OBSERVATOIRE DE LA FILIERE BETAIL VIANDE EN REPUBLIQUE DU NIGER

155
-1

Published on

Etude de faisabilité assortie d’un schéma directeur informatique pour la mise en place d’un observatoire de la filière Bétail Viande pour le République du Niger. Cette etude entre dans la perspective de renforcer les capacités d’adaptation et d’anticipation des acteurs aux évolutions des marchés.

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
155
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

OBSERVATOIRE DE LA FILIERE BETAIL VIANDE EN REPUBLIQUE DU NIGER

  1. 1. REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L’ELEVAGE PROJET DE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS ET DES MARCHES AGRO-SYLVO-PASTORAUX (PRODEX) RAPPORT FINAL Version du 20 SEPTEMBRE 2013 Consultant : Lansana Gagny SAKHO Septembre 2013 ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D’UN OBSERVATOIRE DE LA FILIERE BETAIL VIANDE AU NIGER Outil de rationalisation du dispositif d’appui à l’élevage, plateforme de communication entre les tous acteurs, renforcement de la compétitivité de la filière…
  2. 2. Page 2 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 TABLES DES MATIERES Sigles & abréviations ------------------------------------------------------------------------------------------ 5 CHAPITRE 1 : RAPPORT DE SYNTHESE -------------------------------------------------------------------------6 1. Justification de la mission--------------------------------------------------------------------------------- 7 2. Objectifs & approche méthodologique------------------------------------------------------------------ 7 3. Résultats Attendus----------------------------------------------------------------------------------------- 7 4. Les fonctions de l’observatoire--------------------------------------------------------------------------- 8 5. Approche méthodologique de collecte des informations --------------------------------------------- 8 6. Le cycle de traitement et de diffusion des informations----------------------------------------------- 8 7. Financement de l’observatoire --------------------------------------------------------------------------- 9 8. Ancrage institutionnel de l’observatoire ---------------------------------------------------------------- 9 9. Conclusions------------------------------------------------------------------------------------------------- 10 CHAPITRE 2 : PRESENTATION DU CADRE DE L’ETUDE -------------------------------------------------13 1. Contexte & Justification --------------------------------------------------------------------------------- 13 2. Objectifs & approche méthodologique------------------------------------------------------------------ 14 3. Résultats Attendus----------------------------------------------------------------------------------------- 16 CHAPITRE 3 : PRESENTATION DE LA FILIERE BETAIL VIANDE ------------------------------------17 1. Description générale du sous secteur ------------------------------------------------------------------- 17 2. Organisation de la commercialisation ----------------------------------------------------------------- 17 3. Les acteurs de la chaine de commercialisation--------------------------------------------------------- 18 4. Les pistes d’amélioration du maillon de la commercialisation--------------------------------------- 19 CHAPITRE 4 : RE-CADRAGE & OBJECTIFS DE LA MISSION -------------------------------------------21 1. Objectif de la mission ------------------------------------------------------------------------------------ 21 2. Recadrage de la notion d’observatoire ------------------------------------------------------------------ 21 CHAPITRE 5 : ANALYSE DES SYSTÈMES D’INFORMATION EXISTANTS -------------------------24 1. Le Reseau National des Chambres d’Agriculture (RECA) ------------------------------------------ 24 2. Le Système d’Information Marché Bétail (SIM B) du Niger ---------------------------------------- 24 3. Le Système d’Information Marché Agricole (SIM A) du Niger ------------------------------------ 25 4. Le Réseau des Systèmes d’Information de Marchés de l’Afrique de l’Ouest (RESIMAO)------ 26 5. Le Réseau Billital Maroobé ------------------------------------------------------------------------------ 26 6. L’observatoire oignon en Afrique de l’ouest----------------------------------------------------------- 27 7. L’observatoire Bétail viande en Afrique de l’ouest---------------------------------------------------- 27 8. L’observatoire des marchés agricoles du Mali -------------------------------------------------------- 28 CHAPITRE 6 : JUSTIFICATIONS DE LA MISE EN PLACE DE L’OBSERVATOIRE ---------------29 1. Synthèse de l’analyse des systèmes d’information existants ---------------------------------------- 29 2. Nécessité de mise en place d’un observatoire bétail/viande ----------------------------------------- 29 3. Attente des acteurs par rapport à l’observatoire Bétail/viande --------------------------------------- 30
  3. 3. Page 3 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 CHAPITRE 7 : PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT DE L’OBSERVATOIRE -----------------------32 1. Niveau de qualité des analyses -------------------------------------------------------------------------- 32 2. Adaptation des discours aux capacités des utilisateurs ----------------------------------------------- 32 3. Visibilité et processus de mise en place----------------------------------------------------------------- 32 4. Faire jouer les complémentarités------------------------------------------------------------------------- 32 5. Politique de communication ----------------------------------------------------------------------------- 32 6. Ressources financières ----------------------------------------------------------------------------------- 33 7. Un outil au service des professionnels ------------------------------------------------------------------ 33 CHAPITRE 8 : NATURE DES INFORMATIONS & ACTIVITES DE L’OBSERVATOIRE ---------34 1. Diagnostic par maillon au niveau de la filière --------------------------------------------------------- 34 2. Approche méthodologique de collecte des informations --------------------------------------------- 35 3. Le cycle de l’information --------------------------------------------------------------------------------- 36 4. Exemple des contraintes & d’attentes de certains acteurs -------------------------------------------- 36 5. Typologie des informations ------------------------------------------------------------------------------ 36 6. Besoins en informations modes de diffusion & sources --------------------------------------------- 37 7. La mise en forme des informations---------------------------------------------------------------------- 39 8. La disponibilité actuelle des informations ------------------------------------------------------------- 40 9. Les activités de l’observatoire --------------------------------------------------------------------------- 40 CHAPITRE 9 : PERENISATION DE L’OBSERVATOIRE -----------------------------------------------------43 1. Caractéristiques de l’observatoire ----------------------------------------------------------------------- 43 2. Rôle centrale de l’interprofession de la filière bétail viande ----------------------------------------- 44 3. Rôle de la puissance publique---------------------------------------------------------------------------- 44 4. Indépendance de l’observatoire ------------------------------------------------------------------------- 44 5. Financement de l’observatoire -------------------------------------------------------------------------- 45 6. Confidentialité des données ------------------------------------------------------------------------------ 45 7. La stratégie de mise en oeuvre --------------------------------------------------------------------------- 46 CHAPITRE 10 : ANCRAGE INSTITUTIONNEL & ORGANISATION ------------------------------------47 1. Ancrage institutionnel ------------------------------------------------------------------------------------ 47 2. Scénarii de l’ancrage institutionnel --------------------------------------------------------------------- 47 3. Le Comité Technique et d’Orientation ----------------------------------------------------------------- 49 4. La Cellule de Gestion & d’Animation ------------------------------------------------------------------ 49 5. Le rôle central de l’interprofession bétail viande ------------------------------------------------------ 50 6. Les partenaires de l’observatoire ------------------------------------------------------------------------ 51 7. La structuration du montage institutionnel ------------------------------------------------------------- 52 8. L’organigramme du comité d’orientation technique ------------------------------------------------- 53 9. L’organigramme de la cellule de gestion & d’animation -------------------------------------------- 54 CHAPITRE 11 : PLAN D’ACTION DE MISE EN PLACE DE L’OBSERVATOIRE -------------------55 CHAPITRE 12 : CONCLUSIONS --------------------------------------------------------------------------------------56
  4. 4. Page 4 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 ANNEXES ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------57 Annexe 1 : Simulation du compte d’exploitation de l’observatoire ------------------------------------ 58 Annexe 2 : Liste des personnes & institutions rencontrées --------------------------------------------- 60 Annexe 3 : Bibliographie ------------------------------------------------------------------------------------ 62 Annexe 4 : Termes de références --------------------------------------------------------------------------- 64
  5. 5. Page 5 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 TABLEAU DES ABREVIATIONS OPF Organisations Professionnelles des Filières AID Association Internationale de Développement PRODEX Projet de Développement des Exportations et des marchés Agro-Sylvo-Pastoraux UCTF Unité de Coordination Technique et Fiduciaire ATI Assistance Technique Internationale AGEX Bétail Agence d’Exécution de la filière bétail HI3N Haut commissariat à l’Initiative 3N RECA Réseau National de Chambres Agricoles SIM A Système d’information sur le marché Agricole SIM B Système d’information sur le marché Bétail RESIMAO Réseau des Systèmes d’Information des Marchés de l’Afrique de l’Ouest RMB Réseau Billital Maroobé COFENABVI Confédération des Fédérations Nationales de la Filière Bétail Viande membres de L’UEMOA OMA Observatoire des Marchés Agricoles du Mali PFR Points Focaux Régionaux CNUT Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports SRP Stratégie de Réduction de la Pauvreté CCIAN Chambre de Commerce d’Industrie & d’Artisanat du Niger UEMOA Union Economique & Monétaire de l’Ouest Africain BCEAO Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest CMA/OC Conférence des Ministres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre SDR Stratégie de Développement Rural OP Organisations des Producteurs CTO Comité Technique d’Orientation CGA Cellule de Gestion & d’Animation OP Organisations des Producteurs TDR Termes De Références UE Union Européenne PAM Programme Alimentaire Mondial
  6. 6. Page 6 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 RAPPORT DE SYNTHESE
