1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret

on

  • 793 views

PLU 1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret

PLU 1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret
Ville d'Ergué-Gabéric

Statistics

Views

Total Views
793
Views on SlideShare
605
Embed Views
188

Actions

Likes
1
Downloads
12
Comments
0

1 Embed 188

http://www.ergue-gaberic.fr 188

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret 1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret Presentation Transcript

    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1 SOMMAIRE –––––––––––––––––– 1. INTRODUCTION .......................................................................................................... 6 1.1 L’objet du Plan Local d’Urbanisme ................................................................................................ 6 1.2 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme .................................................................................... 8 1.3 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme ............................................................................................ 9 1.3.1 1.3.2 1.3.3 1.3.4 1.3.5 1.4 1.4.1 Le Rapport de présentation (L. 123-1-2 et R. 123-2 du Code de l’Urbanisme) .............................................................................................................................................9 Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (L. 123-1-3 et R. 123-3 du Code de l’Urbanisme) .................................................................... 11 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (L. 123-1-4 et R. 123-3-1) ............................................................................................................................... 11 Le Règlement et le Plan de zonage (R. 123-4 du Code de l’Urbanisme).............................................................................................................................................................12 Les annexes (articles R. 123-13 et R. 123-14 du Code de l’Urbanisme)............................................................................................................................................................12 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme .......................................................................... 15 Historique du POS.....................................................................................................................................................................................................................................................................................15 1.5 Les modalités de concertation .................................................................................................. 16 1.6 Lexique des abréviations utilisées............................................................................................... 17 2. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ......................................... 20 2.1 2.1.1 2.1.2 2.1.3 2.1.4 2.1.5 2.1.6 2.1.7 2.1.8 2.1.9 Données socio-économiques ...................................................................................................... 21 Evolution de la population ....................................................................................................................................................................................................................................................................21 Structure par âge de la population..............................................................................................................................................................................................................................................23 Le logement ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................25 Composition socioprofessionnelle de la population ..........................................................................................................................................................................................................29 Projections .....................................................................................................................................................................................................................................................................................................32 Vie associative.............................................................................................................................................................................................................................................................................................33 Activités économiques ...........................................................................................................................................................................................................................................................................33 Enseignement et petite enfance ...................................................................................................................................................................................................................................................36 Equipements ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................38
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2 2.2 Les liaisons ....................................................................................................................... 38 2.3 Etat initial de l’environnement .................................................................................................. 42 2.3.1 2.3.2 2.3.3 2.3.4 2.3.5 2.3.6 2.3.7 Le relief............................................................................................................................................................................................................................................................................................................42 Réseau hydrographique et points d’eau....................................................................................................................................................................................................................................44 Faune-Flore....................................................................................................................................................................................................................................................................................................55 Climat .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................56 Géologie ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................59 Occupation des sols..................................................................................................................................................................................................................................................................................61 Le patrimoine culturel ...........................................................................................................................................................................................................................................................................66 2.4 Activité agricole.................................................................................................................. 70 2.5 Le risque majeur ................................................................................................................. 72 2.5.1 2.5.2 2.6 2.6.1 2.6.2 2.6.3 2.6.4 2.7 2.7.1 2.7.2 2.7.3 2.7.4 2.8 2.8.1 2.8.2 2.9 2.9.1 2.9.2 2.9.3 Les risques naturels ................................................................................................................................................................................................................................................................................72 Les risques technologiques ................................................................................................................................................................................................................................................................73 Le paysage........................................................................................................................ 74 Les grandes composantes paysagères .......................................................................................................................................................................................................................................76 Les unités paysagères............................................................................................................................................................................................................................................................................83 La trame verte et bleue .......................................................................................................................................................................................................................................................................86 Paysage et voies structurantes ......................................................................................................................................................................................................................................................88 Urbanisme ........................................................................................................................ 90 Les limites naturelles et coupures physiques ......................................................................................................................................................................................................................90 Le fonctionnement....................................................................................................................................................................................................................................................................................92 Les polarités .................................................................................................................................................................................................................................................................................................95 Typologie et patrimoine .................................................................................................................................................................................................................................................................... 100 Bilan et perspectives d’évolution ............................................................................................... 107 Bilan du Plan d’Occupation des Sols ......................................................................................................................................................................................................................................... 108 Analyse de la consommation d’espaces et objectifs de modération................................................................................................................................................................. 111 Recensement des contraintes législatives, règlementaires et supra-communales ........................................... 118 Dispositions législatives ..................................................................................................................................................................................................................................................................... 118 Les documents d’urbanisme supra-communaux................................................................................................................................................................................................................ 129 Les enjeux à développer ................................................................................................................................................................................................................................................................... 153
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 3 3. ORIENTATIONS ET MISE EN ŒUVRE DU PLU ..................................................................... 156 3.1 3.1.1 3.1.2 3.1.3 3.1.4 3.2 3.2.1 3.2.2 Les choix retenus pour établir le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD)......................... 156 Renforcer la cohérence territoriale d’Ergué-Gabéric............................................................................................................................................................................................... 158 Inscrire le développement d’Ergué-Gabéric au sein du bassin de vie de l’agglomération quimpéroise ................................................................................ 159 Gérer le trafic et promouvoir une politique de déplacements alternatifs à la voiture..................................................................................................................... 161 Prendre en compte la qualité des espaces naturels et anticiper les risques d’inondations........................................................................................................... 162 Stratégie règlementaire générale .............................................................................................. 164 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation.......................................................................................................................................................................................... 165 Le Règlement et le Plan de zonage............................................................................................................................................................................................................................................ 170 3.3 Compatibilité et conformité du PLU avec les normes législatives et règlementaires supérieures et les documents d’urbanisme supra-communaux ......................................................................................................... 199 3.3.1 3.3.2 Les normes législatives et réglementaires supérieures ........................................................................................................................................................................................... 199 Les documents d’urbanisme supra-communaux................................................................................................................................................................................................................207 4. INCIDENCES DES ORIENTATIONS DU PLU SUR L’ENVIRONNEMENT........................................... 232 4.1 Evolution du zonage ............................................................................................................. 232 4.2 Impact sur l’environnement ..................................................................................................... 238 4.2.1 4.2.2 4.2.3 4.2.4 4.2.5 4.2.6 Le principe du renouvellement urbain et le développement durable...............................................................................................................................................................238 L’activité agricole...................................................................................................................................................................................................................................................................................239 Les milieux naturels ............................................................................................................................................................................................................................................................................. 241 La gestion des ressources naturelles et les déchets .................................................................................................................................................................................................247 Le patrimoine.............................................................................................................................................................................................................................................................................................252 Prise en compte des risques et des nuisances .................................................................................................................................................................................................................254 5. LES INDICATEURS DE SUIVI ........................................................................................ 258 5.1 Consommation des espaces ..................................................................................................... 259 5.2 Environnement ................................................................................................................... 260
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 4
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 5 1 – INTRODUCTION ............................................................... 6 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 – – – – – – L’objet du Plan Local d’Urbanisme ................................................. 6 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme ...................................... 8 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme ............................................. 9 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme ............................ 15 Les modalités de concertation .................................................... 16 Lexique des abréviations utilisées ................................................ 17
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 6 1. INTRODUCTION « Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le garant dans le cadre de ses compétences. Afin d'aménager le cadre de vie, d'assurer sans discrimination aux populations résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de réduire les consommations d'énergie, d'économiser les ressources fossiles d'assurer la protection des milieux naturels et des paysages, la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration et la création de continuités écologiques, ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de promouvoir l'équilibre entre les populations résidant dans les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les collectivités publiques harmonisent, dans le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions d'utilisation de l'espace. Leur action en matière d'urbanisme contribue à la lutte contre le changement climatique et à l'adaptation à ce changement. » (Article L. 110 du Code de l’urbanisme). 1.1 L’objet du Plan Local d’Urbanisme Le PLU traduit une organisation du territoire communal, en proposant un aménagement de l’espace conforme aux aptitudes du milieu au regard de chacune des vocations potentielles et des usages existants ou projetés : urbanisation, agriculture, loisirs et tourisme, protection de la nature et du patrimoine, activités économiques, … Le PLU expose le diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques, précise les besoins répertoriés en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, d’environnement, d’équilibre social de l’habitat, de transports, d’équipements et de services et réglemente l’utilisation des sols de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 7 Les objectifs exprimés par la Collectivité qui ont conduit à la révision du Plan d’Occupation des Sols actuel pour passer en Plan Local d’Urbanisme ont été définis lors de la délibération du Conseil Municipal du 24 Septembre 2012 et portent : - sur l'accueil et l'intégration des nouveaux habitants tout en maîtrisant la consommation foncière ; sur le renforcement de l'attractivité économique et touristique d'ERGUE-GABERIC ; sur la préservation d'une activité agricole dynamique et diversifiée ; sur la préservation et la valorisation des espaces naturels ; sur le renforcement de l'accessibilité du territoire et des déplacements alternatifs ; sur la poursuite de l'aménagement des espaces publics et le développement des équipements. Une mise à jour des documents s’impose également par rapport à l’évolution législative depuis le dernier POS : - la loi SRU du 13 décembre 2000, la loi Urbanisme et Habitat du 3 Juillet 2003, les dispositions des articles L. 110 et L. 121-10 du Code de l'Urbanisme valant Loi d'Aménagement et d'Urbanisme au sens de l'article L. 111-1-1 dudit Code, les dispositions de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 et ses décrets d'application, la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion du 25 mars 2009 et ses décrets d'application, les lois d’orientation agricole des 9 juillet 1999 et 27 juillet 2010, les dispositions de la loi "Grenelle" du 3 août 2009 et du 12 juillet 2010, … Nota : dans le présent Rapport de présentation, toute référence à un article de loi se réfère au Code de l’urbanisme, sauf mention contraire particulière.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 8 1.2 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme Le Plan Local d’Urbanisme exprime, selon l’article L. 121-1 du Code de l’Urbanisme, les règles d’urbanisme régissant le territoire de la Commune. « Les schémas de cohérence territoriale, les plans locaux d'urbanisme et les cartes communales déterminent les conditions permettant d'assurer, dans le respect des objectifs du développement durable : L'équilibre entre : 1a) Le renouvellement urbain, le développement urbain maîtrisé, la restructuration des espaces urbanisés, la revitalisation des centres urbains et ruraux ; b) L'utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et forestières, et la protection des sites, des milieux et paysages naturels ; c) La sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine bâti remarquables ; 1-bis La qualité urbaine, architecturale et paysagère des entrées de ville ; La diversité des fonctions urbaines et rurales et la mixité sociale dans l'habitat, en prévoyant des capacités de 2construction et de réhabilitation suffisantes pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins présents et futurs en matière d'habitat, d'activités économiques, touristiques, sportives, culturelles et d'intérêt général ainsi que d'équipements publics et d'équipement commercial, en tenant compte en particulier des objectifs de répartition géographiquement équilibrée entre emploi, habitat, commerces et services, d'amélioration des performances énergétiques, de développement des communications électroniques, de diminution des obligations de déplacements et de développement des transports collectifs ; La réduction des émissions de gaz à effet de serre, la maîtrise de l'énergie et la production énergétique à partir 3de sources renouvelables, la préservation de la qualité de l'air, de l'eau, du sol et du sous-sol, des ressources naturelles, de la biodiversité, des écosystèmes, des espaces verts, la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques, et la prévention des risques naturels prévisibles, des risques technologiques, des pollutions et des nuisances de toute nature. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 9 1.3 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme 1.3.1 Le Rapport de présentation (L. 123-1-2 et R. 123-2 du Code de l’Urbanisme) L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables, les orientations d'aménagement et de programmation et le règlement. Il s'appuie sur un diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de développement forestier, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, de commerce, d'équipements et de services. Il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 10 Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : 1. Expose le diagnostic prévu au deuxième alinéa de l'article L. 123-1-2 ; 2. Analyse l'état initial de l'environnement, présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers et justifie les objectifs de modération de cette consommation et de lutte contre l'étalement urbain arrêtés dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard, notamment, des objectifs fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale, et des dynamiques économiques et démographiques ; 3. Explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables et, le cas échéant, les orientations d'aménagement et de programmation ; il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles et des orientations d'aménagement et de programmation mentionnées au 1 de l'article L. 123-1-4 des zones, des règles qui y sont applicables, notamment au regard des objectifs et orientations du projet d'aménagement et de développement durables. Il justifie l'institution des secteurs des zones urbaines où les constructions ou installations d'une superficie supérieure à un seuil défini par le règlement sont interdites en application du a de l'article L. 123-2 ; 4. Evalue les incidences des orientations du plan sur l'environnement et expose la manière dont le plan prend en compte le souci de sa préservation et de sa mise en valeur ; 5. Précise les indicateurs qui devront être élaborés pour l'évaluation des résultats de l'application du plan prévue à l'article L. 123-12-1. …»
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 11 1.3.2 Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (L. 123-1-3 et R. 123-3 du Code de l’Urbanisme) « Le Projet d'Aménagement et de Développement Durables définit les orientations générales des politiques d'aménagement, d'équipement, d'urbanisme, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. Le Projet d'Aménagement et de Développement Durables arrête les orientations générales concernant l'habitat, les transports et les déplacements, le développement des communications numériques, l'équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l'ensemble de l'établissement public de coopération intercommunale ou de la Commune. Il fixe des objectifs de modération de la consommation de l'espace et de lutte contre l'étalement urbain. » 1.3.3 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (L. 123-1-4 et R. 123-3-1) « Dans le respect des orientations définies par le projet d'aménagement et de développement durables, les orientations d'aménagement et de programmation comprennent des dispositions portant sur l'aménagement, l'habitat, les transports et les déplacements. 1) En ce qui concerne l'aménagement, les orientations peuvent définir les actions et opérations nécessaires pour mettre en valeur l'environnement, les paysages, les entrées de villes et le patrimoine, lutter contre l'insalubrité, permettre le renouvellement urbain et assurer le développement de la Commune. Elles peuvent comporter un échéancier prévisionnel de l'ouverture à l'urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants. Elles peuvent porter sur des quartiers ou des secteurs à mettre en valeur, réhabiliter, restructurer ou aménager. Elles peuvent prendre la forme de schémas d'aménagement et préciser les principales caractéristiques des voies et espaces publics. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 12 1.3.4 Le Règlement et le Plan de zonage (R. 123-4 du Code de l’Urbanisme) « Le règlement délimite les zones urbaines, les zones à urbaniser, les zones agricoles et les zones naturelles et forestières. Il fixe les règles applicables à l'intérieur de chacune de ces zones dans les conditions prévues à l'article R. 123-9. Il peut délimiter, dans des secteurs situés à proximité des transports collectifs existants ou programmés, des secteurs dans lesquels une densité minimale de construction est imposée. ». Le PLU est gouverné par l’application des dispositions des articles L. 123-1-5 et R. 123-9 du Code de l’Urbanisme. 1.3.5 Les annexes (articles R. 123-13 et R. 123-14 du Code de l’Urbanisme) « Elles indiquent, à titre d’information, sur un ou plusieurs documents graphiques, s’il y a lieu : 1. Les secteurs sauvegardés, délimités en application des articles L. 313-1 et suivants ; 2. Les zones d'aménagement concerté ; 3. Les zones de préemption délimitées en application de l'article L. 142-1 dans sa rédaction antérieure à la loi n° 85-729 du 18 juillet 1985 relative à la définition et à la mise en œuvre de principes d'aménagement et de l'article L. 142-3 dans sa rédaction issue de la même loi ; 4. Les périmètres à l'intérieur desquels s'applique le droit de préemption urbain défini par les articles L. 211-1 et suivants, ainsi que les périmètres provisoires ou définitifs des zones d'aménagement différé ; 5. Les zones délimitées en application du e de l'article L. 430-1 à l'intérieur desquelles s'appliquent les dispositions relatives au permis de démolir prévues aux articles L. 430-2 et suivants ; 6. Les périmètres de développement prioritaires délimités en application de la loi n° 80-531 du 15 juillet 1980 relative aux économies d'énergie et à l'utilisation de la chaleur ; 7. Les périmètres d'interdiction ou de réglementation des plantations et semis d'essences forestières, les périmètres d'actions forestières et les périmètres de zones dégradées à faible taux de boisement, délimités en application des 1°, 2° et 3° de l'article L. 126-1 du code rural et de la pêche maritime ; 8. Les périmètres miniers définis en application des titres II, III et V du livre Ier du code minier ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 13 9. Les périmètres de zones spéciales de recherche et d'exploitation de carrières et des zones d'exploitation et d'aménagement coordonné de carrières, délimités en application des articles 109 et 109-1 du code minier ; 10. Le périmètre des zones délimitées en application de l'article L. 111-5-2 à l'intérieur desquelles certaines divisions foncières sont soumises à déclaration préalable ; 11. Les périmètres à l'intérieur desquels l'autorité compétente peut surseoir à statuer sur les demandes d'autorisation en application de l'article L. 111-10 ; 12. Le périmètre des secteurs dans lesquels un programme d'aménagement d'ensemble a été approuvé en application de l'article L. 332-9 ; 13. Le périmètre des secteurs situés au voisinage des infrastructures de transports terrestres, dans lesquels des prescriptions d'isolement acoustique ont été édictées en application de l'article L. 571-10 du code de l'environnement ; 14. Le plan des zones à risque d'exposition au plomb ; 15. Les périmètres d'intervention délimités en application de l'article L. 143-1 pour la protection et la mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains ; 16. Les secteurs où une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent a autorisé un dépassement des règles du plan local d'urbanisme en application des articles L. 123-1-1 et L. 127-1 du Code de l’Urbanisme. La délibération qui précise les limites de ce dépassement est jointe au document graphique faisant apparaître ces secteurs ; 17. Les périmètres fixés par les conventions de projet urbain partenarial visées à l'article L. 332-11-3 ; 18. Les secteurs où une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent a autorisé, pour les constructions respectant les critères de performance énergétique prévus par l'article R. 111-21 du code de la construction et de l'habitation, un dépassement des règles du plan local d'urbanisme en application de l'article L. 128-1. La délibération qui précise les limites de ce dépassement est jointe au document graphique faisant apparaître ces secteurs ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 14 19. Les périmètres délimités par une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent dans lesquels le premier alinéa de l'article L. 111-6-2 ne s'applique pas. » « Les annexes comprennent à titre informatif également : 1. Les servitudes d'utilité publique soumises aux dispositions de l'article L. 126-1 ainsi que les bois ou forêts soumis au régime forestier ; 2. La liste des lotissements dont les règles d'urbanisme ont été maintenues en application du deuxième alinéa de l'article L. 315-2-1 ; 3. Les schémas des réseaux d'eau et d'assainissement et des systèmes d'élimination des déchets, existants ou en cours de réalisation, en précisant les emplacements retenus pour le captage, le traitement et le stockage des eaux destinées à la consommation, les stations d'épuration des eaux usées et le stockage et le traitement des déchets ; 4. Le plan d'exposition au bruit des aérodromes, établi en application des articles L. 147-1 à L. 147-6 ; 5. D'une part, les prescriptions d'isolement acoustique édictées, en application des articles L. 571-9 et L. 57110 du code de l'environnement, dans les secteurs qui, situés au voisinage des infrastructures de transports terrestres, sont affectés par le bruit et, d'autre part, la référence des arrêtés préfectoraux correspondants et l'indication des lieux où ils peuvent être consultés ; 6. Les actes instituant des zones de publicité restreinte et des zones de publicité élargie, en application des articles L. 581-10 à L. 581-14 du code de l'environnement ; 7. Les dispositions d'un projet de plan de prévention des risques naturels prévisibles rendues opposables en application de l'article L. 562-2 du code de l'environnement et les dispositions d'un projet de plan de prévention des risques miniers établi en application de l'article 94 du code minier ; 8. Les zones agricoles protégées délimitées en application de l'article L. 112-2 du code rural ; 9. L'arrêté du préfet coordonnateur de massif prévu au septième alinéa de l'article L. 145-5. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1.4 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme 1.4.1 Historique du POS • Révision du POS • Modification N°1 du POS • Révision simplifiée N°1 du POS • Mise à jour N°1 du POS • Mise à jour N°2 du POS • Modification N°2 du POS • Mise à jour N°3 du POS • Modification N°3 du POS 23 Mai 2000 18 Décembre 2006 (Loi Barnier) 25 Février 2008 (Création de la zone d’activités communautaire de Kerourvois 2) 27 Août 2009 (PPRi) 18 Septembre 2009 (ZAD de Pen-Carn) 13 Septembre 2010 (Ouverture à l’urbanisation d’une zone NA2 située à Saint-Joachim) 30 Juillet 2012 (Servitudes radioélectriques) 19 Novembre 2012 (la nouvelle ZAC du Centre-Bourg) 15
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 16 1.5 Les modalités de concertation Les moyens mis en œuvre pour la concertation publique ont été les suivants : • L'organisation de deux réunions publiques aux différentes étapes charnières de la procédure (une au stade du débat du PADD, le 28 janvier 2013, une avant l'arrêt du projet de PLU, le 11 avril 2013). • Une information de la population au travers du site Internet de la Ville, des publications municipales, notamment le magazine, et de la presse quotidienne régionale. • La mise en place d'un cahier d'observations en Mairie à compter du 1er Octobre 2012 et pendant toute la durée de l'élaboration du projet, aux heures habituelles d'ouverture. • Une permanence d'élus en Mairie pour renseigner le public. L’élaboration du PLU a été lancée une première fois lors de la délibération du Conseil Municipal le 15 décembre 2008. La procédure d’élaboration du PLU a été menée jusqu’au pré-projet d’arrêt, même si le projet de PLU ne fût pas arrêté. Durant cette période, une importante concertation fût mise en œuvre, avec notamment la tenue de 5 réunions publiques, une exposition, etc. Durant cette période, la jurisprudence a évolué et précisé le contenu des délibérations prescrivant l’élaboration des PLU qui doivent définir les objectifs de la révision. Les objectifs n’ayant pas été définis, l’élaboration du PLU fût annulée et relancée par la nouvelle délibération du Conseil Municipal en date du 24 septembre 2012 qui définit les objectifs et les modalités de la concertation telles que rappelées ci-dessus. Cette nouvelle concertation vient donc compléter celle qui avait déjà eu lieu dans le cadre de l’élaboration interrompue du PLU, et s’inscrit dans un esprit de continuité.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1.6 Lexique des abréviations utilisées CES COS ENE EPCI OAP PAC PLH PLU POS PPA PADD SCoT UH ZAC Coefficient d’Emprise au Sol Coefficient d’Occupation des Sols Engagement National pour l’Environnement Etablissement Public de Coopération Intercommunale Orientations d’Aménagement et de Programmation Porter A Connaissance Programme Local de l’Habitat Plan Local d’Urbanisme Plan d’Occupation des Sols Personne Publique Associée Projet d’Aménagement et de Développement Durables Schéma de Cohérence Territoriale Urbanisme et Habitat Zone d’Aménagement Concerté 17
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 18
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 19 2 – DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ......................................................... 20 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 2.7 2.8 2.9 – Données socio-économiques ....................................................... 21 – Les liaisons ........................................................................ 38 – Etat initial de l’environnement .................................................... 42 – Activité agricole ................................................................... 70 – Le risque majeur .................................................................. 72 – Le paysage ......................................................................... 74 – Urbanisme ......................................................................... 90 – Bilan et perspectives d’évolution ................................................ 107 - Recensement des contraintes législatives, règlementaires et supra-communales ................................................................................... 118
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 20 2. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Extrait de l’article L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation… … s'appuie sur un diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de développement forestier, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, de commerce, d'équipements et de services. Il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. » Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : 1. Expose le diagnostic prévu au deuxième alinéa de l'article L. 123-1-2 ; 2. Analyse l'état initial de l'environnement, présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers et justifie les objectifs de modération de cette consommation et de lutte contre l'étalement urbain arrêtés dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard, notamment, des objectifs fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale, et des dynamiques économiques et démographiques ; »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 21 2.1 Données socio-économiques 2.1.1 Evolution de la population La plupart des données ci-dessous sont issues du recensement de 2009 réalisé par l’INSEE. Elles sont complétées, amendées ou actualisées avec les informations et indications fournies par la mairie. EVOLUTION ANNEE POPULATION 1968 1975 1982 1990 1999 2009 2 821 3 950 5 679 6 517 6 929 7 855 En NOMBRE en % variation anuelle (%) 1 129 1 729 838 412 926 40% 44% 15% 6% 13% 4,9% 5,3% 1,7% 0,7 % 1,1% La population de la Commune a connu une très forte croissance sur la période 1968-1990. Le rythme s’est ralenti depuis, mais il n’en demeure pas moins qu’elle poursuit sa progression. Cette situation est évidemment liée à la proximité, pour ne pas dire la contiguïté, de la Commune avec la ville de Quimper. Sur la tendance actuelle, le rythme moyen de croissance, qui semble assez régulier, représente encore un ordre de grandeur de 90 à 95 habitants nouveaux par an.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 22 Structure de l’évolution démographique (moyennes annuelles) : taux de natalité, en %0 Taux de mortalité, en %0 Solde naturel annuel (%) Solde migratoire annuel (%) Variation totale annuelle (%) 1968- 1975- 1982- 1990- 19991975 1982 1990 1999 2009 17.6 12.6 11.8 10.89 11,1 7,3 9.9 7 6.2 6.2 0.8 4.2 4,9 0.6 4.7 5,3 0.6 1.2 1,7 0.5 0.2 0,7 0,4 0,9 1,3 Source INSEE On constate un certain dynamisme de la population Gabéricoise, mais l’apport de population a surtout été le fait d’arrivées de ménages extérieurs à la Commune, surtout dans les années 1968-1982. Cet afflux massif est principalement le fait de la constitution du quartier du Rouillen, en bordure sud-ouest de la Commune. Le développement du quartier de Lestonan a suivi. Si cette tendance s’est fortement ralentie par la suite, elle se maintient encore à un niveau raisonnable. Le solde naturel n’a quant a lui pas subi de variation notable. Il est resté, durant toute cette période, positif. Cette stabilité, contrairement à ce que l’apport migratoire aurait pu laisser penser, tendrait à indiquer soit que cet apport de population nouvelle n’a pas été le fait que de jeunes ménages, soit que les jeunes enfants sont arrivés sur la Commune avec leurs parents.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2.1.2 Structure par âge de la population Les données ci-après, également issues de l’INSEE, présentent la répartition par tranches d’âges de la population. Tranches d'âges 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 à 74 ans 75 à 89 ans 90 ans ou plus Ensemble Hommes Nombre % 804 21,3% 510 13,5% 803 21,3% 960 25,5% 535 14,2% 154 4,1% 5 0,1% 3771 100,0% Femmes Nombre % 791 19,4% 546 13,4% 908 22,2% 997 24,4% 569 13,9% 247 6,0% 27 0,7% 4085 100,0% 23
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 24 D’après les indications de l’INSEE, les variations entre 1999 et 2006 sont : stabilité de la tranche 0-14 ans, une diminution des 15-29 ans, une légère diminution des 30-44 ans, une légère augmentation des 45-59 ans, et une augmentation des plus de 60 ans. Soit, globalement, une tendance au vieillissement. On constate par ailleurs une assez forte représentation des moins de 14 ans, qui constituent environ 20 % de la population totale. Un tiers de la population a moins de 30 ans. Cette donnée corroborerait le fait que l’arrivée des nouveaux habitants est le fait de ménages constitués, avec enfants, venant s’installer en périphérie proche de l’agglomération quimpéroise. Enfin, en dehors d’une légère sur-représentation des femmes dans les plus de 75 ans, la part des hommes et des femmes est relativement équilibrée dans les différentes tranches d’âges, les femmes étant, comme c’est souvent le cas, légèrement plus nombreuses que les hommes.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 25 2.1.3 Le logement Globalement, ces évolutions se traduisent, au cours des mêmes périodes, par une augmentation importante du parc des logements. 1968 1975 1982 1990 1999 2009 Résidences principales 834 1 165 1 694 2 109 2 499 3 152 Résidences secondaires 26 24 20 52 54 32 Logements vacants 39 84 73 113 64 108 Ensemble des logements 899 1 273 1 787 2 274 2 617 3 292 3.4 3.4 3.4 3.1 2.8 2.5 Nombre moyen d'habitants des résidences principales Deux faits sont frappants : 1 – la croissance du nombre de logements est vigoureuse et constante depuis 1968 (et sans doute avant puisque, en 1949, il y avait, à Ergué-Gabéric, 279 logements : leur nombre a plus que décuplé depuis), 2 – le taux de vacance est très faible : les résidences principales représentent plus de 95 % du parc total des logements.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 26 Près des trois quarts des logements existant à Ergué-Gabéric ont été construits après 1968. Cet état de fait est aisément perceptible dans la typologie de l’habitat : si les maisons traditionnelles sont réparties sur tout le territoire (fermes et hameaux, Bourg ancien), les pôles d’urbanisation qui se sont constitués autour du Bourg, au Rouillen et dans le secteur de Lestonan sont essentiellement caractérisés par le bâti de type pavillonnaire. La prépondérance du bâti individuel est perceptible à travers le graphique suivant.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 27 Les données de l’INSEE indiquent une émergence du logement collectif après 1975 ; auparavant, il était présent mais de façon très marginale. En 1999, il ne représentait encore que 2,9 % du total des logements ; en 2009, il en représente 9,7 %. Son émergence n’est donc véritablement qu’un phénomène récent (+ 240 logements sur la période). On notera qu’il s’agit, en moyenne, de logements de taille plus réduite que les logements individuels : le nombre de pièces y est en moyenne de 2,9, contre 5,2 pour les maisons. Ces logements, dont les programmes sont répartis sur les trois principaux quartiers, relèvent essentiellement du locatif social ; leur nombre est appelé à augmenter encore, dans l’optique du respect de l’objectif de 20 % fixé par la loi SRU.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 28 Les Gabéricois sont, à près de 81 %, propriétaires de leur logement, un peu plus de 18 % sont donc locataires, dont 11,5 % en logement HLM. La part des locataires a légèrement augmenté depuis 1999, puisqu’ils étaient alors presque 15 %, dont 7,1 % en HLM. Parallèlement, un autre phénomène marque par son ampleur : la diminution, depuis 1982 (l’inflexion est très nette comme le montre le graphe) du nombre de personnes par foyer. Ce phénomène, qualifié aujourd’hui couramment de « décohabitation », s’explique par plusieurs facteurs : - augmentation du nombre de personnes âgées vivant seules après le décès du conjoint, - diminution du nombre moyen d’enfants par famille, - diminution du nombre de ménages en couples, le nombre de familles monoparentales étant en nette progression (de 155 en 1999 à 224 en 2009 soit presque 44 % de plus en 10 ans).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 29 Le développement du logement se poursuit, puisque le rythme des demandes de permis de construire, quoique variable reste relativement soutenu : 21 demandes en 2005, 63 en 2006, 58 en 2007, 30 en 2008, 16 en 2009, 18 en 2010, 14 en 2011 et 68 en 2012. Les demandes pour des logements collectifs et/ou locatifs étaient, en 2005, de 5 pour 52 logements, 3 pour 50 en 2006, aucune demande en 2007 et 2008, 3 pour 39 en 2009, 2 pour 11 en 2010, 4 pour 41 en 2011 et 6 pour 36 en 2012. L’inventaire au 1er janvier 2011 recense 462 logements locatifs sociaux, sur 3 203 résidences principales, soit un taux de logements locatifs sociaux de 14,42%. La Commune doit, pour respecter les 20 % de la loi SRU, en fournir 641, soit un manque de 179 1 logements locatifs sociaux. Les projections prévoient dans les différentes opérations la création de 130 nouveaux logements sociaux, soit un total de 592, portant le taux prévisionnel de logements locatifs sociaux à 16,59%. 2.1.4 Composition socioprofessionnelle de la population Les données qui suivent, également issues de l’INSEE, concernent la répartition de la population active totale (tranche d’âge des 15 à 64 ans) selon les catégories. Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers Autres Total population active 1999 nombre 48 189 327 955 1 015 964 39 3 537 % 1.4% 5.3% 9.2% 27.0% 28.7% 27.3% 1.1% 2009 nombre 21 242 444 1 167 1 006 943 25 3 848 % 0.5% 6.3% 11.5% 30.3% 26.1% 24.5% 0.6% On constate une pré-éminence du tertiaire, ainsi qu’une forte représentation d’ouvriers, même si la part de ces derniers tend à diminuer, passant de 27.3 % en 1999 à 24.5 % en 2009. Cette composition est à relier à la nature des activités économiques présentes non seulement à Ergué-Gabéric, mais aussi dans toute la zone d’emploi de Quimper. 1 D’après l’annexe 1 de l’arrêté préfectoral de prélèvement 2011, adressée à la commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Composition par catégories socioprofessionnelles de la population active, en 1999 et en 2009 Répartition par catégories socioprofessionnelles - 1999 1.1% 1.4% 5.3% 9.2% 27.3% 27.0% 28.7% 30
