Expressions temporelles et usage argumentatif

3,558 views
3,397 views

Published on

2006. Temporal expressions and argumentative uses of language. Presentation delivered at the 7th colloquium Chronos, University of Antwerp, sept. 2006. Louis de Saussure and Patrick Morency.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
3,558
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
27
Actions
Shares
0
Downloads
31
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Nous allons parler aujourd’hui d’un problème assez banal, celui des usages argumentatifs, ou discursifs, des expressions temporelles, en particulier des connecteurs qu’on a l’habitude d’appeler temporels. En fait, en réfléchissant sur ces usages que nous pensions d’abord comme enrichis , ou non littéraux, et métalinguistiques, il nous est assez vite apparu que le problème Présenter un travail en cours, qui suscite un grand nombre de problèmes et de questions, et nous espérons que les données que nous allons vous présenter ainsi que les quelques pistes d’explication, permettra un retour enrichissant pour nous et nous aidera à y voir clair
  • 2 min Commençons par distinguer deux grands types de cas, pour voir en fin de présentation quel genre de similitudes ils présentent. Premier cas: usage interprétatif (Sperber & Wilson); composante allocentrique; pensée représentée (évident en (1) ). Certains cas déclenchés par des temps verbaux, souvent conjointement avec des adverbiaux, dont certains ont un rôle central, comme les déictiques (1). Certains cas déclenchent des effets d’actes de langage indirects (2) (représentation de la pensée du L dans le passé immédiat), d’irréalité (3) (= représentation d’une pensée dans un autre monde, contrefatuel), de perception représentée (4) (=surprise au moment où le train entre « déjà ») ou autre état mental comme celui, assez complexe, donné par enfin en (7) Certains de ces enrichissements sont également associés à une composante modale épistémique plus ou moins marquée comme dans les emplois putatifs des futurs (6) ou (7). L’enrichissement interprétatif des expressions temporelles a déjà fait l’objet d’une littérature relativement conséquente en pragmatique radicale. Nous allons aujourd’hui essayer d’approcher un usage différent, bien connu toutefois, l’usage discursif ou argumentatif des expressions temporelles, en particulier des adverbiaux. En fin de présentation, nous nous poserons la question du lien entre ces deux types d’usages des expressions temporelles, après avoir tenté de comprendre, sous un angle radicalement pragmatique, et en contradiction avec certaines explications standard, pourquoi les expressions dévolues à l’expression du temps permettent ce type de dérivation.
  • L’autre cas qui nous intéresse… Lire (9) et (10) en mentionnant que c’est des cas typiques; nous n’aurons pas le temps de nous occuper ici de l’ensemble des cas où une expr. temp. est utilisée argumentativement, d’autant qu’à notre avis, chaque expression mériterait un article à elle seule en relation avec cette problématique générale. Nous relevons toutefois un autre cas de figure que les expressions d’ordre, qui a aussi fait l’objet d’études, et qui nous est donné par un situeur bien particulier, le déictique maintenant , que nous avons déjà rencontré tout-à-l’heure comme déclencheur de pensée représentée. Lire (11) Nous remarquons aussi que le paradigme des situeurs est vaste à autoriser la lecture argumentative, parfois assez déconnectée a priori de la temporalité elle-même, par exemple en (12) Généralement considérés comme des marqueurs de structuration discursive ou argumentative, que ce soit, avec plus ou moins de détails, chez Anscombre & Ducrot, dans la tradition de linguistique textuelle, par exemple chez Adam. Pour nous, il ne fait doute que ces expressions, dans ces contextes, portent en effet sur le discours et non sur un quelconque temps des procès, MAIS il nous apparaît aussi que, derrière ces usages, réside toute une complexité dont notre objectif aujourd’hui est de donner un aperçu, tout en envisageant des pistes d’explication.
  • 1) Usage int = pensée représentée = usage allocentrique (répéter pour l’audience) 2) Et subsidiairement: l’usage argumentatif est-il toujours second, est-ce toujours un enrichissement par rapport à une lecture temporelle par défaut? 3) Y a-t-il une explication globale, métaphysique, qui permette de poser une relation fondamentale entre temps référentiel, externe, et temps métalinguistique, interne au discours?
