Your SlideShare is downloading. ×
Saussure et les casiers du cerveau. Tensions épistémologiques et justifications de l'idéalisation "langue"
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Saussure et les casiers du cerveau. Tensions épistémologiques et justifications de l'idéalisation "langue"

919
views

Published on

2007. Saussure and the brain's drawers. Epistemological tensions and justifications for the concept of "langue". Presentation delivered at the conference "Révolutions saussuriennes - Saussure 150 …

2007. Saussure and the brain's drawers. Epistemological tensions and justifications for the concept of "langue". Presentation delivered at the conference "Révolutions saussuriennes - Saussure 150 ans", University of Geneva, June 2007.

Published in: Technology

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
919
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Saussure et les casiers du cerveau Tensions épistémologiques et justifications de l’idéalisation langue Louis de Saussure (Université de Neuchâtel) Révolutions saussuriennes – Genève, juin 2007
  • 2. En guise de préliminaire
    • « Que la connaissance de ce qui se passe dans notre esprit est nécessaire pour comprendre les fondements de la grammaire (…) » (A&L, 58)
    • Pourquoi Saussure rejette-t-il ainsi Port-Royal, la logique et le présupposé naturaliste?
    • Reste-t-il du Port-Royal chez Saussure?
  • 3. Cet étrange objet du point de vue
    • Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet (CLG 47)
    • Ailleurs il y a des choses , des objets donnés, que l’on est libre de considérer ensuite à différents points de vue. Ici, il y a d’abord des points de vue à l’aide desquels on CRÉE secondairement les choses. Ces créations se trouvent correspondre à des réalités quand le point de départ est juste, ou n’y pas correspondre dans le cas contraire: mais dans les deux cas, aucune chose, aucun objet n’est donné un seul instant en soi (ELG 10b)
    • Voici donc notre profession de foi en matière linguistique. (…) En linguistique, nous nions en principe qu’il y ait des objets donnés, qu’il y ait des choses qui continuent d’exister quand on passe d’un ordre d’idées à un autre (…), comme si elles étaient données par elles-mêmes.
  • 4. Langue sociale, langage naturel a) La langue survient par une cristallisation sociale b) « Le langage est un instinct  » (3 e cours) + faculté du langage (CLG)
  • 5. Quelques questions
    • La langue saussurienne existe-t-elle?
    • Si non, peut-on (légitimement) l’étudier?
      • -> spéculations sur un objet inexistant?
    • Pourquoi ce parti-pris dans le CLG?
  • 6. Un passage troublant sur la valeur (Ecrits 20b / 64-65)
    • (…) on ne se pénétrera jamais assez de l’essence purement négative, purement différentielle , de chacun des éléments du langage auxquels nous accordons précipitamment une existence: il n’y en a aucun, dans aucun ordre, qui possède cette existence supposée – quoique peut-être, je l’admets, nous soyons appelés à reconnaître que, sans cette fiction, l’esprit se trouverait littéralement incapable de maîtriser une pareille somme de différences, où il n’y a nulle part à aucun moment un point de repère positif et ferme.
  • 7. Un problème technique sérieux du différentialisme radical
    • {a;b}; a =  b & b =  a
    • n =  ({  n})
    • L’absence d’ancrage extralinguistique au langage est la fiction, non l’inverse
    • C’est une fiction du chercheur, car l’esprit se trouverait littéralement incapable de maîtriser une telle somme de différence , et, ajoutons-nous, procéderait à un calcul sans fin s’il tentait de le faire.
  • 8. L’objection chomskyenne
    • La langue saussurienne est une langue externe (à l’esprit)
      • elle n’existe pas (elle flotte dans le ciel platonicien) et donc
      • elle ne saurait constituer un objet scientifique car la science traite de relations causales concernant des objets réputés existants.
  • 9. La réponse d’outre-tombe de Saussure à Chomsky:
    • « Les casiers existant à l’intérieur de notre cerveau, nous ne pouvons les explorer » (Troisième cours).
    • Conception de la cognition comme boîte noire, mais en termes de casiers (nomenclaturiste…?)
    • Nous sommes aux frontières du XXe siècle
  • 10. Une langue platonicienne? Et alors? La belle affaire.
    • Deux grandes sortes de biais épistémologiques:
      • le modèle réductionniste (type carte de géographie)
      • l’artefact (imaginer un objet inexistant, métaphorique d’une certaine manière, qui nous renseigne sur l’objet existant en ayant des propriétés idéales).
    • Saussure n’a guère que l’artefact à sa disposition.
  • 11. Deux conclusions
    • 1- Des spéculations sur un artefact aux hypothèses sur la réalité.
    • 2- Le grand problème du différentialisme radical