  7. 7. Page 7 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 1. JUSTIFICATION DE LA MISSION Les filières bétail/ viande représentent le second poste d’exportation du Niger après l’uranium. Le bétail est valorisé, pour l’essentiel, à travers l’exportation d’animaux sur pied en direction du Nigéria et du Ghana. Les systèmes d’information SIM bétail et le Réseau des Chambres d’Agriculture mettent à la disposition des acteurs des informations sur les prix, l’évaluation des produits. D’autres collecteurs de données sur les filières bétail/ viande sont aussi actifs : Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports(CNUT) pour les tracasseries routières, les douanes et l’Institut National de la Statistique (INS) pour les données relatives aux exportations. Malgré ces différentes sources d’informations, les acteurs de la filière peinent à s’adapter aux exigences des marchés extérieurs et à saisir les éventuelles opportunités d’affaires. C’est dans ce cadre que rentre cette étude qui vise à : - Contribuer à l’amélioration globale de la compétitivité de la filière grâce au renforcement de la capacité de décision des opérateurs de la filière et des processus d’élaboration des politiques sectorielles ; - Créer les conditions d’utilisation des ressources disponibles qui génèrent le plus de richesse et le moins de gaspillage ; - Aider à la prise de décision et l’affinement des stratégies des acteurs ; - Mettre à la disposition des acteurs clés des chaînes de valeur la bonne information sur, les principes et les procédures de mise en œuvre des activités de commercialisation et d’exportation. 2. OBJECTIFS & APPROCHE METHODOLOGIQUE Les objectifs de l’étude sont contenus dans les TDR. Il s’agit de réaliser une étude de faisabilité assortie d’un schéma directeur informatique pour la mise en place d’un observatoire de la filière Bétail Viande au Niger dans la perspective de renforcer les capacités d’adaptation et d’anticipation des acteurs aux évolutions des marchés. La mission va se dérouler en deux (2) étapes mais certaines taches vont s’effectuer de façon simultanée. 3. RESULTATS ATTENDUS L’observatoire a les objectifs spécifiques ci dessous : - Fournir aux différents opérateurs de la filière, des informations leur permettant d'orienter les choix techniques, économiques et commerciaux ; - Fournir aux organisations professionnelles (à travers l’interprofession bétail viande) des éléments d'analyse du contexte général de la filière, permettant de renforcer leur capacité de négociation et d’intervention dans le débat politique ;
  8. 8. Page 8 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 - Améliorer la capacité d’analyse économique des cadres, des services publiques, des décideurs et des bailleurs de fonds impliqués dans l'élaboration des politiques de la filière. 4. LES FONCTIONS DE L’OBSERVATOIRE L’observatoire doit remplir les fonctions spécifiques ci dessous : - Une fonction de centrale d’information sur la filière ; - Une fonction d'interprétation des processus de production, de transformation et de commercialisation des produits de la filière ; - Une fonction d'évaluation de l'impact des actions de développement ; - Une fonction prospective. L'observatoire ne doit pas s'adresser qu'à un public d'experts. A cet effet des formations doivent accompagner la mise en place de l'observatoire pour lui donner les moyens de s'alimenter, de rendre audibles et compréhensibles par les utilisateurs intermédiaires les messages qui en sortent. En même temps, les discours devront être pris en charge par des représentants intermédiaires aptes à utiliser le langage le plus compréhensible par les groupes sociaux qu'ils représentent. 5. APPROCHE METHODOLOGIQUE DE COLLECTE DES INFORMATIONS La réponse à des besoins réels en informations est vitale pour la pérennité de l’observatoire. Mais ces besoins ne peuvent être cernés une fois pour toute ; ils peuvent être amenés à évoluer, au fur et à mesure que les acteurs vont acquérir une vision plus fine de leur environnement en fonction de l'évolution de celui ci. L'identification des besoins, permettant de définir ou de réajuster les actions de l'observatoire, doit donc être un processus itératif. Le jugement des différents types de public cible sur l'information diffusée, le niveau d'analyse, les modes de diffusion doivent être périodiquement mis à jour. Les besoins en information sont rarement explicités de façon précise par les acteurs. Mais au travers des contraintes qu'ils perçoivent et des attentes qu'ils expriment, les déficits en informations peuvent être identifiés. 6. LE CYLCE DE TRAITEMENT & DE DIFFUSION DES INFORMATIONS
  9. 9. Page 9 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 7. FINANCEMENT DE L’OBSERVATOIRE L'administrateur de l'observatoire devra développer une capacité de formulation de programmes d'activités à soumettre aux partenaires au développement au delà des tâches routinières de l'observatoire. La rémunération de l’administrateur de l’observatoire devra intégrer une partie variable en rapport avec les résultats des activités génératrices de revenus (formulation de programmes, prestations de service). Le modèle du SIM A serait une bonne référence. La participation de l'Etat sous forme de mise à disposition gratuite de données & d’une subvention annuelle doit également être prise en compte. Pour mener à bien ses missions, l'observatoire doit être une structure légère et flexible, dotée d'une autonomie de gestion administrative et financière. Il devrait également se doter d'un Comité Technique d'Orientation (CTO) et d'une Cellule de Gestion et d'Animation (CGA) pour son fonctionnement opérationnel. 8. ANCRAGE INSTITUTIONNEL DE L’OBSERVATOIRE Il faut un montage institutionnel qui : - Garantisse une crédibilité vis à vis des acteurs (l’interprofession), des institutions et des partenaires au développement ; - Permette de rendre les chances de pérennisation les plus grandes possibles, en calibrant les fonctions minima à assurer et en recherchant des financements au delà de contributions des utilisateurs. La tutelle de l’observatoire assumera les responsabilités de maître d'ouvrage. A cet effet, elle devra faciliter la mise en œuvre de l'observatoire en cohérence avec la politique du secteur de l’élevage de la République du Niger. Le RECA semble être une plateforme adéquate pour abriter l’observatoire à cet effet nous recommandons d’analyser les possibilités d’ancrer l’observatoire au RECA pour capitaliser sur son savoir faire, son fonds documentaire et la visibilité de son site web. L’ancrage au RECA aura également l’avantage d’une mutualisation de certains coûts ce qui aura un impact significatif sur les frais de fonctionnement de l’observatoire.
  10. 10. Page 10 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 9. CONCLUSIONS L’analyse des systèmes d’informations (observatoires) existants dans la sous région laisse apparaître trois (3) faiblesses majeures : absence d’implication des professionnels des filières, outils de communication inadaptés & autonomie financière. L'observatoire joue un rôle de forum de concertation entre tous les acteurs de la filière. Il remplie quatre (4) fonctions essentielles : - Une fonction de centrale d’information sur la filière ; - Une fonction d'interprétation des processus de production, de transformation et de commercialisation des produits de la filière ; - Une fonction d'évaluation de l'impact des actions de développement ; - Une fonction prospective. Le succès et la pérennisation de l’observatoire dépendront de trois éléments : a) Indépendance financière : L’observatoire doit se positionner comme un outil de création de valeurs ; b) Professionnalisation de l’interprofession bétail viande : A la fin de la mise en place de l’interprofession il faut prévoir une phase d’accompagnement en termes de renforcement de capacités de ses membres pour leur permettre une Service Public Interprofession Partenaires Comité d’orienta- tion technique Cellule de Gestion & d’animation Service PublicsPrestataires & clientsPartenaires institutionnels Administrateur + Supports Valorisation & diffusion Fourniture d’informations & d’analyse
  11. 11. Page 11 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 meilleure structuration et une compréhension de l’ensemble des enjeux de la filière. c) Accompagnement pour la mise en place de l’observatoire : la plupart des projets de mise en place d’observatoires en Afrique de l’ouest et du centre se sont limités à de simples intentions. En sus de nécessiter une volonté politique affirmée des autorités de la République du Niger, un accompagnement pour la mise en place de l’observatoire nous semble essentielle.
  12. 12. Page 12 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 RAPPORT GENERAL
  13. 13. Page 13 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 II - PRESENTATION DU CADRE DE L’ETUDE 1. CONTEXTE & JUSTIFICATION DE LA MISSION CONTEXTE DE LA MISSION La République du Niger a bénéficié de l’Association Internationale de Développement (AID), un prêt pour financer le Projet de Développement des Exportations et des marchés Agro-Sylvo-Pastoraux (PRODEX), un projet d’appui à la promotion des filières et de lutte contre la pauvreté au Niger. La stratégie globale du PRODEX vise le renforcement des maillons faibles des filières d’exportation et de mise en marché. Il cherche à promouvoir les produits d’exportation et à améliorer leur compétitivité grâce à des investissements ciblés et au renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles publiques et privées. La gestion du projet est assurée par une Unité de Coordination Technique et Fiduciaire (UCTF) appuyée par une mission d’Assistance Technique Internationale (ATI). L’UCTF s’appuie au niveau régional sur des Points Focaux Régionaux (PFR), et qui ont pour mission, notamment, de coordonner et de suivre les activités du projet sur le terrain. Par ailleurs, le projet a signé des contrats cadres avec des Agences d’Exécution - AGEX- (une par filière prioritaire –oignons ; bétail/ viande, cuirs et peaux et niébé-) qui assurent la mise en œuvre d’activités liées à l’identification des sous-projets, à l’appui des plans d’action opérationnels des filières et au renforcement des capacités techniques et de gestion des organisations professionnelles. JUSTIFICATION Les filières bétail/ viande représentent le second poste d’exportation du Niger après l’uranium. Le bétail est valorisé, pour l’essentiel, à travers l’exportation d’animaux sur pied en direction du Nigéria et du Ghana. Les systèmes d’information SIM bétail et le Réseau des Chambres d’Agriculture mettent à la disposition des acteurs des informations sur les prix et l’évaluation des produits. D’autres collecteurs de données sur les filières bétail/ viande sont aussi actifs : Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports (CNUT) pour les tracasseries routières, les douanes et l’Institut National de la Statistique (INS) pour les données relatives aux exportations. Malgré ces différentes sources d’informations, les acteurs de ces filières peinent à s’adapter aux exigences des marchés extérieurs et à saisir les éventuelles opportunités d’affaires. C’est dans ce cadre que rentre cette étude qui vise à : - Contribuer à l’amélioration globale de la compétitivité de la filière grâce au renforcement de la capacité de décision des opérateurs de la filière et des processus d’élaboration des politiques sectorielles ;
  14. 14. Page 14 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 - Pallier les défaillances des marchés réels à réaliser l’efficacité maximale ; - Créer les conditions d’utilisation des ressources disponibles qui génèrent le plus de richesse et le moins de gaspillage ; - Aider à la prise de décision et l’affinement des stratégies des acteurs ; - Mettre à la disposition des acteurs la bonne information, les principes et les procédures de mise en œuvre des activités de commercialisation et d’export du projet ; 2. OBJECTIFS & APPROCHE METHODOLOGIQUE OBJECTIFS Les objectifs de l’étude sont contenus dans les TDR. Il s’agit de réaliser une étude de faisabilité assortie d’un schéma directeur informatique pour la mise en place d’un observatoire de la filière Bétail Viande au Niger dans la perspective de renforcer les capacités d’adaptation des acteurs aux évolutions des marchés. APPROCHE METHODOLOGIQUE La mission va se dérouler en deux (2) étapes mais certaines taches vont s’effectuer de façon simultanée. Phases de l’étape 1 § Phase 1.1 : Etude du cadre réglementaire, collecte des données, étude documentaire : Analyse des principaux documents, des études préalables effectuées dans le domaine sur : - Les besoins d’informations des acteurs directs et indirects ; - Les systèmes d’informations opérants au niveau national et sous régional ; - Les méthodes actuelles de commercialisation de la viande ; - L’organisation des comptoirs de commercialisation de bétail ; - Les acteurs des principales organisations d’éleveurs et des organisations professionnels faîtières dans l’élevage ; - La commercialisation du bétail et de la viande ; - Les textes juridiques et réglementaires du commerce et de l’exportation du bétail et de la viande ; - Les études financées par les partenaires au développement et relatives à la filière bétail viande ; - Le manuel d’exécution et le document de projet du Prodex. Cette phase permettra de tirer les leçons des expériences passées en matière de mise en place de cadre réglementaire & de structuration d’observatoires.
