Breezeof change juillet2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Breezeof change juillet2011

on

  • 424 views

 

Statistics

Views

Total Views
424
Views on SlideShare
423
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

1 Embed 1

http://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Breezeof change juillet2011 Document Transcript

  • 1. 1 Check the change... Break the silence... Think impact! Edito Sommaire Edito 2 Success Story A l’occasion d’un workshop sur le mo- Interview : Abderrahman Sqalli dèle Open Source au «La réussite vient avec le travail, la prise du risque, l’esprit de l’aventure et la monde arabe organisé saisie des opportunités.» récemment au Caire, j’étais invité pour re- présenter le Maroc et 3 Up to d@te débattre des moyens Comment Internet a réduit le monde à l’esclavage. pour soutenir cette industrie. «Chercher et partager sont devenus deux réflexes dans la vie quotidienne de la nouvelle génération Internet.» Cette semaine de workshops regroupant des représentants de sept pays arabes était très éprouvante. Non pas à cause de la charge 4 Up to d@te de travail, mais à cause de l’énergie déployée pour comprendre et accepter les « mind set » Google sur le marché des réseaux sociaux ? Finalement, après beaucoup d’années d’attente Google décide de se lancer culturels de chacun et se comporter en consé- dans le marché des réseaux sociaux. quence. Malgré cela, j’ai pu mesurer une fois de plus la richesse et l’ouverture d’esprit que peut ap- 4 Ca se discute porter la rencontre de personnes d’horizons divers. Breeze: Résultat de sondage Vous avez été nombreux à participer au sondage d’évaluation de Breeze En évoluant dans des «sentiers battus» nous lancé il y a quelque temps. avons certes l’avantage de la maitrise de l’en- vironnement de travail, des repères culturels et de la langue, etc. Néanmoins, nous restons 5 Dossier confinés dans un modèle unique, nous re- Carrière à l’international doutons le changement et nous limitons nos Que faut-il savoir, quels conseils suivre et comment procéder pour entamer horizons. une carrière à l’international? A la sortie de l’école ou à un moment ou l’autre de notre carrière, la question s’impose 6 Event Review : Rester ou Partir. Google Days au Maroc! This Is The Question ! Pour la première fois au Maghreb, Google a organisé son séminaire «g|days» du 21 au 23 mai 2011, à l’Ecole Mohammedia des Ingénieurs de Rabat. Il serait trop simpliste de soutenir qu’une carrière « Internationale » est meilleure dans l’absolu qu’une carrière « Locale ». 6 Economics Une chose est sûre cependant, la confronta- Risques Planétaires tion de notre «modèle» à ceux des autres ne The World Economic Forum dans son rapport sur les risques au niveau pla- peut être que bénéfique. nétaire présente une excellente analyse sur les risques globaux, les intercon- A l’entrée des ports d’Egypte, on peut lire « Ya nexions entre les risques et les réponses à apporter pour éviter ou réduire l’impact de ces risques. Dakhil Limassr Minnak Kithir ». Moralité : Notre épanouissement personnel 7 Art Effect et professionnel on le porte avec nous. Si l’on Compétition de photographie vit mal notre carrière au Maroc, il y a de fortes Le principe du jeu était très simple : envoyer une photo prise par les soins du chances qu’on la vive mal à l’international et participant accompagnée d’un commentaire. vice-versa… Fayçal BENACHOU - Promo 2000 7 Bouger c’est pas sorcier Breeze of Change - Juillet 2011
  • 2. 2 Success Story Interview: Abderrahman SQALLI «Choisis toujours le chemin qui te semble le meilleur même s’il te pa- rait plus difficile. L’habitude le rendra bientôt agréable» Q uelles sont tes premières motivations qui t’ont organisation, une reconnaissance du bon travail, plus de rigu- poussé à faire les études d’ingénierie en informa- eur dans la gestion de projets, etc. L’unique point négatif est le tique, et précisément à l’ENSIAS? manque d’interaction humaine lors des heures du travail. En 1994, l’informatique était un métier nouveau avec En résumé, dans le contexte marocain, on est bon individuelle- des perspectives larges. J’étais et je suis toujours convaincu que ment, mais