  • 1 e partie = préliminaire Encore répéter UI = pensée rep. // allocentrique Selon que l’expression considérée est sémantiquement temporelle ou sémantiquement liée à la notion d’ordre « en soi », ce qui nous amènera à séparer deux catégories dans cet exposé.
  • Avant d’aller plus loin… Il y a évidemment un HYP intuitive et répandue… Ce qu’on voudrait dire, c’est que cette hypothèse, en tout cas sous cette forme simple, ne résiste pas à l’examen de certaines données; elle cache en tout les cas des mécanismes plus fins. Ajouter quand même une ou deux refs si on en trouves (Adam? Ducrot? Anscombre & Ducrot? Sur Enfin? Cadiot JoP 9? Luscher & Moeschler 1999: Enfin peut signaler « la fin d’un discours » / « le dernier élément d’un discours » (1989,94). Définition de enfin par Cadiot & al: fonction de « mettre fin à un discours précédent ». Adam: organisateurs temporels ayant pour fonction des segmenter, de baliser la progression textuelle en découpant des paquets de propositions selon un ordre chronologique (1990:161).
  • Une conséquence de cette hypothèse devrait être que toute expression permettant de situer ou d’ordonner les données temporelles devrait pouvoir, par sa nature même, servir à situer ou ordonner les données discursives. Or… Ici, on montre le problème avec une expression d’ordre. On retrouve le même problème avec un situeur comme maintenant , et je passe la parole à ce sujet à LdS
  • Cela vaut également pour les expressions du type situeur, comme le déictique maintenant. On ne peut en effet pas commuter le maintenant en UA par une expression à valeur temporelle équivalente, du moins par n’importe laquelle d’entre elles. Pour le maintenant, on s’aperçoit également qu’il n’est pas systématiquement traduisible, autrement dit maintenant n’est pas un universel linguistique à proprement parler, bien que sans aucun doute il renvoie à la notion cognitive à laquelle il renvoie, le présent cognitif. >> hypothèse d’une expression procédurale, qui encode certes ce qu’on peut appeler le présent cognitif mais aussi la notion de changement par rapport à une situation antérieure; UA = enrichissement qui porte sur le changement, changement de topique provoque ce qu’intuitivement on appellerait un contraste. Nef. Nous allons suggérer que, si dans ce cas, la valeur temporelle est sans doute première et se trouve réinterprétée ou éliminée lorsque le contexte et la recherche de pertinence l’exige, il n’en va pas de même pour les cas que nous venons d’aborder comme ensuite face à puis. ou après.
  • Pour prendre en charge ces données curieuses, nous suggérons de séparer, en fait, deux types d’expressions bien distinctes sur le plan conceptuel. Cette distinction assez évidente permet en fait à notre sens d’éclairer la question des usages discursifs ou argumentatifs. Ce qui impliquerait que l’usage argumentatif ne serait pas un usage enrichi sur la base d’un usage temporel.
  • Cet exemple nous semble montrer que la séparation conceptuelle entre d’une part ce qui concerne l’ordre et d’autre part ce qui concerne la succession temporelle n’est pas à sous-estimer. Or, l’ordre du discours, ainsi éclairé, pourrait davantage relever d’un ordre « organisationnel » des représentations, des arguments, que d’une question de succession temporelle des énonciations, celle-ci étant en quelque sorte une conséquence de l’ordre de présentation choisi pour les représentations en question. L’analogie automatique qui mettrait en relation l’ordre temporel et l’ordre discursif ou argumentatif n’est donc pas une explication suffisante, même si une telle analogie semble intuitivement plausible.
  • Voici le schéma sur lequel nous travaillons. Sur ensuite et puis, rappeler les exemples Finisterre, La Grande Fin composés depuis.. La notion de fin porte sur un procès, et non sur une temporalité. Va à l’encontre d’une thèse trop radicalement référentialiste sur l’ordre temporel vu comme systématiquement premier par rapport à l’ordre discursif; Ensuite vs après: glose sur les relations logiques implicatives entre les deux
  • Hypothèse: cela tient au fait qu’il n’y a pas d’expression qui puisse signaler la coexistence de deux items dans les séries signalant la hiérarchie ou l’ordre à proprement parler. Il n’y a pas de candidat pour cette fonction en contexte non temporel, et c’est l’expression temporelle qui a lexicalilsé cette fonction. Ne pas parler du dernier point.
