1 metz presentation_bucarest

440 views

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
440
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

1 metz presentation_bucarest

  1. 1. Les formations au journalisme et le professionnalisme sur le Web Mirela L AZĂR, Georgeta DRULĂ, Raluca RADU Universi té de Bucarest, Roumanie Facult é de J o urnalism e et des Sciences de la Communication Laboratoire SPARTA LES 2 èmes ENTRETIENS DU WEBJOURNALISME 1 er et 2 décembre 2011 UNIVERSITÉ DE METZ Dans le cadre du projet « Tous journalistes ? Les établissements de formation au défi du Web participatif »
  2. 2. Le cadre de la recherche <ul><li>Universit é de Bucarest, Faculté de Journalisme et des Sciences de la Communication </li></ul><ul><ul><li>Master de Production Multimédias et Audiovisuelle </li></ul></ul><ul><li>Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille </li></ul><ul><ul><li>Master de Journalisme </li></ul></ul><ul><li>3 e volet de la recherche: enquête menée sur un échantillon d’étudiants en deuxième année de master </li></ul>
  3. 3. M é t h odologi e <ul><li>Méthodes </li></ul><ul><ul><li>Focus gr ou p </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Durée:100 minutes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Participants: 9 étudiants à Bucarest et 9 étudiants à Marseille </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Entretiens semi-directifs individuels </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Durée moyenne: 20 minute s </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Participants: 4 étudiants à Bucarest et 4 étudiants à Marseille </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Enregistrement audio et analyse qualitative sur le verbatim </li></ul></ul><ul><li>Les axes des discussions : </li></ul><ul><ul><li>1. pratiques informationnelles des étudiants </li></ul></ul><ul><ul><li>2. représentations de la valeur ajoutée professionnelle du Web </li></ul></ul><ul><ul><li>3. représentations du professionnalisme journalistique </li></ul></ul><ul><ul><li>4. représentations des pratiques amateur sur le Web </li></ul></ul>
  4. 4. R és ultat s : Bucarest <ul><li>1. pratiques informationnelles des étudiants </li></ul><ul><ul><li>Pour la plupart des étudiants, la palette des sources d'information numériques s'est enrichie depuis l’entrée dans l'établissement de formation et leur consultation est devenue quasi-régulière. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Déjà, j’ai commencé à ne plus lire du tout la presse imprimée. » </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Cependant, les étudiants traitent les sources numériques avec plus de prudence. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Je pense que c’est très important de vérifier si l’auteur est professionnel ou pas. » </li></ul></ul></ul><ul><li>2. représentations de la valeur ajoutée professionnelle du Web </li></ul><ul><ul><li>Les étudiants soulignent l’interaction plus rapide et accrue entre les créateurs et les utilisateurs de contenus. </li></ul></ul><ul><ul><li>La valeur ajoutée réside aussi dans un accès plus facile aux sources (amateurs mais surtout experts) et dans une plus grande indépendance. </li></ul></ul><ul><ul><li>Le web permet de décliner sous plusieurs formats et supports les contenus. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« L e plus souvent, j’y trouve du contenu original . » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« L e web, je pense qu’il nous donne plus de liberté. C’est aussi un média très vivant. » </li></ul></ul></ul>
  5. 5. R és ultat s : Bucarest <ul><li>3. représentations du professionnalisme journalistique </li></ul><ul><ul><li>L’opinion est quasi-unanime: c’est la technologie qui change et non les bases du journalisme. </li></ul></ul><ul><ul><li>Certains étudiants déplorent le relâchement des normes. </li></ul></ul><ul><ul><li>Le constat de la grande majorité des étudiants est la sédentarisation mais aussi la polyvalence du journaliste web. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Le journalisme tend à se développer en ligne. Il me semble qu’il doit y avoir des journalistes plurivalents qui couvrent une plage plus large de tâches. » </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>A l’unanimité, ils considèrent que le respect des valeurs éthiques et des normes déontologiques fonde le professionnalisme du journaliste. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« L e journaliste professionnel , c’est q uelqu’un qui a une éthique. Mais je pense que c’est lié, les t e chniques et l’éthique.  » </li></ul></ul></ul>
  6. 6. R és ultat s : Bucarest <ul><li>4 . représentations des pratiques amateur sur le Web </li></ul><ul><ul><li>Les étudiants sont unanimes à qualifier les amateurs de sources d’informations ou de collaborateurs. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  On va dire lui , c’est un professionnel, lui , c’est un amateur et quand on va lire on va mettre en question plus ce que l’amateur a dit .» </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« La production amateur doit être très rigoureusement filtrée. » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« La contribution des amateurs doit rester au niveau du commentaire, de l’opinion; le seul contenu légitime qu’ils pourraient produire serait des vidéos qui témoignent d’un événement (une incendie par exemple). » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Je pense que parmi les amateurs il y a beaucoup de professionnels.» </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Ça ne m’étonnerait pas de voir un jour un bloggeur devenir source officielle de l’institution présidentielle. » </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Une partie d’étudiants trouve qu’ils ne sont pas financièrement motivés à investir les blogs. </li></ul></ul>