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 31 On relèvera que la Commune, et en particulier le quartier du Rouillen, est très proche de plusieurs des zones d’activités : - ZA du Troyalac’h en Saint Evarzec, au sud ZA du Grand Guelen, du Petit Guelen, de Kergonan, de Kerjaouen, de Kerdroniou, au sud-ouest, La Zone Industrielle de l’Hippodrome, en pointe sud-ouest, La Zone Industrielle de Dioulen, située à cheval entre Elliant et Rosporden, au sud-est, Les Zones d’Activités de Gourvily et Cuzon au nord-ouest, Plus au nord, la zone industrielle de Lumunoc’h, en Briec, est facilement accessible par la RN 165. Sur la Commune elle-même la zone d’Activités de Kerourvois regroupe un nombre important d’entreprises, et quelques activités industrielles (Bolloré) sont présentes à Odet-Lestonan. Si l’on examine le lieu de travail des actifs (15 ans ou plus), les données de l’INSEE indiquent que 23,7 % des actifs résidant à Ergué-Gabéric travaillent dans la Commune elle-même, a contrario un peu plus des trois quarts travaillent à l’extérieur, mais très majoritairement dans le département. En 1999, la proportion était légèrement supérieure (24,7 %), mais cela représentait un nombre inférieur d’actifs. L’augmentation du nombre d’actifs est donc majoritairement liée à des emplois pourvus hors de la Commune. La population d’Ergué Gabéric paraît donc être plutôt une population résidante, ce qui se comprend aisément de par sa situation géographique en bordure de l’agglomération quimpéroise. La Commune profite également, à ce titre, de la proximité des infrastructures de transport. Néanmoins, la Commune a une vie économique importante, puisque 403 établissements pourvoient, sur place, 3 044 emplois, en majorité dans le tertiaire, mais également dans l’industrie. On peut en déduire que, entre les personnes partant travailler à l’extérieur et celles venant travailler dans la Commune, le solde net est d’environ 650 sorties.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 32 2.1.5 Projections Si l’on considère, dans le prolongement de la tendance actuelle, une croissance moyenne et régulière de l’ordre de 95 habitants supplémentaires chaque année, en supposant que ce rythme se maintienne dans les années à venir, on peut estimer que la population d’Ergué-Gabéric se situera, en 2028, autour de 9 660 résidants. Parallèlement, le nombre moyen d’occupants par logement (2,5 en 2009) diminue ; il est délicat d’affirmer que la tendance actuelle se prolongera, car les déterminants en sont complexes. Elle montre cependant une certaine régularité depuis 1982, soit une période de 27 ans (une génération). La pente actuelle est de l’ordre de 0.04 habitant/logement en moins chaque année. Sur cette tendance, en 2030, le nombre moyen d’occupant par logement serait de l’ordre de 1,9. Cependant, plusieurs critères sont susceptibles de redresser la courbe. L’inflexion observée sur la dernière période montre que le phénomène s’atténue. D’autre part, l’accueil d’une nouvelle population sur le territoire communal concerne essentiellement des jeunes foyers dont l’occupation par logement est nettement supérieure à 2,5 personnes. Dans ce cadre, le nombre moyen d’occupants par logement en 2030 serait plus proche de 2,2. Il faudrait donc un ordre de grandeur de 4 477 résidences principales, soit, en restant sur le même ratio qu’en 2009, 4 676 logements au total, ce qui se traduit par un besoin d’environ 1 384 logements supplémentaires. Ce chiffre ne tient pas compte de l’évolution du taux de vacance ni du taux de résidences secondaires, difficile à estimer. 2009 2030 21 ans 95 habitants/an 3 292 logements 4 676 logements 1 384 logements 3 152 4 477 1 325 1,0444 résidences principales 7 855 habitants 2,5 hab/lgt résidences principales 9 850 habitants 2,2 hab/lgt résidences principales 1 995 habitants ratio résidences principales/nb total de logements en 2009
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 33 2.1.6 Vie associative La vie municipale gabéricoise se caractérise par un tissu associatif consistant, ces associations intervenant dans des domaines divers : sports, culture, vie de quartier… La Commune répertorie au moins 90 associations : - Sociales et humanitaires : 11, Sports : 26, Culturelles : 17, D’animation : 6, De parents d’élèves : 5, Enfance : 1, Diverses : 24. Ces associations sont réparties sur toute la Commune. 2.1.7 Activités économiques La zone d’activités de Kerourvois, en entrée sud-ouest, accueille la majorité des établissements et entreprises implantés sur Ergué Gabéric. Par ailleurs, l’artisanat, les commerces et services se répartissent sur l’ensemble du territoire. Enfin, les implantations industrielles, peu nombreuses mais importantes en superficie et en taille, se répartissent entre la zone de Kerourvois, Lestonan et Pen Carn (établissements Bolloré). Les bâtiments industriels plus anciens d’Odet, en bordure nord de la Commune, ne sont plus en service.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION établissements industrie construction commerces- réparation services 51 63 78 194 total 34 386 Nombre d'établissements actifs - 2006 51 63 194 industrie construction commerces- réparation services 78 « Une activité de service se caractérise essentiellement par la mise à disposition d'une capacité technique ou intellectuelle. A la différence d'une activité industrielle, elle ne peut pas être décrite par les seules caractéristiques d'un bien tangible acquis par le client. Compris dans leur sens le plus large, les services recouvrent un vaste champ d'activités qui va du commerce à l'administration, en passant par les transports, les activités financières et immobilières, les services aux entreprises et services aux particuliers, l'éducation, la santé et l'action sociale. C'est le sens généralement donné par les anglo-saxons au terme "services". En France, dans la pratique statistique, ce vaste ensemble est dénommé "activités tertiaires". On y distingue le tertiaire marchand (transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières) du tertiaire non-marchand (éducation, santé, action sociale, administration...) ; les termes secteurs des services sont alors utilisés de façon plus restrictive puisque limités aux services aux entreprises et aux particuliers. » (INSEE).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 35 Ainsi, les emplois publics doivent-ils être compris dans cette catégorie : l’établissement de tri postal à Kerourvois, les services municipaux, l’enseignement, mais également, par ailleurs, les établissements bancaires, les agences immobilières… Cela comprend également les hôtels et restaurants, les activités récréatives, culturelles et sportives, les services personnels et domestiques. Nombre d'emplois pourvus industrie construction commerces- réparation services total Répartition des emplois pourvus - 2006 935 283 420 1252 2890 32% 43% industrie construction commerces- réparation services 10% 15%
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 36 2.1.8 Enseignement et petite enfance Plusieurs établissements scolaires, répartis au sein des différents quartiers de la Commune, accueillent les élèves de maternelle et d’élémentaire : - Dans le Bourg : une école maternelle (4 classes) et une école primaire (5 classes), - Lestonan : une école maternelle (4 classes+ classes bilingues) et une école primaire (9 classes dont une bilingue) - Au Rouillen : une école maternelle (4 classes) et une école primaire (6 classes dont une CLIS – classe d’inclusion scolaire), - Ecole privée maternelle et primaire (Lestonan) : 9 classes (des niveaux sont parfois regroupés). 2010 Total maternelles Total Primaire Effectifs totaux 2011 2012 346 576 922 354 530 884 326 525 851
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 37 Détail par établissement : Si l’on constate une légère diminution des effectifs globaux d’élèves scolarisés sur la Commune, on voit que les évolutions sont relativement diverses selon les lieux. Pour l’accueil des jeunes enfants, Ergué Gabéric dispose d’une halte garderie (« Bambi ») et d’un relais Assistantes Maternelles, les deux structures étant hébergées au Pôle de la Petite Enfance situé au Rouillen. Une crèche associative (« les P’tits Lutins ») est également présente. Elle est également hébergée au Pôle de la Petite Enfance.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 38 2.1.9 Equipements Le développement d’Ergué Gabéric s’est accompagné de la mise en place d’équipements sportifs et culturels tels que : (1) Une bibliothèque intercommunale, au Bourg ; (2) Le centre de loisirs de Croas Spern ; (3) Le cyber-espace, à Croas Spern ; (4) Des installations sportives, principalement à Croas Spern (2 terrains de sports et un court de tennis), mais également à Lestonan (3 terrains répartis sur le quartier). 2.2 Les liaisons La Commune est traversée et desservie par : - un axe important, qui intersecte son territoire au sud-ouest : la RN 165 (Brest-Nantes) ; - des voies plus locales : la RD 15 qui relie Quimper à Coray et Gourin, la RD 115 vers Elliant, la RD 51 vers Landudal, - la Commune est également parcourue de nombreuses voies, desservant les lieux-dits et hameaux ; certaines ont un rôle structurant (concentration du bâti le long des principaux axes de liaison aux centres locaux)
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 39
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 40 Les données de comptage routier indiquent cependant des disparités d’utilisation des voies locales : source Conseil Général du Finistère – comptages 2007 Sur la RN 165, la fréquentation se situe entre 21 000 et 28 000 véhicules/jour. Sur la RD 15 (route de Coray) l’ordre de grandeur est de 9 500 véhicules/jour dont 4 % de poids lourds soit environ 380 par jour. Sur la RD 115 (route d’Elliant), on se situe plutôt autour de 2 900 véhicules/jour. La RD 15 est donc véritablement la « colonne vertébrale » routière de la Commune. La Commune est également desservie par les transports en commun ; cinq lignes de bus la relient à Quimper. En revanche, la desserte ferroviaire n’existe pas ; la gare la plus proche est naturellement celle de Quimper.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION La ligne 36, qui « maille » le territoire d’Ergué Gabéric, sert essentiellement pour le ramassage scolaire. 41
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 42 2.3 Etat initial de l’environnement 2.3.1 Le relief Le territoire communal s’inscrit dans un paysage de plateau, fortement entaillé par les cours d’eau et écoulements qui le parcourent. Il montre de ce fait un relief très accentué, ondulé, avec des dénivelés importants et des pentes relativement fortes. Les flancs de vallées peuvent atteindre couramment 50 % de pente ; en moyenne sur les plateaux elles sont de l’ordre de 5 à 10 %. Le point le plus haut se situe près de Savardiry, en bordure est du territoire, à 139 mètres d’altitude. Le point bas de la Commune correspond au point de confluence du Jet et de l’Odet, à l’extrémité sud-ouest du territoire communal, à environ 7 mètres d’altitude. Les sommets se situent en général entre 80 et 120 mètres d’altitude. Le nord et le nord-est du territoire communal offrent cependant des zones de plateau aux pentes moins marquées et plus larges entre les vallées. Le relief est fortement influencé par la géologie, ce qui est particulièrement net pour la vallée du Jet, qui suit la faille sudarmoricaine, mais plusieurs vallées secondaires suivent des lignes et directions de failles, orientées nord-est sud-ouest ou, inversement, nord-ouest sud-est. On notera que les principaux sites d’habitation se sont établis et développés sur ces hauteurs, à la confluence de deux vallées (le Bourg, le Rouillen) ou sur les lignes de séparation des eaux (la ligne Quelénnec - Stang Ven - Lestonan suit approximativement la ligne de partage des eaux entre le versant Odet-nord et le sous bassin hydrographique des ruisseaux de Penannéac’h, Kervéady et Munuguic).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 43
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 44 2.3.2 Réseau hydrographique et points d’eau 2.3.2.1 Réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la Commune d’Ergué Gabéric est structuré par les deux cours d’eau qui la bordent : - L’Odet, qui constitue les limites nord et ouest de la Commune ; l’Odet est un fleuve de 65 km de long, prenant sa source en Saint Goazec. - Son affluent le Jet, qui borde tout le sud du territoire communal. Sa direction est plus homogène, est-sud-est/ouestnord-ouest. Ces deux cours d’eau sont alimentés par de nombreux ruisseaux et écoulements, qui prennent leurs sources dans le plateau environnant. La ligne de partage des eaux entre les deux cours d’eau principaux suit approximativement le tracé de la RD 15, elle partage la Commune en deux, sensiblement dans son grand axe sud-ouest/nord-est. L’ensemble de la Commune appartient donc au bassin versant de l’Odet. Il est cependant possible de définir quelques sous bassins principaux, quoique d’importance inégale : • Au nord, les terrains directement drainés par l’Odet couvrent une superficie de l’ordre de 1 005 hectares ; • En bordure ouest, l’Odet draine plus ou moins directement une superficie de l’ordre de 270 hectares ; • Au centre-ouest, les ruisseaux naissant à Penannéac’h, Kervéady et Munuguic drainent un bassin couvrant approximativement 685 hectares ; • En bordure sud, le Jet reçoit directement des apports de versant sur une superficie d’environ 455 hectares. • Le ruisseau de Coat Chapel, qui draine également le nord du Bourg, draine environ 180 hectares ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC • PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 45 Enfin, un gros tiers du territoire communal, au centre-est, est drainé par un cours d’eau venant d’Elliant, le Roudoublout, et son principal affluent sur la Commune, un ruisseau prenant naissance dans le secteur de Trolann – Kervéguen, ce qui représente approximativement 1 350 hectares. On notera cependant que la densité importante du chevelu hydrographique local contraste avec les faibles débits d’écoulement (les cours d’eau sont signalés en pointillé sur les fonds de l’IGN, ce qui signifie que des à-secs peuvent avoir lieu en été). Ce fait est confirmé localement par des résidants.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 46 Le graphe ci-dessous, qui indique les variations mensuelles du débit moyen de l’Odet à Tréodet (donc en bordure ouest de la Commune), illustre ce fait : les écarts entre les hautes eaux et l’étiage est de l’ordre de 1 à 10.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 47 Source : Sivalodet, SAGE Odet – III – enjeux, objectifs et actions. Le bassin versant de l’Odet fait l’objet d’un SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux), approuvé depuis le 2 février 2007. La structure gestionnaire est le Sivalodet. L’une des prescriptions du SAGE concerne la protection des cours d’eau et des zones humides. Dans le cadre du PLU, les zones humides inventoriées doivent figurer sur les documents graphiques, avec une trame spécifique. Le document doit, dans la Plan d’Aménagement et de Développement Durables, expliciter les mesures de protection.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 48 On relèvera également que le SAGE identifie deux « espaces présentant des potentialités pour le stockage temporaire », c’est-à-dire pouvant contribuer à la régulation des crues : - la vallée de l’Odet amont, soit au nord-est du territoire communal (espace n° 7) ; - la vallée du ruisseau de Kerdevot, au sud-est (espace n° 11). Source Sivalodet Enfin, on observe que, si de nombreux plans d’eau de petites dimensions ont été réalisés sur la Commune (la plupart sinon la totalité à titre privé, pour l’agrément), il n’existe pas de grand plan d’eau, étang. Ces plans d’eau sont localisés pour la plupart dans les vallées, et sont dispersés sur tout le territoire de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 49 2.3.2.2 Qualité des cours d’eau Les données ci-dessous sont celles de la base de données de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne. La qualité des cours d’eau est classiquement évaluée grâce aux cartes linéaires de qualité par type d’altération. Les cartes linéaires de qualité de la période 2003-2005 portent sur les 5 altérations de la qualité de l’eau, concernant les macro-polluants, qui sont régulièrement suivies : • matières organiques et oxydables (MOOX), • matières azotées hors nitrates, • nitrates, • matières phosphorées, • effets des proliférations végétales. MOOX Matières azotées Nitrates Matières phosphorées Effets des proliférations végétales MOOX Odet Bonne qualité Bonne qualité Mauvaise qualité Bonne qualité Très bonne qualité Mat.azotées Jet Qualité médiocre Bonne qualité Mauvaise qualité Bonne qualité Très bonne qualité Nitrates Mat. Phosphorées Proliférations végétales
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 50 2.3.2.3 Périmètres de protection des captages d’eau Les prises d’eau qui assurent l’alimentation en eau potable sont situées sur le Steïr affluent de l’Odet, et sur l’Aulne. Elles ne concernent donc pas la Commune d’Ergué Gabéric. 2.3.2.4 Inventaire des cours d’eau et des zones humides Inventaire cartographique des cours d’eau Un inventaire des cours d’eau a été réalisé en 2009 par la Chambre d’Agriculture, associée à la collectivité d’Ergué-Gabéric, à des agriculteurs, des pêcheurs, des associations de protection de l’environnement. Cet inventaire a pour objectif de contribuer à une meilleure préservation et gestion des milieux naturels, et à assurer une sécurisation juridique de tout acteur (collectivité, agriculteur, entreprise, particulier, …) susceptible d’intervenir sur le réseau hydrographique. La cartographie des cours d’eau (voir cartes ci-dessous) résulte de la synthèse des documents cartographiques disponibles, complétée par des vérifications sur le terrain. Lors de la phase de contrôle sur le terrain, la caractérisation d’un cours d’eau a été effectuée sur la base de critères issus de la jurisprudence et des SAGE approuvés (présence d’un écoulement indépendant des pluies- existence d’une berge d’au moins 10 cm - existence d’un substrat différencié - présence d’organismes, faune et flore, inféodés aux milieux aquatiques). Cet inventaire a également fait l’objet de vérifications par les services de la Police de l’Eau (ONEMA). Cet inventaire a été validé par le Conseil Municipal le 31 janvier 2011.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 51
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 52 Inventaire des zones humides Un inventaire général des zones humides et des cours d‘eau a été réalisé sur les Communes du bassin versant de l’Odet, dont Ergué-Gabéric. Cet inventaire (pour les données qui concernent la Commune) est annexé au présent Rapport de présentation. En voici le bilan à l’échelle d’Ergué-Gabéric : « L’inventaire réalisé en 2004 par le bureau d’études Ouest Aménagement mandaté par le Sivalodet avait identifié 5,2% du territoire de la commune d’Ergué-Gabéric en zones humides. L’actualisation de 2011 a permis de recenser 3,7 km² de zones humides soit 9,3% de la commune. La carte des zones humides à l’échelle de la commune d’Ergué-Gabéric est présentée ci-après. La typologie des zones humides actualisées pour Ergué-Gabéric est également présentée dans le graphique ciaprès. Synthèse des grandes étapes de l’inventaire : Terrain : novembre 2010 Présentation au groupe communal de la carte provisoire : 29 avril 2011 Mise en consultation de la carte provisoire : du 2 mai au 3 juin 2011. - 80 remarques inscrites sur le registre. - Après contacts avec les propriétaires, les associations Eau-et-rivières de Bretagne, l’Observatoire Citoyen et l’Eau et la terre, 21 visites de terrain ont été effectués afin d’ajuster la délimitation de zones humides. Visites de terrain : 20 et 21 juin, 5, 6 et 7 juillet 2011. Contre visite du groupe d’experts : octobre 2011. » Le Conseil Municipal du 26 septembre 2011 a approuvé l’inventaire. Celui du 6 Février 2012 l’a amendé suite à une expertise vérifiant la présence ou non de zones humides sur Lestonan Vian.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 53
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC 2.3.3 PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 54
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 55 Faune-Flore Le territoire communal ne recèle ni ZNIEFF, ni Natura 2000 (ZICO, ZSC, ZPS…). On recense cependant : - un Site classé : éperon de Griffones, au Stangala : arrêté en date du 6 juillet 1929. - un Site inscrit : le Stangala (vallée de l’Odet), arrêté en date du 29 décembre 1932. Un arrêté de biotope a également été pris, concernant un site au lieu-dit Kerdevot. Il s’agit d’un habitat à chauves-souris. L’absence de ZNIEFF ou de zones inventoriées ou protégées ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas d’espaces naturels d’intérêt. En particulier, d’importants secteurs apparaissent propices au développement d’une faune et d’une flore variée, en particulier les espaces boisés, très présents au nord de la Commune, mais également, de façon plus disséminée, dans les vallées. La Commune se caractérise en effet, du fait de son relief très contrasté, par un réseau de vallées aux versants escarpés, dont la culture est difficile ; ces espaces sont pour beaucoup occupés par des formations boisées, et le fond (talwegs) sert de trame à des chapelets de fonds de vallons humides associés aux écoulements.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 56 2.3.4 Climat Les données sont celles de la station de Pluguffan. pluies jours T min T max ETP Penman P-ETP Jours de gel J 156.5 17.4 3.9 9.1 17.2 139.3 5.5 F 130.1 14.2 3.8 9.5 21.5 108.6 5 M 102.7 13.7 4.8 11.3 39.4 63.3 1.8 A M 88.5 11.5 8.8 16.5 84.3 4.2 0 85 12.2 5.8 13.3 62.3 22.7 0.6 J 57.8 9.3 11.1 19.2 95.7 -37.9 0 J 58.1 8.8 13.3 21.7 107.7 -49.6 0 A 60.5 9.4 13.3 21.8 94.4 -33.9 0 S 96.2 11 11.6 19.4 61.4 34.8 0 O 123.4 14 9.2 15.6 33.7 89.7 0.1 N 132.4 15.6 6.2 12 21 111.4 1.7 D Année 160.1 1251.3 16.5 153.6 5 8.1 10.1 15 18.4 657 141.7 594.3 3.8 18 EPT : évapotranspiration Pluviométrie mensuelle En mm 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 J F M A M J J A S O N D La pluviométrie, élevée, est répartie sur toute l’année. On note cependant un minimum bien marqué en juillet et août. On observe une légère recrudescence en mai. Cette caractéristique s’observe pour la plupart des stations de Bretagne. Le cumul pluviométrique est important : plus de 1 200 mm sur l’année.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 57 Températures mensuelles 25 En ° C 20 15 10 5 0 J F M A M T min J J A S O N D T max Les températures moyennes maximales sont peu élevées, elles n’atteignent pas les 22° C pendant les mois d’été. Les mois les plus froids sont janvier, février et décembre. Pendant ces mois les gelées sont assez peu fréquentes (moins de 6 jours en janvier et février).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 58 Bilan hydrique P-ETP 160 140 120 100 80 60 En mm 40 20 0 -20 -40 -60 J F M A M J J A S O N D Le diagramme pluie – évapotranspiration (P – ETP) met en évidence une période de déficit hydrique qui court sur les mois de juin, juillet et août, ce qui est relativement court. Ce déficit est modéré (de l’ordre de 120 mm cumulés). L’excédent hydrique cumulé de septembre à mai est de presque 716 mm. Au niveau annuel, on note donc un excédent hydrique important (594 mm).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 59 2.3.5 Géologie Les données sont celles des cartes de Quimper et Rosporden au 1/50 000. La carte de la page suivante indique que le territoire communal touche la « zone broyée sud-armoricaine », dont l’axe principal correspond ici à la vallée du Jet, et une branche secondaire, parallèle, à hauteur de Saint-Joachim – Place an Dans. Les formations granitiques et apparentées dominent, tandis que des micaschistes (schistes – probablement briovériens - métamorphisés) forment une bande longitudinale dans le centre de la Commune (en vert sur la carte). - ξb : - γ3ALo : granite d’Odet. Roche à texture grenue, à grain grossier, teinte beige clair à blanc cassé. - ζγ4L : séries du nord de Quimper : micaschistes. Gris beige à argenté, à grain fin, finement feuilletée. orthogneiss granodioritique du Loc’h. Roche grise assez sombre, à grain fin à moyen, homogène, présentant un débit en dalles régulières. C’est cette formation qui est exploitée à la carrière de Kerrous (granulats). - γ2b : granite de Kerdevot-Elliant. Teinte beige clair à blanc cassé, souvent assez fortement altéré. Grain moyen à grossier. - Mγ3AL : granite anatectique de la Croix-Rouge (au nord du Bourg). Enclavé dans le granite d’Ergué. Roche grise assez sombre, à grain hétérométrique fin à moyen. Texture grenue parfois mylonitique. - Mη : - γ3ALE : métadiorite de Niverrot-Treanna. Roche massive à grain moyen, grise à gris sombre. Granite d’Ergué – faciès d’Ergué (sud de la Commune). Roche claire à grains fins à moyens, riche en petites paillettes de mica blanc. - Q : filons de quartz laiteux. - RF : nappes alluviales anciennes des plateaux et de la haute terrasse (secteur Créac’h Ergué-Saint André). Dépôts de galets de quartz, assez peu émoussés, reliques d’un ancien cours de l’Odet.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Nappes alluviales anciennes Granite d’Odet Orthogneiss granodioritique du Loc’h Micaschistes Granite de Kerdevot-Elliant Granite d’Ergué 60
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 61 2.3.6 Occupation des sols Ergué-Gabéric est une Commune relativement étendue (presque 4 000 hectares). De ce fait on y trouve une grande variété d’usages et d’occupation des sols : urbain, agricole, forestier, industriel… La répartition de ces occupations et usages est, pour partie, déterminée par la topographie, et pour partie par le contexte urbain et la localisation des infrastructures. Il est ainsi net que les terres agricoles se trouvent principalement sur les plateaux, tandis que les boisements et friches se concentrent plutôt dans les vallées et sur les versants pentus. Ce fait est particulièrement notable dans la vallée de l’Odet, mais est également perceptible dans les vallées du Jet et de ses affluents. La répartition des zones boisées est nettement corrélée au chevelu hydrographique de sorte que, globalement les « trames vertes et bleues » se superposent assez bien. Sur les franges des zones boisées et/ou des zones urbaines, se trouvent des terres au devenir incertain, du moins si l’on en juge par le fait qu’elles ne sont plus cultivées et que, contrairement à de nombreuses parcelles en bordure nord, elles ne font pas l’objet d’un reboisement volontaire. On notera la forte présence des vergers, principalement dans le secteur de Lezergué, en relation avec la cidrerie, mais aussi près de Niverrot et, plus ponctuellement, à Pennarun (sud Bourg) et Kervern.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 62 Enfin, si le bâti se répartit sur tout le territoire, les zones les plus densément habitées sont le Bourg, le quartier du Rouillen et le secteur de Quélennec-Stang Ven-Lestonan. Des quartiers, plus petits mais consistants, se sont formés à Lézébel, la Croix-Rouge-Saint Joachim, Kerriou. Une parcelle en friche, près de Ménez Kervéady Les plateaux cultivés (et une haie replantée) Une replantation de châtaigniers, près de Créac’h Ergué Les pommiers de Lezergué
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 63 Les superficies estimées pour les principaux types d’occupation des terres sont les suivantes : - agriculture (parcelles cultivées, prairies et pâtures, qu’elles fassent partie d’exploitations agricoles ou de propriétés – cette catégorie peut s’entendre comme « espace rural » hors friches, bois, bâti et jardins) : de l’ordre de 2 100 hectares. - Boisements, sans distinction des boisements naturels, spontanés, ou artificiels : de l’ordre de 650 hectares. - Landes, friches, depuis les parcelles abandonnées depuis peu jusqu’aux boisements lâches… Ces emprises, sont en transition entre l’exploitation agricole et le retour à la végétation « climax » qui est, pour l’essentiel, de type forestier. Elles couvrent une surface de l’ordre de 260 hectares. - Habitat, constructions associées, pourtour (jardins) : de l’ordre de 400 hectares. Les vergers couvrent environ 51 hectares, ce qui n’est pas négligeable. Le restant comprend les infrastructures (routes), les emprises artisanales, commerciales, industrielles, les espaces verts publics, les terrains et installations sportives. On constate une forte présence de l’espace agricole, qui couvre un peu plus de la moitié du territoire communal. Les boisements sont également très présents ; ils sont localisés dans la bordure nord et nord-ouest de la Commune (vallée de l’Odet), mais également dans la plupart des fonds de vallons, en particulier la vallée du ruisseau de Kerdevot.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 64 Boisements naturels et reboisement artificiel, secteur Kernaou – Mez an Lez Les landes et friches constituent des surfaces importantes, mais relativement dispersées. Les zones humides ne sont pas distinguées ici : elles peuvent correspondre à des bois, à des friches, mais aussi à des espaces cultivés ou exploités (prés humides, prairies à joncs), elles recoupent donc les utilisations de l’espace inventoriées. D’après les données de l’inventaire des zones humides du bassin versant de l’Odet approuvé en Conseil Municipal le 26 septembre 2011 et amendé suite à une expertise le 6 Février 2012 (voir le rapport en annexe du présent Rapport de présentation), elles couvriraient une superficie de l’ordre de 370 hectares, soit 9,3% de la surface communale.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 65
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 66 2.3.7 Le patrimoine culturel Trois édifices de la Commune sont répertoriés, inscrits ou classés au titre des monuments historiques. Il s’agit : De la chapelle de Kerdevot, et du calvaire qui en dépend, datés des 16e, 17e et 18e siècles, classés Monument Historique par arrêté en date du 9 mai 1914. Le site lui-même est inscrit depuis le 9 mai 1931. De l’église paroissiale du Bourg Saint-Guinal, cimetière et son ossuaire, datés des 16e et 17e siècles, classés Monument Historique par arrêté en date du 23 octobre 1939. Du château de Lezergué, daté du 18e siècle (probablement jamais achevé) : inscrit Monument Historique, par arrêté en date du 9 décembre 1929. Les jardins d’agrément du manoir d’Odet (1er quart du 19e siècle) sont également répertoriés, mais ne font pas l’objet d’une inscription ou d’un classement.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 67
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2.3.7.1 Sites archéologiques Le service régional de l’archéologie recense plusieurs sites archéologiques sur le territoire communal. N° de zone 1 1 2 3 4 5 6 7 8 8 Patrimoine / Age Tumulus / Age du bronze Occupation / Néolithique Voie / Haut-empire Occupation / Bas moyen-âge Occupation / Epoque indéterminée Enclos, fossé / Age du fer – Gallo-romain Occupation / Néolithique – Moyen-âge Voie / Age du fer – Période récente Voie / Age du fer – Période récente Enclos (Système d’) / Epoque indéterminée Site Kervern Kervern Ty Nevez Goarem Vras Kergonan Kerlouis Creac’h Ergué Section Est de Loch Laé à Kervuéguen Section Ouest de Kerveguen à l’Eau Blanche Saint-André 68
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 69
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 70 2.4 Activité agricole La Chambre d’Agriculture a réalisé un « Diagnostic agricole dans le cadre de l’établissement du Plan Local d’Urbanisme » en décembre 2010 qui est joint en annexe du présent Rapport de présentation. Nous rappelons ici les conclusions de ce diagnostic : « La commune de Ergué-Gaberic est caractérisée par des exploitations agricoles conventionnelles et dynamiques. La plupart des exploitations ont réalisé leur mise aux normes environnementales. La commune compte actuellement 28 exploitations professionnelles. Ces exploitations agricoles emploient 75 équivalents temps plein (ETP). La moyenne d’âge des exploitants est de 48 ans. 14 exploitations sont susceptibles de se libérer dans les 5 ans à venir. L’agriculture utilise environ 1 850 hectares de SAU. Sur cet effectif, 1 375 hectares sont valorisés par les exploitants qui ont un siège d’exploitation sur la commune. 475 hectares sont valorisés par les exploitants des communes voisines (Elliant, St Evarzec, Landudal, Quimper, ….). Parallèlement les exploitants de la commune d’Ergué Gaberic valorisent des surfaces sur les communes voisines (Coray, Elliant, St Evarzec) pour une surface de 620 hectares. Au cours des 5 prochaines années, ce sont 540 hectares qui sont potentiellement libérables par les exploitants de la commune dont 425 hectares sur la commune d’Ergué-Gaberic. La ferme de Ergué Gaberic comptabilise un quota laitier de 3 millions de litres, 150 truies naisseurs engraisseurs, 535 vaches allaitantes, 450 000 poules pondeuses et 20 chevaux. La production végétale s’étend sur 1 850 hectares dont 600 hectares de surface en céréales environ. Le tout représente un chiffre d’affaire de 11,6 millions d’euros.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 71 En zone agricole A, il peut exister des habitations de tiers, éparses ou non, dont la présence ne peut pas être remise en cause. Ces habitations peuvent également faire l’objet de travaux divers de confort dès lors qu’il ne s’agit pas d’en faire un logement supplémentaire. Nous souhaiterions une vigilance pour toutes celles qui se situent à moins de 100 mètres d’un bâtiment d’élevages. Au niveau des villages qui ne comptent plus de sièges d’exploitation et de bâtiments d’élevages en activité, des opportunités pour rénover les anciennes maisons d’habitation, voire même de changer l’affectation d’anciens bâtiments agricoles en habitations peuvent exister. La zone agricole « A » ne permet pas de le faire. Des zonages Nr (rénovation) peuvent être envisagés sur ces villages pour permettre le changement de destination d’anciens bâtiments agricoles en maisons d’habitation. L’objectif est de permettre de valoriser le patrimoine ancien, mais pas d’augmenter de façon trop importante la population dans ces villages ou sur ces anciens sièges d’exploitation. Car même s’ils ont perdu leur vocation agricole, les terres alentours sont exploitées. En effet la production étant fortement rattachée au foncier, il convient d’être prudent dans les futures affectations du sol. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 72 2.5 Le risque majeur Le dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM) dans son édition d’octobre 2012 recense 3 types de risque majeur : - les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, submersion, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption, - les risques technologiques : d'origine anthropique, ils regroupent les risques industriels, nucléaire, biologique, rupture de barrage… - les risques liés aux transports de matières dangereuses sont des risques technologiques. On en fait cependant un cas particulier car les enjeux varient en fonction de l'endroit où se développe l'accident. Les risques concernant la Commune d’Ergué Gabéric sont des risques naturels : le risque tempête, le risque sismique, le risque inondation, le risque feu de forêt. Il existe également le risque de « transport de matières dangereuses ». 2.5.1 Les risques naturels • Le risque tempête est présent sur l’ensemble du département du Finistère. Les dernières tempêtes ayant causé d’importants dégâts sont celles d’octobre 1987 et février 1996. Les deux tempêtes de décembre 1999 ont occasionné des dégâts diffus, mais le département a été moins touché que le Poitou-Charentes, par exemple. Une carte de "vigilance météorologique" est élaborée 2 fois par jour par Météo-France et attire l'attention sur la possibilité d'occurrence d'un phénomène météorologique dangereux dans les 24 heures qui suivent son émission. Le niveau de vigilance vis-à-vis des conditions météorologiques à venir est présenté sous une échelle de 4 couleurs et qui figurent en légende sur la carte : - Niveau 1 (Vert) : Pas de vigilance particulière. - Niveau 2 (Jaune) : être attentif à la pratique d'activités sensibles au risque météorologique ; - Niveau 3 (Orange) : être très vigilant - phénomènes météos dangereux prévus ; - Niveau 4 (Rouge) : vigilance absolue - phénomènes météos dangereux d'intensité exceptionnelle.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 73 • Le risque inondation : la commune d’Ergué Gabéric est concernée pour l’Odet et le Jet ; elle fait l’objet d’un Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles d'Inondations du bassin de l’Odet (PPRI), approuvé par arrêté préfectoral en date du 10 juillet 2008. • Le risque feu de forêt : le feu de forêt est un incendie qui se propage dans toutes zones boisées (forêts, landes…). Toutes les Communes du Finistère sont concernées par ce risque. Un arrêté préfectoral, en date du 21 juin 2006, définit les prescriptions et interdictions dans les zones boisées de plus de 1 hectare. • Le risque sismique est lui aussi présent sur tout le département. L'article D. 563-8-1 du Code de l’environnement qui définit les zones de sismicité du territoire français classe le département du Finistère zone de sismicité 2 – « faible » (cf. carte ci-dessous). 2.5.2 Les risques technologiques • Le risque de transport de matières dangereuses est un risque diffus, lié aux infrastructures de transport. Il s’agit ici principalement de la RN 165 et de la RD 15.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 74 2.6 Le paysage En connexion directe avec la Commune de Quimper et identifiée comme « pôle de la couronne urbaine » au SCoT de l’Odet (document approuvé le 6 Juin 2012), la Commune d’Ergué Gabéric présente deux visages distincts. L’Ouest de la Commune est fortement urbanisé autour de 3 pôles : le Bourg, le quartier du Rouillen et le quartier de Lestonan. Les espaces agro-naturels enclavés sont en forte mutation et la limite Nord Ouest accueille le site naturel exceptionnel du Stangala. L’Est de la Commune est un vaste paysage de campagne vallonnée dont l’activité agricole est active. Seuls quelques « hameaux » fortement développés le long de la RD 115 rappellent la proximité de la ville de Quimper. La Commune est découpée par un important réseau hydrographique dont les profondes vallées organisent le territoire. Le relief varie entre l’altitude 7 à la confluence de l’Odet et du Jet, à l’altitude 139 à l’extrême Est de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Les grandes composantes paysagères PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 75
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 76 2.6.1 Les grandes composantes paysagères 2.6.1.1 Les vallées et vallons La quasi-totalité du territoire de la Commune d’Ergué Gabéric est délimitée par des cours d’eau. Seuls quelques petits linéaires en limite Est ne correspondent pas entièrement à des vallées. Les limites Ouest et Nord sont marquées par l’Odet et la limite Sud par le Jet. Ces deux principales vallées sont les seuls remparts naturels qui séparent l’urbanisation de Quimper et celle du Rouillen, quartier Sud Ouest de la Commune. Les vallées secondaires sont très découpées et ont guidé le développement des différents pôles de la Commune. La profondeur de ces vallées offre des vues remarquables à la fois sur le paysage d’Ergué Gabéric et à la fois au-delà, sur l’agglomération quimpéroise.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 77 L’Odet : Véritable colonne vertébrale naturelle intercommunale prenant sa source au Nord Est dans les Montagnes noires et se jetant dans l’Atlantique au niveau de la ville de Bénodet, l’Odet délimite de manière franche l’Ouest et le Nord de la Commune. Avec un dénivelé dépassant par endroit les 75 m, cette vallée forme une véritable coupure naturelle avec les Communes voisines : Quimper, Briec et Landudal. Fortement boisés, ses coteaux accueillent le site exceptionnel du Stangala à l’extrême Nord Ouest au creux d’un méandre. En limite Sud de ce site, les coteaux sont exploités en carrière. Sa partie plus évasée en aval en arrivant sur Quimper a permis une exploitation agricole. Le Jet : Cette rivière dessine la totalité de la limite Sud de la Commune. Bien qu’également très creux avec des coteaux abrupts, le Jet possède un fond de vallée plus large ce qui permet son exploitation agricole. Avec un tracé assez rectiligne cette vallée a également servi de support au tracé de la voie ferrée ainsi que de la RD 115. Les vallées secondaires : Le territoire communal d’Ergué Gabéric est parcouru d’un réseau hydrographique secondaire au relief prononcé qui le vallonne et l’organise. Ces vallées sont support des boisements de la Commune et forment des corridors écologiques compartimentant les différents pôles urbanisés. 2.6.1.2 Les espaces agro-naturels Conditionné par le fort relief découpé, les parcelles agricoles sont relativement petites et le maillage bocager encore bien présent. Seules les hauteurs du Nord Est de la Commune, ainsi qu’une petite partie au Nord Ouest offrent des paysages plus ouverts. Moins pentus et moins soumis à la pression foncière, les exploitations agricoles présentes ont pu se développer tout en gardant les caractéristiques d’un paysage bocager. Si la moitié Est est encore fortement agricole, la partie Ouest est beaucoup plus morcelée. Enclavés par des grandes voies de circulation, des cours d’eau profond et soumis à la pression urbaine, les espaces agricoles sont
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 78 de plus en plus difficilement exploitables. Ils sont encore aujourd’hui garants de coupures vertes et de respirations dans le tissu bâti (notamment le site de Kermorvan dans le tissu de Lestonan). 2.6.1.3 Les pôles agglomérés La Commune d’Ergué Gabéric compte 3 grands pôles d’habitation : le Bourg, excentré à l’écart des voies de circulation, le Rouillen, en connexion directe avec l’agglomération quimpéroise, et Lestonan, très étalé, accessible depuis la RD 15. Le Bourg : Il est le « quartier » historique d’Ergué Gabéric. Construit autour de l’Eglise Saint-Guinal il est pourtant le plus petit pôle de la Commune. Sa principale caractéristique est d’être excentrée, à l’écart des grands axes de communication. Cette position problématique ne date pas d’hier puisqu’un projet de déplacement du Bourg sur le site de Lestonan a été envisagé en 1840. Son développement principalement pavillonnaire se fait en épaisseur de part et d’autre de la voie communale traversante. Jusqu’à aujourd’hui ce développement s’est étendu sur le versant exposé Sud. Le centre articulé autour de l’église Saint-Guinal, fait l’objet d’un projet d’aménagement dans le cadre de la ZAC du Centre-Bourg. La topographie ne laisse qu’un passage autour de l’église, point de rencontre des axes de circulation. A noter cependant qu’un projet est en cours pour la restructuration du centre Bourg. Le Rouillen : Important quartier d’habitat, il s’est développé entre la RN 165 et la ville de Quimper. En connexion directe avec cette dernière par la RD 15, il reste néanmoins séparé par l’Odet et le Jet. Sa topographie offre de très beaux panoramas sur Quimper. Le rapport entre espaces publics, urbains ou de loisirs, et habitations est assez homogène. Cet équilibre en fait un quartier agréable à vivre. La traversée par la RD 15 supporte un trafic important qui mériterait un aménagement particulier.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 79 Lestonan : C’est le quartier le plus étalé d’Ergué Gabéric. Il s’est développé essentiellement à partir de la manufacture de papier d’Odet, puis le long de la route rejoignant la RD 15, en accroche sur les hameaux existants. Le résultat aujourd’hui est une urbanisation linéaire de 3,5 km avec de nombreuses dents creuses. La volonté actuelle est basée sur un développement en épaisseur en renforçant l’accroche sur la RD 15. Les voies ont encore aujourd’hui un profil de route de campagne et nécessitent une prise en compte des déplacements alternatifs. Les quartiers secondaires : La Commune d’Ergué Gabéric comporte deux autres petits quartiers d’habitation : Le quartier de la Croix-Rouge est situé au bord de la RD 15 entre la zone d’activités de Kerourvois et celle de Croas Spern. Sur la base d’un hameau, il s’est développé fortement grâce notamment à sa situation proche de l’échangeur de la RN 165. En forte mutation, ses routes de campagnes ne seront pas adaptées à une arrivée importante de population. Le quartier de Lézebel est situé à l’arrière de la zone d’activités de Kerourvois Nord. Quartier neuf principalement d’habitats individuels, on y trouve également quelques petits collectifs. Les aménagements des espaces publics sont de bonne qualité. L’accès est cependant problématique car situé à l’arrière d’une grande entreprise ce qui ne constitue pas une véritable entrée de quartier d’habitation. Tous ces quartiers sont aujourd’hui distincts les uns des autres. Seuls le quartier du Rouillen et celui de Lézebel sont connectés via la zone d’activités de Kerourvois. Suivant les zones à urbaniser actuelles, les quartiers du Rouillen, de Lézebel, de la Croix-Rouge et de Lestonan seront connectés via les zones de Kerourvois et de Croas Spern, créant ainsi une frange continue d’urbanisation dont seul le Bourg sera déconnecté. Il conviendra alors dans les aménagements de maintenir des transitions afin de garder cette lecture de quartiers distincts les uns des autres.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 80 2.6.1.4 Les zones d’activités On dénombre sur la Commune 4 zones d’activités : la ZA Cleyou, la ZAC de la Salleverte, la ZA de Kerourvois Nord et Sud et la ZA de Pen Carn. L’ancienne manufacture de papier et l’usine Bolloré sur Lestonan ne constituent pas des zones d’activités. ZA Cleyou : c’est une petite zone en elle-même mais elle fait partie d’un ensemble beaucoup plus grand situé sur la ville de Quimper. Elle se situe au niveau de l’entrée de la Commune d’Ergué Gabéric depuis Quimper et connait actuellement une mutation. Ses espaces publics sont vieillissants et ne mettent pas en valeur cette entrée. ZAC de la Salleverte : c’est une zone tertiaire récente située en connexion directe avec l’échangeur de la RN 165. ZA de Kerourvois : grande zone d’activités ciblée comme secteur de développement économique majeur dans le projet du SCoT de l’Odet, elle se situe au niveau de l’échangeur de la RN 165. C’est une zone assez ancienne en constante évolution dont les espaces publics nécessitent une requalification. Certains sites ont fait l’objet d’un aménagement récent qui contribue à revaloriser l’image de la zone. Cette image est d’autant plus importante que la zone est très visible depuis la RN 165. Une extension est en cours vers le Nord. ZA de Pen Carn : située au centre de la Commune, cette zone constitue un véritable repère visuel depuis de nombreux points éloignés du territoire. Les tours blanches de l’usine Bolloré sont par exemple visibles depuis le site remarquable de la chapelle de Kerdevot. Au-delà de ces usines la zone s’est développée comme un secteur de sports et loisirs. Idéalement placée entre les différents quartiers et facilement accessible par la route, cette zone est considérée comme majeure dans la vie de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 81 2.6.1.5 L’habitat dispersé Le territoire communal compte plusieurs hameaux ayant connu un développement relativement important. Ce type de développement est pointé du doigt par la loi SRU comme du mitage. Il s’agit par exemple des sites de Squividan et Stanqueau entre le Rouillen et Lestonan, de Coat Chapel au Nord du Bourg ou de Keriou et Kerdilès sur la RD 115. Situés le long des voies de circulation, ils nuisent, en plus des problèmes de fonctionnement que cela implique, à la perception paysagère globale de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Les unités paysagères PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 82