  • Expressions temporelles et usage argumentatif

    1. 1. Expressions temporelles et usage argumentatif Louis de Saussure & Patrick Morency Université de Neuchâtel CHRONOS 7 – Anvers, sept. 2006
    2. 2. Expressions temporelles en usage enrichi: usage interprétatif <ul><ul><li>(1) Qu’ allait -il faire maintenant ? </li></ul></ul><ul><ul><li>(2) Je voulais vous demander… </li></ul></ul><ul><ul><li>(3) Une minute de plus et le train déraillait . </li></ul></ul><ul><ul><li>(4) Une heure plus tard, le train arrivait [/*arriva] déjà en gare de Lyon. </li></ul></ul><ul><ul><li>(5) Ce sera le facteur </li></ul></ul><ul><ul><li>(6) Il aura manqué son train </li></ul></ul><ul><ul><li>(7) Enfin , ce type exagérait </li></ul></ul><ul><ul><li>(8) L’activité de la société allait enfin pouvoir reprendre. </li></ul></ul>
    3. 3. <ul><li>Expression d’ordre (connecteurs) </li></ul><ul><ul><li>(9) Je ne sortirai pas. D’abord j’ai du travail, ensuite il fait froid, et enfin je suis fatiguée. </li></ul></ul><ul><ul><li>(10) D’abord je suis fatigué, et puis aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir ce soir. </li></ul></ul><ul><li>Situeurs temporels interprétés comme opérateurs argumentatifs </li></ul><ul><ul><li>(11) On sait qu’ils se voient souvent, maintenant , on ne sait pas s’ils sont amants (Nef). </li></ul></ul><ul><ul><li>(12) A ce moment-là , moi, je me retire du projet. </li></ul></ul><ul><li>Nombreux autres cas (alors, tandis que, dès lors que, encore, etc.) </li></ul>Expressions temporelles: usages argumentatifs
    4. 4. <ul><li>Relation entre ces deux cas de figure (usage interprétatif et usage argumentatif)? </li></ul><ul><li>Par quoi l’usage argumentatif est-il déclenché? </li></ul><ul><li>De quelle nature est la relation entre temps et argumentation, s’il y en a une? </li></ul>Questions et problèmes
    5. 5. Notre hypothèse de travail <ul><li>L’usage discursif est soit un enrichissement pragmatique soit une lecture fondamentale </li></ul><ul><ul><li>Dépend de l’expression considérée </li></ul></ul>
    6. 6. Une hypothèse intuitive et répandue <ul><li>Les expressions temporelles peuvent « naturellement » renvoyer à plusieurs temporalités: temps référentiel externe, ou temps du discours. </li></ul><ul><li>Cela expliquerait pourquoi des expressions temporelles sont envisagées comme des marqueurs typiques de la structuration du discours </li></ul><ul><ul><li>Point de vue classique en pragmatique </li></ul></ul>
    7. 7. Problème posé par le transfert temps réf.  temps du discours <ul><li>Non-commutabilité de nombreuses expressions en U.A. par des expressions temporellement équivalentes: </li></ul><ul><ul><li>(13) D’abord, je suis fatigué. Ensuite / Et puis , aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir ce soir. </li></ul></ul><ul><ul><li>(13’) D’abord, je suis fatigué. ? Puis aller au restaurant est la dernière chose qui me ferait plaisir… </li></ul></ul>
    8. 8. Le cas de maintenant <ul><li>(14) On sait qu’ils se voient souvent. Maintenant , on ne sait pas s’ils sont amants </li></ul><ul><li>(14’) On sait qu’ils se voient souvent. ? En ce moment / au moment où je vous parle / désormais on ne sait pas s’ils sont amants </li></ul><ul><li>(15) We know they see each other often. Yet we don’t know if they are lovers. </li></ul><ul><li>(15’) We know they see each other often. ?Now we don’t know if they are lovers (sauf accent prosodique particulier sur now ). </li></ul><ul><li>Italien: ora mais pas adesso . </li></ul>
