatoirement conservés lorsqu'ils se trouvent en limite séparative ou en bordure de voie, seuls peuvent être admis les arasements nécessaires à l'accès au terrain et aux biseaux de visibilité. 6. En sus des plantations, les espaces libres seront aménagés, sous forme végétale ou minérale, en harmonie avec la construction et le tissu urbain environnant, des prescriptions particulières pouvant être imposées à l'occasion de l'autorisation de construire. Section III - Possibilités d’occupation du sol Article UH 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Néant. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article UH 15 - Performances énergétiques et environnementales Les bâtiments neufs à usage de bureaux, d’enseignement, les établissements d’accueil de la petite enfance et les bâtiments à usage d’habitation devront respecter la RT 2012. Les maisons individuelles ou accolées devront en particulier justifier des énergies renouvelables utilisées. Les bâtiments de logements collectifs devront privilégier l’usage des énergies renouvelables. La réhabilitation des bâtiments existants devra être conforme aux prescriptions de la RT en vigueur (RT 2005 ex). Les éléments techniques extérieurs liés au bâtiment (centrales de traitement d’air, unités extérieures de pompes à chaleur) devront être traités de manière à limiter l’émergence acoustique. 3 Juin 2013 32
  • 33. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Article UH 16 - Infrastructures électroniques Titre II – Chapitre I - Zone UH et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 33
  • 34. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement 3 Juin 2013 Titre II – Chapitre I - Zone UH 34
  • 35. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UI 3 Juin 2013 35
  • 36. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI ZONE UI Nota : La zone UI est une zone d'activités destinée à regrouper les établissements à caractère principalement industriel ou artisanal dont l'implantation est souhaitable dans une zone spécialisée à l'extérieur des zones d'habitation. Elle comporte les secteurs : UIa, UIb, UIc, UId, UIe correspondant au poste de transformation de Squividan et UIf. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article UI 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Les activités autres que celles visées à l’article UI 2. 2. Les constructions à usage d’habitation à l’exception de celles mentionnées à l’article UI 2. 3. L’ouverture et l’extension de mines et carrières. 4. Les constructions et extensions de bâtiments agricoles. 5. Les terrains de camping et de caravanage ainsi que les formes organisées d’accueil collectif de caravanes et hébergements légers de loisirs soumis à autorisation préalable. 6. Le stationnement isolé de caravanes pendant plus de trois mois par an consécutifs ou non, à l’exception de ceux visés à l’article UI 2. 7. Les affouillements et les exhaussements du sol, à l'exception de ceux liés à un permis ou autorisation d'occupation du sol, et à l’exception de ceux visés à l’article UI 2. 8. Les parcs d’attractions et les aires de jeux et de sports, dès lors qu’ils sont ouverts au public. Article UI 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis, sous réserve de leur compatibilité avec la vocation principale de la zone et le tissu urbain environnant : 1. Les modifications, extensions limitées, des bâtiments existants d’un type non autorisé dans la zone. 3 Juin 2013 36
  • 37. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI 2. La loge de gardiennage destinée aux personnes dont la présence permanente est nécessaire pour assurer la direction, la surveillance ou le gardiennage admis dans la zone. Le volume de cette loge de gardiennage sera intégré au bâtiment principal affecté à l'activité. 3. L’aménagement et la restauration des constructions existantes à usage d’habitation, ainsi que leur extension limitée, sous réserve qu’elles restent compatibles avec la vocation de la zone. 4. Les installations nécessaires au bon fonctionnement de la zone (crèche, cantine, restaurants...). 5. Le stationnement isolé de caravanes pendant plus de trois mois par an, consécutifs ou non, sur les terrains sur lesquels se réalisent des constructions ou des travaux régulièrement autorisés. (Le stationnement de caravane doit être motivé par des raisons d'ordre technique liées au déroulement du chantier de constructions ou de travaux). 6. Les affouillements et exhaussements du sol lorsqu'ils seront nécessaires à la réalisation de travaux visant à réduire des nuisances phoniques, ainsi qu'à la réalisation d'aires de stationnement, de bassins de retenue d'eaux pluviales de réserves d'eau pour la défense incendie ou la réalisation de travaux d'infrastructures routières. 7. Dans les secteurs UIa et UIb, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension des activités commerciales et tertiaires. 8. Dans le secteur UIc, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension des activités industrielles, artisanales, d’équipement collectif, d’entrepôt, de bureaux et services, de commerces, d’hôtellerie et de stationnement de véhicules. 9. Dans le secteur UId, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension des activités compatibles avec l’habitat. 10.Dans le secteur UIe, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension des activités liées à un poste de transformation. 11.Dans le secteur UIf, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension des activités commerciales liées à l’agriculture. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article UI 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain* doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu en application de l’article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l’immeuble ou de l’ensemble d’immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l’incendie. Ces accès doivent avoir au moins 4,00 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d’une organisation de la circulation, ou d’aménagements qui permettraient une largeur moindre. Les voies en impasse d’une longueur supérieure à 50 mètres devront être aménagées de manière à permettre le retournement des véhicules par manœuvre. Dans tous les cas, il pourra être autorisé ou imposé l’aménagement d’une aire pour accueillir des containers pour la répurgation à l’entrée de l’impasse. Toutes les voies nécessitant le passage de bennes à ordures devront pouvoir les accueillir et les voies en impasse nécessitant leur passage, devront permettre leur retournement. 3 Juin 2013 37
  • 38. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d’aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l’intensité de la circulation et de la sécurité publique (par exemple, accès imposé sur des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.). 4. Sont interdites les constructions nouvelles nécessitant un accès direct sur les voies ou portions de voies désignées au plan et situées hors agglomération (RN 165, RD n° 15, 115, 51). A titre exceptionnel, des adaptations à cette règle pourront être apportées après avis des services compétents, lorsqu’elles sont justifiées par des impératifs techniques tenant, notamment, à la nature de la construction (station-service…) et qu’elles ne portent pas atteinte à la commodité et à la sécurité de la circulation. Article UI 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d’adduction d’eau sous pression. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Sauf raisons techniques contraires et autorisation expresse de l'autorité compétente, les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) doivent être évacuées directement au réseau d'eaux pluviales s'il existe ; sinon elles seront évacuées sur le terrain assis de la construction, et elles ne devront pas ruisseler sur le domaine public. L'autorité compétente pourra imposer des dispositions spécifiques visant à améliorer la qualité et/ou la débit des eaux pluviales. Les prescriptions particulières suivantes devront être respectées : - Le respect des normes de dimensionnement et de rejet des eaux pluviales (sur-stockage) - L’intégration paysagère des ouvrages (exemple pour les bassins de rétention : pentes douces des berges, végétalisation). - La conception des ouvrages doit prendre en compte leur entretien courant (piste d’accès, regard de visite, …). - En l'absence de réseau ou en cas de réseau insuffisant, les aménagements nécessaires au libre écoulement des eaux pluviales (et éventuellement ceux visant à la limitation des débits évacués de la propriété) sont à la charge exclusive du propriétaire qui doit réaliser les dispositifs adaptés à l'opération et au terrain*. - Toutefois, dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, un réseau de collecteurs en attente devra être réalisé à la charge du maître d'ouvrage. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. Le cas échéant, le rejet au réseau public des eaux résiduaires des établissements industriels ou artisanaux peut être subordonné à un prétraitement approprié. 3 Juin 2013 38
  • 39. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. Dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, ces lignes seront à la charge du maître d'ouvrage. 6. Stationnement : Les espaces de stationnement extérieurs seront conçus de façon à limiter l'imperméabilisation des sols par la réduction des emprises des voies de circulation et par l'utilisation de technique favorisant la pénétration des eaux pour les emprises de stationnement. Article UI 5 - Superficie minimale des terrains constructibles Néant. Article UI 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent respecter les marges de reculs* indiquées au Plan de zonage du PLU qui se substituent aux règles du présent Règlement. 2. Par rapport aux voies publiques ou privées ou emprises publiques* existantes ou futures, les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux * doivent être implantées avec un recul minimum de 5 mètres. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions de constructions existantes ; dans ce cas le recul sera le même que celui des constructions existantes ; lorsqu’il existe sur des parcelles voisines ou sur le même terrain des bâtiments édifiés différemment et dont il convient de respecter l’ordonnancement afin de contribuer à une harmonie d’ensemble, la construction devra respecter ce retrait pour assurer une meilleure intégration urbaine ; pour permettre une préservation de haies ou de talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt public. Les constructions nouvelles en bordure de la route départementale n° 15devront avoir un recul minimum de 10 mètres par rapport à la limite d'emprise du domaine public départemental. Toute adaptation à ces règles ne pourra se faire qu'après l'accord exprès du gestionnaire des routes départementales. Article UI 7 - Implantations des constructions par rapport aux limites séparatives 1. Dans les secteurs UIa, UIb, UIe et UIf, les constructions devront être implantées en respectant un recul minimum de 3 mètres par rapport aux limites séparatives 3 Juin 2013 39
  • 40. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI 2. Dans les secteurs UIc et UId, les constructions devront être implantées en respectant un recul minimum de 4 mètres par rapport aux limites séparatives 3. Dans tous les cas, un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - - - pour les extensions des constructions existantes ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour des opérations d’aménagement d'ensemble* ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière, largeur inférieure à 15 mètres, ...), et dans le cas où ces caractéristiques sont antérieures à la date de l'approbation de la révision du PLU ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; sur la ou les limites séparatives latérales où existe un immeuble mitoyen également établi en limite et de gabarit sensiblement équivalent, sous réserve de la réalisation de mesures indispensables pour éviter la propagation des incendies (murs coupe-feu…) ; dans le cas où il existerait en limite séparative un talus ou une haie qu'il est préférable de conserver pour des raisons d'environnement ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt public. 4. Les constructions abritant des installations classées doivent respecter une marge d'isolement par rapport aux limites des autres zones, comptée à l'intérieur de la zone UI et fixée par la réglementation les concernant. Article UI 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Les constructions non contiguës, quelle qu'en soit la nature et l'importance, devront être séparées en tout point d'une distance minimale de 4 mètres. Article UI 9 - Emprise au sol des constructions Sans objet. Article UI 10 - Hauteur maximale des constructions 1. Dans les secteurs UIc et UIe, il n'est pas fixé de règle de hauteur. 2. Dans les secteurs UIa, UIb, UId et UIf, la hauteur maximale des futures constructions, mesurée à l’égout du toit ou à l’acrotère par rapport au niveau moyen du sol après aménagement sous l’emprise du bâtiment, est fixée à 9 mètres (12 mètres en UIb), hors éléments techniques particulier (antennes, paratonnerres, cheminées, dispositifs de ventilation, garde-corps…). Toutefois, les extensions des constructions existantes avant la date d’approbation du PLU pourront déroger à cette limite de hauteur, sans pouvoir dépasser la hauteur de la construction existante. 3. Les règles définies ci-dessus ne s'appliquent pas aux constructions de caractère exceptionnel, tel que château d'eau, silos, relais hertzien, pylône, etc., pour lesquelles la hauteur devra être déterminée suivant la fonction de l'ouvrage sans toutefois dépasser un maximum de 50 mètres à partir du sol naturel. 3 Juin 2013 40
  • 41. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UI 11 - Titre II – Chapitre II - Zone UI Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – Protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l'aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu'à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur et une unité dans le choix des matériaux. Dans tous les cas, la qualité recherchée vise aussi bien les volumes, y compris la forme et la couleur de la toiture que les percements, les couleurs, la nature des matériaux apparents et les détails architecturaux. Les constructions d’annexes* telles que abris, remises, etc. réalisées avec des moyens de fortune sont interdits. 2. Volumétries Les constructions devront présenter une architecture particulièrement soignée et pourront avoir un caractère contemporain et de conception architecturale innovante affirmant la vocation du secteur. Les constructions d'expression contemporaine devront répondre à un souci de simplicité et de clarté de l’architecture. Ces constructions répondront également à un souci d'intégration dans l'environnement par nature plus traditionnel, intégration qui sera appréciée au niveau des volumes, des matériaux et des couleurs. Sans entraver la création architecturale, si elle est réelle, l'autorité chargée de la délivrance des permis de construire veillera à la qualité architecturale du projet et arrêtera avec les auteurs de tels projets les conditions d'intégration dans le cadre qui les reçoit. Les volumes seront simples et sobres, bien distincts, et exprimant clairement les différentes fonctions de l’activité, avec le choix d’un élément principal pour la composition. Si le linéaire de façade est trop important, des éléments de volumétrie ou des jeux de calepinage viendront rythmer et animer la perception de la façade depuis les voies. Les locaux annexes* s’appuieront sur le volume principal à l’exception des bâtiments annexes* autorisés (stockage..). Les éléments d’auvent nécessaires devront épouser l’architecture générale du bâtiment. 3. Toitures Les toitures seront réalisées sous forme de toiture terrasses ou de faible pente dissimulées de préférence par l’acrotère (pente de 20% maximum autorisée) dans le cas d’architecture contemporaine et devront faire l’objet d’un traitement soigné, au même titre que les façades. La palette utilisée s’étalera de gris à noir. Les masses et surfaces devront présenter des couleurs homogènes (pas d’alternance de plaques claires – plaques sombres). Les toitures végétalisées sont encouragées. Le couronnement des bâtiments devra intégrer harmonieusement les éléments techniques de superstructure. 4. Couleurs Les couleurs des matériaux de parement (pierre, enduit, bardage) et des peintures extérieures devront s’harmoniser entre elles et ne pas porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux 3 Juin 2013 41
  • 42. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI avoisinants. Ces couleurs seront choisies dans des teintes foncées pour une meilleure insertion dans le site. L’usage de couleur vive pourra être autorisé de façon ponctuelle : toute proposition devra être justifiée par une architecture particulière. L’emploi d’une couleur spécifique à une activité ou à une marque ne pourra excéder 20% du développement des façades (implantation privilégiée en bandeau, en partie haute du bâtiment). Les couleurs des toitures seront dans les teintes foncées. Dans les secteurs UIc, UId et UIe, la couleur des bâtiments y compris les menuiseries seront limitées et devront être présentées dans une gamme de gris (gris clair à gris foncé), tandis que les couleurs claires ou vives seront limitées, afin d’avoir un impact moindre dans le paysage et se fondre dans la végétation en place. Elles pourront être autorisées, mais dans le cadre d’un projet architectural global. 5. Enseignes Les enseignes, enseignes publicitaires et autres supports publicitaires devront être conformes aux lois et règlements en vigueur, et notamment la loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979 relative à la publicité, aux enseignes et pré-enseignes, modifiée par la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 et au décret n° 2012-118 du 30 janvi er 2012. Les projets d’enseignes, pré-enseignes et autres dispositifs obligatoirement être présentés lors de la demande d’autorisation. publicitaires devront Les enseignes seront apposées sur les façades du bâtiment sans pouvoir dépasser les volumes du bâtiment. Elles ne pourront couvrir plus de 30% de la façade considérée, sous réserve du respect de la qualité architecturale du bâtiment. Au-delà de ce pourcentage, une dérogation pourra être accordée, sous réserve d’un projet architectural global. Elles ne seront en aucun cas fixées : - sur les clôtures sur voie comme sur limites séparatives, dans la bande non aedificandi, le long des voies classées à grande circulation, les enseignes lumineuses sont interdites, mais les enseignes et totems pourront être éclairés avec la même intensité lumineuse sur chaque lot, il ne pourra être fait d’autre publicité que celle se rapportant à l’établissement exploité sur le lot. 6. Clôtures a - Clôtures sur voie Les clôtures ne sont pas obligatoires et afin de mettre en œuvre l’image de zones d’activités paysagées, il sera préféré des terrains non clos, excepté dans le cas de nécessité de protection des biens et des personnes justifiée. Cette zone clôturée pourra être limitée à la nécessité technique imposée par l’activité. Les clôtures éventuelles seront toutes de type identique. Elles devront : - être constituées de treillis soudés à mailles rigides plastifiées de couleur vert, gris foncé ou noir, montés sur poteaux métalliques de même couleur et de même hauteur avoir une hauteur la plus réduite possible, mais limitée à 1,80 m maximum, sauf nécessité impérative liée au caractère de l’établissement être doublées d’une haie vive constituée d’arbustes d’essences locales. Elles viendront donner de l’épaisseur et casser l’effet rectiligne des plantations réalisées sur l’emprise publique Un aspect particulièrement soigné sera exigé aux abords des routes départementales. b - Clôtures sur limites séparatives Lorsque les limites séparatives latérales correspondent aux haies bocagères sur talus existantes, elles devront être impérativement constituées par ces talus. 3 Juin 2013 42