  15. 15. Page 15 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 § Phase 1.2 : Rencontre avec les principaux acteurs concernés Organisation de séances de travail avec l’ensemble des parties prenantes : - Ministère de l’élevage, directeurs de services ; - AGEX bétail, ATI, PRODEX ; - CCIAN, partenaires au développement ; - Organisations faîtières ; - Organismes pourvoyeurs d’informations. - ….. Pour collecter des informations, recueillir leurs avis, leurs besoins et partager leur vision par rapport à l’observatoire § Phase 1.3 : Analyse, élaboration du rapport provisoire § Phase 1.4 : Présentation des résultats provisoires organisation de l’atelier de validation § Phase 1.5 : Rédaction du rapport final avec prise en compte des observations de l’atelier de validation Phases de l’étape 2 § Phase 2.1 : Elaboration du système informatique - Analyse de l’existant (état des lieux systèmes d'informations, analyse de documentaire, Echantillonnage, Phase de l'enquête de terrain) ; - Cartographie, définition du Système d’Information cible et de son organisation ; - Exploitation des résultats de l’étape 1 (besoins d’informations de l’observatoire, utilisateurs, sources) ; - Spécifications techniques & fonctionnelles ; - Planification. Cette étape permettra de bien identifier la structure informatique qui portera le fonctionnement de l’observatoire § Phase 2.2 : Mise en place du système informatique - Conception des outils de collecte des données ; - Analyse du Projet (les différents acteurs ministère et partenaires) seront interrogés sur leurs attentes par rapport à l'application ; - Conception du dictionnaire de données ; - Conception de la base de données et l’application ; - Test l'application ; - Implémentation de l'application ; - Elaboration du guide d’utilisation.
  16. 16. Page 16 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 § Phase 2.3 : Test du système informatique ; § Phase 2.4 : Rédaction du guide d’utilisation du système informatique ; § Phase 2.5 : Elaboration du chronogramme du plan de formation des utilisateurs ; § Phase 2.6 : Formation des utilisateurs ; § Phase 2.7 : Evaluation de la formation ; § Phase 2.8 : Remise à niveau des utilisateurs ; § Phase 2.9 : Rédaction du rapport final ; 3. RESULTATS ATTENDUS La mission sera réalisée en trois étapes. Chacune d’entre elles devra permettre d’atteindre les résultats ci dessous : ÉTAPE 1 - Un état des lieux des besoins d’information (au niveau national, sous régional et régional) des acteurs directs des filières bétail-viande et des acteurs indirects (État, partenaires- bailleurs, projet, ONG, autres) ; - Un état des lieux des systèmes d’informations opérant au niveau national, sous régional et régional ; - Les scénarii de mise en place et fonctionnement de l’observatoire sont proposés. ÉTAPE 2 - Le dispositif opérationnel de l’observatoire est décrit : mode opératoire, ancrage institutionnel, statut juridique, types d’informations (aux niveaux Production, Transformation, Commercialisation, politique, juridique, normatif, socioéconomique), mode de fonctionnement, financement de l’observatoire, système de contrôle-qualité ; - Le système d’information est conçu : modalités de collecte, traitement, diffusion de l’information, moyens nécessaires à la mise en œuvre (matériels, logiciels, personnel, données et procédures) du système d’information. ÉTAPE 3 - Le système informatisé est conçu et installé sur la base d’un schéma directeur ; - Le personnel clé est formé au système d’exploitation ; - Les utilisateurs sont formés à la gestion du système d’information stratégique.
  17. 17. Page 17 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 III - PRESENTATION DE LA FILIERE BETAIL VIANDE 1. DESCRIPTION GENERALE DU SOUS SECTEUR Après l’uranium, l’essentiel des exportations du Niger est concentré dans le secteur agro-sylvo-pastoral. Le pays possède un potentiel important de production et d’exportation d’une gamme plus large de produits. Activité de grande importance, le sous secteur de l’élevage occupe près de 87% de la population active du pays dont 20% en tirent l’essentiel de leur subsistance. Elle représente pour l’économie la composante la plus dynamique et la plus porteuse de croissance du secteur primaire. La zone pastorale couvre trente 35 millions d’hectares et le cheptel national de bétail s’élève à près de 40 millions de têtes. Le bétail est composé de bovins, d’ovins, de caprins, de camelins et de porcins. Le cheptel du Niger est devenu au fil du temps un important produit d’exportation. Par ordre d’importance en poids, la viande la plus produite est celle du bovin, suivi du caprin, de l’ovin, du camelin et du porcin. Malgré le fait que le cheptel national soit assez suffisant pour répondre aux besoins de la population, cette dernière a un niveau de consommation relativement faible comparé aux normes internationales. Cette situation pourrait s’expliquer par le faible pouvoir d’achat de la population. 2. ORGANISATION DE LA COMMERCIALISATION LES IMPORTANTIONS Les besoins en consommation de viande du Niger ne sont couverts qu’à 61% par la production nationale à cause de la faiblesse relative du pouvoir d’achat. Il se pratique une interdiction officieuse des importations de viande rouge liée à une volonté de l’état Nigérien de développer une production locale de viande et un réseau de tanneries. LES EXPORTATIONS Les valeurs des exportations d’animaux vivants et des cuirs et peaux du Niger varient sensiblement selon les sources. En effet, les données de l’INS (Institut National des Statistiques) et les données des Services de la Douane ne tiennent pas compte des exportations informelles alors que la BCEAO et le MRA ajustent leurs données pour en tenir compte dans leurs estimations. Les données ajustées de la BCEAO et celles du MRA s’inscrivent dans le même ordre de grandeur. Selon les données ajustées de la BCEAO, les exportations d’animaux vivants du Niger en 2006 se chiffraient à 48,6 milliards CFA alors que selon les données INS rapportées dans EDIC en 2008, ces valeurs étaient estimées à un peu plus de 35 milliards dans la même période.
  18. 18. Page 18 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Le bétail nigérien est très recherché surtout dans les pays de la sous-région du fait de la qualité de sa viande. Cela concourt à faire du Niger un grand exportateur de bétail. Le tableau 4 présente ces exportations de 1998 à 2007. Tableau 4 : Evolution de la quantité de viande (en kg) exportée de bétail de 1998 à 2007 Cumul de Produits 1998 – 1999 2000 – 2001 2002 – 2003 2004 – 2005 2006 – 2007 Total Bovin 46. 166. 106 69. 385. 073 40. 445. 015 36. 293. 479 42. 996. 067 235. 285. 740 Ovin/caprin 35. 656. 219 63. 092. 313 37. 795. 988 21. 657. 202 25. 108. 980 183. 310. 702 Camelin 9. 814. 199 12. 280. 584 9. 290. 336 5. 340. 549 6. 665. 390 43. 391. 058 Total 91. 636. 524 144. 757. 970 87. 531. 339 63. 291. 230 74. 770. 437 461. 987. 500 Source : Extrait d’EDIC, 2008 Peu d’informations sur les pays importateurs des produits agro-sylvo-pastoraux en provenance du Niger sont disponibles. Néanmoins, il a été révélé que les exportations vers le Nigéria représentent plus de 90% des exportations de bétail. Ce pays est le principal marché du Niger vu sa proximité, l’importance de sa population (plus de 130 millions) et les liens historiques et ethniques existants entre les deux pays. Le marché de la Côte d’Ivoire présente également de nouvelles perspectives du fait de l’état de dégradation du secteur de l’élevage dans le Nord du pays depuis 2002, de la politique de protection communautaire (TEC) de l’UEMOA et de la mise en place d’un prélèvement compensatoire sur les viandes extra africaines qui sont des facteurs d’amélioration de la compétitivité des exportations sahéliennes dont celles du Niger. La logistique de la chaîne de froid reste un handicap majeur à surmonter au regard des ambitions affichées par le Niger sur les marchés côtiers et de la sous région. En effet, l’indisponibilité de chaîne de froid au niveau de l’abattoir de Niamey et des camions de transport fait que par voie terrestre, l’exportation de viande comporte de très gros risques. 3. LES ACTEURS DE LA CHAINE DE COMMERCIALISATION LES INTERMEDIAIRES DE MARCHES OU DILALI Les intermédiaires de marchés ou Dillalis supplantent les propriétaires d’animaux lors des opérations de vente. Ils sont les seuls interlocuteurs auprès des acheteurs et cherchent toujours à majorer les prix de vente à leur profit même lorsque ce prix a été déjà convenu avec le propriétaire de l’animal
  19. 19. Page 19 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 LES COMMERÇANTS DE BETAIL / CHEVILLARDS (GROSSISTES) Les commerçants de bétail dont les plus grands font de l’exportation leur activité principale, ont la capacité de stocker et parfois d’élever un effectif important de bétails en vue de le commercialiser. Les chevillards (grossistes) ravitaillent les bouchers détaillants dans des rapports basés sur la vente à crédit mais cette pratique crée généralement des tensions entre les parties. LES BOUCHERS DETAILLANTS Les bouchers détaillants s’approvisionnent auprès des grossistes sur une base contractuelle. En écoutant les détaillants, on est tenté de conclure qu’ils sont exploités par les chevillards ; car selon eux, les grossistes leur imposent des prix irrationnels qui sont à ‘prendre ou à laisser’. LES CONVOYEURS Leur rôle principal est de convoyer et/ou transporter les animaux d’un marché hebdomadaire à un autre ou d’un marché hebdomadaire à un marché de consommation, de regroupement, d’exportation ou frontalier. Cette activité est totalement informelle. 4. LES PISTES D’AMELIORATION DU MAILLON DE LA COMMERCIALISATION La filière bétail/viande est devenue aujourd’hui une structure confuse. On constate un amalgame d’acteurs très préjudiciable aux professionnels de la filière. Dans cette entreprise, la réactualisation des textes législatifs et réglementaires s’impose ; si besoin, mener une enquête de sensibilisation et d’information sur l’ensemble du territoire national et reconstituer sur des bases saines le répertoire des professionnels de la filière. Ce secteur doit absolument évoluer vers la promotion de véritables professionnels (disposant des ressources humaines compétentes et des ressources financières et matérielles) capables d’honorer des contrats en bonne et due forme. Pour faire face aux nouvelles réalités du commerce du bétail, le Niger devra orienter ses actions vers de projets ciblés, nécessitant la participation et la collaboration de l’ensemble des acteurs de la filière. A cet effet cinq aspects qui, à la lumière de ce qui a été présenté précédemment, semblent prioritaires : - La gestion globale et intégrée du territoire agricole et pastorale - L’amélioration de la mise en marché des produits - L’application rigoureuse des politiques en place - L’amélioration des systèmes d’information sur les prix
  20. 20. Page 20 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 STRUCTURATION DE LA CHAINE DE COMMERCIALISATION Flux financiers Flux physiques Flux d’informations Exportation de viande Commercialisationintérieure Consommateurs nationaux Grands commerçants ou exportateurs de bétail Dilalay ou intermédiaires de marché Producteurs/Eleveurs : Agro pasteurs, Eleveurs nomades ou Eleveurs transhumants et Eleveurs commerçants ou Fonctionnaires Commerçants de bétail Chevillards ou grossistes Acheteurs Etrangers Servicesdesoutien,decontrôlequalité,d’encadrementetdesuivi sanitairedubétail,FormationetInformationsdesacteurs,Services d’abattagedubétailauprofitdesacheteurssurlesmarchés;Servicesde vulgarisationetlesprogrammes/projetsdesoutienausecteur bétail/viandeetServicesfinanciers Marché Frontalier Marché terminal Marchésderegroupement etdedistribution Marché de collecte et de ramassage Bouchers/Détaillant s Tripiers