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 83 2.6.2 Les unités paysagères Les croisements entre ces différentes composantes font émerger des unités paysagères. Ces unités sont des ensembles homogènes en terme de fonctionnement, d’occupation du sol et d’ambiance dont les limites sont généralement progressives. Le territoire communal d’Ergué Gabéric peut être sous découpé en 7 unités paysagères : Vaste paysage de campagne vallonnée : ce grand ensemble homogène constitue toute la facette Est de la Commune. Paysage bocager, agricole, il est découpé par les vallées profondes et boisées. Les hameaux sont assez nombreux et certains, au Sud, se sont fortement développés. Paysage rural en mutation au profit d’une extension de l’urbanisation : cette unité englobe le Bourg, le quartier de St Joachim et de la Croix-Rouge et la ZA de Pen Carn. Les espaces agro-naturels situés entre ces trois entités sont en profonde mutation avec une importante surface dédiée à l’urbanisation future. Le Bourg, difficilement accessible, fait l’objet de nombreuses améliorations au profit des déplacements, notamment les liaisons douces. Espace de conurbation avec l’agglomération quimpéroise : située principalement autour du quartier du Rouillen et de la zone d’activités de Kerourvois, cette unité englobe le secteur développé en accroche avec l’échangeur de la RN 165 et l’agglomération quimpéroise. Fortement urbanisé avec quelques poches encore cultivées, cette unité est séparée de Quimper par les vallées de l’Odet et du Jet. Paysage de campagne vallonné enclavé, marqué par le développement de Lestonan : limitée au Sud par une vallée profonde et la RD 15, cette unité est entourée par de l’urbanisation linéaire. Celle de Lestonan au Nord et à l’ouest par l’étalement de Squividan et Stanqueau. Le cœur ainsi enclavé reste encore fortement agricole. Coulée boisée de la vallée de L’Odet : vallée très importante, elle est une coupure naturelle sur la limite Nord Ouest de la Commune. Elle abrite le site remarquable du Stangala. Très abrupte avec un fort dénivelé elle est couverte du plus grand boisement de la Commune.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 84 Coulée verte de la vallée du Jet : avec un fond de vallée plus large, exploité, et un tracé globalement très droit, le Jet forme une limite très lisible au Sud. Axe de communication avec la voie ferrée et la RD 115, c’est la seule vallée facilement accessible et praticable par les différents moyens de transport ce qui en fait un lieu à part sur la Commune. Poche boisée du vallon du Bigoudic : c’est un petit vallon aux versants moins abrupts que les autres cours d’eau de la Commune. Ses ramifications tortueuses parcourent un paysage humide et boisé tourné vers lui-même, en connexion avec l’Odet. Imbriqué avec l’urbanisation Nord Est de Lestonan, il participe à l’ambiance particulière de cette partie du quartier, hautement historique et symbolique pour la Commune avec l’ancienne manufacture de l’Odet et la cité de Keranna.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 85 La trame verte et bleue Extrait de la carte Trame verte et bleue du SCOT de l’Odet
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 86 2.6.3 La trame verte et bleue La carte de la trame verte et bleue représente les espaces naturels ou agro-naturels associés aux cours d’eau (trame bleue) et aux boisements et maillage bocager (trame verte). Cette mise en évidence de la trame fait apparaître les atouts (grandes coulées vertes…) et les faiblesses (manques de connexions) du réseau naturel, associé à la notion de corridors écologiques. L’objectif est de conserver les liaisons ainsi identifiées et d’en améliorer les éventuelles ruptures observées. Ces objectifs sont retranscrits dans le PADD et le plan de zonage par la mobilisation d’outils comme les Espaces Boisés Classés (EBC) et l’article L. 123-1-7 de la loi Paysage. La carte de la trame verte et bleue de la Commune d’Ergué Gabéric fait apparaître un réseau existant important de boisements associés aux cours d’eau ainsi qu’un maillage bocager relativement dense. La protection actuelle de ce patrimoine naturel est beaucoup plus partielle et il conviendra d’en renforcer le maillage, notamment sur les zones identifiées dans le SCoT de l’Odet.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Paysage et voies structurantes PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 87
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 88 2.6.4 Paysage et voies structurantes La perception d’un paysage d’une Commune se fait avant tout par les routes et leur qualité paysagère traduit généralement leur trafic. La Commune d’Ergué Gabéric comporte 3 grandes routes au trafic important : La RN 165 : Grande voie de circulation à l’échelle régionale, le linéaire traversant le territoire communal est relativement court. L’arrivée depuis Lorient offre une très belle vue sur la Commune et notamment le Bourg. Les zones d’extensions Sud du Bourg sont particulièrement soumises à ce vis-à-vis. Si les passages de l’Odet et du Jet fonctionnent comme des « sas » naturels, les espaces situés à proximité de l’échangeur sont particulièrement impactés par la zone d’activités de Kerourvois qui constitue l’une des vitrines de la Commune et qui mérite une attention particulière. Du côté du Rouillen, les abords de l’échangeur sont correctement traités. Seule la partie Nord du quartier présente un vis-à-vis. RD 15 : Depuis la RD 783 sur Quimper, on traverse une zone d’activités en mutation en entrée de territoire communal. La traversée du Rouillen se fait à travers un tissu dense et pavillonnaire. La voie remplit une double fonction : entrée de ville de Quimper qui génère un trafic important depuis l’échangeur ; voie inter-quartier qui nécessiterait un usage de la voie plus pacifié, notamment pour les relations entre le Nord et le Sud du Rouillen. Après l’échangeur, on traverse la ZA de Kerourvois, dont les abords pourraient être revalorisés. Entre le rond-point de Kerourvois et le giratoire desservant Lestonan et la ZA de Pen Carn, le Nord de la voie est marqué par un ruisseau offrant un paysage naturel dont les reliefs offrent quelques vues remarquables. Le Sud de la voie est marqué par l’alternance de coupures vertes et le quartier de Lenhesq dans un premier temps, puis la ZA de Pen Carn. Les abords bien traités de cette dernière accompagnent le passage de la voie de l’agglomération Quimpéroise au paysage rural de l’Est de la Commune. Le profil de la voie est large et traduit le fort trafic issu du quartier de Lestonan. Ils existent peu d’accès sur cette portion de la RD 15, mais ceux-ci sont relativement dangereux.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 89 Passé le giratoire de Pen Carn, le profil de la route revêt plus l’aspect d’une route de campagne. Si un habitat linéaire au Nord perturbe l’entrée dans la facette rurale de la Commune, la multiplicité des accès et les paysages traversés contrastent avec la première séquence de la voie. RD 115 : La traversée du Sud du quartier du Rouillen est bien traitée. Au Nord de la voie les maisons accrochées sur le coteau sont accompagnées de nombreuses plantations. Ce traitement est en adéquation avec la situation périphérique de cette partie du quartier. La voie longe ensuite le Jet en s’appuyant sur le pied du coteau. Cette traversée du paysage agro-naturel de la vallée est ponctuée de constructions éparses. Seul un site d’activité au droit du Bourg vient réellement impacter l’ensemble homogène. L’accès au Bourg reste cependant un peu trop discret. Au niveau de la ferme Stang Kermoysan la route s’élève pour atteindre et suivre le sommet du coteau. Le paysage rural alors traversé franchit deux anciens hameaux (Keriou et Kerdilès) et de nombreuses habitations dispersées. Ainsi surélevée la route offre de remarquables panoramas.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 90 2.7 Urbanisme 2.7.1 Les limites naturelles et coupures physiques Comme il a déjà été souligné, le territoire de la Commune d’Ergué-Gabéric est délimité par des éléments naturels : - au Nord et à l’Ouest, la rivière de l’Odet, associée à des coteaux boisés, - au Sud, la rivière du Jet. Plusieurs infrastructures constituent également des coupures au sein du territoire communal : - la RN 165, 2x2 voies à l’angle Sud-Ouest de la Commune, séparant le quartier du Rouillen du secteur de Lézebel, même si plusieurs franchissements de la nationale permettent de relier les deux secteurs, - la voie ferrée au Sud, dans le vallon du Jet. Malgré la taille de la Commune, les limites et les coupures constituent des obstacles à la circulation puisque très peu de voies viennent les franchir, en dehors de la RN 165 dont les infrastructures ont permis de s’affranchir des obstacles : - Au Sud, seul le chemin de Meil Dreau à partir de Kerriou franchit le Jet et la voie ferrée. - A l’Ouest, on note trois passages par-dessus (RD 15, la route de Stangala) ou sous la nationale (RD 115) ; l’Odet n’est traversé que par la RD 15. - Au Nord, la rivière de l’Odet ne connait que deux franchissements : la voie entre Lestonan et Briec, et la RD 51 en direction de Landudal. La frontière Est de la Commune n’est pas concernée par une limite naturelle ou une coupure physique, et la continuité des voies est donc assurée.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Les limites et coupures L’Odet La RN 165 La voie ferrée Le Jet 91
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 92 2.7.2 Le fonctionnement L’échangeur de la RN 165 constitue la véritable porte d’entrée d’Ergué-Gabéric et l’une des principales pour Quimper. La nationale permet d’être en contact avec les autres métropoles régionales. La RD 15 traverse tout le territoire suivant une diagonale du Sud-Ouest au Nord-Est. Elle dessert l’ensemble des pôles urbains de la Commune (le Bourg, Lestonan, le Rouillen dont elle constitue l’une des entrées de ville pour Quimper, Pen Carn et Croas Spern, Lézébel…). Elle constitue de ce fait en terme de desserte, la colonne vertébrale d’Ergué-Gabéric. Ajoutons que l’échangeur de la RN 165 s’articule sur la RD 15 et que celle-ci permet de rejoindre la ville de Coray, jouant ainsi un rôle à l’échelle du département. Deux autres départementales jouent un rôle de second plan par rapport à la RD 15 : la RD 115 qui longe le Jet au Sud de la Commune et donne un accès au Bourg, et la RD 51 qui remonte vers le Nord et offre un franchissement de l’Odet. Un réseau de voies communales vient compléter ce dispositif, assurant la desserte de l’ensemble du territoire. A une autre échelle, on peut également repérer plusieurs itinéraires de liaisons douces, dont le Chemin de Grande Randonnée n°38. Quatre lignes transport en commun parcourent le territoire dans sa partie urbaine (le Rouillen) ou péri-urbaine (le Bourg, Lestonan), assurant un lien entre la Commune et Quimper.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Hiérarchisation des voies PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION RD 51 RD 15 RN 165 RD 115 93
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 94
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 95 2.7.3 Les polarités L’occupation du territoire communal se répartit en plusieurs entités : A l’Est, un secteur agro-naturel où l’on trouve d’anciennes fermes (pour certaines toujours en activité), et des habitations plus récentes, parfois regroupées autour de petits hameaux dont deux plus importants : Keriou et Kerdilès. A l’Ouest, un secteur péri-urbain constitué de deux agglomérations distinctes, le Bourg historique, et Lestonan qui s’est développé le long de voies qui convergent vers le centre. En complément, une Zone d’Aménagement Concerté a permis de créer le secteur d’habitat de Lézebel. Il existe également un habitat linéaire sur Squividan, entre la Croix Rouge et Saint-Joachim, et dans le prolongement de Lestonan sur Garsalec. Historiquement, Ergué-Gabéric a accueilli des entreprises de renom (Bolloré, Jean Caby…), accueil qui s’est poursuivi avec la création de plusieurs zones d’activités (Pen Carn, Kerourvois, Keranguéo…). La bretelle d’accès depuis la RN 165 sur la RD 15 offre une desserte privilégiée des secteurs de Kerourvois et Pen Carn. Il existe également la carrière de Kerrous actuellement en activité (jusqu’en 2017) qui se trouve à l’Ouest du territoire, le long de l’Odet. Autre particularité, le site de Croas Spern regroupe un pôle d’équipements (sport, culture, loisirs…) qui n’est pas relié à un secteur d’habitat, mais se trouve à mi-chemin entre le Bourg, Lestonan et le Rouillen. Au Sud-Ouest, le quartier du Rouillen s’inscrit en continuité de l’agglomération quimpéroise. Un petit pôle d’activités dit du Cleuyou au confluent de l’Odet et du Jet se trouve en partie en zone inondable. Les pôles commerciaux sont essentiellement regroupés autour des trois entités urbaines : le centre Bourg, le centre de Lestonan, et sur le Rouillen. Les composantes naturelles très présentes sur la Commune offrent plusieurs secteurs de loisirs privilégiés : l’arboretum, Stang Luzigou et le site de Stangala le long de l’Odet. Notons que Quimper Communauté développe une nouvelle zone d’activités dans la continuité de Kerourvois et accessible depuis l’échangeur de la RN 165, en direction de Squividan.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Les polarités Stangala L’arboretum Lestonan Garsalec Squividan La carrière Croas Spern Lézebel Pen Carn Keramus La Croix Rouge / Saint-Joachim Le Rouillen Le Bourg Keriou Kerdilès 96
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Hiérarchisation des voies PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 97
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Le pôle d’équipements de Croas Spern Pen Carn L’aire d’accueil des Gens du Voyage 98
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Pen Carn Kerangueo 99
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 100 2.7.4 Typologie et patrimoine 2.7.4.1 La typologie La typologie très largement dominante sur la Commune en termes d’habitat correspond à des lots libres avec un gabarit qui ne dépasse pas le rez-de-chaussée avec un étage et un comble aménagé. La taille des lots est très variable, plus petite dans les entités urbaines entre 300 et 1 000 m², et entre 1 000 et 3 000 m², voire plus en secteur agro-naturel. Dans le secteur rural, se mélangent sous forme de constructions isolées ou regroupées en hameaux, d’anciens corps de ferme (parfois en activité) et des maisons individuelles sur lots libres. Cependant, des secteurs plus denses existent. Le centre du Bourg se caractérise par des maisons de ville à l’alignement sur rue avec parfois du commerce en rez-de-chaussée qui se sont construites autour de l’église et qui constituent le cœur historique. Une extension vers l’Ouest autour de la rue du parc Boutinou a permis d’étoffer le centre. Le projet de la nouvelle Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Centre-Bourg viendra restructurer et étendre le pôle de centralité à l’Ouest. Au-delà du centre, les quartiers pavillonnaires se sont développés avec à l’Est, quelques maisons jumelées et lots groupés. La topographie prononcée en limites Nord, Ouest et Sud, constitue des limites naturelles au développement du Bourg. De la même façon sur le centre de Lestonan le projet de Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Cœur de Lestonan déjà bien avancé, est venu conforter et restructurer le pôle de centralité. Le reste de Lestonan correspond à des secteurs pavillonnaires qui se sont principalement développés autour des voies d’accès. Sur le Rouillen, plusieurs secteurs offrent une certaine densité (maisons de ville et petites résidences), notamment le long de l’avenue du Rouillen et autour de la Salleverte qui regroupe également des équipements, commerces… Contrairement au Bourg et à Lestonan, l’image du quartier se rapproche de celui d’une ville, avec son avenue principale et ses voies de dessertes secondaires. Quelques petites résidences font également partie des constructions réalisées dans le cadre de la ZAC de Lézebel.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 101
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 102
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 103
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 104 2.7.4.2 Le patrimoine Le patrimoine communal s’exprime de différentes façons. Un patrimoine naturel qui constitue un des aspects de l’identité du territoire, avec les vallées de l’Odet (avec le site classé et inscrit de Stangala) et du Jet et les différents ruisseaux, les bois et forêts, ainsi que les haies et talus en milieux agricole. Certains bâtiments remarquables font partie des monuments classés ou inscrits comme la chapelle de Kerdévot et son calvaire, l’église Saint-Guinal pour son cimetière et son ossuaire, et le château de Lezergué. Il existe également un patrimoine rural constitué par les fermes, parfois regroupées sous forme de hameaux, qui constituent des ensembles intéressants. Notons également la présence sur le territoire de chapelles, moulins, manoirs…, mais aussi d’un petit patrimoine sous la forme de calvaires, croix, puits, fours à pain, lavoirs… qui participent à la richesse de la Commune. Il existe également des ensembles urbains qui revêtent un caractère patrimonial, même si individuellement les bâtiments qui les composent ne sont pas remarquables. C’est le cas notamment de la cité de Keranna, du centrebourg…
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 105
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 106
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 107 2.8 Bilan et perspectives d’évolution Extrait de l’article L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation… … présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. » Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : … … présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers et justifie les objectifs de modération de cette consommation et de lutte contre l'étalement urbain arrêtés dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard, notamment, des objectifs fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale, et des dynamiques économiques et démographiques ; »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 108 SURFACES DU P.O.S. NAb,c,d 198 ha 5,0% NAz 7 ha 0,2% NAi,a,b,c 89 ha 2,2% NAL,s 22 ha 0,5% NA2 44 ha 1,1% NA 359 ha 9,0% TOTAL NC 2 491 ha 62,8% L’espace bâti de la Commune d'Ergué-Gabéric est réparti de la façon qui apparaît dans le tableau ci-contre. UF : zone ferroviaire TOTAL UH : zone d’habitat TOTAL UI : zone d’activités ZAC : Zone d’Aménagement Concerté (terminées) TOTAL Avec 332 hectares, ces zones représentent 8,4% du territoire. ND 755 ha 19,1% NDL 27 ha 0,7% ND 783 ha 19,7% N 3 633 ha 91,6% UF 4 ha 0,1% UHa 9 ha 0,2% UHb 48 ha 1,2% UHc 164 ha 4,1% UHd 25 ha 0,6% UH 246 ha 6,2% UI 60 ha 1,5% UIe 7 ha 0,2% TOTAL UI 67 ha 1,7% TOTAL U 317 ha 8,0% TOTAL ZAC 15 ha 0,4% TOTAL COMMUNE 3 965 ha 100% 2.8.1 Bilan du Plan d’Occupation des Sols 2.8.1.1 L’espace agricole Au POS, 2 491 hectares étaient classés en zone NC, zone naturelle à vocation agricole, soit 62,8 % du territoire. Il s’agit donc de la surface la plus importante de la Commune. TOTAL 2.8.1.2 L’espace urbain ou à urbaniser Les zones d’urbanisation futures : NAb, c, d : zone d’habitat à urbaniser à court ou moyen terme NAz : Zone d’Aménagement Concerté (en cours) NAIa, b, c : zone d’activités à urbaniser à court ou moyen terme NAL, s : zone d’équipements de sports et de loisirs à urbaniser à court ou moyen terme NA2 : zone naturelle où l’urbanisation est prévue à long terme TOTAL
    • Le Plan de zonage du POS COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 109
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 110 Les zones à urbaniser représentent 359 hectares soit 9 % du territoire. Ce chiffre est supérieur à celui des zones déjà urbanisées, ce qui reflète le rôle d’accueil de nouvelles populations d’Ergué-Gabéric au sein de Quimper Communauté. Mais l’évolution des pratiques et des mentalités en terme de consommation d’espaces naturels et agricoles dédiés au développement urbain, entre le POS de 2000 et le PLU actuel témoignent de la prise de conscience de devoir limiter la consommation d’espaces. Il est à noter que toutes les zones urbanisables à court ou moyen terme sont toujours actuellement des espaces agricoles ou naturels, et que l’on ne peut pas compter toutes les zones NA comme zones urbaines. Voir le chapitre qui suit pour sur la consommation d’espaces. 2.8.1.3 L’espace naturel Au POS, la superficie des zones naturelles à protéger (ND) représentait 783 ha dont 755 ha en secteur ND, secteur naturel qui doit être protégé et préservé en raison de l’intérêt et de la qualité remarquable des paysages, des sites ou des éléments écologiques qui le composent. Des installations sportives et des activités de loisirs, de détente et de plein air nécessitant peu de superstructures d’accompagnement, peuvent être installées sur la zone NDL (27 ha) sous réserve d’une bonne intégration dans l’environnement. Enfin, 234 ha de terrains sont classés comme espaces boisés à conserver, à protéger, ou à créer, ce qui représente 5,9% du territoire.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 111 2.8.2 Analyse de la consommation d’espaces et objectifs de modération 2.8.2.1 Analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers En se basant sur les zones à urbaniser figurant au POS approuvé le 23 mai 2000 et celles réellement urbanisées, tel qu’il en ressort du cadastre de 2012, on peut estimer la consommation foncière liée au développement sur cette période. Il reste environ 164 hectares de la zone NA qui ne sont pas urbanisés, ce qui veut dire que sur cette période et pour les seules zones NA, on peut estimer la consommation foncière toutes vocations confondues à environ 196 hectares auxquels il faut rajouter 15 hectares des ZAC figurant au Plan de zonage du POS, soit 211 hectares, soit environ 17,6 hectares par an. Ces chiffres ne tiennent pas compte des ZAC en renouvellement urbain qui se sont développées sur cette même période, ni des constructions en milieu urbain. Les zones NA en secteurs agricole ou naturel sous forme de constructions isolées ou de hameaux représentent 61 hectares et sont aujourd’hui presque toutes urbanisées. Cette pratique va à l’encontre des objectifs de la Loi SRU et du Grenelle de l’environnement. Il s’agit de définir des objectifs nouveaux pour préserver les ressources agro-naturelles. Le tableau ci-dessous montre la progression des permis de construire entre 2000 et 2012. DEMANDES 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Habitations 64 43 37 52 28 21 63 58 30 16 18 14 68 Bâtiments agricoles 1 6 0 0 0 3 2 4 1 1 0 0 2 Bâtiments communaux et extension de ceux ci 2 2 0 1 3 2 2 5 2 0 1 0 3 5 3 1 4 4 5 4 6 2 5 4 7 7 3 pour 19 1 pour 6 0 2 pour 10 5 pour 57 5 pour 52 3 pour 50 0 0 3 pour 39 2 pour 11 4 pour 41 6 pour 36 Bâtiments industriels Locatifs
    • Les zones NA du POS COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 112
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC ZONES NA et ZAC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION SECTEURS URBANISES SECTEURS NON URBANISES 113 TOTAL Habitat 156,38 ha 61,71 % 97,02 ha 38,29 % 253,40 ha Activités 56,43 ha 63,28 % 32,74 ha 36,72 % 89,17 ha Equipements 18,83 ha 59,38 % 12,88 ha 40,62 % 31,71 ha TOTAL 231,64 ha 61,89 % 142,64 ha 38,11 % 374,28 ha Le tableau ci-dessus permet de synthétiser par secteur l’évolution des zones NA et des deux ZAC dédiées à des secteurs d’habitation. On constate que les surfaces dédiées à l’habitat ont été urbanisées pour environ 60% (plus de 156 ha) des zones NA liées à l’habitat et ZAC, ce qui représente la part la plus importante comparé au domaine de l’activité et des équipements. En second lieu, les zones d’activités urbanisées (ou en cours d’urbanisation notamment sur Kerourvois 2) en NA au POS représentent 56 hectares, soit plus de 60% du potentiel des zones NA liées aux activités. Les secteurs d’équipements urbanisés en NA couvrent environ 19 ha, soit près de 60% des zones NA liées aux équipements. Au total entre 2000 et 2012, sur 374 hectares de zones NA et ZAC au POS, environ 232 hectares ont été urbanisés ou sont en cours d’urbanisation, ce qui correspond à 62% de l’ensemble des zones NA et ZAC. Il reste donc un potentiel important pour le secteur d’habitat (97 hectares) et dans une moindre mesure, pour l’activité (33 hectares) et les équipements (13 hectares).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 114 2.8.2.2 Objectifs de modération de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers Pour fixer des objectifs de modération de la consommation d’espaces, il importe de tenir compte des perspectives démographiques et des orientations fixées par le Programme Local d’Habitat (PLH) de Quimper Communauté (2011-2016), et le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) de l’Odet. La Commune a connu une croissance démographique soutenue entre 1968 et 1982 et une croissance régulière et maîtrisée depuis. Les projections démographiques réalisées prévoient la poursuite de cette tendance avec une augmentation de la population de 95 habitants par an, qui passerait d’environ 8 200 habitants en 2011 (dernier chiffre connu) à environ 10 000 habitants en 2030. Avec 2,5 personnes en moyenne par foyer en 2011 et 2,2 en 2030, il faudrait passer d’environ 3 280 résidences principales à 4 548 en 2030, et, en restant sur les mêmes taux de vacance et de résidences secondaires, d’environ 3 426 logements en 2011 à 4 750 en 2030. Ainsi, il faudrait créer environ 1 324 logements pour accueillir environ 1 800 nouveaux habitants sur la période 2011/2030. 2011 2030 19 ans 95 habitants/an 3 426 logements 4 750 logements 1 324 logements 3 280 4 548 1 268 1,0444 résidences principales 8 200 habitants 2,5 hab/lgt résidences principales 10 005 habitants 2,2 hab/lgt résidences principales 1 805 habitants ratio résidences principales/nb total de logements en 2009 Le SCoT fixe un objectif de diminution de 30% de consommation foncière à l’échelle de la Communauté d’Agglomération de Quimper et des Communautés de Communes du Pays Fouesnantais et du Pays Glazik. Le SCoT prévoit également une densité moyenne minimale à l’échelle de la commune de 16 logements par hectare pour les nouvelles opérations. De plus, 20% de la production de logements doit se faire dans des secteurs de renouvellement urbain.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 115 Le PLH pour sa part fixe une production annuelle minimale jusqu’en 2016 de 80 logements, avec 30% de logements sociaux (jusqu’à atteindre 20% pour l’ensemble de la Commune). Il fixe une limite de consommation foncière de 35 hectares (dont 32 hectares maximum en extension) sur les 6 ans du PLH. Les perspectives établies à partir des courbes démographiques doivent être rapprochées des objectifs du SCoT/PLH avec lesquels le PLU doit avoir un rapport de compatibilité. Le PLH fixe une production annuelle minimale jusqu’en 2016 de 80 logements. Si on poursuivait cette production à partir de 2011 jusqu’en 2030, on arriverait à la production de logements suivante. 2011 2030 19 ans 80 logements/an 3 426 logements 4 946 logements 1 520 logements 3 280 4 735 1 455 1,0444 résidences principales 8 200 habitants 2,5 hab/lgt résidences principales 10 418 habitants 2,2 hab/lgt résidences principales 2 218 habitants ratio résidences principales/nb total de logements en 2009 Par rapport à la tendance « naturelle », les objectifs du PLH sont légèrement supérieurs. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette ambition. La Commune est attractive, car très bien desservie, située à proximité immédiate de Quimper et disposant d’un capital de zones non urbanisées important. De plus, les projets d’accueil de nouvelles entreprises (extension de l’usine Bolloré, développement de la zone d’activités communautaire de Kerourvois 2…) dans les prochaines années auront également un impact sur le marché immobilier local. Il s’agit donc d’anticiper cette poussée démographique, tout en ayant une approche raisonnée et maîtrisée du développement urbain. La Commune doit également prendre en compte son projet qui vise à renforcer l’unité urbaine et à redonner une cohérence territoriale entre les trois pôles aujourd’hui séparés que sont le Bourg historique, Lestonan et le Rouillen, en les faisant converger vers Croas Spern. Cet objectif ambitieux ne pourra trouver sa concrétisation que sur le long terme et par étapes. Dans le même temps, la commune vise à renforcer les pôles urbains du Bourg et de Lestonan.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 116 Le PLU a été conçu dans cet esprit. Il porte sur la période 2014-2030, soit sur une durée de 16 ans. Dans ce contexte, la Commune donne priorité au renouvellement urbain avant de s’étendre sur des terres naturelles, agricoles et forestières. Ainsi, elle s’engage à n’ouvrir à l’urbanisation que les surfaces nécessaires à son développement en respectant les objectifs du PLH et du SCoT. Concrètement et en prolongeant les objectifs du PLH sur 16 ans, il faudrait réaliser 1 280 nouveaux logements et une consommation foncière en extension dédiée à l’habitat maximale de 85 hectares, en respectant une densité minimale de 16 logements à l’hectare (SCoT). La Commune fait le choix de ne pas ouvrir plus d’environ 75 hectares de zones à urbaniser dédiés à des secteurs d’habitat. Le reste des logements devra se faire dans le cadre d’opérations de renouvellement urbain en zone U, notamment au travers des ZAC. Le chiffre de 75 hectares montre une nette diminution par rapport aux 253 hectares de zones à urbaniser dédiées à de l’habitat figurant dans le POS (198 hectares de zones NAb, c, d, auxquels il faut ajouter 7 hectares de la zone NAz, 33 hectares de zones NA2 dédiés à l’habitat (10 autres hectares sont dédiés aux équipements NA2ep) et 15,4 hectares des deux anciennes ZAC de la Salleverte et du Centre-Bourg).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 117 Dans le domaine de l’activité, Ergué-Gabéric a une tradition d’accueil d’entreprises avec des établissements qui ont fait sa renommée (Bolloré, Jean Caby…) et qu’elle a su poursuivre jusqu’à ce jour. L’excellente desserte de la Commune par l’échangeur de la RN 165 et les réserves foncières non urbanisées autour de ce point en font un pôle de développement économique d’intérêt majeur à l’échelle du bassin de vie de Quimper et repéré comme tel par le SCoT. Celui-ci identifie un deuxième pôle de développement économique qualifié d’important sur ErguéGabéric, relié par la RD 15. Là encore, sur le plan économique, la Commune se distingue par le rôle qui lui est assigné au sein du bassin de vie de Quimper. De la même manière, son pôle d’équipements très structuré autour de Croas Spern, disposant de possibilités d’accueil importantes, permet d’envisager l’implantation d’équipements majeurs sur ce site. Tout en prenant en compte ce contexte très porteur en terme d’urbanisation et en voulant jouer son rôle d’accueil tant à l’échelle communautaire que communale, la Commune d’Ergué-Gabéric s’engage dans une politique de maîtrise de son développement en faisant le choix de ramener les zones à urbaniser dans le PLU à environ un tiers de celles figurant dans le POS, dans le domaine de l’habitat (environ 75 hectares), de l’activité (environ 30 hectares) et des équipements (environ 10 hectares).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 118 2.9 Recensement des contraintes législatives, règlementaires et supra-communales 2.9.1 Dispositions législatives 2.9.1.1 La loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU), la loi Urbanisme et Habitat (UH) et la loi portant "engagement national pour l’environnement" (ENE) dite Grenelle 2 La Loi de Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU) : article 4 : les Plans Locaux d'Urbanisme (PLU) (article L. 123-1 à L. 123-20) – modifié par la Loi Urbanisme et Habitat (UH) du 2 Juillet 2003 et la Loi portant Engagement National pour l’Environnement" (ENE) dite Grenelle 2 du 12 Juillet 2010. Conformément à l'article L. 121-1 du code de l'urbanisme, le PLU détermine les conditions permettant d'assurer notamment, l'équilibre entre le développement urbain et la préservation de l'environnement par une utilisation économe des espaces naturels et agricoles, la sauvegarde du patrimoine, la diversité des fonctions urbaines, la mixité sociale de l'habitat, la maitrise de la circulation automobile, la réduction des émissions de gaz à effet de serre… Les PLU sont constitués de plusieurs documents dont les objectifs sont les suivants : Exposer le diagnostic : • il est établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de développement forestier, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, de commerce, d'équipements et de services. • il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. • et lorsque le plan local d'urbanisme doit faire l'objet d'une évaluation environnementale, il analyse l'état initial de l'environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d'être touchées de manière notable par la mise en œuvre du plan. De présenter le projet d'aménagement et de développement durables : Ce document définit le projet communal mais n’est pas opposable.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 119 Fixer les règles générales et les servitudes d'utilisation des sols permettant d'atteindre les objectifs de la loi. Elles peuvent notamment comporter : • l'interdiction de construire • la délimitation des zones urbaines ou à urbaniser • la délimitation des zones naturelles ou agricoles et forestières à protéger • la définition des règles concernant l'implantation des constructions • la définition d’orientations d’aménagement et de programmation Avoir • • • la possibilité d'instituer des servitudes dans les zones urbaines, ce qui consiste à : interdire les constructions ou installations, réserver des emplacements en vue de la réalisation d'un programme de logements, indiquer la localisation prévue des voies et des ouvrages publics, les installations d'intérêt général, les espaces verts à créer ou à modifier en délimitant les terrains concernés. Intégrer les Zones d'Aménagement Concerté dans le plan de zonage et le règlement du PLU (suppression des PAZ : Plans d'Aménagement de Zone et des Règlements d'Aménagement de Zone (RAZ)) Etre compatibles, s'il y a lieu, avec les dispositions du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), du Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM), la charte du parc naturel régional ou national, le Programme Local de l'Habitat (PLH), le Plan de Déplacements Urbains (PDU), le Schéma Directeur d'Aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 120 2.9.1.2 La loi relative à la lutte contre l’exclusion du 29 juillet 1998 L’objectif de cette loi est de garantir sur l’ensemble du territoire, l’accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l’emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l’éducation, de la formation et de la culture, de la protection de la famille et de l’enfance. Cette loi dans son article 16 offre la possibilité de ne pas imposer la réalisation d’aires de stationnement à l’ensemble des logements locatifs sociaux ainsi qu’aux travaux de transformation ou d’amélioration de bâtiments affectés à ces logements ; il permet, nonobstant les dispositions du PLU, de ne pas imposer plus d’une aire de stationnement par logement lors de la construction de logements locatifs financés avec un prêt aidé de l’Etat. Le décret n°99-266 du 1er avril 1999, précise que s’agissant des travaux de transformation ou d’amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs aidés, les obligations en matière de réalisation d’aires de stationnement ne sont pas applicables à ces travaux, même si ceux-ci s’accompagnent de création de superficie de plancher dans la limite d’un plafond de 50 % de la superficie de plancher existante avant le commencement des travaux. Ces dispositions sont codifiées à l‘article L. 421-3 du Code de l’Urbanisme.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 121 2.9.1.3 La loi relative au renforcement de la protection de l’environnement (2 février 1995) Cette loi vise à améliorer la protection des espaces, ressources et milieux naturels, des sites et paysages, des espèces animales et végétales, ainsi que la diversité et les équilibres biologiques. Cette loi a pour objet le renforcement de la protection de l’environnement par l’adoption de mesures effectives pour prévenir des risques de dommages graves et irréversibles. Plusieurs grands thèmes y sont abordés, tels que : • la participation du public et des associations • la prévention des risques naturels : - mesures de sauvegarde des populations menacées, - plans de prévention des risques naturels prévisibles, - entretien des cours d’eau. • la connaissance, la protection et la gestion des espaces naturels : - inventaire départemental du patrimoine naturel, - protection et gestion des espaces naturels, - recul par rapport aux voies à grande circulation et aux autoroutes. L'article L. 111-1.4 du Code de l'Urbanisme (en vigueur au moment de l'arrêt du projet de PLU) constitue une mesure forte mais limitée dans l'espace : « En dehors des espaces urbanisés des communes, les constructions ou installations sont interdites dans une bande de cent mètres de part et d'autre de l'axe des autoroutes, des routes express et des déviations au sens du Code de la Voirie Routière et de soixante-quinze mètres de part et d'autre de l'axe des autres routes classées à grande circulation. (...) » Toutefois ces marges de recul ne sont pas applicables sur des zones où une réflexion préalable a été menée par la collectivité pour aménager les abords des axes à fort trafic. Cette réflexion doit se traduire dans les documents d’urbanisme par un règlement justifié et motivé au regard des nuisances, de la sécurité et de la qualité architecturale, urbaine et paysagère.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 122 2.9.1.4 La loi relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage n° 2000-614 du 5 juillet 2000 Cette loi prescrit l’élaboration d’un schéma départemental prévoyant l’implantation des aires permanentes d’accueil ainsi que des emplacements temporaires pour les grands rassemblements. Les communes de plus de 5 000 habitants figurent obligatoirement au schéma départemental. Le schéma départemental pour l'accueil des gens du voyage a pour but de fixer les besoins d'accueil dans le département, ainsi que les mesures d'accompagnement socio-éducatives. Ce schéma détermine aussi des emplacements temporaires qui seront utilisés à l'occasion de grands rassemblements, pour accueillir plus de cinquante caravanes. La réalisation de ce schéma est pilotée par le préfet. Une commission départementale est créée, regroupant les élus, des représentants du conseil général, des associations des gens du voyage et des représentants de l'Etat (Education Nationale, DDASS, DDTM). Le schéma doit être approuvé par les conseils municipaux des communes y figurant, puis le préfet et le président du conseil général devront l'approuver et le signer. Les communes auront alors deux ans pour se mettre en conformité. Le stationnement des caravanes peut être autorisé dans toutes les zones du plan local d'urbanisme sauf prescription particulière contraire. Toutefois, un plan local d'urbanisme qui interdirait le stationnement des caravanes sur l'ensemble de son territoire serait entaché d'illégalité. Le maire d'une commune ayant satisfait aux obligations qui lui incombent au titre du schéma départemental peut, par arrêté, interdire en dehors des aires d'accueil aménagées, le stationnement des résidences mobiles constituant l'habitat des gens du voyage. Les projets d'aires permanentes d'accueil ou d'aires de passage des gens du voyage peuvent faire l'objet, en tant que besoin, d'emplacements réservés.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 123 2.9.1.5 La loi d’orientation agricole L’article 111 de la loi d’orientation agricole du 9 juillet 1999 a modifié l’article L. 112-3 du code Rural. Cet article stipule qu’un plan local d’Urbanisme susceptible d’entraîner une réduction des espaces agricoles ou forestiers lors de son élaboration, sa révision ou sa modification, doit faire l’objet d’un avis de la Chambre d’Agriculture ou du centre régional de la propriété forestière avant d’être approuvé. Les dispositions contenues dans le Titre V de la loi du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche, intitulé « Inscrire l'agriculture et la forêt dans un développement durable des territoires », ont pour objet de permettre à l'agriculture et à la forêt d'assurer leur durabilité, dans des territoires préservés. Elles contribuent également à ce que la France puisse répondre aux enjeux environnementaux et au défi du développement des énergies renouvelables. Pour y parvenir, la loi met en place une stratégie globale de lutte contre la consommation des terres agricoles qui impacte directement le droit de l'occupation des sols. Dans ce cadre, il est créé de nouveaux plans qui constitueront des documents de référence, de dialogue et de prise en compte de l'agriculture et de la forêt dans les documents d'urbanisme locaux. Par ailleurs, une commission départementale de la consommation des espaces agricoles est instituée, qui sera consultée à l'occasion de l'élaboration de certains documents locaux d'urbanisme et de l'instruction des demandes d'autorisations d'urbanisme. En outre, le législateur encadre les possibilités d'implanter des équipements collectifs sur des terres agricoles. 2.9.1.6 La loi d’orientation forestière L’article 27 de la loi d’orientation forestière du 9 juillet 2001 prévoit la gestion forestière des bois et forêts des particuliers. Il précise que toute opération volontaire ou accidentelle ayant pour effet de détruire l’état boisé d’un terrain et de mettre fin à sa destination forestière est soumise aux dispositions du défrichement et nécessite une autorisation au titre du Code forestier, et ce, avant toute autorisation administrative exceptée celles relatives aux installations classées. Les articles L. 151-1 et suivants du code Forestier ont été abrogés par la loi d’orientation forestière. En conséquence, les servitudes relatives à la protection des bois et forêts soumis au régime forestier n’ont plus à être mentionnés.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 124 2.9.1.7 La loi Paysage n° 93-24 du 8 janvier 1993 La loi sur la protection et la mise en valeur des paysages précise que « sur l’ensemble des territoires remarquables par leur intérêt paysager, définis en concertation avec les collectivités territoriales concernées et lorsque lesdits territoires ne sont pas l’objet de prescriptions particulières prises en application de l’article L. 111-1-1 du Code de l’urbanisme, l’Etat peut prendre des directives de protection et de mise en valeur des paysages » Ces directives déterminent les orientations et les principes fondamentaux de protection des structures paysagères qui sont applicables à ces territoires. Les PLU doivent être compatibles avec ces directives. Cette loi, dans son article 3a introduit à l’article L. 123-1-5-7 du Code de l’Urbanisme, la prise en compte de la préservation de la qualité des paysages et la maîtrise de leur évolution dans la définition des choix d’aménagement. 2.9.1.8 La Prise en compte de la protection et de la mise en valeur des paysages d’entrées de ville (loi Barnier article L. 111-1-4 du code de l’urbanisme) L’article L. 111-1-4 du code de l’urbanisme pose un principe d’inconstructibilité dans une bande de 100 mètres de part et d’autre des axes routiers à grande circulation (autoroutes, voies express) ou dans une bande de 75 mètres pour les autres routes classées à grande circulation, en dehors des espaces urbanisés. Les dispositions du PLU peuvent déroger à ce principe dès lors que les conditions d’intégration paysagères et architecturales le long de ces voies soient prévues et justifiées. A Ergué-Gabéric, sont concernés par les dispositions de cet article : • La RN 165 (recul de 100 mètres) • La RD 15 (recul de 75 mètres)