    9. 9. Expressions d’ordre argumentatif <ul><li>Hypothèse: de nombreuses expressions d’ordre temporel cachent en fait une sémantique fondamentale de type « ordinale » et non « temporelle » à proprement parler </li></ul><ul><ul><li>D’abord – Ensuite – Enfin </li></ul></ul><ul><ul><li>Premièrement - Deuxièmement – Finalement </li></ul></ul><ul><li>L’ordre est une catégorie fondamentale exprimant la hiérarchie des informations: </li></ul><ul><ul><li>Hiérarchie d’importance </li></ul></ul><ul><ul><li>Hiérarchie spatiale (d’accessibilité, de proximité…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Hiérarchie temporelle (avant, après…) </li></ul></ul>
    10. 10. Indices de la séparation conceptuelle entre ordre et succession temporelle <ul><li>(16) First there is the President, then the Vice-President, then the Secretary of State… </li></ul><ul><li>(16‘) First there is the President, ?afterwards the Vice-President, ?afterwards the Secretary of State… </li></ul>
    11. 11. La série d’abord-ensuite-enfin est-elle temporelle? <ul><li>Les expressions concernant les concepts d’ abord , de suite , de fin , signalent la sérialisation mais pas nécessairement la temporalité ou la spatialité, </li></ul><ul><ul><li>au contraire d’expressions portant sur l’antériorité ou la postériorité temporelle, comme avant, après. </li></ul></ul><ul><li>La notion de « fin » de enfin pourrait ne correspondre sémantiquement à aucun concept proprement temporel </li></ul><ul><li>Cela permettrait d’expliquer la différence entre ensuite et puis dans des contextes d’ordre argumentatif </li></ul><ul><ul><li>Ensuite serait sémantiquement non-temporel, et pourrait s’enrichir pragmatiquement en temporel à certaines conditions; </li></ul></ul><ul><ul><li>Puis (ou après ) serait sémantiquement temporel et pourrait s’enrichir pragmatiquement en discursif à certaines conditions (combinaison avec et semble requise) </li></ul></ul>
    12. 12. Implicitations et explicitations d’ordre temporel <ul><ul><li>Cette hypothèse prédit que ensuite, mais pas plus tard est un possible théorique et que après, mais pas plus tard est étrange. </li></ul></ul><ul><ul><li>Cette prédiction semble intuitivement correcte </li></ul></ul><ul><ul><li>L’ordre temporel serait alors une lecture enrichie de ensuite ( et d’abord, et enfin ) et non une lecture par défaut. </li></ul></ul><ul><ul><li>Ensuite explicite l’ordre et implicite la succession; </li></ul></ul><ul><ul><li>Puis explicite la succession et implique l’ordre </li></ul></ul>
    13. 13. Expressions d’ordre proprement temporel <ul><li>Série avant – pendant - après correspond à l’antériorité, à la simultanéité et à la postériorité </li></ul><ul><li>Ces expressions, peuvent alors s’enrichir, à certaines conditions, en interprétations d’ordre argumentatif / discursif </li></ul><ul><ul><li>C’est typiquement le cas de pendant en ce pendant > cependant qui a lexicalisé une notion de contraste liée à la coexistence simultanée de deux informations contradictoires. </li></ul></ul>
    14. 14. L’été de cette année-là <ul><li>L’été de cette année-là vit de nombreux changements dans la vie de nos héros. D’abord, Max épousa Marie. Ensuite, Pierre acheta une maison à la campagne. Enfin, Paul partit pour le Brésil. </li></ul><ul><ul><li>Il est impossible d’inférer avec certitude de cette séquence d’énoncés, sans un contexte plus précis, que les choses se sont passées effectivement dans cet ordre. </li></ul></ul><ul><li>L’été de cette année-là vit de nombreux changements dans la vie de nos héros. D’abord, Max épousa Marie, puis Pierre acheta une maison à la campagne. Enfin, Paul partit pour le Brésil. </li></ul><ul><ul><li>Ici, on infère typiquement la succession temporelle. L’usage de enfin est toutefois le seul possible pour marquer précisément la fin d’une série, y compris d’une série de procès; il reste ambigu. </li></ul></ul>
    15. 15. Problèmes en suspens <ul><li>Liens entre ces enrichissements et la subjectivité / l’usage interprétatif </li></ul><ul><li>Davantage d’analyses sur des données concrètes </li></ul>

    ×