Notre place à l´univers 2

518 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
518
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
130
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Notre place à l´univers 2

  1. 1. Notre place à l´univers
  2. 2. Les mots clés: Géocentrisme. Héliocentrisme. L’univers. Le Big-Bang. Galaxie. Système solaire. Étoile. Planète. La Terre. La lune. Un satellite. Un astéroïde. Une comète. Un météorite. La vie. Un stromatolithe. La chimiosynthèse. La photosynthèse.
  3. 3. I. Du Géocentrisme au Héliocentrisme. II. L’origine du Système Solaire. III. IV. L’origine de la Lune. IV L’origine de l’univers. V. L’origine de la Vie.
  4. 4. Les hommes observaient déjà le ciel il y a des dizaines de milliers d’années. Des phénomènes tels que le déplacement du Soleil dans le ciel ou les changements d’aspects de la Lune leur étaient familiers. La mesure du temps: Peu à peu, ils commencèrent à utiliser ces phénomènes à leur avantage. Le mouvement du Soleil dans le ciel, depuis l’est à l’aube jusqu’à l’ouest au crépuscule, pouvait leur servir à mesurer le temps au cours de la journée. Le cycle des phases de la Lune leur permettait d’établir un calendrier très utile pour fixer la date de fêtes religieuses.
  5. 5. Construction de Stonehenge Des archéoastronomes ont prétendu que Stonehenge représentait un « ancien observatoire », bien que son utilisation à cette fin soit contestée. Beaucoup pensent également que le site peut avoir eu une valeur astrologique ou spirituelle.
  6. 6. I. Du Géocentrisme au Héliocentrisme.
  7. 7. Aristarque de Samos (env. 310 – 230 av. J.C.), né à Samos, en Grèce, est un astronome et un mathématicien. De ses écrits ne nous est parvenu que l'ouvrage Sur les dimensions et des distances du Soleil et de la Lune. Samos suggère que la Terre tourne autour du Soleil et fournit la première évaluation de la distance Terre-Soleil.
  8. 8. Méthode d'Aristarque de Samos pour calculer la distance Terre-Soleil Aristarque commence à douter de la théorie du géocentrisme : il lui semble plus logique que les planètes plus petites tournent autour des planètes plus grandes. Il place donc le Soleil au centre de l'univers et décrit le mouvement de la Terre comme une rotation sur elle-même combinée avec un mouvement circulaire autour du Soleil.
  9. 9. Le géocentrisme La Terre est inmobile au centre de l ´univers. Les mouvements des planètes sont parfaits, donc seul le cercle est autorisé. Au-delà des planètes (“astre errants” en grec) se trouve un plafond circulaire où sont accrochées des étoiles fixes (en rotación).
  10. 10. ARISTOTE Est un philosophe grec né en 384 av. J.-C. à Macédoine, et mort en 322 av. J.-C. Aristote introduisit aussi un concept plus philosophique qui allait être accepté jusqu’au XVIe siècle : la distinction entre la Terre et les cieux. Pour lui, l’intérieur de l’orbite lunaire, ce qui incluait la Terre et son atmosphère, représentait le règne de l’imperfection et du changement. Au-delà de la Lune, se trouvait le royaume de la perfection et de l’immuabilité.
  11. 11. Dogmes fondamentaux d ´Aristote: - La Terre est immobile au centre de l'Univers - Il y a séparation absolue ente le monde terrestre imparfait et changeant et le monde céleste parfait et éternel (la limite étant l'orbite de la Lune) - Les seuls mouvements célestes possibles sont les mouvements circulaires uniformes.
  12. 12. Claude Ptolémée : vers 85 – vers 165. Le principal défaut du système d’Aristote était son incapacité à expliquer les variations d’éclat des planètes. Pour cette raison, un astronome d’Alexandrie, Claude Ptolémée, modifia ce système au IIe siècle de notre ère, mais sans remettre en cause les principes posés par Platon et Aristote.
  13. 13. Pour Ptolémée, les corps célestes n’étaient pas liés à des sphères cristallines centrées sur la Terre. En fait, chaque planète se déplaçait sur un petit cercle, appelé épicycle, dont le centre lui-même se déplaçait en suivant un grand cercle centré sur la Terre, appelé déférent.