  • 43. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI Sinon, les clôtures devront : - être constituées de treillis soudés à mailles rigides plastifiées de couleur vert, gris foncé ou noir, avoir une hauteur la plus réduite possible, mais limitée à 1,80 mètre maximum, sauf nécessité impérative liée au caractère de l’établissement, montés sur poteaux métalliques de même couleur et de même hauteur, être éventuellement doublées d’une haie vive constituée d’arbustes d’essences locales : dans ce cas, le treillis peut être remplacé par un grillage à maille rigide. c - Feront l’objet d’interdiction : - les éléments décoratifs en béton moulé. les murs en briques d'aggloméré ciment non enduits. les éléments en béton préfabriqué. Les haies de conifères et de lauriers palme. les matériaux de récupération (tôle ondulée, amiante ciment, palissade bois, etc.). Des adaptations à ces règles pourront toutefois être autorisées pour des raisons de sécurité. Un type de clôture particulier pourra éventuellement être imposé pour des raisons d'ordre esthétique. 7. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article UI 12 - Réalisation d’aires de stationnement 1. Des aires de stationnement correspondant aux besoins des constructions et installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation doivent être réalisées en dehors des voies publiques, sur le terrain de l'opération ou à proximité. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale. Les normes minimales exigées sont indiquées aux paragraphes suivants (en l’absence de précision, les normes concernent les véhicules légers et non les deux-roues) ; toutefois, l’autorité chargée de la délivrance des permis de construire pourra moduler ces normes dans le cas où des parkings proches offriraient un nombre de places conséquent. Elle pourra également imposer ou autoriser un nombre de places différent en fonction de la nature des activités. - Pour les loges de gardiennage : 1 place de stationnement par loge de gardiennage et 1 place pour deux-roues par loge de gardiennage. 3 Juin 2013 43
  • 44. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement - Titre II – Chapitre II - Zone UI Pour les commerces : le nombre de places de stationnement exigées est fonction de la surface de plancher* à usage commercial (ventes et réserves) : - moins de 150 m² : aucune place n’est exigée ; pour les surfaces supplémentaires comprises entre 150 et 400 m² : 1 place par 30 m²(*) ; pour les surfaces commerciales supérieures à 400 m² de surface de plancher* à usage commercial (vente et réserves), le nombre des places de stationnement est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. (*) des normes différentes pourront être acceptées pour tenir compte de la nature du commerce et de sa fréquentation. Un emplacement pour deux-roues par tranche de 100 m² de surface de plancher* affectée à la vente (hors réserves, locaux techniques…). - Pour les constructions à usage de bureaux et services (y compris bâtiments publics) et professions libérales : 1 place pour 40 m² de surface de plancher*. Compte tenu des emplois occupés et de la fréquentation de certains bureaux, des normes supérieures pourront être exigées. 1 emplacement pour deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher* de construction. - Pour les constructions à usage industriel ou artisanal : 1 place de stationnement et 1 place de stationnement par tranche complète de 60 m² de surface de plancher*. 1 emplacement pour deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher* de construction. - Pour les hôtels et restaurants : - 1 place de stationnement pour 2 chambres - 1 place de stationnement pour 10 m² de surface de plancher* de salle de restaurant. Pour les hôtels-restaurants, ces deux chiffres ne sont pas cumulatifs : seul le plus contraignant sera appliqué. - Pour les restaurants, 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 150 m² de surface de plancher*. - Autres (salle de réunions, …) : le nombre de places de stationnement est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. 2. Stationnement maximal Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. 3. Tout emplacement de stationnement créé doit s’inscrire dans un rectangle libre minimal de 5 mètres par 2,5 mètres. 4. Le nombre de places exigées pour les deux roues correspond soit à un local ou un emplacement clos, accessible de 1,5 m² par place, soit à un emplacement de plain-pied équipé d'un nombre de dispositifs suffisants pour attacher autant de 2 roues que de places requises. Pour les nouvelles constructions dont la surface de plancher* est supérieure à 750 m², à usage d'activités, de commerces et de bureaux, un local devra être aménagé. 5. En cas d’impossibilité technique ou architecturale d'aménager sur le terrain de l'opération le nombre de places fixées ci-dessus, le constructeur pourra être autorisé à aménager ou à faire aménager sur un autre terrain situé à moins de 300 mètres du premier, les surfaces de stationnement qui lui font défaut à condition qu'il apporte la preuve qu'il réalise ou fait réaliser lesdites places. Il peut également être tenu quitte de ses obligations en justifiant, pour les places qu'il ne peut réaliser lui-même sur le terrain d'assiette ou dans son environnement immédiat, soit de l'obtention d'une concession à long terme dans un parc public de stationnement existant ou en cours de réalisation, soit de l'acquisition ou de la concession de places dans un parc privé de stationnement existant ou en cours de réalisation. 3 Juin 2013 44
  • 45. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI A défaut de pouvoir réaliser cette obligation, le pétitionnaire peut être tenu de verser à la Commune d’Ergué-Gabéric une participation au financement de parkings publics dans les conditions fixées par l'article L. 123-1-12 du Code de l'Urbanisme. 6. Dans les cas de réhabilitation, de transformation, d’extension sans changement d’affectation des constructions existantes, seules seront prises en compte pour le calcul des besoins, les places supplémentaires nécessitées par l’opération (sans résorption, le cas échéant, du déficit existant). 7. Dans le cas de projets importants ayant des caractéristiques spéciales en matière de besoins en stationnement, il sera exigé une étude justificative permettant d'apprécier les besoins en stationnement qui pourront être plus élevés que ceux qui auraient pu être calculés avec les normes ci-dessus. 8. Pour les surfaces commerciales, les emprises au sol affectées aux aires de stationnement ne peuvent excéder les dispositions prévues à l’article L. 111-6-1 du Code de l’Urbanisme. 9. Pour limiter l'imperméabilisation des sols, se référer au paragraphe traitant du stationnement à l’article 4 du présent chapitre. 10.Exception : Lorsque l’usage d’une aire de stationnement peut être mutualisé entre plusieurs activités, cette formule pourra être autorisée. Dans ce cas, le constructeur devra fournir la preuve que le nombre de stationnements imposé par le présent Règlement peut être diminué, et apporter l’accord des gestionnaires des aires de stationnements existantes pour cette mutualisation. Un complément pourra toutefois être exigé. Article UI 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l'objet d'une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Espaces libres Un minimum de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre : - secteurs UIa, UIb et UIf : 15% de la superficie totale, - secteurs UIc, UId et UIe : 10% de la superficie totale. Toutefois, 20% des aires de stationnement nécessaires pourront être pris en compte dans les surfaces d’espaces verts s’ils sont réalisés sur des surfaces enherbées spécifiques au stationnement des véhicules. Les surfaces libres de toute construction ainsi que les aires de stationnement seront aménagées et entretenues de façon à garantir le bon aspect des lieux. Les surfaces libres de toute construction ainsi que les aires de stationnement seront plantées d'arbres en nombre suffisant et en espèces adaptées de façon à garantir le bon aspect des lieux. Les installations indispensables susceptibles de nuire à l'aspect des lieux telles que réservoirs, citernes, remises, etc. devront faire l’objet d’une intégration paysagère. Pour des raisons d'aspect, un écran végétal, ou tout autre dispositif similaire pourra être imposé lors du permis de construire par l'Autorité compétente. 3 Juin 2013 45
  • 46. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre II - Zone UI Section III - Possibilités d’occupation du sol Article UI 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Sans objet. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article UI 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article UI 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 46
  • 47. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre III - Zone UF CHAPITRE III DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UF 3 Juin 2013 47
  • 48. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre III - Zone UF ZONE UF Nota : La zone UF est destinée à recevoir exclusivement les installations techniques nécessaires au fonctionnement du service public ferroviaire. Ces installations devront être conçues de façon à ne pas porter atteinte dommageable aux sites et paysages. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article UF 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Les constructions de toute nature, à l'exception de celles visées à l'article UF 2. 2. Les établissements industriels et dépôts à l'exception de ceux visés à l'article UF 2. 3. Le stationnement isolé de caravanes pendant plus de trois mois par an consécutifs ou non. 4. La création de terrains de camping et de caravaning ainsi que les parcs résidentiels de loisirs. 5. L'ouverture et l'extension de mines et carrières. 6. Les constructions et extensions de bâtiments agricoles. Article UF 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis sous réserve d’une intégration paysagère : 1. les constructions de toute nature, les installations et les dépôts nécessaires au fonctionnement du service public et à l'exploitation du trafic ferroviaire. 2. les constructions, les installations et dépôts réalisés par tout opérateur ou toute entreprise du secteur ferroviaire, par toute entreprise autorisée à proposer des services ou des prestations dans le domaine du transport ferroviaire, ainsi que par toute entreprise dont l'activité nécessite la proximité des voies ferrées (entreposage, stockage, conditionnement de marchandises...). 3 Juin 2013 48
  • 49. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre III - Zone UF Section II - Conditions de l’occupation du sol Article UF 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.) Article UF 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. 6. Stationnement : Les espaces de stationnement extérieurs seront conçus de façon à limiter l'imperméabilisation des sols par la réduction des emprises des voies de circulation et par l'utilisation de technique favorisant la pénétration des eaux pour les emprises de stationnement. 3 Juin 2013 49
  • 50. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UF 5 - Titre II – Chapitre III - Zone UF Superficie minimale des terrains constructibles Néant. Article UF 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques Les constructions hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* se feront soit à l’alignement des voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures, soit avec un recul de 2 mètres minimum, sauf indication contraire éventuelle portée au Plan de zonage du PLU qui se substitue à la présente règle. Article UF 7 - Implantations des constructions par rapport aux limites séparatives A moins que le bâtiment à construire ne jouxte la limite parcellaire, la distance comptée horizontalement de tout point de ce bâtiment au point de la limite parcellaire qui en est le plus rapproché, doit être au moins égale à la moitié de la différence d'altitude entre ces deux points, sans pouvoir être inférieur à trois mètres (L ≥ H/2 ≥ 3 m). Article UF 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Néant. Article UF 9 - Emprise au sol des constructions Néant. Article UF 10 - Hauteur maximale des constructions Néant. Article UF 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – Protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l'aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu'à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur et une unité dans le choix des matériaux. 2. Les constructions d'annexes* telles que abris, remises, etc. réalisées avec des moyens de fortune sont interdits. 3 Juin 2013 50
  • 51. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre III - Zone UF 3. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article UF 12 - Réalisation d’aires de stationnement 1. Le stationnement des véhicules doit correspondre aux besoins des constructions, installations et de leur fréquentation. Il doit être réalisé en dehors des voies publiques. 2. Pour limiter l'imperméabilisation des sols, se référer au paragraphe traitant du stationnement à l’article 4 du présent chapitre. Article UF 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l'objet d'une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Pour des raisons d'aspect, un écran végétal, ou tout autre dispositif similaire pourra être imposé lors du permis de construire par l'Autorité compétente. Les haies de conifères et de lauriers palme sont interdites. Section III - Possibilités d’occupation du sol Article UF 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Il n'est pas fixé de Coefficient d'Occupation du Sol. 3 Juin 2013 51
  • 52. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre III - Zone UF Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article UF 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article UF 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 52
  • 53. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre IV - Zone UL CHAPITRE IV DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UL 3 Juin 2013 53
  • 54. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre IV - Zone UL ZONE UL Nota : La zone UL est une zone affectée aux activités de sports et de loisirs, aux équipements et aux équipements de tourisme. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article UL 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Les constructions, installations et occupations du sol de toute nature, autres que celles liées aux activités de sports et de loisirs, aux équipements, aux équipements de tourisme, et à l'exception de celles visées à l'article UL 2. 2. Les aires de camping et de caravaning. Article UL 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis sous réserve d’une intégration paysagère : 1. Les parcs d'attractions, les aires de jeux et de sports, les équipements (dont ceux liés aux loisirs et de détente et au tourisme) et les constructions directement liées à leur fonctionnement. 2. Les aires de stationnement. 3. Les affouillements et exhaussements du sol nécessaires aux installations admises dans la zone. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article UL 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 3 Juin 2013 54
  • 55. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre IV - Zone UL 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. Ces accès doivent avoir au minimum 3,50 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d'une organisation de la circulation, ou d'aménagements qui permettraient une largeur moindre. Les voies en impasse d’une longueur supérieure à 50 mètres devront être aménagées de manière à permettre le retournement des véhicules par manœuvre. Dans tous les cas, il pourra être autorisé ou imposé l’aménagement d’une aire pour accueillir des containers pour la répurgation à l’entrée de l’impasse. Toutes les voies nécessitant le passage de bennes à ordures devront pouvoir les accueillir et les voies en impasse nécessitant leur passage, devront permettre leur retournement. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.) 4. Sont interdites les constructions nouvelles nécessitant un accès direct sur les voies ou portions de voies désignées au plan et situées hors agglomération (RN 165, RD n° 15, 115, 51). A titre exceptionnel, des adaptations à cette règle pourront être apportées après avis des services compétents, lorsqu'elles sont justifiées par des impératifs techniques tenant, notamment, à la nature de la construction (station-service,...) et qu'elles ne portent pas atteinte à la commodité et à la sécurité de la circulation. Article UL 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) seront évacuées prioritairement par absorption sur le terrain d'assise de la construction. Si ce dispositif est insuffisant ou en cas d'impossibilité technique, les eaux pluviales seront raccordées, après autorisation expresse de l'autorité compétente, au réseau public s'il existe, ou dans le cas contraire au caniveau ou au fossé. En aucun cas, les eaux pluviales ne devront ruisseler directement sur la voie publique. Le cas échéant, le traitement des eaux pluviales sera exigé. Les prescriptions particulières suivantes devront être respectées : - - 3 Juin 2013 Le respect des normes de dimensionnement et de rejet des eaux pluviales (sur-stockage) L’intégration paysagère des ouvrages (exemple pour les bassins de rétention : pentes douces des berges, végétalisation). La conception des ouvrages doit prendre en compte leur entretien courant (piste d’accès, regard de visite, …). En l'absence de réseau ou en cas de réseau insuffisant, les aménagements nécessaires au libre écoulement des eaux pluviales (et éventuellement ceux visant à la limitation des débits évacués de la propriété) sont à la charge exclusive du propriétaire qui doit réaliser les dispositifs adaptés à l'opération et au terrain*. Toutefois, dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, un réseau de collecteurs en attente devra être réalisé à la charge du maître d'ouvrage. 55