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 125 2.9.1.9 La loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie n°96-1236 du 30 décembre 1996 Cette loi vise à prévenir, surveiller, réduire ou supprimer les pollutions atmosphériques, à préserver la qualité de l’air, à économiser et à utiliser rationnellement l’énergie. Elle aborde les thèmes suivants : • surveillance, information, objectifs de qualité de l’air, seuils d’alerte et valeurs limites, • plans régionaux pour la qualité de l’air, • plans de protection de l’atmosphère, • plans de déplacements urbains (obligation d’élaborer un PDU pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants), • urbanisme et environnement (compléments à apporter aux études d’impacts sur la santé, créations obligatoires d’itinéraires cyclables lors de la réalisation ou la rénovation de voies urbaines…), • mesures techniques nationales de prévention de la pollution atmosphérique et d’utilisation rationnelle de l’énergie, • dispositions financières et fiscales (incitations à utiliser des énergies renouvelables et non polluantes). Les outils de planification sont notamment constitués par des Plans Régionaux pour la Qualité de l’Air, les Plans de Protection de l’Atmosphère, les Plans de Déplacements Urbains.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 126 2.9.1.10 La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 Les fondements de la politique de l’eau actuelle sont essentiellement issus de trois lois : • La loi sur l’eau du 16 décembre 1964 qui a organisé la gestion décentralisée de l’eau par bassin versant. C’est cette loi qui a créé les agences de l’eau et les comités de bassin. • La loi sur l’eau du 3 janvier 1992 consacre l’eau en tant que "patrimoine commun de la Nation." Elle a renforcé l’impératif de protection de la qualité et de la quantité des ressources en eau. Elle a mis en place de nouveaux outils de la gestion des eaux par bassin : les SDAGE et les SAGE • La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 Par ailleurs, une grande partie de la réglementation française découle des directives européennes et notamment de la directive cadre sur l’eau qui a été transposée en droit français par la loi du 21 avril 2004. La directive organise notamment la gestion de l’eau en s’inspirant largement de ce qui a été fait depuis plusieurs décennies en France. La Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 a rénové le cadre global défini par les lois sur l’eau du 16 décembre 1964 et du 3 janvier 1992 qui avaient bâti les fondements de la politique française de l’eau : instances de bassin, redevances, agences de l’eau. Les nouvelles orientations qu’apporte la LEMA sont : • de se donner les outils en vue d’atteindre en 2015 l’objectif de « bon état » des eaux fixé par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) ; • d’améliorer le service public de l’eau et de l’assainissement : accès à l’eau pour tous avec une gestion plus transparente ; • de moderniser l’organisation de la pêche en eau douce. Enfin, la LEMA tente de prendre en compte l’adaptation au changement climatique dans la gestion des ressources en eau.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 127 La LEMA modifie le code de l’environnement Livre II. Elle comprend 102 articles et réforme plusieurs codes (environnement, collectivités territoriales, santé publique …). Au travers de ces articles, les principales dispositions de la LEMA sont : • de rénover l’organisation institutionnelle : - réforme des redevances des agences de l’eau ; - légitimation des comités de bassin à approuver les programmes d’intervention des agences et les taux de redevance ; - création de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) chargé de mener et soutenir au niveau national des actions destinées à favoriser une gestion globale, durable et équilibrée de la ressource en eau, des écosystèmes aquatiques, de la pêche et du patrimoine piscicole. • de proposer des outils nouveaux pour lutter contre les pollutions diffuses ; • de permettre la reconquête de la qualité écologique des cours d’eau par : - l’entretien des cours d’eau par des méthodes douces et l’assurance de la continuité écologique des cours d’eau ; - l’obligation d’un débit minimum imposé au droit des ouvrages hydrauliques ; - des outils juridiques pour protéger les frayères. • de renforcer la gestion locale et concertée des ressources en eau ; • de simplifier et renforcer la police de l’eau ; • de donner des outils nouveaux aux maires pour gérer les services publics de l’eau et de l’assainissement dans la transparence ; • de réformer l’organisation de la pêche en eau douce ; • de prendre en compte l’adaptation au changement climatique dans la gestion des ressources en eau ; Le PLU doit prendre en compte la ressource en eau dans le cadre de l'analyse de l'état initial du site, de l'environnement et du paysage et doit justifier des dispositions prises pour garantir les ressources futures en fonction du parti d'aménagement retenu par le projet d'aménagement et de développement durables.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 128 2.9.1.11 La loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion du 25 mars 2009 dite "loi Boutin" S'agissant des objectifs affichés, ils sont au nombre de deux principaux : mobilisation pour le logement et lutte contre l'exclusion. • Mobilisation pour le logement - Elle est envisagée sous trois aspects : - accroissement des disponibilités foncières : cela passe par la modification des règles d'urbanisme, notamment par des exceptions apportées à la règle de constructibilité limitée ou l'aménagement des droits de préemption ; - développement de l'offre nouvelle de logement : ce développement passe lui aussi par des modifications des règles d'urbanisme (droit de préemption urbain, dépassement du COS, etc.), mais aussi par des dispositions fiscales telles que l'extension du dispositif Malraux aux immeubles bâtis situés dans un quartier ancien dégradé. Il passe enfin par des dispositions originales destinées à assurer une occupation temporaire des locaux vacants. Enfin, la profonde réforme du régime du 1 % logement a notamment pour objectif de dynamiser le financement de nouveaux logements sociaux ; - mobilité dans le parc de logements : cet objectif est assuré notamment par le recentrage géographique des zones qui bénéficieront des dispositifs Robien recentrés et Borloo neuf. • Lutte contre l'exclusion - Elle passe par trois voies : - la prévention des difficultés des copropriétés (sur un modèle inspiré de la prévention des difficultés des entreprises) ; - le renforcement de la lutte et des dispositifs contre le logement indécent et de résorption des logements insalubres ; - l'extension du champ d'application des programmes locaux de l'habitat (PLH) et le renforcement de leur efficacité, leur but étant de promouvoir un développement urbain équilibré afin d'éviter notamment des phénomènes de ségrégation.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 129 2.9.2 Les documents d’urbanisme supra-communaux 2.9.2.1 Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de l’Odet Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est un document d’urbanisme de planification à une échelle plus vaste que le PLU. Ce schéma fédère plusieurs communes autour d’un grand projet d’aménagement du territoire communautaire. Le SCoT a été instauré par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain du 13 décembre 2000, modifiée par la loi Urbanisme et Habitat. Il a pour objectif de définir les grandes orientations d'aménagement à l'échelle d'un "bassin de vie". C’est un document d’urbanisme opposable (article L. 122-1 du code de l'urbanisme) au Programme Local de l'Habitat, au Plan de Déplacements Urbains, aux schémas de développement commercial, au Plan Local d'Urbanisme, aux opérations foncières et d’aménagement et aux autorisations d’urbanisme commercial. Conformément à l'article L. 121-1 du code de l'urbanisme, le SCoT détermine les conditions permettant d'assurer notamment, l'équilibre entre le développement urbain et la préservation de l'environnement, la diversité des fonctions urbaines, la mixité sociale de l'habitat, la maitrise de la circulation automobile. Par délibération en date du 6 juin 2012, le comité syndical a approuvé le SCoT de l’Odet. Ce document est composé de 3 parties : - un rapport de présentation, contenant notamment un diagnostic général, un état initial de l’environnement et une évaluation environnementale du projet d’aménagement, - un Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD), fixant les objectifs des politiques publiques en matière d’habitat, de développement économique, de déplacements et transports, d’équipements structurants. - un Document d’Orientations et d’Objectifs (DOO) qui complète et précise le PADD.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 130 Le diagnostic a permis de faire les constats suivants : - Population : un territoire très attractif… mais qui vieillit - Habitat et urbanisation : de nombreuses disponibilités foncières…consommées à un rythme important - Economie : un bon dynamisme économique… malgré des handicaps - Equipements structurants : une offre satisfaisante … mais des besoins spécifiques - Déplacements : un territoire bien doté en infrastructures de transports… où la voiture prédomine. - Etat initial de l’environnement : un environnement de qualité… sur lequel pèsent de sérieuses menaces Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) Le PADD définit deux grands axes assortis de propositions. Axe1 - Pour un aménagement durable du territoire : Conforter l’économie comme vecteur essentiel du développement du territoire. - Permettre aux activités motrices du territoire de se développer durablement Assurer un développement harmonieux des activités résidentielles Une approche développement durable des zones d’activités L’accès au numérique pour tous Développer et pérenniser une activité touristique de qualité Maintenir l'activité conchylicole PROPOSITIONS : - Le SCoT affiche une ambition foncière à ne pas dépasser de 433 ha pour les 15 prochaines années pour créer des zones d’activités dans l’agglomération quimpéroise. Affirmer la place de l’agriculture de proximité en réduisant globalement la consommation foncière pour l’urbanisation avec un objectif de – 30 % à 15 ans en concentrant le développement urbain et en contenant l’expansion des hameaux Gérer l’activité nautique et l'entretien des bateaux sans dommage sur l’environnement et en préservant la qualité des eaux Maintenir l'activité conchylicole, permettre son développement en prenant en compte la nécessité d’assurer la qualité des espaces marins et littoraux Zones d’activités respectant les principes de la Charte « Qualiparc », en privilégiant les déplacements doux, en réduisant le ruissellement et mutualisant les aires de stationnement Renforcer l’accès au numérique pour tous et renforcer le très haut débit
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 131 Accueillir la population dans une urbanisation plus économe des ressources. - Le choix d'un scénario d'évolution inscrivant le territoire dans une vision ambitieuse portée par un développement soutenable Une urbanisation plus économe dotée de principes de développement durable PROPOSITIONS : - - - L’évolution de la population entre les recensements de 1990 et 2006 fait apparaître une croissance annuelle de 0,82 % avec une forte croissance dans le Pays Fouesnantais, une croissance marquée dans le Pays Glazik (en rupture avec les tendances observées précédemment) et une légère progression pour Quimper Communauté. Choix d’un scénario d’aménagement dit «de rupture» compatible avec les principes du développement durable visant une répartition plus équilibrée entre les différents territoires du SCoT : la production globale de logements nécessaire est estimée à environ 1 100 logements/an s’accompagnant d’une consommation foncière de 50 ha/an Cette urbanisation intègre la problématique du traitement des eaux usées dans la taille des parcelles, favorisation des déplacements doux avec des projets plus près des Bourgs et plus denses, prévention des nuisances sonores, maîtrise du ruissellement des eaux pluviales Evoluer vers une organisation plus soutenable des déplacements. - Viser une autre répartition des parts modales PROPOSITIONS : - Incitation au développement des TC (transports en commun) : (train, bus,….) et à la réduction des trajets en voitures personnelles. Arrivée de la LGV en 2014 à Quimper, le trafic TER augmente, des aires de covoiturage sont à créer en complément de celles qui existent déjà, proposition de compléter ponctuellement le réseau routier et de renforcer les réseaux de TC. Zones commerciales à desservir par les TC. Inciter à la réalisation de Plan de Déplacements d’Entreprises afin de diminuer la part des déplacements en voiture ; schémas vélos et de sentiers pédestres à mettre en cohérence (inter et extraSCoT), développer l’usage du vélo (sécurité des pistes cyclables à renforcer), prévoir des accès et stationnements sécurisés pour les deux roues dans les aires de covoiturage (bornes à vélos) Renforcer le territoire en équipements structurants et conforter le maillage multipolaire des équipements de détente et de loisirs à créer ou à renforcer.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 132 Valoriser les déchets, prévenir et limiter les nuisances et les risques. PROPOSITIONS : - - Projets (non définis) d’un nouveau centre de classe 3 (déchets du BTP) et d’un centre de classe 2 à créer sur le territoire du Pays de Cornouaille. Améliorer la qualité de l’air en diminuant les pics d’ozone (réduction des transports en voiture). Intégration du Plan Climat Energie territorial à l’ensemble du territoire du SCoT Bruit : traiter l’ensemble des voies classées les plus bruyantes, traitement antibruit pour les projets de zones d’activités et absence de projet de zone d’habitat en bord de voies bruyantes Risques : inondation : PPRI, submersion : PPR de Fouesnant, à appliquer. Réduction des taux d’imperméabilisation des zones urbanisables, risque d’accroissement de l’érosion et submersion marine à cause du réchauffement climatique (réflexion à mener). Risques industriels relatifs à la qualité de l’eau et de l’air Prise en compte des industries extractives (carrières) (enjeu : ressource naturelles et gestion), lutte contre la pollution lumineuse. Axe 2 - Pour les défis des conséquences du changement climatique et la diminution de la biodiversité : Préserver la biodiversité, les milieux et les ressources naturelles. PROPOSITIONS : - Notion de trame verte et bleue (issues des lois Grenelle) présentée intégrant les zones protégées et la nouvelle zone Natura 2000 en mer. La délimitation plus précise de la trame verte est du ressort des PLU. Accès à la trame verte dans le respect des milieux naturels. Compatibilité à rechercher avec les exploitations agricoles. Aménager et concilier les usages de l’eau. PROPOSITIONS : - - Concilier les usages en zone littorale. Assurer un approvisionnement en eau pour l’ensemble du territoire et gérer les risques de crues. Qualité de la ressource et des eaux de baignade à préserver : efforts sur le traitement des eaux usées, lutte contre les pollutions diffuses, maintien des zones humides. Contrat territorial de l’Odet à l’Aven lancé à court terme pour respecter les objectifs de la DCE. Valoriser les paysages comme vecteurs d’identité du territoire.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 133 Prévenir les effets du changement climatique et valoriser les ressources énergétiques. PROPOSITIONS : - - Plan Climat Energie à Quimper (à engager) à étendre à l’échelle du SCoT ? Objectif de réduction des GES en respect avec les objectifs des lois Grenelle de l’Environnement (économies d’énergie, développement des énergies renouvelables : augmentation de la part de l’éolien, solaire, … filière bois énergie). Production d’énergie avec l’usine d’incinération de Briec (production d’électricité). Méthanisation ; utilisation des friches industrielles pour le solaire et l’éolien. Accompagner les mutations des usages de l’espace rural. PROPOSITIONS : - Limiter la consommation foncière par l’urbanisation : objectif de – 30 % d’ici 15 ans, protection de sites encore peu mités par l’urbanisation (CNO : limite Nord de l’agglomération de Quimper). Favoriser une agriculture de proximité (ZAP) et des activités de loisirs concentrées et en complément des activités agricoles (enjeu 3 et « attractivité du territoire pour les loisirs, la découverte et la détente »). Protéger et valoriser l’espace littoral. PROPOSITIONS : - La reconquête de la qualité des eaux estuariennes constitue un enjeu fort. Le tourisme est un des vecteurs majeurs du développement économique. Pérennité de l’économie agricole : gestion et valorisation des paysages. Impact des changements climatiques sur le littoral : possibles effets sur les prises d’eau AEP, possible augmentation du tourisme en Bretagne du fait des changements climatiques d’où risque d’un accroissement des demandes d’hébergement. Limitation forte de l’urbanisation en zone littorale et notamment dans les espaces proches du rivage (à définir).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 134
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 135 Le Document d’Orientations et d’Objectifs (DOO) Faisant suite au Projet d’Aménagement et de Développement Durable du SCoT, le Document d’Orientations et d’Objectifs (DOO) de l’Odet met en œuvre les objectifs définis par le PADD rappelés ci-dessus. Le DOO se décline suivant dix chapitres (assortis parfois de prescriptions) dont certains aspects concernent directement la Commune d’Ergué-Gabéric. 1) Les orientations générales de l'organisation de l'espace et de la restructuration des espaces urbanisés - L’organisation du territoire (Les principales entités naturelles) Ergué-Gabéric fait partie des pôles de la couronne urbaine quimpéroise - Les principes du développement urbain (L’armature urbaine du territoire) Secteurs de développement économique d’intérêt majeur d’accueil d’entreprises : secteur Nord de l’agglomération quimpéroise pour des entreprises susceptibles de nuisances, nécessitant une desserte de qualité permettant des flux importants de marchandises pour en faciliter l’accès, un raccordement au réseau numérique très haut débit ainsi qu’une implantation dissociée des zones d’habitat. Secteurs de développement économique importants : à Ergué-Gabéric relié par la D15 (accueil d’entreprises susceptibles de nuisances, dont les flux générés supportent une desserte plus déconnectée des grands axes de transit ; ils seront raccordés au réseau numérique très haut débit) - Un développement économique structuré (Principaux espaces d’accueil d’activités économiques) 2) Les espaces et sites naturels et urbains à protéger - Une ressource en eau protégée Pérenniser les caractéristiques du réseau hydrographique (constructions et aménagement interdits sauf localement) Préserver les champs captant existants L’imperméabilisation des sols devra être limitée dans le cas d’urbanisation nouvelle
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 136
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 137 La prise en compte de la biodiversité (Trame verte et bleue) Définition de la Trame Verte et Bleue : cours d'eau, zones humides inventoriées, fonds de vallée, boisements de coteau contigus, boisements de grande dimension (plusieurs hectares), dunes et autres espaces à forte spécificité écologique, maillage bocager et les petits boisements isolés dans le parcellaire agricole, et en milieu urbain, les grands alignements d'arbres et les espaces verts majeurs Maintien de la trame verte et bleue : la trame verte et bleue n’est pas urbanisable. Toutefois, les constructions agricoles et les équipements publics sont possibles, dès lors que leur édification prend en compte des mesures garantissant le maintien de la biodiversité et de la circulation des espèces sauvages. Les captages d’eau sont possibles. Les nouvelles infrastructures traversant la trame verte et bleue devront dans leurs aménagements permettre d’assurer les continuités écologiques. Les activités agricoles et aquacoles sont possibles au sein de la trame verte et bleue. Les espaces concernés dans la retranscription de la trame verte et bleue seront en zone N ou en zone A selon leurs usages et les besoins agricoles. Renforcement de la trame verte et bleue : lors de l’ouverture à l’urbanisation de zones situées entre deux têtes de bassins versants identifiés sur la cartographie de la trame verte et bleue, celle-ci sera conditionnée par la réalisation d’une étude d’impacts. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation devront faire figurer un espace dit « corridor biologique » permettant le passage de plusieurs types d’espèces sauvages à minima (mammifères, poissons, batraciens…). La gestion des eaux pluviales dans les zones aménagées veillera à ne pas participer à l’assèchement des zones humides en aval. Lors de création de nouvelles voies ou de la modernisation du réseau routier, des franchissements adaptés aux espèces concernées (poissons migrateurs, loutres, amphibiens...) seront mis en place. Les possibilités de connexion de la trame verte et bleue aux zones agglomérées sont à étudier aux échelles de projets urbains ou communaux. La faisabilité de mise en place d'un réseau de déplacement doux reliant les zones urbaines aux espaces ruraux sera également systématiquement étudiée.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 138 La définition des continuités écologiques existantes ou à restaurer (identification des ruptures) en milieu urbain et péri-urbain permettra de prendre en compte la trame verte et bleue dès l'amont des projets d'urbanisation (nouveaux quartiers ou réhabilitation). En zone urbaine, la trame verte et bleue sera intégrée dans tous les projets l'incluant ou la bordant : bâtiment neuf ou réhabilitation, travaux de voirie, ouvrages d'art. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation devront identifier les éléments suivants à préserver : haies bocagères, arbres remarquables, mares, bâti pouvant abriter des espèces protégées accompagnées au besoin de mesures spécifiques de protection de ces éléments. - - Le littoral maritime et estuarien (Les coupures d’urbanisation, les agglomérations et villages, les Espaces Proches du Rivage, les espaces remarquables et caractéristiques des communes littorales du territoire du SCoT) Les sites urbains remarquables Les éléments du petit patrimoine bâti local, sont à recenser et à préserver dans le cadre d’une mise en valeur de l’ensemble du territoire et du renforcement de l’attractivité touristique 3) Les grands équilibres entre les espaces urbains et à urbaniser et les espaces naturels et agricoles ou forestiers - Réduire la consommation foncière Plafonds de consommation foncière pour Quimper Communauté : 25 ha / an, sur la base de 700 logements par an pour les secteurs à dominante d’habitat ; 269 ha sur 15 ans pour les secteurs à dominance économique - Restructuration de l’espace urbanisé et principe du développement urbain Priorité aux opérations de renouvellement urbain : 20 % de la production de logements sur Ergué-Gabéric Extensions en continuité de l’urbanisation existante (sauf équipement nécessitant un éloignement) - Renforcer la densité des projets La structure urbaine de la commune d’Ergué-Gabéric étant différenciée la densité minimale moyenne ne doit pas être inférieure à 16 logements / ha.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 139 Définition : les densités exprimées (dites brutes) se rapportent au nombre de logements au sein d’une opération. Elles prennent en compte la surface utilisée par les équipements publics, la voirie et les espaces verts, aménagés pour les besoins de la population habitant les logements construits dans l’espace considéré. Les surfaces utilisées par les voiries primaires (desservant plusieurs quartiers), les grands équipements publics, les grands espaces verts d’intérêt général (par exemple coulée verte, zones humides …) ne sont pas prises en compte dans les calculs. - Principes pour assurer la protection de l’espace agricole Afin de réduire le mitage de l’espace rural, les zones constructibles des hameaux seront limitées par un contour encadrant de manière serrée les constructions existantes 4) Les objectifs relatifs à l’équilibre social de l’habitat, à la construction de logements sociaux et à l’amélioration de l’habitat existant - Diversifier l’offre de logements neufs et les formes urbaines Orienter l’offre de logements accessibles aux ménages aux revenus modestes ou moyens (locatif social, primo-accédants) Développer tous types de taille de logement et notamment les petits, Diversifier les types de logements (lots libres aux petits collectifs) en diminuant la taille moyenne des parcelles pour l’habitat individuel - Développer la mixité sociale et intergénérationnelle Les orientations d’aménagement et de programmation des plans locaux d’urbanisme précisent la part minimale de logement locatif social dans l’ensemble de la production d’une commune de la couronne urbaine, hors résidence de tourisme : 20%. - Répondre aux besoins des populations spécifiques Exemple : Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), petites unités de vie pour personnes âgées valides, aires d’accueil des gens du voyage… - Améliorer le parc existant
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 140 5) Les objectifs relatifs aux conditions permettant de favoriser le développement de l'urbanisation prioritaire dans les secteurs desservis par les transports collectifs - Urbaniser autour des dessertes en transports collectifs Stationnement Les documents d’urbanisme locaux devront définir des normes de stationnement plus restrictives pour l’habitat ou les activités tertiaires dans les secteurs situés à proximité d’un arrêt de transports collectifs. 6) Les objectifs relatifs à l'équipement commercial et artisanal, aux localisations préférentielles des commerces et aux autres activités économiques - Organisation du développement économique (hors activité commerciale) Répartition du potentiel de développement économique : Dans toutes les communes, en dehors d’activités liées à des ressources naturelles dont les activités d’extraction, les activités économiques sont implantées soit dans les zones agglomérées, soit dans des zones d’activités. Le renouvellement urbain ou la réhabilitation des zones existantes est à privilégier pour développer une offre foncière nouvelle. Conditions d’implantation des zones d’activités : Les zones créées ou réhabilitées disposeront d’un accès et d’une desserte en rapport avec les activités autorisées. Des principes d’implantation ou de réaménagement seront établis pour chaque opération. Ces principes doivent : • Concourir à l’amélioration de la qualité des entrées de villes et des accessibilités pour un usage plus modéré de la voiture ; • Concourir à l’économie de foncier ; • Fournir des éléments d’organisation du bâti dans les parcelles en vue d’optimiser l’espace et d’assurer l’évolutivité du bâti dans celles-ci ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 141 • • Donner des principes d’organisation des stationnements, favorisant leur regroupement ; Organiser harmonieusement la transition entre espaces à vocation principale d’habitat et espaces d’activités, sans nuire à l’interpénétration des formes urbaines et à la mixité fonctionnelle ; • Permettre de qualifier l’aspect paysager depuis la voie, l’aspect des enseignes et publicités autorisées. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation préciseront les types d’activités attendues et adaptées au site. Elles comprendront un schéma d’aménagement d’ensemble figurant les accès et des principes permettant de répondre aux points énoncés ci-dessus. Développer une approche environnementale des zones d’activités : La réalisation d’études environnementales lors de la création, l’extension ou l’aménagement de zones d’activités est à mener de façon à intégrer : • La réduction de l’imperméabilisation des sols et la récupération des eaux pluviales ; • La sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables ; • La préservation de la biodiversité dans l’aménagement des espaces verts. - Maîtriser le développement commercial et favoriser le commerce de centre-ville. Le renforcement des centralités : La priorité est donnée aux implantations commerciales sans limite de surface en centre-ville, centre de quartiers et centre-Bourg. Les surfaces commerciales de plus de 1 000 m² sont autorisées en centralité. Il n’est plus autorisé de construire de commerce de moins de 400 m² de surface de plancher hors périmètre de centralité. L’installation de commerces isolés de toute urbanisation commerciale ayant pour objectif de capter un flux automobile est interdite. Le confortement du maillage existant Identification et vocation des Zones d’Aménagement Commercial (ZACOM) : ZACOM d’hyper proximité ayant la possibilité de se renouveler à surface équivalente (à la date d’approbation du SCoT), ne disposant pas de droit à construire supplémentaire. La surface maximale par unité est de 2 000 m².
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 142 Localisation et développement préférentiel de l’activité commerciale : En dehors des ZACOM (dans lesquelles les commerces de plus de 1 000 m² de surface de plancher sont autorisés) les Plans Locaux d’Urbanisme devront définir les pôles commerciaux pouvant accueillir des commerces de plus de 400 m² de surface de plancher et inférieur à 1 000 m² de surface de plancher. La promotion du commerce respectueux de l’environnement et du développement durable 11 critères sont développés par le SCoT à respecter en fonction de la taille du commerce : • La qualité des espaces de stationnement, des espaces vélos et piétons • Le raccordement des espaces commerciaux aux axes de transport urbain existants • La limitation des nuisances sonores et visuelles • Les espaces permettant d’optimiser les conditions de travail • La gestion économe de l’énergie, sobriété et efficacité énergétique • La gestion et la maîtrise de la qualité de la ressource en eau (consommée et rejetée) • La réduction des déchets à la source et la prise en charge de leur recyclage • La proximité des services pour le personnel du commerce • Le traitement de qualité des interfaces espaces publics/espaces privés • L’utilisation d’une signalétique et d’enseignes harmonieuses hors et dans les zones commerciales • L’usage de matériaux éco-responsables Classe - Taille du projet (surface de plancher) Nombre de critères à respecter Jusqu’à 1 000 m² 8 De 1 000 à 3 000 m² 9 De 3 000 à 5 000 m² 10 Plus de 5 000 m² 11 Un bonus de surface de plancher de 10% pourra être envisagé dès lors qu’un projet respecte davantage de critères liés à sa classe.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 143 Le développement touristique du territoire La prise en compte du développement touristique est assurée par plusieurs moyens (non cumulatifs) : • Permettre le renouvellement et l’amélioration des hébergements touristiques collectifs (campings, résidences touristiques, hôtels, etc.) sur le territoire ; • Identifier les sentiers et randonnées de découvertes, rechercher les continuités entre ces liaisons et favoriser le maintien (ou l’extension) du couvert végétal les accompagnants ; • Inscrire des exigences de qualité architecturale lors de réhabilitation du patrimoine bâti ancien et de qualité identifiée ; • Etudier et localiser en complémentarité avec l’activité agricole, et si celle-ci le permet, les possibilités de développement d’une offre de loisirs « vert » (circuits VTT, loisirs équestres, …). - Maintenir et conforter l’activité marine, sur terre et en mer 7) Les objectifs relatifs à la protection des paysages et à la mise en valeur des entrées de ville - Continuité urbaine Garantir la qualité paysagère et architecturale des entrées de ville et des contournements Tout projet ou aménagement en entrée de ville doit prendre en compte la qualité architecturale et paysagère, en veillant au respect des caractéristiques paysagères du lieu d’implantation (dans un souci de permanence de celles-ci). Cette orientation vise toutes les voies d’entrée dans les parties agglomérées. Les coupures vertes significatives existantes, comprises ou non dans la trame verte et bleue sont maintenues autour des zones urbanisées afin d’éviter la formation de corridor bâti le long des axes routiers. Les effets de corridors bâtis le long des voies départementales ou aux entrées de ville sont limités au maximum et le développement de l’urbanisation doit être réalisé en profondeur par rapport aux voies d’accès principales. - Maîtriser l'évolution du paysage routier
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 144 Prise en compte de la trame verte et bleue Les constructions et l’urbanisation nouvelles préserveront un recul minimal vis à vis des cours d’eau naturels, de 30 mètres en zone naturelle ou agricole et d’au moins 15 mètres en zone urbanisée. Ces espaces ont vocation à permettre l’accès du public sous réserve de ne pas remettre en cause leur fonction écologique. - Préserver les unités paysagères (Les unités paysagères du SCoT de l’Odet) 8) Les objectifs relatifs à la prévention des risques - Risques liés aux activités humaines Dans l’optique de limiter au maximum l’exposition des populations aux risques technologiques, les activités nouvelles à risques importants sont localisées à l’écart des zones urbanisées ou à urbaniser, et/ou sont accompagnées de mesures de limitation du risque à la source. La localisation des nouvelles zones d’activités susceptibles d’accueillir des activités génératrices de nuisances (bruit, poussières et nuisances olfactives) telles les plates-formes logistiques ou les process d’incinération, doit être prévue le plus possible à l’écart des secteurs résidentiels. On veille par ailleurs à limiter le développement urbain à proximité des activités existantes générant des risques importants ou des nuisances fortes et avérées pour la population. La construction de nouveaux logements au bord des voies de circulation recensées bruyantes de niveau haut est limitée. - Prévenir les risques d’inondation et de submersion marine Dans les secteurs non couverts par un Plan de Prévention des Risques d’Inondations, l’urbanisation nouvelle est interdite dans les zones inondables par submersion et par rupture de digue (référence crue centennale) lorsqu’aucune prescription technique n’est de nature à supprimer l’exposition au risque. Les compléments de construction dans les zones urbaines existantes et la réalisation des zones d’extension déjà viabilisées à la date d’entrée en vigueur du SCoT sont admis dans le respect de la législation en vigueur. Les autres espaces soumis au risque de submersion/rupture de digue sont rendus inconstructibles.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 145 En zone de remontée de nappe, l’urbanisation nouvelle veille à ne pas augmenter l’exposition au risque des biens et des personnes : par exemple, les constructions ne comportent pas de sous-sol, sauf exceptionnellement des parkings souterrains en cuvelage étanche. Sur l’ensemble du territoire, l’urbanisation prend en compte la problématique du ruissellement pluvial : assurer la maîtrise des écoulements provenant des bassins versants amont, limiter l’imperméabilisation des sols, favoriser la rétention et l’infiltration des eaux pluviales. - Moyens pour améliorer la qualité de l’air et actions sur le climat. Chaque commune devra s’engager dans une démarche durable pour la conduite des projets et la construction (études et diagnostics préalables, démarches spécifiques sur l’urbanisme, l’architecture et la construction). Ces méthodes permettront de concevoir des projets respectueux de l’environnement et faiblement consommateurs de ressources telles qu’espace, eau, énergie. 9) Les objectifs relatifs aux transports, déplacements et réseaux numériques. - Favoriser et développer la desserte en transports collectifs Le maintien des emprises linéaires ferroviaires (hors gare) et leur embranchement constitue un moyen prospectif à privilégier, de façon à préserver à long terme leur éventuel usage ou leur réaffectation pour le transport collectif, le fret ou les modes doux. La réalisation d’un pôle d’échange multimodal « gare de Quimper » associé à la mise en place de parcs relais aux entrées de Quimper est prioritaire. - Organiser l’intermodalité En complément du Pôle d’Echanges Multimodal (PEM) du centre de Quimper (autour de la gare) et des parcs relais prévus aux entrées de Quimper, le SCoT fixe l’objectif de réalisation de pôles d’échanges multimodaux dans certaines communes du territoire, dans le but d’inciter au report modal vers les transports collectifs depuis ces communes. Il est ainsi défini la réalisation de pôles d’échanges « secondaires » pour Ergué-Gabéric. Ces pôles d’échanges multimodaux, aménagés dans les secteurs urbanisés des communes ont pour autres objectifs de renforcer les liaisons douces (vélos, marche à pied) vers les centres villes.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 146 Favoriser les déplacements doux Les itinéraires cyclables et pédestres performants et continus sont intégrés dans les projets d’aménagement des espaces publics. Ces itinéraires doivent être conçus avec une continuité intercommunale Les Orientations d’Aménagement et de Programmation préciseront comment les modes doux seront pris en compte dans le projet d’aménagement, de manière à ce que ces types de déplacements permettent la liaison avec les secteurs de services et d’équipement, qu’ils soient sécurisés et de qualité. - Favoriser le déploiement du réseau numérique très haut débit Les Orientations d’Aménagement et de Programmation devront indiquer des éléments permettant de garantir le passage de fourreaux dédiés aux communications électroniques dans les nouveaux secteurs à aménager. 10) Les grands projets d’équipements et de services, en particulier de transport, nécessaires à la mise en œuvre du schéma. - Améliorer les connexions du territoire avec l’extérieur Améliorer ponctuellement le réseau routier Les aménagements routiers prendront en compte la charte paysagère des axes routiers élaborée conjointement par le Conseil Général et l’Etat. Ces aménagements intègreront la sensibilité environnementale et paysagère des secteurs traversés et les continuités écologiques perturbées seront rétablies. Les réalisations futures prendront en compte également les déplacements vélos et piétons, et le cas échéant, les aménagements facilitant la desserte en transports collectifs (si l’axe routier est sur le tracé d’une ligne de transports collectifs). - Encourager les liaisons par les modes doux Les Plans Locaux d’Urbanisme devront préciser les orientations à prendre en compte dans les nouvelles opérations d’aménagement, dès leur conception, notamment pour ce qui est relatif à : • L’intégration des cheminements piétons et vélos dans le maillage des voiries et espaces publics de l’opération ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 147 • Des voiries adaptées, avec circulation apaisée (par exemple zones 30, zones de rencontre) dans les secteurs résidentiels ; • Les liaisons douces vers les arrêts de transports collectifs et les centres villes et centre de quartiers, services et équipements les plus proches. - Conforter et qualifier l’offre d’équipements structurants Les futurs équipements structurants générateurs de déplacements importants (établissements de formation, de santé, de culture, de sports et loisirs…) doivent être localisés à proximité des lignes principales de transports collectifs existantes et potentielles - Renforcer les polarités d’équipements de proximité constituées dans les communes Chaque commune doit viser une offre d’équipements et de services en relation avec son poids de population et de son éloignement par rapport aux pôles urbains les plus importants, afin de privilégier une desserte de proximité. La réalisation de nouveaux équipements dans les communes doit intégrer l’accessibilité par les modes doux
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 148 2.9.2.2 Le Programme Local de l’Habitat (PLH) de Quimper Communauté (2011-2016) Le Programme Local d’Habitat (PLH) de Quimper Communauté (2011-2016) a été élaboré en juillet 2011. Il se compose d’un diagnostic, d’orientations et d’un programme d’actions. Le PLH porte sur 6 orientations qui se déclinent en actions. 1- Consolider la contribution de Quimper-Communauté au développement de la Cornouaille Développer une offre de logements suffisante pour satisfaire cette ambition - Objectifs annuels de réaliser 80 à 90 logements sur la commune d’Ergué-Gabéric sur la durée du PLH 2011-2016. ACTIONS : - Développer une offre de logements suffisante pour satisfaire cette ambition. Modalités d’application Commune Ergué-Gabéric Construction neuve 2011-2016 Objectif global 480 Production en renouvellement urbain (dont PLUSPLAI) 100 (50) Production en extension Détail de la production en extension urbaine PLUS – PLAI-o Autres logements 380 94 286 Répartition de la production et objectifs de la consommation foncière Commune Ergué-Gabéric Nombre total de logements à produire 480 Consommation foncière maxi sur les 6 ans (au regard des objectifs de production et de l’objectif SCoT de consommation foncière pour l’EPCI) 35 Ha Renouvellement urbain Densité moyenne en renouvellement urbain ou en extension urbaine dense (Objectif PLH) Extension urbaine Consommation foncière maxi en extension pour satisfaire à l’objectif de production PLH 30 logts/Ha 32 Ha
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 149
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 150 Adapter l’offre de logements aux attentes des ménages les plus enclins aujourd’hui à quitter l’agglomération - Deux cibles principales sont identifiées : les primo-accédants modestes, et les accédants aux moyens plus élevés où le déterminant porte plus sur la qualité de l’offre. ACTIONS : - Développer l’accession sociale et abordable (PSLA…). 2- Poursuivre et valoriser la politique foncière conduite sur le territoire Poursuivre la politique d'acquisitions foncières ACTIONS : - Organiser à partir des PLU une stratégie d’ouverture à l’urbanisation Valoriser la maîtrise foncière par une maîtrise équivalente du projet urbain (Identifier finement les objectifs de l’urbanisation, localiser la répartition de l’offre, mettre en œuvre la mixité sociale par la maîtrise publique) Reconstituer les réserves foncières Modérer la consommation d’espace Les objectifs retenus ici sont : - Réduire de 30% la consommation foncière dans les extensions urbaines (zones AU) conformément aux dispositions définies par le SCoT de l’Odet qui fixe la consommation moyenne maximale pour la communauté d’agglomération à 30 ha/an pour une production de 700 logements. - Favoriser le renouvellement urbain en réalisant au moins 30% de la production moyenne de logements en zone U. La réalisation de 900 logements en zone U à Quimper dans la durée du PLH est un objectif ambitieux dont la réalisation dépendra de la capacité à mobiliser les principaux espaces mutables déjà identifiés (caserne des pompiers, ancienne cité administrative, bibliothèque, emprise Gourmelen-Laënnec, …). Lors de l’élaboration ou de la révision de leur document d’urbanisme, les communes réaliseront un repérage des espaces mutables et hiérarchiseront ceux-ci en fonction de leur intérêt stratégique. Une politique foncière qui passe également par une planification rigoureuse de l’urbanisation Les PLU doivent : - Calibrer les zones urbanisables en fonction des besoins en logements - Répartir de manière équilibrée les zones urbanisables (U, 1AU, 2AU) au service d’une urbanisation maîtrisée dans le temps - Anticiper et définir les conditions d’aménagement des extensions en subordonnant toute zone d’urbanisation future (> à 1 ha) à l’élaboration préalable d’un plan d’aménagement de zone
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 151 3- Développer une offre locative sociale publique plus ajustée à la demande Poursuivre l'effort de production pour satisfaire la demande et assurer le renouvellement du parc - La loi SRU impose aux communes de Quimper, Ergué-Gabéric et Plomelin d’atteindre à terme 20% de logements locatifs sociaux. Il est proposé un taux de 30% de logements locatifs sociaux dans la production de nouveaux logements pour ces communes. Pour la Commune d’ Ergué-Gabéric, l’objectif est de 24 logements sociaux/an sur la durée du PLH 2011-2016. ACTIONS : - Produire du logement locatif public à coût plus abordable Contribuer à l’actualisation du programme de référence du secteur de Kermoysan à Quimper Retrouver l'accessibilité au logement - Produire du logement à coût plus abordable Revoir les objectifs du logement social (développer l’offre très sociale) ACTIONS : - Améliorer la réponse sociale concernant l’accès au logement public Développer l’offre de logements adaptés 4- Engager une action de fond dans le centre-ville de Quimper ACTIONS : - Disposer d’une connaissance approfondie du parc privé de centre-ville Mobiliser les potentialités foncières et de réappropriations du bâti existant dans le centre-ville Organiser la maîtrise d’œuvre de l’opération centre-ville La prise en compte des copropriétés 5- Améliorer la réponse aux besoins spécifiques Engager une politique structurée pour adapter l'habitat et « l'habiter au vieillissement » ACTIONS : - Poursuivre l’action opérationnelle dans le parc privé Adapter l’offre d’habitat au vieillissement de la population