inefficace en équipe. les systèmes informatiques, s’ils sont bien conçus, bien mis en Maroc, Angleterre, France,... comment as-tu su gérer les dé- place et bien utilisés, peuvent améliorer les performances des placements? entreprises, simplifier leurs processus et contrôler leur gestion. Au début, ces déplacements me plaisaient beaucoup, ces De plus, mon grand frère qui est aussi ingénieur informaticien voyages me permettaient de découvrir d’autres horizons. J’ai de l’EMI, promotion 1992, m’avait conseillé de choisir l’ENSIAS. travaillé, pendant des courtes durées dans d’autres pays : Pays Vous êtes lauréat de 1997 de l’ENSIAS, racontez-nous com- Bas, Malaisie, Espagne, Irelande, Tchèque, Tunisie, Egypte…, ment c’est passée votre formation? c’était très enrichissant. La promotion 1997 est la troisième promotion de l’ENSIAS. Après des années de voyages et de déplacements, cela devenait Bien entendu, les professeurs ne maîtrisaient pas encore le pro- plus difficile à gérer, surtout avec la petite famille. gramme des cours. Il y avait aussi des problèmes d’internat et On déduit facilement de ton CV que tu es spécialiste dans la d’accès a l’école. Par contre, on était peu nombreux par promo solution SAP BI. On entend dire que le marché marocain, (40 à 50 élèves ingénieurs), et contrairement aux donc notre relation était plus marchés européens et étroite. américains n’est pas A partir de ton CV, on déduit très mur dans l’appro- que ta première expérience était priation de cette solu- orientée «Réseaux et Télécom- tion. Qu’est-ce que tu munication». en penses? Est-ce une suite logique de ta Mon constat est que les formation en option «Réseau entreprises marocaines Télécom»? Pourquoi le choix n’utilisent les solutions de cette option et qu’est ce qui BI que pour faire du a motivé le changement vers le reporting. Les fonction- domaine du décisionnel dans nalités d’analyses sont ton parcours professionnel? peu utilisées. Exactement, après mon projet de La solution SAP BI était fin d’étude chez Shell pour réa- généralement appro- liser un projet « réseaux et télé- priée par les clients de communication », j’ai intégré la l’ERP de SAP, mais avec société Shell comme responsable l’achat de Business Ob- réseau et télécom au sein du service Infrastructure. jects par SAP en 2009, cela commence à changer. J’ai rapidement constaté que ce type de poste, malgré sa com- Quel conseil peux-tu prodiguer aux ENSIAStes qui ont soif plexité, ne me permet pas une reconnaissance et une visibilité de réussir et qui souhaitent avoir un parcours aussi exem- de la part de la direction de l’entreprise. Par la suite j’ai eu une plaire que le tien? opportunité pour travailler sur un projet décisionnel, que j’ai Je réponds avec la parole de Pythagore : « Choisis toujours le acceptée sans réfléchir. chemin qui te semble le meilleur même s’il te parait plus diffi- Comment s’est passée ton intégration en Angleterre ? cile. L’habitude le rendra bientôt agréable ». Certes, il y a plusieurs changements notables sur l’aspect La réussite vient avec le travail, la prise du risque, l’esprit de professionnel, quels sont les points de différence qui t’ont l’aventure et la saisie des opportunités. marqué le plus par rapport à l’environnement de travail ma- Quel conseil pour ceux qui aspirent à une carrière à l’inter- rocain? national? L’intégration professionnelle s’est bien passée, par contre l’inté- C’est toujours une bonne expérience, on ne peut en tirer que gration dans la société anglaise a pris plus de temps, surtout que des leçons que ce soit sur le plan professionnel que sur le plan les anglais ne sont pas trop sociables. personnel. Depuis toujours, je rêvais de travailler dans un environnement Une carrière à l’international cela se prépare, il faut maîtriser les anglo-saxon, et je n’étais pas déçu quand j’ai réalisé mon rêve. langues, avoir l’esprit d’aventure et travailler dur. Il y a beaucoup d’avantages dans l’environnement de travail anglais par rapport au marocain, notamment une meilleure Propos recueillies par Yasmine FAIK - promo 2005 Breeze of Change - Juillet 2011