  14. 14. Modèle geocentrique de Plolomée
  15. 15. L´heliocentrisme Le Soleil est le centre de l´univers. Les mouvements des planètes sont parfaits, donc seul le cercle est autorisé. Au-delá des planètesse trouve un plafond circulaire où sont accrochées des étoiles fixes (en rotation).
  16. 16. Nicolas Copernic (1473-1543) Un chanoine et astronome polonais, va remettre en cause le modèle géocentrique du monde de Ptolémée et d'Aristote dans un ouvrage publié l'année de sa mort : le "De Revolutionibus orbium caelestium". Cet ouvrage propose un modèle héliocentrique du monde, dans lequel tous les mouvements planétaires sont centrés sur le Soleil. Mais surtout, ce que Copernic va affirmer c'est que la Terre n'est ni immobile, ni au centre du monde.
  17. 17. Contrairement à ce que l'on croit parfois, Copernic ne va pas démontrer l'héliocentrisme, car il faudra attendre plus de 150 ans pour avoir une preuve du mouvement de la Terre. Le De Revolutionibus, malgré son côté fondamentalement révolutionnaire, fut reçu avec relativement d'indifférence par les savants de l'époque.
  18. 18. Tycho Brahe 1572 –Observe une supernova dans le ciel et met fin au concept d’immuabilité des cieux. 1577 – Observe le passage d’une comète et confirme que les cieux ne sont pas immuables
  19. 19. Johannes Kepler
  20. 20. Johannes Kepler (1571-1630) Les lois de Kepler décrivent les propriétés principales du mouvement des planètes autour du Soleil. Elles ont été découvertes par Kepler à partir des observations et mesures de la position des planètes faites par Tycho Brahe, mesures qui étaient très précises pour l'époque. Copernic avait soutenu en 1543 que les planètes tournaient autour du Soleil, mais il s'appuyait sur le mouvement circulaire uniforme, hérité de l'antiquité grecque, et les moyens mathématiques n'étaient pas si différents de ceux utilisés par Ptolémée pour son système géocentrique.
  21. 21. Lois de Kepler 1º loi: Dans un référentiel immobile par rapport au Soleil, la trajectoire d'une planète se trouve dans un plan. 2º loi: Dans un référentiel immobile par rapport au Soleil, la trajectoire d'une planète est elliptique, un foyer étant le Soleil. Le Soleil n'est un des foyers qu'approximativement, du fait que sa masse M est très supérieure à celle de la masse m de la planète. Pour être exact, il faudrait se placer au centre de gravité du système Soleil - planète. 3º loi: Par conséquent, toutes les ellipses de même grand axe, quelle que soit leur excentricité , ont la même période de révolution jusqu'à la circulaire .
  22. 22. Galileo Galilei 1564-1642 Parmi ses réalisations techniques, il a inventé la lunette astronomique perfectionnement de la découverte hollandaise d'une lunette d'approche
  23. 23. Galilée était d'abord un physicien et il étudia la mécanique et la dynamique des corps en mouvement. Galilée établit la loi de l'inertie (tout corps non soumis à une force extérieure est animé d'un mouvement rectiligne uniforme et se trouve dans un référentiel que l'on nomme aujourd'hui "galiléen"). C'est à la fin de l'année 1609 et au début de 1610 qu'il a l'idée de braquer une lunette d'approche récemment inventée et qu'il a construit lui-même vers le ciel. Ses découvertes seront nombreuses et vont bouleverser la vision de l'univers de l'époque. Il observa: Des taches sur le Soleil. Des cratères sur la Lune. Les phases de Vénus. Une multitude d'étoiles dans la Voie lactée et Des satellites autour de Jupiter. Cette dernière découverte donnait le coup de grâce au géocentrisme. Il adhéra aux idées de Copernic et à l'héliocentrisme sans pouvoir le démontrer
  24. 24. Galilée ne fit part de ses découvertes qu´à quelques amis intimes, de peur d´être accusé d´hérisie. Cependant il commença à prêcher en faveur de l´heliocentrisme en 1613. Galilée subit inmédiatement les foudres de l ´Inquisition et fut contraint de ne plus défendre le modèle de Copernic en 1616. Au moment même oû il promettait de ne plus mettre en doute la theorie géocentrique, Galilée aurait surmuré: “Et pourtant, elle tourne”, en pensant à la Terre.
