L’étrange cas de "puis" en usages discursif et argumentatif
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

L’étrange cas de "puis" en usages discursif et argumentatif

on

  • 880 views

2007. The strange case of French connective "puis" in discursive and argumentative uses. Presentation made at the AFLS congress, University of Boulogne, sept. 2007. Louis de Saussure

2007. The strange case of French connective "puis" in discursive and argumentative uses. Presentation made at the AFLS congress, University of Boulogne, sept. 2007. Louis de Saussure

Statistics

Views

Total Views
880
Views on SlideShare
880
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Puis et ensuite = effets TEMP très proches (apparemment).
  • Les expressions sérielles correspondent à une catégorie fondamentale d’ordre, qui recouvre un ensemble de faits d’organisation
  • Ajouter du blabla sur la compositionnalité (connecte des éléments de même niveauu)
  • Il y aura certainement plus de tartelettes. Pis en plus j’ai pas faim (exemple attesté [1] ). ? Il y aura certainement plus de tartelettes. Puis en plus j’ai pas faim. (?) Il y aura certainement plus de tartelettes. Pis j’ai pas faim. Pis, j’veux dire, faut quand même pas charrier. ? Puis, j’veux dire, faut quand même pas charrier. Et puis, j’veux dire, faut quand même pas charrier. [1] Exemple produit par un adulte.

L’étrange cas de "puis" en usages discursif et argumentatif L’étrange cas de "puis" en usages discursif et argumentatif Presentation Transcript