  • 3. 3 Up to d@te Comment Internet a réduit le monde à l’esclavage. «A Squirrel Dying In Your Front Yard May Be More Relevant To Your Interests Right Now Than People Dying In Africa» Mark Zuckerberg la bonne publicité à la bonne personne. Mais, un nouveau pa- ramètre viendra par la suite s’ajouter à l’équation : Ces socié- tés, soucieuses de fidéliser leur clients et de proposer des sites qui «plaisent» à leur utilisateurs, vont modifier leur contenu de façon à avoir un peu plus de ce que les utilisateurs aiment et un peu moins du reste. Les utilisateurs seront donc continuel- lement exposés à un contenu qui ne fait que reprendre leur centres d’intérêt. Ce basculement va continuer dans le temps et avec un rythme D qui ne cessera de ans un monde tel qu’il était à la fin du XXème siècle, s’accélérer jusqu’à la venue d’Internet fût une révolution libératrice ce qu’on se re- pour beaucoup de personnes. Internet fût en trouve submer- quelque sorte un monde parallèle, accessible par gés par un flux d’informations où pratiquement tout plaît, où tous sans aucune forme directe de censure ou de répression et tout est familier et où tout est agréable. dont la richesse du contenu semble a priori sans limite. La ruée Beaucoup n’y voient probablement aucun inconvénient ou pen- vers l’or que le monde a connu ensuite n’a rien d’étonnant. Et sent même qu’il s’agit d’une innovation qu’il faudrait applau- une nouvelle génération de «chercheurs d’or». dir. Mais ce que ces personnes oublient c’est que Internet est Chercher et partager sont devenus deux réflexes dans la vie avant tout un outil de découverte, d’échange et d’apprentissage quotidienne de la nouvelle génération Internet. Deux actions et cette innovation va à l’encontre même de sa vocation. Pour qui n’auraient pas pu devenir possibles sans deux inventions les sceptiques d’entre vous qui pensent que «ce n’est pas si grave majeures qui ont transfor- que ça» ou «qu’ils gardent mé l’utilisation du Web : les toujours le contrôle», il se moteurs de recherche et les peut que vous ayez rai- réseaux sociaux. son. Peut-être que vous La facilité étonnante de arrivez toujours à sortir leur utilisation a contribué de ce cocon qu’on essaie à rendre très populaires de tisser autour de vous, ces deux outils. Une consé- mais pensez une seconde quence tout à fait naturelle à toute une génération de cet engouement a été de d’adolescents et d’en- voir de gros investissements fants qui, pour la plupart orientés vers cette révolu- d’entre eux, considèrent tion. Beaucoup de compa- les moteurs de recherche gnies ont tenté de suivre et les réseaux sociaux leur le mouvement. Résultat : principales (pour ne pas quelques géants sont nés et dire seules) sources d’in- un nouveau marché des plus formation. florissants vient de faire son Toute une génération as- apparition. sujettie à une exposition La plus grande force de ces quotidienne au même de ces deux outils est qu’ils contenu. Un contenu permettent d’offrir un support publicitaire parfaitement adapté sans aucune valeur ajoutée, sans aucune information utile dans aux besoins, aux attentes et aux désirs du consommateur/inter- une période critique puisqu’elle déterminera ce qu’ils seront naute. pendant le restant de leur vie. Et ce qui est merveilleux est que c’est le consommateur lui même Internet fût pour la plupart des gens destinée à rapprocher les qui saisit ces informations : fiable, gratuit et efficace. humains, à les faire communiquer et surtout à les libérer. Beau- Normalement, dans une telle configuration, tout le monde doit coup seront déçus en découvrant que c’est à cause de cette libé- être satisfait. Les utilisateurs bénéficient de la puissance des so- ratrice présumée ne fera qu’asservir, séparer et déshumaniser. lutions développées par les sociétés qui à leur tour transmettent Omar ELMAHOULI - Promo 2010 Breeze of Change - Juillet 2011