  21. 21. Page 21 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 IV - RE-CADRAGE & OBJECTIF DE LA MISSION 1. OBJECTIF DE LA MISSION Les termes de référence de la mission et les échanges avec les acteurs pendant la réunion de cadrage ont permis d’articuler les objectifs de la mission sous les angles ci dessous : - Clarification des fonctions de l'observatoire : S'agit-il d'un outil d'information brute ou d'un outil d'analyse et d'aide à la décision politique ? - Définition les utilisateurs potentiels : les identifier ainsi que leurs besoins ; identifier les dispositifs actuels de réponse à ces besoins (sources d'informations disponibles) ; - Définition les produits attendus, leur nature, leur périodicité, les supports, les modalités d'accès etc ; - Définition les modalités de collecte et traitement de l'information ; - Définition les moyens requis : ressources humaines et formation complémentaire, moyens de fonctionnement ; - Définition un programme de mise en place de l'Observatoire (plan directeur informatique) ; - Proposition les mécanismes de financement de l’observatoire pour assurer sa pérennité. 2. RECADRAGE DE LA NOTION D’OBSERVATOIRE La mise en place d'un observatoire s'inscrit dans une dynamique plus générale des programmes d'appui au développement des filières. - Une partie de la demande d'observatoire peut émaner des bailleurs de fonds, dans l'objectif d'améliorer, à court et moyen terme, l'efficacité des projets qu'ils financent. Le manque d'informations fiables et le cloisonnement de l'information existante constituent un handicap pour l'identification et l'instruction des projets, puis pour l'évaluation de leur impact. - Pour l'administration, l'observatoire permet à la fois de ‘faire sortir’ l'information des projets et de mettre en place un outil transversal d'évaluation de impact de l'action publique sur le développement. - Du côté des acteurs des filières la demande relève d’un souci global d'affiner la stratégie commerciale. C'est sur cette demande que s'appuie en général la démarche dominante qui conduira à favoriser la constitution d'interprofession comme vecteur de cette demande et alibi pour les demandes des partenaires au développement et de la puissance publique.
  22. 22. Page 22 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 LES OBJECTIFS DE L’OBSERVATOIRE En terme opérationnel, on peut dire que l'observatoire de la filière bétail viande a pour objectif de participer à l'amélioration globale de la compétitivité de la filière grâce à l'amélioration de la capacité de décision des opérateurs de la filière et des processus d'élaboration des politiques sectorielles : c'est un ‘outil pour faciliter la coordination entre les acteurs de la filière’. L'observatoire doit être structurellement lié à un forum de concertation. Ce forum doit devenir un lieu de débats entre acteurs responsabilisés dans l'action représentant un groupe d'intérêt économique ou une fonction. Les missions de l’observatoire recoupent trois objectifs spécifiques : - Fournir aux différents opérateurs de la filière (amont, producteurs, aval), des informations leur permettant d'orienter les choix techniques, économiques et commerciaux ; - Fournir aux organisations professionnelles (à travers l’interprofession bétail viande) des éléments d'analyse du contexte général de la filière, permettant de renforcer leur capacité de négociation et d'améliorer leur capacité à intervenir dans le débat politique ; - Améliorer la capacité d'analyse économique des cadres des services publics, des décideurs et des partenaires au développement impliqués dans l'élaboration des politiques de la filière bétail viande. LES FONCTIONS DE L’OBSERVATOIRE L’observatoire remplie des fonctions auxquelles correspondent des instruments spécifiques : - Une fonction de centrale d’informations sur la filière L'objectif de cette première fonction est de constituer un bien commun procurant à l'ensemble des acteurs concernés une base de travail collective. Les outils en sont le rassemblement et la collecte d'informations, son organisation et sa mise à disposition. - Une fonction d'interprétation des processus de production, de transformation et de commercialisation des produits de la filière L'objectif est de fournir un outil commun d'interprétation des dynamiques économiques, sociales, écologiques au sein de la filière. Les outils sont ceux de l'économie institutionnelle qui cherche à bien caractériser les modes de coordination, les stratégies des acteurs. A ce point, le champ d'analyse doit s'élargir à l'ensemble des enjeux des acteurs impliqués dans la filière et pas seulement ceux qui sont directement liés à la filière bétail viande.
  23. 23. Page 23 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 - Une fonction d'évaluation de l'impact des actions de développement L'objectif est de fournir des éléments d'appréciation des interventions des différents opérateurs sur le développement de la filière. Les outils en sont la construction d'indicateurs comme mesure des critères d'appréciation des dynamiques de développement et le renseignement d'un tableau de bord de ces indicateurs. On doit considérer au moins les évolutions des valeurs ajoutées, leur répartition, les indicateurs de commerce extérieur. Des petits modèles de filière individualisant les stratégies des principaux d'opérateurs sont des instruments adéquats pour un suivi régulier de la filière. - Une fonction prospective L'objectif de cette fonction est renseigner sur les tendances de la filière est d’anticiper au besoin pour capitaliser les opportunités ou palier aux menaces sur la filière.
  24. 24. Page 24 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 V - ANALYSE DES SYSTÈMES D’INFORMATIONS EXISTANTS 1. LE RESEAU NATIONAL DES CHAMBRES D’AGRICULTURE (RECA) Le Réseau National des Chambres d’Agriculture (RECA) est un établissement public à caractère professionnel créé par la loi 2000-15 du 21 août 2000 et son décret d’application 2001-105 /PRN /MDR du 18 mai 2001. Le RECA représente l’ensemble de la profession agricole (agro sylvo pastoral) du Niger, défend les intérêts des producteurs ruraux et joue l’interface entre les organisations paysannes et les pouvoirs publics ainsi qu’avec les partenaires au développement. Le système d’information du RECA est adossé à un site web qui est utilisé comme plateforme pour : - Assurer une plus grande visibilité de ses activités ; - Diffuser l’information technique, professionnelle et économique à l’endroit de 3 cibles : les organisations paysannes, les pouvoirs publics et les partenaires techniques et financiers du secteur rural ; - Élargir le champ de diffusion des produits issus des projets, programmes, des bonne pratiques et des innovations en matière de développement Agricole et Rurale ; 2. LE SYSTEME D’INFORMATION MARCHE BETAIL (SIM B) DU NIGER Le SIM B est Service placé sous tutelle du Ministère de l’élevage. Son budget de fonctionnement est assuré par l’État nigérien, l’Union Européenne & le concours d’autres partenaires au développement. L’objectif global du SIM B consiste à participer à l’amélioration de l’efficacité de la politique nationale de sécurité alimentaire de la République du Niger de manière significative et durable. Missions - Améliorer la transparence des marchés à travers une circulation rationnelle de l’information sur les prix vers les différents acteurs du marché ; - Améliorer le suivi des exportations du bétail ; - Détecter, confirmer ou infirmer les situations de crise alimentaires dans certaines zones par une observation soutenue des marchés et suivre l’impact de l’intervention de l’Etat sur ces marchés ; - Suivre de manière régulière l’évolution des produits et des prix ; - Fournir aux décideurs, les informations nécessaires à la définition d’une politique commerciale.
  25. 25. Page 25 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Activités : Données collectées & diffusées - Collecte et transmission des données - Saisie, traitement, analyse et publication des données sur les marchés à bétail; - Diffusion radio et reproduction des documents pour réalisation d’un documentaire Logistique - Nombre de marchés suivis : 78 - 85 enquêteurs, 9 contrôleurs régionaux et 10 agents de l’équipe centrale; 3. LE SYSTEME D’INFORMATION MARCHE AGRICOLE (SIM A) DU NIGER Service spécialisé à gestion autonome placé sous tutelle du Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé. Son budget de fonctionnement est assuré par l’État nigérien, des subventions de partenaires au développement (UE, PAM, UNICEF, CILSS, PRODEX..) et produits de prestations de service. Missions - Collecte et de traitement et diffusions des prix de produits agricoles - Réalisation d’études thématiques à la demande - Diffusion d’informations sur les échanges des produits agricoles dans la sous- région - Analyse des marchés des produits agricoles et des flux de marchandises Activités - Assurer la diffusion régulière des informations et des prix des produits agricoles ; - Améliorer la transparence des marchés à travers une circulation rationnelle de l’information sur les prix vers les différents acteurs du marché ; - Améliorer le suivi de l’approvisionnement en céréales en provenance des pays voisins notamment le Nigeria ; - Détecter, confirmer ou infirmer les situations de crise alimentaire dans certaines zones par une observation soutenue des marchés, - Publications de bulletins d’informations sur les activités de commercialisations des produits agricoles - Prestations de service Logistique - Nombre de marchés suivis : 74 - 74 enquêteurs, 8 contrôleurs régionaux et 15 agents de l’équipe centrale; - Échantillon de 44 produits suivis hebdomadairement;
  26. 26. Page 26 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 4. LE RESEAU DES SYSTEMES D’INFORMATION DE MARCHES DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (RESIMAO) Plateforme sous régionale de gestion de l’information des marchés agricoles le RESIMAO regroupe les Systèmes d’Information Marché Agricole du Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Niger, Nigeria, Mali, Sénégal et du Togo. Il est le correspondant régional de la CEDEAO pour les informations de marchés Le RESIMAO dispose d’un réseau de collecte & d’un dispositif de diffusion des informations agricoles Missions - Permettre aux acteurs l’accès accès à l’information opportune , précise et fiable du marché pour les décisions de politique et les échanges commerciaux - Developper une meilleure intégration des marchés et une plus grande fluidité des échanges - Assurer une plus grande visibilité des opportunités d’affaires; Activités - Suivi permanent des marchés (Collecte des données, saisie, analyse et diffusion des informations); - Édition de bulletins, hebdomadaires, mensuels, semestriels - Édition d’annuaires sur les prix; - Échanges hebdomadaires des prix par Internet entre pays membres du RESIMAO - Facilitations de contacts entre acteurs de la sous-région (Fluidification des échanges); - Évaluation de l’impact des crises naturelles sur la sécurité alimentaire Logistique - Existence de bases de données nationales sur les produits agricoles - 390 marchés ruraux et urbains - 39 marchés d’intérêts sous régional ciblés Produits suivis - Céréaliers; maraichers, halieutiques, le bétail, les intrants et matériels agricoles, les tubercules et les féculents ; 5. LE RESEAU BILLITAL MAROOBE (RBM) L’objectif du dispositif est de veiller à un suivi proactif de la situation et des menaces vécues par les familles de pasteurs dans les zones transfrontalières (Mali, Niger & Burkina) pour alerter les pouvoirs publics et déclencher des actions efficaces. Le programme actuel s’inscrit comme une phase pilote dont la périodicité sera précisée.