  • L’étrange cas de puis en usages discursif et argumentatif Louis de Saussure Université de Neuchâtel AFLS Boulogne, sept. 2007 Symposium AFLS – 3-5 septembre 2007 – Boulogne sur mer
  • Usages discursifs / argumentatifs des expressions temporelles
    • Nombreux connecteurs / adverbes à double valeur, temporelle et discursive:
      • Maintenant , d’abord, ensuite, et puis, après…
      • On sait qu’ils se voient souvent; maintenant on ne sait pas s’ils sont amants (Nef)
      • Je ne sortirai pas. D’abord je suis fatigué, ensuite / et puis aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir. Enfin , il y a un match à la télé ce soir.
      • Il y a plein de cas où tu dois faire une sauvegarde supplémentaire. D’abord , si tu ouvres un fichier reçu par e-mail.  Ensuite , si tu dois transférer le fichier à un collègue qui utilise une autre plate-forme.  Ensuite surtout, chaque fois que tu fais une modification sur le fichier original.
      • Et après ?
  • Explications « discursives »
    • Des explications générales: un transfert vers la temporalité du discours (ou de l’argumentation) à partir d’une valeur temporelle fondamentale
      • Items de structuration discursive (DRT) ou « Marques d’intégration linéaire » (Auchlin, Adam, analyse textuelle en général), transfert d’espace mental (à la Fauconnier).
    • Explications problématiques (voire confuses) car elles prévoient:
      • Une valeur temporelle (référentielle) fondamentale, et
      • Une fonction discursive (non-référentielle) fondamentale
        • Les associer présuppose un lien (conceptuel?) entre le temps référentiel et le temps discursif
  • Non-commutabilité
    • Or ces items ne sont pas systématiquement commutables avec des expressions de sens temporel très proche:
      • On sait qu’ils se voient souvent. Maintenant / En même temps /?En ce moment / ?en cet instant / ?à l’heure où je vous parle… , on ne sait pas s’ils sont amants.
    • Pour maintenant : encodage procédural d’un type particulier d’enrichissement pragmatique basé sur la notion de changement
  • Ensuite et puis en usages discursif / argumentatif
    • La commutation ensuite / puis semble naturelle dans de nombreux cas:
      • (à propos d’une pièce montée) : (…) D’abord c’était un carré de carton bleu figurant un temple (…) ; ensuite / et puis / puis se tenait au second étage un donjon en gâteau de Savoie (…) ; et enfin sur la plateforme supérieure (…) on voyait un petit amour. (Flaubert, Madame Bovary cité par Adam 1990 : 154).
      • C’est très joli. D’abord il y a une belle cour d’honneur. Ensuite / et puis / puis il y a les tours crénelées qui se dressent, massives et imposantes, au-dessus des douves. Ensuite / et puis / puis il y a les jardins, superbes, qui sont visités par des centaines de touristes chaque été.
  • Commutabilité douteuse
      • Je ne sortirai pas. D’abord je suis fatigué, ensuite / et puis / ?puis aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir. Enfin , il y a un match à la télé ce soir.
      • Il y a plein de cas où tu dois faire une sauvegarde supplémentaire. D’abord , si tu ouvres un fichier reçu par e-mail.  Ensuite / ?puis , si tu dois transférer le fichier à un collègue qui utilise une autre plate-forme.  Ensuite / ?puis surtout, chaque fois que tu fais une modification sur le fichier original.
  • Un puis d’apparence peu temporelle
    • Puis est proche d’une conjonction (type et )
        • Pierre regarda Paul puis Marie (Bacha 2005)
        • *Pierre regarda Paul après / ensuite Marie
    • Non-focalisable (Mosegaard Hansen 1998):
        • C’est après / ensuite qu’elle est arrivée.
        • * C’est puis qu’elle est arrivée.
    • Ne peut pas endosser des relations causales (Reyle 1998):
        • Max a beaucoup travaillé et / ?puis il a réussi (Bacha 2005)
    • Non déplaçable intra-prédicativement:
        • Elle lui rendit ses baisers, sans trouver une parole. Les deux femmes prirent ensuite / *puis Pépé, qui tendait ses petits bras (Zola, Au bonheur des dames ).
  • La focalisation
    • A - Puis n’est jamais focalisable (ni temporellement ni discursivement / argumentativement).
    • Ensuite n’est pas non plus focalisable en valeur discursive
        • D’abord je suis fatigué, *c’est ensuite que je n’ai aucune envie d’aller au cinéma (etc.).
    • B - Aucun marqueur de structuration discursive n’est focalisable (en tout cas en clivée / pseudo-clivée)?
        • *C’est d’abord que je suis fatigué
        • * C’est premièrement que je suis fatigué
    • Si A et B, donc puis devrait avoir une valeur sémantique primitivement non temporelle
  • L’hypothèse du primat discursif / rhétorique de puis
    • Adam (1990): série d’abord – puis – ensuite – enfin : emprunte ses unités à un système temporel (« origine morphosémantique temporelle », avec fonction d’induire un « ordre de lecture » et de signaler « la trace de l’opération de mise en texte ».)
    • Mosegaard Hansen (1998): puis a « plus ou moins perdu » sa signification temporelle, néanmoins première.
    • Hypothèses similaires sur enfin : « met fin à un discours précédent » (Cadiot & al . 1985) ou « marque la fin d’un discours » / « le dernier élément d’un discours » (Luscher & Moeschler 1990).
    • DRT: Reyle (1993) puis Borillo & al . : puis introduit une relation « narration forte » (consécution, adjacence, mais pas causalité); puis connecte des informations de « même niveau hiérarchique ».
  • Dichotomie sériels - temporels
    • Derrière ces questions, le débat est de savoir si puis est primitivement temporel (auquel cas les usages non temporels sont dérivés) ou sériel (auquel cas les usages temporels sont dérivés).
    • Une première série d’adverbes est temporelle:
      • Avant, pendant, après
    • Une autre série d’adverbes est sérielle:
      • Premièrement, deuxièmement…
      • D’abord, ensuite, enfin…
    • Cf. (avec quelques variations) Mc Taggart, Turcot & Coltier, N øjgaard
      • Ensuite mais pas après vs. *Puis mais pas après
      • Plaide peut-être pour un puis plus temporel qu’il n’en a l’air.