  • 4. 4 Up to d@te Google sur le marché des réseaux sociaux ? Cela permet à un groupe de contacts de discuter en même temps et même d’avoir un vidéo-chat collectif de façon fluide et agréable. F Google a également pensé aux utilisateurs des téléphones mobiles inalement, après beaucoup d’années d’attente Google dé- en leur offrant des fonctionnalités de partage plus avancées. Vous cide de se lancer dans le marché des réseaux sociaux. Le pouvez donc attacher votre localisation à vos publications comme géant a mis sur le Web une démo présentant les nouvelles vous pouvez partager instantanément les photos que vous prenez fonctionnalités de ce qui est appelé désormais le « Google avec votre appareil. Plus Project » et il faut avouer que La question qu’on se pose cela est plutôt prometteur. tous est « Google pourra-t-il Il est possible désormais de créer tirer sous Facebook ? ». Rien des cercles d’amis qui sont une n’est certain pour le moment. évolution de la notion des groupes Google Plus n’est maintenant d’amis qui permettrait de classer qu’au stade de projet. Beau- ses contacts de façon plus intui- coup de fonctionnalités sont tive selon les centres d’intérêt qu’on à venir et à prévoir. Et il ne partage avec eux. faut pas s’attendre dans tous Une autre fonctionnalité est le « dé- les cas à voir les utilisateurs clic ». Il s’agit d’un outil qui permet de Facebook se rabattre sur de définir ses centres d’intérêt via la le nouveau né de Google. simple utilisation de mots clés. Ceci Google doit donc compter sur permet donc d’importer du Web un l’expérience qu’elle a acquise flux d’informations et de nouveau- de l’échec de Buzz et Wave, sur tés qui est donc personnalisé selon les gouts et les intérêts de cha- la puissance et la fluidité de HTML5 afin d’éviter un nouvel échec. cun et qu’il est possible de partager avec ses cercles d’amis. Omar ELMAHOULI - Promo 2010 Les vidéo-bulles sont une autre innovation du projet Google Plus. Ca se discute Breeze: Résultats du sondage V ous avez été nombreux à participer au sondage d’évaluation de Breeze lancé il y a quelque temps. Nous sommes heureux de constater à par- tir de ce sondage que 61% des lecteurs trouvent que Breeze réponds parfaitement ou beaucoup à leurs attentes et que seulement 5% trou- vent que les articles sont peu ou pas intéressants. Cela nous conforte par rapport à votre satisfaction et nous responsabilise pour nous améliorer d’avantage. Par ailleurs, la diversité (36%) et le contenu des articles (27%) étant les éléments les plus appréciés dans la revue contre seulement 14% pour le design, nous a poussé à professionnaliser encore plus le design de la revue, comme vous avez pu le remarquer. Avec une population de lecteurs majoritairement ENSIASTE composée de 60% d’hommes et de 40% de femmes, vous avez fortement montré votre intérêt pour toutes les rubriques proposées mais spécialement pour la rubrique “Succes Story” (81%) , suivi de “Actu de l’ingénieur” (39%) et “La force est en vous” (35%). Toutefois, vous avez montré peu d’intérêt à la rubrique “Art Effect”. L’art étant un com- posant très important dans la vie de l’être humain, nous avons donc essayé de penser la rubrique différemment notamment à travers le lancement d’une compétition de photo- graphie. De même, suite à plusieurs de vos suggestions pour donner plus d’importance à la tech- nologie, nous allons augmenter l’espace dédié à ces sujets. De plus, nous essaierons d’in- troduire, toujours dans l’optique de consolider la diversité de la revue, d’autres rubriques telles que “Economics”, “Event review”, etc… Ceci en essayant d’éviter les condensations et d’aérer l’espace de la revue, comme proposé par nombre d’entre vous. Enfin, nous continuerons à utiliser le mix des trois langues (français, anglais, arabe) vu que 75% d’entre vous trouvent que c’est enrichissant et original contre seulement 4% qui estiment que c’est absolument non adéquat. Nous vous remercions vivement pour votre réactivité et nous vous invitons à la lumière des ces résultats à débattre et suggèrer à travers d’autres canaux, vos propositions. Breeze of Change - Juillet 2011