  25. 25. Avec ses trois lois, Kepler décrivit la cinématique du système solaire, mais pas sa dynamique. En effet, bien qu´il ait pu décrire avec précision le mouvement des planètes, il fut incapable d´en expliquer les causes. Cela se fura plus tard, grâce aux travaux du physicien anglais Isaac Newton, né le 1642, année du décês de Galilée.
  26. 26. Isaac Newton 1642-1727 Théorie de la gravitation : "Tous les corps s'attirent avec une force proportionnelle à leur masse respective et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare".
  27. 27. Depuis ces evenements du XVIIº siêcle, il a été demontré hors de tout doute que le systême solaire est plus bel et bien héliocentrique. De plus , on sait maintenant que le Soleil est en rotation autour du centre de la Voie Lactée, qui est elle-même en mouvement par rapport à ses voisines.. On sait aussi, depuis l´avenement de la théorie de la relativité d´Einstein, qu´il n ´existe aucun système de référence absolu, contrairement á ce qu´aurait cru Galilée. En fait, tout mouvement est relatif.
  28. 28. E=m.c 2
  29. 29. II) L´ORIGINE DU SYSTEME SOLAIRE 1er une nébuleuse solaire s'éffondre sous son propre poids
  30. 30. 2ème la nébuleuse prend progressivement la forme d'un disque aplati en rotation
  31. 31. 3ème sous l'effet de leurs collisions mutuelles, les grains engendrent de petits planétoïdes de dimensions kilomètres
  32. 32. 4ème la formation d'embryons planétaires d'environs 1 000 km de diamètre a lieu et le Soleil s'est condensé dans la partie centrale.
  33. 33. La formation du système solaire. Les différentes étapes de la formation du système solaire : contraction d’un nuage d’hydrogène et d’hélium, aplatissement du système, formation de planétésimaux, mise en route des réactions nucléaires au centre, apparition du système sous sa forme actuelle.
  34. 34. Evolution du protosystème Le protosystème maintenant bien défini continue à se contracter de plus en plus. Mais, d’après la loi de conservation du moment angulaire, si la taille d’un corps se réduit, sa vitesse de rotation doit augmenter pour compenser. La contraction du protosystème s’accompagne donc d’une forte augmentation de la vitesse de rotation.
  35. 35. De plus, comme le protosystème n’est pas rigide, un fort aplatissement se produit dans le plan perpendiculaire à l’axe de rotation. On se retrouve ainsi finalement avec une concentration de matière au centre, la protoétoile, entourée d’un disque de matière appelé le disque protoplanétaire.
  36. 36. COMPOSITION Le Système solaire est composé : D'une étoile, le Soleil. De huit planètes depuis le 24/08/2006 (après que l'assemblée générale de l'Union astronomique internationale (UAI) a décidé à Prague de déchoir Pluton de son statut de planète). De cent cinquante neuf satellites gravitant autour de ces planètes et de nombreux petits astres appelés astéroïdes, comètes, objets transneptuniens.... Le Soleil, coeur du Système solaire, représente 99,90 % de la masse de l'ensemble. Les planètes sont des corps non lumineux qui gravitent autour du Soleil. Ces planètes se répartissent en deux familles :
  37. 37. - Les planètes telluriques (Mercure, Vénus, la Terre et Mars) sont de dimension modeste mais possèdent une densité élevée et une fine couche d'atmosphère car leur gravité est faible ; - Les planètes joviennes (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune), sont les plus lointaines et les plus grandes. Elles ont une densité bien plus faible. Elles sont composées d'une épaisse couche d'hydrogène et d'hélium entourant un noyau de glace massif. Ces planètes possèdent de nombreux satellites et des anneaux plus ou moins bien développés
  38. 38. Autour du Soleil, entre Mars et Jupiter, gravite une ceinture d'astéroïdes. D'autres astéroïdes ont leurs propres orbites. Des comètes venant de la ceinture de Kuiper ou du nuage de Oort possèdent des orbites très inclinées par rapport à l'écliptique. Des corps qui s'apparentes à Pluton sont situés après l'orbite de Neptune soit dans la ceinture de Kuiper.
  39. 39. SITUATION Le Soleil tourne autour de la Voie-Lactée, à 240 km/s. Actuellement à une distance de 27.000 années lumière du centre, il faut au Système Solaire 250 millions d'années pour accomplir un tour autour du coeur de la Voie-Lactée. Mais en plus le Soleil plonge et remonte comme une vague. Il est à 48 années lumière au dessus du plan et en phase ascendante à la vitesse de 7 km/s. Tous les 30 millions d'années le Soleil traverse le plan de la Voie-Lactée. C'est lorsqu'il traverse les bras de la galaxie qu'il s'expose à subir des ondes de choc de supernova ou de nuage de gaz. Toutes les extinctions sur Terre ont justement eues lieu quand la Terre traversé un des bras galactique.