  • 56. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre IV - Zone UL 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. Dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, ces lignes seront à la charge du maître d'ouvrage. 6. Stationnement : Les espaces de stationnement extérieurs seront conçus de façon à limiter l'imperméabilisation des sols par la réduction des emprises des voies de circulation et par l'utilisation de technique favorisant la pénétration des eaux pour les emprises de stationnement. Article UL 5 - Superficie minimale des terrains constructibles En cas d’absence de réseau collectif d’assainissement, la surface des terrains devra permettre la mise en œuvre d’un dispositif d'assainissement non collectif. Ces dispositions devront être prises en compte dans tous les cas et notamment lors des divisions de terrains. Article UL 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* devront être implantées à 5 mètres au moins de l'alignement des voies publiques ou privées ou emprises publiques* existantes ou futures, sauf indication contraire éventuelle portée au Plan de zonage du PLU qui se substitue à la présente règle. Les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul imposé pourront être autorisées dans le prolongement de celles-ci, sans avancée (type décrochement) vers la voie. Article UL 7 - Implantations des constructions par rapport aux limites séparatives A moins que le bâtiment à construire ne jouxte la limite parcellaire, la distance comptée horizontalement de tout point de ce bâtiment au point de la limite parcellaire qui en est le plus rapproché, doit être au moins égale à la moitié de la différence d'altitude entre ces deux points, sans pouvoir être inférieur à trois mètres (L ≥ H/2 ≥ 3 m). 3 Juin 2013 56
  • 57. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre IV - Zone UL Les extensions de constructions existantes ne respectant pas la règle générale pourront être autorisées lorsqu'elles seront réalisées dans le prolongement du bâti existant, sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative. Article UL 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Il n'est pas fixé de règle d’implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété. Article UL 9 - Emprise au sol des constructions Néant. Article UL 10 - Hauteur maximale des constructions Néant. Article UL 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – Protection des éléments de paysage Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l'aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu'à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur et une unité dans le choix des matériaux. 1. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. 3 Juin 2013 57
  • 58. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UL 12 - Titre II – Chapitre IV - Zone UL Réalisation d’aires de stationnement 1. Le stationnement des véhicules et des deux roues doit correspondre aux besoins des constructions, installations et de leur fréquentation. Il doit être réalisé en dehors des voies publiques. En particulier, pour les établissements d’enseignement : - Etablissements du premier degré : 1 place de stationnement par classe d’élèves et 3 emplacements deux-roues par classe. Etablissements du second degré : 2 places de stationnement par classe d’élèves et 6 emplacements deux-roues par classe. Etablissements d'enseignement supérieur et de formation professionnelle : 1 place pour 50 m² de surface de plancher*, et 6 emplacements deux-roues par classe. 2. Pour limiter l'imperméabilisation des sols, se référer au paragraphe traitant du stationnement à l’article 4 du présent chapitre. 3. Stationnement maximal Le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. Article UL 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l'objet d'une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Pour des raisons d'aspect, un écran végétal, ou tout autre dispositif similaire pourra être imposé lors du permis de construire par l'Autorité compétente. Section III - Possibilités d’occupation du sol Article UL 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Il n'est pas fixé de Coefficient d'Occupation du Sol. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article UL 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. 3 Juin 2013 58
  • 59. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UL 16 - Infrastructures électroniques Titre II – Chapitre IV - Zone UL et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 59
  • 60. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre II – Chapitre IV - Zone UL 60
  • 61. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UY 3 Juin 2013 61
  • 62. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY ZONE UY Nota : La zone UY est une zone destinée à être urbanisée de façon organisée sous la forme d'une Zone d'Aménagement Concerté (ZAC). Le présent chapitre s’applique au territoire couvert par la Zone d’Aménagement Concerté du Cœur de Lestonan, créée par délibération du conseil municipal du 11 juillet 2000. La zone UY est découpée en plusieurs secteurs : UYa1, UYa2, UYa4, UYb1, UYb2, UYc, UYd, UYe1, UYe2, UYf et UYg. Un Plan de secteur figurant dans les annexes du présent Règlement couvre le site de la ZAC. Les futurs projets devront se conformer aux dispositions du Plan de secteur dont les règles, quand elles existent, complètent celles du présent chapitre. Lorsque le Plan de secteur fixe des règles différentes de celles du présent chapitre, ce sont celles du Plan de secteur qui prévalent et qui se substituent aux règles du présent chapitre. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article UY 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits Sont interdites toutes occupations autres que celles définies à l’article UY 2, et en particulier : 1. Les établissements qui, par leur destination ou leur aspect, sont incompatibles avec la salubrité, la tranquillité ou l’aspect de la ZAC. 2. Le camping isolé ou le stationnement de caravanes, à l’exception du stationnement de caravanes nécessaire pour le déroulement du chantier. 3. Les constructions provisoires démontables ou de caractère précaire. Cette prescription ne s’applique pas aux installations provisoires de chantier. 4. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et qui n’auraient pas été explicitement prévus dans un permis de construire accordé, ou nécessaire à la réalisation de la voirie. 3 Juin 2013 62
  • 63. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UY 2 - Titre II – Chapitre V - Zone UY Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Dans les secteurs UYa1, UYa2 et UYa4 sont autorisés : 1. Les constructions à usage de commerces, de services, de bureaux, de restauration, d’hôtellerie ainsi que toutes activités relevant du secteur tertiaire. 2. Les constructions d’équipements publics sociaux, scolaires, etc. 3. Les constructions à usage d’habitations collectives, (sauf en secteur UYa2). 4. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), le mobilier urbain (ex : abri-bus). 5. Les aires de stationnement. 6. La modification, l’extension, ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. 7. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et explicitement prévus dans l’autorisation de construire, ainsi que ceux nécessaires à la réalisation de la viabilité 8. Les travaux de viabilité. Dans les secteurs UYb1, UYb2 et UYd sont autorisés : 1. Les constructions à usage de commerces, de services, de bureaux, de restauration, d’hôtellerie ainsi que toutes activités relevant du secteur tertiaire. 2. Les constructions d’équipements publics sociaux, scolaires, etc. 3. Les constructions à usage d’habitations collectives, (et individuelles groupées et/ou intermédiaires pour les secteurs UYb2 et UYd). 4. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), le mobilier urbain (ex : abri-bus). 5. Les aires de stationnement. 6. La modification, l’extension, ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. 7. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et explicitement prévus dans l’autorisation de construire, ainsi que ceux nécessaires à la réalisation de la viabilité. 8. Les travaux de viabilité. Dans le secteur UYc sont autorisés : 1. Les constructions à usage d’habitations : individuelles groupées, intermédiaires, semicollectives et collectives, ainsi que les dépendances qui y sont liées. 2. La modification, l’extension de constructions existantes. 3. La construction d’habitations individuelles ainsi que leurs dépendances. 4. Les constructions à usage mixte : habitation et bureaux ou services. 5. Les constructions d’équipements publics sociaux, etc. 6. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général. 7. Les aires de stationnement. 8. La modification, l’extension ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. 9. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et explicitement prévus dans l’autorisation de construire, ainsi que ceux nécessaires à la réalisation de la viabilité. 10.Les travaux de viabilité. Dans le secteur UYe1 sont autorisés : 1. 2. 3. 4. 5. Les espaces verts, jardins publics, aires de jeux… ouverts au public. Les constructions d’équipements publics sociaux, scolaires, etc. Les constructions à usage d’habitations collectives. Les constructions à usage de commerces et de services. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), les points de collecte pour tri sélectif, le mobilier urbain (ex : abri-bus). 6. Les aires de stationnement. 7. La modification, l’extension ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. 8. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions ou aménagements autorisés dans le secteur. 3 Juin 2013 63
  • 64. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY 9. Les travaux de viabilité. Dans le secteur UYe2 sont autorisés : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Les constructions d’équipements publics sociaux, scolaires, cantine, etc. Les constructions à usage de commerces et de services. Les constructions à usage d’habitations collectives et individuelles groupées. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), le mobilier urbain (ex : abri-bus). Les espaces verts, jardins publics et aires de jeux ouverts au public. Les aires de stationnement. La modification, l’extension ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et explicitement prévus dans l’autorisation de construire, ainsi que ceux nécessaires à la réalisation de la viabilité. Les travaux de viabilité. Dans le secteur UYf sont autorisés : 1. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), le mobilier urbain (ex : abri-bus – toilettes publiques). 2. Les travaux de viabilité. 3. Les aires de stationnement. 4. Tous débords et emprises partielles des occupations du sol autorisés dans les secteurs périphériques au secteur UYf, dans la mesure où l’emprise principale se trouve effectivement dans le secteur périphérique. Dans le secteur UYg sont autorisés : 1. Les constructions à usage de commerces, de services, de bureaux, de restauration, d’hôtellerie ainsi que toutes activités relevant du secteur tertiaire. 2. Les constructions d’équipements publics sociaux, scolaires, etc. 3. Les équipements et ouvrages publics d’intérêt général, (ex : transformateur électrique), le mobilier urbain (ex : abri-bus). 4. Les aires de stationnement. 5. La modification, l’extension, ou la reconstruction après sinistre de construction existante sous réserve qu’elle ne remette pas en cause le plan de masse et les objectifs de la ZAC. 6. Les exhaussements et affouillements liés aux constructions et explicitement prévus dans l’autorisation de construire, ainsi que ceux nécessaires à la réalisation de la viabilité. 7. Les travaux de viabilité. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article UY 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. Ces accès doivent avoir au moins 3,50 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d’une organisation de la circulation ou d’aménagements qui permettraient une largeur moindre. 3. Les voies se terminant en impasse doivent être aménagées de telle sorte que les véhicules puissent faire demi-tour. 3 Juin 2013 64
  • 65. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 4. Titre II – Chapitre V - Zone UY Le permis de construire peut être refusé si les accès présentent un risque pour la sécurité des usagers. Il peut être subordonné à une localisation précise de l’accès et à la réalisation d’aménagements particuliers. Article UY 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. Les nouvelles canalisations principales de distributions devront être réalisées avec un diamètre suffisant, permettant la mise en place sur le réseau de poteaux incendie normalisés. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Sauf raisons techniques contraire, les eaux pluviales issues des bâtiments et des aires imperméabilisées seront évacuées par le réseau collectif d’eaux pluviales. Un dispositif séparateur d’hydrocarbures pourra être requis dans certains cas. Il sera obligatoirement disposé immédiatement en amont du raccordement au réseau collectif. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les installations d’assainissement doivent se raccorder au réseau collectif. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. Article UY 5 - Superficie minimale des terrains constructibles Sans objet. Article UY 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions devront respecter les règles d’implantation et d’alignement définies au plan 2a « plan masse et secteurs de règlement » annexé au présent Règlement, lorsque ces règles sont définies (secteurs UYa1, UYa2, UYe1, UYg). 2. Dans le cas où l’alignement n’est pas défini au plan 2a, - 3 Juin 2013 Le recul minimum des constructions par rapport à la rue du Menez est de 5 mètres par rapport à la limite d’emprise du secteur (limite de la rue). Par rapport à la rue des Lauriers, à la rue du Stade et aux voies internes de la ZAC, il n’est pas défini de recul particulier. Par rapport aux voies internes à chaque îlot, il n’est pas prévu de recul particulier (sous réserve des dispositions c et d du paragraphe 3). 65
  • 66. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3. Des reculs différents de ceux définis aux paragraphes 1 et 2 pourront être autorisés ou imposés par l’autorité compétente : a) b) c) d) Pour les locaux et ouvrages techniques de surface limitée, Pour les retraits ou saillies mineurs des façades ou pignons des bâtiments principaux, Pour des raisons d’ordre architectural ou d’intégration urbaine, Pour des raisons de sécurité routière ou sécurité incendie, ou autre motif d’ordre public. Article UY 7 1. Titre II – Chapitre V - Zone UY Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives Dans les secteurs UYa1, UYa2 et UYa4 : Les constructions seront édifiées soit en limite parcellaire, soit avec recul minimum de 3 mètres (disposition applicable, y compris sur limite parcellaire en limite de ZAC). 2. Dans les secteurs UYb1, UYb2, UYc, UYd, UYe1, UYe2 et UYg : Les constructions à usage d’habitations, de commerces et services et à usage mixte seront édifiées avec un recul minimum de 3 mètres par rapport aux limites parcellaires (y compris sur limites parcellaires en limite de ZAC). 3. Un recul compris entre 0 et 3 mètres pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d’ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - pour la modification et l’extension de constructions existantes ; pour la construction de garage, remise, annexe*, ouvrage technique n’occasionnant par de nuisances ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière) ; pour permettre la conservation d’un élément participant à la qualité de l’environnement (haie ou talus existant, masque végétal à créer, …) ; pour des raisons d’exiguïté de la parcelle (secteur UYg) ; pour permettre l’implantation d’une façade pignon au droit de l’espace public (secteur UYe1) ; Article UY 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Les bâtiments non contigus doivent être implantés de façon que les baies éclairant les pièces d'habitation ne soient masquées par aucune partie d'immeuble qui, à l'appui de ces baies, pris théoriquement à 1 mètre au-dessus du plancher, serait vu sous un angle de plus de 45° audessus du plan horizontal. Article UY 9 - Emprise au sol des constructions Sans objet. 3 Juin 2013 66
  • 67. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article UY 10 - Titre II – Chapitre V - Zone UY Hauteur maximale des constructions Les hauteurs admissibles des constructions sont les suivantes : Secteur Hauteur maximale au faîtage Hauteur maximale à l’égout du toit Hauteur minimale * au faîtage Hauteur minimale * à l’égout du toit UYa1 11,00 8,00 9,00 5,00 UYa2 8,00 5,00 Non défini Non défini UYa4 11,00 7,00 9,00 4,50 UYb1 11,00 7,00 9,00 4,50 UYb2 9,00 Non défini 7,00 3,50 UYc 9,00 Non défini 7,00 Non défini UYd 11,00 7,00 7,00 3,50 UYe1 11,00 7,00 Non défini Non défini UYe2 11,00 7,00 Non défini Non défini UYf Non défini Non défini Non défini Non défini UYg 11,00 7,00 9,00 4,50 Les hauteurs définies ci-dessus doivent être calculées à partir du terrain naturel avant travaux. Lorsque le terrain n’est pas horizontal, la cote moyenne à l’intérieur d’une tranche de 10 mètres sera prise en considération. (*) Hauteur minimale : les normes définies ci-dessus ont pour objectif de conférer un caractère urbain moyennement dense à la ZAC du Cœur de Lestonan. En conséquence, ces normes s’appliquent à la volumétrie générale du bâtiment, soit au moins les deux tiers du volume des bâtiments à usage d’habitation, de commerces ou de bureaux. Pour des raisons architecturales évidentes, il ne peut être fait application de ces normes sur la totalité du volume des bâtiments. De plus, ces normes ne s’appliquent pas aux bâtiments annexes* et petits équipements. Des règles différentes de hauteur maximale pourront être autorisées ou imposées pour des considérations d’ordre technique ou architectural et notamment : - Pour la modification, l’extension, la restauration ou la reconstruction après sinistre de constructions existantes qui ne respecteraient pas les normes générales. Pour la construction de bâtiments lorsqu’il existe à proximité immédiate des constructions ne respectant pas les normes générales. Pour la construction de bâtiments sur des terrains dont la topographie est accidentée (forte pente, dénivelé dans la parcelle ou avec la voie ou les parcelles voisines). Article UY 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – protection des éléments de paysage Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales. 3 Juin 2013 67
