La langue française quel avenir face à l'anglais

  • 2,357 views
Uploaded on

exposé

exposé

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • excellent travail!
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
2,357
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
26
Comments
1
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Association Marocaine des enseignants de françaiscolloque , le français, une langue de cultureLa langue française : quel avenir face à l’anglais ? Présenté par: Driss Louiz
  • 2. PlanIntroductionI. Historique1- Le français: des origines à la conquête romaineII- Le français dan le monde2-1- Le français conquérant 2-2-Défense de la langue française face à laméricanisation2-3- Le français dans le monde d’aujourd’huiIII- La mondialisation : Le français ou l’anglais : « le duel »3-1- L’économie, la science, les multinationales, le FMI et la BM.3-2- Les medias et la publicité.3-3- Sérieux handicape pour le monde hispanique et francophone.3-4- La cohabitation3- 5- l’approche culturelle et le business English3-6 - En Asie du Sud-Est3-7- Le choix de la langue dans l’élite industrialisée3-8- Le français dans les affairesIV- L’exemple du RwandaConclusionBibliographie
  • 3. I- Historique
  • 4. 1- Le français : des origines à la conquête romaine A Rome, vivaient jadis les latins (agriculteurs) et les Grecs (commerçants). Plus tard; les romains vont s’imposer culturellement et militairement et laGaule deviendra définitivement romaine en 52 avant J.C. Conquête de Jules César : le latin devient la langue de l’ état romain - Naissance de civilisation galo-romaine - Apparition du latin vulgaire qui donnera naissance plus tard au français. Différentes étapes avant la vraie naissance du français
  • 5. II- Le français dans le monde
  • 6. 2-1- Le français conquérant « En Angleterre, après la bataille de Hastings (1066), les français ont« investi » les milieux du commerce et leur langue est devenu celle de la cour etde la culture pendant prés de trois siècle. » « Plus tard, les conquêtes de l’esprit se sont ajoutés à celles des armes : lalittérature française a conquis l’Europe dés le Moyen-âge ; des allemands, desitaliens ont écrits en Français ; la domination de la France dans la politiqueeuropéen ne au XVII siècle a entrainé l’adoption du français comme langue de ladiplomatie. » « Au XVIII siècle, dans l’Europe des lumières, la langue de la France estdevenue la langue commune des élites : Catherine II a invité Diderot à la cour deRussie, Fréderic II de Prusse a reçu Voltaire, imposée le français à l’académie dessciences et belles lettres. »
  • 7. 2-2-Défense de la langue française face à laméricanisation Le professeur affirme que la langue française doit être au centre du débat surl’identité nationale. Tous les régimes exaltent leurs langues. On doit reprocher àl’Etat, soutien Hagège, d’oublier le rôle de la langue dans la définition de l’identiténationale, et de permettre l’invasion de l’anglais et l’américanisation du françaisdans tous les domaines. . Il note un paradoxe : « ce sont les immigrants qui valorisent la languefrançaise, alors que des Français sont « fascinés par tout ce qui est américain. » Le journal Le Monde
  • 8. 2-3- Le français dans le monde d’aujourd’hui « On ne parle pas aujourd’hui le français partout où il a été un jourparlé. La fortune de la langue dans les pays conquis est restée liée à celledes conquêtes durable Ici, ailleurs éphémère. Elle a subi, des origines à nosjours des contrecoups des changements politiques. » « Pendant que la France étendait son influence culturelle en Europe auXVIII siècle, son empire colonial s’effondrait au profit de l’Angleterre : letraité de Paris en 1763 ne lui laissait que quelques iles et cinq comptoirs auxindes. »
  • 9. Langue officielle Langue officielle nationale régionale Unique En concurrenceEurope France Belgique, Val d’Aoste Monaco Luxembourg, Suisse, iles anglo- normandesAfrique Bénin, Burkina Faso, Burundi, Rwanda; Congo, Cote d’Ivoire, Cameroun, Djibouti, Gabon, Mauritanie, Tchad Guinée, Mali, Niger, Centrafricaine , Sénégal, Togo, RD Congo.Amérique Guadeloupe, Haïti Louisiane, Québec, Martinique (DOM), Nouveau-Brunswick Guyane (DOM), Saint-Pierre et Miquelon (DOM).Océan indien La Réunion (DOM) Comores, Mdgr, Mayotte (TOM) Maurice, SeychellesOcéanie Nouvelle-Calédonie Vanuatu, Polynésie
  • 10.  « L’objectif de la France n’est plus de promouvoir l’hégémoniedu français officiel, qu’elle s’ efforce de protéger contrel’envahissement de l’ anglais , en limitant l’emploi desanglicismes (Loi Toubon 1994) ». « En soutenant la francophonie, elle élargit la définition de lalangue française et accepte la diversité des usages. Dés lors, ladéfense de la langue francophone est l’affaire de tous lesfrancophones ».