  40. 40. LES ORBITES DES PLANETES
  41. 41. Les orbites des planètes et de quelques corps autour du Soleil L'inclinaisons des orbites par rapport à l'ecliptique (orbite de la Terre)
  42. 42. III) L'origine de la Lune Lors des différentes missions d’exploration lunaire Apollo, quelques 362 kg de roches ont été prélevées et ramenées sur Terre. La plupart des connaissances actuelles sont le résultat des analyses de ces échantillons. Aujourd’hui encore, elles sont toujours activement étudiées par les scientifiques. La seule certitude qui ressort de ces analyses, c’est l’âge des pierres (entre 4.6 et 3 milliards d’années). Une chose est donc sûre, la Lune a été formée en même temps que notre planète, ainsi que toutes les autres planètes du système solaire.
  43. 43. Théorie de la co-accrétion Théorie disant que la Lune et la Terre se sont parallèlement formées, en même temps, lors de la phase d'accrétion à partir de la nébuleuse primitive du système solaire.
  44. 44. Théorie de la capture Cette théorie spécule que la Lune s’est formée ailleurs dans le système solaire (satellite d’une autre planète ou bien 10ème planète trop petite) et qu’elle a été capturée par la force d’attraction de la Terre.
  45. 45. Théorie de la fission Théorie postulant que la Terre tournait si vite sur elle-même qu’elle s’est aplati sur son équateur, par la force centrifuge, tant et si bien qu’elle se divisa en deux parties, la plus petite formant la Lune.
  46. 46. Théorie de l'impact C’est la thèse la plus probable. La Terre aurait été percutée de plein fouet par un énorme corps planétaire, approximativement de la taille de Mars et composé de fer, de nickel et d’un manteau de silicates. La Lune se serait alors formée par phénomène d’accrétion, à partir des roches en fusion éjectées dans l’espace à la suite de l’impact.
  47. 47. IV) L´ORIGINE DE L ´UNIVERS
  48. 48. LA MATIÈRE
  49. 49. LE BING BANG
  50. 50. LE BING BANG Le Big Bang est la théorie la plus communément admise par la communauté scientifique pour expliquer l’origine, du temps, de l’espace et de la matière dans l’univers. Il aurait eu lieu il y a environ 13-15 milliards d’années, soit l’age de l’univers aujourd’hui.
  51. 51. Le premier à suggérer l’origine de l’univers telle une explosion fut le prêtre belge George Lemaître en 1927. Quelques années plus tard, Edwin Hubble découvrit que les galaxies s’éloignent à une vitesse proportionnelle à la distance les séparant les unes des autres (théorie de l’expansion de l’univers). Enfin en 1964 les astronomes et futurs prix Nobel Arno Penzias et Robert Wilson en donnèrent la plus forte confirmation avec la découverte du rayonnement de fond cosmologique.
  52. 52. Les éléments chimiques dans l’univers Après l’apparition des particules élémentaires, des premiers nucléons puis des premiers atomes libérés par l’immense chaude boule de gaz qu’est le Big Bang, les premiers amas de matière commencent à se former.
  53. 53. L’univers est encore aujourd’hui composé en très grande majorité des éléments les plus légers : Hydrogène et Hélium. Ces deux éléments, et plus particulièrement l’hydrogène, sont les deux principaux responsables des réactions de fusion thermonucléaire du Soleil.
  54. 54. La Nucléosynthèse Appelée aussi chaîne proton-proton, cette série de réactions thermonucléaires est la principale source d’énergie des étoiles à faible masse (dont fait partie le Soleil) et est à l’origine de la production de lumière et de chaleur en leur coeur.
  55. 55. "1.En premier lieu, il se produit une collision entre les protons, porteurs d’une charge positive. Cela ne peut se faire qu’à des températures très élevées, car les protons ont une charge électrique positive responsable d’une force de répulsion mutuelle importante, qu’ils ne peuvent vaincre que grâce à des vitesses très élevées. L’un des protons perd sa charge en émettant une particule légère chargée positivement, un positron (antiparticule de l’électron) et un neutrino (électriquement neutre et de masse quasi nulle). La particule neutre qui reste est un neutron et la combinaison de ce neutron et de l’autre proton forme un noyau de deutérium (ou hydrogène lourd).