  • 68. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY 1. Plan masse Le plan masse de chaque îlot devra respecter les directions données par la trame figurant sur le plan 2a « plan masse et secteurs de règlement » annexé au présent Règlement. Dans le cas des îlots où sont figurées deux trames, le plan masse devra ou pourra s’organiser sur une combinaison de ces deux trames. Les projets devront également respecter les sens de faîtage et alignements définis sur le plan 2a « plan masse et secteurs de règlement) annexé au présent Règlement (voir également « commentaires de la légende du plan 2a », en annexe du présent Règlement). 2. Constructions à usage d’habitations, de commerces, de bureaux, d’équipements publics, etc. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l’environnement bâti. Ils devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d’architecture, une harmonie des couleurs et des matériaux. Dans le souci de la meilleure cohérence architecturale, l’autorité chargée de la délivrance des permis de construire arrêtera avec les auteurs des projets immobiliers successifs les conditions de leur intégration au cadre urbanistique de la ZAC. Les matériaux employés seront ceux usuellement employés dans l’architecture traditionnelle et contemporaine régionale : - Pour les façades et pignons : pierre naturelle, parpaing enduit ainsi que le bois, le vitrage sous réserve de n’occuper que partiellement les façades ou pignons, Pour les toitures : ardoises, zinc (les toitures terrasses ne seront admises que pour des parties de bâtiment – les bacs acier sont exclus). 3. Constructions annexes* et dépendances Les constructions telles que garage, remise, hangar, annexe*, abri de jardin, etc. devront, par leur aspect et leur localisation, être en harmonie avec le cadre bâti existant ou à venir, et notamment avec la qualité des espaces publics. Les matériaux employés devront être identiques à ceux utilisés pour les bâtiments principaux. 4. Enseignes Les enseignes seront apposées sur les façades du bâtiment sans pouvoir dépasser les volumes du bâtiment. Elles pourront également être fixées sur une structure indépendante du bâtiment. Dans ce cas, elles devront faire l’objet d’une autorisation spécifique. 5. Clôtures L’édification de clôtures n’est pas obligatoire, sauf dans le cas où l’autorité compétente la jugerait indispensable pour des raisons de sécurité publique. Clôtures sur voie et place publique Les clôtures pourront être constituées : - Par des murs de moellons Par des murs de parpaings enduits Par des grillages rigides et soudés à mailles rectangulaires de couleur blanche ou vert foncé (toute autre couleur et notamment les couleurs vives étant prohibées) La hauteur des clôtures maximale sera de 1,20 mètre. Toutefois, cette hauteur pourra être portée à 2,00 mètres pour des raisons de sécurité et/ ou pour des raisons de cohérence architecturale ou urbanistique (ex : continuité d’un alignement, …). 3 Juin 2013 68
  • 69. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY Nota : à l’intérieur des îlots le long des voies de desserte et afin de pouvoir être en cohérence avec les clôtures sur limite séparative, la clôture pourra être constituée de grillages de couleur verte et doublée par une haie végétale. Clôtures sur limites séparatives Les clôtures pourront être constituées : - Par des murs de moellons Par des murs de parpaings enduits Par des grillages rigides et soudés à mailles rectangulaires de couleur blanche ou vert foncé (toute autre couleur et notamment les couleurs vives étant prohibées) Par des grillages de couleur verte et noyés dans la végétation. La hauteur des clôtures maximale sera de 1,50 mètre. Toutefois, cette hauteur pourra être portée à 2,00 mètres pour des raisons de sécurité ou pour des raisons de cohérence architecturale (élément de liaison entre deux bâtis). Sont interdits : les éléments de béton préfabriqué, les panneaux de bois tressés, les murs en parpaings non enduits, les matériaux de récupération, ou tout autre matériau pouvant nuire au bon aspect de la ZAC. Nota : une attention particulière sera portée sur l’intégration des coffrets technique dans les murets en limite de propriété. 6. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article UY 12 - Réalisation d’aires de stationnement 1. Des aires de stationnement correspondant aux besoins des constructions et installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation doivent être réalisées en dehors des voies publiques, sur le terrain de l'opération ou à proximité. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale. Les normes minimales exigées sont indiquées aux paragraphes suivants : - pour les constructions à usage d'habitation individuelle : 2 places par logement et 1 place pour deux-roues par logement. - pour les constructions à usage d'habitation collective : 1 place de stationnement par tranche de 60 m² de surface de plancher* avec un minimum d’une place par logement ; 1 place pour deux-roues par logement. Une certaine proportion de ces places pourra être imposée en soussol. - pour les commerces, services, bureaux, équipements publics, … : 3 Juin 2013 69
  • 70. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY Pour les services, commerces, équipements et autres activités tertiaires, le stationnement devra correspondre aux besoins des activités et de leur fréquentation : la norme étant 1 place de stationnement pour 30 m² de surface de plancher*. Pour les commerces, la surface à prendre en compte est la surface de vente, à l’exclusion des surfaces destinées aux réserves. Toutefois, l’autorité compétente pourra moduler cette norme préalablement au dépôt du permis de construire, soit à la hausse ou à la baisse suivant la spécificité de l’usage des constructions et s’il existe à moins de cinquante mètres des places publiques en nombre suffisant créé dans le cadre de la ZAC. - pour les hôtels et restaurants : - 1 place de stationnement par chambre - 1 place de stationnement pour 10 m² de surface de plancher* de salle de restaurant. Pour les hôtels-restaurants, ces deux chiffres ne sont pas cumulatifs : seul le plus contraignant sera appliqué. 2. Stationnement maximal Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. 3. Tout emplacement de stationnement créé doit s’inscrire dans un rectangle libre minimal de 5 mètres par 2,5 mètres. 4. Le nombre de places exigées pour les deux roues correspond soit à un local ou un emplacement clos, accessible de 1,5 m² par place, soit à un emplacement de plain-pied équipé d'un nombre de dispositifs suffisants pour attacher autant de 2 roues que de places requises. Pour les nouvelles constructions dont la surface de plancher* est supérieure à 750 m², à usage d'habitat, d'activités, de commerces et de bureaux et pour les établissements d'enseignement, un local devra être aménagé. Pour les établissements scolaires et universitaire, une localisation accessible et fonctionnelle des emplacements, une localisation à proximité immédiate des entrées, une visibilité et une bonne signalisation, une facilité d’accès (éviter marches, étages, plusieurs portes à franchir…) ainsi que la couverture et l'éclairage des emplacements seront recherchés. 5. Les obligations définies ci-dessus sont considérées comme satisfaites lorsque les conditions prévues à l'article L. 123-1-13 du Code de l'Urbanisme sont remplies, autrement dit, il ne peut être exigé la réalisation de plus d’une aire de stationnement par logement* lors de la construction de logements locatifs financés avec un prêt aidé par l’Etat. L'obligation de réaliser des aires de stationnement n'est pas applicable aux travaux de transformation ou d'amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs financés avec un prêt aidé par l'Etat, y compris dans le cas où ces travaux s'accompagnent de la création de surface de plancher*, dans la limite d'un plafond de 50% de la surface de plancher* existant avant le commencement des travaux. 6. En cas d’impossibilité technique ou architecturale d'aménager sur le terrain de l'opération le nombre de places fixées ci-dessus, le constructeur pourra être autorisé à aménager ou à faire aménager sur un autre terrain situé à moins de 300 mètres du premier, les surfaces de stationnement qui lui font défaut à condition qu'il apporte la preuve qu'il réalise ou fait réaliser lesdites places. Il peut également être tenu quitte de ses obligations en justifiant, pour les places qu'il ne peut réaliser lui-même sur le terrain d'assiette ou dans son environnement immédiat, soit de l'obtention d'une concession à long terme dans un parc public de stationnement existant ou en cours de réalisation, soit de l'acquisition ou de la concession de places dans un parc privé de stationnement existant ou en cours de réalisation. A défaut de pouvoir réaliser cette obligation, le pétitionnaire peut être tenu de verser à la Commune d’Ergué-Gabéric une participation au financement de parkings publics dans les conditions fixées par l'article L. 123-1-12 du Code de l'Urbanisme. 3 Juin 2013 70
  • 71. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre II – Chapitre V - Zone UY 7. Dans les cas de réhabilitation, de transformation, d’extension sans changement d’affectation des constructions existantes, seules seront prises en compte pour le calcul des besoins, les places supplémentaires nécessitées par l’opération (sans résorption, le cas échéant, du déficit existant). 8. Dans le cas de projets importants ayant des caractéristiques spéciales en matière de besoins en stationnement, il sera exigé une étude justificative permettant d'apprécier les besoins en stationnement qui pourront être plus élevés que ceux qui auraient pu être calculés avec les normes ci-dessus. 9. Pour les surfaces commerciales et les équipements cinématographiques, les emprises au sol affectées aux aires de stationnement ne peuvent excéder les dispositions prévues à l’article L. 111-6-1 du Code de l’Urbanisme. Article UY 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur les documents graphiques au titre de l’article L. 121-1-7 du Code de l’Urbanisme devront faire l’objet d’une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Les surfaces libres de toute construction ainsi que les aires de stationnement seront plantées d’arbres de haute tige chaque fois que la disposition des lieux le permettra, ou d’espèces arbustives. 4. Les plantations devront être terminées dans les six mois qui suivent l’occupation effective des locaux. 5. Le dossier de permis de construire devra comporter un volet paysager comportant entre autres un plan précisant la localisation, la surface et le traitement des parties végétales, ainsi qu’une note justifiant des dispositions prises. 6. Une attention particulière sera portée aux aires de stationnement, aux ouvrages techniques, dépôts ou parties de bâtiments inesthétiques, etc. Dans ces cas, il pourra être imposé des écrans végétaux pour améliorer l’aspect à partir de l’espace public. Section III - Possibilités d’occupation du sol Article UY 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Les possibilités maximales d’occupation du sol sont les suivantes : Secteur Surface de plancher* maximale UYa1 UYa2 0 m² UYa4 582 m² UYb1 581 m² UYb2 3 Juin 2013 1 150 m² 214 m² 71
  • 72. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement UYc 1 649 m² UYd 1 200 m² UYe1 1 000 m² UYe2 Titre II – Chapitre V - Zone UY 900 m² UYf 0 m² UYg 500 m² TOTAL ZAC 7 776 m² Le tableau ci-dessus donne la répartition de la surface de plancher* totale affectée à chaque secteur. Le transfert de surface de plancher* est possible entre secteurs sous réserve que le total de la surface de plancher* affectée ne dépasse pas 7 776 m2. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article UY 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article UY 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 72
  • 73. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Zones à urbaniser TITRE III DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES A URBANISER 3 Juin 2013 73
  • 74. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre III – Chapitre I - Zone AU 74
  • 75. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre I - Zone AU CHAPITRE I DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE AU 3 Juin 2013 75
  • 76. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Titre III – Chapitre I - Zone AU ZONE AU Nota : La zone AU correspond à des secteurs à caractère naturel de la commune, non équipés ou insuffisamment équipés, destinés à être urbanisés. La zone AU comporte les secteurs 1AU directement urbanisables, et les secteurs 2AU nécessitant une modification ou une révision du PLU pour être urbanisés. L’urbanisation du secteur 1AU est conditionnée par la mise en place d’un ou plusieurs plans d’aménagement d’ensemble. L'urbanisation de tout ou partie du secteur ne pourra se faire qu'après la réalisation ou la programmation des équipements publics primaires par la commune donnant aux terrains un niveau d'équipement suffisant identique à celui de la zone U correspondante, ou aux conditions particulières prévues par le présent Règlement. Le secteur 1AU comprend les secteurs suivants : 1. le secteur 1AUHc, à vocation principale d'habitat ; 2. les secteurs 1AUIa, 1AUIb, 1AUIc et 1AUId, destiné à l'accueil d'activités économiques ; Le secteur 2AU est urbanisable à moyen et long terme. C'est pourquoi, il convient d’interdire en secteur 2AU toute occupation et utilisation du sol qui serait de nature à compromettre l'urbanisation ultérieure des différents secteurs concernés. Le secteur 2AU comprend les secteurs suivants : 1. 2AUH, vocation non spécifiée mais à priori destiné à un secteur d'habitat ; 2. 2AUI, destiné à l'accueil d'activités économiques ; 3. 2AUL, à vocation principale de sports, de loisirs et d’équipements. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article AU 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Dans le secteur 1AU, les types d’occupations ou d’utilisations du sol interdits sur le terrain sont ceux de la zone ou du secteur U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ; …). 2. Dans le secteur 2AU, toute occupation non autorisée à l’article AU 2. 3 Juin 2013 76
  • 77. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement Article AU 2 - Titre III – Chapitre I - Zone AU Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières 1. Dans le secteur 1AU, les types d’occupations ou d’utilisations du sol autorisés sur le terrain sont ceux de la zone ou du secteur U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ; …). 2. Dans le secteur 1AU, l’urbanisation est toutefois conditionnée par la mise en place d’un ou plusieurs plans d’aménagement d’ensemble. Dans tous les cas, les opérations de plus d’un hectare devront nécessairement faire l’objet d’un plan d’aménagement d’ensemble. 3. Dans le secteur 2AU, le changement de destination ou l’extension mesurée des constructions préexistantes à l’urbanisation des secteurs ainsi que l’édification d’annexes* à une construction principale située dans la zone (tels que abris de jardins, garages…) sous réserve que ces opérations ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l’aménagement du secteur concerné. L’extension ou la construction annexe* ne devra pas excéder 30 % par rapport à l’emprise au sol du bâtiment existant, à la date d'approbation du présent PLU. Section II - Conditions de l’occupation du sol Articles AU 3 à AU 13 1. Dans le secteur 1AU, les conditions d’occupations du sol sont celles de la zone ou du secteur U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ; …). Section III - Possibilités d’occupation du sol Article AU 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol 1. Dans le secteur 1AU, les possibilités d’occupations du sol sont celles de la zone ou du secteur U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ; …). Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Articles AU 15 et AU 16 1. Dans le secteur 1AU, les dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques sont celles de la zone ou du secteur U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ; …). 3 Juin 2013 77
  • 78. Commune d’Ergué Gabéric– Règlement 3 Juin 2013 Titre III – Chapitre I - Zone AU 78
  • 79. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE AUZ 3 Juin 2013 79
  • 80. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ ZONE AUZ Nota : La zone AUZ est une zone naturelle non équipée, destinée à être urbanisée de façon organisée sous la forme d'une Zone d'Aménagement Concerté (ZAC). Le présent chapitre s’applique au territoire couvert par la Zone d’Aménagement Concerté du Centre-Bourg, créée par délibération du conseil municipal du 6 juin 2011. La zone AUZ est composée des secteurs suivants : 1AUZa, 1AUZb et 1AUZc. - le secteur 1AUZa correspond à un type d'urbanisation relativement dense, en ordre continu, le secteur 1AUZb correspond à un type d'urbanisation de densité moyenne, en ordre continu ou discontinu, le secteur 1AUZc correspond à un type d'urbanisation en ordre discontinu. Un Plan de secteur figurant dans les annexes du présent Règlement couvre le site de la ZAC. Les futurs projets devront se conformer aux dispositions du Plan de secteur dont les règles, quand elles existent, complètent celles du présent chapitre. Lorsque le Plan de secteur fixe des règles différentes de celles du présent chapitre, ce sont celles du Plan de secteur qui prévalent et qui se substituent aux règles du présent chapitre. Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article AUZ 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits Sont interdites les occupations et utilisations du sol correspondant à des activités nuisantes ou incompatibles avec la vocation principale de la zone, notamment : 1. Les établissements ou utilisation du sol qui par leur caractère, leur destination, leur nature, leur importance ou leur aspect, sont incompatibles avec la salubrité, la tranquillité, la sécurité d’un quartier d’habitations ou avec le caractère architectural environnant, en particulier les installations classées entraînant l'instauration d’un périmètre de protection. 2. La création de terrains de camping et de caravaning ainsi que les parcs résidentiels de loisirs. 3 Juin 2013 80