  27. 27. Page 27 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Il doit s’enraciner à la base au sein des organisations membres de RBM dans ses différents pays d’implantation et permettre de rassembler les informations du terrain qui sont ensuite analysées et diffusées par le Réseau. Ces informations concernent les situations pastorales (déroulement des saisons pastorales, la production des pâturages, l’état des ressources en eau, les mouvements des éleveurs), les événements critiques (conflits de différentes natures, exactions, actions abusives), les événements politiques et professionnels (rassemblements, manifestations, actions politiques, démarches spécifiques engagées par les organisations de pasteurs), les actions innovantes… Elles sont analysées au niveau central du RBM feraient ensuite l’objet d’une diffusion aux membres du réseau et des intervenants cibles pour les actions de plaidoyer et de dialogue politique soutenu par le réseau. L’information est principalement transmise par le téléphone et l’internet. Les radios locales sont également des relais à la diffusion des informations. 6. L’OBSERVATOIRE OIGNON DE L’AFRIQUE DE L’OUEST L’idée de création des observatoires de la filière agricoles émane de la Conférence des Ministres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (CMA/AOC) et procède de la vision de cette dernière de professionnaliser les filières agricoles à portée régionale dans le but de leur assurer une meilleur efficacité. L’Observatoire Régional de la Filière oignon en Afrique de l’Ouest et du Centre (CMA/AOC) constitue le tout premier à être mis en place sous l’égide de la CMA/AOC. L’ORO/AOC est une association professionnelle qui regroupe les acteurs de la filière Oignon de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a été crée suite à un atelier de son lancement tenu les 16 et 17 juillet 2003 à Niamey. Son Assemblée générale Constitutive s’est tenue les 1er et 2 mars 2005 à Niamey et a procédé à l’adoption des statuts, des règlements intérieurs ainsi qu’à la mise en place de ses organes permanents. Son siège est à Niamey (NIGER) sous tutelle administrative du Ministère du Développement Agricole. 7. OBSERVATOIRE REGIONAL VIANDE BETAIL La Confédération des Fédérations Nationales de la Filière Bétail et Viande des Pays Membres de l’UEMOA en abrégé COFENABVI-PAM / UEMOA a obtenu au terme de la rencontre du 04 mars 2009, l’appui politique et institutionnel du Ministère de l’Intégration Africaine de Côte d’Ivoire pour l’accompagner auprès de la CEDEAO afin de ‘partager’ l’expérience de la COFENABVI avec la région en vue de sa capitalisation pour aider à résoudre les problèmes de transhumance et de tracasseries dans l’espace régional
  28. 28. Page 28 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 8. L’OBSERVATOIRE DES MARCHES AGRICOLES DU MALI L'Observatoire du Marchés Agricoles (OMA) est conçu et mis en place pour être un outil efficace d'information et un instrument d'aide à la décision. L'OMA a pour mission de collecter, de traiter et de diffuser des informations statistiques, réglementaires et autres sur tous les facteurs qui influencent la formation des prix pratiqués sur le marché agricole. A cet effet, l'Observatoire est chargé de : - Produire et de diffuser les informations statistiques auprès des utilisateurs ; Il doit être précisé que l’OMA Travaille en partenariat avec toutes les autres structures de collecte de l’information sur le secteur agricole ; - Mener sur sa propre initiative ou à la demande, des activités et des études et recherches sur les facteurs qui influent sur la formation des prix ; - Favoriser les échanges d’informations entre producteurs (exploitants agro- pastoraux), commerçants, transformateurs et décideurs à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Dans le cadre de ses missions de service public, l'OMA assure : - La gestion d'une base de données sur le marché agricole ; - La production et la diffusion de notes de conjonctures ; - La production et la diffusion des rapports mensuels ; - La production et la diffusion tant au niveau central qu'au niveau des de l'information sur les marchés agricoles sous forme de communiqués radio. Les missions commerciales de l'OMA s'articulent autour de plusieurs activités notamment sur les études et services consultatifs : - la réalisation d'études ou de recherches à la demande ; - la production de séries de prix à la demande ; la production d'annuaires de prix ou tout autre annuaire pouvant éclairer les acteurs ; - la formation des acteurs.
  29. 29. Page 29 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 VI – JUSTIFICATION DE LA MISE EN PLACE DE L’OBSERVATOIRE 1. SYNTHESE DE L’ANALYSE DES SYSTEMES D’INFORMATIONS EXISTANTS Nous indiquons ci-après les principales leçons retirées des Observatoires ou systèmes d’informations existants. Les objectifs des systèmes d’informations identifiés reflètent une grande hétérogénéité. Tous ont une vocation d’information, majoritairement vers les institutions et dans une moindre mesure vers les professionnels (à l’exception de RMB) à cause de ‘l’inaccessibilité’ des informations. Cependant aucun d’entre eux ne constitue reellement un forum d’échange et de coordination entre acteurs du domaine. Une analyse plus poussée laisse apparaître les faiblesses ci dessous : - Cohérence de la démarche pour la mise en place des observatoires sous régionaux ; - Absence d’implications des professionnels des filières ; - Outils de communication pas toujours adaptés à certains démembrements importants de la filière ; - Absence de prise en compte des systèmes traditionnels de communication existants. 2. LA NECESSITE DE METTRE EN PLACE UN OBSERVATOIRE BETAIL/VIANDE Les investissements consentis pour le développement de l’élevage & la nécessité de mettre à disposition des acteurs de la filière des outils pertinents d’aide à la prise de décision conduisent à la mise en place de l’observatoire bétail/viande pour les trois (3) raisons suivantes : - Valoriser les nombreuses données recueillies auprès des systèmes d’informations existantes ; - Capitaliser l’ensemble des études menées dans le cadre des politiques de développement de la filière ; - Faciliter l’évaluation des politiques menées dans le domaine de l’élevage au regard des montants financiers importants qui sont mobilisés. L’Observatoire pourrait notamment servir de cadre à l’élaboration d’indicateurs qui viendraient appuyer cette démarche d’orientation et d’évaluation des politiques. La création de l’Observatoire bétail/viande s’inscrit donc dans une démarche plus globale de concertation et d’élaboration des politiques de l’élevage. Nous avons pu constater qu’un grand nombre de données sont collectées par les différents acteurs institutionnels. La plupart d’entre eux procèdent à une mise à disposition de l’information qu’ils détiennent à travers les médias, Internet, le téléphone portable, des bulletins, de manière plus ou moins ‘accessible’ et compréhensible par les professionnels de la filière.
  30. 30. Page 30 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Un certain nombre de difficultés sont à répertorier dans l’organisation actuelle de la gestion de l’information : - Nature et localisation de l’information non systématiquement connue de tous les acteurs ; - Disponibilité et accessibilité parfois difficile une fois l’information localisée ; - Formats des données disparates entraînant des problèmes de compatibilité entre différentes sources (INS, Statistiques agricoles, douanes, SIM…) ; - Difficultés à avoir les données sur les thèmes suivants : zones passages, aires de pâturage, points d’eau disponibles nappes ; En conclusion sur ce point, nous pouvons dire qu’un grand nombre de données existent ‘quelque part’. Cependant, elles ne sont pas assez valorisées sous forme de données synthétiques et utilisables par les professionnels de la filière. 3. ATTENTES DES ACTEURS PAR RAPPORT A L’OBSERVATOIRE BETAIL/VIANDE Après ce rapide tour d’horizon de l’existant en matière de données, nous résumons les grandes lignes de ce que les acteurs de la filière ont pu exprimer lors des entretiens que nous avons mené auprès d’eux. On peut d’abord remarquer que les acteurs ont des demandes différentes suivant leur statut : - Les professionnels de la filière souhaitent des données simples, ‘lisibles’ dans des delais assez rapides ; - Quant aux institutions, pour certaines tout fonctionne très bien actuellement et elles n’ont aucun besoin d’échange d’infos ou de rencontres supplémentaires par rapport aux outils déjà opérationnels. Pour d’autres, qui rejoignent en cela la plupart des professionnels, l’Observatoire pourrait présenter un double intérêt : ž d’une part la possibilité de mise en commun et donc de recoupement des informations ; ž d’autre part, la création d’un lieu d’échange et de débat sur des points particuliers non traités dans d’autres instances. Nous avons aussi profité de ces entretiens pour recueillir les attentes des acteurs sur les plus-values qu’ils verraient à la création d’un Observatoire bétail/viande. Ces plus-values peuvent être partagées en 3 niveaux : - Dans un premier temps, un Observatoire permettrait un partage d’information, dimension plébiscitée par un grand nombre d’acteurs. Ce partage aurait plusieurs avantages : premièrement centraliser l’information existante et rendre ainsi possible un croisement de données ; deuxièmement, fournir un accès à cette information ou, au moins, permettre de savoir que l’information existe et qu’elle se situe chez tel acteur ; troisièmement constituer la base d’une communication ;
  31. 31. Page 31 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 - Dans un second temps, ce partage d’information rendrait possible une vision globale de la politique de l’Elevage de la république du Niger, laquelle pourrait conduire à une prise de conscience collective de tous les acteurs. Cette vision globale pourrait être appuyée par la production d’indicateurs qui donneraient l’alerte, identifieraient les manques, mais aussi rendraient visibles les avancées ; - Enfin, cette vision globale dans le secteur de l’élevage pourrait conduire à une cohérence globale des actions. L’Observatoire aiderait à dégager des priorités. En d’autres termes, il apporterait une aide décisionnelle.