  • 5. 5 Dossier Carrière à l’international «The world is a book, and those who do not travel, read only a page.» D ans un monde de plus en plus « globalisé », faire car- son départ avant de faire un choix : rester ou partir.» rière dans un pays à l’étranger reste un choix auquel Comment prévenir les chocs culturels? est confronté tout un chacun. Que faut-il savoir, «S’informer chez les gens d’expérience, faire des recherches sur quels conseils suivre et comment procéder pour en- la culture, traditions et mode de vie, et surtout ne pas avoir tamer une carrière à l’international? beaucoup d’attentes» est le moyen de les prévenir selon M. Gha- Trois lauréats de l’ENSIAS nous apportent quelques éléments de bat. Par ailleurs, M. Assou préfère employer plutôt le mot « dif- réponse à la lumière de leurs expériences: férence culturelle » car selon lui : «… on parle plus de tendance M.Slimane Bah : Professeur adjoint à l’université de Moncton. vers un être humain capable de s’épanouir dans un système de ENSIAS’ 2001. valeurs universel. L’essentiel est de ne pas se détacher complète- M. Abdennabi Assou : Consultant Billing and Customer Care ment de son mode de vie d’origine. (…) Le seul mot d’ordre est en France. ENSIAS’ 1996. le respect mutuel… » En tout cas et dans ce sujet, M. Slimane M. Ghabat Houssam : Manager chez KPMG à Montréal. EN- Bah nous donne son conseil concis : « Ouvrir son esprit, être SIAS’ 2000. fier de sa culture et rester humble. » Alors déjà ! Pourquoi choisir une carrière à l’in- Comment trouver un emploi à l’étranger? ternational? «Si l’on est à distance, c’est via les site web spé- « Toutes les raisons sont bonnes pourvu qu’elles cialisés dans l’emploi des cadres ou les bornes émanent d’une profonde conviction. La réponse RH des grands groupes (Monster, freelance. dépend de tout un chacun. Les motivations et les com, freelance-info, rekrute,…) que ça se passe. raisons sont très multiples et variées. », affirme M. On peut aussi passer par des filiales basées au Slimane Bah. Effectivement, plusieurs raisons peu- Maroc pour s’expa- vent être derrière l’expatria- trier …», répond tion : volonté d’approfondir M. Assou. Ceci ou d’acquérir de nouvelles dit, il ne faut pas compétences, de développer négliger aussi les les capacités à s’adapter à un nou- réseaux tels que LinkedIn, vel environnement culturel et pro- comme le confirme M. Bah : fessionnel ou une opportunité «Intégrez des groupes dans qui se présente dans l’entre- prise. votre do- maine après avoir L’expatriation est-elle un ac- célé- bien tra- vaillé votre profil rateur de carrière ? et surtout ne restez pas passif « Peut être, mais pas for- c e - car on ne pourra pas vous ment. Ceci dépendra de plusieurs aspects: intérêt et aptitudes évaluer. » Un moyen à utiliser avec grande précaution car se- de la personne et aussi des opportunités qui se présentent. », lon M. Assou : «il faut se méfier de ce qu’on communique sur répond M. Ghabat. Un avis plus au moins partagé par M. Bah ces anciens employeurs sur Internet car ça peut jouer contre qui rajoute : « Il est certain que les compétences sont mieux re- vous… » Enfin, si on est sur place : « les forums et séminaires connues et récompensées et lorsqu’on atteint la vitesse de croi- d’emploi (lesjeudis.com par exemple) constituent un plus court sière les choses vont vite. Ceci dit le début est un peu difficile. Il chemin pour décrocher des postes intéressants. », rajoute M. est parfois nécessaire de décélérer, freiner même et changer de Assou. route avant de trouver ses marques. » Quels sacrifices impliquent le choix d’une telle carrière?` M. Assou quand à lui estime que l’expatriation, quand elle est Plusieurs sacrifices impliquent le choix d’une carrière à l’inter- choisie et non subie, pourrait être au mieux un accélérateur de national, explique M. Bah : « …et elles dépendent d’où vous al- compétences et non de carrière : « ... La carrière est plafonnée lez et de votre situation familiale. Aller au Canada ou aux USA par un titre de Consultant ou Expert International dans telle ce n’est pas la même chose que d’aller en Europe. » Notamment, technologie ou tel outil. Accéder à des postes de responsabilité il est clair que le plus grand sacrifice est de devoir se séparer des intéressants est difficilement atteignable. (… ) au Maroc, (…) membres de sa famille et de ses amis. Mais aussi abandonner un la composante ‘Compétence’ a été, et l’est encore malheureuse- statut social, comme le décrit M. Assou : «… on laisse derrière ment, loin d’être le paramètre différentiateur. » nous un statut social surtout pour les personnes qui avaient A quel instant, faut-il décider