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 152 Permettre l’adaptation des structures d’hébergement collectif qui s’avèreraient nécessaire Poursuivre les efforts pour adapter la réponse apportée à l’accueil des gens du voyage - - Le schéma départemental d’accueil des gens du voyage impose à Quimper Communauté de mettre à la disposition des voyageurs des aires destinées aux grands rassemblements d’été en complément des aires d’accueil permanentes. La recherche de réponses se poursuit. Il existe aujourd’hui une demande d’habitat adapté pour les gens du voyage en situation de sédentarisation. ACTIONS : - Identification d’un terrain pour les grands rassemblements Proposer 4 unités d’habitat adapté aux gens du voyage en voie de sédentarisation financées en PLAI 6- Renforcer la gouvernance du PLH ACTIONS : - Faire vivre et mettre en œuvre le PLH Consolider les compétences de Quimper Communauté en matière d’habitat Assurer la gouvernance intercommunale du logement social Articulation PLH-PLU Contribution aux actions des partenaires locaux
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2.9.3 Les enjeux à développer Les principaux enjeux retenus sont les suivants : Rapprocher les trois entités urbaines du Bourg, de Lestonan et du Rouillen vers Croas Spern afin de renforcer l’unité, la cohérence et le fonctionnement urbain entre ces différents pôles Renforcer les pôles urbains du Bourg d’Ergué-Gabéric et de Lestonan Développer l’attractivité et le rôle central du pôle d’équipements de Croas Spern Favoriser le maintien des exploitations et des espaces agricoles Améliorer les accès vers la ville de Quimper en favorisant les liaisons douces Interdire les constructions en secteur agricole notamment autour des habitations isolées Préserver la qualité patrimoniale et paysagère du territoire communal Maintenir des espaces naturels forts 153
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 154
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 155 3 – ORIENTATIONS ET MISE EN ŒUVRE DU PLU ........................ 156 3.1 – Les choix retenus pour établir le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) ................................................................ 156 3.2 – Stratégie règlementaire générale ............................................... 164 3.2.1 – Les Orientations d’Aménagement et de Programmation ................................ 165 3.2.2 – Le Règlement et le Plan de zonage ................................................................... 170 3.3 – Compatibilité et conformité du PLU avec les normes législatives et règlementaires supérieures et les documents d’urbanismes supra-communaux ................. 199 3.3.1 – Les normes législatives et réglementaires supérieures ................................. 199 3.3.2 – Les documents d’urbanisme supra-communaux .............................................. 207
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 156 3. ORIENTATIONS ET MISE EN ŒUVRE DU PLU 3.1 Les choix retenus pour établir le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) Extrait de l’article L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables, les orientations d'aménagement et de programmation et le règlement.… … Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. » Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : … 3. Explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables et, le cas échéant, les orientations d'aménagement et de programmation ; il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles et des orientations d'aménagement et de programmation mentionnées au 1 de l'article L. 123-1-4 des zones, des règles qui y sont applicables, notamment au regard des objectifs et orientations du projet d'aménagement et de développement durables. Il justifie l'institution des secteurs des zones urbaines où les constructions ou installations d'une superficie supérieure à un seuil défini par le règlement sont interdites en application du a de l'article L. 123-2 ; … »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 157 La Loi Solidarité et Renouvellement Urbain du 13 décembre 2000, la Loi Urbanisme et Habitat du 02 Juillet 2003 et les Lois issues des Grenelles de l’Environnement 1 & 2 (Loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement du 3 août 2009, et Loi portant Engagement National pour l’Environnement du 12 juillet 2010) font du Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) un élément spécifique et d’importance du Plan Local d’Urbanisme. Sa fonction est de présenter le projet communal pour les années à venir de manière claire et précise. Le PADD a valeur de compatibilité pour les modifications ou révisions du Plan Local d’Urbanisme. Au vu du diagnostic établi au regard des prévisions économiques, démographiques et des besoins exprimés en terme de développement économique, d’aménagement, d’environnement, d’habitat, d’équipements et de services, les élus ont établi un Projet d’Aménagement et de Développement Durables répondant à la volonté d’un développement maîtrisé, cohérent et équilibré. Le PADD s’inscrit dans une perspective de développement durable et répond à trois principes de la Loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU) : • • • L’équilibre entre le renouvellement urbain, l’urbanisation nouvelle et la préservation des espaces naturels et des paysages ; La diversité des fonctions urbaines et la diversité sociale dans l’habitat ; Une utilisation économe des espaces naturels, urbains et périurbains, la maîtrise des déplacements, la préservation des ressources environnementales et patrimoniales, ainsi que la prévention des risques naturels ou technologiques. La collectivité a retenu des orientations de développement liées aux éléments exposés dans le cadre du diagnostic, tenant : • • • à l’évolution démographique et socio-économique, aux projets communaux et supra-communaux, aux contraintes législatives et réglementaires.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 158 Le développement d’Ergué-Gabéric à l’horizon 2028 s’articule autour de quatre enjeux transversaux majeurs qui ont été déclinés par thèmes dans le PADD. 3.1.1 Renforcer la cohérence territoriale d’Ergué-Gabéric Du diagnostic il ressort que la Commune est aujourd’hui constituée de plusieurs entités urbaines sans lien entre elles. Le Bourg, Lestonan, le Rouillen… fonctionnent indépendamment les uns des autres sans qu’il en ressorte une cohérence urbaine d’ensemble. Hors la poussée démographique prévisible dans les prochaines années induit la nécessité d’organiser le territoire de demain pour orienter les grands axes d’aménagement. 3.1.1.1 Définir la structure urbaine d’Ergué-Gabéric Plusieurs enjeux ont été avancés pour structurer l’espace urbain. Il s’agit tout à la fois de créer les conditions favorisant la cohésion entre les trois grands pôles urbains et de renforcer chacun de ces pôles. C’est en particulier le cas du Bourg et de Lestonan dont les potentialités de développement pourront servir à maintenir, voir développer les commerces et services existants. Les deux Zones d’Aménagement Concerté du Centre-Bourg et du Cœur de Lestonan contribuent également au renouvellement urbain et à la vitalité des pôles de centralités. Le renforcement de la cohésion urbaine s’est traduit par une convergence des trois entités urbaines vers le pôle d’équipements de Croas-Spern. Ce rapprochement sera mis en œuvre par différentes politiques : extension vers le Sud de Lestonan, développement du secteur de la Croix-Rouge/Saint-Joachim, renforcement du pôle de Croas-Spern, redéfinition de parcours et rôles des transports en commun, création de voies nouvelles, aménagement de carrefours, place pour les liaisons douces… Le présent PLU constitue une première étape dans la mise en œuvre de cette politique de long terme. Pour donner la plus grande lisibilité et cohérence au projet, le PLU se place dans une perspective de 15 ans avec pour horizon 2028. On considère généralement, même si aucun chiffre ne le prescrit, que la durée d’un PLU se situe entre 10 et 15 ans.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 159 3.1.1.2 Réduire les secteurs d’extension de l’urbanisation Le potentiel d’urbanisation au POS approuvé en 2000 prévoyait 374 hectares d’ouverture à l’urbanisation (zones NA dédiées à de l’habitat et les anciennes ZAC du Centre-Bourg et de la Salleverte). Sur 12 ans, 231 hectares ont été urbanisés. Le POS dispose d’un potentiel d’urbanisation de 142 hectares. Le chapitre « Bilan et perspectives d’évolution » du diagnostic du présent Rapport de présentation explique le choix de la Commune de ne pas ouvrir plus de 75 hectares de zones à urbaniser dédiés à des secteurs d’habitat jusqu’en 2030, en s’appuyant sur les perspectives démographiques, et les orientations du SCoT et du PLH. 3.1.1.3 Contrôler les ouvertures à l’urbanisation Dans le PLU, les terrains classés en zone 2AU (urbanisation à long terme) ne seront pas urbanisables immédiatement. Le passage en zone 1AU (urbanisation à court terme) par modification ou révision du PLU permettra de maîtriser l’ouverture progressive des secteurs à l’urbanisation. 3.1.1.4 Encadrer le développement de demain et définir une densité Chaque secteur devra respecter un principe de densité par opération (dans le respect des objectifs du SCoT). Le respect de ce principe de densité minimale impose la conception d’un (ou plusieurs) plan d’aménagement d’ensemble. Les zones 1AU seront également couvertes par des Orientations d’Aménagement et de Programmation définissant les grands principes à respecter en terme de compatibilité. 3.1.2 Inscrire le développement d’Ergué-Gabéric au sein du bassin de vie de l’agglomération quimpéroise Ergué-Gabéric jouit d’une situation privilégiée avec son accès direct depuis la RN 165 et le lien immédiat avec la ville de Quimper dont le Rouillen constitue une des principales entrées de ville. La Commune a de longue date joué un rôle d’accueil d’entreprises historiques (Bolloré, Jean Caby …) et a su développer des zones d’activités en lien avec l’échangeur et la RD 15.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 160 3.1.2.1 Poursuivre l’accueil de nouvelles entreprises et anticiper les évolutions Compte-tenu de sa spécificité, Ergué-Gabéric entend jouer rôle au sein de l’agglomération en poursuivant le développement de nouvelles zones d’activités. C’est le cas de Kerourvois 2 et de Park-al-Lan en extension de PenCarn (toutes les deux de compétence communautaire), mais aussi sur Lézébel Est… La fin de l’exploitation de la carrière de Kerrous prévue pour 2017 nécessite de prévoir sa reconversion. Une réflexion est en cours. A ce stade, la programmation pourra comporter une réserve d’eau, et le cas échéant, un secteur de concassage et de stockage intermédiaire. 3.1.2.2 Anticiper des projets d’équipements communautaires et maintenir un bon niveau d’équipements Ergué-Gabéric dispose d’un pôle d’équipements important sur le site de Croas Spern avec un potentiel d’accueil qui permettra, le cas échéant, de recevoir des équipements majeurs. La Commune souhaite développer l’aspect qualitatif des équipements existants, en les confortant et en les modernisant, et créer de nouvelles structures pour répondre aux besoins des usagers actuels et futurs. 3.1.2.3 Offrir une réponse cohérente à la montée démographique à court et moyen terme La position privilégiée d’Ergué-Gabéric par rapport à Quimper, son niveau de desserte, les projets de développement économique (extension de l’usine Bolloré, Kerourvois 2…) et son potentiel d’accueil en font une Commune attractive qui va connaître dans les années à venir une augmentation de sa population. L’enjeu est d’ouvrir un potentiel d’urbanisation suffisant et maîtrisé pour permettre d’accueillir cette nouvelle population tout en apportant un développement qui renforce la cohérence urbaine. Il s’agit à la fois de conforter le Bourg, Lestonan (par exemple au travers des ZAC) et le Rouillen, mais aussi de faire converger vers le secteur de Croas-Spern les secteurs de développement. 3.1.2.4 Renforcer le dynamisme des centres L’attractivité d’Ergué-Gabéric passe aussi par l’offre de commerces/services de proximité que l’on trouve dans chacune des trois entités urbaines. Il s’agit d’assurer leur devenir. Des actions sont en cours (ZAC). Le confortement urbain, tant en terme de population, d’équipements ou d’aménagement d’espaces publics avec une
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 161 place pour les liaisons douces et les aires de stationnement, sont autant d’approches qui contribueront à maintenir voire développer la vitalité de ces centres. 3.1.3 Gérer le trafic et promouvoir une politique de déplacements alternatifs à la voiture Si la Commune est située sur un point d’accès important depuis l’échangeur de la RN 165 et qu’elle constitue une des entrées de ville de Quimper, cela génère aussi un trafic relativement important. Celui-ci se concentre sur la RD 15, puisque cet axe dessert l’ensemble des pôles urbains de la Commune. Dès lors, et pour anticiper l’augmentation prévisible des flux qui accompagnent le développement urbain et répondre aux enjeux du développement durable, il apparait nécessaire de promouvoir une politique de déplacements permettant de limiter l’usage de la voiture. 3.1.3.1 Gérer le trafic Il s’agit d’anticiper les infrastructures nécessaires liées aux futurs secteurs de développement (la Croix Rouge, Kerourvois 2…) à la fois par la création de nouvelles voies, mais aussi pour aménager des carrefours afin d’assurer une desserte sécurisée. L’objectif est également d’améliorer des axes présentant des difficultés, comme l’entrée de ville de Quimper qui traverse le quartier d’habitation du Rouillen. 3.1.3.2 Améliorer la sécurité La RD 15 dessert la plupart des entités urbaines de la Commune et est le support d’un trafic qui ne pourra que croître dans les prochaines années, avec l’apport d’une population nouvelle et l’installation d’entreprises, voire d’équipements communautaires. Plusieurs carrefours sur la départementale devront faire l’objet d’une adaptation ou d’une suppression. Le débouché de la voie provenant de Munuguic en fait partie, surtout le jour où l’opération au Sud de Lestonan se réalisera. C’est également le cas pour l’accès à la Croix Rouge en lien avec l’ouverture au Nord de la zone d’activités de Lézébel Est. L’aménagement de voies et d’espaces publics, la création de liaisons douces seront autant d’occasions pour améliorer la sécurité, qui constitue l’un des objectifs du PADD.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 162 3.1.3.3 Développer le transport en commun et les liaisons douces Ergué-Gabéric s’inscrit dans une perspective de développement durable qui vise à limiter l’usage de la voiture. Il s’agit également de réduire par ce biais l’augmentation prévisible de la circulation, notamment sur les axes connaissant aux heures de pointes des problèmes de circulation, comme la traversée du Rouillen. Pour cela, la Commune fait le choix de promouvoir une politique de déplacements tournée vers les liaisons douces, le co-voiturage et la mise en place d’un pôle multimodal au carrefour stratégique RN 165/RD 15. Concernant les transports en commun, il s’agit d’en favoriser l’usage. Son mode de fonctionnement devra évoluer pour passer d’une relation Ergué-Gabéric/Quimper, à un rôle de desserte urbaine locale entre les trois entités urbaines de la Commune. Les secteurs de développement devront également prévoir le passage d’une ligne de bus, comme par exemple, sur la Croix Rouge. 3.1.4 Prendre en compte la qualité des espaces naturels et anticiper les risques d’inondations Le territoire de la Commune est marqué par le chevelu du réseau hydrographique souvent accompagné de coteaux boisés. L’Odet et le Jet ont défini les limites d’Ergué-Gabéric, avec les risques d’inondation qui leur sont associés. Ces éléments naturels forment une des richesses à la fois paysagère et écologique qu’il convient de mettre en valeur et de préserver. Les cours d’eau, la topographie et les espaces boisés constituent des limites naturelles au développement urbain, comme c’est le cas autour du Bourg. L’objectif est de concilier les impératifs d’accueil de nouvelles populations, tout en préservant les entités naturelles les plus importantes. 3.1.4.1 Mettre en valeur le paysage et préserver le patrimoine écologique L’enjeu pour la Commune est de préserver la richesse écologique, en prenant en compte les flux hydrauliques (cours d’eau, zones humides, zones inondables…), les corridors écologiques (trames verte et bleue, haies et talus…), etc. Il convient de protéger voire de développer aussi bien l’habitacle pour la faune, que la connexion entre les différentes entités naturelles, en conciliant au cas par cas ce principe de protection avec les besoins de développement.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 163 Les haies et talus en milieu agricole constituent autant d’éléments jouant un rôle écologique et paysager qu’il convient d’entretenir. 3.1.4.2 Maîtriser le développement en secteur agro-naturel Le POS de 2000 prévoyait 61 hectares d’ouverture à l’urbanisation sous forme de constructions isolées ou de hameaux en secteur agro-naturel. Cette pratique va à l’encontre de l’esprit du Grenelle de l’environnement. L’objectif est de protéger les espaces naturels et forestiers et de préserver le potentiel agricole en interdisant les constructions, notamment autour des bâtiments isolés. 3.1.4.3 Prendre en compte le risque d’inondations Le territoire d’Ergué-Gabéric est concerné par le risque d’inondation, dont le Plan de Prévention des Risques d’Inondation en définit les contours : principalement le long du Jet et de l’Odet. De rares secteurs urbanisés sont concernés, comme la zone d’activités de Cleuyou à la confluence des deux rivières. La Commune fait le choix pour cette zone d’activités d’un retour progressif en espace naturel pour les secteurs concernés par le risque d’inondation.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 164 3.2 Stratégie règlementaire générale Extrait de l’article L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir … … les orientations d'aménagement et de programmation et le règlement.… » Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : … 3. Explique les choix retenus pour établir … … le cas échéant, les orientations d'aménagement et de programmation ; il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles et des orientations d'aménagement et de programmation mentionnées au 1 de l'article L. 123-1-4 des zones, des règles qui y sont applicables, notamment au regard des objectifs et orientations du projet d'aménagement et de développement durables. Il justifie l'institution des secteurs des zones urbaines où les constructions ou installations d'une superficie supérieure à un seuil défini par le règlement sont interdites en application du a de l'article L. 123-2 ; … »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 165 3.2.1 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation Les Orientations d'Aménagement et de Programmation doivent être élaborées en cohérence avec le PADD. Elles font l'objet d'une déclinaison spatiale, par « quartiers » ou par « secteurs », sous forme de schémas d'aménagement, éventuellement accompagnés d'un texte explicatif. Les Orientations d'Aménagement et de Programmation doivent être comprises comme des intentions d'aménagement indiquant les principes de structuration et de requalification de secteurs à aménager ou à réhabiliter, et non comme la présentation d'un état fini. Elles permettent de préciser les conditions d’aménagement de certains secteurs qui vont connaître un développement ou une restructuration particulière significative. Chacun des secteurs est présenté par une carte d’Orientations d’Aménagement et de Programmation qui indique sous forme de principes : - l’usage du sol (espaces verts, secteurs constructibles à court ou long terme…) l’affectation (activité, habitat en lots libres, lots groupés ou logements collectifs…) les liaisons (voie principale, voie de desserte, cheminement, accès…) les continuités paysagères (alignement d’arbres, lisière paysagère, espaces verts…) L’étude préliminaire qui a permis de définir les Orientations d’Aménagement et de Programmation a porté sur l’ensemble des zones mutables, y compris sur les zones d’urbanisation à long terme figurant au Plan de zonage en 2AU, afin de définir un parti d’aménagement global cohérent. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation retenues dans le PLU ne portent que sur les secteurs mutables immédiatement (notamment les sites de renouvellement urbain du Bourg et de Lestonan, et les zones 1AU) et non sur les zones d’urbanisation à long terme 2AU. Certaines indications peuvent dépasser le cadre strict de l’aménagement des secteurs mutables, comme la réalisation d’une liaison douce par exemple.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 166 Lors de l’ouverture à l’urbanisation d'une zone 2AU, par classement en 1AU, cette étude pourra servir de support à la définition des Orientations d’Aménagement et de Programmation qui, dans tous les cas, devront être réexaminées pour les actualiser en fonction du contexte, et être élaborées en concertation avec les habitants des quartiers concernés. L’étude préliminaire est annexée au présent Rapport de présentation à titre d’information et n’a pas de valeur d’opposabilité. Elle permet néanmoins de se faire une idée de ce que pourrait être l’aménagement de l’ensemble des zones mutables et de retrouver la cohérence d’ensemble. Dans le cadre de l’élaboration des projets d’aménagement, la définition de la programmation et sa répartition par type de logements devra tenir compte de la densité minimale affichée pour chaque secteur mutable. La densité moyenne minimale à respecter dans son principe laisse une souplesse d’adaptation en fonction du projet. Elle a été définie pour répondre aux objectifs d’accueil de population (SCoT, PADD, perspectives démographiques du PLU). Elle tient compte du tissu urbain environnant et de la capacité d’accueil de chaque secteur. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation prévoient une répartition du logement social par secteur en s’appuyant sur les critères suivants : • • • • répondre aux objectifs de la Loi SRU, obtenir une meilleure répartition du logement social, prendre en compte le niveau de desserte et d’accès aux équipements, vérifier l’adéquation avec la programmation (collectif, …) et la capacité d’accueil des terrains en fonction de leur configuration et de leur taille, pour favoriser la mixité sociale. Dans le cadre du POS, une étude de dérogation à la Loi Barnier a été réalisée, complétée par une nouvelle étude dans le cadre du présent PLU (voir les Annexes du présent Rapport de présentation). Elles ont permis de préciser les Orientations d’Aménagement et de Programmation des secteurs de la Croix Rouge, Lenhesq et la Salleverte Nord. D’autres secteurs ont également fait l’objet d’étude, mais les orientations définies n’ont pas été reprises dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation car ils figurent en zones d’urbanisation à long terme 2AU.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 167 3.2.1.1 Le Centre-Bourg Ce secteur est en pleine mutation avec la création de la nouvelle Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Centre-Bourg le 6 juin 2011. Il répond à l’objectif affiché dans le PADD de conforter le Bourg et notamment son centre et les commerces et services existants. En effet, le programme de la ZAC prévoit l’accueil de nouveaux habitants (du collectif aux lots libres), la création d’équipements (Mairie, Maison du patrimoine, médiathèque), la possibilité d’implanter des commerces/services. Il s’agit à la fois de redynamiser le centre (aménagement d’espaces publics, renouvellement urbain), mais également de l’étendre en articulant les futurs équipements autour d’un espace public qui sera relié avec ceux du Centre-Bourg. 3.2.1.2 Le Bourg Sud Là encore, le projet de développement Sud vise à conforter le Bourg, répondant ainsi à l’objectif fixé dans le PADD. Le terrain s’inscrit en continuité d’un quartier résidentiel du Bourg jusqu’à rejoindre une frange naturelle boisée. Relativement exposé visuellement, les orientations tirent partie de cette ouverture visuelle (axe de vue associé à l’accès au site) tout en intégrant les futures constructions par la création d’une haie parallèle aux lignes de niveaux. 3.2.1.3 La Croix Rouge et Lenhesq Le projet de développement sur la Croix Rouge constitue une des réponses majeures à l’enjeu premier du PADD de renforcer la cohésion urbaine entre le Bourg, Lestonan et le Rouillen vers Croas Spern. Cette démarche a été amorcée par l’urbanisation opérée sur le secteur de Saint-Joachim et se poursuivra vers l’Est. L’ouverture à l’urbanisation des autres secteurs passera par une modification ou une révision du PLU. A proximité de cet important développement, deux secteurs viennent conforter le tissu urbain existant, l’un en cœur d’îlots sur la Croix Rouge, l’autre sur Lenhesq.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 168 3.2.1.4 Lestonan Sud L’extension au Sud de Lestonan participe à deux enjeux majeurs du PADD : renforcer la cohésion urbaine entre le Bourg, Lestonan et le Rouillen vers Croas Spern ; conforter Lestonan. La vocation principale de ce secteur est de créer un quartier à dominante habitat qui pourra également accueillir une Centralité Commerciale dans le respect de la définition du SCoT. Le terrain est divisé en deux par un ruisseau Nord/Sud associé à une zone humide. La partie Est pourrait constituer la première tranche d’urbanisation, de façon à amorcer un accès sécurisé depuis l’avenue de Lestonan, avant de poursuivre l’aménagement vers l’Ouest. En effet, le chemin du Munuguic à l’Ouest du secteur, débouche sur la RD 15 par un carrefour dangereux et impropre à gérer le flux lié au développement Sud de Lestonan. Le parti vise à terme à supprimer ce débouché pour ramener la circulation vers l’avenue de Lestonan. Cela nécessitera de franchir la zone humide qui fera l’objet d’une compensation. Cette extension au Sud de Lestonan devra également créer une voie vers le centre de Lestonan. 3.2.1.5 Le centre de Lestonan Ce secteur est en pleine mutation avec la création de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Cœur de Lestonan créé le 11 juillet 2000. Il répond à l’objectif affiché dans le PADD de conforter Lestonan et notamment son centre et les commerces et services existants. En effet, le programme de la ZAC prévoit l’accueil de nouveaux habitants (collectifs, maisons de ville…), l’implantation de commerces/services… Il s’agit de redynamiser le centre (aménagement d’espaces publics, renouvellement urbain). Plusieurs cœurs d’îlots non construits devront être urbanisés pour conforter Lestonan. Les orientations indiquent les principes d’une desserte hiérarchisée afin d’apporter une cohérence à la trame viaire de ce secteur. 3.2.1.6 Beg-ar-Menez et Quellennec L’objectif est de conforter des secteurs déjà partiellement urbanisés, en tenant compte des haies et bois existants, définissant des limites d’urbanisation et participant à la qualité de l’aménagement de ces secteurs. La desserte de Beg-ar-Menez comme de Quellennec emprunte des voies étroites. L’accès à Beg-ar-Menez devra faire l’objet d’un aménagement.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 169 3.2.1.7 Le Rouillen : Poulduic, la Salleverte Nord, Pont Odet Le quartier du Rouillen est en grande partie déjà urbanisé. Certains secteurs en périphérie viennent finaliser l’urbanisation du Rouillen, en proposant un programme mixte : habitat sur Pont Odet et Poulduic, activités commerciales ou tertiaires ou compatibles avec un secteur d’habitat sur la Salleverte Nord et le Rouillen Nord. 3.2.1.8 Le Cleuyou La zone d’activités du Cleuyou est concernée par le risque d’inondation. L’objectif de la Commune est le retour à terme à l’état naturel, sans remettre en cause les activités présentes tant qu’elles existent. 3.2.1.9 Kerourvois 2 La future zone d’activités de Kerourvois 2 est de compétence communautaire et figure dans le PADD. Un ou plusieurs Pôles de Commerces pourront être créés, dans le respect de la définition du SCoT. Cette nouvelle zone devra prendre en compte les habitations existantes (activités tertiaires ou commerciales ou compatibles avec un secteur d’habitat à proximité des maisons). La route de Stangala donnant accès au site devra faire l’objet d’un aménagement ainsi que les accès aux deux extrémités. Le trafic passant aujourd’hui par Squividan sera reporté sur la voie de desserte interne à la zone d’activités. Les informations écrites ou graphiques contenues dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation définissent des principes que les futures opérations d’aménagement doivent prendre en compte dans un rapport de compatibilité. Les dispositions du Plan de zonage et du Règlement viennent compléter ces principes et ont une valeur d’opposabilité.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 170 3.2.2 Le Règlement et le Plan de zonage Le Règlement et le Plan de zonage constituent deux documents indissociables du volet réglementaire, l’un pour la partie écrite, l’autre pour la représentation graphique. Les principaux choix découlent des options d’aménagement retenues et couvrent l’intégralité du territoire communal divisé en : • • • • zone urbaine U (UH, UI, UF, UL et UY) zone à urbaniser AU (1AUH, 1AUI, 1AUZ, 2AUH, 2AUI et 2AUL) zone agricole A (secteurs Aa, Ab et Ah) zone naturelle et forestière N (secteurs Na, Nca, Nci, Nh, Nj, NL et Nzh) 3.2.2.1 Evolutions générales Evolutions du Plan de zonage Les zones d'urbanisation future non construites figurant dans le POS, qu’elles soient classées en NA ou NA2, ont fait l’objet d’une relecture au cas par cas pour répondre aux objectifs du SCoT qui fixent une densité minimale de 16 logements par hectare, et à ceux du PLH qui fixent une consommation foncière maximale ramenée à la durée estimée du PLU sur 16 ans, de 85 hectares de zones à urbaniser AU dédiées à de l’habitat. Le POS en prévoyait près du triple (environ 253 hectares cumulant les zones NAb, c, d, NA2 habitat et ZAC). La Commune a fait le choix de ne pas ouvrir plus de 75 hectares de zones à urbaniser dédiés à des secteurs d’habitat. Les critères retenus pour effectuer ce nouveau découpage répondent à 2 enjeux prioritaires : renforcer la cohésion urbaine entre le Bourg, Lestonan et le Rouillen en direction de Croas Spern ; conforter le Bourg et Lestonan. Les zones 1NA urbanisées du POS ont été classées en zone U dans le PLU et les deux anciennes Zones d’Aménagement Concerté (ZAC) du Centre-Bourg et de la Salleverte, qui ont été clôturées, ont intégré le zonage du PLU. La ZAC de Lézébel également clôturée était déjà intégrée au Plan de zonage du POS.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 171 Le Règlement La règle de hauteur a été simplifiée et uniformisée dans la zone UH et les secteurs Ah et Nh pour tenir compte de la typologie observée sur la Commune. La hauteur ne peut excéder R+1+C ni dépasser 6,5 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère. Les voies nouvelles publiques ou privées en impasse, au-delà d'une longueur supérieure à 50 mètres, devront être aménagées de telle sorte que les véhicules puissent faire demi-tour. Les notions de "SHON" et "SHOB" ont fait place à celle de "surface de plancher", en application du Code de l'Urbanisme. L'article 11 introduit des notions de protection des éléments de patrimoine, qu’ils soient bâtis ou naturels. Le chapitre sur le stationnement intègre des normes pour les 2 roues pour favoriser les déplacements doux. Le coefficient d'occupation du sol n’est plus utilisé : les autres articles ont été jugés suffisants pour définir la constructibilité et la densité, et notamment le coefficient d’emprise au sol. Les nouveaux articles 15 (Performances énergétiques et environnementales) et 16 (Infrastructures et réseaux de communications électroniques) ont été ajoutés suite à l’évolution législative. En particulier, dans le cadre de l’appel à manifestation lancé par l’Etat, l’opérateur Orange a répondu sur l’ensemble du territoire de Quimper Communauté dont fait partie Ergué-Gabéric. L’opérateur s’engage a fibrer à ses frais l’ensemble du territoire de la Commune d’ici à 2020 (habitat, équipements publics et activités économiques). Le suivi de ce déploiement est piloté par l’EPCI Quimper Communauté. Dans ce cadre, le Règlement favorise l’implantation de la fibre optique. Les règles de la zone 1AU (hors 1AUZ qui correspond à la nouvelle ZAC du Centre-Bourg) renvoient à celles figurant dans la zone U affectée du même indice pour assurer la continuité règlementaire. Cela se traduit par la mention des secteurs UIa, b, d et f dans le Règlement, sans qu’ils apparaissent au Plan de zonage, car les secteurs 1AUIa, b, d et f y font référence. Dans la présentation qui suit, et afin de limiter trop de redondances, les évolutions du Plan de zonage ne sont parfois évoquées que dans la zone qui semble la plus pertinente (souvent celle de destination).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 172 Sauf spécification particulière, les noms des zones ou secteurs figurant ci-dessous font référence à la nomenclature du PLU et non à celle du POS. Il est à noter que deux Zones d’Aménagement Concerté portent le même nom : « Zone d’Aménagement Concerté du Centre-Bourg ». Pour les distinguer, on parlera de l’ancienne et de la nouvelle Zone d’Aménagement Concerté du CentreBourg. Elles sont toutes les deux dans le POS, mais l’ancienne ne figure plus dans le PLU car elle a été clôturée.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 173 3.2.2.2 Les zones urbaines Les zones urbaines (zones U) concernent les secteurs déjà urbanisés et les secteurs où les équipements publics existants ou en cours de réalisation, ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter. Les zones U comprennent les zones suivantes : • • • • • UH (zone à vocation dominante d'habitat) UI (zone destinée aux activités économiques) UF (zone correspondant aux emprises ferroviaires) UL (zone affectée aux équipements) UY (Zone d’Aménagement Concerté) 3.2.2.2.1 La zone UH La zone UH recouvre les secteurs essentiellement à vocation d’habitat. Elle est destinée principalement à recevoir des constructions à usage d’habitation, ainsi que les équipements, activités, commerces et services de proximités nécessaires à la vie des quartiers. La zone d’extension UH comprend, du plus dense au moins dense, les secteurs suivants : UHa, UHb, UHc et UHgv. Le passage du POS au PLU a simplifié le zonage par le regroupement des secteurs UHc et UHd du POS dans le secteur UHc du PLU. Cette nouvelle configuration répond à la double volonté de ne plus avoir de tissu urbain « lâche », et d’augmenter les droits à construire de façon à favoriser les parcours résidentiels sur les propriétés (possibilités d’extension des constructions existantes augmentées). Il s'agit également de s’inscrire dans une démarche de développement durable figurant dans le PADD, pour favoriser la densification et le renouvellement urbain plutôt que de s’étendre dans les secteurs naturels ou agricoles.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 174 Le secteur UHa correspond aux parties les plus denses de la Commune : le Centre-Bourg (le centre de Lestonan est intégré à un zonage spécifique UY lié à la ZAC du Cœur de Lestonan). Le secteur UHa tient compte de la morphologie du centre en prescrivant une implantation du bâti à l’alignement, autorisant les constructions en limites séparatives et ne fixant pas de coefficient d’emprise au sol maximal. Les secteurs UHb et UHc sont liés à des typologies moins denses de quartier pavillonnaire. Le prospect impose un recul entre 0 et 5 mètres pour UHb. Si la zone UHb continue d’autoriser la construction en limite séparative, le secteur UHc prévoit un recul minimum de 3 mètres. Le secteur UHgv correspond aux Gens du voyage antérieurement classé en NDLs. Evolutions du Plan de zonage Les zones d’habitat urbanisées ou équipées antérieurement en NA ou en ZAC au POS ont été classées en UHa, UHb ou UHc en fonction de la typologie : l’ancienne ZAC du Centre-Bourg (UHa autour de la rue du Parc Boutinou/UHc pour les lots libres), la ZAC de la Salleverte (UHb au Nord/UHc pour les lots libres), le secteur au Nord de la rue Jean le Menn/rue Pont Callec (UHb), Pont-Odet Nord (UHc), le Sud du Bourg (UHc), SaintJoachim (UHc), la Croix Rouge (UHc), Lézébel (UHc), Lestonan (au Nord de la rue du Ménez, autour de l’impasse de Kerveady… (UHc)), Beg-ar-Menez, Quellennec, Pont Allen, Saint-Guenolé, Stang Venn, Kerangueo, Garsalec, Place an Dans, Pen-Carn Nord, Munuguic, Lestonan Vian, Tréodet, le Cleuyou, le Poulduic, la Salleverte, Boden, Keriou, Kerdilès… Les habitations jouxtant une zone UH qui viennent conforter ces secteurs ont été intégrées dans la zone UH : Squividan, Stanqueau… L’EHPAD de Coat Kerhuel passe de UHa en UHb, car il ne correspond pas à une zone de centralité. Intégration de la ZAC du Cœur de Lestonan en zone UY. Le stade route de Kerveady, allée des Alouettes doit évoluer dans le cadre d’une nouvelle organisation des terrains sur la Commune, et passe en secteur UHc (déjà pour moitié en UHc au POS). A l’extrême Sud-Ouest de la Commune, le secteur UHb a été diminué pour tenir compte du risque d’inondation et de la trame verte et bleue et des zones humides.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 175 Au Sud de la route d’Elliant (RD 115) près de Keriou, un linéaire de maisons était classé en secteur UHd et passe en Nh au PLU, car relevant de la catégorie des constructions isolées plutôt que d’un ensemble aggloméré. Le secteur UHgv correspond aux Gens du voyage antérieurement classé en NDLs. Evolutions du Règlement Des règles particulières ont été introduites article 6 pour tenir compte de la morphologie du quartier ; le secteur UHc prévoit désormais un recul minimum de 3 mètres (contre 5 au POS) pour permettre dans certains cas, une plus grande densité. Les exceptions figurant à l’article 7 ont été précisées pour indiquer comment s’applique la règle. Des exceptions pour le cas de rénovation pour créer une isolation thermique ou phonique par l’extérieur d’un bâtiment existant à la date d’approbation du PLU ont été introduites. Une règle spécifique pour les abris de jardin a été définie (recul minimum de 1 mètre pour permettre l’implantation d’une haie entre la limite et l’abri) ; de plus, dans le secteur UHa il est autorisé une implantation en limite pour tenir compte de l’étroitesse du parcellaire. Pour développer une plus grande densité et permettre un parcours résidentiel au sein des constructions existantes, les règles d’occupation des sols ont été étendues dans les secteurs les plus contraints : le secteur UHb passe d’un COS de 0,5 à un CES de 0,8, et les secteurs UHc et UHd, d’un COS de 0,3 et 0,15 à un CES de 0,5. La hauteur des murs bahuts pourra atteindre 0,8 mètre (contre 0,6 au POS). La hauteur totale des clôtures est augmentée et uniformisée (de 1,2 à 1,8 au POS à 2 mètres au PLU) pour que la vue ne passe pas par-dessus la clôture, et par souci d’homogénéisation. L’article 13 introduit un minimum de 10% en UHb et 25% en UHc d’espaces verts de pleine terre pour limiter l’imperméabilisation des sols. Le secteur UHa étant composé de petites parcelles, il n’est pas fixé un minimum d’espaces verts. Les règles du secteur UHgv reprennent celles du secteur NDLs du POS en les assouplissant (articles 7, 8) pour tenir compte de la spécificité lié au mode d’habitat propre aux gens du voyage.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 176 3.2.2.2.2 La zone UI Elle correspond aux zones d’activités économiques, industrielles, artisanales ou commerciales. La zone UI correspond principalement aux secteurs de Kerourvois, Pen-Carn et au poste de transformation de Squividan. Plusieurs sites d’importances moindres sont également présents notamment sur le Rouillen, Ker-Anna, la Croix Rouge, l’Odet… La zone d’activités UI comprend, les secteurs suivants : UIa et UIb pour les activités commerciales ou tertiaires, UIc (anciennement UI au POS) pour les activités industrielles, artisanales, d’équipement collectif, d’entrepôt, de bureaux et services, de commerces, d’hôtellerie, UId pour les activités compatibles avec l’habitat, UIe pour les activités liées à un poste de transformation et UIf pour les activités commerciales liées à l’agriculture. Le Règlement prévoit un recul de 5 mètres par rapport à l’emprise publique, ne donne pas de limite d’emprise au sol ni d’occupation des sols (les autres articles étant jugés suffisants). Les autres aspects notables du chapitre ont évolués et sont exposés ci-dessous. Evolutions du Plan de zonage La zone d’activités du Cleuyou classée en UI au POS, est partiellement déclassée en zone naturelle pour retirer des zones inondables les entreprises qui ont cessé leurs activités, et pour tenir compte des zones humides inventoriées. De plus, une large partie Sud de la zone d’activités étant située en zone inondable, ce secteur connaîtra une mutation au fur et à mesure que les constructions seront désaffectées, pour un retour en espace naturel (voir les Orientations d’Aménagement et de Programmation). Le secteur UIe dédié au poste de transformation de Squividan a été réduit pour retirer les habitations non directement liées à la vocation de la zone d’activités. La zone d’activités de Kerourvois 2 intègre le secteur NAi du POS aujourd’hui équipé, et le subdivise en plusieurs secteurs notamment pour tenir compte des habitations existantes. La zone d’activités de Kerourvois intègre au Sud le secteur NAi du POS aujourd’hui urbanisé. Il en va de même pour la zone d’activités de Pen Carn qui s’étend à l’Est et à l’Ouest.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 177 Sur Lestonan Vian, le petit secteur classé en UI au POS correspondant à un garage, a été classé en UHc au PLU pour n’autoriser que les constructions compatibles avec un secteur d’habitat. A l’inverse, sur Ménez Kerdevot, il a été tenu compte de la présence d’un commerce lié aux activités agricoles antérieurement en zone NAc au POS, et classé en UIf au PLU pour assurer sa pérennité. Le périmètre UI de l’usine Bolloré sur Ker Anna a été légèrement agrandi au Nord pour intégrer l’aire de stationnement coupée en deux par l’ancien zonage. Evolutions du Règlement Des exceptions ont été ajoutées à l’article 6 dans le PLU pour tenir compte de principes d’ordonnancement etc. La règle de distance des constructions par rapport aux limites séparatives tenant compte de la hauteur des constructions est remplacée par un recul de 3 mètres minimum sauf en secteurs UIc et UId pour lesquels cette distance est portée à 4 mètres compte tenu des industries autorisées sur ces secteurs. Toutefois, la possibilité de construire sur les limites séparatives de parcelle est autorisée, mais conditionnée par la réalisation d’un mur coupe-feu. L’article 8 définissant la distance entre deux constructions sur une même propriété n’est plus défini par rapport à l’ensoleillement des baies, mais par une distance de 4 mètres jugée suffisante pour permettre le passage des véhicules de sécurité. Une hauteur maximale à l’égout du toit ou à l’acrotère a été introduite dans le PLU pour les secteurs ayant des activités non industrielles : UIa, UId et UIf à 9 mètres et UIb à 12 mètres pour marquer l’entrée de Quimper au niveau de l’échangeur de la RN 165 (voir l’étude de dérogation à la Loi Barnier dans les Annexes du présent Rapport de présentation). Les normes de stationnement ont été revues pour tenir compte de la taille des petits commerces et ajouter des normes pour les hôtels et restaurants. Un minimum de 15% d’espaces verts est exigé par rapport à la superficie totale dans les secteurs UIa, UIb et UIf, et de 10% dans les secteurs UIc, UId et UIe. La mutualisation des aires de stationnement peut être autorisée sous certaines conditions. La loge de gardiennage ne devra pas dépasser 50 m² d’emprise au sol, ni 50 m² de surface de plancher.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 178 Le PLU n’utilisant pas le « Gel des constructions dans l’attente de validation d’un projet », la norme a été supprimée. 3.2.2.2.3 La zone UL La zone UL est affectée aux activités de sports et de loisirs, aux équipements et aux équipements de tourisme. Cette zone n’existait pas dans le POS. Seules des secteurs NAL figuraient au POS. Le règlement de la zone UL est donc nouveau. Il s’est cependant construit à partir des règles régissant les secteurs NAL du POS, tout en les faisant évoluer. Le Règlement prévoit un recul de 5 mètres par rapport à l’emprise publique ou dans le prolongement des bâtiments existants, et la possibilité de construire sur les limites séparatives de parcelle ou en respectant un recul minimal de 3 mètres, tout en tenant compte de la hauteur du bâtiment. Il n’est pas fixé de Coefficient d’Emprise au Sol (CES), de Coefficient d’Occupation du Sol (COS) ni de règle de hauteur : la Commune étant propriétaire des secteurs classés en UL, elle en assure la maîtrise. Evolutions du Plan de zonage Plusieurs secteurs classés en NAL au POS et aujourd’hui aménagés ou construits ont été classés en UL : Croas Spern, Lestonan Sud et le Rouillen Nord (Square de Kerelan). Evolutions du Règlement Il s’agit d’un chapitre nouveau qui n’a donc pas connu d’évolution. 3.2.2.2.4 La zone UF La zone UF correspond à des secteurs destinés à recevoir exclusivement les installations techniques nécessaires au fonctionnement du service public ferroviaire.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 179 Le périmètre de la zone UF se situe au Sud de la Commune et correspond au passage de la voie ferrée. Le Règlement prévoit la possibilité de construire sur les limites séparatives de parcelle ou de respecter un recul minimal de 3 mètres, tout en tenant compte de la hauteur du bâtiment. Il n’est pas fixé de Coefficient d’Emprise au Sol (CES), de Coefficient d’Occupation du Sol (COS), ni de règle de hauteur. En réalité, l’emprise de la zone UF étant très étroite et correspondant à peu près à celle des voies ferrées, les possibilités de construire en zone UF sont très réduites. Evolutions du Plan de zonage La zone UF a été légèrement diminuée pour tenir compte de l’inventaire des zones humides classé en Nzh. Evolutions du Règlement Dans le POS, les articles 3, 4 et 6 renvoyaient l’application des règles à la zone UH, et l’article 12 à celui de la zone UI. Ces renvois ont été supprimés dans le PLU pour plus de clarté. Le recul de 5 mètres minimum par rapport aux voies est porté à 2 mètres ou à l’alignement : l’emprise de la zone UF très étroite limite les possibilités de construire. Pour les mêmes raisons, la règle de l’article 8 a été supprimée. 3.2.2.2.5 La zone UY La zone UY correspond à la Zone d’Aménagement Concerté du Cœur de Lestonan, créée par délibération du conseil municipal le 11 juillet 2000. La zone UY a donc été créée pour insérer la ZAC dans le PLU : le règlement de la zone UY reprend les règles de la ZAC, et les secteurs UYa1, UYa2, UYa4, UYb1, UYb2, UYc, UYd, UYe1, UYe2, UYf et UYg sont également issus du découpage par secteurs de la ZAC.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Evolutions du Plan de zonage La zone UY couvre deux secteurs du POS : UHb et NAb. Evolutions du Règlement Il s’agit d’un chapitre nouveau qui n’a donc pas connu d’évolution. 180
