Module 5 - Doctorants : veille scientifique

1,801 views

Published on

Formation de 2h à destination des doctorants en sciences sur les méthodes de veille scientifique

Published in: Education

Module 5 - Doctorants : veille scientifique

  1. 1. TousdroitsréservésparMabonaOrigamai(Source:Flickr)MODULE 5/6 – Jeudi 25 avril 2013METTRE EN PLACE UNE VEILLE SCIENTIFIQUE ETUTILISER LES OUTILS DE PARTAGE COLLABORATIFS
  2. 2. Infos pratiquesLieu : salle de formation de la BU de VersaillesProchaine date : de 10h à 12h-Jeudi 23 maiContacts :magalie.le-gall@uvsq.frOù trouver les supports des formations ?www.slideshare.net/magalielegallProgramme du module 2Mettre en place une veille documentaire et utiliser les outils de partage collaboratifs connaitre les principes de la veille scientifique les services d’alertes agrégateurs et fils RSS : l’exemple de Netvibes la folksonomie et le partage de signets : Delicious et Diigo la veille sur les médias sociaux les outils de curation : paper.li et scoop.it
  3. 3. 1 /QU’EST-CE QUE LA VEILLE ?
  4. 4. Veiller…sans s’endormir !Qu’est-ce que la veille ? Définitions est au cœur de l’activité de recherche etd’innovation Soyez méthodiques ! définissez votre temps disponible sachez ce que vous recherchez attention à l’effet entonnoir ouGoogle syndrom : trop d’info tue l’info
  5. 5. Pourquoi faire de la veille ?De manière générale : Repérage des « signaux faibles » Surveiller son identité numérique, sa e-réputation Surveiller ses thèmes de prédilection Rester « éveillé » !Pour les doctorants : Identifier des sources pertinentes(« sourcing ») Suivre l’actualité la plus fraîche sur son sujetde recherche Suivre les nouveautés (revue, auteur,…) Anticiper Gagner du temps…
  6. 6. Les outils et méthodes de veilleTrois sortes d’outils : Outils de collecte : agrégateurs, fils rss,alertes, réseaux sociaux,… Outils de stockage : partage de signets, outilsde gestion de références bibliographiques Outils de diffusion : réseaux sociaux, blogs,newsletter, outils de publication manuelle ouautomatiqueDeux méthodes : La méthode PULL / requiert du temps maisest la recherche est plus précise La méthode PUSH / gain de temps maisrisque de bruitPour aller plus loin :http://guides-formadoct.ueb.eu/cat.php?cid=18864
  7. 7. Source : Christophe Deschamps, in Regards croisés sur la veilleLes étapes de la veille
  8. 8. 2 /LES SERVICES D’ALERTES
  9. 9. A quoi sert une alerte ? Recherche automatique dans une source d’aprèsune requête établie préalablement Des résultats envoyés par mail ou sous forme deflux RSS Surveiller sans réinterroger systématiquement Mais attention, la requête doit être pointue ! Travail sur les mots-clefs Travail sur la syntaxe de recherche Tester les résultats de différentes requêtespour trouver la plus pertinenteMettre en place une alerte : Ouvrir un compte Définir la source Définir la requête Sélectionner la périodicité Sélectionner le mode de transmission
  10. 10. Les alertes Google Scholar Critiqué mais ultra pratique Alertes par mail uniquement Recherche dans le web invisible Requête pointue exigée !
  11. 11. Les alertes des bases de données La plupart des bases de données, des sites web, des moteurs de recherche, des revues ou bouquetsde revues, des catalogues de bibliothèques ou d’éditeurs permettent de sabonner à des alertes Science Direct, Cairn, Springer, Web of Science, … L’exemple de Science Direct Se créer un compte sur la base Construire et lancer sa requête La sauvegarder en tant qu’alerte Paramétrer l’alerte Pour y accéder plus tard : « My alerts »
  12. 12. 3 /AGREGATEURS ET FILS RSS
  13. 13. Agrégateur et fil RSS : késako ?Un fil RSS… est « un fichier dont le contenu est produitautomatiquement en fonction des mises à jourd’un site web » (Wikipédia) on parle aussi de « flux RSS » ou de « lienRSS » aisément repérable sur le web : existe officiellement depuis 1999 maisvraiment utilisé depuis 2004-2005Un agrégateur… sert à lire les fils RSS prévient de la mise à jour d’un site web importe automatiquement le contenu enquestion le fait pour tous les sites que vous avezpréalablement sélectionnés La mort du fil RSS annoncée ?
  14. 14. L’exemple de Netvibes Créer son compte Créer son dashboard Une fois Netvibes paramétré un simple clic sur un flux RSS permettra de le renvoyer vers votrepage Supprimer les modules qui ne m’intéressent pas, nommer mes onglets en fonction de mes axes derecherche, sélection de la mise en page et de l’affichage des contenus Possibilité de déplacer les contenus : glisser-déposer Définir votre Netvibes comme page d’accueil de votre navigateur ? Pensez aussi à le mettre à jour !
  15. 15. 4 /FOLKSONOMIE ET PARTAGE DE SIGNETS
  16. 16. Bookmarking social, folksonomie « Une folksonomie représente en même temps ce qu’il y a de meilleur et de pire dansl’organisation de l’information. » Adam Mathes, 2004 Combinaison de « taxinomie » et de « folks » Outils qui permettent de : capitaliser l’information découverte afin de pouvoir la retrouver, y revenir, lacompléter,… diffuser l’information qu’on y a stocké collaborer autour de l’information Règles de bonne indexation : penser collectivement employer le pluriel afin de contenir toutes les variations possibles ne pas employer de majuscules sauf acronymes par ex inclure des synonymes pour éviter les confusions
  17. 17. Delicious se créer un compte et se connecter l’organisation d’une page Delicious enregistrer un document issu du web et sauvegarder un signet gérer ses tags et ses catégories de tags (bundles) le network de Delicious rechercher dans Delicious intégrer Delicious à Firefox
  18. 18.  acronyme de « Digest of Internet Information, Groups and Other stuff » comme pour Delicious :- création d’un compte- barre d’outils à installer dans son navigateur Firefox- enregistrement de documents, de tags, de commentaires- travail en réseau permet en plus de faire en ligne ce que l’on fait lorsque l’on lit sérieusement un article : surligneret prendre des notes.
  19. 19. 5 /LA VEILLE SUR LES MEDIAS SOCIAUX
  20. 20. La veille professionnelle sur les réseaux sociauxSource : Shug, in Regards croisés sur la veille
  21. 21. 6 /LES OUTILS DE CURATION
  22. 22. Paper.li et Scoop.it Qu’est-ce que la curation ? De « curare » : soigner Pratique de sélection, d’éditorialisation et de partage de contenus Avec le web2,0, professionnels comme amateurs peuvent être curateurs La dernière étape du cycle de veille ? Deux exemples d’outils : paper.li et Scoop.it Des exemples de « journaux » scientifiques : http://www.scoop.it/t/doctorants-doctorantes-docteurs?page=1 http://www.scoop.it/u/mysciencework#pg=1&mi=topics&si=curated&panel=followedPanel http://www.scoop.it/t/scientific-social-network
  23. 23. CC BY-NC-SA 2.0Merci de votre attentionmagalie.le-gall@uvsq.frMagalie Le Gall Promagalielegallmagalielegall BU_Versailleshttp://www.slideshare.net/magalielegall pour consulter et/ou télécharger cette présentation

×