  • 11. III- La mondialisation : le français ou l’anglais : « leduel »
  • 12. 3-1- L’économie, la science, les multinationales, le FMIet la BM. « Après la seconde GM la prédominancepolitique, économique et scientifique des USA a entrainé lagénéralisation de l’anglo-américain dans les communicationinternationales ». « La mondialisation de l’économie et la domination desmultinationales ». « La Banque Mondiale et le Fonds Monétaire Internationaleaccentuent la tendance ». « La plupart des grands chercheurs publient actuellement leursdécouvertes dans cette langue ».
  • 13. 3-2- Les medias et la publicité « La publicité répand un vocabulaire anglais (ou anglicisé) parrapport aux produits qu’il représente ». « Les medias consolident l’impact d’une culture qui valorise lalangue : l’anglo-américain ».
  • 14. 3-3- Sérieux handicape pour les francophones, les hispaniques etc. « Cette tendance a entrainé les USA a ne prendre en compte queles informations en langue anglaise et a ignorer des données d’uneautre langue ». « Les pays du sud n’accèdent plus directement à l’informationscientifique et technique conçues en anglais ».« L’ Amérique latine hispanophone (en majorité) vit aussi la mêmesituation ».« Les pays africains francophones (en majorité) qui n’ont que lefrançais comme langue de communication : nouvelles difficultés etnouveaux retards ».
  • 15. 3-4- La cohabitation La première réaction du français par rapport à l’anglais étaitde combattre : les « armes » étaient inégales. Ensuite, le français (la francophonie) décide de cohabiteravec l’anglais comme seconde langue internationale.
  • 16. 3-5- L’approche culturelle et le business English Le business English est vide : il ne sert qu’à faire les affaires. Contrairement aux langues romanes (espagnol, le portugaisou le français), l’aspect culturel n’est pas forcément privilégiépar l’anglais :- Pas de références :- aux synecdoques,- aux figures de styles;- aux métonymies etc. - Ex: dans les multinationales : Priorité à l’économie.
  • 17.  Les langues romanes au contraire s’ intéressent au voletéconomique mais restent originales par rapport à la culture : Un mode vie : Exemple : « Parler français est un mode devie » Alain Rey. Art de vivre et mode d’ être : Exemple : « S’habillerfrançais, lire français, tenir sa langue à la française, se promenerdans les jardin à la française, bref un art de vivre, je dirai mêmeun mode d’ être ». Marc Fumarolli (Quand l’Europe parlait français). La cuisine française avec l’ UNESCO.
  • 18. 3-6 Le business french for business M. Philippe Lalanne-BerdouticqConseiller du Commerce extérieur français (1972 à 1984).Il avait reçu dans ses bureaux la visite dun jeune étudiant nippon.Le père de cet étudiant dirigeait un énorme consortium industrielnippon. Létudiant expliqua à son ce que son père lui avait dit :"Tu penses sans doute que la langue la plus importante dans lesaffaires est langlais. Erreur. La langue la plus importante, c estcelle du client. Je veux tenvoyer vendre nos produits dans lAfriquefrancophone. II faut que tu maîtrises parfaitement le français". « POURQUOI PARLER FRANÇAIS DANS LENTREPRISE ? » 1993
  • 19. - Le business french en Europe de l’est : En Moldavie En Roumanie
  • 20. 3-7 En Asie du Sud-Est L’un des reproches que l’on peut faire au français, c’est d’avoirperdu son emploi en Asie du Sud-Est : Laos et Viêt-Nam. Instauration et application de l’anglais dans le système scolaire : - Négligence ou impuissance ?
  • 21. 3-8- Le choix de la langue dans l’élite industrialisée Une langue, c’’st aussi une idéologie : il y a des raisons socio-économiques : exemple le G8 et le G 20 Privilégient l’anglais. Le commerce passe par la communication : celle-ci se doit-ètre rapide, fiable, compréhensible par tous : l’éliteindustrialisée militent ainsi en faveur d’une seule langue pouréviter les malentendus.
  • 22. IV- Pourquoi le Rwanda a choisi l’anglais ?
