Texte pour le grand rapprochement 2013 03-25 denise
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Texte pour le grand rapprochement 2013 03-25 denise

on

  • 390 views

 

Statistics

Views

Total Views
390
Views on SlideShare
328
Embed Views
62

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 62

http://lundisqc.wordpress.com 62

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Texte pour le grand rapprochement 2013 03-25 denise Texte pour le grand rapprochement 2013 03-25 denise Document Transcript

  • Texte pour le grand rapprochement du 25 mars 2013Bonjour à tous et toutes. C’est un très grand plaisir pour moi de revoir desvisages familiers et je vous remercie d’avoir accepté notre invitation à ce grandrapprochement. Permettez-moi de vous, de nous rappeler en quelques lignesquelques temps fort de la vie du Centre.C’est en 1979 que je suis arrivée au Centre fraîchement sortie de ma campagneMauricienne, blanche, francophone pure laine comme on disait à l’époque.L’immigration? Je ne connaissais pas cette réalité. Celle des communautésculturelles? Encore moins. Mon premier choc culturel, je l’ai vécu tout de suiteen commençant. Coordonnatrice du camp de jour, j’avais tout à coup à prendresoin d’une vingtaine d’enfants vietnamiens parmi la centaine de jeunes quecomptait le camp, provenant de boat people, ayant fuit leur pays, ne parlant nifrançais, ni anglais. Méchant choc culturel! Grâce au CLSC Côte-des-Neiges quinous a soutenus financièrement, nous avons pu engager une jeune animatriceVietnamienne parlant français, au joli prénom de Rose, qui nous a facilitél’intégration de ces jeunes au camp. Pour moi, comme pour bien d’autres, ce futle début d’un apprentissage du « vivre ensemble ».Le deuxième temps important de ma vie au Centre, se situe en 1986, lorsque j’aipris la coordination du Centre. L’année qui précédait, le Conseil d’administrationavait déposé à Centraide la demande de renouvellement de son financement.Pour ceux qui ne le savent pas, le renouvellement d’une subvention de la part deCentraide, entraîne une évaluation en profondeur de l’action d’un organisme.L’évaluation terminée, Centraide nous fait trois recommandations qui vontmodifier grandement notre gestion et notre action : une coordination en bonne etdue forme, fini l’autogestion, des objectifs de programmes clairs, unereprésentativité plus grande des communautés culturelles tant sur notre conseild’administration que dans notre membership. Et c’est moi qui héritais dumandat d’effectuer ce tournant crucial. Mon premier geste, en janvier 1987, undes plus heureux vous l’admettrez pour la réussite du plan, a été d’engagerMarie-Claude Barey.Les années 87 à 93 seront marquées par les nombreux liens tissés avec lesorganismes communautaires et multiethniques, comme on les appelait àl’époque, de Côte-des-Neiges. Plusieurs activités de rapprochement serontcréées en collaboration avec ces organismes. En 1987, les cours de françaisfinancés par le MICC débutent et seront une porte d’entrée au Centre pour lesnouveaux arrivants. Le visage du Centre commence à changer. Le travail
  • d’intégration s’intensifie. En 1992, l’idée naît l’idée d’offrir des ateliers de pratiquedu français aux apprenants qui ont peu l’occasion d’utiliser leurs apprentissages.Les ateliers deviennent une occasion de créer des liens, de les encourager dansleur cheminement. Petite idée deviendra grande. En 95, nous décidons de nousappuyer davantage sur le bénévolat pour faciliter l’intégration des immigrants etconsolider le rapprochement interculturel. En 2005, les Lundis Québécoisprennent vie. Un outil qui permet au québécois de souche et à ceux de longuedate de faire connaître le Québec et de partager leurs différences et leursressemblances. En juin 2013 nous marquerons le 100e lundis québécois. Findes années 2000, l’activité jumelage « parlons français » démarre. Notez quetoutes ces activités sont portées par des bénévoles. Plus d’une centaine. Quirejoignent des centaines de nouveaux québécois. Année après année. Merci àvous chers bénévoles ici présents, et à tous ceux et celles qui ont qui ont œuvrésà travers les années.25 ans plus tard, nous disons : Mission accomplie! Le Centre Communautaire deLoisir Côte-des-Neiges est plus que jamais un point d’ancrage pour plusieurspersonnes isolées, pour celles qui ont besoin de se recréer un tissus social, quiont perdues leurs repères et désespèrent de se faire une place dans notresociété. Le Centre est plus que jamais un milieu de vie rassembleur, inclusif etparticipatif. La preuve en est cet évènement qui nous rassemble ici ce soir, gensd’hier et d’aujourd’hui.En terminant, si le rapprochement interculturel fête ses 25 ans ce soir, Marie-Claude Barey pour sa part, marque ses 26 ans.Permettez-moi donc, au nom des centaines de bénévoles qui ont eu le plaisir detravailler avec elle et d’apprécier sa grande ouverture d’esprit, son tact, son sensaiguë de l’organisation, au nom des milliers de participants qui on pu bénéficierde sa créativité, de son dynamisme, de la remercier ce soir pour tout le travailaccompli, pour avoir porté l’étendard de l’interculturel en tout temps et à traversle temps, et la féliciter aussi d’avoir contribué de façon aussi marquante àchanger l’image du Centre et ainsi réaliser le défi que Centraide nous avait poséen 1985. Merci Marie-Claude.Denise BeaulieuDirectrice générale25 mars 2013