Discours serge meyer
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
315
On Slideshare
255
From Embeds
60
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 60

http://lundisqc.wordpress.com 60

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Mesdames, Messieurs,C’est avec plaisir et émotion que nous vous accueillons ce soir pour célébrer avec nousle vingt-cinquième anniversaire du programme de rapprochement interculturel etd’intégration.Il est des initiatives qui meurent à peine nées, certaines qui vivotent un temps puiss’éteignent faute de souffle et d’autres qui résistent au temps comme c’est le cas decelle qui nous réunit aujourd’hui. S’il en est ainsi, c’est d’abord parce que l’actionentreprise par le Centre en la matière répondait et répond à un besoin primordial dansun quartier comme le nôtre, c’est ensuite parce qu’il s’est trouvé et se trouve toujoursdans l’équipe du Centre des personnes qui par leur dynamisme, leur créativité, leurempathie et surtout la force de leurs convictions ont su donner et maintenir au coursdes ans le souffle puissant qui assure l’incroyable vitalité de l’action multiculturelle et deson corollaire l’intégration (pour ne pas heurter leur modestie, et sachant que vous lesreconnaîtrez sûrement, je ne les nommerai pas), c’est enfin parce que d’autresintervenants dont des générations de bénévoles gagnés par l’enthousiasme de cesmêmes personnes et le leur propre ont généreusement apporté leur aide, qu’elles ensoient ce soir chaleureusement remerciées.Mais qu’est-ce qui peut pousser quelqu’un à s’engager dans le bénévolat au Centre? Sije me fie à ma propre expérience, je dirai la volonté d’aider, mais d’aider dans unsecteur où l’on se sent non seulement utile, mais aussi bien, et cela dans un milieumotivant, et Dieu sait que le Centre l’est! L’on commence par les ateliers deconversation française, tout heureux de servir sa langue que l’on considère sa patrieau-delà des frontières et que l’on est fier d’aider le nouveau venu à partager. Une années’écoule, on est sollicité pour le Conseil d’administration, on y accède, en devientsecrétaire et plus tard président. On ne veut pas rompre avec les ateliers, alors onmaintient un lien avec eux dans l’équipe de remplacement. L’on vous demande departiciper aux P’tites Nouvelles, vous acceptez trop heureux de vous rendre utile de
  • 2. cette façon en utilisant le français, ce merveilleux instrument que vous avez utilisé etservi durant votre vie professionnelle. Les années s’additionnent, vous réalisez qu’ellesreprésentent une bonne décennie.Pour revenir aux ateliers de conversation, certes on y donne de sa personne, mais aussil’on reçoit et l’on apprend soi-même beaucoup au contact de gens venus de tous lescontinents, riches de leur propre culture et s’ouvrant à celle de leur pays d’accueil. S’iln’est pas interdit de tirer un peu de fierté de ses propres initiatives, il en est une dont jesuis fier, c’est celle d’avoir fait venir à un des ateliers un représentant d’une premièrenation qui avant de nous parler de la souffrance et de la déculturation dans lespensionnats demanda un petit moment de recueillement, chacun faisant in petto laprière ou la réflexion de son choix. Cela fut pour moi un moment fort durant lequel lescœurs communièrent, brièvement, très brièvement, dans la fraternité, ce qui meramena à cette affirmation du poète John Donne qu’aucun humain n’est une île en soi.N’est-ce pas cette vérité qui inspire l’action de rapprochement et d’intégration qui sepratique dans ces murs mêmes?MerciSerge Meyer,Président du Conseil d’administration 25 mars 2013