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 181 3.2.2.3 Les zones à urbaniser La zone AU est constituée par les parties du territoire de la Commune destinées à être urbanisées à court, moyen ou long terme. Ainsi, elle comprend, en premier lieu, les secteurs immédiatement urbanisables repérés par l'indice 1AU : • • • 1AUH (secteur d'extension de l'habitat) 1AUI (secteur d'extension des activités) 1AUZ (secteurs correspondant à une zone d’aménagement concerté) La zone AU comprend également, en second lieu, les secteurs nécessitant une modification ou une révision du PLU pour être urbanisables (urbanisation à moyen ou long terme), repérés par l’indice 2AU : • • • 2AUH (secteur à vocation non spécifié mais à priori destiné à un secteur d’habitat) 2AUI (secteur à vocation d'activités) 2AUL (secteur à vocation d'équipements) 3.2.2.3.1 Le secteur 1AU Il s’agit des zones immédiatement urbanisables. On y distingue les secteurs 1AUHc, 1AUIa, 1AUIb, 1AUIc et 1AUId. Certains secteurs d’ouverture à l’urbanisation ont été maintenus. Ils correspondent en terme d’habitat à des secteurs venant compléter l’urbanisation existante (le Bourg (la ZAC du Centre-Bourg, le Bourg Sud…), Lestonan (Beg ar Menez, Quellennec, Lestonan Sud…), le Rouillen (Poulduic…), la Croix-Rouge (la Croix-Rouge Sud, Lenhesq…)… Pour l’activité, les secteurs maintenus entre le POS et le PLU sont essentiellement localisés sur le Rouillen (le long de la RN 165). Le Règlement du secteur 1AU reprend les normes des secteurs U correspondant (1AUHc UHc ; 1AUIa UIa ;…). Le secteur 1AUZ est traité dans un autre chapitre, car répondant aux spécificités de la nouvelle ZAC du Centre-Bourg, qui a son propre règlement.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 182 Evolutions du Plan de zonage Intégration de la ZAC du Centre-Bourg en zone 1AUZ. Intégration de la ZAC du Cœur de Lestonan en zone UY. Les secteurs NA du POS qui ont été urbanisés ou disposant d’un niveau de réseau suffisant sont passés en zone urbaines (voir description dans le chapitre des zones urbaines ci-dessus). Dans le cadre de la politique visant à contrôler la consommation des terres naturelles ou agricoles, une réduction des secteurs NAb, NAc, NAd et NAi du POS a été opérée au profit des zones A ou N sur les secteurs suivants : Quellennec, Beg-ar-Menez, Pennaneach, Boden, le Bourg Sud, le Bourg Est, l’extension de la zone d’activité au Sud de Kerangueo… Les secteurs NAc et NAd du POS correspondant aux constructions isolées et hameaux dans le secteur rural qui ont été urbanisés ou vont l’être prochainement (certificat d’urbanisme ou permis de construire en cours) ont été classés en secteurs Nh et Ah. Pour répondre aux objectifs du PADD (conforter la cohésion urbaine entre le Bourg, Lestonan et le Rouillen par une convergence de ces trois entités vers Croas Spern ; développer les zones d’activités ; renforcer le Bourg, Lestonan…), certaines zones ont été ouvertes à l’urbanisation à court ou moyen terme : Kerourvois 2 (1AUIa, 1AUIc et 1AUId), Pont Odet (1AUHc)… La partie équipée de Kerourvois 2 est classée en zone UI. Toujours pour répondre aux objectifs du PADD, certains secteurs d’urbanisation ont changé de vocation. C’est le cas de la Croix Rouge dont la vocation initiale à l’Ouest était une zone dédiée à de l’activité, et qui passe en zone d’urbanisation à long terme dédiée à de l’habitat. Afin de maîtriser l’ouverture des zones à urbaniser, certains secteurs sont passés d’une zone immédiatement urbanisable à une urbanisation à long terme : Lestonan Sud coté Munuguic, Lestonan Vian… A l’inverse, pour prioriser l’ouverture à l’urbanisation de certains secteurs jugés prioritaires, des secteurs NA2 du POS ont été classés en secteur 1AU : Lestonan Sud coté avenue de Lestonan, la nouvelle ZAC du CentreBourg… Le secteur UHgv correspond aux Gens du voyage antérieurement classé en NDLs.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 183 Evolutions du Règlement Le règlement des zones 1AU dans le PLU renvoie au règlement des zones U affectées du même indice pour assurer une continuité entre les zones à urbaniser et les zones urbaines. De ce fait, les règles des chapitres des zones NA et NAi du POS ont été remplacées. L’urbanisation des zones 1AU est toutefois conditionnée par la mise en place d’un ou plusieurs plans d’aménagement d’ensemble. Et dans tous les cas, les opérations de plus d’un hectare devront nécessairement faire l’objet d’un plan d’aménagement d’ensemble. Les règles du secteur UHgv reprennent celles du secteur NDLs du POS en les assouplissants (articles 7, 8, 10) pour tenir compte de la forme d’habitat spécifique aux gens du voyage. 3.2.2.3.2 Le secteur 1AUZ Dans sa modification n°3, le POS intégrait la nouvelle ZAC du Centre-Bourg avec un classement (du plus dense au moins dense) en secteurs NAza, NAzb et NAzc pour la partie correspondant à l’extension urbaine, le reste de la ZAC gardant le règlement de la zone urbaine UH. Le PLU reprend ce découpage en y intégrant toutefois la zone humide. Le Règlement reprend également les normes fixées dans le POS : implantation à l’alignement en 1AUZa, retrait par rapport à l’alignement entre 0 et 10 mètres en 1AUZb et de plus de 1 mètre en 1AUZc, recul de 3 mètres minimum par rapport aux limites mitoyennes (en limite également pour 1AUZa et 1AUZb), un CES de 0,8 et 0,5 en 1AUZb et 1AUZc (pas de CES en 1AUZa), une hauteur maximale fixée à 6,5 mètres à l’égout du toit ou à l’acrotère… Evolutions du Plan de zonage Le découpage de la zone 1AUZ tient compte de la présence d’une zone humide. Evolutions du Règlement Marginales (essentiellement liées au passage du POS au PLU…).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 184 3.2.2.3.3 Le secteur 2AU La zone 2AU correspond à des secteurs à caractère naturel de la Commune, non équipés, destinés à être ouverts à l'urbanisation à moyen ou long terme. On y distingue trois secteurs repérés par l’indice 2AUH (secteur à vocation non spécifiée mais à priori destiné à un secteur d'habitat), 2AUI (secteur à vocation d'activités) et 2AUL (secteur à vocation de sports, de loisirs et d'équipements). Le secteur 2AU reprend celui du POS sur les sites de la Croix Rouge, Lestonan (Lestonan Sud, Lestonan Vian), Croas Spern (2AUL)… Evolutions du Plan de zonage Intégration de la ZAC du Centre-Bourg en zone 1AUZ (zone antérieurement pour moitié en secteur NA2). Les zones NA2 du POS qui ont été urbanisées ou ayant un niveau de réseau suffisant sont passées en zone urbaines (voir description dans le chapitre des zones urbaines ci-dessus). Dans le cadre de la politique visant à contrôler la consommation des terres naturelles ou agricoles, une réduction des zones NA2 du POS a été opérée au profit des zones A ou N sur les secteurs suivants : Quellennec, le Bourg Est (Kergaradec)… Pour répondre à l’objectif du PADD de développer les zones d’activités, certaines zones destinées à être ouvertes à l’urbanisation à moyen ou long terme ont été créées : Lézébel Est (2AUI), Park al Lann (2AUI), Toujours pour répondre aux objectifs du PADD, le secteur de la Croix Rouge, passe d’une vocation d’accueil d’activités (NAIb) en zone d’habitat à moyen/long terme (2AUH) au PLU. Evolutions du Règlement Le Règlement autorise le changement de destination ou l’extension mesurée des constructions préexistantes à l’urbanisation des secteurs ainsi que l’édification d’annexes à une construction principale située dans la zone (tels que abris de jardins, garages, …) sous réserve que ces opérations ne compromettent pas la qualité et la cohérence de l’aménagement du secteur concerné. L’extension ou la construction annexe ne devra pas excéder 30 % par rapport à l’emprise au sol du bâtiment existant, à la date d'approbation du présent PLU.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 185 3.2.2.4 Les zones agricoles La zone agricole (zone A) est constituée de secteurs de la Commune à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres. C’est une zone réservée exclusivement à l’activité agricole. Les constructions et installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif et à l’exploitation agricole, ainsi que le changement de destination des bâtiments agricoles identifiés en raison de leur intérêt architectural ou patrimonial dans le Plan de zonage sous réserve que ce changement de destination ne compromet pas l’exploitation agricole, sont seuls autorisés en zone A. Le principe dit de réciprocité (L. 111.3 du code rural) est repris dans le Règlement. La zone A comprend, les secteurs suivants : • Aa (secteur agricole) • Ab (secteur agricole non constructible) • Ah (secteur dédié aux constructions isolées et hameaux) La zone A correspond à la plus grande partie du territoire de la Commune et est surtout présente à l’Est du territoire dont le caractère rural est plus présent. Le Règlement de la zone A prévoit un recul minimal de 5 mètres pour toute construction par rapport aux voies et emprises publiques. Evolutions du Plan de zonage Le secteur Aa correspondant à la zone NC du POS a été diminué pour tenir compte des constructions isolées et hameaux, de l’inventaire des zones humides, des projets de développement urbain (voir ci-dessus, le chapitre cidessus traitant des zones à urbaniser), d’activités spécifiques (club canin sur Loch Laë, commerce lié à l’activité agricole sur Ménez Kerdevot…), et de renforcer la protection d’espaces naturels ou paysager sensibles (Poulduic, exposé visuellement et coteaux boisés…)… Il a au contraire été augmenté pour retirer des secteurs NAc du POS les zones non construites et qui ne font pas l’objet d’un certificat d’urbanisme ou d’un permis de construire, pour prendre en compte des exploitations
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 186 agricoles en activité (Stang Odet…), pour préserver l’espace agricole notamment dans le cadre de la réduction des ouvertures à l’urbanisation (voir chapitre ci-dessus traitant des zones à urbaniser)… Les secteurs Ab et Ah sont introduits. Le secteur Ab non constructible est situé sur Saint-Joachim en raison du développement stratégique à long terme (dans le cadre d’un futur PLU) des terrains situés entre Saint-Joachim et Croas Spern. Aucun siège d’exploitation ne pourra s’installer à moins de cent mètres de ce secteur. Le POS le classait en zone NC. Un deuxième site est classé en Ab, sur l’ancien secteur d’extension NAi au POS pour de l’activité dans le prolongement de l’usine Bolloré, au Sud de Kerangueo, afin de ne pas créer de contraintes pour l’avenir, si ce secteur devait accueillir une extension en terme d’activité. Les constructions isolées et petits hameaux en zone agricole ont été classés en secteur Ah (antérieurement, en NC ou NAc au POS) conformément aux objectifs du PADD, afin de limiter la consommation foncière des terres naturelles ou agricoles. Les parties inventoriées comme zones humides ont été approuvées aux conseils municipaux des 26 septembre 2011 et 6 février 2012. Elles ont été classées en secteur Nzh. Le secteur agricole Aa est impacté par cet inventaire, le long des cours d’eau, mais aussi sur les sites de Quellennec Zella, Kerveady, Coat Piriou, Creac’h Ergué, Kernaon, Garsaleg, Kernilis, Pors Cloed, Troland, Kervernic, Lesteriou… Evolutions du Règlement Le secteur Aa (ancien NC du POS) devenant une zone réservée au domaine agricole, les activités qui n’y sont pas liées ont été supprimées. Les secteurs Ab et Ah sont introduits. Les constructions en secteur Ab sont interdites. Le secteur Ah permet le changement de destination et des extensions des constructions existantes, sous certaines conditions et dans certaines limites (50 m² d’emprise au sol + 30 m² d’emprise au sol pour les annexes), interdisant par principe des constructions nouvelles. Des annexes sont autorisées. Un minimum de 20% de la superficie totale de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre. L’article 5 est règlementé pour l’assainissement autonome.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 187 Le recul minimal de 3 mètres en tenant compte de la hauteur du bâtiment par rapport aux limites séparatives est porté à 5 mètres ; la construction en limite séparative reste autorisée. L’article 8 est supprimé car non nécessaire en zone agricole. Introduction d’une hauteur maximale de 6,50 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère pour les habitations, par cohérence avec les règles instituées dans la zone UH.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 188 3.2.2.5 Les zones naturelles et forestières La zone naturelle et forestière N correspond aux secteurs à protéger en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique, soit de l'existence d'une exploitation forestière, soit de leur caractère d'espaces naturels. La zone naturelle intègre également des secteurs spécifiques qui ne peuvent figurer dans d’autres zones. La zone N comprend, les secteurs suivants : • Na (secteur correspondant aux espaces naturels, sites et paysages à préserver et à protéger) • Nca (secteur correspondant au club canin) • Nci (secteur correspondant au cimetière) • Nh (secteur dédié aux constructions isolées et hameaux) • Nj (secteur correspondant aux jardins familiaux) • NL (secteur affecté aux activités de sports et loisirs) • Nzh (secteur dédié aux zones humides) La zone naturelle et forestière (secteur Na) est étroitement associée aux principaux cours d’eau (Odet, Jet…) et bois (coteaux boisés…). L’inventaire des zones humides (Nzh) s’inscrit en continuité du secteur Na. Les secteurs spécifiques évoqués ci-dessus sont répartis sur l’ensemble du territoire. Le projet de club canin (Nca) est localisé sur Loch Laë (à l’Est). Le cimetière (Nci) est celui du Bourg. Les constructions isolées et petits hameaux (Nh pour ceux en zones naturelles, Ah pour ceux situés en zone agricole) sont essentiellement localisés sur la partie Est, la plus rurale de la Commune, mais concerne en réalité l’ensemble du territoire. Les jardins familiaux (Nj) se trouvent au Sud de Munuguic, près de la RD 15. Le secteur NL correspond à l’arboretum de Kerho et sur le Rouillen (Stang ar Pouder). Le Règlement de la zone N prévoit un recul minimal de 5 mètres pour toute construction par rapport aux voies et emprises publiques.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 189 Evolutions du Plan de zonage L’inventaire des zones humides approuvé aux conseils municipaux des 26 septembre 2011 et 6 février 2012, se traduit au Plan de zonage par le secteur Nzh. Il est venu s’inscrire en partie dans les secteurs Na et NL (arboretum de Kerho), essentiellement le long des cours d’eau, mais il impacte aussi l’ensemble des autres zones. La zone agricole est concernée (voir chapitre ci-dessus) ainsi que les zones urbaines ou à urbaniser, que ce soit par les cours d’eau, mais aussi sur des secteurs spécifiques : Sud du Rouillen, zone d’activités de Cleuyou, Kerourvois, Lestonan Sud, Lestonan Vian, Park al Lann, Saint-Joachim, la Croix Rouge, Ker Anna… Pour renforcer la protection d’espaces naturels ou paysagers sensibles, le secteur Na s’est étendu sur le Poulduic (site exposé visuellement et coteaux boisés). Le secteur NL a été créé sur Kerdevot pour prendre en compte l’aire de stationnement au Nord de la chapelle. Les secteurs Nca, Nci, Nj, Nh et Nzh sont introduits. Evolutions du Règlement L’article 5 est règlementé pour l’assainissement autonome. Le recul minimal de 3 mètres en tenant compte de la hauteur du bâtiment par rapport aux limites séparatives est porté à 5 mètres ; la construction en limite séparative reste autorisée. L’article 8 est supprimé car non nécessaire en zone naturelle. Introduction d’une hauteur maximale de 6,50 mètres à l'égout du toit ou à l’acrotère pour les habitations, par cohérence avec les règles instituées dans la zone UH. Les secteurs Nca, Nci, Nj, Nh et Nzh sont introduits. Le secteur Nh permet le changement de destination et des extensions des constructions existantes, sous certaines conditions et dans certaines limites (50 m² d’emprise au sol + 30 m² d’emprise au sol pour les annexes), interdisant par principe des constructions nouvelles. Des annexes sont autorisées. Un minimum de 20% de la superficie totale de la parcelle sera traité en espaces verts de pleine terre. Le règlement du secteur Nzh interdit les constructions, exhaussement et affouillement du sol de nature à porter atteinte aux zones humides.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 190 3.2.2.6 Les prescriptions et autres indications graphiques 3.2.2.6.1 Les Espaces Boisés Classés (EBC – L. 130-1 du Code de l’Urbanisme) et les éléments du patrimoine naturel (L. 123-1-5-7° du Code de l’Urbanisme) D'après l'article L. 130-1 du Code de l'Urbanisme : « Les plans locaux d'urbanisme peuvent classer comme espaces boisés, les bois, forêts, parcs à conserver, à protéger ou à créer, qu'ils relèvent ou non du régime forestier, enclos ou non, attenant ou non à des habitations. Ce classement peut s'appliquer également à des arbres isolés, des haies ou réseaux de haies, des plantations d'alignements. Le classement interdit tout changement d'affectation ou tout mode d'occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements ». D'après l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme : « … le règlement peut :… … 7° Identifier et localiser les éléments de paysage et délimiter les quartiers, îlots, immeubles, espaces publics, monuments, sites et secteurs à protéger, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d'ordre culturel, historique ou écologique et définir, le cas échéant, les prescriptions de nature à assurer leur protection ; … ». Des ensembles végétaux (parcs, alignement d’arbres et haies bocagères) font l’objet d’une protection au titre de ces deux articles du Code de l'Urbanisme au PLU. Le projet de PLU a retravaillé les différents niveaux de protection des masses boisées, de haies et talus, notamment suite à l’inventaire des talus effectué par la Chambre d’agriculture dans le cadre d’un diagnostic agricole réalisé en décembre 2010 (voir carte ci-dessous) et au repérage des haies par l’agence de paysage Poinas.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 191
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 192 Ces études ont servi de base pour définir les haies et talus à protéger au titre de l’article L. 123-1-5-7° dans le cadre d’une concertation associant les agriculteurs, associations… Un des critères retenus, est de ne pas protéger tous les talus et haies sur des terrains qui feraient moins de 4 hectares afin de maintenir un potentiel d’exploitation agricole. Les Espaces Boisés Classés ont fait l’objet d’une actualisation pour tenir compte des bois réellement existants. Des protections nouvelles ont été apportées principalement sur les coteaux boisés associés aux cours d’eau (Kerangueo Nord, Moulin de Kerfres, Kerleur, Quellennec Zella, le Sud du Rouillen, Moulin de Pennarun, de Loc’h ar c’Hoat jusqu’à Coat Chapel, entre Menez Castel et Ker Vreyen d’un coté et Kerdalès de l’autre, Parc Feunteun, Menouet Vihan, Keriou et Kerdilès au Sud de la Commune et au Nord, entre l’Ecluse et Drohen…), mais aussi sur Poulduic, Kervoreden, Munuguic Ouest, Kerveady, au Nord de Ty Nevez Kerfort,… Un espace en revanche a été retiré car ne correspondant pas à un espace boisé ni à une intention de le boiser. Il s’agit d’un champ d’environ 1 hectare situé à l’Ouest du Lec. Les EBC passent d’environ 235 hectares au POS, à plus de 500 hectares dans le PLU. A cela, il faut ajouter des espaces nouvellement protégés pour leur qualité patrimoniale au titre de l’article L. 1231-5-7° du Code de l’Urbanisme. Il s’agit en premier lieu de l’arborétum de Kerho, mais aussi dans son prolongement vers le Sud, de Kerouzel et de Lestonan Vian. De l’autre coté de la RD 15, un espace entre Garsaleg et Kernaon, également classé en zone humide. Les autres secteurs se trouvent à proximité de Kermoysan, Castel, Kerdevot, Kerlavian et le Bourg dans le cadre de la nouvelle ZAC du Centre-Bourg. L’ensemble de ces espaces représente environ 75 hectares. Au total, la protection des bois passe donc d’environ 235 hectares au POS, à plus de 575 hectares dans le PLU, non compté les haies et talus nouvellement protégés qui passent de 36 Km à 279 Km.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 193 3.2.2.6.2 Les éléments du patrimoine architectural et urbain (L. 123-1-5-7° du Code de l’Urbanisme) D'après l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme : « … le règlement peut :… … 7° Identifier et localiser les éléments de paysage et délimiter les quartiers, îlots, immeubles, espaces publics, monuments, sites et secteurs à protéger, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d'ordre culturel, historique ou écologique et définir, le cas échéant, les prescriptions de nature à assurer leur protection ; … ». Afin de protéger des édifices ou secteurs à caractère patrimonial et de leur appliquer des règles particulières, le Plan de zonage repère ces éléments au titre de l’article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urbanisme. Citons à titre d’exemple la cité de Ker Anna, le site et la chapelle de Kerdévot, les anciennes écuries de Ty Bur, le château de Lézergué, l’église Saint-Guinal au Bourg, la chapelle Saint-Guénolé… Certains bâtiments patrimoniaux de petites surfaces ont été repérés pour leur permettre un droit de changement de destination. 3.2.2.6.3 Les éléments du patrimoine agricole (L. 123-3-1 du Code de l’Urbanisme) D'après l'article L. 123-3-1 du Code de l'Urbanisme : « Dans les zones agricoles, le règlement peut désigner les bâtiments agricoles qui, en raison de leur intérêt architectural ou patrimonial, peuvent faire l'objet d'un changement de destination, dès lors que ce changement de destination ne compromet pas l'exploitation agricole. ». Les bâtiments de caractère patrimoniaux présents dans la zone agricole ont fait l’objet d’un inventaire et sont repérés au Plan de zonage pour permettre un changement de destination de ces bâtiments.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 194 3.2.2.6.4 Les sites archéologiques Les périmètres actualisés des différents sites archéologiques ont été reportés dans les Annexes du PLU pour ne pas surcharger le Plan de zonage. 3.2.2.6.5 Les emplacements réservés La liste des emplacements réservés aux voies et ouvrages publics, aux installations d'intérêt général ainsi qu'aux espaces verts figurant dans le Règlement et sur le Plan de zonage a été actualisée pour tenir compte de l'état d'avancement des projets. Les emplacements réservés correspondant aux projets aujourd’hui réalisés ont été supprimés. De même, les terrains inscrits en emplacement réservé au POS qui appartiennent désormais au destinataire de la réserve ont été retirés (même si le projet n'est pas encore mis en œuvre). Plusieurs emplacements réservés sont destinés à la création de chemin piéton. 3.2.2.6.6 Les liaisons douces (L. 123-1-5-6° du Code de l’Urbanisme) Un inventaire des principales liaisons douces existantes a été réalisé en vue de les protéger. Ce réseau a été complété par des liaisons douces à créer afin de conforter le maillage du réseau existant et les connexions entre différents parcours : Mélénec, au Sud de Kerdévot, entre Loc’h ar c’Hoat et Ty Nevez Kerellou, de Lezouanac’h à Kermoysan, autour du Moulin de Kerfres, et entre Saint-André et Ker Anna… 3.2.2.6.7 Les marges de recul Le principe d’un graphisme différent entre les marges de recul et les marges associées à la Loi Barnier figurant au POS est reconduit dans le PLU : les règles y sont en effet légèrement différentes (voir les dispositions générales du Règlement). Une étude de dérogation à la Loi Barnier avait été menée dans le cadre du POS. Une nouvelle étude de dérogation à la Loi Barnier a été réalisée sur la RN 165 et la RD 15 pour tenir compte du projet communal (voir document en annexe du présent Rapport de présentation).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 195 3.2.2.6.8 La trame verte et bleue Le PLU a pris en compte la trame verte et bleue issue du SCoT de l’Odet approuvé le 6 juin 2012. Cette trame a fait l’objet d’une interprétation à la parcelle dans le cadre du PLU en tenant compte de la présence de cours d’eau, zones humides, fonds de vallée, bois, maillage bocager… (voir la carte ci-dessous superposant les trames vertes et bleues du SCoT et du PLU pour montrer la prise en compte). Le Règlement défini dans les dispositions générales, les limites du droit à construire sur les secteurs concernés par la trame verte et bleue : zone non urbanisable sauf cas particuliers.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 196
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 197 3.2.2.6.9 Les monuments historiques Les périmètres liés aux monuments historiques sont portés sur le Plan de zonage pour que le Règlement y prescrive au travers l’article 11 des normes spécifiques de protection. 3.2.2.6.10 Les zones inondables Les zones inondables délimitées par le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) ont été intégrées au Plan de zonage et le Règlement (article 7 des dispositions générales) renvoie aux Annexes du PLU pour l’application de la servitude d'utilité publique 3.2.2.6.11 La création d’accès nouveaux interdits Ces linéaires figurant au Plan de zonage du POS ont été repris dans le PLU. Ils concernent des tronçons des RD 15, RD 51, RD 115 et sur Saint-Joachim/Coat Chapel… Une partie a été retirée sur la RD 15 pour permettre l’aménagement d’un carrefour au niveau de la Croix Rouge. 3.2.2.6.12 Centralités Commerciales, Pôle de Commerces, et Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM) Le SCoT de l’Odet approuvé le 6 juin 2012 définit une Zone d’Aménagement COMmercial sur le secteur de la Salleverte. Son périmètre figure au Plan de zonage du PLU. Des Centralités Commerciales ont été définies dans le Plan de zonage. Trois concernent des secteurs existants : le Bourg (le centre et la partie dense de son extension dans le cadre de la nouvelle ZAC du Centre-Bourg), Lestonan (le centre et certaines entrées de Bourg de Lestonan, y compris sur une partie du secteur d’extension de Lestonan Sud pour permettre la création d’une maison médicale en prolongement de la pharmacie existante) et le Rouillen (la Salleverte et l’entrée de ville de Quimper). Une Centralité Commerciale concerne l’accès au secteur de
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 198 développement sur la Croix Rouge/Saint-Joachim pour permettre, si l’opportunité se présentait, l’accueil d’un ou plusieurs petits commerces. Le Plan de zonage identifie également un Pôle de Commerces sur le secteur de Kerourvois le long de la RD 15, au Sud-Est de l’échangeur de la RN 165, pour permettre à ces bâtiments une évolution commerciale. Le Règlement rappelle dans les dispositions générales les règles issues du SCoT qui s’appliquent dans les Centralités Commerciales, Pôle de Commerces, et Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 199 3.3 Compatibilité et conformité du PLU avec les normes législatives et règlementaires supérieures et les documents d’urbanisme supra-communaux 3.3.1 Les normes législatives et réglementaires supérieures 3.3.1.1 La loi relative à la lutte contre l’exclusion du 29 juillet 1998 Le PLU rappelle dans son Règlement (article 12 relatif aux aires de stationnement de différentes zones) que : « Les obligations définies ci-dessus sont considérées comme satisfaites lorsque les conditions prévues à l'article L. 123-1-13 du Code de l'Urbanisme sont remplies, autrement dit, il ne peut être exigé la réalisation de plus d’une aire de stationnement par logement lors de la construction de logements locatifs financés avec un prêt aidé par l’Etat. L'obligation de réaliser des aires de stationnement n'est pas applicable aux travaux de transformation ou d'amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs financés avec un prêt aidé par l'Etat, y compris dans le cas où ces travaux s'accompagnent de la création de surface de plancher, dans la limite d'un plafond de 50% de la surface de plancher existant avant le commencement des travaux. ». 3.3.1.2 La loi relative au renforcement de la protection de l’environnement (2 février 1995) La prévention des risques naturels Le risque d’inondations La Commune d'Ergué-Gabéric est soumise au risque d’inondations, principalement le long des rivières du Jet et de l’Odet. Un Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles Inondations du bassin de l’Odet (PPRI), approuvé par arrêté préfectoral en date du 10 juillet 2008, identifie les secteurs à risque. Les périmètres des zones inondables ont été repris dans le Plan de zonage. De plus, les dispositions générales du Règlement rappelle l'existence de ce risque et précise que le PPRI vaut servitude d'utilité publique. A ce titre, le PPRI figure dans les Annexes du PLU. En concordance avec le PPRI, aucun secteur de développement n’est situé en zone inondable dans le PLU. De plus, les zones déjà urbanisées concernées par le risque d’inondations seront réduites à l'avenir. En effet, il est prévu de reconvertir à terme la zone d’activités de Cleuyou située au Sud/Ouest de la Commune, en espace naturel compte tenu de sa localisation en zone inondable. Ce principe figure dans les Orientations d’Aménagement et de
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 200 Programmation, et le Plan de zonage a déjà classé en zone naturelle les terrains inutilisés et les bâtiments désaffectés. Ceux encore en activité sont maintenus en zone UI pour ne pas porter atteinte à la valeur du bien, et cela tant que l’activité ne sera pas délocalisée, étant entendu que le retour en zone naturelle reste l’objectif à terme, en cohérence avec les Orientations d’Aménagement et de Programmation. L’extension des terrains houillers Elle concerne la Commune. Le Porté à Connaissance (PAC) préconise de ne pas augmenter les enjeux de surface à l’aplomb des deux sites (Kerveady et Kerdevot, anciennes mines d’antimoine) en retenant un zonage règlementaire ne permettant pas les nouvelles constructions sauf études complémentaires concluant à écarter le risque « mouvement de terrain ». Ces deux sites ne font pas l’objet d’une urbanisation. Une carte faisant apparaître le périmètre d’extension des terrains houillers est jointe au PAC. Il s’agit du Sud/Ouest du quartier du Rouillen classé en grande partie en zone urbaine. Aucune zone à urbaniser AU ne figure au Plan de zonage dans le périmètre d’extension des terrains houillers. Le risque sismique La région Bretagne est concernée par les risques sismiques. Les décrets du 22 Octobre 2010, n° 1254 « relatif à la prévention des risques sismiques » et n° 1255 « portant délimitation des zones de sismicité du territoire français », dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er mai 2011, classent désormais la Commune en niveau de sismicité de niveau 2 (faible). La connaissance, la protection et la gestion des espaces naturels Protection et gestion des espaces naturels Le PLU intègre la protection des espaces naturels au travers des mesures suivantes : - classement en zone naturelle et forestière N de l'ensemble des secteurs présentant un intérêt écologique ou paysager, avec en premier lieu les vallées de l’Odet et du Jet, ainsi que de nombreux vallons et ruisseaux, mais aussi les coteaux boisés associés aux reliefs, les bois et les espaces verts de proximité (Stangala, l’arboretum de Kerho, Stang ar Pouder sur le Rouillen…).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 201 inventaire des bois et haies présents sur le territoire de la Commune, ainsi que les alignements d’arbres, avec des mesures de protection appropriées : Espaces Boisés Classés, éléments de paysage (L. 123-1-5-7). Recul par rapport aux voies à grande circulation et aux autoroutes Les dispositions de l'article L. 111-1-4 du Code de l'Urbanisme s'appliquent le long de la RN 165 et de la RD 15 classées route à grande circulation. Les portions des voies concernées situées en agglomération, c'est-à-dire à l'intérieur des espaces urbanisés, ne sont pas soumises au recul de constructibilité de 75 ou 100 mètres (selon le statut de la voie). Pour les zones à urbaniser prévues sur les secteurs de l’échangeur du Rouillen (Salleverte Nord), Lézebel Est, Croas Spern et Park al Lann, une étude d’urbanisme et de paysage a été menée, assortie de principes et de règles repris dans le PLU, afin de déroger à la Loi Barnier, comme prévu par le Code de l’Urbanisme. Cette étude figure en annexe du présent Rapport de présentation. Précisons qu’elle s’inscrit dans la continuité de la précédente étude figurant dans le POS. 3.3.1.3 La loi relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage n° 2000-614 du 5 juillet 2000 La compétence concernant les gens du voyage appartient à Quimper Communauté. Conformément aux dispositions du schéma départemental d’accueil des gens du voyage, les objectifs portant sur les séjours temporaires ont été remplis avec la création et la mise aux normes des aires d’accueil de Quimper, Ergué-Gabéric et Pluguffan. Toutefois, eu égard à l’environnement immédiat de son aire d’accueil, la Commune d’Ergué-Gabéric souhaite une relocalisation de cette dernière. Le Programme Local de l’Habitat rappelle que « Pour les grands rassemblements, » … « plusieurs propositions ont été formulées par les élus notamment depuis 2008, qui ont toutes été rejetées. Cette problématique reste donc entière. ». 3.3.1.4 La loi d’orientation agricole et la loi d’orientation forestière L’objectif est d'assurer la durabilité de l'activité agricole et forestière, dans des territoires préservés. La loi du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche s'applique aux PLU en cours d'élaboration ou de révision dont le projet est arrêté à partir du 28 janvier 2011. La Commune d'Ergué-Gabéric s’inscrit dans une
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 202 démarche visant à maîtriser son développement de manière rationnelle, mesurée et cohérente. Le tableau figurant au chapitre « 4.1 Evolution du zonage » faisant le bilan de l’évolution des surfaces montre que l'évolution de la consommation des espaces agricoles et naturels envisagée par le PLU est très favorable pour l'activité agricole. En effet, le SCoT limite les surfaces à urbaniser dédiées à l’habitat en définissant une densité minimale de 16 logements à l’hectare à respecter. Ainsi, le PLU limite ses zones à urbaniser à environ 115 hectares (soit 2,9% du territoire), contre environ 374 (zones NA et ZAC) dans le POS. Cette réduction de plus de moitié s’est traduite par une diminution importante des zones à urbaniser au profit des zones naturelles et agricoles. Une partie des zones agricoles a également été classée en zone naturelle, pour prendre en compte les cours d’eau et zones humides. Par ailleurs, la politique urbaine mise en œuvre au travers du PLU visant à privilégier le renouvellement urbain et le confortement des quartiers permettra de maîtriser le développement urbain, en ne classant en zone à urbaniser que les surfaces nécessaires pour répondre à la fois aux orientations du SCoT et du PLH, et aux ambitions d’accueil de la Commune au sein de Quimper Communauté. 3.3.1.5 La loi Paysage n° 93-24 du 8 janvier 1993 Le PLU a fait l’objet d’une étude paysagère complète qui a identifié : - Les grandes composantes du paysage. - Les voies structurantes. - La trame verte et bleue. Le PADD et le Plan de zonage ont permis de dégager les principales orientations de protection envisagées : - La protection des espaces naturels et des paysages par un classement en zone N. - Le repérage des éléments paysagers présentant un intérêt patrimonial (bois, haies, alignement d’arbres…) sur l’ensemble du territoire communal. Le Plan de zonage repère des édifices et des secteurs à protéger (au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme), avec des règles spécifiques figurant dans le Règlement (articles 11 et 13) visant à préserver la qualité patrimoniale des bâtiments inventoriés.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 203 Ces protections sont de nature à garantir le respect des dispositions de la présente loi. 3.3.1.6 La Prise en compte de la protection et de la mise en valeur du paysage des entrées de ville (loi Barnier article L. 111-1-4 du Code de l’Urbanisme) L’article L. 111-1-4 du code de l’urbanisme pose un principe d’inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, dans une bande de 100 mètres de part et d’autre de l'axe des autoroutes, voies express et déviations au sens du Code de la Voirie Routière, et dans une bande de 75 mètres pour les autres routes classées à grande circulation. A Ergué-Gabéric, sont concernés par les dispositions de cet article : • • La RN 165 (recul de 100 mètres) La RD 15 (recul de 75 mètres) Pour les zones à urbaniser prévues sur les secteurs de l’échangeur du Rouillen (Salleverte Nord), Lézebel Est, Croas Spern et Park al Lann, une étude d’urbanisme et de paysage a été menée, assortie de principes et de règles repris dans le PLU, afin de déroger à la Loi Barnier, comme prévu par le Code de l’Urbanisme. Cette étude figure en annexe du présent Rapport de présentation. 3.3.1.7 La loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie n°96-1236 du 30 décembre 1996 Le PADD se donne pour objectif de limiter l’usage de la voiture en proposant le développement de modes de transports alternatifs (transports en commun, liaisons douces…) au travers de diverses mesures (confortement de continuités piétonnes et cyclistes sur l’ensemble du territoire, création d’un Pôle d’Echange Multimodal au niveau de l’échangeur du Rouillen…). La réflexion a également porté sur la limitation des déplacements domicile/travail, avec la volonté de proposer un immobilier attractif pour les familles et les jeunes actifs. Le Règlement prévoit également des places de stationnement obligatoires pour les deux-roues, ceci afin d’inciter un autre usage que celui de la voiture. Les différents aménagements de voirie envisagés dans le PADD et les Orientations d’Aménagement et de Programmation devront être l'occasion de réaliser de nouveaux parcours cyclistes.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 204 3.3.1.8 La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 Les études liées à l'élaboration du Plan Local d’Urbanisme prennent en compte les orientations du SDAGE LoireBretagne en reportant sur le Plan de zonage l’inventaire des zones humides et en y interdisant toute construction, tout comblement, affouillement, exhaussement de terrain, qu’il soit ou non soumis à autorisation d'urbanisme, sauf pour des raisons particulières telles que spécifiées dans les dispositions générale du Règlement. Cet inventaire des zones humides reporté graphiquement sur le Plan de zonage (secteur Nzh) permettra d’éviter l’implantation de toute activité qui pourrait porter atteinte au caractère de ces zones. L’enjeu de la qualité de l’eau impose en effet la protection des espaces sensibles, qui ont un rôle important dans la régulation des flux hydrauliques (rétention naturelle, filtrage des eaux de ruissellement…). Dans le cadre des dispositions de la loi sur l’eau, une étude de zonage d’assainissement des eaux usées a été menée (cf. Annexes sanitaires). Cette loi impose la délimitation précise des zones que la collectivité envisage de desservir à terme par l’assainissement collectif. Cette étude de zonage a été prise en compte dans l'élaboration du PLU notamment pour déterminer les zones d'urbanisation futures. De plus, la municipalité a exprimé de manière forte à travers le PADD une volonté de contenir l’urbanisation au sein des zones agglomérées et de préserver les secteurs naturels. Ce principe facilitera le développement de l’assainissement collectif et contribuera à une meilleure gestion des eaux de pluie. Le PLU répond aux objectifs du SDAGE par les mesures détaillées ci-dessous au chapitre « Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du Bassin Loire Bretagne (2010-2015) ». 3.3.1.9 La loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion du 25 mars 2009 dite "loi Boutin" Les deux principes de la loi Boutin (mobilisation pour le logement et lutte contre l'exclusion) ont été intégrés dans toute la démarche du projet de PLU, en développant une politique volontariste pour l’accueil de nouveaux logements en compatibilité avec les orientations du SCoT et du PLH, et en veillant à respecter un principe de mixité sociale. Le PADD expose ces principes qui se concrétisent ensuite au travers des Orientations d’Aménagement et de Programmation du PLU.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 205 3.3.1.10 La loi relative à la lutte contre le bruit du 31 décembre 1992 Le classement sonore des infrastructures de transports terrestres figure dans les Annexes du PLU. Il concerne la RN 165 et la RD 15. Par rapport au POS, le PLU ne développe aucun nouveau secteur d’extension dédié à l’habitat dans le périmètre sonore. Seuls restent concernés quatre sites figurant dans le POS : une partie de Lenhesq, du Poulduic et de Lestonan Vian Sud et le Rouillen Nord. Ce sont des secteurs de faibles emprises mais qui répondent à l’enjeu de conforter des secteurs déjà urbanisés. Il existe cependant une exception : le site de la Croix Rouge antérieurement dédié à l’accueil d’activités au POS, a été reconverti pour développer un secteur d’habitat qui longe pour partie la RD 15. Ce site participe désormais à l’enjeu prioritaire définit dans le PADD, visant à rapprocher le Bourg, Lestonan et le Rouillen vers Croas Spern afin de développer la cohérence urbaine entre ces trois entités. Une marge de recul de 35 mètres par rapport à l’axe de la RD 15 a toutefois été portée au Plan de zonage pour limiter l’impact sur les futures constructions. Les autres secteurs concernés par le bruit sont Croas Spern (zone d’équipements figurant déjà au POS), Park al Lann et Lézébel Est (créés dans le cadre du PLU et ayant vocation d’accueillir des activités), le Sud de Kerourvois 2 et quelques petites poches confortant l’urbanisation existante, le long de la RN 165 (zones d’activités figurant déjà au POS). 3.3.1.11 La loi de protection des sites archéologiques Le service régional de l’Archéologie a recensé des sites archéologiques sur le territoire de la Commune, dont la liste figure dans la partie diagnostic du Rapport de présentation. Ces sites ont été repérés dans les Annexes du PLU pour ne pas surcharger le Plan de zonage du PLU.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 206 3.3.1.12 Les servitudes d’utilité publique L’article L. 126-1 du code de l’urbanisme indique que le PLU devra comporter en annexe les servitudes d’utilité publique affectant l’utilisation du sol. Il s’agit des servitudes suivantes : AC1 AC2 EL11 I3 I4 PT1 PT2 PT3 T1 T4 T5 T7 PPR-I Servitude de protection des monuments historiques Servitude de protection des monuments naturels Servitude relative aux interdictions d’accès grevant les propriétés limitrophes des routes express et déviations d’agglomération Servitude destinée à éviter les abus de publicité aux abords des voies express Servitude relative à l’établissement des canalisations de distribution et de transport de gaz Servitude relative à l’établissement des canalisations électriques Servitude relative aux transmissions radioélectriques concernant la protection des centres de réception contre les perturbations électromagnétiques Servitude relative aux transmissions radioélectriques concernant la protection contre les obstacles de centres d’émission et de réception exploités par l’Etat Servitudes relatives aux communications téléphoniques et télégraphiques Servitude relative aux chemins de fer Servitude aéronautique de balisage (aérodromes civils et militaires) Servitude aéronautique de dégagement (aérodromes civils et militaires) Servitude aéronautique à l’extérieur de la zone de dégagement (couvre le territoire national) Plan de Prévention des Risques Inondation sur les communes de Quimper/Ergué-Gabéric/Guengat
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 207 3.3.2 Les documents d’urbanisme supra-communaux Un PLU en présence d’un SCoT approuvé ne doit démontrer formellement sa compatibilité qu’avec le SCoT. En effet, celui-ci joue un rôle de courroie de transmission entre les documents de rang supérieur, avec lesquels le SCoT doit être compatible, et le PLU. Ainsi le PLU d’Ergué-Gabéric doit être compatible avec le SCoT de l’Odet, lui-même compatible avec le SDAGE du Bassin Loire-Bretagne. Les tableaux ci-dessous synthétisent sur les secteurs de mutation dédiés à de l’habitat, les perspectives en terme de surfaces, de type d’opération, de logements afin de montrer la compatibilité du PLU avec les documents d’urbanisme d’une échelle supérieure. Les secteurs ouverts à l’urbanisation (ceux classés en zones U et 1AU) figurent dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation qui fixent un principe de répartition par site de densité minimale et de nombre de logements sociaux minimum. Les secteurs non ouverts à l’urbanisation classés en 2AU ont fait l’objet d’une étude qui figure dans les annexes du présent Rapport de présentation. L’étude montre les principes d’aménagement qui pourraient être repris par les OAP lors de l’ouverture à l’urbanisation des sites actuellement classés en 2AU, et notamment les critères de densité minimale et de nombre de logements sociaux minimum. Cette approche permet d’offrir une vue globale sur l’ensemble des secteurs de mutation. La création de logements dans le diffus reste difficilement quantifiable et vient s’ajouter à ces perspectives.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Synthèse des objectifs en termes de logements : Début du PLU : 2014 Fin du PLU : 2030 Durée du PLU : 16 ans Production de logements (PLH) : 80 logements / an Nombre de logements sur la durée du PLU : 1 280 logements Part du renouvèlement urbain (SCoT) : 20 % soit : 256 logements et en extension (AU) : 1 024 logements Densité minimum (SCoT) : 16 logements / ha Nombre de logements en renouvèlement (PLH) : 16,7 logements / an soit sur la durée du PLU 267 logements dont en PLUS/PLAI (PLH) : 8,3 logements / an soit sur la durée du PLU 133 logements Nombre total PLUS/PLAI (PLH) : 24 logements / an soit sur la durée du PLU 384 logements Surface maximale en extension (PLH) : 5,3 ha / an soit sur la durée du PLU 85 hectares Objectif de la commune : 75 hectares Surface maximale (PLH) : 5,8 ha / an soit sur la durée du PLU 93 hectares PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 208