de faire une carrière à l’inter- l’habitude d’occuper des postes de responsabilités… » national? Début ou fin de carrière ? Comment se faire une place à l’étranger? Une grande majorité estime qu’il est préférable de la faire en Selon M. Assou : « Sur le plan professionnel, (...) Il faut vite début de carrière, tout comme M. Ghabat : « Je pense qu’en dé- s’orienter vers une veille technologique pour avoir un label de but de carrière c’est plus intéressant et faisable. Plus le temps consultant ou expert. (…) Sur le plan social, se faire une place passe plus c’est difficile... » D’autres raisons entrent en jeu, car passe aussi par une intégration en douceur dans l’environne- vu le statut d’un immigré, l’âge est un facteur encore plus déter- ment du travail ou en dehors du travail, sans rester toujours minant pour les entreprises car la courbe de motivation est sou- avec des compatriotes... » Par ailleurs, selon M. Bah la recette se vent inversement proportionnelle à la courbe de compétence. résume en ces quelques mots : «Il faut être sérieux et productif Ceci dit, pour ceux qui ont franchi les pas des débuts de car- dans son travail. S’impliquer dans la vie sociale et/ou politique rière, M. Assou les rassure: «Il n’y a pas de temps pour bien faire, ... Enfin, oser aller vers l’autre, participer aux événements et d’autant plus que l’on n’est pas obligé de prendre fatalement une construire son propre réseau. » telle décision. (…). L’essentiel est d’être conscient des motifs de Yousra Alami Sounni - promo 2008 Breeze of Change - Juillet 2011
  • 6. 6 Event Review Google Days au Maroc! carence dans le domaine de paiement en ligne. Il était aussi question de rappeler l’intérêt particulier porté à l’amélioration du contenu de la langue arabe. Celle-ci étant la 5ème langue la plus parlée dans le monde et faisant partie du top 10 des langues en terme de nombre de requêtes de recherche sur google. Innovation @ Google L’une des plus inspirantes conférences de l’évènement était pro- bablement celle de M. Ahmad Hamzawi qui a décrit les diffé- rentes raisons qui font de google une des entreprises les plus innovantes du monde. Mobile Development Nul ne peut nier que si l’internet est en perpétuel développe- ment, alors le mobile l’est encore plus. Effectivement, les gadgets mobiles font ravage dans la région MENA aussi : Smartphones (Blackberry, Nokia Series 60) à 60% et “Super phone” (Android, P iPhone) à 10%... Il est temps plus que jamais pour se position- our la première fois au Maghreb, Google a organisé son ner dans ce marché. Enjeux, choix, spécificités et recommanda- séminaire «g|days» du 21 au 23 mai 2011, à l’Ecole Mo- tions étaient au menu lors de deux conférences concernant le hammedia des Ingénieurs de Rabat. développement mobile. L’événement était une opportunité pour les étudiants Women In Technology en informatique, les développeurs, les responsables informa- C’était l’occasion pour Luisella Mazza, Noha Salem, Nada Fari- tiques et acteurs de la sphère Internet du Maroc et du Maghreb dane et Shaden Mohamed, d’inspirer les femmes de l’audience d’interagir directement avec les ingénieurs et experts de Google. et de partager leurs expériences et réflexions autant qu’em- Il était question de tout ce qui tient à la technologie et à Google. ployées au féminin chez Google au sujet de la femme dans le Partant de l’innovation et passant par des ateliers de développe- domaine technologique. ment (Google Maps, HTLM5, App Engine, Google APIs …) et Cloud computing aussi diverses conférences enrichissantes (Conseils pour Web- Louis Naugès a également épaté l’assistance à travers sa présen- masters, Engineering Best practises, …). tation du cloud computing ou l’informatique dans les nuages. Ci-dessous, un flash-back de certains moments forts de l’évè- Effectivement, selon lui 2010-2020 est définitivement la décen- nement: nie du cloud computing. Demain, nous vivrons dans un monde Google MENA strategy d’objets mobiles dans des réseaux sans fils, avec 100 Mb de dé- C’était l’occasion de présenter la stratégie et la mission de bit et une bonne couverture mondiale. Toutes les conditions Google dans la région MENA vu tous les atouts que cette