  32. 32. Page 32 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 VII - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT DE L’OBSERVATOIRE 1. NIVEAU DE QUALITE DES ANALYSES L'observatoire ne doit pas s'adresser qu'à un public d'experts. A cet effet des formations doivent accompagner sa mise en place pour lui donner les moyens de s'alimenter que de rendre audibles et compréhensibles par les acteurs intermédiaires les messages qui en sortent. 2. ADAPTATION DU DISCOURS AUX CAPACITES DES UTILISATEURS En même temps, les discours devront être pris en charge par des représentants intermédiaires aptes à utiliser le langage le plus compréhensible par les groupes sociaux qu'ils représentent. La pédagogie pendant les formations combinera adaptation du langage et transfert de connaissances et de concepts. 3. VISIBILITE ET PROCESSUS DE MISE EN PLACE La démarche de mise en place de l'observatoire sera progressive, de façon à privilégier le renforcement des capacités des bénéficiaires. De façon pragmatique, on peut donc suggérer que l'observatoire se lance rapidement dans des productions, des études et publications qui attireront l'attention et pourront motiver ses usagers à pousser dans le même sens ou à exiger des correctifs, donc à prendre position. 4. FAIRE JOUER LES COMPLEMENTARITES L'observatoire ne doit pas être un producteur d'informations primaires, il n’a pas pour vocation substituer aux organismes spécialisés. Il doit au contraire faire jouer la subsidiarité en délégant la production d'informations primaires à ceux qui en ont le plus l'expérience (statistique agricole, SIM, INS, bureaux d'études spécialisés), quitte à leur apporter un appui complémentaire si nécessaire. L'observatoire assurera, vis à vis de ces organismes, une fonction de ‘courroie de transmission’, permettant une meilleure valorisation et une plus large diffusion de l'information produite (sans omettre, bien entendu, de mentionner explicitement les sources premières de l'information). 5. POLITIQUE DE COMMUNICATION Les objectifs de l'observatoire seront ceux des clients qui décideront des angles d'approche, des problèmes analysés et du caractère diffusable des conclusions. L'expérience montre que les conclusions elles-mêmes peuvent alors être critiquées et remises en cause. Si l'on considère au contraire que l'observatoire répond à une véritable mission de service public, avec l'appui des bailleurs de fonds qui ne fondent pas leur légitimité sur ses conclusions, la contrainte exercée sur la production d'analyses sera moindre.
  33. 33. Page 33 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Cette dichotomie ne doit pas être vue comme la séparation réelle entre intérêt privé et intérêt de l'administration, l'administration exprimant parfois des intérêts qui se trouvent être ceux de personnes individuelles qui la composent. Le moyen de réduire les risques de confusion est d'afficher clairement pour chaque production de l'observatoire, l'origine de la demande. 6. RESSOURCES FINANCIERES Le problème de financement des activités de l’observatoire pour la pérennité des ses actions se posera certainement. Le PRODEX n’a prévu que la prise en charge d’une partie des investissements. Il est donc important de calibrer les activités de l’observatoire en fonction de cette situation. On cherchera à distinguer les activités pérennes, de routine , qui seront à poursuivre impérativement pour que l'observatoire ait encore une raison d'être, et les activités spécifiques, de prestation, dont la réalisation sera génératrice de revenus. 7. UN OUTIL AU SERVICE DES PROFESSIONNELS L’interprofession de la filière bétail/viande sera en principe chargée de suivre la filière et de défendre les intérêts des opérateurs à cet effet dans le cadre de ses missions elle devra : - Assurer les informations à l'ensemble des acteurs de la filière sur les intrants et les équipements ; - Porter à la connaissance du public toute information et données utiles à la filière ; - Porter à la connaissance de ses membres, toute information et données utiles à leur fonctionnement et leur développement ; - Assurer une diffusion des informations recueillies et relatives à la filière bétail viande, via les principaux moyens de communication (radio, presse, bulletins etc.). L’interprofession devient ainsi officiellement responsable du suivi de la filière. A ce titre, l'observatoire doit être un instrument à son service qui assure ses missions d'information.
  34. 34. Page 34 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 VIII - NATURE DES INFORMATIONS & ACTIVITES DE L’OBSERVATOIRE 1. DIAGNOSTIC PAR MAILLON AU NIVEAU DE LA FILIERE Nous avons fait le diagnostic par maillon ce qui aidera à bien structurer les besoins des différents acteurs : ELEVEURS / PRODUCTEURS - Occupation des aires de pâturage et des couloirs de passage par les cultures ; - Ressources alimentaires insuffisantes en qualité et en quantité ; - Insuffisance des points d’eaux pastoraux ; - Persistance des maladies animales ; BOUCHERS - Vétusté des abattoirs frigorifiques ; - Insuffisance et vétusté des aires d’abattage ; - Manque d’infrastructures appropriées pour la transformation de la viande. PROFESSIONNELS DES CUIRS & PEAUX - Manque de tannerie moderne ; - Mauvaise qualité des cuirs et peaux ; - Difficulté de séchage, stockage et de conservation ; - Manque d’interaction entre les producteurs et les autres acteurs. COMMERÇANTS DES ANIMAUX SUR PIEDS - Inadaptation des moyens (véhicules) de transport du bétail ; - Manque de systèmes de classement de bétail ; - Tracasseries administratives et routières. - Mauvaise organisation des acteurs - Problème d’accès au crédit - Connaissance des marchés export COMMERÇANTS VIANDE - Inadaptation des véhicules de transport de viande ; - Etales de boucherie inadaptés et manque de boucheries modernes ; - Manque de débouchés extérieurs formels ; - Insuffisance des actions de promotion commerciale ; - Insuffisance d’informations commerciales ; - Insuffisance de fonds de roulement ; - Proportion très élevée du bétail tout venant destiné à l’abattage ; - Insuffisance de conditionnement du kilichi.
  35. 35. Page 35 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 SYNTHESE DE L’ANALYSE DE LA FILIERE FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES/MENACES - Espace pastoral du Niger vaste et diversifié - Attention soutenue des pouvoirs publics - Caractère organoleptique (bon goût) de la viande nigérienne par rapport aux viandes surgelées importées de l’Europe ou d’ailleurs - Mécanismes traditionnels de solidarité et d’entraide entre les éleveurs nomades - Expérience technique de plus en plus développée des éleveurs - Capacité organisationnelle des OP - Insuffisance qualitative et quantitative alimentaire - Zones de pâturage, points d’eau - Disponibilité aliments bétail - Part de l’élevage dans le budget de l’état - Difficulté d’accès aux sous- produits agro-industriels et aux sous produits agricoles - Faible taux de consommation des intrants vétérinaires. - Accès aux financements - Faible capacité opérationnelle des éleveurs - Vente bétail à pieds, - Connaissance des marchés - Marché de viande des pays côtiers - Stratégie globale du programme-cadre national de promotion du secteur privé - Sécurité dans les zones frontalières - CEDEAO 2. APPROCHE METHODOLOGIQUE DE COLLECTE DES INFORMATIONS La réponse à des besoins réels en information est vitale pour la pérennité de l’observatoire. Mais ces besoins ne peuvent être cernés une fois pour toute ; ils peuvent être amenés à évoluer, au fur et à mesure que les acteurs vont acquérir une vision plus fine de leur environnement et en fonction de l'évolution de cet environnement. L'identification des besoins, permettant de définir ou de réajuster les actions de l'observatoire, doit donc être un processus itératif. Nous avons procédé à une première identification des besoins sur la base des entretiens menés au cours de la mission, des documents fournis, ainsi que de l'expérience des autres observatoires et systèmes de gestion d’informations existants au Niger et dans la sous-région. Les besoins en informations sont rarement explicités en temps que tels par les acteurs. Mais au travers des contraintes qu'ils perçoivent et des attentes qu'ils expriment, les déficits en informations peuvent être identifiés. La collecte de l’information ne peut cependant se faire sans une forte implication des professionnels de la filière. La mise en place de l’interprofession bétail viande devrait permettre une démarche inclusive qui garantirait une plus grande implication des acteurs.
  36. 36. Page 36 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 3. LE CYLCE DE L’INFORMATION 4. EXEMPLE DE CONTRAINTES & ATTENTES DE CERTAINS ACTEURS Problèmes majeurs des éleveurs Attentes vis à vis de l’observatoire - Identification des zones épidémiques - Campagnes de prophylaxie - Identification des zones de pâturage - Identification des points d’eau de surface - Transmission des informations sur les zones à risques - Transmission du chronogramme des campagnes de vaccination - Mise à disposition de la cartographie sur les zones de pâturage - Mise à disposition de la cartogra- phie sur les points d’eau de surface Pour les pouvoirs publics et les partenaires au développement (bailleurs de fonds), les attentes portent principalement sur la production d'indicateurs de suivis et d'analyses permettant de juger de l'impact des politiques mises en œuvre. 5. TYPOLOGIE DES INFORMATIONS Une structuration de cette demande en type d'information peut être effectuée, afin d'identifier le type d'action à entreprendre. Quatre types d'information ont ainsi été définis (cf. tableau n°2) : - Information éphémère ; - Indicateurs de conjoncture ; - Information thématique ; - Analyses.