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 209 Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat : Surfaces 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Secteurs Bourg Sud 2,4 hectare(s) Centre-Bourg (ZAC) 2,3 hectare(s) Centre-Bourg (ZAC) 6,5 hectare(s) Lenhesq 0,2 hectare(s) Lenhesq 0,5 hectare(s) La Croix Rouge 0,2 hectare(s) La Croix Rouge 2,7 hectare(s) La Croix Rouge St-Joachim 30,6 hectare(s) Croas Spern 0,2 hectare(s) Lestonan Sud 2,1 hectare(s) Lestonan Sud 9,6 hectare(s) Lestonan Sud 8,0 hectare(s) Lestonan Sud 0,7 hectare(s) Lestonan Vian 7,6 hectare(s) Centre de Lestonan 3,0 hectare(s) Centre de Lestonan 1,1 hectare(s) Centre de Lestonan 1,5 hectare(s) Centre de Lestonan 0,6 hectare(s) Beg ar Menez 0,8 hectare(s) Quellennec 1,9 hectare(s) Poulduic 0,8 hectare(s) Le Rouillen Nord 0,8 hectare(s) Pont Odet 1,2 hectare(s) TOTAL 82,5 hectare(s) Type Nombres de Densité Logements sociaux d'urbanisation logements En 1AUHc Extension 17 logements/hectare 40 logements 25 % 10 logements En UHa Renouvellement 22 logements/hectare 55 logements 30 % 17 logements En 1AUZa,b et c Extension 22 logements/hectare 142 logements 30 % 43 logements En UHc Confortement 14 logements/hectare 3 logements 0 % 0 Logement En 1AUHc Confortement 14 logements/hectare 8 logements 0 % 0 Logement En UHc Confortement 14 logements/hectare 3 logements 0 % 0 Logement En 1AUHc Confortement 14 logements/hectare 38 logements 20 % 8 logements Classement En 2AUH En UHc En UHc En 1AUHc En 2AUH En 2AUH En 2AUH En UY (ZAC)* En UHc En UHc En 1AUHc En 1AUHc En 1AUHc En 1AUHc En 1AUHc En 1AUHc Extension Confortement Confortement Extension Extension Confortement Confortement Confortement Confortement Confortement Renouvellement Confortement Confortement Extension Extension Extension 16 14 14 16 16 14 14 24 16 16 16 14 14 14 14 14 16 logements/hectare 490 logements/hectare 3 logements/hectare 30 logements/hectare 153 logements/hectare 128 logements/hectare 9 logements/hectare 106 logements/hectare 13 logements/hectare 17 logements/hectare 24 logements/hectare 10 logements/hectare 12 logements/hectare 26 logements/hectare 11 logements/hectare 11 logements/hectare 17 logements/hectare 1 349 logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements logements 22 0 0 30 30 0 25 30 20 0 20 0 0 0 0 0 22 % 108 logements % 0 Logement % 0 Logement % 46 logements % 38 logements % 0 Logement % 27 logements % 0 Logement % 3 Logements % 0 Logement % 2 Logements % 0 Logement % 0 Logement % 0 Logement % 0 Logement % 0 Logement % 302 logements * la ZAC du Cœur de Lestonan couvre un périmètre plus large de 3 hectares et programme 73 logements dont 33% de sociaux ; le tableau ne mentionne que ce qui reste à réaliser.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Repérage des secteurs de mutation à vocation habitat : PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 210
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 211 Tableau de répartition par type de zone pour les secteurs à vocation habitat : Zones 1AUH Zones 1AUZ Zones 2AUH Sous-total : zones AU Zones AU Zones U Total 21,2 6,5 46,9 74,6 74,6 7,9 82,5 hectares hectares hectares hectares hectares hectares hectares 28,5% 8,7% 62,8% 100,0% 90,4% 9,6% 100,0% Tableau de répartition entre les zones d’extension et les secteurs de renouvèlement et de confortement urbain à vocation habitat : LOGEMENTS Extension : Renouvellement : LOGEMENTS SOCIAUX Extension : Renouvellement : SURFACES (ha) Extension : Renouvellement : 992 73,54 % 357 26,46 % 245 81,13 % 57 18,87 % 60 72,48 % 23 27,52 %
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 212 3.3.2.1 Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de l’Odet Le PLU répond aux grands objectifs du SCoT au travers notamment des mesures suivantes : - Le site de Kerourvois 2 répond à l’objectif de développement économique d’intérêt majeur d’accueil d’entreprises, avec de prévu des aménagements de carrefour et de voies figurant dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP) pour assurer une desserte de qualité. Toutefois, l’objectif d’accueillir des entreprises susceptibles de nuisances est réservé aux parties éloignées des habitations existantes : le Plan de zonage prévoit des secteurs de transition (UId…). - L’extension de Pen Carn sur Park al Lann répond à l’accueil d’un secteur de développement économique important sur Ergué-Gabéric relié par la RD 15 (accueil d’entreprises susceptibles de nuisances). - Les conditions d’implantation des zones d’activités définies dans les OAP (et l’étude pour la définition des OAP figurant en annexe du présent Rapport de présentation) respectent des principes d’accès ou de desserte proportionnels à l’usage futur, concourent à l’amélioration de l’entrée de ville de Quimper (Salleverte Nord…), fournissent des éléments d’organisation du bâti et des aires de stationnement en favorisant leur regroupement (Salleverte Nord, Lézébel Est…), offrent une transition avec les secteurs d’habitat limitrophe (Kerourvois 2, Lézébel Est à vocation tertiaire…) sans nuire à un principe de mixité (le Rouillen Nord, la Salleverte…), permettent de qualifier l’aspect paysager et les enseignes et publicité (voir notamment l’étude de dérogation à la Loi Barnier figurant en annexe du PLU…)… - Concernant les commerces, les Centralités Commerciales ont été définies au Plan de zonage et correspondent aux centralités existantes : le Bourg (le centre et la partie dense de son extension dans le cadre de la nouvelle ZAC du Centre-Bourg), Lestonan (le centre et certaines entrées de Bourg de Lestonan, y compris sur une partie du secteur d’extension de Lestonan Sud pour permettre la création d’une maison médicale) et le Rouillen (la Salleverte et l’entrée de ville de Quimper). Une Centralité Commerciale concerne l’accès au secteur de développement sur la Croix Rouge/Saint-Joachim pour permettre, si l’opportunité se présentait, l’accueil d’un ou plusieurs petits commerces. Les OAP ajoutent également sur le secteur de Lestonan Sud qu’une Centralité Commerciale pourra être accueillie.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 213 Le Plan de zonage identifie également un Pôle de Commerces sur le secteur de Kerourvois le long de la RD 15, au Sud-Est de l’échangeur de la RN 165, pour permettre à ces bâtiments une évolution commerciale. Les OAP précisent également sur le secteur de Kerourvois 2, qu’à l’Ouest de la route de Stangala, un ou plusieurs Pôles de Commerces pourront être créés. La Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM) sur le secteur de la Salleverte a également été identifiée au Plan de zonage. Le Règlement rappelle dans les dispositions générales les règles issues du SCoT qui s’appliquent dans les Centralités Commerciales, Pôle de Commerces, et Zone d’Aménagement COMmercial (ZACOM). - Le développement du tourisme figure dans les objectifs du PADD et s’appuie sur la richesse patrimoniale de la Commune, qu’elle soit naturelle (Stangala, Stang Luzigou, l’arboretum de Kerho…), architecturale ou urbaine (Kerdevot…) ou même au travers du petit patrimoine (croix, puits, fours à pain…). Il passe également par la définition et la mise en valeur de chemins de randonnée existants ou à créer, tels qu’inscrits dans le Plan de zonage avec notamment des emplacements réservés dédiés à cette politique. - L’inventaire des zones humides retranscrit au Plan de zonage (secteur Nzh) et assorti d’une règle d’inconstructibilité et d’interdiction de mouvement de terrain sauf cas très particuliers (voir les dispositions générales du Règlement) est de nature à assurer la pérennité des caractéristiques du réseau hydrographique. - La trame verte et bleue figurant dans le SCoT a été prise en compte dans le PLU (voir dans le chapitre « 3.2.2.6 Les prescriptions et autres indications graphiques » la partie traitant de la trame verte et bleue) avec une adaptation à la parcelle prenant en compte la présence de cours d’eau, zones humides, fonds de vallée, bois, maillage bocager…. Le Plan de zonage fait apparaître la trame verte et bleue qui se superpose à des zones N ou A. Le Règlement défini les limites du droit à construire sur les secteurs concernés par la trame verte et bleue pour assurer son maintien : zone non urbanisable sauf cas particuliers (voir les dispositions générales du Règlement). Dans tous les cas, les constructions et l’urbanisation nouvelles préserveront un recul minimal vis à vis des cours d’eau naturels, de 30 mètres en zone naturelle ou agricole et d’au moins 15 mètres en milieu urbain.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 214 Le renforcement de la trame verte et bleue figure dans les orientations du PADD sous la forme de corridors biologiques à préserver, définissant des jonctions entre les têtes de bassins versant de la trame verte et bleue. Les OAP font apparaître des « corridors biologiques » classés en espace vert, contribuant ainsi au passage de plusieurs types d’espèces sauvages. Les possibilités de connexion de la trame verte et bleue aux zones agglomérées ont été étudiées dans la définition des OAP, ainsi que les liaisons douces reliant les zones urbaines aux espaces ruraux (voir en annexe du présent Rapport de présentation, l’étude pour la définition des OAP). Les OAP identifient également les talus, haies bocagères, bois, cours d’eau, espaces verts, corridors biologiques susceptibles d’abriter des espèces protégées. - Les objectifs de modération de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers (voir chapitre 2.8.2.2) définis par la Commune respectent les principes du SCoT. Le SCoT fixe un objectif de diminution de 30% de consommation foncière à l’échelle de la Communauté d’Agglomération de Quimper et des Communautés de Communes du Pays Fouesnantais et du Pays Glazik. La Commune s’est donnée pour objectif de réduire sa consommation, que ce soit dans le domaine de l’habitat (avec un objectif d’environ 75 hectares), de l’activité (pour un maximum d’environ 30 hectares) et des équipements (ne pas dépasser environ 10 hectares). Ces plafonds sont globalement respectés comme le montre le tableau de synthèse des surfaces par zone du PLU (voir chapitre 4.1 Evolution du zonage). Habitat : Le SCoT prévoit également une densité moyenne minimale à l’échelle de la Commune de 16 logements par hectare pour les nouvelles opérations. Le tableau ci-dessous montre de quelle manière le PLU prévoit de respecter cette densité moyenne en la répartissant par secteur afin de tenir compte de l’environnement urbain. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation reprennent ces principes sur tous les secteurs immédiatement urbanisables, situés en zones U ou 1AU. Le SCoT fixe une production minimale de 20% de sa production de logements en secteurs de renouvellement urbain. Le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2 classe par type d’urbanisation les secteurs de mutation en distinguant les extensions, et les opérations de confortement ou de renouvellement urbain. Il en ressort une proportion de plus de 26% en renouvellement urbain, sans
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 215 comptabiliser les constructions dans le diffus (difficilement quantifiables) sur la période 2014-2030 (16 ans). Cette proportion prend en compte les 55 nouveaux logements programmés dans la nouvelle ZAC du centrebourg en zone U couvrant 2,3 hectares, et les 13 derniers logements dans le cadre de la ZAC du Cœur de Lestonan, et l’ensemble des petits secteurs de mutation en zone U. L’objectif de respecter 20% minimum de logements en renouvellement urbain pourra donc être atteint. Cette proposition pourra évoluer notamment lorsque les études portant sur les opérations d’aménagement des différents secteurs seront menées au cas par cas suite à une étude préalable, permettant ainsi une définition plus précise de la programmation par secteur. Il a cependant le mérite de montrer la faisabilité dans l’état actuel de notre connaissance de respecter les objectifs du SCoT. Les OAP définissent des principes de densité qui devront être respectés en termes de compatibilité par secteur. Chacun d’eux peut faire l’objet d’un ou plusieurs plans d’ensemble, à condition qu’au global la densité du secteur soit atteinte. Economie : Le PLU intègre les deux nouvelles zones économiques de compétences communautaires figurant dans le SCoT sur Kerourvois 2 (5,9 ha en zone AU et 20,6 ha en zone U, soit 26,5 ha) et Park al Lann (13,8 ha en zone AU) pour une surface globale en zone AU d’environ 19,7 hectares. La Commune a maintenu deux petits secteurs (2,4 ha) sur le Rouillen pour finaliser l’urbanisation de ce quartier. Celui au Nord de la Salleverte est stratégique puisqu’il marque l’entrée du quartier du Rouillen. Un nouveau secteur, dédié aux activité tertiaires, a été créé pour répondre aux demandes à moyen/long terme. Le secteur de Lézébel Est (7,4 ha) a ainsi été choisi sur la base de plusieurs critères : anticiper la mutation probable à plus ou moins long terme des terrains ayant des bâtiments d’élevage, accès direct depuis la RD 15, possibilité de mutualiser le carrefour d’accès entre ce secteur et le quartier de la Croix Rouge, permettant ainsi de créer un aménagement sécurisé…
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 216 Au total, environ 30 hectares sont dédiés aux futures zones d’activités dans le PLU, dont 20 sont de compétences communautaires. En comparaison, le POS prévoyait 89 hectares, soit une diminution de près de 2/3 entre le POS et le PLU. Le SCoT fixe une surface maximale de 269 hectares sur 15 ans à l’échelle de Quimper Communauté. La programmation sur Ergué-Gabéric permet de répondre à cet objectif. Equipements : Un site de 9,7 hectares est dédié à l’accueil de futurs équipements en continuité du pôle de Croas Spern, permettant d’accueillir un équipement majeur. Le POS avait une réserve de zones à urbaniser dédiées aux équipements d’environ 31 hectares. Ainsi, le PLU opère une diminution de plus des 2/3 des surfaces prévues dans le POS. Au total : Ce sont près de 115 hectares de zone AU qui permettront d’assurer le développement de la Commune de façon cohérente en continuité de l’urbanisation existante, tout en s’inscrivant dans une démarche communautaire. Il s’agit d’un changement de politique profond par rapport aux 374 hectares de zones NA et ZAC prévus dans le POS, qui montre la prise de conscience du devoir de limiter la consommation de l’espace. Traduit en termes de consommation foncière, le diagnostic a fait ressortir une consommation annuelle moyenne de 17,6 hectares. L’objectif d’en consommer 30% de moins porte le chiffre à 12,3 hectares par an, soit sur 16 ans (durée estimée du PLU), 197 hectares. Le PLU en prévoit 115. L’objectif de réduire de 30% la consommation foncière pour les 16 prochaines années affiché dans le SCoT de 2012 est ainsi respecté. - La commune souhaite également assurer un contrôle des zones qu’elle ouvre à l’urbanisation afin d’assurer la maîtrise de son développement. Ainsi, plus de 60% des zones AU dédiées à l’habitat sont classées en 2AU. Ce pourcentage s’élève à plus de 70% pour les zones d’activités et à 100% pour le secteur d’équipements. Le Règlement stipule que les opérations de plus d’un hectare devront nécessairement faire l’objet d’un plan d’aménagement d’ensemble.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 217 - Pour assurer la protection de l’espace agricole, les secteurs NAc figurant au POS ont été supprimés et remplacés par des secteurs Nh et Ah, n’autorisant que des extensions et non des constructions nouvelles. Trois exceptions sont à signaler pour Keriou et Kerdilès car constituant des hameaux relativement importants, et pour Garsalec, car se situant dans la continuité urbaine du linéaire de bâtis le long de la RD 15 desservi par les réseaux. - Ergué-Gabéric dispose d’un EHPAD. Un nouvel établissement pourrait être créé si les besoins s’en faisaient ressentir. Une réflexion est en cours à l’échelle de l’intercommunalité. - Les OAP se donnent pour objectif d’assurer une mixité urbaine, sociale et fonctionnelle, et prônent la diversité des formes d’habitat et la typologie des logements, notamment sur les principaux secteurs de développement : le Bourg, Lestonan (centre et Sud), la Croix Rouge… Le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2 montre que 22,4% de logements sociaux sont programmés. - Dans le cadre de l’élaboration du PLU, la Commune a inscrit ses pôles de développement en s’appuyant sur la desserte par les transports en commun. Ainsi, la ZAC du Centre-Bourg sera traversée par une ligne de bus. Il est de même envisagé dans le PADD qu’une telle ligne desserve le secteur de la Croix Rouge, et de son développement vers Saint-Joachim. Le PADD exprime la volonté de voir l’usage des transports en commun renforcé au sein d’Ergué-Gabéric. Il est notamment envisagé la création d’un pôle d’échange multimodal à proximité de l’échangeur de la RN 165, entre transports en commun, 2 roues, piétons et voitures. - Concernant la politique de stationnement, la Commune a défini des normes de stationnement en inscrivant comme obligatoire la création d’emplacement pour 2 roues dans le Règlement. Elle identifie dans le PADD et les OAP des principes d’aires de stationnement à réaliser, notamment autour d’un pôle d’échange multimodal à proximité de l’échangeur de la RN 165. Le Règlement de la zone UI autorise sous certaines conditions la mutualisation d’aires de stationnement entre activités.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 218 - Le PADD cible les entrées de ville et de Bourg et les voies qui mériteraient un aménagement, ainsi que le secteur de la zone d’activités de Kerourvois, dont les espaces publics pourraient être revalorisés. L’étude de dérogation à la Loi Barnier défini les principes d’aménagement de secteurs (repris par les OAP) situés proches des grands axes afin d’apporter une cohérence qualitative au traitement des abords entre la voie et le secteur de développement (voir l’étude précitée qui figure en annexe du présent Rapport de présentation). - Des coupures vertes majeures ont été identifiées au PADD (RD 15/Lézébel, le Bourg/La Croix Rouge), et à l’échelle des OAP, les espaces verts principaux ont été intégrés aux principes d’aménagements sous la forme de coulées vertes. - La zone d’activités du Cleuyou classée en UI au POS, est partiellement déclassée en zone naturelle pour retirer des zones inondables (PPRI) les entreprises qui ont cessé leurs activités, et pour tenir compte des zones humides inventoriées. De plus, une large partie Sud de la zone d’activités étant située en zone inondable, ce secteur connaîtra une mutation au fur et à mesure que les constructions seront désaffectées, pour un retour en espace naturel (voir les Orientations d’Aménagement et de Programmation). - Le Règlement du PLU favorise la rétention et l’infiltration des eaux pluviales et limite l’imperméabilisation des sols en introduisant (UH) ou maintenant (UI) dans les articles 13 des surfaces de pleines terres qui doivent être maintenues. La règle incite également le constructeur à réaliser des aires de stationnement enherbées. - Relayant le PADD définissant les grands itinéraires doux existants ou à développer, les OAP fixent des principes de cheminements doux en lien avec ceux déjà existants, sur les futurs secteurs d’aménagement. Le Plan de zonage établit également les circuits existants à protéger ou ceux à créer pour renforcer le maillage doux. Des emplacements réservés spécifiquement dédiés à la création de cheminements doux ont été institués afin d’avoir un outil d’acquisition du foncier pour réaliser ces infrastructures. Le PADD cible des entrées de ville et de bourgs et axes importants nécessitant un aménagement. Ces aménagements seront autant d’occasion pour réaliser des parcours piétons/vélos sécurisés. Le pôle d’échange multimodal envisagé sur la bretelle de la RN 165, vise à favoriser entre autres choses, l’usage des liaisons douces.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 219 - Le site de Croas Spern dispose d’une capacité d’accueil pour recevoir un ou des équipements majeurs. La desserte par les liaisons douces et les lignes de bus constitue un atout pour l’usage de ce pôle d’équipements. - Le raccordement au réseau numérique très haut débit, est prévu pour Quimper Communauté entre 2015 et 2025 comme le rappelle le PADD. Les OAP (et les études pour la définition des OAP figurant en annexe du présent Rapport de présentation) insistent sur ce raccordement pour les zones d’activités de Kerourvois 2, et de Park al Lann, mais aussi dans les principaux secteurs de développement : le Centre-Bourg, la Croix Rouge, Croas Spern, Lézébel Est, Lestonan Sud… - …
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 220 3.3.2.2 Le Programme Local de l’Habitat (PLH) de Quimper Communauté (2011-2016) Pour répondre aux objectifs du PLH, la Commune doit réaliser sur la période 2011-2016 à minima 480 logements, 100 en renouvellement urbain, 380 en extension. En termes de programmation, 94 logements à minima devront se faire en PLUS-PLAI en extension et 50 en renouvellement urbain. La consommation foncière ne doit pas dépasser 35 hectares dont 32 maximum en extension. Cependant, l’horizon du PLU (fixé à 2030) dépasse celui du PLH. Le PLU doit donc à la fois intégrer les perspectives du PLH, mais aussi les projets prévisibles qui auront un effet sur le logement. Deux projets auront ainsi dans les prochaines années un effet susceptible d’accroitre la population et de façon plus rapide que ces dernières années : l’extension de l’usine Bolloré, la mise en œuvre de la zone d’activités de Kerourvois 2… Ces projets auront un effet sur une période qui ira au-delà de la durée du PLH. Le prochain PLH devra donc en tenir compte, en revoyant sans doute à la hausse ses perspectives démographiques. Le PLH est pris en compte par le PLU dans un rapport de compatibilité notamment au travers des points qui suivent. - Concernant la production de logements, le PLH prévoit une augmentation de 80 logements par an sur la période 2011-2016. En poursuivant cette tendance sur la durée estimée du PLU (16 ans), le PLU doit permettre la création de 1 280 logements entre 2014 et 2030, avec un minimum de 267 logements en renouvellement urbain (environ 20%) dont 133 en PLUS-PLAI. Le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2 montre que 1 349 logements peuvent être réalisés sur l’ensemble des secteurs mutables, soit près de 70 de plus (5%) que la perspective du PLH. Précisons toutefois, que les 1 349 logements intègrent les différents secteurs de mutation en zone U non maîtrisés par la Commune (secteurs hors ZAC) concernant environ 80 logements mais dont on peut raisonnablement penser qu’une partie d’entre elles se réaliseront. Ainsi, le potentiel de logements affiché dans le PLU devrait permettre de répondre aux objectifs prolongés jusqu’en 2030 du PLH.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 221 - Pour la répartition entre renouvellement urbain et secteurs d’extension, le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2 montre que 357 logements en secteur de renouvellement urbain sont programmés, représentant plus de 26% du total des logements, répondant ainsi à l’objectif du PLH de favoriser les constructions en secteur de renouvellement urbain. - La Commune inscrit sa politique de logement social dans celle fixée par la Loi SRU, visant à terme 20% de son parc en logements locatifs sociaux. Le PLH propose un taux de 30% de logements locatifs sociaux dans la production de nouveaux logements avec pour Ergué-Gabéric un objectif moyen de 24 logements sociaux par an jusqu’en 2016. La Commune a d’ores et déjà programmé (et réalisé en grande partie) sur la ZAC du Cœur de Lestonan un programme de 29 logements sociaux sur 73, soit 33%. La nouvelle ZAC du Centre-Bourg en prévoit également 30%, soit environ 60 logements sociaux. Les opérations nouvelles d’importances (Lestonan Sud, la Croix Rouge…) y contribueront comme le prévoit les OAP et l’étude pour la définition des OAP figurant en annexe du présent Rapport de présentation. Le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2 montre de quelle manière sera ventilée par secteur le logement social dans les zones AU. Cette répartition tient compte de la localisation et de l’importance de l’opération. En particulier, les plus petites opérations ne sont pas imposées. En programmant un taux moyen de logements sociaux supérieurs à 20% (22,4%), la commune s’inscrit dans une politique à la fois volontariste et réaliste permettant à terme de répondre aux objectifs de la Loi SRU. - Pour respecter les objectifs du PLH, la consommation foncière ne devra pas dépasser 35 hectares dédiés à l’habitat, dont 32 hectares en extension, sur 6 ans pour réaliser 480 logements. Le PLU a été construit sur la perspective de 2030, soit une durée de 16 ans. En poursuivant la tendance du PLH actuel, il faudrait donc en théorie ne pas dépasser 93 hectares liés à l’habitat dont 85 en extension. Le PLU affiche 75 hectares de zones AU dédiées à l’habitat, parmi lesquelles, 16 sont des zones de renouvellement/confortement urbain, soit une consommation foncière d’environ 60 hectares en extension. Ces chiffres reflètent la volonté municipale de maîtriser sa consommation foncière.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 222 Le PLH fixe une densité moyenne en secteurs de renouvellement urbain ou en extension urbaine dense de 30 logements/hectare en indiquant l’application locale par une répartition géographique prévisionnelle comme suit (extraits de la carte « Prévisionnel des opérations d’habitat à Ergué-Gabéric pour le PLH ») : Le Programme de la nouvelle ZAC du Centre-Bourg (les "ilot Mairie" et "ilot Mairie Sud" font partie du périmètre de la ZAC) prévoit dans le dossier de réalisation la construction de 197 logements, dont 30% de logements sociaux. Le Programme de la ZAC du Cœur de Lestonan prévoit la construction de 73 logements, dont 29 logements sociaux. Les OAP prévoient la création de 51 logements en plus des 5 déjà réalisés sur l’Ouest centre-Lestonan.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 223 Le Programme de la ZAC de Lézebel a permis la construction de 136 logements, dont 65 logements sociaux et l’opération des coteaux du Rouillen en cours de réalisation prévoit la construction de 29 logements, dont 12 logements sociaux. L’opération sur Saint-Joachim a démarré et prévoit la réalisation de 95 logements, dont 18 logements sociaux. Les OAP complétées par l’étude pour la définition des OAP figurant dans les annexes du présent Rapport de présentation prévoient la construction sur Lenhesq de 8 logements, et sur la Croix Rouge de 38 logements, soit plus que le 38 figurant dans le tableau ci-dessus. La partie centrale fait partie d’un ensemble plus vaste de 30,7 hectares qui, avec une densité de 16 logements par hectare, conduirait à la réalisation de 491 logements, dont une part sera réservée aux logements sociaux.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 224 - La Commune d’Ergué-Gabéric répond à l’objectif de réduction de la consommation foncière de 30% comme le montre l’analyse ci-dessus traitant de la compatibilité du PLU avec le SCoT. - La priorité donnée au renouvellement urbain est également une des principales cibles du PADD et se traduit dans le PLU par une part de 20% de logements qui seront réalisés en zone U. Cet effort contribue à l’objectif de 30% sur Quimper en tenant compte de la typologie urbaine d’Ergué-Gabéric. - La Commune a réparti de manière équilibrée les ouvertures des zones à urbaniser liées à l’habitat (27,7 hectares en 1AU, et en 2AU, 47 hectares) afin d’assurer la maîtrise de son développement (voir le « Tableau de répartition par type de zone pour les secteurs à vocation habitat » au chapitre 3.3.2). Cette répartition (voir le « Tableau de synthèse des secteurs de mutation à vocation habitat » au chapitre 3.3.2) permet de pouvoir conforter les secteurs urbaniser de Lenhesq, la Croix Rouge, Beg ar Menez, Quellennec, le Poulduic, le Rouillen Nord… La nouvelle ZAC du Centre-Bourg est de maîtrise communale, ainsi que la ZAC du Cœur de Lestonan. - Afin d’assurer la maîtrise de son territoire, le Règlement stipule que les opérations de plus d’un hectare devront nécessairement faire l’objet d’un plan d’aménagement d’ensemble. - Ergué-Gabéric dispose d’un EHPAD. Un nouvel établissement pourrait être créé si les besoins s’en faisaient ressentir. Une réflexion est en cours à l’échelle de l’intercommunalité. - La Commune dispose d’un terrain d’accueil pour les gens du voyage qui a été mise aux normes récemment. Néanmoins, la localisation de ce terrain sous les lignes à hautes tension n’est pas satisfaisante, et les élus étudient la possibilité d’une nouvelle localisation. - …
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 225 3.3.2.3 Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du Bassin Loire Bretagne (20102015) Le SDAGE s’organise autour de 15 grands objectifs : - Repenser les aménagements de cours d’eau - Réduire la pollution par les nitrates - Réduire la pollution Organique - Maîtriser la pollution par les pesticides - Maîtriser la pollution due aux substances dangereuses - Protéger la santé en protégeant l’environnement - Maîtriser les prélèvements d’eau - Préserver les zones humides et la biodiversité - Rouvrir les rivières aux poissons migrateurs - Préserver le littoral - Préserver les têtes de bassins versants - Crues et Inondations - Renforcer la cohérence des territoires et des politiques publiques - Mettre en place les outils réglementaires et financiers - Informer, sensibiliser, favoriser les échanges Le PLU décline les objectifs du SDAGE au travers des points suivants : La protection des continuités écologiques - Confortement des continuités des corridors écologiques (PADD, Orientations d’aménagement, Plan de zonage), notamment par la prise en compte de la Trame Verte et Bleue du SCoT et sa traduction dans le Plan de zonage du PLU. L’ensemble de ces espaces sont classés en zone naturelle ou en zone agricole. Ils correspondent aux principaux cours d’eau de la commune (l’Odet, le Jet, etc.) et des espaces boisés (Stangala, l’arborétum…). Les limites de l’urbanisation se sont ainsi appuyées sur des limites naturelles, comme par exemple la limite nord de Lézébel, la frange Sud du secteur de la Croix Rouge / Saint-Joachim, etc.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 226 Le classement de la majeure partie des cours d’eau empêche ainsi tout réaménagement incompatible avec les objectifs du SDAGE. La protection des zones humides - Les zones humides identifiées conformément aux préconisations du SAGE de l’Odet sont représentées par le secteur Nzh sur le Plan de zonage du PLU. Le Règlement y interdit toute construction et encadre de manière très stricte tout affouillement ou exhaussement du sol. La maîtrise des pollutions - Développement d’une politique de protection du patrimoine naturel sur l’ensemble du territoire communal, à savoir les bois, haies bocagères, alignements d’arbre, talus et parcs publics ou privés (Espaces Boisés Classés, éléments du patrimoine au titre de l’article L. 123-1-5-7° du Code de l’Urbanisme). Ces éléments naturels, par leur rôle épurateur, limitent la diffusion des pollutions. - La protection de la ressource en eau est également déclinée au travers de la gestion des eaux pluviales : le PLU réglemente la gestion des eaux usées et des eaux pluviales, visant ainsi à réduire les pollutions par le milieu aquatique. Les établissements industriels et artisanaux sont soumis à un traitement préalable de leurs rejets. La prise en compte du risque naturel d'inondations - Le PLU prend en compte ce risque naturel en faisant figurer au Plan de zonage les zones inondables délimitées par le Plan de Prévention des Risques d’inondations (PPRi). De plus, le PLU au travers des OAP intègre le projet de reconversion, à terme, de la zone d’activités du Cleuyou située au Sud/Ouest de la Commune, en espace naturel compte tenu de sa localisation en zone inondable. Certaines dispositions du SDAGE ne sont pas déclinées dans le PLU car elles n’entrent pas dans son champ de compétences. Néanmoins, il est important de noter qu’aucune disposition du PLU ne va à l’encontre des objectifs fixés par le SDAGE. Ainsi, le projet de PLU d’Ergué-Gabéric s’avère compatible avec les orientations du SDAGE Loire Bretagne.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 227 3.3.2.4 Le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de l’Odet Le bassin versant de l’Odet fait l’objet d’un SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux), approuvé depuis le 2 février 2007. La structure gestionnaire est le Sivalodet. Les PLU doivent être compatibles ou rendus compatibles avec les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité définis par les SDAGE ainsi qu’avec les objectifs de protection définis par les SAGE. Ainsi, le PLU est compatible avec le SAGE notamment au travers des points suivants : - La prise en compte du risque d’inondation en reportant sur le plan de zonage le PPRi, et en prévoyant un retour en espace naturel du site inondable de la zone d’activités du Cleuyou. - Dans le cadre de la régulation des crues, les deux sites identifiés sur le territoire d’Ergué-Gabéric (la vallée de l’Odet amont au Nord-Est du territoire, et la vallée du ruisseau de Kerdevot au Sud-Est du territoire) sont classés en zone N et partiellement en zone A. - La réalisation d’un schéma directeur des eaux pluviales. - Les talus ont fait l’objet d’un inventaire et sont protégés au titre de l’article L. 123-1-5-7° du Code de l’urbanisme. N’ont pas fait l’objet d’une protection ceux découpant de manière trop étroite les parcelles agricoles. - Un inventaire des cours d’eau et des zones humides a été réalisé ; les zones humides sont repérées dans le Plan de zonage en un secteur unique Nzh, et le Règlement fixe les limites des droits du sol : inconstructibilité, pas d’exhaussement ni d’affouillement (sauf cas particulier)… Le Plan d’Aménagement et de Développement Durables, explicite les mesures de protection. - La continuité écologique des cours d’eau est reprise au travers du secteur Nzh des zones humides au Plan de zonage, et complété par l’identification de la Trame Verte et Bleue. - …
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 228 3.3.2.5 Les Plans Régionaux pour la Qualité de l’Air (PRQA) La loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie du 30 décembre 1996 énonce, en son article premier, le principe général selon lequel est reconnu à chacun le droit à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé et prévoit notamment l'élaboration des Plans Régionaux pour la Qualité de l'Air (PRQA). Les PRQA sont des documents d'orientation et permettent d'afficher des objectifs de qualité de l'air et de réduction des émissions polluantes. Depuis 2002, le Conseil Régional de Bretagne est compétent pour la révision du PRQA et a donc entamé fin 2006 la révision du Plan précédemment élaboré par l’Etat en 2001, avec la volonté de promouvoir une approche intégrée entre air, santé, climat et environnement. Les orientations définies dans le cadre du PRQA pour la période 2008 – 2013 s’orientent autour de six axes : - Mieux connaître les émissions liées à l’usage de produits phytosanitaires et les réduire, - Penser l’aménagement du territoire et les politiques de déplacement afin de réduire les émissions liées à l’usage des véhicules, - Réduire les émissions des secteurs résidentiels et tertiaires, - Poursuivre la limitation des émissions liées aux activités économiques (agriculture, industrie et artisanat), - Approfondir les connaissances liées à la qualité de l’air, - Renforcer l’information et la sensibilisation des publics. Les objectifs cités ci-dessus n’entrent pas tous dans les prérogatives du PLU. Toutefois, celui-ci participe tout de même au respect des axes du PRQA. Ainsi, le PLU encourage dans un premier temps, au travers de son PADD (non prescriptif), la réduction des gaz à effets de serre en inscrivant dans les enjeux de son territoire la nécessité de promouvoir une politique équilibrée des déplacements dans une logique de développement durable. Cela suppose ainsi de limiter l’augmentation du trafic automobile, notamment par l’intermédiaire des choix d’urbanisme et des modalités de déplacements doux. De même, les objectifs de densité définis dans le SCoT et déclinés à l’échelle communale permettent de penser la ville selon des formes urbaines plus compactes, moins consommatrices d’énergie, répondant dès lors au besoin de limiter les pollutions d’origine résidentielle.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 229 3.3.2.6 Les Plans Départementaux d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEMA) L’article 7 de la directive européenne n°75/442 du 15 juillet 1975 modifiée impose aux Etats membres d’élaborer des plans de gestion des déchets. Cet article a été transposé en droit français. Ainsi, les articles L. 541-14 et L. 541-15 du Code de l’Environnement et le décret n° 96-1008 du 18 novembre 1996 exigent que chaque département soit couvert par un plan d’élimination des déchets ménagers et assimilés. La loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a transféré de l’Etat aux départements la compétence d’élaboration des plans d’élimination des déchets ménagers et assimilés. De même, afin de prendre en compte ce transfert de compétence, le décret n° 96-1008 précité a été modifié par le décret n° 2005-1472 du 29 novembre 2005. Ces textes déterminent ainsi le contenu de ces plans ainsi que leur procédure d’élaboration et de révision. Le décret n°96-1008 précité vise les déchets ménagers ainsi que tous les déchets, quel qu’en soit le mode de collecte, qui, par leur nature, peuvent être traités dans les mêmes installations que les déchets ménagers. Ce champ d’étude est conforme à la directive 2000/76/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 décembre 2000, qui vise les déchets municipaux en mélange comme les déchets ménagers, ainsi que les déchets provenant des activités commerciales, industrielles et des administrations qui, par leur nature et leur composition, sont analogues aux déchets ménagers. Ainsi, les déchets dont l’élimination est planifiée au niveau départemental, sont non seulement les déchets ménagers mais également les déchets qui leur sont assimilés du fait de leur mode commun d’élimination. Le Plan départemental de prévention et de gestion des déchets ménagers et assimilés (PDPGDMA) du Finistère a été adopté en octobre 2009 par l'Assemblée départementale, et est opposable aux personnes morales de droit public et à leurs concessionnaires. Ce plan porte sur la période 2008-2018.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 230 Il transcrit au plan local les objectifs de la loi en vue de : 1- réduire la quantité et la toxicité des déchets produits, 2- organiser le transport des déchets, en le limitant en distance et en volume, 3- valoriser les déchets par réemploi, recyclage ou toute autre action visant à obtenir des matériaux réutilisables ou de l’énergie, 4- ne plus accueillir en décharge que des déchets ultimes, 5- assurer l’information du public. Il est structuré autour de trois axes : 6- la prévention, pour réduire les quantités collectées et la nocivité des déchets, 7- la valorisation, pour en améliorer les performances 8- l’organisation durable et la responsabilité locale, pour structurer le département en zones cohérentes, équipées de l’ensemble des outils de traitement des déchets, y compris la création de sites de Stockage de Déchets Non Dangereux. En matière de gestion des déchets, le PLU d’Ergué-Gabéric semble compatible avec les orientations majeures du PDEMA du Finistère. Cependant là encore, l’ensemble des objectifs cités ci-dessus ne rentrent pas dans les prérogatives du document d’urbanisme. Pour la Commune d’Ergué-Gabéric, la compétence des déchets est assurée par Quimper-communauté depuis le 1er Janvier 1998. En termes de traitement, Quimper-Communauté adhère au SIDEPAQ (Syndicat intercommunal pour l’incinération des déchets du Pays de Quimper) qui traite l’ensemble des ordures ménagères collectées au sein de l’usine d’incinération des ordures ménagères située à Briec. L’ensemble des prestations relatives à la gestion des déchets est confié à des sociétés privées, après appel d’offres. Le partenaire principal est la Société GRANDJOUAN-ONYX. Quimper-Communauté a conservé en régie la gestion du parc des conteneurs pour la collecte des déchets et la collecte sélective. Le PLU établit un diagnostic sur la gestion des déchets de la Commune (Cf. annexes sanitaires). En tant que document accessible à la population, le PLU participe à la diffusion de l’information du public.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 231 4 – INCIDENCES DES ORIENTATIONS DU PLU SUR L’ENVIRONNEMENT ................................................................................ 232 4.1 – Evolution du zonage .............................................................. 232 4.2 – Impact sur l’environnement ...................................................... 238
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 232 4. INCIDENCES DES ORIENTATIONS DU PLU SUR L’ENVIRONNEMENT Extrait l’article R. 123-2 du Code de l’urbanisme : « Le rapport de présentation … 4. … Evalue les incidences des orientations du plan sur l'environnement et expose la manière dont le plan prend en compte le souci de sa préservation et de sa mise en valeur ; … » 4.1 Evolution du zonage Les tableaux ci-après constituent une synthèse des zones urbaines, à urbaniser, agricoles et naturelles du territoire communal et une comparaison entre les surfaces affectées dans le POS actuel d’une part et les surfaces dans le PLU d’autre part. Ce calcul a été effectué sur la base du cadastre informatisé, ce qui peut expliquer une différence de surface entre le périmètre de la Commune présenté ci-dessous et celui estimé par l’INSEE. On trouvera le détail de l’évolution du Plan de zonage, dans le chapitre 3.2.2 « Le Règlement et le Plan de zonage ». L’augmentation des zones urbaines pour plus de 70%, passant d’environ 317 à 548 hectares, tient en grande partie à la prise en compte des secteurs construits. Ainsi, la zone UH passe d’environ 245 hectares à plus de 400, soit une augmentation de plus de 60%. Elle intègre les anciennes ZAC de la Salleverte et du centre-bourg, le lotissement sur Saint-Joachim, les extensions sur le Bourg, Lestonan, la Croix-Rouge, le Rouillen, Lézébel… La zone UY a été créée pour répondre aux spécificités de la ZAC du Cœur de Lestonan. La zone UI augmente de près de 80%, passant d’environ 67 à 120 hectares. Elle intègre les secteurs urbanisés sur Kerourvois, la partie équipée de Kerourvois 2, les extensions sur Pen-Carn… Cette évolution traduit la poursuite du rôle historique d’accueil d’entreprises de la Commune au sein du bassin d’emploi. Le développement du secteur d’équipements de Croas Spern urbanisé est classé en zone UL, ainsi que les terrains au Sud du centre de Lestonan, sur Ker-Anna et sur le Rouillen.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 233 La zone UF a été légèrement diminuée pour prendre en compte les zones humides. L’évolution des zones à urbaniser (de 359 (+ 15 liés aux ZAC) à 114 hectares) reflète la volonté de maîtriser les zones d’urbanisation. Cet effort est également réparti entre les types d’occupation du sol, que ce soit pour l’habitat, l’activité et les équipements. Autre changement important, la part réservée aux zones d’urbanisation à court terme ou à long terme. Le POS avait environ 44 hectares de zone en 2NA sur 359 hectares de zone NA, soit un peu plus de 12%. Le PLU en programme 78 sur 114, soit un pourcentage de plus de 68%. Ce classement montre le souhait des élus de maîtriser les ouvertures à l’urbanisation. L’évolution globale des zones agricoles et des zones naturelles et forestières est globalement positive avec une augmentation de 30 hectares, à mettre en parallèle avec la diminution des zones à urbaniser. On note cependant une évolution différente entre les zones agricoles qui perdent de la surface au bénéfice des zones naturelles. Cette évolution traduit une meilleure prise en compte des éléments naturels présents sur le territoire, notamment ceux liés à la Trame Verte et Bleue. Cette approche se retrouve également dans l’augmentation des Espaces Boisés Classés (EBC), car les surfaces au PLU représentent plus du double de celles figurant dans le POS. A cette augmentation doivent s’ajouter 275 hectares d’espaces nouvellement repérés au titre de l’article L. 123-1-5-7 du code de l’urbanisme et à ce même titre les haies et talus repérés qui passent de 36 à 279 kilomètres. Le bilan final est donc favorable à la préservation des espaces agro-naturels. Il souligne un changement d’approche de l’urbanisme. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les 211 hectares consommés dans le POS (voir le chapitre 2.8.2.1 « Analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers ») sur une période de 12 ans, entre 2000 et 2012 (17,6 hectares par an), aux 114 hectares programmés dans le cadre du PLU pour une période estimée de 16 ans (7,1 hectares par an). De manière générale, le PLU préserve les espaces agricoles et naturels en rééquilibrant le zonage sur la base de l’occupation réelle des sols. Le cumul de surface des zones urbaines et à urbaniser du PLU (661 ha) est légèrement inférieur à celui du POS (691 ha, ZAC incluse).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Tableau comparatif des superficies par zones : POS Zones PLU Surfaces en ha Pourcentage Zones Evolution POS/PLU Surfaces en ha Pourcentage Surfaces en ha Pourcentage UHa 8,77 0,2 UHa 8,18 0,2 -0,59 -6,8 UHb 48,22 1,2 UHb 60,94 1,5 12,72 26,4 UHc 164,30 4,1 UHc 332,15 8,4 167,85 102,2 UHd 24,55 0,6 -24,55 -100,0 UHgv 0,53 0,0 0,53 100,0 UH 245,83 6,2 UH 401,79 10,1 155,96 63,4 UI 60,29 1,5 UIc 109,42 2,8 49,13 81,5 UId 4,96 0,1 4,96 100,0 UIe 5,98 0,2 -1,14 -16,0 UIf 0,50 0,0 0,50 100,0 UIe 7,12 0,2 UI 67,40 1,7 UI 120,86 3,0 53,46 79,3 UF 3,62 0,1 UF 3,18 0,1 -0,45 -12,3 UL 18,76 0,5 18,76 100,0 UYa1 0,15 0,0 0,15 100,0 UYa2 0,02 0,0 0,02 100,0 UYa4 0,13 0,0 0,13 100,0 UYb1 0,18 0,0 0,18 100,0 UYb2 0,17 0,0 0,17 100,0 UYc 0,59 0,0 0,59 100,0 UYd 0,37 0,0 0,37 100,0 UYe1 0,12 0,0 0,12 100,0 UYe2 0,15 0,0 0,15 100,0 UYf 1,07 0,0 1,07 100,0 UYg 0,05 0,0 0,05 100,0 UY 3,00 0,1 3,00 100,0 547,59 13,8 230,73 72,8 Zones U 316,86 8,0 Zones U 234