  • 81. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ 3. L'implantation de résidences mobiles de loisirs et d'habitations légères de loisirs, isolées ou non, quelle qu'en soit la durée, en dehors des parcs résidentiels de loisirs existants, des terrains de camping classés au sens du code du tourisme et des villages de vacances classés en hébergement léger au sens du code du tourisme. 4. L'ouverture et l'extension de mines et carrières. 5. Les constructions et extensions de bâtiments agricoles. 6. La création d'entrepôts et d’établissements industriels. 7. Les exhaussements et affouillements des sols, à l'exception de ceux liés à un permis ou autorisation d'occupation du sol. Article AUZ 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis, sous réserve de leur compatibilité avec la vocation principale de la zone et le tissu urbain environnant : 1. Les constructions à usage d'habitation et leur annexe* (remise, garage, abri de jardin,...), les constructions à usage d'hôtellerie, de commerce (sauf dans le secteur 1AUZc), d'équipement collectif, de bureaux et services, de stationnement de véhicules. 2. Les constructions affectées à des activités artisanales et d'entrepôts sous réserve que par leur nature, leur importance et leur aspect, ces constructions soient compatibles avec la salubrité, la tranquillité et la bonne tenue de la zone. 3. Le stationnement isolé de caravanes pendant plus de trois mois par an, consécutifs ou non, sur les terrains sur lesquels se réalisent des constructions ou des travaux régulièrement autorisés. (Le stationnement de caravane doit être motivé par des raisons d'ordre technique liées au déroulement du chantier de constructions ou de travaux). 4. Les parcs d’attractions et les aires de jeux et de sports, dès lors qu’ils sont ouverts au public. 5. Les aires de stationnement ouvertes au public et les dépôts de véhicules lorsqu’ils sont susceptibles de contenir au moins dix unités ainsi que les garages collectifs de caravanes. 6. Les équipements publics et ouvrages techniques d'intérêt général sous réserve qu'ils soient compatibles avec la sécurité et l'aspect de la zone. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article AUZ 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. Ces accès doivent avoir au minimum 3,50 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d'une organisation de la circulation, ou d'aménagements qui permettraient une largeur moindre. Les voies en impasse d’une longueur supérieure à 50 mètres devront être aménagées de manière à permettre le retournement des véhicules par manœuvre. Dans tous les cas, il pourra être autorisé ou imposé l’aménagement d’une aire pour accueillir des containers pour la répurgation à l’entrée de l’impasse. 3 Juin 2013 81
  • 82. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ Toutes les voies nécessitant le passage de bennes à ordures devront pouvoir les accueillir et les voies en impasse nécessitant leur passage, devront permettre leur retournement. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.). Article AUZ 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) seront évacuées prioritairement par absorption sur le terrain d'assise de la construction. Si ce dispositif est insuffisant ou en cas d'impossibilité technique, les eaux pluviales seront raccordées, après autorisation expresse de l'autorité compétente, au réseau public s'il existe, ou dans le cas contraire au caniveau ou au fossé. En aucun cas, les eaux pluviales ne devront ruisseler directement sur la voie publique. Le cas échéant, le traitement des eaux pluviales sera exigé. Les prescriptions particulières suivantes devront être respectées : - Le respect des normes de dimensionnement et de rejet des eaux pluviales (surstockage) - L’intégration paysagère des ouvrages (exemple pour les bassins de rétention : pentes douces des berges, végétalisation). - La conception des ouvrages doit prendre en compte leur entretien courant (piste d’accès, regard de visite, …). - En l'absence de réseau ou en cas de réseau insuffisant, les aménagements nécessaires au libre écoulement des eaux pluviales (et éventuellement ceux visant à la limitation des débits évacués de la propriété) sont à la charge exclusive du propriétaire qui doit réaliser les dispositifs adaptés à l'opération et au terrain*. - Toutefois, dans le cas d’opérations d’aménagement d’ensemble*, un réseau de collecteurs en attente devra être réalisé à la charge du maître d'ouvrage. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 3 Juin 2013 82
  • 83. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. 6. Stationnement : Les espaces de stationnement extérieurs seront conçus de façon à limiter l'imperméabilisation des sols par la réduction des emprises des voies de circulation et par l'utilisation de technique favorisant la pénétration des eaux pour les emprises de stationnement. Article AUZ 5 - Superficie minimale des terrains constructibles Sans objet. Article AUZ 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent respecter les marges de reculs* indiquées au Plan de zonage du PLU qui se substituent aux règles du présent Règlement. 2. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent être édifiées par rapport aux voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures : Secteur Implantations par rapport aux voies et emprises 1AUZa à l’alignement 1AUZb entre 0 et 10 mètres (sauf pour les constructions annexes*) 1AUZc à l’alignement ou à un minimum de 1 mètre Pour le secteur 1AUZa : En cas de terrain profond permettant l'implantation en arrière d'une deuxième construction ou rangée de constructions, cette règle ne concerne que la première construction ou rangée de constructions. La deuxième construction ou rangée de constructions devra respecter un recul minimal de 12 mètres par rapport aux voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures. Dans tous les cas, un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - 3 Juin 2013 pour les extensions des constructions existantes ; dans ce cas le recul sera le même que celui des constructions existantes ; lorsqu’il existe sur des parcelles voisines ou sur le même terrain des bâtiments édifiés différemment et dont il convient de respecter l’ordonnancement afin de contribuer à une harmonie d’ensemble, la construction devra respecter ce retrait pour assurer une meilleure intégration urbaine ; pour permettre une préservation de haies ou de talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. 83
  • 84. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article AUZ 7 - Titre III – Chapitre II - Zone AUZ Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives 1. Pour les secteurs 1AUZa et 1AUZb : A l'intérieur d'une bande de 15 mètres à partir des voies publiques ou privées et emprises publiques, existantes ou futures, ou à la limite de construction en cas de recul imposé, les constructions doivent être édifiées en limite ou respecter un recul minimal de 3 mètres. Au delà de la bande de 15 mètres, l'implantation des constructions devra satisfaire aux règles de l'article AUZ 10. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 3 mètres ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour les constructions d'immeubles groupés et pour des opérations d’aménagement d'ensemble* ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière) ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. 2. Dans le secteur 1AUZc : Les constructions devront être implantées avec un recul minimum de 3 mètres par rapport aux limites séparatives. Toutefois, la construction principale en limite séparative sur un coté est autorisée. Un recul différent pourra être imposé ou autorisé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 3 mètres ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour les constructions d'immeubles groupés et pour des opérations d’aménagement d'ensemble* ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre et la construction principale pourra se réaliser d’une limite séparative à l’autre ; pour des raisons topographiques ou de configuration des parcelles (forme triangulaire ou irrégulière) ; dans ce cas, le recul minimal est porté à 1 mètre ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt général. Les constructions à usage d’habitations, de commerces et services et à usage mixte seront édifiées avec un recul minimum de 3 mètres par rapport aux limites parcellaires (y compris sur limites parcellaires en limite de ZAC). 3. Peut être autorisée en limites séparatives, la construction de bâtiments (non habitables) à usage d’annexes* (garage, atelier, remise,...) à l'exclusion des locaux professionnels. La surface de ces constructions ne dépassera pas 30 m², leur hauteur à l'égout du toit inférieur à 3,5 mètres, et leur hauteur au faîtage inférieur à 6 mètres. Un recul compris entre 0 et 3 mètres pourra être autorisé dans le cas où il existerait en limite séparative un talus ou une haie qu'il serait préférable de conserver pour des raisons d'environnement. 4. Les abris de jardin devront respecter un recul minimum de 1 mètre par rapport aux limites séparatives. Toutefois, dans le secteur 1AUZa, les abris de jardin pourront s’implanter en limite séparative. 3 Juin 2013 84
  • 85. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article AUZ 8 - Titre III – Chapitre II - Zone AUZ Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Les bâtiments non contigus devront être séparés en tout point d'une distance minimale de 3 mètres. Article AUZ 9 - Emprise au sol des constructions 1. Pour le secteur 1AUZa : Il n’est pas fixé de Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal. 2. Pour le secteur 1AUZb : Le Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal est de 0,80. Dans le cas de lotissement, le CES* est appliqué à l’ensemble de l’opération. Le CES* n’est pas applicable aux bâtiments scolaires, sanitaires ou hospitaliers. 3. Pour le secteur 1AUZc : Le Coefficient d’Emprise au Sol* (CES) maximal est de 0,50. Dans le cas de lotissement, le CES* est appliqué à l’ensemble de l’opération. Le CES* n’est pas applicable aux bâtiments scolaires, sanitaires ou hospitaliers. Article AUZ 10 - Hauteur maximale des constructions 1. Hauteur par rapport aux limites de terrain* Pour les secteurs 1AUZa et 1AUZb : Au-delà d'une bande de 15 mètres à partir des voies publiques ou privées et emprises publiques, existantes ou futures, ou à la limite de construction en cas de recul imposé, les constructions doivent s'inscrire à l'intérieur d'un gabarit défini par un plan vertical en limite de terrain* de 3,5 mètres de hauteur maximale, prolongé par un plan oblique à 45° De plus, . lorsque la configuration du terrain ou l'environnement le justifie, l'implantation du pignon pourra être réalisée en limite séparative. 2. Hauteur maximale 2.1 - Les constructions ne pourront dépasser un rez-de-chaussée avec un étage, et un attique* ou un étage aménagé dans les combles. La hauteur maximale des constructions (hors attique*), calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 6,5 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. 2.2 - Toutefois, dans les secteurs 1AUZa et 1AUZb pour les collectifs et les équipements : les constructions ne pourront dépasser un rez-de-chaussée avec deux étages, et un attique* ou un étage aménagé dans les combles. La hauteur maximale des constructions (hors attique*), calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 9 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. pour les collectifs et les équipements, la hauteur maximale des constructions est portée à 9 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. 2.3 - Lorsque le terrain naturel n'est pas horizontal, les façades et les pignons seront découpés en tranche de 15 mètres. Pour l'application de cette disposition, la côte moyenne du terrain à l'intérieur de ces tranches sera alors prise en considération. 2.4 - Des règles différentes de hauteur maximale pourront être autorisées ou imposées, pour des considérations d'ordre technique ou architectural et notamment : - 3 Juin 2013 pour la modification, l'extension, la restauration ou la reconstruction après sinistre de constructions existantes qui ne respecteraient pas les normes générales ; 85
  • 86. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement - Titre III – Chapitre II - Zone AUZ pour la construction de bâtiment lorsqu'il existe à proximité immédiate des constructions ne respectant pas les normes générales ; pour la construction de bâtiment sur des terrains dont la topographie est accidentée (forte pente, dénivelé dans la parcelle ou avec la voie ou les parcelles voisines). - Ces règles différentes s’appuieront sur le gabarit des constructions existantes, objet de l’intervention, ou sur le gabarit des constructions voisines. 2.5 - Les règles des paragraphes 2.1 et 2 ;2 ne s’appliquent pas aux antennes paratonnerres, cheminées, aux dispositifs de ventilation. 3. Les règles définies ci-dessus ne s’appliquent pas aux constructions de caractère exceptionnel, tel que château d’eau, silos, relais hertzien, pylône, etc., pour lesquelles la hauteur devra être déterminée suivant la fonction de l’ouvrage sans toutefois dépasser un maximum de 50 mètres à partir du sol naturel. Article AUZ 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur et une unité dans le choix des matériaux. 2. A l’intérieur du périmètre des monuments historiques a - Constructions à vocation d’habitation ou de bureaux 1. Les constructions qui s'inspirent de l'architecture traditionnelle devront tenir compte des proportions, de l'échelle et des couleurs de celle-ci et seront caractérisées principalement par : - - des plans rectangulaires très prononcés pour le bâtiment principal et/ou un assemblage orthogonal de rectangles (sauf si les caractéristiques de la parcelle empêchent cette disposition). une dominante horizontale pour les volumes, et une dominante verticale pour les percements, qui seront donc plus haut que large. des toitures à deux pentes symétriques voisines de 45° ; les croupes pouvant être tolérées sur les volumes secondaires si elles sont en nombre réduit. des cheminées en maçonnerie. des rez-de-chaussée de plain-pied dont le niveau ne devra pas dépasser 0,30 mètre du terrain naturel avant travaux, sauf exception justifiée par la topographie des lieux. des ouvertures en toiture qui ne devront affecter qu'une faible partie de la toiture et seront en nombre réduit. des toitures en ardoises, en matériaux de même teinte ou en chaume. des murs en pierre apparente d'origine locale ou enduits y compris les pignons (le bardage bois en association avec la pierre ou les parpaings enduits peuvent être autorisés). 2. Les constructions d'expression contemporaine devront répondre à un souci de simplicité et de clarté de l'architecture. Ces constructions répondront également à un souci d'intégration dans l'environnement par nature plus "traditionnel", intégration qui sera appréciée au niveau des volumes, des matériaux et des couleurs. Sans entraver la création architecturale - si elle est réelle, l'autorité chargée de la délivrance des 3 Juin 2013 86
  • 87. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ permis de construire veillera à la qualité architecturale du projet, et arrêtera avec les auteurs de tels projets les conditions d'intégration dans le cadre qui les reçoit. 3. La construction d'habitation individuelle sur sous-sol ouvert sur l'extérieur (garage enterré) ne sera autorisée que dans le cas où la topographie du terrain le permet (forte pente ou terrain surplombant de plus d' 1,5 mètre la voie d'accès) et à la condition que les eaux de ruissellement de la rampe d'accès au sous-sol puissent être évacuées naturellement hors du sous-sol. Dans tous les cas, le rez-de-chaussée de la construction pris en son milieu ne sera pas à plus de 0,30 mètre du terrain naturel avant travaux. b - Constructions autres que celles destinées à l’habitation et aux bureaux Les constructions telles que garage, remise, hangar, atelier, annexe*, abri de jardin, etc. devront par leur aspect et leur localisation être en harmonie avec le cadre bâti et naturel existant. Elles devront s'inspirer, sauf voisinage immédiat de constructions d'expression contemporaine, de l'architecture traditionnelle locale notamment par : - des murs en pierre ou enduits, ou en bardage bois. Les constructions d’annexes* telles que clapiers, poulaillers, abris, remises, etc. réalisées avec de moyens de récupération ou avec des matériaux d’aspect médiocre (tôle ondulée, bardeaux bitumineux…) sont interdits. 3. Clôtures a - Matériaux et aspect 1. Les matériaux utilisés doivent être en harmonie avec l'environnement naturel ou le tissu urbain : - en site naturel, prédominance de la végétation. en site urbain, l'utilisation des matériaux devra tenir compte de ceux des façades de la construction. 2. Les clôtures seront constituées par : - des talus naturels ou artificiels. des murets de pierres sèches ou de pierres scellées au mortier de ciment non rejointoyées ; dans ce cas, les pierres utilisées seront d'extraction locale. des haies vives constituées d'essences locales, pouvant être doublées par des grillages noyés dans la végétation. des balustrades ou grilles à barreaudages de faible hauteur. des murets de parpaing enduit ou des murets de béton brut de décoffrage, surmontés ou non de balustrades ou grilles à barreaudages. des clôtures bois ou panneaux de bois, dans la mesure où ils s’inscrivent aisément dans l’environnement. 3. Feront l’objet d’interdiction : - les les les les les les éléments décoratifs en béton moulé. murs en briques d'aggloméré ciment non enduits. éléments en béton préfabriqué. grillages sans végétation. haies de conifères et de lauriers palme. matériaux de récupération (tôle ondulée, amiante ciment, palissade bois, etc.). b - Hauteur 1. Sur voies et marges de recul par rapport à la voie : - 3 Juin 2013 en limite de voie ou emprise publique, ces hauteurs sont comptées à partir du niveau du trottoir. dans le cas de murs bahuts, la hauteur ne devra pas dépasser 0,80 mètre sur rue si le mur ne forme pas soutènement. 87
  • 88. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement - - Titre III – Chapitre II - Zone AUZ les balustrades ou grilles à barreaudages peuvent être tolérées sur les murs bahuts à condition que leur hauteur ne soit pas supérieure à 1,20 mètre. les murs assurant une liaison avec l'environnement bâti peuvent être autorisés, ou imposés, en fonction de la qualité des matériaux utilisés. Leur hauteur maximale sera de 2 mètres au dessus du niveau de la rue. les haies vives doublées ou non de grillages ou treillis soudé, ne devront pas dépasser 2 mètres de haut maximum. 2. Sur limites séparatives des voisins : - - En limite séparative, les clôtures s'harmonisent avec celles du secteur. A défaut, elles ne doivent pas dépasser une hauteur de 2 mètres par rapport au terrain naturel le plus haut. par souci de respect du tissu urbain environnant, un type de clôture particulier pourra éventuellement être imposé pour des raisons d’ordre esthétiques, techniques, ou de règles de sécurité particulières. 3. Des adaptations aux paragraphes b.1 et b.2 pourront être autorisées ou imposées si le mur fait office pour partie ou en totalité de mur de soutènement. 4. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article AUZ 12 - Réalisation d’aires de stationnement 1. Des aires de stationnement correspondant aux besoins des constructions et installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation doivent être réalisées en dehors des voies publiques, sur le terrain de l'opération ou à proximité. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale. Les normes minimales exigées sont indiquées aux paragraphes suivants (en l’absence de précision, les normes concernent les véhicules légers et non les deux-roues) : - pour les constructions à usage d'habitation individuelle : 2 places de stationnement par logement et 1 place pour deux-roues par logement. Dans le cas d’opération d’aménagement d’ensemble* et pour les lots libres (et non pour l’habitat dense type maisons de ville, habitat intermédiaire, …) ces deux places seront à réaliser sur une emprise privative non close, sauf dans le secteur 1AUZa. - pour les constructions à usage d'habitation collective : 1,5 place de stationnement par logement arrondi au chiffre supérieur, et 1 place pour deux-roues par logement. Une certaine proportion de ces places pourra être imposée en sous-sol. Cette norme est également applicable dans le cas d'affectation pour un usage d'habitation d'un immeuble ayant précédemment une autre affectation. 3 Juin 2013 88