  • 23. Sommet du Commonwealth : » le Rwanda décide de tournerle dos à la langue française (Kampala :vendredi 23 Novembre2007) ».« Des analystes estiment que ce virage du Rwanda vers lesanglophones est beaucoup plus lié à la personne de Paul Kagaméqui a un passé anglophone et qui pensait qu’en étant membre duCommonwealth son pays deviendrait riche dans les GrandsLacs ». Pierre EMANGONGO et Bienvenu IPAN MOKUBA, LePotentiel (Kinshasa), 24 novembre 2007 ©
  • 24.  "Si le Rwanda a décidé dappliquer langlais comme nouvellelangue de travail et dans le curriculum éducation par substitutionau français, cela a été fait par choix stratégique", a déclaré leprésident Kagamé à lissue dun entretien avec son homologuefrançais, Nicolas Sarkozy. (Kigali 2009). "Le Rwanda reste certes membre de la Francophonie, mais lechoix de langlais reste sans équivoque", a fait remarquer le chefde lEtat rwandais dans un discours avec quelques passagesprononcés en anglais avec traduction française en prime.
  • 25.  « Sil y avait même dautres choix de trouver quelquun capablede promouvoir la langue chinoise au Rwanda, nous serionsheureux", a déclaré le président Kagamé, soutenant les intérêtsstratégiques des langues dans le monde des affaires ». Selon lui, les enjeux actuels de la Mondialisation obligent leRwanda à appliquer le plus de langues possibles "que ce soitlanglais ou le français".La plupart des responsables administratifs rwandais sont desanglophones, ce qui a facilité lapplication de la mesure desubstitution du français à langlais dans tout le systèmeadministratif et éducatif. « Afrique magazine » No 198 : Avril 2009
  • 26.  Interviewé par RFI à ce sujet, le ministre rwandais de l’éducationCharles Murigande s’explique sur les raisons de ce choix. Le ministre précise que la seule relation que le Rwanda a avec ceslangues étrangères « n’est pas une relation sentimentale, mais unerelation d’utilité. Selon nous l’anglais va plus servir à notre populationque le français. » « 13ème sommet s’est ouvert ce samedi 23 octobre 2010 enSuisse ». Ruhumuza Mbonyumutwa « correspondant de RFI à Kigali »
  • 27. Déclaration du porte-parole du gouvernement rwandais."Les Rwandais sont prêts à mettre à profit les perspectiveséconomiques, politiques, culturelles et autres offertes par leréseau du Commonwealth", a ajouté Mme Louise Mushikiwabo François Soudan : « Jeune Afrique l’ Intelligent », 29/11/2009
  • 28. l’usage du français ne recule pas de façonhomogène ou absolue, il recule au niveauinstitutionnel, en tant que langue de travail à l’ONUet en l’Europe. En nombre de locuteurs languematernelle et en nombre d’apprenants à travers lemonde, il n’y a jamais eu autant de monde, commele montrent les chiffres de l’OIF transmis par les paysmembres. On ne voit pas forcément cetteaugmentation car elle n’a pas lieu là où on l’attend :en Afrique et au Moyen-Orient et depuis peu, un peuen Asie.
  • 29. Pour défendre le français et lui rendre son lustred’antan. Il faut réformer en profondeur laFrancophonie, la rendre plus proche des gens.Surtout, il faut adapter cette institution à la situationactuelle. Le français doit être utilisé comme unvecteur de coopération et susciter des échangesintenses entre le Nord et le Sud, aussi bien pour leséchanges scientifiques et universitaires que pour lesrelations commerciales. C’est seulement encomprenant les défis du monde actuel que lefrançais pourra affronter le XXIe siècle.
  • 30. ConclusionCertes l’anglais est fortement propulsé par la mondialisation parce qu’il constitue la langue des affaires, mais il n en demeure pasmoins que le français se maintient et cohabite avec l’anglaiscomme seconde langue internationale. Certains prétendent quele français commence à être désuet. Ben au contraire, car ceux-cine prennent en compte que le domaine des affaires où l’anglaisest fortement favorisé. Contrairement à l’anglais qui est plusversé dans le business, le français véhicule et véhiculera encoreles valeurs humaines et culturelles d’où un avenir forcémentradieux. Car si l’économie peut chuter en une seconde, la cultureet l’humanisme mettront des siècle avant de s’ effondrer.
  • 31. Bibliographie Tomassone Roberte : Une langue : le français, Paris, Hachette. Barrot. Olivier (2003) : Interview sur TV5 : Marc Fumarolli.« Quant l’Europe parlait français ». Ruhumuza Mbonyumutwa : Interview sur Rfi : Charles Murigandé. Afrique Magazine ( Avril 2009). Jeune Afrique l’Intelligent (2009). Le Potentiel (Novembre 2007).http://www.francophonie.org/IMG/pdf/La_francophonie_dans_le_monde_2006-2007.pdf (pp. 21 et 25 notamment) http://www.francophonie.org/IMG/pdf/Synthese-Langue-Francaise-2010.pdf (p. 11) " http://lefrancaisenpartage.over-blog.com/article-le-francais-une-langue-en-expansion-38357148.html
  • 32. 01/04/1993 - Broché