  • Retour à puis en usage non temporel
    • Alors pourquoi puis est-il plus naturel dans certains usages non temporels que dans d’autres?
      • (à propos d’une pièce montée) : (…) D’abord c’était un carré de carton bleu figurant un temple (…) ; puis se tenait au second étage un donjon en gâteau de Savoie (…) ; et enfin sur la plateforme supérieure (…) on voyait un petit amour. (Flaubert, Madame Bovary cité par Adam 1990 : 154).
      • C’est très joli. D’abord il y a une belle cour d’honneur. puis il y a les tours crénelées qui se dressent, massives et imposantes, au-dessus des douves. Puis il y a les jardins, superbes, qui sont visités par des centaines de touristes chaque été.
      • Je ne sortirai pas. D’abord je suis fatigué, ?puis aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir. Enfin, il y a un match à la télé ce soir.
      • Il y a plein de cas où tu dois faire une sauvegarde supplémentaire. D’abord, si tu ouvres un fichier reçu par e-mail.  ?Puis , si tu dois transférer le fichier à un collègue qui utilise une autre plate-forme.  ?Puis surtout, chaque fois que tu fais une modification sur le fichier original.
  • Usages discursifs / usages argumentatifs
    • Puis semble incompatible avec les usages argumentatifs présentant l’ordre de l’enchaînement argumentatif
      • En particulier s’il y a lieu de présenter une liste d’arguments justifiant une conclusion ou découlant d’une prémisse.
    • Puis semble incompatible avec les usages non argumentatifs mais discursifs de type « liste atemporelle »
    • Puis semble donc uniquement compatible avec certains usages discursifs.
  • Puis ne suit pas le schéma d’enrichissement des expr. sérielles
    • Ordre de l’énumération pure (liste de spécifications variées pour un topique commun) - *puis
        • Il y a plein de cas où tu dois faire une sauvegarde: d’abord , ensuite, enfin… / *puis
    • Ordre hiérarchisé (du plus important au moins important / du plus accessible au moins accessible / du proche au lointain etc.) -
        • Que demande Isaac pour son fils Jacob? Premièrement les rosées du ciel; les bénédictions spirituelles et ensuite les biens de la terre (Père Bourdaloue, Sermons pour les jours de carême ). / puis
        • C’est très joli. D’abord il y a une belle cour d’honneur. Ensuite / et puis / puis il y a les cours crénelées qui se dressent, massives et imposantes, au-dessus des douves. Ensuite / et puis / puis il y a les jardins, superbes, qui sont visités par des centaines de touristes chaque été.
    • Ordre temporel du premier au dernier:
      • Portant sur les procès (série narrative): puis OK avec restrictions (pas de causalité) – Ensuite OK avec restrictions intervallaires
    • Ordre de distribution des fonctions logiques argumentales
      • Ensuite OK; Et puis OK; *Puis
  • Puis et la lecture temporalisée
    • C’est très joli. D’abord il y a une belle cour d’honneur. Ensuite il y a les cours crénelées qui se dressent, massives et imposantes, au-dessus des douves. Et puis il y a les jardins, superbes, qui sont visités par des centaines de touristes chaque été.
      • Pas de temporalité autre que l’ordre de présentation dans le discours
    • C’est très joli. D’abord il y a une belle cour d’honneur. Puis il y a les cours crénelées qui se dressent, massives et imposantes, au-dessus des douves. Et puis il y a les jardins, superbes, qui sont visités par des centaines de touristes chaque été.
      • Effet de parcours spatio-temporel (également signalé par Grevisse et Le Robert), subjectivisation / point de vue.
    • Complexité particulière: cet effet de parcours est possible avec ensuite… mais avec puis il est sémantiquement déterminé.
  • Puis : un cas flottant? À reprendre
    • Les expr. temporelles s’enrichissent beaucoup moins facilement que ce qu’on pourrait croire vers des valeurs de « temporalité du discours ».
      • ?avant mais avant tout ; ?après mais après tout / Et après
      • Puis pour certaines valeurs (discursive avec lecture temporelle)
      • Maintenant mais ?en ce moment etc.
      • ?Pendant mais en même temps
    • Une hypothèse: il faut qu’il y ait eu un processus de lexicalisation / grammaticalisation des effets de sens non temporels (= intégration sémantique des enrichissements pragmatiques, par voie procédurale)
    • C’est probablement ce qui s’est produit diachroniquement avec avec en-suite
    • C’est peut-être que puis est actuellement flottant?
  • Et puis…
    • La plupart des auteurs traitent et puis comme une simple variante de puis (Bacha 2005, Mosegard Hansen 1998…).
      • mais Le Robert considère que seul et puis est compatible avec l’usage argumentatif-discursif
    • En réalité et puis semble clairement sériel, tout en portant les contraintes morphosémantiques de puis (non focalisable en particulier)
      • Tout porte à croire que et puis a grammaticalisé de manière autonome des aspects de la compositionnalité de et et de puis , peut-être à la manière d’ en-suite …
  • Et pis…
    • D’autres éléments pour supposer que puis est en période de spécialisation distributionnelle face à et puis et à pis / et pis
        • Il y aura certainement plus de tartelettes. Pis / ?puis en plus j’ai pas faim (attesté, adulte)
        • Pis / Et puis / ?Puis je veux dire, faut quand même pas charrier.
        • Pis serait peut-être une variante (aphérétique) de et puis et non de puis
  • Tant pis…
    • … pour une conclusion définitive sur ces étranges alternances.
    • Mais: puis étant si proche à maints égards de la conjonction, le rapprochement et puis n’est pas inattendu, ce qui pourrait renforcer la spécialisation plus temporelle de puis .
    • Toutefois: quand il s’agit de connecter des événements, et puis n’a pas perdu valeur temporelle (face à et par exemple, cf. Bacha 2005) (puis a pour origine post
    • Reste à dérouler l’état actuel de la procédure d’interprétation réellement encodée par puis en français contemporain.
    Merci de votre attention.
    • Et puis après…
    • ? Puis après…
    • * Ensuite après…
    • (et puis a gardé sa valeur temporelle)