  37. 37. Page 37 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Sur la base de cette typologie, les principaux indicateurs et les thèmes essentiels peuvent être détaillés (cf. tableau n°3). Type d'infor- mation Exemple Public cible Utilisation Fréquence de diffusion Support de diffusion ‘Ephémère’ Prix Disponibilité SIM B Professionnels de la filière Décision Négociation commerciale Immédiate Radio Indicateurs de conjoncture Evolution exportations Professionnels de la filière Orientations stratégiques Périodique Bulletin Thématique Equipements Type de vac-cins, politique de santé Professionnels de la filière Choix techniques Orientations Stratégiques Ponctuelle Bulletin Fiches techniques Analyses Exportations Compétitivité Professionnels de la filière Pouvoirs Publics, Partenaires au développement Orientations stratégiques Politique gouvernementale Périodique Bulletin Ateliers 6. BESOINS EN INFORMATIONS, MODE DE DIFFUSION & SOURCES UTILISATEURS : PRODUCTEURS / ELEVEURS Information Type d’information Source Fréquence de diffusion Support de diffusion Aires de Pâturage Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction du Développement Pastoral Annuelle Radio Bulletins Couloirs de passage Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction du Développement Pastoral Annuelle Radio Bulletins Disponibilité des Aliments Bétail Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction du Développement Pastoral Annuelle Radio Bulletins Points d’eaux Pastoraux Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction du Développement Pastoral Annuelle Radio Bulletin Prix des aliments Bétail Ephémère Système d’information marché Bétail (SIM B) Hebdo. Radio Zones épidémio- logiques au Niger Ephémère Ministère Elevage Direction Santé Animale Immédiate Radio Bulletins Zones épidémio- logiques dans les pays frontaliers Ephémère Ministère Elevage Direction Santé Animale Immédiate Radio Bulletins Chronogramme des campagnes de vaccination Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction Santé Animale Semestrielle Radio Bulletins Politique de santé animale de la République du Niger Ponctuelle Ministère Elevage Direction Santé Animale Annuelle Radio Bulletins Prix moyens des animaux dans les différents marchés Ponctuelle Ministère Elevage SIM B Hebdo. Radio Bulletins Prix moyens des animaux dans les pays limitrophes Ephémère Ministère Elevage SIM B Mensuelle Radio Bulletins Cartographie des marchés à bétail Ephémère Ministère Elevage SIM B Trimestrielle Radio Bulletins Projets et program- mes en cours Thématique Ministère Elevage Annuelle Bulletins
  38. 38. Page 38 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 UTILISATEURS : COMMERCANTS ANIMAUX SUR PIEDS Information Type d’information Source Fréquence de diffusion Support de diffusion Conditions d’exercice du métier de com- merçant Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Conditions d’exportation du bétail sur pied Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Normes sanitaires requises d’impor- tation et d’expor- tation des animaux sur pied Ponctuelle Ministère de l’Elevage Direction de la Sécurité Sanitaire Annuelle Bulletins Cartographie des marchés à bétail Ponctuelle Ministère Elevage SIM B Trimestrielle Radio Bulletins Points d’eaux Pastoraux Indicateurs de conjoncture Ministère Elevage Direction du Développement Pastoral Annuelle Radio Bulletin Zones épidémio- logiques au Niger Indicateur de conjoncture Ministère Elevage Direction Santé Animale Trimestrielle Radio Bulletins Prix des aliments Bétail Ponctuelle Système d’information marché Bétail SIM B Hebdo Radio Prix moyens des animaux dans les pays limitrophes Ponctuelle Ministère Elevage SIM B Mensuelle Radio Bulletins Prix moyens du transport des animaux Ponctuelle Ministère Elevage SIM B Mensuelle Radio Bulletins Projets et program- mes en cours Thématique Ministère Elevage Annuelle Bulletins UTILISATEURS : COMMERCANTS VIANDE / PEAUX Information Type d’information Source Fréquence de diffusion Support de diffusion Conditions d’exercice du métier de com- merçant Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Conditions d’exportation de viande Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Opportunités d’affaires Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Mensuelle Bulletins Normes sanitaires requises d’impor- tation et d’expor- tation de viande Ponctuelle Ministère de l’Elevage Direction de la Sécurité Sanitaire Annuelle Bulletins Projets et program- mes en cours Thématique Ministère Elevage Annuelle Bulletins
  39. 39. Page 39 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 UTILISATEURS : BOUCHERS Information Type d’information Source Fréquence de diffusion Support de diffusion Conditions d’exercice du métier de com- merçant Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Conditions d’exportation de viande Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Annuelle Bulletins Opportunités d’affaires Ponctuelle Chambre de Commerce, d’industrie et d’Artisanat Mensuelle Bulletins Normes sanitaires requises d’impor- tation et d’expor- tation de viande Ponctuelle Ministère de l’Elevage Direction de la Sécurité Sanitaire Annuelle Bulletins Projets et program- mes en cours Thématique Ministère Elevage Annuelle Bulletins UTILISATEURS : INSTITUTIONS / PARTENAIRES AU DEVELOPPEMENT Information Type d’information Source Fréquence de diffusion Support de diffusion Indicateurs ‘OMD élevage’ Ponctuelle Ministère de l’élevage Semestrielle Bulletins Projets de développement de l’élevage Ponctuelle Ministère de l’élevage Semestrielle Bulletins Projets de déve- loppement de l’élevage (finan- cement mobilisé) Ponctuelle Ministère de l’élevage Semestrielle Bulletins Résultats projets élevage 5 derni- ères années Ponctuelle Ministère de l’élevage Annuelle Bulletins Répertoires des études documen- taires sur l’élevage Thématique Ministère de l’Elevage Semestrielle Bulletins 7. LA MISE EN FORME DES INFORMATIONS La diversité du public cible implique de porter un accent particulier sur la diffusion et de prendre en considération la capacité de compréhension et d'assimilation des différents publics. L’information devra être valorisée sous différentes formes pour être accessible à tous les acteurs à travers des : - Emissions radio en langues nationales ; - Utilisation de la téléphonie mobile ; - Présentations/débats adaptés aux différents types de public ; - Bulletin périodique en français, destiné aux services publics, aux bailleurs, aux projets ; - Bulletin simplifié en langues nationales, accessible aux acteurs de la filière.
  40. 40. Page 40 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 8. LA DISPONIBILITE ACTUELLE DES INFORMATIONS Un premier inventaire de l'information disponible et des sources a été effectué au cours de la mission au niveau des SIM A, SIM B et du RECA. La confrontation entre cet existant et les besoins identifiés permet de préciser les ‘zones d'ombres’ où l'observatoire aura à intervenir. Une part importante, l'information s'avère existante. Le rôle de l'observatoire sera alors de faire converger cette information dispersée, de la mettre en cohérence, d'y apporter si nécessaire un complément d'analyse et de la valoriser. 9. LES ACTIVITES DE L’OBSERVATOIRE L'analyse de la demande nous conduit à proposer quatre (4) d'activités majeures pour l'observatoire : Activité 1 : Constitution d'un fonds documentaire ; Activité 2 : Études & programmes de développement ; Activité 3 : Suivis réguliers ; Activité 4 : Diffusion et valorisation pédagogiques. FONDS DOCUMENTAIRE L'observatoire devant servir de source d'informations (primaire et secondaire) de référence pour tout ce qui touche à la filière bétail viande à l'échelle nationale, il doit disposer d'un fonds documentaire régulièrement mis à jour. La constitution de ce fonds sera initiée dès le démarrage de l'observatoire, par l'acquisition de l'ensemble des documents récents disponibles sur la filière au niveau national et dans une moindre mesure à l'échelle régionale. Cette documentation doit être accessible aux professionnels, comme aux services techniques, aux étudiants aux consultants ou aux acteurs de la filière. Afin d'être aisément consultable, elle sera classée de façon thématique et inventoriée dans une base de données bibliographique. DISPOSITIF DES ETUDES ET PROGRAMMES L'observatoire doit également servir de source d'information pour toutes les études réalisées dans le cadre du développement de la filière dans les cinq (5) dernières années. Ces études devront être accessibles aux professionnels, comme aux services techniques, aux étudiants aux consultants ou aux acteurs de la filière. Le classement se fera par spécialité. L’ensemble des programmes de développement de la filières (objectifs, bailleurs de fonds, cibles) sera aussi répertorié au niveau de l’observatoire afin de permettre aux acteurs d’avoir une bonne visibilité des actions en cours.
  41. 41. Page 41 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 SUIVIS REGULIERS L'inventaire de l'information disponible a permis une première identification des sources et les conditions d'accès à cette information. Une part importante des données à suivre de façon récurrente est donc déjà disponible. L'administrateur de l'observatoire se chargera de contacter les structures concernées afin de préciser les modalités de transmission régulière de cette information. Des protocoles de collaboration seront établis entre l'observatoire et ces institutions, afin de préciser la nature de l'information, la fréquence de transmission, le type de support, les conditions d'accès etc.. Afin de garantir une continuité des relations, il sera demander au responsable de chaque institution de désigner officiellement un correspondant de l'observatoire. Des suivis complémentaires sont par ailleurs à prévoir pour compléter les dispositifs existants dans l’objectif de couvrir tous les domaines. DIFFUSION ET VALORISATION DE L’INFORMATION L'observatoire ayant avant tout pour mission d'améliorer la disponibilité et l'accessibilité de l'information, les activités de diffusion et de valorisation sont à considérer comme prioritaires. Une centrale d'informations L'observatoire doit jouer un rôle de centrale d'information, où seront mis à disposition: - Le fonds documentaire ; - Les documents d'analyse produits par l'observatoire (cf. études spécifiques). Les documents d'analyse seront adressés gratuitement aux principaux partenaires de l’observatoire (qui contribuent à son ‘alimentation’) et vendus au public extérieur. Des bulletins d’information Les bulletins constitueront les produits les plus ‘visibles’ à brève échéance de l'observatoire. Ils devront être déclinés sous plusieurs formes : - 1 bulletin papier, rédigé en français, destiné à un public de techniciens et à l'administration (une mise en forme simple permettra d'élargir sa diffusion par courrier électronique aux observatoires de la sous région et aux partenaires institutionnels) ; - 1 bulletin papier réécrit dans un langage plus accessible, destiné aux organisations professionnelles ; Une fréquence trimestrielle apparaît dans un premier temps suffisant. En effet, les délais de diffusion ne permettront de toute façon pas d'y faire figurer des informations ‘éphémères’, susceptibles d'orienter des décisions de court terme.
  42. 42. Page 42 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 Des émissions radios Divers types d’émissions radiophoniques doivent être prévues : - Des communiquées hebdomadaires sur les prix, les zones de pâturage les politiques de santé animales. Ces informations pourront être diffusées sur les chaines régionales en langues locales ; - Des émissions semestrielles en langues nationales, lors de la sortie de chaque bulletin ; - Des émissions thématiques en langues nationales, sous forme de présentation- débats, sur la base des études spécifiques réalisées par l'observatoire ou de thèmes plus techniques. Des documents pédagogiques Il s'agit d'identifier et d'élaborer des modules de formation à l'analyse économique sommaire à destination des producteurs, qui leur permette d'assimiler réellement l'information produite par l'observatoire. L'objectif est de leurs donner les bases minimum leur permettant de comprendre leur environnement économique et politique, de leur faire prendre conscience de la place qu'ils occupent dans l'ensemble de la filière et d'analyser les contraintes qui pèsent sur eux de façon à leur faire développer des argumentaires politiques. L'observatoire interviendra en amont de ces formations, en fournissant des supports pédagogiques élaborés à partir des documents assemblés ou des études spécifiques réalisées. Formation des techniciens liés à l'observatoire Des formations économiques et ‘techniques’ seront à prévoir pour l'administrateur de l'observatoire et les principaux partenaires intervenant dans son ‘alimentation’ : - Analyse des filières - Politiques agricoles et accords internationaux - Collecte et traitement des données d'enquête - Analyse et interprétation des données statistiques - Conception et gestion de base de données.