  7. 7. R és ultat s : Marseille <ul><li>1. pratiques informationnelles des étudiants </li></ul><ul><ul><li>Les opinions des étudiants sont partagées en ce qui concerne l’influence de l’école sur l’ouverture dans le choix des sources d'information et la fréquence de leur consultation. </li></ul></ul><ul><ul><li>« D epuis le d ébut d ’ann é e , on a fait pas mal de cours sur le web qui m’ont donné l’envie de plus aller voir peut- être le web, mais pas sous forme de blogs, p lutôt sous forme de webs documentaires, sur de s sites Internet style le monde.fr, arte, des choses que je ne connaissais pas.  » </li></ul></ul><ul><ul><li>«  Au bout d’une année, il n’ y a pas vraiment une modification profonde des automatismes sur la recherche d’information . Je n ’ai pas beaucoup augmenté cette prise d’information sur le web ; on nous a montr é beaucoup de choses sur Internet, beaucoup de possibilit és, des choses diverses, mais voilà , j e n ’ai pas plus envie d’y aller qu’avant, je suis toujours assez r é ticent à ce for mat.  » </li></ul></ul><ul><ul><li>«  A l’école on a appris à vérifier qu’un site était convenable, était serieux, on sait si l’information est bonne ou pas. On a appris comment se méfier et je compare vraiment plus qu’avant.  » </li></ul></ul><ul><ul><li>« J e regarde qui a écrit pour savoir quelle crédibilité je donne à ce que je lis.  » </li></ul></ul>
  8. 8. R és ultat s : Marseille <ul><li>2. représentations de la valeur ajoutée professionnelle du Web </li></ul><ul><ul><li>Les deux arguments qu e les étudiants ont essentiellement evoqué s en ce qui concerne la valeur ajoutée d u web ont été une plus grande indépendance et l’absence de formatage d e l ’écriture. </li></ul></ul><ul><ul><li>Une minorité pense pourtant qu’ aujourd’hui on est en train de créer le formatage de l’écriture web. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  Sur le web, on écrit simplifié, on fait du court, du léger, du petit, et moi , j e n’ aime pas la dictature des lecteurs, je trouve que c’est excessif.  » </li></ul></ul></ul><ul><li>3. représentations du professionnalisme journalistique </li></ul><ul><ul><li>A l’avis de tous les étudiants enquêtés, le journalisme est un métier, caractérisé davantage par les aspects techniques et éthiques. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>« Le journalisme est un métier et ça s’apprend dans une école, il faut des bases, les rudiments d u journalisme : comment écrire, l’importance de croiser les sources et de ne pas affirmer q uel q ue ch ose sans avoir vérifié aupar avant, la déontologie.  » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  Il est quelqu’un qui a reçu une information et qui a fait une analyse de vérification , qui passe beaucoup de temps à vérifier un carnet d’adresses, des sources fiables , etc.  » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« U n journaliste , c’est q uelqu’un qui a une expérience éditoriale, qui sai t communiquer un discours, c’est ça la valeur ajoutée d’un journaliste . J e ne pense pas que c’est vraiment un métier qui s’apprend dans une école de journalisme. C’est un métier qui s’apprend au fur et à m e sur e de l’expérience dans une rédaction, sur le terrain.  » </li></ul></ul></ul>
  9. 9. R és ultat s : Marseille <ul><li>4 . représentations des pratiques amateur sur le Web </li></ul><ul><ul><li>Le statut attribué aux amateurs: collaborateur, commentateur, source d’information, expert. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  Je pense que les amateurs font presque le m ême travail, mais ils vérifient peut -être moins ; après, un amateur n’aura pas tou s les moyens d’une rédaction ; il peut écrire sur ce qu’il veut. S i un amateur va se concentrer sur un domaine d’activité très précis, il peut devenir une sourc e. » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  On va les considérer comme des experts, pas comme des journalistes . Je ne veux pas leur accorder la crédibilité journalistique, je vais leur accorder la crédibilité de leur domaine . » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>« C ’est bon d’avoir des personnes qui participent à l’information, c’est à dire des spécialistes, experts en économie, par exemple, qui donnent leur avis, d es témoins qui donnent un commentaire . » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  En fait, tous ce ux qui argumentent sur la rue peuvent l e faire sur Internet. Mais ce ne sont pas de s journalistes, ce sont des gens qui donnent leurs avis. C’est des commentateurs, c’est la liberté d’expression. La plupart des amateurs font p lutôt une démarche de publiciste s .  » </li></ul></ul></ul>
  10. 10. Les effets de la formation <ul><li>La tendance des étudiants à Marseille est de privilégier les médias traditionnels. Le contenu des cursus pourrait en être une cause. </li></ul><ul><li>Les mêmes marques du professionnalisme journalistique sont évoquées par tous les étudiants enquêtés des deux établissements. </li></ul><ul><li>Les amateurs sont perçus par les deux groupes d’étudiants comme sources   d’informations ou  collaborateurs . Les étudiants sont attentifs au type d’informations offertes sur internet, provenant d’experts, de témoins ou de l’homme de la rue qui poste des commentaires. </li></ul><ul><li>Il y a une forte convergence d’opinions en faveur de la valeur ajoutée professionnelle du Web, notamment en ce qui concerne la complexité du feed-back et le contenu multimédias. </li></ul><ul><li>La formation en master constitue une étape dans la professionnalisation des jeunes journalistes, ce qui explique ces ressemblances dans les représentations qu’ils ont du journaliste professionnel et de l’amateur. </li></ul><ul><li>Le même modèle de journaliste professionnel est à retrouver en France et en Roumanie. </li></ul>
  11. 11. Conclu sion <ul><li>Les représentations des étudiants enquêtés dénotent un fort déterminisme technologique en parlant des changements perçus au niveau des pratiques journalistiques (sédentarisation, superficialité, etc.). </li></ul><ul><li>Dans leur grande majorité, les étudiants veulent travailler dans des entreprises de presse, pour des produits média traditionnels ou sur le Web et manifestent de la réticence à offrir des informations sur des plateformes d’amateurs parce que le modèle économique n’est pas fiable pour eux. </li></ul>

×