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION POS Zones PLU Surfaces en ha Pourcentage NAb 15,36 144,10 3,6 NAd 38,84 1,0 NA 198,30 5,0 NAL 21,18 NALs Surfaces en ha Pourcentage 0,4 NAc Zones Evolution POS/PLU Surfaces en ha Pourcentage -15,36 -100,0 -122,83 -85,2 -38,84 -100,0 -177,03 -89,3 0,5 -21,18 -100,0 0,41 0,0 -0,41 -100,0 NAL 21,59 0,5 1AUL 0,00 0,0 -21,59 -100,0 NAIa 2,84 0,1 1AUIa 2,19 0,1 -0,65 -22,7 1AUIb 1,30 0,0 1,30 100,0 1AUHc 1AUH 21,27 21,27 0,5 0,5 NAI 41,33 1,0 -41,33 -100,0 NAIb 25,15 0,6 -25,15 -100,0 NAIc 19,42 0,5 1,77 0,0 -17,65 -90,9 1AUId NAI 1AUIc 2,96 0,1 2,96 100,0 88,73 2,2 1AUI 8,22 0,2 -80,50 -90,7 NAZa 0,66 0,0 1AUZa 0,66 0,0 0,00 0,0 NAZb 1,44 0,0 1AUZb 1,32 0,0 -0,11 -7,8 NAZc 4,48 0,1 1AUZc 4,48 0,1 0,00 0,0 NAZ 6,57 0,2 1AUZ 6,46 0,2 -0,11 -1,7 NA2 33,41 0,8 2AUH 46,84 1,2 13,43 40,2 2AUI 21,18 0,5 21,18 100,0 NA2ep 10,13 0,3 2AUL 9,66 0,2 -0,47 -4,6 2NA 43,53 1,1 2AU 77,68 2,0 34,14 78,4 358,72 9,0 Zones AU 113,63 2,9 -245,09 -68,3 Zones NA 235
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION POS Zones ZAC PLU Surfaces en ha Pourcentage 15,36 Zones NC PLU 62,8 Surfaces en ha Pourcentage -15,36 Surfaces en ha Pourcentage 2 491,22 Surfaces en ha Pourcentage 0,4 POS Zones Evolution POS/PLU Zones -100,0 Evolution POS/PLU Surfaces en ha Pourcentage Surfaces en ha Pourcentage Aa 2 193,98 55,3 -297,24 -11,9 Ab 18,35 0,5 18,35 100,0 Ah 107,70 2,7 107,70 100,0 NC 2 491,22 62,8 A 2 320,03 58,5 -171,19 -6,9 Zones NC 2 491,22 62,8 Zones A 2 320,03 58,5 -171,19 -6,9 POS Zones ND PLU Surfaces en ha Pourcentage Surfaces en ha Pourcentage 580,83 14,6 -174,58 -23,1 2,96 0,1 2,96 100,0 1,37 0,0 1,37 100,0 Nh 8,44 0,2 8,44 100,0 Nj 2,08 0,1 2,08 100,0 NL 20,29 0,5 -7,17 -26,1 Nzh 0,7 Na Nci 27,46 19,1 Surfaces en ha Pourcentage Nca NDL 755,41 Zones Evolution POS/PLU 367,82 9,3 367,82 100,0 ND 782,87 19,7 N 983,78 24,8 200,91 25,7 Zones ND 782,87 19,7 Zones N 983,78 24,8 200,91 25,7 236
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION BILAN : POS Zones PLU Surfaces en ha Pourcentage Zones Evolution POS/PLU Surfaces en ha Pourcentage Surfaces en ha Pourcentage U 316,86 8,0 U 547,59 13,8 230,73 72,8 NA 358,72 9,0 AU 113,63 2,9 -245, 90 -68,3 NC 2 491,22 62,8 A 2 320,03 58,5 -171,19 -6,9 ND 782,87 19,7 N 983,78 24,8 200,91 25,7 ZAC 15,36 0,4 -15,36 -100,0 3 965,03 100,0 0,00 0,0 TOTAL TOTAL POS EBC TOTAL L. 123-1-5-7 TOTAL L. 123-1-5-7 TOTAL 5,9 Surfaces en ha Pourcentage 0,00 Longueur en Km 35,66 100,0 PLU Surfaces en ha Pourcentage 234,04 3 965,03 0,0 EBC TOTAL L. 123-1-5-7 TOTAL L. 123-1-5-7 TOTAL Evolution POS/PLU Surfaces en ha Pourcentage 506,75 12,8 Surfaces en ha Pourcentage 75,14 Longueur en Km 278,65 1,9 Surfaces en ha Pourcentage 272,71 116,5 Surfaces en ha Pourcentage 75,14 100,0 Longueur en Km Pourcentage 242,99 681,4 237
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 238 4.2 Impact sur l’environnement Ce chapitre concerne à la fois les incidences de la mise en œuvre du PLU révisé sur l’environnement et les mesures prises pour sa préservation et sa mise en valeur. Le PLU permet de protéger l’environnement et de prendre en compte les nuisances, notamment en réglementant le droit d’usage des sols selon une vocation définie, en particulier, à travers la zone A et la zone N. Le PLU permet d’agir par l’intermédiaire : • • • • • du Rapport de présentation, à titre d’information (par exemple en portant à la connaissance du public les sites d’intérêt écologique) ; du PADD (à travers les enjeux) dans un rapport de compatibilité avec les Orientations d’Aménagement et de Programmation et le Règlement et du Plan de zonage ; Orientations d’Aménagement et de Programmation (espace vert, liaison douce, …), dans un rapport de compatibilité ; du Règlement (règles de prospect, de hauteur, …) et du Plan de zonage (les Emplacements Réservés, les Espaces Boisés Classés, …), dans un rapport d’opposabilité ; des pièces en Annexe (Plan de servitudes, Annexes sanitaires, …), à divers titres. 4.2.1 Le principe du renouvellement urbain et le développement durable Le principe de renouvellement urbain relancé par la loi SRU vise à privilégier la reconstruction de la ville sur ellemême et permettre ainsi de limiter l’extension de l’urbanisation sur les espaces naturels. Ces actions contribuent à la revalorisation de l’environnement urbain par la recomposition des espaces publics, l’amélioration du paysage urbain, de la qualité du bâti et du niveau de confort. Sur la commune d’Ergué-Gabéric, cela passe par la reconquête de secteurs en mutation (nouvelle ZAC du centrebourg, ZAC du Cœur de Lestonan, finaliser l’urbanisation du quartier du Rouillen, compléter des cœurs d’îlot sur Lestonan, la Croix-Rouge…).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 239 4.2.2 L’activité agricole Les mesures de préservation et de mise en valeur de l’agriculture Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables réaffirme dans ses enjeux la nécessité : • • • de favoriser le maintien des exploitations et des espaces agricoles, d’interdire les constructions en secteur agricole notamment autour des habitations isolées, de préserver la qualité patrimoniale et paysagère du territoire communal. Le maintien et l’évolution de l’agriculture sont pris en compte par la délimitation des zones agricoles : • • Zone A : espace à fort potentiel agronomique, biologique et économique réservé uniquement à l’activité agricole. Le principe dit de réciprocité (L. 111-3 du code rural) entre les constructions liées à une exploitation agricole et des constructions tiers qui doivent respecter une marge de recul de 100 mètres minimum est rappelé dans les dispositions générales du Règlement. Zone N : ce sont également pour parties des espaces à usage agricole, protégés par le Règlement qui interdit toute nouvelle possibilité d’urbanisation (sauf cas très particulier). Cependant, la protection de l’environnement naturel nécessite un règlement strict de l’utilisation des sols, (en particulier, dans les secteurs Na et Nzh), ne permettant pas la construction de nouveaux bâtiments agricoles. Le diagnostic réalisé par la Chambre d’agriculture en décembre 2010 stipule que 14 exploitations sont susceptibles de se libérer dans les 5 ans à venir et 425 hectares sont potentiellement libérables par les exploitants de la commune sur cette même période. L’agriculture utilise environ 1 850 hectares de SAU, à rapprocher des 2 320 hectares de zone agricole que classe le PLU. Le bilan entre le POS et le PLU est contrasté. Au total, on note une augmentation de la zone agro-naturelle de 30 hectares. Cette évolution est liée à une meilleure prise en compte des espaces naturels (notamment les zones humides) et à une maîtrise des zones à urbaniser. Mais en réalité les secteurs purement agricoles (Aa et Ab) perdent
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 240 près de 280 hectares, et dans le même temps, les secteurs purement naturels (Na, Nj et Nzh) en gagnent environ 195, soit une perte de près de 85 hectares. Cette différence tient à la prise en compte de secteurs spécifiques dans le PLU non identifiés comme tels dans le POS qui les classait principalement en NC ou ND, même si d’autres usages existaient. Il s’agit pour l’essentiel des constructions isolées pour plus de 115 hectares, mais aussi du club canin, du cimetière… Le bilan reste donc globalement positif. L’impact du développement urbain touche essentiellement les terrains proches des espaces agglomérés, comme le Bourg, la Croix Rouge/Saint-Joachim, Lestonan, le Rouillen, Lézébel, Kerourvois, Pen-Carn, Croas-Spern… La partie Est de la Commune, celle qui est la plus rurale, est préservée des secteurs d’extension. Le PLU va plus loin, en retirant les zones NA du POS en secteur rural, tout en maintenant des droits d’extension dans le PLU pour certains types de constructions existantes. La consommation des terres agricoles et la diminution des zones classées en zone A, aura pour conséquence pour l’activité agricole, la restriction de sa possibilité d’installer des bâtiments sur le territoire d’Ergué-Gabéric, et la réduction de la surface épandable pour les engrais organiques (fumiers, lisiers, boues de station d'épuration, etc.) ; les terres passées en secteur Na et dans une moindre mesure en Nzh, resteront cependant exploitables. Les nouvelles infrastructures et les secteurs de développement toucheront nécessairement le découpage des exploitations agricoles et leur unité. Pour anticiper et gérer au mieux l’ensemble de ces mutations, une veille foncière active sera nécessaire. En particulier, les projets d'extension devront se faire en concertation étroite avec les agriculteurs concernés. En ce qui concerne la protection de la qualité patrimoniale, elle est prise en compte en secteur agricole par l’autorisation du changement de destination des bâtiments repérés au Plan de zonage au titre du « Patrimoine agricole », afin de valoriser un patrimoine bâti.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 241 4.2.3 Les milieux naturels La création de nouvelles zones urbaines et les aménagements de voiries nécessaires à leur desserte auront des conséquences sur les milieux naturels et les liaisons biologiques, notamment : • • en restreignant les zones d’alimentation et les territoires de chasse des espèces animales ainsi que les sites de reproduction de certaines espèces, en resserrant ou en coupant les corridors biologiques nécessaires à leurs déplacements. Des mesures pourront être prises pour limiter l’impact des coupures engendrées par l’augmentation du trafic et la création de nouvelles voies, notamment en favorisant la mise en place de chaussées au niveau du sol naturel et en préservant ou en renforçant les continuités arbustives et végétales aux abords des voies (absence de bordurette). Le PLU dispose de différents outils permettant d’assurer une protection et une mise en valeur des espaces naturels, tels que le zonage, les Espaces Boisés Classés, les itinéraires piétons, les Emplacements réservés, les Orientations d’Aménagement et de Programmation… Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables affirme la volonté de maintenir des espaces naturels forts. Cela passe par la définition de corridors écologiques entre les grands massifs boisés, assurée par le maillage bocager et le réseau hydrographique, tous deux très présents sur la Commune comme l’a souligné le diagnostic du présent rapport. Le maintien de l’activité agricole permet d’assurer l’entretien du bocage. Le PADD préconise également comme outil de valorisation des espaces naturels, une mise à disposition de ces sites au public au travers des lieux de promenade, cheminements doux piétons / cycles. A cette fin, les itinéraires ont été réexaminés pour définir de véritables parcours. Dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation, des boisements et des haies de la trame bocagère ont été repérés afin de les protéger ou de les renforcer. Il s’agit de leur offrir une place cohérente compatible avec un schéma d’aménagement d’ensemble. Par ailleurs, on retrouve le principe de liaisons douces visant à poursuivre le maillage existant et rendre accessible les espaces naturels situés autour des secteurs d’extension.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 242 Dans le Plan de zonage, les espaces sensibles repérés à divers titres (site classé et site inscrit au Stangala…) ont été protégés par un classement en zone naturelle, complétés par les espaces naturels (bois, cours d’eau, etc.). Cette meilleure prise en compte des éléments naturels se traduit par une surface globale dédiée aux seules zones à vocation naturelle au PLU (secteurs Na, Nj et Nzh représentant environ 950 ha) qui a considérablement augmenté par rapport au 755 ha de zones ND au POS. La Trame Verte et Bleue issue du SCoT a été prise en compte par une interprétation à la parcelle dans le cadre du PLU et retranscrite dans le Plan de zonage (elle couvre environ 870 hectares), afin d’assurer les continuités écologiques. L’ensemble de la TVB est classé en zone agro-naturelle. L’inventaire des cours d’eau et des zones humides (voir les annexes du présent Rapport de présentation) figure au Plan de zonage par un secteur spécifique Nzh couvrant 368 hectares qui complète la TVB et contribue à préserver le réseau hydrographique à l’échelle communale et la qualité de l’eau, notamment autour des rivières de l’Odet et du Jet, mais aussi des nombreux ruisseaux qui traversent le territoire. La délimitation des secteurs d’extension tient compte de ces éléments naturels. Ainsi, le développement vers le Sud du quartier de Saint-Joachim/la Croix Rouge s’appuie sur la rupture de pente et les espaces boisés, celui sur Lézébel Est s’arrête au niveau du ruisseau, Lestonan Sud et Park-al-Lan intègrent les zones humides au sein ou en limite d’opération, etc. Les boisements les plus significatifs de la commune font l’objet d’un classement en Espaces Boisés Classés au titre de l'article L. 130-1 du Code de l’Urbanisme. Ce classement interdit tout changement d’affectation ou tout mode d’occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements. En complément, certains boisements remarquables en tant qu’éléments de paysage ont été repérés au Plan de zonage afin de les protéger au titre de l’article L. 123-1-5-7° du code de l’urbanisme. Les haies et talus ont également fait l’objet d’un recensement (diagnostic agricole, approche paysagère…) afin de protéger les éléments de paysage les plus significatifs au titre de l’article L. 123-1-5-7° du code de l’urbanisme. Plusieurs critères ont prévalu pour la protection des haies et talus : les surfaces des parcelles agricoles doivent être suffisantes pour permettre une exploitation agricole ; dans les secteurs d’extension, les
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 243 zones classées en 2AU préciseront les haies qui seront préservées lors de l’ouverture à l’urbanisation en 1AU. Néanmoins, la réflexion d’ensemble figurant dans les annexes du présent Rapport de présentation (voir les hypothèses d’aménagement) préfigure - sans obligation - les haies et talus qui à l’avenir pourraient être préservés. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation font apparaitre les haies et talus qui doivent être protégés sur l’ensemble des zones de mutation directement urbanisables (U et 1AU). 4.2.3.1 La géologie La carrière de Kerrous exploite les granulats. Son activité est prévue jusqu’en 2017. Pour le reste, aucun site d’importance géologique n’a été identifié sur la commune. Aucune autre incidence n’est donc à prévoir sur la géologie du territoire communal. 4.2.3.2 Le relief Tout d’abord, les zones d’urbanisation future concernent essentiellement des secteurs situés sur les plateaux. D’autre part, le règlement participe à la protection du relief de la commune au travers l’article 1 (et parfois 2), en limitant les exhaussements et affouillements : - Article 1 Les exhaussements et affouillements des sols, à l'exception de ceux liés à un permis ou autorisation d'occupation du sol. 4.2.3.3 Le climat Les incidences de la mise en œuvre du PLU sur le climat sont difficiles à mettre en évidence. Toutefois, l’augmentation de l’urbanisation et de la population implique inévitablement une augmentation du trafic routier et, par voie de conséquence, une augmentation de la consommation d’énergie et de l'émission de gaz à effet de serre. Face à ces incidences négatives potentielles, le PLU renforce la préservation des liaisons douces : - confortement du maillage existant (trame graphique), création de nouveaux cheminements (trame graphique, emplacements réservés).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 244 L’utilisation des transports en commun est également favorisée en plaidant pour un usage plus urbain et local des lignes existantes et en anticipant la desserte du développement du quartier de la Croix Rouge/Saint-Joachim par une future ligne de bus (aménagement du carrefour d’accès…). Ces mesures visent à promouvoir une politique équilibrée des déplacements exprimée dans le PADD par une utilisation raisonnée de la circulation automobile. Les émissions de polluants atmosphériques seront ainsi limitées. De plus, en matière de réchauffement climatique, la consommation d’énergie apparaît comme un facteur aggravant. Même si la Commune d’Ergué-Gabéric n’est pas concernée par une Zone de Développement Eolien, le PLU permet le développement d’autres énergies renouvelables au travers des capteurs solaires, ou encore l’utilisation de ressources naturelles dans la construction, telles que le bois ou les toits végétalisés. Cette approche environnementale de l’urbanisme, à travers la recherche de l’efficacité énergétique, participe à limiter la consommation d’énergie du territoire. Enfin, la préservation d’espaces boisés sur le territoire participe également à la lutte contre le réchauffement climatique. 4.2.3.4 L’hydrologie L’eau est une composante essentielle du territoire communal, notamment au travers des cours d’eau (l’Odet, le Jet, les nombreux ruisseaux…), des zones humides, des prairies humides… Ainsi, le réseau hydrographique est très dense et complexe sur la commune et son rôle est majeur pour la fonctionnalité globale du territoire. L’urbanisation future de la commune prévue par le PLU est susceptible d’avoir des incidences sur les milieux aquatiques. Ergué-Gabéric joue de longue date un rôle spécifique d’accueil de nouvelles entreprises. Ainsi, le PLU inscrit des secteurs d’extension dédiés aux activités (1AUI et 2AUI) sur environ 29 hectares dont 27 nouveaux : - Extension de Pen-Carn vers Park-al-Lan sur 14 hectares (classée au POS en NC, soit une zone d’agriculture), Extension vers le Nord et au Sud-Est de la zone d’activité de Kerourvois 2 pour une surface de près de 6 hectares (secteur classé en NC au POS), La création d’un secteur d’urbanisation à long terme sur Lézébel Est sur 7 hectares (classé en NC au POS), …
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 245 L’ouverture de ces zones à des activités est susceptible d’impacter particulièrement la ressource hydrique du territoire en apportant une contrainte particulière en terme de collecte et de traitement des eaux usées, liée à la présence éventuelle de substances chimiques dont la plupart sont polluantes à faibles doses (composés organiques, éléments métalliques traces …). Situé sous l’influence de l’expansion de Quimper et devant anticiper une poussée démographique prévisible en lien avec les projets d’extension des zones d’activités sur son territoire (Kerourvois 2, Park-al-Lan), ErguéGabéric doit permettre l’accueil de nouveaux habitants. La Commune a ainsi prévu de nouveaux secteurs de développement : - Mutation de la vocation du secteur de la Croix Rouge/Saint-Joachim initialement prévu pour de l’activité au POS et qui passe en secteur d’habitat au PLU sur plus de 20 hectares, Extension sur Pont-Odet d’environ 1 hectare, qui passe de NC en 1AUH, … Toutefois, le projet communal, conscient de ce fort enjeu, a pris des dispositions pour préserver l’ensemble du milieu hydrographique d’Ergué-Gabéric. Ces dispositions interviennent à la fois directement sur le milieu hydrique, mais également par des mesures indirectes, davantage liées à l’urbanisation elle-même : - Le retrait de la zone à urbaniser destinée à de l’activité au profit de la zone agricole : le site au Sud de Keranguéo pour près de 7 hectares. - Limiter les constructions isolées dans le secteur agro-naturel : par le retrait de zones U et NA au POS (sauf pour les secteurs urbains les plus significatifs : Keriou…), et la définition de secteurs Nh et Ah au PLU qui n’offrent plus que des droits d’extension et non plus de constructions nouvelles. - La réduction des zones à urbaniser au profit des zones agro-naturelles : le projet communal réduit tout d’abord les zones à urbaniser (environ 375 hectares au POS (en prenant en compte les ZAC) et 115 au PLU). Cette diminution des zones d’urbanisation future permet de limiter l’imperméabilisation à long terme du territoire communal. Les zones agro-naturelles quant à elles bénéficient d’une augmentation d’environ 30 hectares entre le POS et le PLU. Parmi les secteurs retirés, notons le site au Sud de Keranguéo, une
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 246 partie des extensions Est et Sud du Bourg, une partie également au Sud de l’extension sur de la Croix Rouge… - La protection des cours d’eau et des zones humides : les cours d’eau sont pour l’essentiel classés en zone naturelle ou agricole et les zones humides en secteur Nzh, permettant ainsi une protection stricte de ces secteurs et interdisant toute utilisation, modification des sols et travaux contraires à leur préservation. Les dispositions générales du Règlement précisent la limite des droits d’occupation des sols sur les zones humides. De plus, les mesures du PLU associées à la protection des milieux aquatiques et à la ressource en eau sont conformes aux dispositions prises par le SAGE de l’Odet. - Par ailleurs, afin de maintenir le rôle tampon des champs d’expansion des crues, le PLU identifie ces zones inondables (délimitées par le PPRi du bassin de l’Odet) au Plan de zonage et stipule dans les dispositions générale du Règlement que : « Toute occupation ou utilisation du sol susceptible d’aggraver le risque doit être strictement limitée pour préserver le champ d'expansion des crues, conserver les capacités d'écoulement et éviter l'exposition des personnes et des biens ». En particulier, sur le secteur du Cleuyou, il est prévu à terme un retour en espace naturel comme précisé dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation. - La gestion des eaux usées est également essentielle en tant que source potentielle de pollutions diffuses au milieu aquatique. Le zonage et le schéma directeur d’assainissement des eaux usées réalisés en parallèle du PLU permet de garantir : une optimisation des modalités d’assainissement un bon fonctionnement des systèmes épuratoires Pour assurer le contrôle du rejet des eaux usées dans le cas particulier des secteurs d’activités, il est stipulé dans le Règlement à l’article UI4 que : « Le cas échéant, le rejet au réseau public des eaux résiduaires des établissements industriels ou artisanaux peut être subordonné à un prétraitement approprié. ». - La protection de la ressource en eau est également assurée au travers de la gestion des eaux pluviales. La gestion des eaux de pluie constitue un enjeu important. Le PLU réglemente la gestion des eaux pluviales, visant ainsi à réduire la diffusion des pollutions par le milieu aquatique.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 247 Conformément aux dispositions de l’article L. 2224-10 du Code Général des Collectivités Territoriales, la Commune d’Ergué-Gabéric a procédé à l’établissement d’un zonage eaux pluviales sur l’ensemble de son territoire et d’un schéma directeur pluvial qui définit les travaux d’aménagement à réaliser sur le réseau pluvial existant. Cette étude permet une meilleure prise en compte du cycle de l’eau à l’échelle du territoire communal. 4.2.4 La gestion des ressources naturelles et les déchets Les Annexes sanitaires du dossier de PLU présentent les mesures destinées à parer aux incidences de l’urbanisation sur la qualité des eaux. Elles traitent notamment de l’assainissement des eaux usées en distinguant les secteurs faisant l’objet d’un assainissement collectif ou d’un assainissement individuel. Une étude révisant le zonage assainissement a été menée parallèlement à la révision du PLU, afin d’harmoniser ces deux démarches. Rappelons que l’inventaire des cours d’eau et des zones humides qui s’est traduit par un zonage spécifique Nzh au PLU est de nature à renforcer la qualité des eaux. 4.2.4.1 Eau potable La compétence eau potable est exercée à l’échelle intercommunale depuis le 1er janvier 2012 par Quimper Communauté. Pour ce qui concerne le territoire communal, la distribution et la production d’eau potable sont déléguées en affermage à la société Veolia Eau jusqu’en février 2023. L’eau distribuée sur la Commune d’Ergué-Gabéric provient de diverses ressources communautaires : - captages de Sainte-Anne et du Leurré, dont les eaux sont traitées à l’usine de Kernisy sur la Commune de Quimper, prélèvement sur le Steïr, dont les eaux sont traitées à l’usine de Troheïr, sur la Commune de Quimper, apport depuis la Commune d’Elliant, appoint par le Syndicat Mixte de l’Aulne.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 248 Une étude départementale de l’alimentation en eau potable est en cours. Dès que ses conclusions seront connues, elles devront être prises en compte par le PLU. Par ailleurs, rappelons que la Commune d’Ergué-Gabéric n’est concernée par aucun périmètre de protection d’une ressource en eau destinée à la potabilisation. 4.2.4.2 Eaux pluviales Le PLU intègre un Schéma Directeur des Eaux Pluviales et un zonage d’assainissement pluvial (voir les annexes sanitaires du PLU) réalisés parallèlement à l’élaboration du PLU. Il fixe des règles dans les zones à urbaniser et les zones urbaines afin d’assurer une maîtrise du ruissellement : « Dans la mesure où la plupart des opérations d’aménagement urbain, de lotissement ou de ZAC s’accompagnent d’une procédure d’instruction au titre des articles L214-1 et suivants par la Police de l’eau, les nouveaux aménagements devraient inclure la mise en œuvre d’ouvrages de régulation, qui permettent de limiter les effets de l’imperméabilisation (bassins d’orage, noues ou fossés drainants, stationnements à revêtements perméables…). Les buses enterrées, noues et fossés à ciel ouvert, associés à un ou plusieurs bassins de rétention, sont les ouvrages les plus couramment mis en œuvre. D’autres techniques sont disponibles, comme par exemple : tranchées drainantes, stockages sous voirie en structure alvéolaire (lorsque le foncier est une contrainte forte), puits d’infiltration (si le sous-sol le permet). La gestion des eaux pluviales urbaine peut nécessiter à une combinaison des différentes techniques, en fonction du contexte local et de la nature du projet d’aménagement. » -
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 249 « Stratégie réglementaire de gestion des eaux pluviales : Typologie du projet Tout projet d’aménagement, nouveau ou de réaménagement Tout projet d’aménagement, nouveau ou de réaménagement, dont la surface totale drainée est supérieure à 8 000 m². Mesures compensatoires exigées Etude et mise en place de solutions techniques permettant l’infiltration des eaux pluviales à la parcelle. Rejet d’eaux pluviales au milieu naturel ou au réseau de collecte des eaux pluviales existant autorisé à 3 l/s/ha pour une surface drainée supérieure à 1 ha et à 3 l/s pour une surface drainée inférieure à 1 ha. …» Le Règlement du PLU renvoie aux annexes sanitaires pour l’application de ces normes. 4.2.4.3 Assainissement et eaux usées Concernant la station d’épuration du Corniguel, la note de synthèse figurant dans les annexes sanitaires du PLU stipule : « Selon les données 2011 fournies par l’exploitant de la station d’épuration du Corniguel, la charge reçue en entrée de station correspond à environ 8 043 kg DBO5 par jour. Rappelons que la station d’épuration du Corniguel a une capacité nominale qui permet de traiter une charge de 16 000 kg DBO5 par jour. Compte tenu de la charge actuelle reçue et de la charge supplémentaire estimée, la charge totale future en entrée de station serait de l’ordre de 10 500 kg DBO5 par jour. La capacité de la station d’épuration n’est donc pas un facteur limitant pour le raccordement des secteurs considérés. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 250 4.2.4.4 Les déchets Pour la Commune d’Ergué-Gabéric, la compétence des déchets est assurée par Quimper-communauté depuis le 1er Janvier 1998. En termes de traitement, Quimper-Communauté adhère au SIDEPAQ (Syndicat intercommunal pour l’incinération des déchets du Pays de Quimper) qui traite l’ensemble des ordures ménagères collectées au sein de l’usine d’incinération des ordures ménagères située à Briec. L’ensemble des prestations relatives à la gestion des déchets est confié à des sociétés privées, après appel d’offres. Le partenaire principal est la Société GRANDJOUAN-ONYX. Quimper-Communauté a conservé en régie la gestion du parc des conteneurs pour la collecte des déchets et la collecte sélective. Le PLU établit un diagnostic sur la gestion des déchets de la Commune (Cf. annexes sanitaires), d’où il ressort en terme de volumes collectés : « Type de déchets Déchets ménagers Déchets végétaux Verre Papier-Carton En porte à porte En apport volontaire Plastique En porte à porte En apport volontaire Métaux En porte à porte En apport volontaire Volume en tonnes 1 752,74 2 147 203,70 259,879 67,411 30,810 6,075 2,224 0,099
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 251 Les tonnages de déchets ménagers collectés en 2011 montrent une diminution de 2.18 % par rapport à 2010, et s’établissent à 216.23 kg par habitant (245,86 kg/hbt sur l’ensemble de Quimper Communauté). La collecte des déchets végétaux sur la commune d’Ergué-Gabéric, avec la mise en place de bacs de 30 m³ sur les différents bourgs de la commune, a permis de collecter 2 147 tonnes. Le gros apport se situe à Kerrous (site fermé depuis l’ouverture de la déchèterie de Quillihuec), où les habitants déposent à plat et à tout moment de la journée. Ce tonnage est en très nette augmentation. » 4.2.4.5 Les sources d’énergie Le développement de l’urbanisation entrainera une croissance des besoins énergétiques de la commune par l’augmentation du parc de logements, la hausse du trafic routier et l’accueil de nouvelles activités. L’ensemble des mesures développées par le PLU pour atténuer les incidences en matière d’énergie sont similaires aux mesures prises pour prévenir les conséquences sur le climat : le PLU permet le développement d’énergies renouvelables au travers des capteurs solaires, ou encore l’utilisation de ressources naturelles dans la construction telles que les bâtiments en bois ou les toits végétalisés. Cette approche environnementale de l’urbanisme à travers la recherche de l’efficacité énergétique participe à limiter la consommation énergétique du territoire.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 252 4.2.5 Le patrimoine Le PADD se donne pour enjeu de « Préserver la qualité patrimoniale et paysagère du territoire communal ». 4.2.5.1 Le paysage Dans son diagnostic traitant du paysage, le présent Rapport de présentation distingue la partie Ouest du territoire d’Ergué-Gabéric en partie urbanisé autour des trois pôles urbains, de la partie Est conservant son caractère agro-naturel. Il souligne la présence d’un patrimoine naturel et paysagé autour des vallées du Jet et de l’Odet et des différents ruisseaux. La présence d’un riche bocage et de talus qui ont fait l’objet d’inventaires, marque le territoire. L’activité agricole doit permettre l’entretien et la préservation de ces éléments de paysage, en particulier ceux repérés au titre de l’article L. 123-1-5-7° du code de l’urbanisme, qui doivent être préservés. De même, des bois existants ont également été repérés dans le Plan de zonage de manière à identifier et préserver ce patrimoine. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation viennent conforter la protection des éléments les plus significatifs et les plus structurants, en les intégrant aux schémas de développement. Le parti de développement retenu dans la révision du PLU vise à minorer les impacts sur le paysage ou à développer une nouvelle harmonie notamment au travers des actions suivantes : - - le confortement maîtrisé des secteurs d’urbanisation future, proches ou en continuité de l’urbanisation existante ; la recherche d’une continuité de paysage urbain, notamment le long des axes structurants de l’entrée de ville, et d’entrées de bourg ; la prise en compte des caractéristiques des sites, des vues et panoramas, de coulées vertes servant de limites d’urbanisation (la Croix-Rouge/Saint-Joachim au Sud, Lézébel Est, Kerourvois 2 au Sud…) ou d’éléments à intégrer dans le partie d’aménagement (Lestonan Sud, la Croix-Rouge/Saint-Joachim…), de haies… dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation ou de l’étude qui les a définie et qui se trouve en annexe du présent Rapport de présentation ; le principe de la préservation des haies bocagères inscrit dans le PADD et repris dans la partie réglementaire dans le Plan de zonage ;
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC - - - - PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 253 l’identification des bois existants à protéger comme élément de paysage au titre de l’article L. 123-1-5-7° du Code de l’urbanisme : l’arborétum, Lestonan Vian/Kerouzel, Stang Kermoysan, Castel, Niverrot, Kerdévot… l’extension de la protection des Espaces Boisés Classés figurant au POS au titre de l’article L. 130-1 et suivants du Code de l’urbanisme pour les bois à protéger ou à créer, souvent situés le long de cours d’eau : entre Lézébel et Lestonan, au Nord/Est de l’arborétum, le long du Jet, entre Kernaou et le Moulin-de-Pontar-Marc’hat, autour de Kerdévot, au Nord-Est de la Commune le long de l’Odet… la limitation de l’urbanisation en dehors de hameaux/village (Keriou, Kerdilès…) pour éviter un mitage de l’espace naturel et rural ; l’interdiction de construction isolée en secteur rural ; l’extension de la protection des espaces naturels, (EBC et zone N), tout particulièrement au travers de l’inventaire des cours d’eau et des zones humides, mais aussi par la prise en compte de la Trame Verte et Bleue, qui, au-delà de leur rôle écologique, remplissent une fonction paysagère ; l’étude de dérogation à la Loi Barnier qui précise les principes d’aménagement notamment paysagés ; … 4.2.5.2 Le patrimoine architectural, urbain et archéologique Le PADD a souligné la volonté de préserver la qualité patrimoniale et paysagère du territoire communal, et de valoriser les espaces publics et le patrimoine architectural, notamment dans le centre-bourg et dans le centre de Lestonan. Le PADD a mis l’accent sur l’intérêt patrimonial du bâti en secteur rural (les chapelles, les manoirs, les moulins et le petit patrimoine constitué de croix, puits, fours à pain…), mais aussi les bâtiments agricoles qui devront pouvoir trouver une nouvelle destination. La forme urbaine de l’ancienne cité ouvrière de Ker-Anna, le site de Kerdévot, du centre-bourg sont également repérés par le PADD ainsi que les bâtiments identifiés pour leur qualité architecturale : l’église paroissiale du centre-bourg et plusieurs autres édifices sur la Commune (SaintGuénolé, Ker-Anna, Saint-André, château de Lezergué…). La révision a permis de mettre en évidence un patrimoine de valeur en milieu rural et naturel. Les bâtiments agricoles repérés pour leur intérêt architectural ou patrimonial se trouvant en zone A ont été identifiés et
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 254 répertoriés dans le Plan de zonage. Cet inventaire est le support référent, permettant la préservation et l’évolution des bâtiments anciens dans le respect de l’environnement et de l’activité agricole. Le PLU a pour effet d’interdire toute construction isolée dans le secteur rural, n’autorisant plus que des projets d’extension aux bâtiments existants, ou de constructions pour les hameaux de Kériou, Kerdilès… antérieurement situés en zone UH ou NA. Sur l’agglomération, le zonage vise à développer l’image de rues le long des entrées de ville, et à poursuivre les formes urbaines existantes dans les projets d’extensions. Les sites archéologiques ont été repérés dans les Annexes du PLU pour ne pas surcharger le Plan de zonage. Le PLU identifie aussi les édifices classés et inscrits au titre de la législation sur les monuments historiques au Plan de zonage, ainsi que les édifices et secteurs à protéger au titre de l'article L. 123-1-5-7° du Code de l'Urbanisme (figurant également au Plan de zonage) : Kerdevot, Ker-Anna… 4.2.6 Prise en compte des risques et des nuisances 4.2.6.1 Les nuisances sonores Une augmentation de la population telle que prévue dans le PLU sera de fait vecteur d’une augmentation du trafic routier, lui-même vecteur de nuisances sonores. Le classement sonore des infrastructures de transports terrestres sur la commune d’Ergué-Gabéric a été arrêté par le préfet le 12 février 2004. Ce classement figure en Annexe du PLU. De plus, afin de diminuer de telles incidences, le PLU définit des marges de recul aux abords des axes routiers bruyants : il s’agit des RN 165 et de la RD 15 classées route à grande circulation, telles que définies par les plans en dehors des parties urbanisées et/ou en dehors des secteurs où une étude particulière a défini les conditions d'une urbanisation de qualité. L’exploitation de la carrière de Kerrous est source de bruit pour son environnement. Cette activité doit cesser en 2017. 4.2.6.2 Les nuisances olfactives Aucune pollution n’est à ce jour mise en évidence sur le territoire de la commune d’Ergué-Gabéric. On peut toutefois noter que le règlement du PLU stipule la nécessité, en zone U, d’un traitement préalable des eaux résiduaires afin d’éviter des rejets polluants au milieu naturel.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 255 4.2.6.3 Le risque inondations Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Loire-Bretagne approuvé le 26 juillet 1996 fixe les orientations suivantes concernant les crues : - mettre un terme à l’urbanisation des zones inondables ; améliorer la protection de zones inondables déjà urbanisées ; sauvegarder ou retrouver le caractère naturel, la qualité écologique et paysagère des champs d’expansion de crue. Le risque d'inondations est caractérisé par les crues de type fluvial de l’Odet et du Jet. La commune d’ErguéGabéric bénéficie d’un Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles Inondations (PPRi) du bassin de l’Odet, approuvé par arrêté préfectoral en date du 10 juillet 2008. Ce document vaut servitude d'utilité publique. Il est annexé au présent Plan Local d'Urbanisme. Le PPRi traduit sur le Plan de zonage : Une zone rouge : d’une manière générale, les nouvelles constructions sont interdites Une zone bleue : prescriptions particulières Tous travaux ou aménagements projetés dans une zone inondable délimitée par le PPRi, doivent obligatoirement respecter les dispositions de celui-ci. Le PLU prévoit à terme dans ses Orientations d’Aménagement et de Programmation le retour en zone naturelle de la zone d’activité de Cleuyou afin de réduire les risques d’inondation sur ce secteur. Quatre constructions existantes dans la partie habitat du Cleuyou (classés en UHc) restent couvertes par le risque d’inondation (zone bleue et une partie d’un bâtiment en zone rouge), ainsi que sur une petite partie du secteur de l’Odet classée en UHc et UIc mais qui ne touche aucun bâtiment. En dehors de ces deux secteurs du Cleuyou et de l’Odet, toutes les zones couvertes par les zones inondables du PPRi ont été mises en zone agro-naturelle dans le PLU afin de réduire le risque d’inondation. Ainsi, le PLU est plus protecteur que le POS.
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 256 4.2.6.4 La sécurité routière Tout au long de la procédure, la notion de la sécurité routière a été prise en compte dans l’élaboration du PLU, à commencer par le diagnostic figurant dans le Rapport de présentation. Le PADD en réaffirme le principe soit directement, soit par des mesures indirectes, reprises dans les Orientations d’Aménagement et de Programmation et déclinéess dans le Plan de zonage et le Règlement : - - - - Le PADD et les OAP prévoient le retrait à terme de certains carrefours jugés dangereux le long de la RD 15 et en particulier celui en provenance de Munuguic et celui au niveau de Lenhesq ; D’autres carrefours ont été ciblés car nécessitant un aménagement, soit pour des raisons de disfonctionnement, soit en lien avec l’évolution d’un secteur afin de lui assurer une desserte sécurisée : accès depuis la RD 15 au quartier de la Croix Rouge et de Lézébel Est, desserte de la Croix Rouge/SaintJoachim, Croas Spern, Kerourvois 2, le bourg dans le cadre de la ZAC, Lestonan Sud, Beg-ar-Menez… ; Le réaménagement de voies, des entrées de ville et de bourgs et des carrefours stratégiques tels que ciblés dans le PADD, les OAP et dans les Emplacements réservés du le Plan de zonage, sera autant d’occasions de sécuriser ces parcours et de développer des liaisons douces également sécurisées ; La mise en place de nouveaux parcours de liaisons douces et le traitement de parcours existants permettront de renforcer la sécurité. Ces parcours figurent dans le PADD, les OAP et le plan de Zonage notamment par la définition d’Emplacements réservés ; Le PLU permettra de renforcer la hiérarchisation des voies (notamment inter-quartier) vecteur d’une distribution plus claire ; Les aménagements favoriseront une meilleure lisibilité de l’espace public ; Le développement de l’urbanisation autour des espaces agglomérés et en accroche sur les principales voies existantes assure une plus grande cohérence en terme de fonctionnement urbain ; Tous les sites de mutation couverts par des OAP définissent des principes d’accès et de desserte ; Le Règlement rappelle dans l’article 3 des différentes zones, l’impératif de sécurité associé aux accès ; …
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 257 5 – LES INDICATEURS DE SUIVI ........................................... 258 5.1 – Consommation des espaces ....................................................... 259 5.2 – Environnement .................................................................... 260
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 258 5. LES INDICATEURS DE SUIVI Extrait l’article R. 123-2 du Code de l’urbanisme : « Le rapport de présentation … 5. … Précise les indicateurs qui devront être élaborés pour l'évaluation des résultats de l'application du plan prévue à l'article L. 123-12-1. » Extrait l’article L. 123-12-1 du Code de l’urbanisme : « Trois ans au plus après la délibération portant approbation du plan local d'urbanisme ou la dernière délibération portant révision de ce plan, un débat est organisé au sein de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale ou, dans le cas prévu par le deuxième alinéa de l'article L. 123-6, du conseil municipal sur les résultats de l'application de ce plan au regard de la satisfaction des besoins en logements et, le cas échéant, de l'échéancier prévisionnel de l'ouverture à l'urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants. L'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale ou, dans le cas prévu par le deuxième alinéa de l'article L. 123-6, le conseil municipal délibère sur l'opportunité d'une application des dispositions prévues au sixième alinéa de l'article L. 123-11, d'une mise en révision ou d'une mise en révision simplifiée de ce plan dans les conditions prévues à l'article L. 123-13. Ce débat est organisé tous les trois ans dès lors que le plan n'a pas été mis en révision. »
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 259 5.1 Consommation des espaces Objectifs Indicateurs possibles Point zéro Commentaire Favoriser la densification urbaine Suivi du nombre et de la localisation des permis de construire et de rénovation. Suivi de la typologie des logements. Suivi de la densité de logements par hectare en fonction des zones. 3 280 résidences principales en 2011. Ce suivi peut être réalisé par la commune. Préservation des espaces agricoles Suivi du Référentiel Parcellaire Graphique. En 2010, la surface agricole représente environ 2 100 ha. La surface déclarée est de 1 850 ha SAU. Le PLU classe environ 2 200 ha de secteurs Aa et Ab. Actuellement le référentiel parcellaire graphique fait partie des données mises à disposition sur le site du gouvernement (Open Source). Vérification de l’absence de construction de logements et de bâtiments non agricoles en secteurs Aa et Ab. Cadastre existant à ce jour, bâtiments figurant sur le PLU. Suivi du Référentiel Parcellaire Graphique. En 2010, la surface naturelle représente environ 910 ha. Le PLU classe environ 950 ha de secteurs Na et Nzh. Vérification de l’absence de construction de logements et de bâtiments en secteurs Na et Nzh. Cadastre existant à ce jour, bâtiments figurant sur le PLU. Préservation des espaces naturels Actuellement le référentiel parcellaire graphique fait partie des données mises à disposition sur le site du gouvernement (Open Source).
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 260 5.2 Environnement Objectifs Indicateurs possibles Point zéro Commentaire Evolution de la carrière de Kerrous Vérifier que la carrière de Kerrous cessera son activité en 2017. L’arrêté préfectoral fixant la limite d’exploitation. Le devenir de ce secteur reste à préciser. Préserver la trame verte Suivi de l’évolution des espaces boisés classés et non classés. Evolution du linéaire de haies. En 2010 les bois occupent 650 ha et les landes et friches boisées 260 ha, soit un total de 910 ha. Le PLU en a inscrit 507 ha en EBC et 75 ha comme éléments de paysage au titre de l’article L. 123-1-5-7° du CU, ainsi que 278,65 Km de haies et talus. Un contrôle des EBC et des haies et talus identifiées est possible sur le terrain. Préservation de la trame bleue Suivi de l’évolution et de la gestion des zones humides inventoriées au PLU. Les zones humides recensées pour le PLU couvrent 367,82 hectares. Le suivi peut être réalisé en partenariat avec le Syndicat de bassin versant. Suivi de la qualité de l’eau. Données de l’agence de l’Eau et de l’ARS. Cet indicateur est pertinent à l’échelle du bassin versant et non de la commune. Sa compétence relève du SIVALODET. Suivi du fonctionnement de la station d’épuration et de la qualité du rejet des eaux épurées. Rapport annuel de fonctionnement. Ce rapport est établi par la SAUR sous le contrôle de Quimper Communauté. Evolution des tonnages déposés en déchetterie. Les apports de 2013. Meilleur gestion des déchets
    • COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Objectifs PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Indicateurs possibles Point zéro Réduction de la consommation d’eau potable par habitant Indicateur annuel de consommation d’eau par abonné. 43 m3/abonné domestique en 2011. Limitation des gaz à effets de serre Evolution du nombre de voyageurs en transport en commun. Nombre de voyageurs en 2013. Nombre de déclarations de travaux et permis de construire incluant la rénovation thermique des logements 2. 2 Pour l’habitat neuf la RT 2012 impose des normes thermiques (isolation, panneaux solaires…) 261 Commentaire Ce suivi doit être fait en partenariat avec le gestionnaire du réseau de distribution (Quimper Communauté).