région favorables à l’expansion du cloud avec tous les avantages qu’il présente en terme de population et d’évolution de l’utilisation présente. d’internet sous toutes ses formes, bien que celle-ci présente une Yousra Alami Sounni - promo 2008 Economics Les risques planétaires T he World Economic Forum importante sur les matières premières de dans son rapport sur les risques part la pression démographique ainsi que au niveau planétaire (http:// la croissance économique des pays émer- www.weforum.org/reports/glo- geants bal-risks-report-2011?fo=1) présente une Un point intéressant relatif à ce rapport, excellente analyse sur les risques globaux, au-delà de sa qualité de présentation, ré- les interconnexions entre les risques et les side dans le fait que les risques ne sont pas réponses à apporter pour éviter ou réduire analysés d’une manière isolée. En effet, l’impact de ces risques. le rapport a plutôt exploré les intercon- Le rapport identifie deux risques centraux nexions entre ces risques, ce qui est néces- et transverses : saire lors du design des plans de réponses. - Disparité économique au sein du même Finalement, le rapport insiste sur l’impor- pays et au niveau mondial Ce cluster regroupe les risques de volati- tance de dépasser la tentation d’adopter - L’échec de la Gouvernance au niveau lité des prix des actifs, les crises fiscales et une vision courte-terme pour identifier mondial : à titre d’exemple les réformes les déficits budgétaires montants… et traiter les risques. Il est vrai que dans des institutions internationales comme le - L’économie parallèle ou illégale : Cette nos réflexions et débats, nous nous foca- FMI et le conseil de sécurité. La difficulté strate regroupe le crime organisé, la cor- lisons sur les risques plus récents (crise de mener des initiatives internationales ruption ainsi que la fragilité des institu- économique, terrorisme…) au détriment sur les changements climatiques tions étatiques du reste (épidémies, perte de la bio diver- Les deux risques centraux ci-dessus im- - Eau, alimentation et énergie : ce dernier sité…) ! pactent trois clusters ou strates de risques : groupe traite de la pression de plus en plus Mohamed Wail Aaminou - promo 2000 - Les déséquilibres macro-économiques : Breeze of Change - Juillet 2011
  • 7. 7 Art Effect Compétition de photographie Dans une initiative d’encourager l’intérêt à l’art, « Breeze » a Critères organisé une compétition de photographie durant le mois de La sélection des photos gagnantes s’est basée sur trois critères : juin. Nous avons le plaisir d’en partager les résultats! - Jusqu’à quel point la photo porte de l’art et de la beauté. - Jusqu’à quel point la photo porte du sens. Comment? - Jusqu’à quel point le commentaire de l’image est expressif. Le principe du jeu était très simple : envoyer une photo prise Jury par les soins du participant accompagné d’un commentaire. Par la même occasion, nous remercions les membres du jury La participation était ouverte à tout le monde sans aucune pour leur implication et leur collaboration: condition au préalable. « Mohamed Wail Aaminou – promo 2000 » « Abdelhamid Bentaib – promo 2006 » La plus belle photo prise par M. Mohamed Maalmi Architecture du Sud, patrimoine universel Photo avec meilleur commentaire prise par Mlle Nisrine Janati Photo prise à Imlil village se situant aux environs de Marrakech. De l’eau pure et fraîche, don précieux de Dieu Soubhanaho wa ta3alla Deux réflexions me viennent à l’esprit en contemplant ces cascades, l’une concernant le temps qui comme l’eau coule mais ne revient jamais en arrière et l’autre concernant la vie « La vie, comme l’eau de mer, ne s’adoucit qu’en s’élevant vers le ciel» (Alfred de Mus- set). Je vous laisse méditer ! La photo plus expressive prise par M. Mohamed Maalmi Un Penseur et une foule Bouger c’est pas sorcier Le 11 Juillet 2011 à 16h - ENSIAS La cérémonie de remise des diplômes aux lauréats de la 17ème promotion de l’ENSIAS. La 1er Octobre 2011 - Fès Première édition de «TedxFès» Du 08 au 09 Décembre 2011 - Marrakech Colloque sous le thème: «Services, de la tradition à la modernité. Le Marketing comme point de repère» Breeze of Change - Juillet 2011