  • 89. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement - Titre III – Chapitre II - Zone AUZ pour les commerces : le nombre de places de stationnement exigées est fonction de la surface de plancher* à usage commercial (ventes et réserves), les normes sont les suivantes : - moins de 150 m² : aucune place n’est exigée ; pour les surfaces supplémentaires comprises entre 150 et 400 m² : 1 place de stationnement par 30 m² (*) ; pour les surfaces commerciales supérieures à 400 m² de surface de plancher* à usage commercial (vente et réserves), des places de stationnement dont le nombre est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. (*) des normes différentes pourront être acceptées pour tenir compte de la nature du commerce et de sa fréquentation. 1 emplacement pour deux-roues par tranche de 100 m² de surface de plancher* affectée à la vente (hors réserves, locaux techniques…). - pour les constructions à usage de bureaux et services (y compris bâtiments publics) et professions libérales : 1 place de stationnement pour 40 m² de surface de plancher*, et 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher*. Compte tenu des emplois occupés et de la fréquentation de certains bureaux, des normes supérieures pourront être exigées. - pour les constructions à usage artisanal : au-delà de 100 m² de surface de plancher*, 1 place de stationnement par tranche de 60 m² de surface de plancher*. 1 emplacement pour deux-roues par tranche complète de 100 m² de surface de plancher*. - pour les établissements hospitaliers et les cliniques : 1 place de stationnement pour 3 lits, et 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 200 m² de surface de plancher*. - pour les hôtels et restaurants : - 1 place de stationnement par chambre - 1 place de stationnement pour 10 m² de surface de plancher* de salle de restaurant. Pour les hôtels-restaurants, ces deux chiffres ne sont pas cumulatifs : seul le plus contraignant sera appliqué. - Pour les restaurants, 1 emplacement deux-roues par tranche complète de 150 m² de surface de plancher*. - pour les établissements d’enseignement : - - Etablissements du premier degré : 1 place de stationnement par classe d’élèves et 3 emplacements deux-roues par classe. Etablissements du second degré : 2 places de stationnement par classe d’élèves et 6 emplacements deux-roues par classe. Etablissements d'enseignement supérieur et de formation professionnelle : 1 place pour 50 m² de surface de plancher*, et 6 emplacements deux-roues par classe. Autres (salles de spectacle, salle de réunions, ensemble sportif, …) : le nombre de places de stationnement est à déterminer en fonction de leur capacité d'accueil et de leur type d'activité. 2. Stationnement maximal Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. 3. Tout emplacement de stationnement créé doit s’inscrire dans un rectangle libre minimal de 5 mètres par 2,5 mètres. 4. Le nombre de places exigées pour les deux roues correspond soit à un local ou un emplacement clos, accessible de 1,5 m² par place, soit à un emplacement de plain-pied équipé d'un nombre de dispositifs suffisants pour attacher autant de 2 roues que de places requises. Pour les nouvelles constructions dont la surface de plancher* est supérieure à 3 Juin 2013 89
  • 90. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ 750 m², à usage d'habitat, d'activités, de commerces et de bureaux et pour les établissements d'enseignement, un local devra être aménagé. Pour les établissements scolaires et universitaire, une localisation accessible et fonctionnelle des emplacements, une localisation à proximité immédiate des entrées, une visibilité et une bonne signalisation, une facilité d’accès (éviter marches, étages, plusieurs portes à franchir…) ainsi que la couverture et l'éclairage des emplacements seront recherchés. 5. Les obligations définies ci-dessus sont considérées comme satisfaites lorsque les conditions prévues à l'article L. 123-1-13 du Code de l'Urbanisme sont remplies, autrement dit, il ne peut être exigé la réalisation de plus d’une aire de stationnement par logement* lors de la construction de logements locatifs financés avec un prêt aidé par l’Etat. L'obligation de réaliser des aires de stationnement n'est pas applicable aux travaux de transformation ou d'amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs financés avec un prêt aidé par l'Etat, y compris dans le cas où ces travaux s'accompagnent de la création de surface de plancher*, dans la limite d'un plafond de 50% de la surface de plancher* existant avant le commencement des travaux. 6. En cas d’impossibilité technique ou architecturale d'aménager sur le terrain de l'opération le nombre de places fixées ci-dessus, le constructeur pourra être autorisé à aménager ou à faire aménager sur un autre terrain situé à moins de 300 mètres du premier, les surfaces de stationnement qui lui font défaut à condition qu'il apporte la preuve qu'il réalise ou fait réaliser lesdites places. Il peut également être tenu quitte de ses obligations en justifiant, pour les places qu'il ne peut réaliser lui-même sur le terrain d'assiette ou dans son environnement immédiat, soit de l'obtention d'une concession à long terme dans un parc public de stationnement existant ou en cours de réalisation, soit de l'acquisition ou de la concession de places dans un parc privé de stationnement existant ou en cours de réalisation. A défaut de pouvoir réaliser cette obligation, le pétitionnaire peut être tenu de verser à la Commune d’Ergué-Gabéric une participation au financement de parkings publics dans les conditions fixées par l'article L. 123-1-12 du Code de l'Urbanisme. 7. Dans les cas de réhabilitation, de transformation, d’extension sans changement d’affectation des constructions existantes, seules seront prises en compte pour le calcul des besoins, les places supplémentaires nécessitées par l’opération (sans résorption, le cas échéant, du déficit existant). 8. Dans le cas de projets importants ayant des caractéristiques spéciales en matière de besoins en stationnement, il sera exigé une étude justificative permettant d'apprécier les besoins en stationnement qui pourront être plus élevés que ceux qui auraient pu être calculés avec les normes ci-dessus. 9. Pour les surfaces commerciales et les équipements cinématographiques, les emprises au sol affectées aux aires de stationnement ne peuvent excéder les dispositions prévues à l’article L. 111-6-1 du Code de l’Urbanisme. 10.Pour limiter l'imperméabilisation des sols, se référer au paragraphe traitant du stationnement à l’article 4 du présent chapitre. Article AUZ 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des articles L. 130-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur les documents graphiques au titre de l’article L. 121-1-5-7 du Code de l’Urbanisme devront faire l’objet d’une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3 Juin 2013 90
  • 91. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre III – Chapitre II - Zone AUZ 3. Les constructions et opérations d’aménagement d’ensemble* nouvelles seront subordonnées à l'observation des règles suivantes : a. Dans les espaces communs, les surfaces libres de toute construction, installation ainsi que les aires de stationnement seront plantées soit d'arbres de haute tige chaque fois que la disposition des lieux le permettra, soit d'espèces arbustives. Les feuillus seront plantés de préférence aux résineux, chaque fois que les conditions écologiques et pédologiques le permettront. Les plantations devront être terminées dans l'année qui suit l'occupation effective des locaux. b. Dans les opérations d’aménagement d’ensemble*, groupes d'habitations et immeubles collectifs, il sera réservé en dehors des voiries et stationnements des espaces libres communs. Ces espaces libres communs seront aménagés en espaces verts, aires de jeux, de loisirs, de plein air, etc., et groupés en des ensembles cohérents sur le plan de l'aménagement. Des adaptations à cette règle pourront être apportées dans le cas d'opérations dont la très faible importance ne justifie pas l'application rigoureuse de cette règle ou pour des considérations d'urbanisme dûment motivées. c. Les installations indispensables susceptibles de nuire à l'aspect des lieux telles que réservoirs, citernes, abris de jardin, remises, etc., devront être masquées par un écran de verdure. 4. En dehors du secteur 1AUZa, les talus seront obligatoirement conservés lorsqu'ils se trouvent en limite séparative ou en bordure de voie, seuls peuvent être admis les arasements nécessaires à l'accès au terrain et aux biseaux de visibilité. 5. En sus des plantations, les espaces libres seront aménagés, sous forme végétale ou minérale, en harmonie avec la construction et le tissu urbain environnant, des prescriptions particulières pouvant être imposées à l'occasion de l'autorisation de construire. Section III - Possibilités d’occupation du sol Article AUZ 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Non réglementé. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article AUZ 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article AUZ 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 91
  • 92. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre III – Chapitre II - Zone AUZ 92
  • 93. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone agricole TITRE IV DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES AGRICOLES 3 Juin 2013 93
  • 94. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre IV– Chapitre I - Zone A 94
  • 95. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A CHAPITRE I DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A 3 Juin 2013 95
  • 96. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A ZONE A Nota : La zone naturelle A correspondent à des secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles.. La zone A comprend les secteurs Aa (agricole) Ab (agricole non constructible) et Ah (constructions isolées et hameaux). Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article A 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Les constructions et utilisations du sol de toute nature, à l'exception de celles admises à l'article A 2. Article A 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis, sous réserve de compatibilité avec le développement des activités agricoles (notamment respect des règles de distances applicables réciproquement entre les bâtiments relevant du règlement sanitaire départemental ou de la législation des installations classées et les constructions à usage d'habitation ou à usage professionnel : articles L. 111-3 du Code Rural et R. 111-2 du Code de l'Urbanisme) : 1. Dans le secteur Aa : 1.1 Les constructions, restaurations, extensions de bâtiments et les installations nécessaires aux exploitations agricoles. 1.2 Les constructions et installations nécessaires à des équipements collectifs ou à des services publics, dès lors qu'elles ne sont pas incompatibles avec l'exercice d'une activité agricole, pastorale ou forestière dans l'unité foncière où elles sont implantées et qu'elles ne portent pas atteinte à la sauvegarde des espaces naturels et des paysages. 1.3 Les constructions à usage d'habitation destinées au logement des personnes dont la présence permanente est nécessaire au fonctionnement des exploitations agricoles. Cette construction devra être réalisée sur la même unité foncière que les bâtiments d’exploitation et à moins de 100 mètres d’une construction. 1.4 Le changement de destination de bâtiments existants répertoriés au Plan de zonage du PLU au titre de l’article L. 123-3-1 du Code de l’urbanisme, présentant un intérêt architectural ou patrimonial, en habitation ou à des fins de diversification des activités d’une exploitation agricole (camping à la ferme, aires naturelles de camping, gîtes ruraux, chambre d’hôtes…), sous réserve que ces activités de diversification restent accessoires 3 Juin 2013 96
  • 97. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A par rapport aux activités agricoles de l’exploitation. Le changement de destination ne doit pas compromettre l'exploitation agricole. 1.5 Les installations et constructions à des fins de diversification des activités d’une exploitation agricole (camping à la ferme, aires naturelles de camping, gîtes ruraux, chambre d’hôtes…), sous réserve que ces activités de diversification restent accessoires par rapport aux activités agricoles de l’exploitation. Ces constructions à des fins de diversification des activités d’une exploitation agricole sont autorisées à condition qu’elles soient réalisées sur la même unité foncière que les bâtiments d’exploitation et à moins de 100 mètres d’une construction, et sous réserve qu’elles ne compromettent pas l'exploitation agricole. 1.6 Les installations classées liées aux exploitations agricoles de la zone. 1.7 Les exhaussements et affouillements du sol autorisés dans le cadre d'un permis de construire ou d'occupation du sol, ainsi que ceux nécessaires aux activités autorisées dans la zone ou qu'ils soient nécessaires à la réalisation d'un projet déclaré d'utilité publique ou encore qu'ils soient liés à des travaux de fouilles archéologiques, de renforcement de la défense incendie ou de régulation des eaux pluviales. 1.8 Les piscines non couvertes liées à une habitation ou à un gîte à la ferme. 2. Dans le secteur Ab : 2.1 Les exhaussements et affouillements du sol nécessaires aux activités autorisées dans la zone ou qu'ils soient nécessaires à la réalisation d'un projet déclaré d'utilité publique ou encore qu'ils soient liés à des travaux de fouilles archéologiques, de renforcement de la défense incendie ou de régulation des eaux pluviales. 3. Dans le secteur Ah : 3.1 Il pourra être autorisé la réalisation d’aires de stationnement. 3.2 La restauration des habitations et bâtiments existants. 3.3 Le changement de destination en habitat, gîte, hôtellerie ou réception, des constructions existantes à la date d’approbation du PLU est autorisé dans l’enveloppe originelle des bâtiments anciens en pierre ou en terre, sous réserve que le caractère architectural originel soit conservé, et que cette construction ait une emprise au sol* minimale de 40 m² ou qu’elle soit repérée au Plan de zonage comme élément patrimonial. 3.4 L’extension des habitations, gîtes, hôtelleries ou réceptions existantes, sous réserve que le bâtiment fasse plus de 25 m². 3.5 Les annexes* liées aux habitations, gîtes, hôtelleries ou réceptions, ou nécessaires à une activité en place. 3.6 Les piscines liées à une habitation ou à un gîte. 3.7 Les abris pour animaux dans un autre cadre que celui d’une exploitation agricole. Section II - Conditions de l’occupation du sol Article A 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l'Article 682 du Code Civil. 3 Juin 2013 97
  • 98. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l'immeuble ou de l'ensemble d'immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l'incendie. Ces accès doivent avoir au moins 4 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d'une organisation de la circulation, ou d'aménagements qui permettraient une largeur moindre. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.) 4. Sont interdites les constructions nouvelles nécessitant un accès direct sur les voies ou portions de voies désignées au Plan de zonage et situées hors agglomération. A titre exceptionnel, des adaptations à cette règle pourront être apportées après avis des services compétents, lorsqu’elles sont justifiées par des impératifs techniques tenant, notamment, à la nature de la construction (station-service…) et qu’elles ne portent pas atteinte à la commodité et à la sécurité de la circulation. Article A 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. En l'absence de réseau collectif, et sous réserve que l'hygiène générale et la protection sanitaire soient assurées, l'alimentation en eau potable par puits ou forage pourra être admise pour les constructions à usage d'habitation ou d'activités. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Sauf raisons techniques contraires et autorisation expresse de l'autorité compétente, les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) seront évacuées sur le terrain assise de la construction et non sur le domaine public. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe ; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 3 Juin 2013 98
  • 99. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. Article A 5 - Superficie minimale des terrains constructibles En cas d’absence de réseau collectif d’assainissement, la surface des terrains devra permettre la mise en œuvre d’un assainissement autonome. Ces dispositions devront être prises en compte dans tous les cas et notamment lors des divisions de terrains. Article A 6 - Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent être édifiées avec un recul minimum de 5 mètres par rapport à l'alignement des voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures. 2. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d'ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - Article A 7 - pour les extensions des constructions existantes ; dans ce cas le recul sera le même que celui des constructions existantes ; lorsqu’il existe sur des parcelles voisines ou sur le même terrain des bâtiments édifiés différemment et dont il convient de respecter l’ordonnancement afin de contribuer à une harmonie d’ensemble, la construction devra respecter ce retrait pour assurer une meilleure intégration urbaine ; pour permettre une préservation de la végétation ou des talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt public. Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives 1. Les constructions, lorsqu'elles ne jouxtent pas les limites séparatives, doivent respecter une distance minimum de 5 mètres. A titre exceptionnel, un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d’ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 5 mètres ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour permettre une préservation de la végétation ou des talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d’intérêt public. 2. Les constructions abritant une installation classée doivent respecter les marges d’isolement prévues par la réglementation qui les concernent par rapport aux limites des zones d’habitations futures ou existantes. Article A 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Néant. 3 Juin 2013 99