  43. 43. Page 43 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 VIII - PRINCIPES DE BASE DE PERENISATION DE L’OBSERVATOIRE 1. CARACTERISTIQUES DE L’OBSERVATOIRE L'Observatoire Bétail viande sera un système d'information qui disposera d'un portail ou d'une passerelle donnant accès à une information sociale (organisation et structuration des OP), économique, technique, commerciale et stratégique complète en relation avec la filière, comprenant des données brutes (informations « éphémères »), des renseignements interprétés, des indicateurs, des rapports, des normes et d'autres documents relatifs à la filière. Le but de l’observatoire est d'offrir une information utile et intégrée qui aidera les bénéficiaires et les partenaires privés/publics et institutionnels à prendre des décisions en faveur d'un développement harmonieux de la filière. L'observatoire sera élaboré suivant une approche par étape qui met l'accent sur l'établissement de partenariats, la collecte des informations auprès des sources fiables, sur l'avancement de l'architecture de base du système, sur l'analyse et la restitution des informations dans un langage approprié sur divers supports et canaux de communication accessibles par les bénéficiaires. En rassemblant les données, l'information et les connaissances et en les mettant au service des différentes catégories de destinataires impliqués au développement de la filière, l’observatoire soutiendra l'élaboration des politiques, l'évaluation de l'impact de la filière, les indicateurs. LES PRINCIPALES ACTIVITES DE L’OBSERVATOIRE Les chapitres précédents ont permis de mettre en évidence, de caractériser et de hiérarchiser : - Les besoins en information des bénéficiaires ; - Les structures produisant/disposant des informations pertinentes susceptibles d'intéresser les bénéficiaires ; - Les canaux de diffusion des informations, et enfin, - Les produits concernés par l'Observatoire. L'analyse de la demande conduit à proposer la mise en oeuvre des principales activités suivantes : - Collecte et diffusion des informations éphémères ; - Constitution et gestion d'un fonds documentaire ; - Réalisation des études thématiques approfondies sur la filière ; - Suivis réguliers ; - Diffusion et valorisation des savoirs
  44. 44. Page 44 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 LES ACTIVITES À REALISER PAR L'OBSERVATOIRE SUR BASE CONTINUE - Procéder au suivi et à la mise à jour régulière des informations et des bases de données ; - Renforcer les capacités des bénéficiaires à utiliser les services d'informations de l’observatoire ; - Définir et mettre en œuvre la politique d'autofinancement de l’observatoire ; - Assurer la confidentialité des données de base ; 2. ROLE CENTRALE DE L’INTERPROFESSION BETAIL VIANDE La constitution de l’interprofession bétail viande comme organe de concertation entre acteurs de différents maillons apparait bien correspondre aux conditions optimales pour stimuler des formes de coordination verticale. Ces mutations doivent amener l'observatoire à tenir compte des relations nouvelles qui sont établies entre chaque maillon de la filière. L’interprofession doit à cet effet être au cœur du système de pilotage de l’observatoire. Cependant Laissé uniquement aux professionnels de la filière, il existe des risques dans la gestion. A cet effet la puissance publique (l’état) doit être partie prenante pour faire valoir son rôle et sache dépasser les intérêts individuels des opérateurs de l'observatoire. Un troisième acteur s'impose, les partenaires au développement. 3. ROLE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE La puissance publique doit être associée à la définition des méthodes et des programmes d'activités pérennes de l'observatoire de manière à légitimer les informations et arguments avancés par les professionnels. La consistance des informations fournies sera d'autant plus reconnue qu'un tiers - en l'occurrence l'administration - aura participé à son élaboration ou tout au moins au contrôle des méthodes employées. De plus, une part importante des données secondaires qui alimenteront l'observatoire proviendra de l'administration ; il est donc indispensable d'établir des bases solides de collaboration. 4. INDEPENDANCE DE L’OBSERVATOIRE L'indépendance de gestion vise à préserver l'observatoire d'abus potentiels de biens sociaux de la part de membres ou de toute institution ou structure qui pourrait être tentée d'utiliser les moyens de l'observatoire pour des objets qui ne sont pas les siens. Les missions de l'observatoire doivent être bien clarifiées & protégées pour qu'il garde une capacité d'action et partant, une crédibilité vis à vis de l'ensemble de ses usagers.
  45. 45. Page 45 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 A cet effet, l’observatoire doit avoir un statut juridique qui lui assurera une personnalité morale pour sa pérennisation. Les statuts d'ONG ou de GIE sont à explorer dans ce sens. 5. FINANCEMENT DE L’OBSERVATOIRE L'administrateur de l'observatoire devra développer une capacité de formulation de programmes d'activités à soumettre au partenaires au développement au delà des tâches routinières de l'observatoire. La rémunération de l’administrateur de l’observatoire devra intégrer une partie variable en rapport avec les résultats des activités génératrices de revenus (formulation de programmes, prestations de service) le modèle du SIM A serait une bonne référence. La participation de l'Etat sous forme de mise à disposition gratuite de données & d’une subvention annuelle doit également être prise en compte. L'observatoire n'a pas les moyens d'être un outil à la carte pour les membres de l’interprofession ou tout autre acteur de la filière. Certaines préoccupations particulières à un maillon, une corporation, un groupe d'intérêt ou de l'administration devront être considérées comme une prestation de service. Il faut considérer l'observatoire comme un service à prester, toute activité au delà de la mission perenne constituant une valorisation du savoir-faire et du capital de connaissance accumulée de l'observatoire. 6. CONFIDENTIALITE DES DONNEES Cette confidentialité doit être respectée même dans les travaux d'intérêts communs, les activités pérennes. Il n'est pas opportun de partager des informations stratégiques pour l'activité de certaines entreprises. Un contrat formel doit surtout être accompagné d'un contrat moral qui garantisse la crédibilité de l'observatoire et donc sa pérennité. Cette règle vaut a fortiori pour les études spécifiques et c'est d'ailleurs ce qui justifie la possibilité de pouvoir faire payer de telles prestations. Le client de telles activités doit rester le propriétaire de l'information ainsi produite. On doit aussi imaginer que certaines informations resteront dans le giron des pouvoirs publics qui ne jugeront pas souhaitables qu'ils soient diffusés et que des conditions spécifiques d'obtention et d'usage seront assortis à leur avis. Cette condition d'exercice de l'activité renforce la nécessité d'un dispositif de gestion autonome qui donc limite les possibilités d'intrusion des partenaires dans l'ensemble des informations produites au niveau de l'observatoire. Il ressort de ces considérations que l'Observatoire doit trouver une formule qui lui permette d'avoir un statut juridique autonome.
  46. 46. Page 46 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 7. LA STRATEGIE DE MISE EN OEUVRE Pour que l’observatoire remplisse progressivement les missions qui lui sont assignées et qu'il devienne un outil incontournable pour le développement de la filière et de l'Interprofession, il faut mettre en oeuvre progressivement et suivant le calendrier ci dessous : - Phase 1 : Construction de l'Observatoire & mise à disposition des moyens financiers pour l’investissement ; - Phase 2 : Une deuxième phase de mise en œuvre : d’autonomisation progressive, centrée sur les activités principales de l'Observatoire, avec un dispositif de fonctionnement souple et flexible ; L'analyse de la demande conduit à proposer la mise en oeuvre des les activités suivantes par ordre chronologiques : Activités à réaliser avant le démarrage - Identifier des passerelles de communication ; - Acquérir le matériel et les équipements nécessaires au bon fonctionnement de l’observatoire ; - Elaborer des outils et procédures de collecte, de traitement et de diffusion des informations (arrêter le choix des formats des données et des produits) ; - Négocier des partenariats avec les différents acteurs et intervenants de l'observatoire; - Elaborer les procédures de gestion administrative et financière de l'observatoire ; - Informer et sensibiliser le public cible avant le démarrage des activités
  47. 47. Page 47 sur 67Niébé Etude de faisabilité pour la mise en place d’un observatoire de la filière bétail viande au Niger Rapport Final ÓPRODEX / Septembre 2013 X - ANCRAGE INSTITUTIONNEL & ORGANISATION Pour mener à bien ses missions, l'observatoire doit être une structure légère et flexible, dotée d'une autonomie de gestion administrative et financière. L’observatoire devrait se doter d'un Comité Technique d'Orientation et d'une Cellule de gestion et d'animation pour son fonctionnement opérationnel. 1. ANCRAGE INSTITUTIONNEL Il faut pour un montage institutionnel qui : - Garantisse une crédibilité vis à vis des acteurs (l’interprofession), en particulier auprès de L'Etat, en intégrant l'administration au pilotage des activités de l'observatoire ; - Permette de rendre les chances de pérennisation les plus grandes possibles, en calibrant les fonctions minima à assurer et en recherchant des financements au delà de contributions minimales des utilisateurs ; - Assure un service personnalisé selon les besoins, en réalisant des prestations payantes pour les utilisateurs qui veulent un service personnalisé (à leur charge de trouver un financement) ; - Préserve l'indépendance et l'intégrité des utilisateurs, en assurant la confidentialité des données de base. La tutelle assumera les responsabilités de maître d'ouvrage. Elle devra : - Faciliter la mise en œuvre de l'observatoire ; - S'assurer que la finalité et l'objectif de l'observatoire demeurent bien ciblés et que les activités prévues pour atteindre les résultats identifiés sont toujours adéquates ; - S'assurer que toutes les parties impliquées dans la mise en œuvre de l'observatoire, notamment les bénéficiaires, les partenaires institutionnels et les partenaires publics travaillent dans l'esprit de la stratégie d'intervention fondée sur l'appui des acteurs de la filière. 2. SCENARII DE L’ANCRAGE INSTITUTIONNEL Les discussions que nous avons eues avec les différents acteurs ont permis de mettre en évidence l’importance de l’ancrage institutionnel dans le processus de mise en place de l’observatoire. Nous avons analysé trois (3) scenarii en présentant les avantages et les inconvénients de chaque solution.

×