  56. 56. 2.Ensuite se produit une collision entre le noyau de deutérium et un autre proton. Le résultat d’une collision entre deux protons et un neutron est un noyau d’hélium-3, un isotope léger d’hélium. De l’énergie est encore dissipée sous la forme d’un photon de haute énergie.
  57. 57. 3.Quand une collision se produit entre deux noyaux d’hélium-3, il en résulte deux protons et un noyau d’hélium-4, constitué de deux protons liés à deux neutrons. L’énergie emportée par les photons et les particules émises à chaque étape de ce processus maintient le noyau du Soleil à une température de plusieurs millions de degrés, ce qui permet d’entretenir la nucléosynthèse jusqu’à épuisement des réserves d’hydrogène."
  58. 58. Le Cycle CNO
  59. 59. COMPOSITION ACTUELLE DE L'UNIVERS Les Galaxies Les Nébuleuses Les Étoiles Les Nova et Supernova Les Pulsars Les Trous Noirs Les Quasars
  60. 60. Les Galaxies Il y a plusieurs centaines de milliards de galaxies dans l'univers, et dans chacune plusieurs centaines de milliards d'étoiles. On peut regrouper les galaxies en amas, euxmêmes groupés en superamas. On connait peu de choses sur la formation des galaxies, la gravitation a dû y jouer un grand rôle puisqu'elle prédomine encore dans la hiérarchisation en amas et superamas.
  61. 61. Les nébuleuses Vaste nuage de matière interstellaire où la densité est nettement supérieure à celle de l'espace interstellaire. La matière contenue dans ce nuage est composée de poussières et de gaz. Le gaz est un mélange de molécules variées dont des alcools, de l'ammoniac, des aldéhydes (proches des sucres) et de l'eau, en plus de l'hydrogène moléculaire (H2) qui est majoritaire. Ces molécules sont issues de la rencontre, et la combinaison, des atomes produits par l'étoile.
  62. 62. Les nébuleuses Cet amas de gaz peut provenir d'une explosion unique d'une nova ou d'une supernova, comme pour la nébuleuse du crabe.
  63. 63. L’Evolution des étoiles
  64. 64. L’Evolution des étoiles Dans l’univers les étoiles sont les principales sources d’énergie, stocks et agglomérations de matière à la fois. Leur évolution est indissociable de celle de la matière de l’univers et constitue l’un des terrains de recherche principaux des astrochimistes. Il existe beaucoup de types d’étoiles ayant des cycles de vie parfois chaotiques, imprévisibles, apparemment inertes ou relativement stables. Ceci dépend directement de la masse de l’étoile. Ainsi plus une étoile est massive plus sa vie et mort seront courte et intense. Cette généralisation est possible pour les étoiles de la séquence principale.
  65. 65. Les étoiles sont de géantes boules de plasma (4ème état de la matière après l’état gazeux) qui produisent leur propre énergie grâce à des réactions de fusion thermonucléaire à très haute température. Les détails évolutifs dépendent directement du type d’étoile en question.
  66. 66. La formation du système solaire. Les différentes étapes de la formation du système solaire : contraction d’un nuage d’hydrogène et d’hélium, aplatissement du système, formation de planétésimaux, mise en route des réactions nucléaires au centre, apparition du système sous sa forme actuelle.
  67. 67. Evolution du protosystème Le protosystème maintenant bien défini continue à se contracter de plus en plus. Mais, d’après la loi de conservation du moment angulaire, si la taille d’un corps se réduit, sa vitesse de rotation doit augmenter pour compenser. La contraction du protosystème s’accompagne donc d’une forte augmentation de la vitesse de rotation.
  68. 68. De plus, comme le protosystème n’est pas rigide, un fort aplatissement se produit dans le plan perpendiculaire à l’axe de rotation. On se retrouve ainsi finalement avec une concentration de matière au centre, la protoétoile, entourée d’un disque de matière appelé le disque protoplanétaire.