  • 100. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Article A 9 - Titre IV– Chapitre I - Zone A Emprise au sol des constructions Dans le secteur Ah, l’emprise au sol* des extensions (hors annexes*) ne devra pas dépasser 50 m² à compter de la date d’approbation du PLU. Dans le secteur Ah, l’emprise au sol* des annexes* ne doit pas dépasser 30 m². Article A 10 - Hauteur maximale des constructions La hauteur maximale des habitations et des constructions annexes*, calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 6,50 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. De plus, les constructions annexes* ne devront pas dépasser la hauteur des constructions principales. Article A 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l’environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d’architecture, une harmonie de couleur, une unité dans le choix des matériaux. 2. Les constructions d’annexes* telles que abris, remises, etc. réalisées avec des moyens de fortune sont interdits. 3. Clôtures Les clôtures ne sont pas obligatoires. a – Clôtures sur voie (à l’exception de celles nécessaires à l’exploitation agricole) Si des clôtures sont édifiées, elles seront constituées de talus plantés, de murets de pierres sèches ou de haies vives, qui pourront être doublés par un grillage noyé dans la végétation. Un aspect particulièrement soigné sera exigé aux abords des routes départementales. Dans le secteur Ah, les murs assurant une liaison avec l’environnement bâti peuvent être autorisés, ou imposés, en fonction de la qualité des matériaux utilisés. b – Clôtures sur limites séparatives (à l’exception de celles nécessaires à l’exploitation agricole) Si des clôtures sont édifiées, elles seront constituées de talus plantés, de murets de pierres sèches ou de haies vives, qui pourront être doublés par un grillage noyé dans la végétation. Les murs assurant une liaison avec l’environnement bâti peuvent être autorisés, ou imposés, en fonction de la qualité des matériaux utilisés. c – Feront l’objet d’interdiction : - 3 Juin 2013 les éléments décoratifs en béton moulé. les murs en briques d'aggloméré ciment non enduits. les éléments en béton préfabriqué. Les haies de conifères et de lauriers palme. les matériaux de récupération (tôle ondulée, amiante ciment, palissade bois, etc.). 100
  • 101. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A Des adaptations à ces règles pourront être autorisées pour des raisons de sécurité. Un type de clôture particulier pourra éventuellement être imposé pour des raisons d’ordre esthétique. 4. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. Article A 12 - Réalisation d’aires de stationnement Les aires de stationnement des véhicules doivent correspondre aux besoins des constructions ou installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation. Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. Stationnement maximal : sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. Article A 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des Articles L. 130-1 et suivants du Code de l’Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l’objet d’une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Dans le secteur Ah, les installations indispensables susceptibles de nuire à l'aspect des lieux telles que réservoirs, citernes, abris de jardin, remises, etc. devront être masquées par un écran végétal. 4. Espaces libres dans le secteur Ah : un minimum de 20% de la superficie totale de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre. 3 Juin 2013 101
  • 102. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre IV– Chapitre I - Zone A Section III - Possibilités d’occupation du sol Article A 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Sans objet. Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article A 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article A 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 102
  • 103. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Zones naturelles et forestières TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES 3 Juin 2013 103
  • 104. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre V– Chapitre I - Zone N 104
  • 105. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N CHAPITRE I DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N 3 Juin 2013 105
  • 106. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N ZONE N Nota : La zone N est la zone naturelle et forestière correspondant aux secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison soit de la qualité des sites, milieux et espaces naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique, soit de l'existence d'une exploitation forestière, soit de leur caractère d'espaces naturels. La zone N comprend les secteurs Na (espaces naturels), Nca (club canin), Nci (cimetière), Nh (constructions isolées et hameaux), Nj (jardins familiaux), NL (sports et loisirs) et Nzh (zones humides). Les termes dans ce Chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition figurant dans le titre I "Dispositions générales". Cette définition doit être prise en compte pour l’application du règlement et de ses documents graphiques. Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol Article N 1 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol interdits 1. Les constructions et utilisations du sol de toute nature à l’exception de celles admises à l’article N 2. Article N 2 - Types d’occupation ou d’utilisation du sol soumis à des conditions particulières Sont admis, sous réserve d’une intégration paysagère : 1. Sauf dans le secteur Nzh, il pourra être autorisé la réalisation d’aires de stationnement. Dans le secteur Na, le nombre de place est limité à dix places de stationnement par site. 2. Dans le secteur Na : 2.1 Les travaux d’importance limitée sur les installations existantes pour la pêche ou l’exploitation des ressources des cours d’eau. 2.2 Les installations nouvelles ou les aménagements de défense contre les cours d’eau. 2.3 Les travaux d’affouillement et d’exhaussement nécessaires à la constitution de réserves d’eau à usage agricole, sous réserve qu’ils ne modifient pas fondamentalement le régime des eaux de surface. 3 Juin 2013 106
  • 107. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N 2.4 Les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la mise en valeur des ressources naturelles minières au sein des secteurs délimités au Plan de zonage. 3. Dans le secteur Nca, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension d’un club canin ainsi qu’à son fonctionnement. 4. Dans le secteur Nci, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension d’un cimetière ainsi qu’à son fonctionnement. 5. Dans le secteur Nh : 5.1 Il pourra être autorisé la réalisation d’aires de stationnement. 5.2 La restauration des habitations et bâtiments existants. 5.3 Le changement de destination en habitat, gîte, hôtellerie ou réception, des constructions existantes à la date d’approbation du PLU est autorisé dans l’enveloppe originelle des bâtiments anciens en pierre ou en terre, sous réserve que le caractère architectural originel soit conservé, et que cette construction ait une emprise au sol* minimale de 40 m² ou qu’elle soit repérée au Plan de zonage comme élément patrimonial. 5.4 L’extension des habitations, gîtes, hôtelleries ou réceptions existantes, sous réserve que le bâtiment fasse plus de 25 m². 5.5 Les annexes* liées aux habitations, gîtes, hôtelleries ou réceptions, ou nécessaires à une activité en place. 5.6 Les piscines liées à une habitation ou à un gîte. 5.7 Les abris pour animaux dans un autre cadre que celui d’une exploitation agricole. 6. Dans le secteur Nj, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension de jardins familiaux et en particulier, les abris de jardin et les constructions et extensions de bâtiments communs d’intérêt public. 7. Dans le secteur NL, les constructions, utilisation du sol, installations, travaux et dépôts nécessaires à la réalisation ou à l’extension d’aires de jeux, de structures légères de sports et de loisirs. 8. Dans le secteur Nzh, il pourra être autorisé le drainage, l’affouillement ou l’exhaussement de sol pour des travaux relatifs à la sécurité des personnes, et pour les actions d’entretien et de réhabilitation de la zone humide, dans le respect de la Loi sur l’eau. Article N 3 - Accès et voirie 1. Pour être constructible, un terrain doit avoir accès à une voie publique ou privée, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un passage aménagé sur fonds voisins ou éventuellement obtenu par application de l’Article 682 du Code Civil. 2. Les caractéristiques des accès doivent répondre à l’importance et à la destination de l’immeuble ou de l’ensemble d’immeubles à desservir, notamment pour la commodité de la circulation des véhicules de lutte contre l’incendie. Ces accès doivent avoir au moins 4 mètres de largeur de chaussée, sous réserve d’une organisation de la circulation, ou d’aménagements qui permettraient une largeur moindre. 3. Le permis de construire peut être subordonné à la réalisation d'aménagements particuliers concernant les accès et tenant compte de l'intensité de la circulation et de la sécurité des usagers (par exemple, accès imposé sur une des voies si le terrain peut se desservir sur plusieurs voies, biseau de visibilité, tourne à gauche, etc.). 4. Sont interdites les constructions nouvelles nécessitant un accès direct sur les voies ou portions de voies désignées au Plan de zonage et situées hors agglomération. 3 Juin 2013 107
  • 108. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N A titre exceptionnel, des adaptations à cette règle pourront être apportées après avis des services compétents, lorsqu'elles sont justifiées par des impératifs techniques tenant, notamment, à la nature de la construction (station-service,...) et qu'elles ne portent pas atteinte à la commodité et à la sécurité de la circulation. ARTICLE N 4 - Desserte par les réseaux 1. Adduction en eau potable : Toute construction ou installation nouvelle qui requiert une alimentation en eau doit être desservie par une conduite de distribution de caractéristiques suffisantes et raccordée au réseau collectif d'adduction d'eau sous pression. En l'absence de réseau collectif, et sous réserve que l'hygiène générale et la protection sanitaire soient assurées, l'alimentation en eau potable par puits ou forage pourra être admise pour les constructions à usage d'habitation ou d'activités. 2. Eaux pluviales : Tout aménagement à réaliser sur un terrain ne doit jamais faire obstacle à l'écoulement des eaux pluviales. Sauf raisons techniques contraires et autorisation expresse de l'autorité compétente, les eaux pluviales (toiture et aires imperméabilisées) seront évacuées sur le terrain assise de la construction, et non sur le domaine public. 3. Assainissement : Les dispositions des règlements sanitaires en vigueur devront être observées. Les eaux usées des constructions doivent être évacuées directement au réseau collectif d'assainissement, s'il existe; sinon, les dispositifs d'assainissement individuel devront être conçus de façon à permettre ultérieurement l'évacuation des eaux usées à ce réseau, si sa mise en place est prévue, sans transiter par les systèmes individuels. En l'attente de la desserte par le réseau collectif, et dans les zones où le réseau collectif n'est pas prévu, ne pourront être autorisées les constructions que dans la mesure où les eaux usées qui en seront issues pourront être épurées et éliminées par un dispositif d'assainissement individuel conforme et conçu en fonction des caractéristiques du terrain. Ce dispositif fera l'objet d'un contrôle par Quimper communauté au titre de l'article 35 de la loi sur l'eau. 4. Annexes sanitaires : Dans tous les cas, les aménagements réalisés devront être compatibles avec les dispositions des Annexes sanitaires du PLU. 5. Lignes de distribution de gaz, de fluides divers ou d’énergie électrique, d’éclairage public, de fibres optiques et de télécommunications : Ces lignes doivent être installées en souterrain chaque fois que les conditions techniques le permettent. ARTICLE N 5 - Superficie minimale des terrains constructibles En cas d’absence de réseau collectif d’assainissement, la surface des terrains devra permettre la mise en œuvre d’un assainissement autonome. Ces dispositions devront être prises en compte dans tous les cas et notamment lors des divisions de terrains. 3 Juin 2013 108
  • 109. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement ARTICLE N 6 - Titre V– Chapitre I - Zone N Implantation des constructions par rapport aux voies publiques et privées et emprises publiques 1. Les constructions, hors saillies traditionnelles*, éléments architecturaux* doivent être édifiées avec un recul minimum de 5 mètres par rapport à l'alignement existant des voies publiques ou privées et emprises publiques* existantes ou futures. 2. Un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des raisons d'ordre technique ou d'ordre architectural et paysager, et notamment : - - pour la modification ou l'extension de constructions existantes ; dans ce cas le recul sera le même que celui des constructions existantes ; lorsqu’il existe sur des parcelles voisines ou sur le même terrain des bâtiments édifiés différemment et dont il convient de respecter l’ordonnancement afin de contribuer à une harmonie d’ensemble, la construction devra respecter ce retrait pour assurer une meilleure intégration urbaine ; pour permettre une préservation de la végétation ou des talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d'intérêt public. ARTICLE N 7 - Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives 1. Les constructions, lorsqu'elles ne jouxtent pas les limites séparatives, doivent respecter une distance minimum de 5 mètres. A titre exceptionnel, un recul différent pourra être autorisé ou imposé pour des considérations d’ordre technique, architectural, paysager ou d’unité urbaine, et notamment : - - pour les extensions des constructions existantes ne respectant pas le recul minimal de 5 mètres ; dans ce cas, les extensions devront se réaliser dans le prolongement du bâti existant sans restreindre la bande séparant le bâtiment de la limite séparative ; pour permettre une préservation de la végétation ou des talus existants ; pour les constructions et ouvrages techniques d’intérêt public. 2. Les constructions abritant une installation classée doivent respecter les marges d'isolement prévues par la réglementation qui les concernent par rapport aux limites des zones d'habitations futures ou existantes. ARTICLE N 8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété Néant. ARTICLE N 9 - Emprise au sol des constructions Dans le secteur Nh, l’emprise au sol* des extensions (hors annexes*) ne devra pas dépasser 50 m² à compter de la date d’approbation du PLU. Dans le secteur Nh, l’emprise au sol* des annexes* ne doit pas dépasser 30 m². Dans le secteur Nj, l’emprise au sol* des abris de jardins ne doit pas dépasser 9 m². ARTICLE N 10 - Hauteur maximale des constructions Dans le secteur Nh, la hauteur maximale des constructions et des constructions annexes*, calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut 3 Juin 2013 109
  • 110. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N excéder 6,50 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. De plus, les constructions annexes* ne devront pas dépasser la hauteur des constructions principales. Dans le secteur Nj, la hauteur maximale des abris de jardins, calculée à partir du terrain naturel (c'est à dire avant exécution de fouilles ou remblais) ne peut excéder 3 mètres. ARTICLE N 11 - Aspect extérieur des constructions et aménagements de leurs abords – protection des éléments de paysage 1. Généralités Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l'aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu'à la conservation des perspectives monumentales. Les projets seront notamment étudiés pour être en accord avec l'environnement naturel et bâti et devront présenter une simplicité dans les proportions des volumes et des détails d'architecture, une harmonie de couleur, une unité dans le choix des matériaux. 2. Les constructions d'annexes* telles que abris, remises, etc. réalisées avec des moyens de fortune sont interdits. 3. Clôtures Les clôtures ne sont pas obligatoires. a – Clôtures sur voie (à l’exception de celles nécessaires à l’exploitation agricole) Si des clôtures sont édifiées, elles seront constituées de talus plantés, de murets de pierres sèches ou de haies vives, qui pourront être doublés par un grillage noyé dans la végétation. Un aspect particulièrement soigné sera exigé aux abords des routes départementales. Dans le secteur Nh, les murs assurant une liaison avec l’environnement bâti peuvent être autorisés, ou imposés, en fonction de la qualité des matériaux utilisés. b – Clôtures sur limites séparatives (à l’exception de celles nécessaires à l’exploitation agricole) Si des clôtures sont édifiées, elles seront constituées de talus plantés, de murets de pierres sèches ou de haies vives, qui pourront être doublés par un grillage noyé dans la végétation. c - Feront l’objet d’interdiction : - les éléments décoratifs en béton moulé. les murs en briques d'aggloméré ciment non enduits. les éléments en béton préfabriqué. Les haies de conifères et de lauriers palme. les matériaux de récupération (tôle ondulée, amiante ciment, palissade bois, etc.). Des adaptations à ces règles pourront être autorisées pour des raisons de sécurité. Un type de clôture particulier pourra éventuellement être imposé pour des raisons d'ordre esthétique. 4. Constructions repérées au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme sur le Plan de zonage du PLU Les constructions, installations ou travaux ne doivent pas compromettre l’existence et la pérennité de l'élément protégé. Les bâtiments patrimoniaux sont à conserver ou à restaurer. Les travaux d'extension et d'aménagement sur les bâtiments faisant l'objet d'une protection au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urban isme sont autorisés dès lors qu'ils sont conçus dans le sens d'une préservation des caractéristiques culturelles ou historiques desdits 3 Juin 2013 110
  • 111. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N bâtiments ou qu'ils contribuent à restituer une des composantes d'origine du bâtiment. Ces travaux devront se faire en harmonie avec le caractère urbain environnant et tenir compte notamment des implantations, gabarits, couvertures, rythmes et compositions des ouvertures, matériaux et teintes… En particulier, les travaux visant à favoriser la diminution des dépenses énergétiques ne sont autorisés que dans le respect des qualités du patrimoine et du paysage urbain. Il est rappelé que les travaux ou occupations et utilisations du sol cités précédemment doivent, au minimum, faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie et, le cas échéant, d'un permis de démolir. ARTICLE N 12 - Réalisation d’aires de stationnement Les aires de stationnement des véhicules doivent correspondre aux besoins des constructions ou installations à édifier ou à modifier et à leur fréquentation. Sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. Stationnement maximal : sauf pour les habitations pour lesquelles il n’est pas fixé de maximum, le nombre maximum de places de stationnement est fixé à 1 place par tranche de 20 m² de surface de plancher*. ARTICLE N 13 - Réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations 1. Les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU sont soumis aux dispositions des Articles L. 130 -1 et suivants du Code de l'Urbanisme. 2. Tous travaux ayant pour effet de porter atteinte à un élément du paysage identifié sur le Plan de zonage du PLU au titre du L. 123-1-5-7 du Code de l'Urbanisme devront faire l'objet d'une autorisation préalable au titre des installations et travaux divers. 3. Les installations indispensables susceptibles de nuire à l'aspect des lieux telles que réservoirs, citernes, abris de jardin, remises, etc. devront être masquées par un écran végétal. 4. Espaces libres dans le secteur Nh : un minimum de 20% de la superficie totale de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre. Section III - Possibilités maximales d’occupation du sol Article N 14 - Possibilités maximales d’occupation du sol Il n’est pas fixé de coefficient d’occupation des sols. 3 Juin 2013 111