  69. 69. V) L´ORIGINE DE LA VIE
  70. 70. L'abiogenèse, dans son sens le plus courant, désigne l'étude de la génération de la vie à partir de la matière non vivante. Aujourd'hui, le terme est utilisé principalement en biologie, dans le contexte de l'origine de la vie. Les origines de la vie sur Terre demeurent incertaines. Il y a de nombreuses théories scientifiques qui tentent d'expliquer l'apparition de la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui, vie dont on pense qu'elle remonte à environ 3,5 à 3,8 milliards d'années.
  71. 71. Les oasis des fonds océaniques Pendant longtemps (en fait jusqu'à la découverte en 1977 des oasis des fonds océaniques associés aux sources hydrothermales) on avait la certitude tranquille que toute la chaîne de la vie sur terre dépendait entièrement de la photosynthèse. La découverte d'un peuplement animal très dense associée aux sources hydrothermales (2500 mètres de fond) en absence de toute lumière, avait de quoi bouleverser cette certitude. Les découvertes se sont faites d'abord sur deux zones, la dorsale des Galapagos et la dorsale du Pacifique à 13° N, qui ont été étudiées en détails, chacune comprenant quatre sites. Ces sites présentaient une faune si riche qu'on leur a donné des noms évocateurs tels que le Jardin des Roses, le Banc des Moules, le Jardin du Paradis, le Menu Fretin, etc.
  72. 72. On sait qu'il n'y a pas que des sources chaudes à 350°C comme celles qui forment les sulfures métallifères. Il y a aussi les sources tièdes, à 15 ou 20°C, et intermédiaires (jusqu'à 40°C); c'est principalement autour de ces sources que se retrouve le peuplement animal. En fait, on a réalisé que la température de l'eau dans les peuplements les plus denses ne dépasse pas les 15°C.
  73. 73. On y a découvert que la biomasse, c'està-dire la quantité de matière vivante par unité de volume, est de 10 000 à 100 000 fois plus grande sur ces sites que dans le milieu environnant. Cette biomasse est constituée de formes variées qui pour la plupart sont nouvelles pour la science.
  74. 74. Parmi les espèces dominantes, il y a de grands vers tubicoles qu'on appelle Riftia, qui vivent dans un tube blanc nacré se terminant par un panache rouge et qui forment des buissons denses, hauts de 2 mètres; à lui seul, un individu de tour de taille de 4 à 5 centimètres peut atteindre 1,5 mètre de long. On y trouve aussi deux espèces de bivalves géants, sortes de moules ou de palourdes, des ophiures, des crabes, des petits gastéropodes, des vers serpulidés, des anémones de mer et des petits crustacées qui ressemblent à des homards.
  75. 75. Plutôt que d'utiliser la lumière comme source d'énergie première pour synthétiser des carbohydrates comme le font les végétaux (processus de la photosynthèse), il y a ici des bactéries qui tirent l'énergie d'un élément chimique très abondant dans le milieu des sources hydrothermales, le soufre. C'est le processus de la chimiosynthèse. Ces bactéries se retrouvent en symbiose dans les tissus des grands vers tubicoles. Dans une certaine mesure, les vers constituent donc le premier maillon de la chaîne alimentaire. On a découvert aussi par la suite que les grands bivalves possédaient eux aussi cette bactérie chimiotrope. Plus tard, on a découvert sur la dorsale de l'Atlantique, des sortes de petites crevettes aveugles qui couvrent de peuplements très denses les parois des cheminées et qui ont elles aussi ces bactéries chimiotropes comme symbiotes.
  76. 76. Depuis, on a découvert qu'il existe de tels oasis en dehors des dorsales océaniques et qu'il y a plusieurs situations qui peuvent amener l'émission de fluides sur les planchers océaniques. On y a découvert que la chimiosynthèse ne se limite pas au soufre, car on trouve des faunes qui dépendent d'autres produits tels le méthane (CH4) et l'azote de l'ammoniaque (NH3). Cette découverte des oasis des fonds océaniques est importante. Non seulement est-elle venue bouleverser notre compréhension de la vie au fond des océans, mais aussi remettre en question nos hypothèses sur l'apparition de la vie sur terre .
  77. 77. THÉORIE DE LA PANSPERMIE La panspermie formulée dans l'Antiquité par Anaxagore, puis proposée dans sa forme moderne par Hermann von Helmholtz en 1878 est une théorie scientifique qui affirme que la Terre aurait été fécondée de l'extérieur, par des moyens extraterrestres. L'on parle d'ailleurs plus précisément de lithopanspermie lorsque la vie serait venue sur Terre depuis des corps rocheux comme les comètes.

×