  • 112. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre V– Chapitre I - Zone N Section IV - Dispositions relatives à l’environnement et aux communications électroniques Article N 15 - Performances énergétiques et environnementales Sans objet. Article N 16 - Infrastructures électroniques et réseaux de communications Les infrastructures nouvelles ou la réfection des existantes (voiries…) devront favoriser le cas échéant le passage des gaines contenant les lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique, desservant l’ensemble des constructions à usage professionnel ou d’habitat. 3 Juin 2013 112
  • 113. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexes TITRE VI ANNEXES 3 Juin 2013 113
  • 114. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe I – Espaces Boisés Classés 114
  • 115. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe I – Espaces Boisés Classés ANNEXE I ESPACES BOISES CLASSES 3 Juin 2013 115
  • 116. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe I – Espaces Boisés Classés ESPACES BOISES CLASSES Les Espaces Boisés Classés (EBC) à conserver, à protéger ou à créer, figurent au Plan de zonage du Plan Local d’Urbanisme. Lorsqu'un terrain classé est en outre réservé pour usage public, mention de cette réserve est faite au Plan d'Occupation des Sols. Article EBC 1- Dispositions générales A l'intérieur des périmètres délimitant les Espaces Boisés Classés figurant au Plan de zonage du PLU, les dispositions des articles L. 130-1 à L. 130-6 et R. 130-1 à R. 130-24 du Code de l'Urbanisme sont applicables.. Le propriétaire sera tenu d'entretenir le boisement existant, et en particulier de remplacer les arbres qui viendraient à disparaître. Tout défrichement ou déboisement y est interdit. Seuls, sont autorisés les travaux qui ne sont pas susceptibles de compromettre le caractère boisé des lieux. Article EBC 2 - Dispositions applicables aux Espaces Boisés Classés 1. Article L 130-2 du Code de l'Urbanisme « Pour sauvegarder les bois et parcs, et, en général, tout espace boisé et site naturel situés dans les agglomérations ou leurs environs, et pour en favoriser l’aménagement, l’Etat, les départements, les communes ou les établissements publics ayant pour objet la réalisation d’opérations d’urbanisme peuvent offrir, à titre de compensation, un terrain à bâtir aux propriétaires qui consentent à leur céder gratuitement un terrain classé par « un plan d’occupation des sols rendu public ou un plan local d’urbanisme approuvé » comme espace boisé à conserver, à protéger ou à créer. Cette offre ne peut être faite si la dernière acquisition à titre onéreux dont le terrain classé a fait l’objet n’a pas date certaine depuis cinq ans au moins. » « Il peut également, aux mêmes fins, être accordé au propriétaire une autorisation de construire sur une partie du terrain classé n’excédant pas un dixième de la superficie dudit terrain, si la dernière acquisition à titre onéreux dont ce terrain a fait l’objet a date certaine depuis cinq ans au moins. » « Cette autorisation, qui doit être compatible avec les dispositions du « schéma de cohérence territoriale », ne peut être donnée que par décret pris sur le rapport du ministre chargé de l’urbanisme, du ministre de l’intérieur et du ministre de l’agriculture. La portion de terrain cédée par le propriétaire ne peut faire l’objet d’un changement d’affectation qu’après autorisation donnée dans les mêmes conditions. L’application des dispositions du présent alinéa est subordonnée à l’accord de la ou des communes sur le territoire desquelles est situé le terrain classé, dans les conditions déterminées par les décrets prévus à l’article L. 130-6 » du Code de l’Urbanisme. » « La valeur du terrain à bâtir offert en compensation ou le surcroît de valeur pris, du fait de l’autorisation de construire, par la partie du terrain classé conservée par le propriétaire, ne doit pas dépasser la valeur du terrain cédé à la collectivité. » Les Communes ou les établissements publics ayant ainsi acquis la propriété d'espaces verts, boisés ou non, s'engagent à les préserver, à les aménager et à les entretenir dans l'intérêt du public. 3 Juin 2013 116
  • 117. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe I – Espaces Boisés Classés 2. Article L 130-2 du Code de l'Urbanisme « Lorsqu’ils ont acquis la propriété d’espaces verts, boisés ou non, dans les conditions prévues à l’article L. 130-2, l’Etat, les départements, les communes ou les établissements publics s’engagent à les préserver, à les aménager et à les entretenir dans l’intérêt du public. » 3. Les possibilités de construction accordées en application de l’article L. 130-2 du Code de l’Urbanisme sont fixées par décret. La portion du terrain rendue éventuellement constructible après application de l’article L. 130-2 du Code de l’Urbanisme est soumise aux règles de la zone dans laquelle elle se trouve. 4. Nonobstant toutes dispositions réglementaires attribuant compétence à une autre autorité, les décisions intervenant sur les demandes d’autorisation d’occupation ou d’utilisation du sol dans les espaces boisés classés sont prises par le Maire après avis du préfet. 3 Juin 2013 117
  • 118. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe I – Espaces Boisés Classés 118
  • 119. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe II – Emplacements réservés ANNEXE II EMPLACEMENTS RESERVES AUX VOIES ET AUX OUVRAGES PUBLICS, AUX INSTALLATIONS D'INTERET GENERAL ET AUX ESPACES VERTS PUBLICS 3 Juin 2013 119
  • 120. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe II – Emplacements réservés EMPLACEMENTS RESERVES Article ER 1 Les emplacements réservés pour création ou extension de voies et ouvrages publics, d'installation d'intérêt général et d'espaces verts publics, sont figurés au Plan de zonage du PLU par des croisillons fins, et répertoriés par un numéro de référence. La liste des emplacements réservés ci-dessous donne toutes précisions sur la destination de chacune des réserves ainsi que la nature de la collectivité (Etat, Département, Communes,…) qui en a demandé l'inscription au PLU. Article ER 2 Les emplacements réservés portés au Plan de zonage du PLU sont soumises aux dispositions des articles L. 123-1-5.8, R. 123-10 (3ème alinéa) et R. 123-11 du Code de l'Urbanisme. 1. La construction y est interdite. 2. Le propriétaire a la possibilité de mettre en demeure la collectivité destinataire d'acquérir la réserve dans un délai de 1 an. 3. Le propriétaire d'un terrain dont une partie est située dans un emplacement réservé et qui cède gratuitement cette partie à la collectivité, peut être autorisé à reporter sur la partie restante de son terrain un droit à construire correspondant à tout ou partie du Coefficient d’Occupation des Sol (COS) affecté au terrain cédé gratuitement. Article ER 3 Lorsque les expropriations en vue de la réalisation de grands ouvrages publics sont susceptibles de compromettre la structure des exploitations dans une zone déterminée, l'obligation sera faite au maître de l'ouvrage dans l'acte déclaratif d'utilité publique, de remédier aux dommages causés, en participant financièrement à l'exécution d'opérations de remembrement et de travaux connexes, et à l'installation sur des exploitations nouvelles comparables des agriculteurs dont l'exploitation aurait disparu, ou serait gravement déséquilibrée, ou s'ils l'acceptent, à la reconversion de leur activité (Loi 62-933 du 8 Août 1962, article 10). La même obligation sera faite au maître de l'ouvrage dans l'acte déclaratif d'utilité publique en cas de création de zones industrielles ou à urbaniser, ou de constitution de réserves foncières (Loi 67-1253 du 30 Décembre 1967, article 22.1). 3 Juin 2013 120
  • 121. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe II – Emplacements réservés LISTE DES EMPLACEMENTS RESERVES N° DE L'OPERATION 1 DEFINITION DE L'OPERATION BENEFICIAIRE SURFACE LARGEUR Création de voie à Quellenec COMMUNE (en m²) 532 2 Création de voie rue du Pont Odet COMMUNE 420 3 Création d'un chemin piéton de Kernevez à Melenec COMMUNE 930 4 Création d'un chemin piéton à Kerdevot COMMUNE 930 5 Création d'un chemin piéton du Moulin de Pont ar Marc'hat à Lezouanac'h COMMUNE 2 250 6 Création d'un chemin piéton de la rue des Pinsons à la rue des Mouettes à Lestonan COMMUNE 534 2,5 7 Jonction piétonne de l'espace de jeux des Capucines à l'aire de jeux de Kergaradec COMMUNE 59 2,5 3 Juin 2013 (en mètre) 10 10 5 121
  • 122. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe II – Emplacements réservés 122
  • 123. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe III – Eléments à protéger ANNEXE III ELEMENTS DE PAYSAGE, DE PATRIMOINE A PROTEGER 3 Juin 2013 123
  • 124. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe III – Eléments à protéger ELEMENTS DE PAYSAGE, DE PATRIMOINE A PROTEGER Extrait du Code de l’Urbanisme : Article L. 123-1-5 « … Le règlement peut… » « … 7° Identifier et localiser les éléments de paysage et délimiter les quartiers, îlots, immeubles, espaces publics, monuments, sites et secteurs à protéger, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d'ordre culturel, historique ou écologique et définir, le cas échéant, les prescriptions de nature à assurer leur protection ; … » 3 Juin 2013 124
  • 125. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe IV – Patrimoine archéologique ANNEXE IV PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE 3 Juin 2013 125
  • 126. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe IV – Patrimoine archéologique PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE CODE DU PATRIMOINE, Livre V - Archéologie, notamment ses titres II et III Article R. 523-1 du Code du patrimoine « Les opérations d'aménagement, de constructions d'ouvrages ou de travaux qui, en raison de leur localisation, de leur nature ou de leur importance, affectent ou sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique ne peuvent être entreprises que dans le respect de mesures de détection et, le cas échéant, de conservation ou de sauvegarde par l'étude scientifique ainsi que des demandes de modification de la consistance des opérations ». Article R. 523-4 du Code du patrimoine Entrent dans le champ de l'article R. 523-1 les dossiers d'aménagement et d'urbanisme soumis à instruction au titre de l'archéologie préventive : les permis de construire, permis de démolir, permis d'aménager, les zones d'aménagement concerté, les travaux soumis à déclaration préalable en application de l'article R. 523-5 du Code du patrimoine, les aménagements et ouvrages qui doivent être précédés d'une étude d'impact, les travaux sur les immeubles classés au titre des monuments historiques. Les dossiers d'urbanisme soumis à instruction systématique au titre de l'archéologie préventive sont : 1° lorsqu'ils sont réalisés dans les zones prévues à l'article R. 523-6 du Code du patrimoine, les permis de construire, permis de démolir, permis d'aménager, les zones d'aménagement concertées, 2° lorsqu'ils sont réalisés hors les zones, les zon es d'aménagement concerté affectant une superficie supérieure à 3 hectares, les opérations de lotissement affectant une superficie supérieure ou égale à 3 hectares. Article R. 523-8 du Code du patrimoine (socle juridique commun avec l'article R. 111-4 du Code de l'urbanisme) « En dehors des cas prévus au 1° de l'article R. 523- 4, les autorités compétentes pour autoriser les aménagements, ouvrages ou travaux mentionnés au même article, ou pour recevoir la déclaration mentionnée au dernier alinéa de l'article R. 523-7, peuvent décider de saisir le préfet de région en se fondant sur les éléments de localisation du patrimoine archéologique dont elles ont connaissance. » Article L. 522-5 du Code du patrimoine « Avec le concours des établissements publics ayant des activités de recherche archéologique et des collectivités territoriales, l'Etat dresse et met à jour la carte archéologique nationale. Cette carte rassemble et ordonne pour l'ensemble du territoire national les données archéologiques disponibles. Dans le cadre de l'établissement de la carte archéologique, l'Etat peut définir des zones où les projets d'aménagement affectant le sous-sol sont présumés faire l'objet de prescriptions archéologiques préalablement à leur réalisation. » 3 Juin 2013 126
  • 127. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe IV – Patrimoine archéologique Article L. 522-4 du Code du patrimoine « Hors des zones archéologiques définies en application de l'article L. 522-5, les personnes qui projettent de réaliser des aménagements, ouvrages ou travaux peuvent saisir l'Etat afin qu'il examine si leur projet est susceptible de donner lieu à des prescriptions de diagnostic archéologique. A défaut de réponse dans un délai de deux mois ou en cas de réponse négative, l'Etat est réputé renoncer, pendant une durée de cinq ans, à prescrire un diagnostic, sauf modification substantielle du projet ou des connaissances archéologiques de l'Etat sur le territoire de la commune. » Article L. 531-14 du Code du patrimoine « Lorsque par la suite de travaux ou d'un fait quelconque, des monuments, des ruines, substructions [...] et plus généralement des objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art, l'archéologie ou la numismatique sont mis au jour, l'inventeur de ces vestiges ou objets et le propriétaire de l'immeuble où ils ont été découverts sont tenus d'en faire la déclaration immédiate au maire de la commune qui doit la transmettre au Préfet. » Le service compétent relevant de la Préfecture de la région de Bretagne est la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Service régional de l'archéologie, Hôtel de Blossac, 6 rue du Chapitre, CS 24405, 35044 Rennes Cedex, tél : 02.99.84.59.00. CODE DE L’URBANISME Article R. 111-4 du Code de l'urbanisme « Le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales s'il est de nature, par sa localisation et ses caractéristiques, à compromette la conservation ou la mise en valeur d'un site ou de vestiges archéologiques. » CODE DE L’ENVIRONNEMENT Article L. 122-1 du Code de l'environnement « Les ouvrages et aménagements dispensés d'autorisation d'urbanisme, soumis ou non à autorisation administrative, qui doivent être précédés d'une étude d'impact doivent faire l'objet d'une saisine du service régional de l'archéologie au titre du Code du patrimoine, article R. 523-4, alinéa 5. » CODE PENAL Article 322-3-1, 3° du Code pénal « La destruction, la dégradation ou la détérioration est punie de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 € d'amende lorsqu'elle porte sur une découverte archéologique faite au cours de fouilles ou fortuitement, un terrain sur lequel se déroulent des opérations archéologiques ou un édifice affecté au culte. Les peines sont portées à dix ans d'emprisonnement et 150 000 € d'amende lorsque l'infraction prévue au présent article est commise avec la circonstance prévue au 1°de l'article 322-3. Les peines d'amende mentionnées au présent article peuvent être élevées jusqu'à la moitié de la valeur du bien détruit, dégradé ou détérioré. » 3 Juin 2013 127
  • 128. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe IV – Patrimoine archéologique LISTE DES ZONES DE PROTECTION AU TITRE DE L'ARCHEOLOGIE N° de zone 1 1 2 3 4 5 6 7 8 8 Patrimoine / Age Site Tumulus / Age du bronze Occupation / Néolithique Voie / Haut-empire Occupation / Bas moyen-âge Occupation / Epoque indéterminée Enclos, fossé / Age du fer – Gallo-romain Occupation / Néolithique – Moyen-âge Voie / Age du fer – Période récente Voie / Age du fer – Période récente Enclos (Système d’) / Epoque indéterminée Kervern Kervern Ty Nevez Goarem Vras Kergonan Kerlouis Creac’h Ergué Section Est de Loch Laé à Kervuéguen Section Ouest de Kerveguen à l’Eau Blanche Saint-André 3 Juin 2013 128
  • 129. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe V – Plans de secteur ANNEXE V PLANS DE SECTEUR 3 Juin 2013 129
  • 130. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe V – Plans de secteur PLAN DE SECTEUR DE LA ZAC DU CŒUR DE LESTONAN Commentaires de la légende du plan 2a « plan masse et secteurs de règlement » : Trame de composition de l’îlot Cette trame donne la ou les directions suivantes selon lesquelles devront être organisés les volumes des bâtiments. Il s’agit de l’organisation de la majorité du bâti et non de la totalité. Ces trames ont pour but d’assurer une cohérence des îlots entre eux et donc une cohérence sur l’ensemble de la ZAC. Pour les îlots A.4, B.1, B.2, D.1 et D.2 le plan masse pourra être organisé suivant une combinaison des deux trames indiquées sur le plan 2a. Sens de faîtage obligatoire Pour les îlots A.1 et A.2, un sens de faîtage obligatoire est défini. Il s’agit du faîtage principal du ou des bâtiments, des retours en équerre sont admis. Sens de faîtage recommandé Pour les îlots A.4, B.1, D.1, un sens de faîtage recommandé est défini. Toutefois, un sens de faîtage alternatif, suivant les directions de la seconde trame autorisée est admis. Alignement obligatoire Pour les îlots A.1 et A.2, les constructions devront être édifiées à l’alignement défini au plan 2a. Cet alignement est impératif pour le rez-de-chaussée, ce qui autorise un recul éventuel pour le ou les étages supérieurs. De même, cette disposition concerne la majeure partie du linéaire du rez-de-chaussée. Elle n’interdit pas des avancées ou retraits mineurs de ce rez-de-chaussée par rapport à cet alignement. Pour l’îlot A2, un recul de 2 à 3 mètres peut être admis du côté est et/ou du côté ouest. Des adaptations mineures pourront être autorisées ou imposées pour des motifs relevant de l’architecture ou de l’intégration urbaine. 3 Juin 2013 130
  • 131. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe V – Plans de secteur 131
  • 132. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe V – Plans de secteur 132
  • 133. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement Titre VI – Annexe V – Plans de secteur PLAN DE SECTEUR DE LA ZAC DU CENTREBOURG 3 Juin 2013 133
  • 134. Commune d’Ergué-Gabéric – Règlement 3 Juin 2013 Titre VI – Annexe V – Plans de secteur 134

×